Recommended Posts

Pinned posts
Avons nous une idée de la hauteur du Pylône principal?

 

Le pylône principal sera tout juste plus haut que la Tour des Canadiens.

 

Le nouveau pont en chiffres:

 

- Longueur: 3,4 kilomètres

 

- Hauteur du pylône principal: 173 mètres

 

- Quantité totale d'acier utilisée: 60 000 tonnes métriques

 

- Nombres de boulons: 1,3 million

 

- Quantité totale de béton: plus de 250 000 m³

 

- Durabilité: 125 ans

 

- Date de livraison: 1er décembre 2018

 

- Coût total du projet (évaluation): 4,24 G$

 

source: http://www.brossardeclair.ca/actualites/2016/3/31/a-quoi-ressemblera-le-nouveau-pont-champlain--.html

Modifié par Megafolie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

NOUVEAU PONT CHAMPLAIN

POUL OVE JENSEN

FRANÇOIS CARDINAL

LA PRESSE

Poul Ove Jensen est un architecte danois qui a commencé sa carrière avec le grand Arne Jacobsen, mondialement connu pour ses chaises. Il est devenu associé au bureau Dissing+Weitling, où il a pu concevoir son premier pont dans les années 90, le pont du Grand Belt. Il a ensuite développé une expertise reconnue en travaillant sur les ponts de l’Øresund, de Stonecutters et des centaines d’autres. Il est maintenant directeur du service des ponts chez Dissing+Weitling. Il a dirigé la conception du nouveau pont Champlain avec l’aide des firmes Provencher_Roy, Arup, SM International et NIP Paysage.

 

UN PONT EN ACIER, SOBRE ET ÉLÉGANT

FRANÇOIS CARDINAL

LA PRESSE

STOREBÆLT, Danemark — La voiture roule à vive allure sur le pont du Grand Belt. L’architecte Poul Ove Jensen et moi sommes assis sur la banquette arrière, à l’étroit dans nos vestes orange. Notre guide, au volant, dépasse le péage, franchit quelques kilomètres, puis s’arrête brusquement au beau milieu du pont. Il actionne d’imposants feux d’urgence.

 

Nous descendons rapidement alors que les voitures filent à toute vitesse à nos côtés. Nous nous engouffrons dans l’une des quatre tours de l’énorme pont suspendu. Devant nous, une porte métallique : nous pénétrons dans l’ascenseur et pendant quatre longues minutes, nous grimpons les étages dans cette cage bringuebalante qui mène un bruit d’enfer…

 

La destination en vaut la peine : nous sommes au-dessus des nuages, à 254 m d’altitude. C’est le point le plus élevé du pont, c’est aussi le point le plus élevé du Danemark.

 

Poul Ove Jensen m’a emmené ici, à une centaine de kilomètres à l’est de Copenhague, pour me montrer le tout premier pont qu’il a dessiné, dans les années 90. Un pont qui a tout changé : il a permis à la planète de renouer avec l’idée des structures emblématiques, comme on en faisait à l’époque du Golden Gate et du Brooklyn Bridge.

 

Nous osons nous approcher du garde-corps, prudemment. Les voitures sont minuscules en bas. Poul Ove Jensen tend le bras et me montre du doigt l’extrémité est du pont, qui se fond dans l’horizon.

 

« Tu vois là-bas ? Eh bien, le pont Champlain, il va ressembler à ça. »

 

— Poul Ove Jensen

 

***

 

« Ça », c’est la courbe du tablier du pont du détroit du Grand Belt (Storebælt en danois). Une courbe prononcée comme on en voit rarement.

 

En m’emmenant ici, Poul Ove Jensen voulait me faire visiter les moindres recoins de ce pont dont il est si fier. Il voulait aussi me faire comprendre que Champlain s’inscrira dans la lignée des ponts emblématiques. Mais il voulait surtout me montrer la principale caractéristique du lien qui reliera bientôt Brossard à Montréal : ses courbes.

 

« Ce n’est pas évident sur les plans, mais les automobilistes le ressentiront assurément, se réjouit-il. Cela améliorera leur expérience. Et à mon avis, c’est quelque chose qu’on néglige trop souvent en dessinant des ponts : l’expérience des utilisateurs. »

 

Les premières esquisses du pont Champlain montraient un tablier long et droit, comme l’actuel pont. Seules les extrémités étaient inclinées pour se raccorder aux liens autoroutiers existants. Poul Ove Jensen a choisi d’arrondir tout ça, de créer une belle courbe, afin d’avoir un panorama spectaculaire sur les édifices du centre-ville.

 

En fait, il a imposé une double courbe à son design, car plutôt que d’avoir un pont qui monte brusquement à l’approche de la Voie maritime, le tablier sera courbé d’une berge à l’autre, à la fois sur sa largeur et sur sa hauteur.

 

Cette géométrie curviligne offrira une expérience cinétique aux utilisateurs : ils auront l’impression que la ville est en mouvement.

 

« En partant de Brossard, précise-t-il, tu monteras tranquillement en roulant vers Montréal, puis au niveau du fleuve, tu redescendras doucement tout en tournant, ce qui donnera une vue fantastique sur le centre-ville, j’oserais même dire dramatique ! »

 

***

 

De retour à Copenhague dans les bureaux de Dissing+Weitling, nous nous assoyons dans une pièce vitrée. Poul Ove Jensen dépose sur la table quelques smørrebrød, ces sandwichs « ouverts » qu’affectionnent les Danois.

 

Devant moi, il projette des images jamais vues du futur pont Champlain, toujours prévu en 2018. Un pont qui sera en acier finalement, porté par des piliers en béton ciselés. Un pont généreusement illuminé, dont les garde-corps seront verticaux plutôt qu’horizontaux, afin de réduire les risques de sauts.

 

Du côté est, d’ailleurs, le pont sera doté d’une piste multifonctionnelle pour piétons et cyclistes donnant accès à trois belvédères. À côté, il y aura trois travées séparées les unes des autres : deux pour les automobiles, une pour le train électrique de la Caisse de dépôt.

 

« Mais ce qui en fera un pont emblématique, hormis ses courbes, ce sont le mât, les haubans et les piliers », note l’architecte. Le mât en forme de diapason atteindra une hauteur de 170 m, soit un peu plus que la tour du Stade olympique. Et les piliers auront une forme en W, m’explique-t-il en me montrant une diapositive contenant 72 versions rejetées de piliers.

 

Je lui fais remarquer que les piliers ont une parenté avec le logo de Terre des hommes, que je lui montre aussitôt sur mon téléphone. Un hasard ? « C’est curieux, car cela arrive à l’occasion. Mon équipe a travaillé sur un pont à Poole, en Angleterre, que tout le monde croyait inspiré des voiliers du port à côté. En réalité, nous n’avions même pas pensé aux voiliers. Mais qui sait, peut-être que ces clins d’œil sont inconscients… »

 

***

 

Manifestement, Poul Ove Jensen est fier du design de ce pont, qu’il a développé avec l’aide de l’entreprise britannique Arup, mais aussi des firmes locales Provencher_Roy, SM International et NIP Paysage, sous la supervision d’un comité architectural.

 

J’ose tout de même LA question : est-il vraiment « emblématique », ce pont ? Il est sobre, élégant, élancé. Il est certes unique, distinctif, mais emblématique, vraiment ?

 

« La question que vous devez vous poser est celle-ci : voulez-vous un pont qui impressionne pendant 15 minutes, ou un pont qui possède des qualités intemporelles ? La plupart des ponts qui suscitent un intérêt immédiat auront l’air d’une mauvaise blague dans quelques années. Je pense spontanément à des structures construites récemment au Moyen-Orient et en Chine. »

 

À l’inverse, les ponts de Poul Ove Jensen sont des bijoux de sobriété. Rien de superflu ni d’ostentatoire, chaque élément ayant sa raison d’être, chaque décision étant une réponse aux contraintes du site (voir la galerie d’images et l’explication détaillée du pont Champlain).

 

L’élégant pont de l’Øresund, par exemple, qui relie le Danemark à la Suède, que les amateurs de la série The Bridge connaissent bien. Ou encore le pont de Stonecutters, à Hong Kong, une structure à haubans spectaculaire, mais sans fioritures.

 

« Le problème quand on cherche des formes vraiment particulières, tape-à-l’œil, c’est qu’elles aboutissent à un design souvent hystérique. Je préfère les ponts emblématiques. »

 

Comme le pont du Grand Belt visité plus tôt, ce pont suspendu dont les massifs d’ancrage en forme triangulaire en font une infrastructure unique. Comme le futur pont Champlain, aussi.

 

13603497_1793373367562897_4217729035275943752_o.jpg

 

http://plus.lapresse.ca/screens/8d5cb0df-6795-4f4a-af90-76190b9cd586%7CsvDvLHuFMFuX.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je comprend maintenant pourquoi il n'y aura qu'un seul mât. J'aurais préféré qu'il y en ait 2, me semble que ça aurait été plus beau, mais la géographie des lieux ne le permet pas. Cela dit, j'ai bien hâte de voir l'illumination le soir. Avec celle du PJC, les entrées en ville vont être plus jolies!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La voie maritime n'est pas très large à traverser. Si on avait eu deux pylônes à haubans, ils auraient forcément été beaucoup plus petits. Ça aurait ressemblé au pont Papineau. Jensen a fait le bon choix.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ça aurait été bien qu'ils prévoient un ascenseur ou une rampe entre le belvédère et la piste cyclable de la voie maritime, pour les piétons et cyclistes.

Une rampe aurait probablement été inesthétique et surtout coûté trop cher pour le nombre limité de cyclistes qui voudront passer directement de Brossard à la partie ouest de la piste cyclable de la voie maritime.

 

Ceux qui veulent de Brossard aller vers l'est (Parc Jean Drapeau) ont déjà le Pont Victoria et ceux qui viennent de Montréal ont déjà l'Estacade.

 

Au pire, ils n'auront qu'à prendre le REM de Panama à l'île des soeurs ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Une rampe aurait probablement été inesthétique et surtout coûté trop cher pour le nombre limité de cyclistes qui voudront passer directement de Brossard à la partie ouest de la piste cyclable de la voie maritime.

 

Ceux qui veulent de Brossard aller vers l'est (Parc Jean Drapeau) ont déjà le Pont Victoria et ceux qui viennent de Montréal ont déjà l'Estacade.

 

Au pire, ils n'auront qu'à prendre le REM de Panama à l'île des soeurs ;)

 

L'estacade ne permet pas d'aller à Brossard, seulement à Ste-Catherine ou au pont Victoria. C'est justement ce lien qui manque.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Nameless_1
      Le réseau routier croule plus vite qu'on ne peut le réparer
       
      Pont fermé sur l'autoroute 20, à Saint-Hyacinthe.
      PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE
      BRUNO BISSON
      La Presse   Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET) ne parviendra pas à freiner la détérioration des ponts, des structures et des chaussées de son réseau routier dans les prochaines années, même s'il réalise tous les chantiers prévus jusqu'en 2020, qui totalisent près de 5 milliards.
      Dans un avis transmis au sous-ministre des Transports Marc Lacroix, au début de cette année, un comité formé de trois experts indépendants brosse un portrait préoccupant de la capacité financière et opérationnelle du Ministère à atteindre les cibles fixées pour améliorer l'état de ses ponts et de ses chaussées.
      Ces trois experts étaient appelés à fournir un avis sur la programmation 2018-2020 des travaux routiers du MTMDET, annoncée en mars dernier. Cette programmation prévoit des investissements de 4,8 milliards pour financer la construction ou la réfection de 674 ponts sur le réseau routier supérieur, 263 ponts sur les réseaux municipaux (un total de plus de 2000 chantiers).
      Se réjouissant de l'augmentation prévue du niveau d'activité par rapport à l'exercice précédent, le comité conclut toutefois que «même si tous les travaux programmés étaient pleinement réalisés, le résultat ne permettrait pas d'atteindre les cibles du plan stratégique 2017-2020 à l'égard du pourcentage des structures et des chaussées en bon état. En fait, il y aura une détérioration au cours des prochaines années, selon les prévisions du Ministère».
       
      Des progrès compromis
      Ce comité est formé par Jean Bédard, professeur de comptabilité et gouvernance des sociétés à l'Université Laval, Jacques Girard, ingénieur et expert en travaux routiers et en normalisation, et Louis Lévesque, ancien sous-ministre de Transport et Infrastructure Canada. C'est la deuxième fois que ces experts sont appelés à se pencher sur les travaux du MTMDET.
      «Le volume des travaux réalisés dans les deux dernières années est insuffisant pour maintenir les progrès observés au cours de la dernière décennie au chapitre de l'état des structures et du réseau routier.» - Extrait de l'avis sur la programmation 2018-2020 des travaux routiers du MTMDET
      Ces progrès ont été permis par l'injection de dizaines de milliards de dollars dans un vaste plan de redressement du réseau routier lancé il y a 10 ans «en réponse à l'effondrement du viaduc de la Concorde» à Laval en 2006. L'effondrement avait fait cinq morts et six blessés graves et avait mis en lumière la vulnérabilité d'un réseau routier ayant souffert d'un manque d'entretien flagrant durant des années.
      Les améliorations obtenues au terme de ces investissements colossaux sont toutefois fragiles, disent les experts, comme en témoignent les difficultés rencontrées par le Ministère l'an dernier. Les inondations du printemps 2017 et le conflit de travail dans l'industrie de la construction ont ralenti les chantiers du MTMDET. Ces problèmes étaient largement hors de son contrôle, mais le ralentissement qu'ils ont provoqué ne peut pas être rattrapé.
      «Cette réduction des travaux réalisés en 2017 aura un impact négatif permanent sur l'état du réseau, expliquent-ils, puisque les travaux effectués en 2018, qui auraient dû être effectués en 2017, retarderont d'autres travaux à 2019, et ainsi de suite.»
      Manque de compétence et de main-d'oeuvre
      Pour assurer la réalisation d'un volume de travaux suffisant pour améliorer l'état des ponts et chaussées du Québec, les experts plaident pour «une augmentation de la capacité opérationnelle et des ressources financières du Ministère», tout en identifiant une de ses principales faiblesses : «des carences au niveau des ressources humaines, en nombre ou en compétence, ont un impact important sur la capacité à préparer des projets».
      Le Ministère a de la difficulté à recruter et à retenir sa main-d'oeuvre, particulièrement en région, affirment-ils. Et lorsqu'il arrive à convaincre des professionnels compétents d'y travailler, ceux-ci «se voient convoiter par plusieurs employeurs, dont de grandes sociétés privées offrant des conditions très avantageuses».
      Appelé à commenter cet avis du comité d'experts indépendants, le Ministère, qui est actuellement sans ministre à la suite des élections de lundi dernier, n'a pas répondu hier à l'invitation de La Presse.
      https://www.lapresse.ca/actualites/201810/04/01-5199139-le-reseau-routier-croule-plus-vite-quon-ne-peut-le-reparer.php
       
    • Par simr92
      Je ne sais pas si je dois le poster ici, car il n'y a pas de section vision dans Transports en commun, mais voici le plan de Transport collectif du Grand Montréal de Québec Solidaire!
      Évidemment il n'y a pas grand chance que ça se produise, mais ça vaut le coup d'oeil pareil
      Intéressant de voir que les 3 partis d'opposition ont proposé un tramway dans l'Est!

    • Par MTLskyline
      STM: Prolongement du métro: Ligne 04 jaune vers le sud
      Discussion et actualités sur le prolongement de la ligne 04 jaune vers le sud.

       
    • Par ChrisDVD
      Réseau express métropolitain (REM)

      26 stations / 67 km
      http://www.rem.info/
      http://www.nouvlr.com/
      TRAINS
      - Voiture de type métro léger, électrique
      - Flotte d'environ 240 voitures à la mise en service
      - Rame de 4 voitures en heure de pointe; rame de 2 voitures en hors pointe
      - Capacité de 150 passagers par voiture (assis et debout)
      - Configuration entre deux voitures de type "boa"
      - Alimentation électrique par caténaire
      - Systèmes et conduite automatisée des trains
      - Vitesse maximale de 100 km/h
      STATIONS / GARES
      - Quais d'environ 80 m de long
      - Portes palières sur les quais
      - Accessibles à pied, vélo, par autobus et en voiture
      - Accès universel
      - Ascenseurs, escaliers mécaniques et supports à vélo
      - Wi-Fi offert sur toute la ligne
      - Préposés circulant dans les rames et stations pour information et contrôle
      ---
      Fil de discussion pour les prolongements hypothétiques:
      https://mtlurb.com/index.php?/topic/15107-rem-expansion-future/