Recommended Posts

Pinned posts
Disons que ce serait à la population, à la Ville et les arrondissements concernés, aux groupes de pression ainsi qu'aux politiciens, de justement demander des comptes et de poser les bonnes questions. Il n'est certainement pas trop tard pour intervenir et remettre les pendules à l'heure.

 

Les médias doivent jouer leur rôle quand même.

 

...Le ministère des Transports reconnaît que la dalle-parc a été retirée pour une question d'argent mais n'a pas voulu commenter davantage le dossier...

Je m'excuse mais "pas de commentaire" n'est pas acceptable. Ca ne devrait jamais etre acceptable, surtout qu'on en parle de notre argent. Je ne suis qu'une seule personne et c'est certain que je ne peut pas mettre la pression sur le ministre pour mieux expliquer sa décision.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

I know it is more than moving it a few feet, but a lot of things that made this project interesting seem to be falling to the wayside. It would have been nice to finally have some sort of green space, in an area that was a wasteland for many decades.

 

It is a shame that we constantly get screwed.

 

Sorry if my previous comments may have been upsetting.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

For the record, ça fait 5 ans que la dalle-parc a été abandonée

 

Annoncée dans le projet en 2010, la dalle-parc prévue à la hauteur de la rue Irwin aurait pu constituer cet accès en reliant l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de Grâce au nord de la falaise avec la cour Turcot et le quartier Émard. Mais lors du raffinement du projet, en 2011, «le concept a été laissé de côté à cause du coût et du défi technique», mentionne Sarah Bensadoun.

 

Projet Turcot: des espaces verts reclames rapidement | Metro

 

Turcot, un projet raffiné!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ministre des Transports du Québec, Laurent Lessard, souhaite savoir pourquoi le passage pour piétons et cyclistes prévu dans les plans du nouvel échangeur Turcot n'y figure plus. La passerelle, appelée la dalle-jardin ou la dalle-parc, permettait de relier le quartier Notre-Dame-de-Grâce et la ville de Westmount aux quartiers du sud-ouest de Montréal.

 

Depuis le lancement du projet Turcot en 2010, six ministres se sont succédé au ministère des Transports du Québec. Laurent Lessard est en poste depuis août dernier. Il ne sait donc pas qui a pris la décision de retirer du projet Turcot la seule structure pour piétons et cyclistes.

 

«Dans la vision d'un développement intégré qui voulait unir deux communautés par tous les moyens de transport, y compris le transport actif, ce n'est pas le bon message à envoyer. Maintenant, j'ai demandé qu'on vérifie quelles sont les contraintes, s'il y en a. S'il y a des décisions dans le passé qui ont été prises, je veux le savoir.»

*Laurent Lessard, ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports

 

Laurent Lessard reconnaît que les citoyens qui habitent les quartiers autour de l'échangeur s'attendent à ce que la dalle-jardin soit construite car c'est ce que leur avait promis son prédécesseur Sam Hamad en 2010.

Il dit en avoir parlé après la publication de notre reportage la semaine dernière avec sa collègue Kathleen Weil, qui est ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion mais surtout députée de la circonscription Notre-Dame-de-Grâce.

La passerelle devait relier les quartiers situés en haut de la falaise Saint-Jacques, comme Notre-Dame-de-Grâce, à ceux situés en bas comme le Sud-Ouest, Lachine et LaSalle.

 

Des organismes comme Piétons Québec, le Centre d'écologie urbaine de Montréal et le Comité de bon voisinage Turcot réclament que la dalle-jardin soit immédiatement réintégrée au projet, d'autant plus que son coût de construction n'est estimé qu'a seulement 1 % du budget total du nouvel échangeur.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1002653/lessard-veut-savoir-pourquoi-la-dalle-jardin-a-ete-retiree-des-plans-de-turcot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est plus que temps qu'un ministre du gouvernement Couillard fasse preuve d'un peu de sensibilité envers la population. Depuis trois ans que nous sommes accablés sous un régime de technocrates, où les coupures de toutes sortes sont le seul mot d'ordre du pouvoir. On ne l'avait même pas vue disparaitre celle là. En effet si ce n'avait été de la perspicacité des journalistes, on aurait encore cru que les travaux de la dalle étaient toujours dans les cartons, sinon déjà en marche.

 

Ainsi en douce, pendant qu'on dépense des milliards en majorité pour l'automobile et qu'on reconduit une frontière infranchissable entre deux quartiers populeux de la ville. On a fait "sauté" le seul élément véritablement à dimension humaine de ce projet gigantesque. Pourtant cette dalle-jardin était le seul cordon ombilical qui reliait les gens du haut de la falaise à la piste cyclable la plus fréquentée de Montréal et un peu plus loin aux rives du fleuve, en formant une boucle de plusieurs kilomètres.

 

Voilà que par miracle le ministre des transport actuel se réveille et réalise la gravité du retrait de cette infrastructure de transports actifs et de loisirs, que s'apprêtait à enterrer furtivement le gouvernement en place. Heureusement que l'alerte a été sonnée il y a une semaine. Délai suffisant pour alarmer tous ceux qui se dévouent à la défense de la qualité de vie des citoyens et d'entamer une ronde de pressions, pour infléchir cette décision absurde, qui ne grandit certainement pas l'image du PLQ.

 

Je décocherai en même temps une flèche en direction de l'équipe Coderre et des arrondissements concernés, qui ne semblent pas avoir levé le moindre petit doigt pour protester. Pourtant les payeurs de taxes qui sont en même temps les résidents de cette ville, ne méritent-ils pas un peu plus de respect de la part des différentes administrations (municipales et gouvernementales)? Pas même une excuse pour des erreurs de viaducs qu'on a ensuite démolis, et tant pis pour eux, on coupera dans le budget "inutile" de loisirs et de transports actifs pour se faire oublier.

 

J'ai honte de ce gouvernement qui gère le Québec comme une vulgaire entreprise. Il oublie que l'argent qu'il manipule froidement appartient à ceux qui ont travaillé durement pour le gagner et qui devraient à tout le moins en retirer un minimum de satisfaction. Monsieur Lessard, il est grand temps de remettre les pendules à l'heure et les plans de la dalle sur la table de travail. On ne peut à la fois en tant qu'État exprimer au niveau international l'urgence d'agir sur le plan environnemental et retrancher en cachette le seul élément d'un projet de route majeur qui l'humanisait un peu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà que par miracle le ministre des transport actuel se réveille

 

Ne serait-ce pas plutôt qu'il a été réveillé? (L'usage du mode «passif» n'est pas une innocente variante grammaticale). Voila un exemple de plus de la nécessité d'une vigilance constante des citoyens (et on espère un peu, des médias) pour faire le suivi des promesses et des annonces. Comme j'en ai déjà parlé dans un contexte plus général, une mention dans un discours du budget (ou sa version papier) ne constitue pas une assurance qu'un investissement sera effectivement réalisé; il faut ensuite scruter les crédits budgétaires (votés plus tard), puis les appels d'offres, puis encore ensuite l'attribution des contrats et finalement l'exécution. On devrait savoir par expérience que les embuches, involontaires ou voulues, sont nombreuses en cours de route... Mais il faut savoir aussi que le phénomène ne se limite pas à la sphère des investissements ou même des dépenses courantes; le processus législatif (faire des lois) peut aussi en être «victime». Après un long cheminement qui commence souvent par des revendications citoyennes, suivies de consultations plus ou moins élaborées, on en arrive éventuellement à un projet de loi, des discussions en comité parlementaire, puis finalement le vote et la promulgation d'une loi. Mais ce n'est pas tout! Ça prend ensuite des règlements d'application, et souvent ça tarde à cette étape. Le «beau pays de France», comme on aimait à dire autrefois, semble être champion dans la catégorie des lois votées mais pas encore appliquées. Comme quoi le Québec n'est pas un cas unique!

 

Mes excuses à ceux qui concentrent leur attention sur la dimension urbanistique d'un projet, et qui sont peu sensibles/intéressés à la dimension politique: vous êtes libres de vous abstenir de «la» lire. Et vous auriez raison de faire valoir que c'est précisément la discussion sur la dimension urbanistique qui est à la base du «réveil» du ministre Lessard. :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La dimension politique des projets est tout aussi importante que la partie urbanistique. Elle y est même indissociable, puisque sans volonté, on ne peut réaliser ce qui a été planifié.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le mirage de la dalle-jardin | Metro<header id="page-header"> 07/12/2016 Mise à jour : 7 décembre 2016 | 23:19

 

 

 

Le mirage de la dalle-jardin

 

marc-andrecc81-carignan.jpg?w=168&h=168&crop=1Par Marc-André Carignan

email_fr_97x23.png

 

 

</header> <figure> maison-turcot-dalle-jardin-parc-montreal-travaux_c100.jpg?crop=110px%2C0px%2C849px%2C561px&w=618&h=408 <figcaption> Archives Métro Disparue des plans de reconstruction de Turcot, la dalle-jardin devait désenclaver les quartiers autour de l’échangeur. </figcaption> </figure> Quelqu’un ment dans cette histoire de disparation d’un des éléments phares du projet de réaménagement de l’échangeur Turcot, la dalle-jardin.

Plus on tire de ficelles pour essayer de comprendre pourquoi on a tiré la plug, en catimini, sur ce magnifique pont-jardin destiné aux piétons et aux cyclistes, plus les intervenants se contredisent et se renvoient la balle.

 

Le festival des excuses a commencé il y a deux semaines, à la suite d’un reportage de Radio-Canada, alors que la porte-parole du ministère des Transports du Québec, Sarah Bensadoun, affirmait que le retrait de ce pont était justifié par des raisons de coûts et de complexité d’aménagement. Des groupes de pression, comme le Conseil régional de l’environnement, sont alors montés aux barricades, soulevant le fait que cette seule infrastructure significative destinée au transport actif dans le projet ne représentait que 1% de la facture de reconstruction, estimée à près de 3,7G$.

 

 

Puis, vendredi dernier, le directeur du chantier Turcot, Stéphan Deschênes, est allé contredire la porte-parole de son ministère sur les ondes du 98,5 FM: «Ce n’est pas pour épargner de l’argent», a-t-il affirmé, indiquant plutôt qu’il était «prématuré» de construire cette infrastructure dans le secteur de la falaise Saint-Jacques. Selon lui, la décision de retirer la dalle-jardin aurait été prise entre 2010 et 2012, après des discussions avec la Ville de Montréal, étant donné que cette dernière n’avait pas encore eu le temps de planifier l’écoterritoire Saint-Jacques, qui longe l’échangeur autoroutier.

 

 

En d’autres mots, ce n’est pas la faute du gouvernement du Québec, mais bien celle des élus montréalais, qui n’auraient pas fait leurs devoirs à temps.

 

Mais voilà que la Ville réfute carrément cette affirmation. «Montréal n’avait pas encore statué sur l’aménagement du secteur, notamment de la Cour Turcot, [mais] cette réflexion a eu peu d’incidence sur le retrait de la dalle dans les plans du ministère», me répond-on au cabinet du maire, après des vérifications auprès des fonctionnaires.

 

 

J’ai également pris soin de vérifier les faits auprès du maire de l’arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa, qui était responsable, entre 2010 et 2012, des dossiers environnementaux au comité directeur, dont la planification des éco*territoires. «Jamais le dossier de la dalle-jardin a été porté à mon attention lorsque j’étais en poste», m’a-t-il affirmé.

 

 

Bref, quand on commence à emboîter les pièces de ce casse-tête, tout semble pointer vers une décision unilatérale du ministère des Transports. Est-ce le cas?

 

 

Chose certaine, quand un directeur de projet et une porte-parole d’un ministère présentent des versions discordantes sur la place publique, cela amplifie l’impression de mensonge. Quelqu’un, quelque part, ne dit pas toute la vérité ou tente de la cacher avec des arguments bidon, dont la «complexité» d’aménager une telle infrastructure. Lorsqu’on est capable de rebâtir un des plus gros échangeurs autoroutiers à l’échelle canadienne, on a certainement l’expertise pour concevoir un simple pont piétonnier. Rendu là, ce n’est pas une question de complexité, mais bien de volonté.

 

 

Par ailleurs, comment peut-on prétendre avoir à cœur le transport durable et actif lorsqu’on élimine le cœur de la mobilité piétonne et cyclable? Le ministère frôle l’effronterie en essayant de se soustraire aussi facilement à sa promesse de désenclaver les quartiers qui doivent composer avec Turcot. La dalle-jardin était un argument de taille du gouvernement en 2010 pour obtenir une certaine acceptabilité sociale autour de son projet. En la retirant comme par magie, on replonge dans le passé avec un échangeur digne des années 1970 qui ne recréera qu’une indécente frontière entre les Montréalais.

 

 

Peu importe les raisons qui ont provoqué cette mystérieuse disparition, il est plus que temps de revoir cette décision.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

plus de détails dans l'audio

 

Cafouillage à l'échangeur Turcot; il faut déjà ajouter sept millions à la facture

Publié par 98,5 FM pour CogecoNouvelles le lundi 12 décembre 2016 à 09h37. Modifié à 09h54.

 

Le ministère des Transports a dû faire remplacer les piliers de quatre structures flambant neuves de l'échangeur Turcot, en raison d'un vice de conception.

 

Les travaux de construction des quatre ponts d'étagement du boulevard Pullman ont coûté 43 millions de dollars, mais en octobre 2015 les ingénieurs ont noté que l'une des structures s'affaissait.

 

Selon nos informations, une erreur de conception de la part du consortium SNC-Lavalin-CIMA+ serait à l'origine du problème.

 

Plutôt que de tout démolir, comme le suggéraient les ingénieurs du MTQ, de nouveaux piliers ont été construits, gonflant la facture de 7 millions.

 

Puisque les autres viaducs étaient de même conception, leurs piliers ont aussi été remplacés.

 

Le ministère des Transports et l'entrepreneur, TNT inc, ont entamé des recours pour récupérer leurs pertes.

 

Cafouillage à l'échangeur Turcot; il faut déjà ajouter sept millions à la facture • Actualités • 98,5 fm Montréal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

SNC messed up, let them pay :biting:

 

Between SNC and Bombardier, I think it is time our money finally goes to companies outside of Quebec or Canada to build our future or get a competent government to overlook projects and manage it properly. This shit has to stop.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Gilbert
      Bonjour à tous et bienvenue dans cette nouvelle section du forum!
       
      Une section qui vous est entièrement destiné. En effet, vous pouvez nous montrer ici VOS propres projets pour la grande ville de Montréal.
      Comment voyez-vous le Montréal du futur? Quels projets voudriez-vous qu’il y ait?
      Simplement quelques petites restrictions (plus «recommandations» que «restrictions», pour que la section soit tout simplement plus amusante à regarder;) ) :
       
      1- Les projets devront être accompagné d'un appui visuelle
       
      Tout simplement que ce soit plus agréable. Un projet avec un rendu est toujours plus attirant à la critique.
      Exemple: Prenez comme exemple une des propositions de tour pour le Silo no5, même si elle aurait 50 étages, personnes n'en parle vraiment, parce que nous ne savons pas de quoi elle aurait l'air.
      Autre exemple : La tour d'Aluminium, dont tout le monde connaissait comme n'étant qu'une vision, mais qui a tout de même réussi à remplir 4 pages de son fil en deux jours! Si j'avais seulement parlé d'une vision de tour de 240 mètres sans rendus, personnes n'aurait répondu à mon fil!
       
       
      2- Les projets doivent venir de vous
       
      Simplement pour ne pas se retrouver avec des projets annulés. Ce fil n’est pas un fil nostalgique de projet abandonné.
      Aussi, simplement pas prendre de projets existant ailleurs et simplement le mettre, juste pour que Montréal reste la ville unique qu’elle est.
       
       
      Instrument conseillé pour l’appui visuel :
       
      Google sketchup
      Le logiciel est juste…INCROYABLE!
      Il est gratuit, complet (pour les débutant) et surtout…facile à utilisé.
      Je l’ai téléchargé pendant le temps des fêtes et j’ai déjà créé quelques petites choses pour ce fil!
      Vous pouvez le télécharger ici : https://www.sketchup.com/fr
       
       
      Logiciels Adobe
      (Photoshop, illustrator, etc.)
      Quand on les connaît bien, c’est quand même assez facile de travailler avec eux.
       
      ------------------------------------------------------------------------------------------------
       
      Maintenant, à vous de créer vos propres projets! Comment voulez vous que Montréal ressemble?
      P.S. Ce fil est pour les commentaires, les annonces, etc.
    • Par Nameless_1
      Le réseau routier croule plus vite qu'on ne peut le réparer
       
      Pont fermé sur l'autoroute 20, à Saint-Hyacinthe.
      PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE
      BRUNO BISSON
      La Presse   Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET) ne parviendra pas à freiner la détérioration des ponts, des structures et des chaussées de son réseau routier dans les prochaines années, même s'il réalise tous les chantiers prévus jusqu'en 2020, qui totalisent près de 5 milliards.
      Dans un avis transmis au sous-ministre des Transports Marc Lacroix, au début de cette année, un comité formé de trois experts indépendants brosse un portrait préoccupant de la capacité financière et opérationnelle du Ministère à atteindre les cibles fixées pour améliorer l'état de ses ponts et de ses chaussées.
      Ces trois experts étaient appelés à fournir un avis sur la programmation 2018-2020 des travaux routiers du MTMDET, annoncée en mars dernier. Cette programmation prévoit des investissements de 4,8 milliards pour financer la construction ou la réfection de 674 ponts sur le réseau routier supérieur, 263 ponts sur les réseaux municipaux (un total de plus de 2000 chantiers).
      Se réjouissant de l'augmentation prévue du niveau d'activité par rapport à l'exercice précédent, le comité conclut toutefois que «même si tous les travaux programmés étaient pleinement réalisés, le résultat ne permettrait pas d'atteindre les cibles du plan stratégique 2017-2020 à l'égard du pourcentage des structures et des chaussées en bon état. En fait, il y aura une détérioration au cours des prochaines années, selon les prévisions du Ministère».
       
      Des progrès compromis
      Ce comité est formé par Jean Bédard, professeur de comptabilité et gouvernance des sociétés à l'Université Laval, Jacques Girard, ingénieur et expert en travaux routiers et en normalisation, et Louis Lévesque, ancien sous-ministre de Transport et Infrastructure Canada. C'est la deuxième fois que ces experts sont appelés à se pencher sur les travaux du MTMDET.
      «Le volume des travaux réalisés dans les deux dernières années est insuffisant pour maintenir les progrès observés au cours de la dernière décennie au chapitre de l'état des structures et du réseau routier.» - Extrait de l'avis sur la programmation 2018-2020 des travaux routiers du MTMDET
      Ces progrès ont été permis par l'injection de dizaines de milliards de dollars dans un vaste plan de redressement du réseau routier lancé il y a 10 ans «en réponse à l'effondrement du viaduc de la Concorde» à Laval en 2006. L'effondrement avait fait cinq morts et six blessés graves et avait mis en lumière la vulnérabilité d'un réseau routier ayant souffert d'un manque d'entretien flagrant durant des années.
      Les améliorations obtenues au terme de ces investissements colossaux sont toutefois fragiles, disent les experts, comme en témoignent les difficultés rencontrées par le Ministère l'an dernier. Les inondations du printemps 2017 et le conflit de travail dans l'industrie de la construction ont ralenti les chantiers du MTMDET. Ces problèmes étaient largement hors de son contrôle, mais le ralentissement qu'ils ont provoqué ne peut pas être rattrapé.
      «Cette réduction des travaux réalisés en 2017 aura un impact négatif permanent sur l'état du réseau, expliquent-ils, puisque les travaux effectués en 2018, qui auraient dû être effectués en 2017, retarderont d'autres travaux à 2019, et ainsi de suite.»
      Manque de compétence et de main-d'oeuvre
      Pour assurer la réalisation d'un volume de travaux suffisant pour améliorer l'état des ponts et chaussées du Québec, les experts plaident pour «une augmentation de la capacité opérationnelle et des ressources financières du Ministère», tout en identifiant une de ses principales faiblesses : «des carences au niveau des ressources humaines, en nombre ou en compétence, ont un impact important sur la capacité à préparer des projets».
      Le Ministère a de la difficulté à recruter et à retenir sa main-d'oeuvre, particulièrement en région, affirment-ils. Et lorsqu'il arrive à convaincre des professionnels compétents d'y travailler, ceux-ci «se voient convoiter par plusieurs employeurs, dont de grandes sociétés privées offrant des conditions très avantageuses».
      Appelé à commenter cet avis du comité d'experts indépendants, le Ministère, qui est actuellement sans ministre à la suite des élections de lundi dernier, n'a pas répondu hier à l'invitation de La Presse.
      https://www.lapresse.ca/actualites/201810/04/01-5199139-le-reseau-routier-croule-plus-vite-quon-ne-peut-le-reparer.php
       
    • Par IluvMTL
      Conseil d'arrondissement, Assemblées du conseil, Autres conseils et comités, Bureau d'arrondissement
       
      Ordres du jour , Procès-verbaux
       
       
      2010 - Calendrier des prochaines séances :
      Les séances ordinaires du Conseil d’arrondissement ont lieu à 19 heures, le deuxième lundi de chaque mois, excepté en juin, octobre et décembre.
      Depuis 2006, afin de se rapprocher des citoyennes et des citoyens de Ville-Marie, les élus ont décidé que les séances ordinaires du Conseil d’arrondissement se tiennent dans différents lieux. Cette décision se perpétue en 2010.
       
      Vous trouverez ci-dessous les dates ainsi que les adresses où les Conseils se dérouleront :
       
      Endroits où se dérouleront les conseils d'arrondissements 2010
      Lundi 8 février, Maison de la culture Frontenac, 2550, rue Ontario Est
      District Sainte-Marie
      Lundi 8 mars, Salle du conseil, 888, boul. De Maisonneuve Est, 5e étage
      District Saint-Jacques
      Lundi 12 avril, Collège de Montréal, salle L’Ermitage, 3510, ch. de la Côte-des-Neiges
      District Peter McGill
      Lundi 10 mai, Maison de la culture Frontenac, 2550, rue Ontario Est
      District Sainte-Marie
      Mercredi 16 juin, Salle du conseil, 888, boul. De Maisonneuve Est, 5e étage
      District Saint-Jacques
      Lundi 12 juillet, Collège de Montréal, salle L’Ermitage, 3510, ch. de la Côte-des-Neiges
      District Peter McGill
      Lundi 13 septembre, Salle du conseil, 888, boul. De Maisonneuve Est, 5e étage
      District Saint-Jacques
      Mardi 12 octobre, Maison de la culture Frontenac, 2550, rue Ontario Est
      District Sainte-Marie
      Lundi 8 novembre, Collège de Montréal, salle L’Ermitage, 3510, ch. de la Côte-des-Neiges
      District Peter McGill
      Mercredi 15 décembre, Salle du conseil, 888, boul. De Maisonneuve Est, 5e étage
      District Saint-Jacques
      2550, rue Ontario Est
       
      Page d'erreur
    • Par JPG
      Le Saint-Hélène