acpnc

Une usine et 1000 emplois sur le golf d'Anjou?

Recommended Posts

Publié le 11 juillet 2018 à 05h00 | Mis à jour à 05h00

http://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201807/10/01-5189054-une-usine-et-1000-emplois-sur-le-golf-danjou.php

Une usine et 1000 emplois sur le golf d'Anjou?

Le terrain du Club de golf Métropolitain Anjou,... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Le terrain du Club de golf Métropolitain Anjou, dans l'est de Montréal, est dans la ligne de mire d'une entreprise étrangère du secteur des énergies propres pour y déployer un projet de 1,8 milliard US et créer 1000 emplois directs, a appris La Presse.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

648837.png
Kathleen Lévesque
La Presse

L'immense terrain du Club de golf Métropolitain Anjou, dans l'est de Montréal, est dans la ligne de mire d'une entreprise étrangère du secteur des énergies propres pour y déployer un projet de 1,8 milliard US et créer 1000 emplois directs, a appris La Presse.

Rajdeep Basu, président de Solargise, une entreprise étrangère du secteur... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 1.0

 

Rajdeep Basu, président de Solargise, une entreprise étrangère du secteur des énergies propres.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

La société britannique Solargise a mis au point une nouvelle technologie de panneaux solaires sans plastique et presque entièrement recyclables. Elle a déjà des ententes de principe avec deux États du sud de l'Inde pour la vente de 2,5 GW d'énergie. Il ne lui reste qu'à construire une usine, et Montréal est l'endroit privilégié, selon le président de Solargise, Rajdeep Basu.

« Montréal est au sommet de la liste des concurrents », a confirmé hier M. Basu en entrevue à La Presse. Ce dernier souhaite conclure le dossier d'ici à la fin de l'été et entreprendre la construction de l'usine avant la fin de l'année.

Le projet n'a pas encore obtenu l'aval de la Ville de Montréal, qui a annoncé en mai l'annexion de la moitié de la superficie du Club de golf Métropolitain Anjou pour agrandir le parc-nature du Bois-d'Anjou.

 

Montréal n'est toutefois pas la seule terre d'accueil ciblée. Au Québec, Valleyfield et Gatineau sont également sur les rangs. Le véritable concurrent est toutefois l'Ontario, confirme M. Basu, sans dévoiler quels sont les endroits dans cette province où il pourrait implanter l'usine de Solargise.

Selon Rajdeep Basu, le terrain dans l'est de Montréal présente tous les avantages recherchés. Il compte 200 acres, bénéficie de la proximité d'une ligne de transmission électrique, alors que l'entreprise aura besoin de 550 MW, offre l'accès aux autoroutes, au transport par train et par voie maritime, et se trouve au coeur d'un important bassin de travailleurs.

Lors de la première phase de développement, l'embauche de 800 personnes est évoquée. Il s'agit d'emplois qualifiés (salaire d'environ 60 000 $/année) pour lesquels l'entreprise fournira la formation. À terme, ce sont 1000 personnes qui pourraient travailler chez Solargise, affirme son président.

ACCOMPAGNEMENT GOUVERNEMENTAL

À quelques semaines du déclenchement des élections, plusieurs ministères et organismes du gouvernement du Québec accompagnent l'entreprise dans le développement de son projet. La firme de relations publiques National a été mandatée pour ouvrir des portes politiques et administratives depuis décembre dernier.

Au cabinet de la ministre du Développement économique, Dominique Anglade, on confirme que le Ministère soutient Solargise. « Il s'agit d'un projet intéressant », a souligné Guillaume Bérubé, attaché de presse de Mme Anglade, qui a rencontré les représentants de l'entreprise il y a déjà quelques mois.

Investissement Québec, la Caisse de dépôt et placement, Montréal International, Hydro-Québec et la Chambre de commerce de l'est de Montréal collaborent au projet Solargise.

« Oui, nous sommes dans ce projet-là, qui est d'une grande importance dans le domaine des "cleantechs", excessivement intéressant pour le Grand Montréal et tout le Québec. C'est rare que ça arrive, un projet de cette envergure avec un investissement étranger », mentionne Hubert Bolduc, président-directeur général de Montréal International. 

Fayolle Canada, à qui appartient l'entrepreneur Magil Construction, est également impliqué dans le projet à titre de constructeur. « C'est un projet très porteur. Solargise produira de l'énergie verte avec de l'énergie verte, puisque l'on prend de l'hydroélectricité pour produire des panneaux solaires dans un processus qui est peu polluant. [...] C'est ce que l'on appelle des cleantechs », souligne le vice-président Denis Choquette.

INVESTISSEMENTS

À la Chambre de commerce de l'est de Montréal, la présidente-directrice générale Christine Fréchette voit l'occasion de redonner un élan à l'Est. « Ce serait une excellente nouvelle si ce projet se réalise, par son ampleur. Cela compenserait la perte de Molson [qui déménagera à Longueuil]. Mais ce sont des emplois encore mieux que ceux de Molson, puisque l'on parle d'économie du savoir. L'Est a besoin de se renouveler et d'actualiser son image économique. Et les technologies propres sont un créneau d'avenir », a indiqué Mme Fréchette.

Le projet de Solargise totalise un investissement de 1,8 milliard US ou 2,3 milliards CAN. Jusqu'à maintenant, 560 millions sont garantis, ce qui correspond à la phase 1 du projet, explique M. Basu.

Quant à la possibilité d'une aide gouvernementale, il n'en est pas encore question pour le moment. D'ailleurs, M. Basu souligne que son entreprise ne demande pas de traitement de faveur, mais souhaite bénéficier des programmes offerts, notamment en matière de recherche et développement.

Aucune demande formelle n'a été déposée.

ALÉAS MUNICIPAUX

Chose certaine, Rajdeep Basu se montre satisfait de l'intérêt suscité par son projet. 

« Tout le monde a apporté du soutien, mais pour aller de l'avant, il faut maintenant sélectionner le site et engager des discussions avec la municipalité », explique-t-il. 

À l'arrondissement d'Anjou, le maire Luis Miranda est enthousiaste. Une rencontre a eu lieu jeudi dernier, ce qui a conforté le maire dans son appui au projet. « Les financiers et les représentants de l'entreprise voulaient savoir à quelle vitesse ils pourraient obtenir les approbations nécessaires, parce qu'ils veulent débuter la construction... hier, si vous voyez ce que je veux dire », a relaté M. Miranda.

Le maire soutient qu'habituellement, 30 jours sont nécessaires aux fonctionnaires d'Anjou pour délivrer les permis nécessaires. « Mais je leur ai dit : pour un projet comme le vôtre, même s'il faut que je fasse travailler les gens en temps supplémentaire samedi et dimanche pour sortir les permis, on va le faire. Quand on parle d'un projet comme celui-là, il faut sortir le tapis rouge », a lancé M. Miranda.

Le hic, c'est que le responsable des parcs au comité exécutif de la Ville de Montréal, Luc Ferrandez, a annoncé l'agrandissement du parc-nature du Bois-d'Anjou en mai dernier. Selon Luis Miranda, cela équivaut « à mettre des bâtons dans les roues du projet ».

Le projet de M. Ferrandez, qui a été adopté par le comité exécutif de Montréal, prévoit l'annexion de terrains, dont près de la moitié de la superficie du Club de golf Métropolitain Anjou. Le terrain de golf est une propriété privée. Il appartient à la famille Di Lillo. L'actuel boisé d'Anjou qui appartient à Montréal est situé au nord du terrain de golf, dans une zone industrielle lourde.

Il a été impossible de parler à Luc Ferrandez, qui est en vacances. On souligne toutefois que le projet Solargise ne respecte pas le schéma d'aménagement de l'agglomération de Montréal. Tout au plus indique-t-on que le projet a été présenté au Service de développement économique et qu'« il est présentement à l'étude ».

Chez National, André Bouthillier insiste pour dire qu'il y a des « discussions constructives avec Montréal ». « Ils sont conscients que c'est un excellent projet qui répond à la nouvelle stratégie de développement économique présentée par la mairesse en avril dernier », a-t-il assuré.

M. Bouthillier précise qu'une demande de rencontre a été formulée auprès du cabinet de Valérie Plante. Cette dernière est en vacances pour quelques semaines.

QUI EST SOLARGISE ?

Solargise est une entreprise britannique créée il y a 10 ans par Rajdeep Basu. Une filiale canadienne a été mise en place en mai dernier, selon le Registre des entreprises du Québec. On y précise que l'activité de Solargise est l'exploitation d'une usine de fabrication de silicium polycristallin brut, « un composant essentiel dans l'industrie de la fabrication de panneaux solaires photovoltaïques ». M. Basu est à l'origine de cette nouvelle technologie brevetée. Une usine-pilote a été aménagée en Italie, puis des tests que M. Basu estime « concluants » ont été réalisés dans un désert aux Émirats arabes unis pendant deux ans. Ce sont ces résultats qui ont permis à Solargise de signer des ententes de principe avec les États de l'Inde Andhra Pradesh et Karnataka pour la vente de panneaux solaires qui sont garantis pour 30 ans. Solargise ne compte actuellement qu'une quarantaine d'employés, principalement des chercheurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Ville avait annoncé l'agrandissement du parc-nature en incluant le terrain de golf...

 

« Quant au Bois-d'Anjou, il s'agit d'un parc-nature voisin du Club de golf Métropolitain Anjou, mais où aucun sentier n’a encore été aménagé pour les visiteurs. Le Conseil régional de l’environnement de Montréal souhaite que le Bois-d'Anjou et le terrain de golf soient réunis pour former le Grand Parc de l’Est. »

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avant de monter trop vite aux créneaux, voyons comment on peut mener conjointement ces deux projets, en faisant des compromis intelligents de part et d'autre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très beau projet. Ca ne peut pas rater cette affaire la… C'est le provincial qui va s'en mêler, on est en élection.

C'est une zone industrielle d'abord et avant tout. D'ailleurs c'est peut être pour ca qu'ils ont réussit a avoir leur projet stupide dans l'ouest de l'Ile...

Meme les croque noisette de l'équipe Plante vont devoir s'y faire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 52 minutes, ScarletCoral a dit :

La Ville avait annoncé l'agrandissement du parc-nature en incluant le terrain de golf...

Ils avaient aussi spécifié que ça pourrait se faire sous la forme d'un corridor vert à travers un nouveau développement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, acpnc a dit :

Avant de monter trop vite aux créneaux, voyons comment on peut mener conjointement ces deux projets, en faisant des compromis intelligents de part et d'autre.

Il y a de la place pour tout le monde sur ce terrain.  J'espère que l'idéologie ne nous fera pas perdre ce projet.

Et c'est une usine de panneaux solaires, je ne peux pas croire qu'on pourrait bloquer ça pour des motifs environnementaux de protéger un agrandissement de parc.  Ce n'est pas une usine d'armes chimiques !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, ToxiK a dit :

Il y a de la place pour tout le monde sur ce terrain.  J'espère que l'idéologie ne nous fera pas perdre ce projet.

Et c'est une usine de panneaux solaires, je ne peux pas croire qu'on pourrait bloquer ça pour des motifs environnementaux de protéger un agrandissement de parc.  Ce n'est pas une usine d'armes chimiques !

Comme dans toute chose il faut doser et surtout ne pas opposer développement et environnement. Je fais donc confiance à l'administration municipale pour revoir une partie de son projet s'il y a lieu, afin de permettre cet important investissement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 45 minutes, acpnc a dit :

Comme dans toute chose il faut doser et surtout ne pas opposer développement et environnement. Je fais donc confiance à l'administration municipale pour revoir une partie de son projet s'il y a lieu, afin de permettre cet important investissement.

J'aimerais avoir ta confiance.  Je crois que ça va être un test pour Projet Montréal, et plus spécifiquement pour Luc Ferrandez.  On va voir s'ils sont capables d'être pragmatiques et de permettre la cohabitation entre cette usine et un parc-nature ou bien s'ils vont tout donner pour le parc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cet investissement est considérable et présente plusieurs avantages économiques. Quant au site convoité, on ne parle pas d'un parc naturel, mais d'un golf où la nature est réduite à sa plus simple expression. Ce qui ne veut pas dire que l'on doive le dilapider, puisqu'il est tout de même récupérable pour en faire éventuellement un espace vert de qualité, au service de la population. 

Maintenant s'il n'y a pas de terrain équivalents présentant les mêmes avantages pour l'entreprise, on ne devrait pas perdre cette importante opportunité de création d'emplois bien rémunérés, en l'abandonnant à une ville concurrente. A date PM a pris de bonne décisions économiques et je ne crois pas que Valérie Plante entretienne une attitude démagogique. J'ai donc confiance qu'elle saura faire la part des choses en coupant la poire en deux, pour pouvoir accommoder les deux projets. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant