Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 11/02/19 in all areas

  1. 3 points
    Malgré les radio poubelles, les district centraux ont quand même votés pour Zanetti et Dorion. Ça parle pour soi-même.
  2. 2 points
    Étant donner que des réponses «réalistes» ont déjà été données j'ai décidé d'y allée avec une approche «tout les oeufs dans le même panier» et donc voici le super réseau de REM Pan-québécois!!! Voici mon calcul 67 km de rem = 6,3 milliards, je double le coût juste au cas : 12,6 G$ pour 67 km. Donc pour 500 G$ on arrive à environs 2500 km!!!! Voici ce que ça donnerait (bien sur c'est totalement débile, c'est le but!)
  3. 1 point
    Hey everyone, I made a quick mockup of montreal's future skyline, circa 2021, including Vslp, BNC, Maestria, YUL3, 1000 DLM and Solstice. Thought this might be interesting to those of you as impatient as I am!
  4. 1 point
    En partant des principes hautement utopiques que le CP et le CN deviennent des partenaires dans le transport de personnes ET que le gouvernement du Québec finisse par admettre le potentiel et l'urgence du développement du transport collectif structurant comme le moteur économique et social, voici une vision personnelle d'une expansion globale et intégrée du réseau montréalais qui - c'est en tout ce que j'ai visé - s'insère dans des paramètres qui relèvent du techniquement et technologiquement possible, du socialement souhaitable/envisageable et du économiquement relativement viable. Au final, je ne suis certainement pas un expert, mais je crois que c'est ce que la région métropolitaine mérite. Et encore davantage. Puis j'ai eu bien du plaisir à nommer les stations aussi! Plusieurs ont des référents géographiques clairs mais plusieurs sont des noms qui, je crois, auraient tout simplement du sens dans leurs quartiers et/ou devraient avoir leur place dans le panthéon des stations de métro. J'ai essayé de mettre le plus de noms de femmes aussi, puisqu'on en manque cruellement en ce moment dans la toponymie montréalaise. J'admet l'existence des trains de banlieue, biensûr, mais ils ne sont pas inclus dans le design des cartes que j'ai produit. On pourrait imaginer qu'un train de banlieue pourrait continuer à emprunter le corridor pour se rendre à St-Jérôme malgré un partage avec mon idée de ligne REM mauve, et ainsi de suite. De la même manière, je suis tout à fait d'accord avec l'idée de tramway, que je trouve complémentaire au métro, mais les lignes potentielles de tramway ne sont pas illustrées dans cette vision. Par contre, d'importants tronçons de la ligne REM Mauve seraient en mode tram. L'idée de la ligne bleue qui se divise en plusieurs branches permettrait à la ligne de se rendre au centre-ville sans transfert. Ça incorpore littéralement le trajet de la ligne rose aussi. Je crois que la possibilité d'avoir des branches diverses à un même tronc devrait être exploré davantage à Montréal, de même que de changer la technologie de certaines lignes (la jaune avant tout) pour permettre aux expansions de sortir de terre. J'ai tout de même mis, dans les plans globaux, l'option AVEC ligne rose et SANS ligne rose. Certains secteurs névralgiques du développement futur de Montréal méritent également une attention particulière, comme le secteur de Victoriatown, de Blue Bonnets, de Lachine-Est, de Royalmount et de la pointe de Longueuil. J'ai essayé d'intégrer et le présent, et l'avenir de la région dans cette vision. Bref, voilà, petite fantaisie du lundi soir. Enjoy! -MAP
  5. 1 point
    Chronique de François Bourque dans Le Soleil : https://www.lesoleil.com/chroniques/francois-bourque/quand-on-se-compare-1bb433a8b32ef2009bea83759d303253 7 février 2019 Mis à jour le 6 février 2019 à 21h46 Quand on se compare FRANÇOIS BOURQUE LE SOLEIL CHRONIQUE / Peut-être avez-vous entendu parler de ce grand projet, Royalmount, qui déchire Montréal cet hiver. On parle d’un mégacentre commercial et culturel de 3,6 millions de pieds carrés qui sera construit sur un ancien terrain industriel à l’intersection des autoroutes 40 (Métropolitain) et 15 (Décarie). Le projet, appuyé par la Chambre de commerce, a le feu vert de la petite ville de Mont-Royal où il est situé, mais la mairesse de Montréal et des élus de villes voisines s’y opposent. Par jalousie ou crainte de la concurrence? C’est permis de le penser. Par son gigantisme (trois fois la superficie de Laurier à Québec), Royalmount risque de drainer une partie de la clientèle des artères commerciales et petits centres d’achats des villes voisines. Qui sait, peut-être même nuire au quartier des spectacles au centre-ville de Montréal, car les promoteurs espèrent attirer 30 millions de visiteurs par année, près de trois fois la fréquentation de Laurier Québec (12 millions). Mais au-delà de l’enjeu de concurrence fiscale et commerciale, c’est surtout le lieu d’implantation et le modèle de développement qui sont mis en doute. Le projet prévoit 200 commerces et boutiques haut de gamme donnant sur des espaces «publics», une patinoire, deux salles de spectacle, cinq hôtels, des tours à bureaux, des restaurants, un cinéma, un aquarium, éventuellement 6000 logements et condos. Ce modèle, c’est celui du quartier Dix30 à Brossard, du Carrefour Laval et des autres «mégacentres» ou powercenters construits en bordure de nos autoroutes urbaines. Celui-là est juste un peu plus gros. Rien pour se scandaliser alors, si ce n’était que ce projet va pousser à l’intersection de deux des autoroutes les plus congestionnées de la région, ce qui risque d’ajouter au chaos. Montréal estime que les temps de parcours sur ces autoroutes pourraient être augmentés de 10 à 30 minutes. Des spécialistes des transports et de la mobilité durable croient aussi que le projet va alourdir la circulation. Mont-Royal conteste ce scénario catastrophe (elle parle de 2 à 5 minutes de plus) et plaide que la venue du train électrique REM va enlever de la pression sur les autoroutes. Ça reste à voir. Mont-Royal rappelle aussi que le projet sera relié à une station de métro par une passerelle au-dessus de l’autoroute et propose des réaménagements au réseau routier local pour soulager l’intersection 40-15. Catastrophe ou pas, il y a quelque chose d’incongru à ce qu’une petite ville de 20 000 habitants puisse ainsi imposer va vision à une métropole de 2 millions de personnes. Montréal paye ici encore le prix des défusions municipales. Cela renvoie aux difficultés de gouvernance de l’île de Montréal. Des discussions sont en cours avec Montréal pour trouver des aménagements pouvant atténuer les conséquences négatives de Royalmount. Demain, ce sera pour le site de l’hippodrome, plus au sud. Inévitablement, tout nouveau projet dans ce secteur ajoutera à la circulation. Cela dit, Royalmount est conforme aux orientations du schéma d’aménagement de Montréal. C’est juste que ce schéma propose aussi de s’adapter aux changements climatiques et plaide pour les transports actifs et collectifs, ce qui est difficilement compatible le modèle de Royalmount construit autour de l’auto. Cela rappelle les limites (et contradictions) des outils de planification du territoire. À quoi bon les beaux principes et les jolis documents en couleurs si au final, il est possible de construire n’importe quoi n’importe où, y compris le contraire de ce qu’on disait vouloir faire? *** En quoi cela nous concerne-t-il à ce bout-ci de la 20? En rien à vrai dire. Nos défusions ont causé quelques tracas de facturation, mais pas de grands débats d’aménagement. Nos commerces et autoroutes ne souffriront pas du projet Royalmount. On peut donc tranquillement vaquer à nos occupations. Ce n’est pas chez nous que l’on construirait de nouveaux mégacentres avec des bannières connues le long d’autoroutes encombrées ou qu’on planterait un projet pharaonique à l’endroit le plus congestionné de la ville. Pas chez nous qu’on risquerait un gros projet susceptible d’aspirer tous les nouveaux pieds carrés de bureaux du voisinage. Pas chez nous qu’on autoriserait un projet qui irait à l’encontre des valeurs de développement durable auxquelles on dit croire. Québec et Lévis savent faire. Ce n’est pas comme à Montréal. Ici, nos choix d’aménagement sont cohérents, bien inspirés et servent toujours l’intérêt public et seulement l’intérêt public et non celui de promoteurs privés qui auraient l’oreille des élus. J’espère que vous l’appréciez.
  6. 1 point
    L'économie va bien à Montréal, mais le marché immobilier va mal partout ailleurs. C'est en chute libre à Vancouver, et Toronto commence à voir des baisses. Il ne reste plus énormément de temps pour construire toutes ces tours de 190m+ . Montréal pourrait être la dernière ville à profiter du boom de construction.
  7. 1 point
    Les travaux ont commencé.
  8. 1 point
    Les libéraux ont fait un excellent travail au niveau des finances publiques. Je n'entrevois pas de changements majeurs dans l'approche adoptée par la CAQ. Pour le reste, on fait rouler l'économie. À nous de travailler fort!
  9. 1 point
    Nothing has changed, it still looks unfinished from the East side, except the hole is no longer there and there's a new temporary sidewalk! Waiting for the ramen restaurant to open 😉🍜
  10. -3 points
    Effectivement, nous faisions confiance aux professionnels qui ont bâti le Pont Champlain original, le Pont de la Concorde à Laval, etc.. Nous faisons confiance aux professionnels qui déglacent les rues et trottoirs de Montréal de façon magistrale cette année, et quoi encore ..
This leaderboard is set to New York/GMT-04:00