Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 05/08/18 in all areas

  1. 72 points
    Hey everyone, I made a quick mockup of montreal's future skyline, circa 2021, including Vslp, BNC, Maestria, YUL3, 1000 DLM and Solstice. Thought this might be interesting to those of you as impatient as I am!
  2. 20 points
    Pas malheureusement. Heureusement! Nous aurons maintenant une ville peuplée de nouveaux gratte-ciel de verre ultramodernes plutôt que tours de béton 70s ou post-modernes 80s. L'Ontario s'enlise, le Québec éclot et Montréal redevient la locomotive du Canada. Where is MarkAc? ?
  3. 15 points
    En effet, et on ne pourra pas le qualifier de ''générique'' celui là !
  4. 14 points
  5. 12 points
    Pour le plaisir de ceux qui ne l'auraient pas vu, j'avais placé dans une autre section en 2014 une série de photos de l'autoroute Métropolitaine au début de sa vie dans les années 60. Côte-de-Liesse - Décarie - Rockland - L'Acadie - Saint-Laurent - Papineau - Saint-Michel - Viau - Anjou (3) - Roi-René/Ray-Lawson - Saint-Jean-Baptiste - Lachenaie
  6. 11 points
    Ce que tu me montres ici est justement l'arrogance des anglophones qui unilatéralement et à leur convenance ont fait de la rue Saint-Jacques la Saint-James Street. Comme Saint-Lawrence boulevard qui ne s'est jamais appelé ainsi. Mountain n'a jamais été le nom de la rue de la Montagne, etc... Imagines qu'on décide de franciser Crescent pour la rue du Croissant ou la rue Bishop pour la rue de l'Éveque. Je ne ferai aune autre intervention sur ce sujet parce que c'est le genre de digression qui peut déraper rapidement. J'ai écrit ce que j'avais à écrire. Retournons au sujet principal. Oh !! Et merci d'avance à ceux qui vont me mettre des réactions négatives (c'est déjà commencé !!). Ça ne fait que renforcer mon argumentation.
  7. 11 points
    Secteur de la jonction des autoroutes 10 et 30 en 2002 vs aujourd'hui.
  8. 11 points
    InfraMTL (la nouvelle entité propriétaire du viaduc) procède dès aujourd'hui à une demande d'expression d'intérêt concernant le bâtiment pont: http://www.seao.ca/OpportunityPublication/ConsulterAvis/Recherche?ItemId=09af19dd-33a3-4d1d-89f4-c75ccdac8fb7 Les travaux consisteront en: Type #1 : Travaux de décontamination du plomb et de peinture de finition de la charpente métallique des ponts ferroviaires; Type #2 : l’étanchéisation des joints transversaux et longitudinaux sur les ponts ferroviaires et la réfection des drains sur dalles; Type #3 : la réfection de charpente métallique et des ouvrages en béton en-dessous des ponts ferroviaires; Type #4 : le remplacement des appareils d’appui des ponts ferroviaires; Type #5 : la démolition de caniveau de services de communication; Type #6 : le désamiantage et la disposition de matériaux contaminés; Type #7 : le démantèlement, disposition et réfection du réseau de drainage dans les bâtiments-ponts; Type #8 : la ragréage des murs extérieurs de l’enveloppe des bâtiments-ponts (béton et maçonnerie); Type #9 : l’imperméabilisation de surface de béton. Un appel de qualification du 24 août au 20 septembre puis un appel de propositions sur invitation (début octobre à mi-novembre) devraient donner lieu à une attribution du contrat à la fin novembre 2018, pour des travaux d'une durée estimée de 8 mois.
  9. 10 points
    https://www.journaldemontreal.com/les-surs-grises-veulent-leguer-la-maison-de-mere-dyouville-en-heritage-aux-montrealais Les Sœurs Grises veulent léguer la Maison de Mère d’Youville en héritage aux Montréalais PARA-SOL ARCHITECTURE ET DÉVELOPPEMENT GUILLAUME PICARD Mercredi, 6 février 2019 13:39 La Maison de Mère d’Youville, dans le Vieux-Montréal, pourrait être mise en valeur dans le cadre d’un projet de conservation de plus de 35 millions $ visant à en assurer la pérennité et à en faire un pôle patrimonial, éducatif et culturel. Mais avant que les ouvriers ne débarquent sur place, il faudra compléter le montage financier avec l’aide d’Ottawa, de Québec et de la Ville de Montréal, avec qui les discussions se poursuivent. Et il faudra aussi retenir les services d’un promoteur pour mettre de l’avant la proposition présentée mercredi, fruit du travail des firmes d'architectes Para-Sol, Beaupré Michaud et Associés ainsi que Civiliti. L’ensemble, qui est classé bien patrimonial, date de 1693 et comprend plusieurs éléments architecturaux du 17e siècle. Abritant autrefois l’ancien hôpital général de Montréal, il pourrait être conservé pour les prochaines générations dans le cadre d’un projet émanant de la congrégation des Sœurs Grises de Montréal, avec la collaboration du musée Pointe-à-Callière et de l’Université de Montréal. C’est ainsi que les Sœurs Grises souhaitent voir naître l’Espace Marguerite d’Youville au terme de travaux qui pourraient s’échelonner sur deux ans. On y mettrait en lumière l’héritage de Marguerite d’Youville (1701-1771), fondatrice en 1737 de la congrégation des Soeurs de la Charité de Montréal (Sœurs Grises). Les Sœurs Grises ont travaillé avec des experts en patrimoine et en archéologie afin de permettre éventuellement aux visiteurs de s’imprégner de l’époque de la Nouvelle-France, alors que Montréal n’était encore qu’une bourgade. «Au moment où de nombreux immeubles patrimoniaux du Québec se trouvent dans une position de fragilité, nous tenons non seulement à assurer la protection de cet espace historique, mais aussi à donner une nouvelle vie à la Maison de Mère d’Youville. Il est important pour nous de contribuer activement à la transmission de notre histoire et de notre patrimoine», a dit sœur Aurore Larkin, supérieure générale des Sœurs Grises de Montréal. L’idée est de donner accès à des lieux inédits, dont la Salle des pauvres où les gens moins nantis se sustentaient et se reposaient à une autre époque. Elle est «quasi intacte» depuis le 17e siècle. De plus, les gens pourraient accéder à une voûte de l’époque de la Nouvelle-France. Elle est, dit-on, «unique par son ampleur» et les curieux pourraient y découvrir un four à pain d’origine. L’Espace Marguerite d’Youville serait un lieu d’enseignement, de recherche et de diffusion. Il accueillerait le laboratoire d’archéologie citoyenne de l’Université de Montréal. L’institution d’enseignement pourrait ainsi poursuivre, avec le musée Pointe-à-Callière, ses activités de recherche et de formation. On souhaiterait de plus, avec l’Espace Marguerite-d’Youville, réunir des collections archéologiques à Pointe-à-Callière, lieu de fondation de Montréal. Ces pièces sont disséminées en plusieurs endroits en ce moment. «Ce partenariat avec la congrégation des Sœurs Grises et Pointe-à-Callière permettra à nos chercheurs et à nos étudiants de profiter d’un espace patrimonial exceptionnel, tout près du lieu de fondation de Montréal. Un cadeau rare», a indiqué M. Frédéric Bouchard, doyen de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal. Mais avant de procéder à la première pelletée de terre, le projet devra obtenir le soutien de tous les ordres de gouvernement, a-t-on précisé en point de presse, mercredi après-midi. «Notre congrégation demande l’appui financier nécessaire des gouvernements et de la Ville de Montréal pour permettre à cet ensemble patrimonial unique de continuer à témoigner de la fondation de notre ville et de notre congrégation. Face à l’enthousiasme que notre projet suscite, nous sommes persuadées de recevoir l’aide financière souhaitée. Nous avons des partenaires solides, l’Université de Montréal et Pointe-à-Callière, et un projet exemplaire», a dit sœur Aurore Larkin.
  10. 10 points
This leaderboard is set to New York/GMT-04:00