bxlmontreal

Montréal : le tourisme bat de nouveaux records

Recommended Posts

Montréal : le tourisme bat de nouveaux records

 

Selon les prévisions de Tourisme Montréal, le volume des dépenses touristiques dans la métropole canadienne devrait afficher pour 2017 une croissance de 9,9 % pour atteindre 3,6 milliards de dollars canadiens, soit 2,4 milliards d’euros.

Le trafic de passagers à Montréal-Trudeau a augmenté de 11 %

« Le tourisme fait partie des industries dont les perspectives de croissance sont particulièrement prometteuses au Canada, ce qui constitue une excellente nouvelle pour le secteur touristique montréalais », s’est réjoui Yves Lalumière, président directeur général de Tourisme Montréal. « Le 375e anniversaire de Montréal a contribué à notre rayonnement international et servira de tremplin pour les années futures » a-t-il ajouté.

 

Cet été, le nombre de touristes étrangers venus au Québec a progressé de 5,7 % en provenance d’outre-mer, de 119,3 % en provenance du Mexique et de 32,1 % en provenance de la Chine. Une croissance de 11,1 % a été également été enregistrée pour les arrivées des Américains aux frontières du Québec.

Au cours des mois de juin et de juillet, le trafic de passagers total à Montréal-Trudeau a augmenté de 11 % pour se chiffrer à 3,5 millions. Le trafic international était en hausse de 15,6 %.

La fréquentation des sites touristiques a augmenté de 11,6 % cet été. Entre autres, le Musée des beaux-arts de Montréal, le Musée McCord et le Musée Pointe-à-Callière ont enregistré respectivement des hausses de fréquentation de 28,8 %, de 63,3 % et de 56 %.

 

Selon les dernières statistiques hôtelières de l’Association des hôtels du Grand Montréal (AHGM), pour la période allant de juin à août, le taux d’occupation sur l’île a atteint 88,6 % tandis que le prix moyen des chambres s’est établi à 214,10 dollars, soit une hausse de 11,7 %. Les revenus d’hébergement ont crû de 17,3 % par rapport à la même période en 2016.

 

http://www.quotidiendutourisme.com/destination/montreal-le-tourisme-bat-de-nouveaux-records/156912

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, fmfranck a dit :

Ouin le 375e, cette cochonnerie de Coderre, y était probablement pour rien. :awesome:

N'importe quel maire en place aurait eu l'obligation de souligner le 375è de Montréal, comme on l'a fait pour les autres anniversaires de ce type dans le passé et qu'on le fera pour le 400è à venir, etc. Ce ne sont donc pas les chiffres qui sont importants ici, mais les événements et les différents projets pour le souligner.

Ce qui diffère aussi des autres années, ce sont les plus importants budgets publicitaires et le tapage médiatique qui a attiré l'attention des touristes potentiels. Il ne sont peut-être pas venus pour la plupart spécifiquement pour le 375è, mais parce que la promotion soutenue de Montréal a réussi à les séduire, avec en prime sa richesse culturelle unique et son histoire particulière.

L'ambiance de la ville aura fait le reste, en retenant plus longuement les touristes sur place. Car ici la rétention des visiteurs est de loin le premier objectif. Puisque c'est en prolongeant leur séjour qu'ils dépensent le plus, en laissant derrière eux des sommes importants notamment en hôtellerie, restos, bars, spectacles, achats, musées etc. 

Un autre détail à souligner dans l'équation, est l'ensemble des nouveaux vols transfrontaliers et internationaux qui amènent de nouveaux voyageurs qui ne seraient probablement jamais venus sur place autrement. C'est un facteur récurrent qui devrait croitre avec les années, en fournissant un apport important en provenance de l'Asie notamment. 

Donc tout ça mis ensemble conduit nécessairement à une augmentation régulière du tourisme, qui se nourrira de lui-même par la satisfaction des visiteurs et de la bonne renommée de la métropole.

Un fait nouveau à souligner ici et que j'ai constaté cette année dans Charlevoix. Il y a eu plusieurs groupes de touristes chinois et de visiteurs individuels asiatiques qui ont parcouru la région ces derniers mois. Un phénomène encourageant qui devrait prendre de l'expansion et qui est sans aucun doute une retombée directe des nouveaux vols sur Montréal en provenance du continent asiatique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, acpnc a dit :

 

Un fait nouveau à souligner ici et que j'ai constaté cette année dans Charlevoix. Il y a eu plusieurs groupes de touristes chinois et de visiteurs individuels asiatiques qui ont parcouru la région ces derniers mois. Un phénomène encourageant qui devrait prendre de l'expansion et qui est sans aucun doute une retombée directe des nouveaux vols sur Montréal en provenance du continent asiatique.

C'est clair que ca rapporte des retombées positives pour toutes les regions du Quebec ces vols .Je connais une couple de japonais beaucoup plus enclins  à visiter la ville de quebec l'été prochain.

Un pays que tous mes amis quebecois veulenet visiter depuis  an , c'est L'Islande alors qu'avant jamais ils auraient envisagé.Certains vols directs creent une demande qui n'existait quasiment pas avant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, raphi a dit :

C'est clair que ca rapporte des retombées positives pour toutes les regions du Quebec ces vols .Je connais une couple de japonais beaucoup plus enclins  à visiter la ville de quebec l'été prochain.

Un pays que tous mes amis quebecois veulenet visiter depuis  an , c'est L'Islande alors qu'avant jamais ils auraient envisagé.Certains vols directs creent une demande qui n'existait quasiment pas avant.

Cela a toujours été mon argument pour la défense de routes internationales directes pour YUL. En créant une offre substantielle on ouvre la porte aux grossistes et aussi aux touristes individuels pour leur permettre de découvrir notre société distincte en pleine Amérique. Nous avions le bon produit, mais il y avait un manque sévère d'accessibilité. 

Cette ouverture au monde nous apportera des bénéfices non négligeables dans notre économie, en favorisant de nouvelles opportunités d'affaires et en bout de ligne un enrichissement collectif. C'est bon pour Montréal et ce sera aussi bon pour les régions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Publié le 20 novembre 2017 à 05h00 | Mis à jour à 05h00

«Le Canada ne figurait même pas, en 2016,... (PHOTO PC)

«Le Canada ne figurait même pas, en 2016, dans le top 20 des pays les plus visités par les voyageurs chinois», explique Alexandre Sirois.

PHOTO PC

1157682.png
Alexandre Sirois
La Presse

Tout ce que la Chine fabrique lui a valu d'être surnommée «l'usine du monde». Avec raison. Mais la Chine est aussi une véritable usine... à touristes.

On a parfois tendance, ici, à l'oublier. Pourtant, s'en préoccuper davantage pourrait rapporter gros.

Explications : de tous les voyageurs en provenance de marchés étrangers, les Chinois sont dorénavant les plus nombreux. Les chiffres ont de quoi faire rêver. L'an dernier, plus de 120 millions de Chinois ont quitté leur pays pour explorer le monde.

Bon nombre de ces nouveaux touristes sont jeunes et dépensent des sommes colossales à l'étranger. Et ils devraient être de plus en plus nombreux à l'avenir. Le magazine Bloomberg Businessweek vient d'ailleurs de consacrer un article à cette tendance.

 

Les touristes chinois représentent donc une occasion en or pour les pays qui sauront les charmer.

Où en est le Canada? Il fait des efforts honorables. Mais il peut très certainement faire mieux. L'an dernier, un peu plus de 600 000 touristes chinois ont foulé le sol canadien. C'est beaucoup, bien sûr. Mais c'est encore trop peu.

Le Canada ne figurait même pas, en 2016, dans le top 20 des pays les plus visités par les voyageurs chinois. «Si nous doublions notre chiffre dès demain, nous n'aurions encore que 1% de tous les touristes chinois», faisait remarquer récemment l'ambassadeur canadien en Chine, John McCallum, lors d'un discours au Conseil des relations internationales de Montréal. Un discours judicieusement intitulé : «Saisir les occasions en Chine».

Le Québec, qui était en retard dans ce dossier, est en train de rattraper le temps perdu. Il avait accueilli uniquement 31 000 touristes chinois en 2010. Cette année, on pense pouvoir franchir le cap des 170 000. Les nouvelles liaisons aériennes directes entre Montréal et deux importantes villes chinoises, Pékin (depuis 2015) et Shanghai (cette année), ont eu sur ce secteur un effet similaire à celui des stéroïdes sur le corps humain. Le Québec a enfin pris son élan.

«Ce qui est important maintenant, c'est : est-ce qu'on va courir assez vite?», dit Martin Soucy de l'Alliance de l'industrie touristique du Québec.

Tant les gouvernements que les divers acteurs du secteur touristique ont un rôle crucial à jouer pour y parvenir. On a déjà commencé à tisser des liens avec l'industrie touristique chinoise.

Il faut poursuivre nos efforts et innover en matière de promotion si on souhaite que nos destinations se démarquent. La concurrence est féroce. Parallèlement, il serait bon de veiller à ce que l'attribution de visas se fasse de façon plus fluide qu'actuellement.

Du travail reste à faire, par ailleurs, sur le sol québécois. Qui, actuellement, est capable d'accueillir un touriste chinois en parlant mandarin? Ou en lui offrant des documents dans cette langue?

Il y a plusieurs années, les Québécois qui souhaitaient étudier à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec et qui maîtrisaient le mandarin pouvaient bénéficier d'un rabais. Des mesures similaires pourraient certainement être de nouveau envisagées.

Car les touristes veulent être dépaysés, mais ne veulent pas non plus, en général, sortir complètement de leur zone de confort. Adapter les services aux visiteurs chinois est donc crucial.

Par exemple, leur permettre d'utiliser les modes de paiement qu'ils privilégient (certaines applications chinoises sur leurs téléphones intelligents). Ça peut aussi vouloir dire, pour les hôtels, offrir des bouilloires, des sachets de nouilles, des pantoufles et peut-être même des déjeuners asiatiques.

En termes de retombées économiques, le jeu en vaut la chandelle. L'an dernier, selon l'Organisation mondiale du tourisme, la Chine a injecté 261 milliards US dans le tourisme international. Le Québec aurait tout intérêt à déployer les efforts nécessaires pour en profiter davantage, mais aussi à se préparer à faire face à la situation si ces touristes débarquent ici en masse.

«120 millions

Nombre de Chinois qui ont quitté leur pays, l'an dernier, pour explorer le monde.»

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On 11/17/2017 at 6:19 PM, acpnc said:

Cela a toujours été mon argument pour la défense de routes internationales directes pour YUL. En créant une offre substantielle on ouvre la porte aux grossistes et aussi aux touristes individuels pour leur permettre de découvrir notre société distincte en pleine Amérique. Nous avions le bon produit, mais il y avait un manque sévère d'accessibilité. 

Cette ouverture au monde nous apportera des bénéfices non négligeables dans notre économie, en favorisant de nouvelles opportunités d'affaires et en bout de ligne un enrichissement collectif. C'est bon pour Montréal et ce sera aussi bon pour les régions.

The investment and risk is taken on by the airlines. It's not elected officials in Montreal and QUebec City who have made the difference. How much has Quebec invested in all the new routes Air Canada and Air Transat have launched from Montreal?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 15 minutes, mark_ac a dit :

The investment and risk is taken on by the airlines. It's not elected officials in Montreal and QUebec City who have made the difference. How much has Quebec invested in all the new routes Air Canada and Air Transat have launched from Montreal?

Hé ben, dire que dans les débats de la campagne électorale, Denis Coderre prenait le mérite des vols vers la Chine, qu'il comptait parmi ses réalisations.  Content de voir que finalement, peu importe le politicien en place, ça fait peu de différence à ce chapitre...

Pour ceux qui s'inquiétaient de l'élection de Valérie Plante...    :relieved:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Air Canada a fait sa grande part dans l'obtention de nouvelles routes et je me réjouis de l'annonce des dernières nouvelles destinations. Aucun doute que l'arrivée de certains appareils particuliers ont permis du sur-mesure pour certaines destinations non encore desservies.

Quant à l'aspect politique de la chose, Air Canada ne vit pas en vase clos dans le monde des affaires à ce que je sache et n'est pas non plus insensible aux pressions qui ont pu se manifester ponctuellement en provenance de différents niveaux de gouvernement. De toute façon où serait le mal d'obtempérer à certaines demandes si le marché est mûr pour ces changements?

Tous les jours les gouvernements prennent des décisions relatives aux affaires, vivent des pressions de la part de certains lobbies et font du démarchage auprès d'entreprises privées pour qu'elles répondent à des besoins bien spécifiques. L'industrie aérienne comme toutes les autres, doit composer avec ces réalités externes pour y trouver bien sûr son profit.

En terminant je ne souhaite pas entrer dans un autre débat interminable sur le sujet, ni transformer ce fil en discussions politiques.

Alors retournons aux faits: l'ouverture de nouvelles routes directes en provenance d'Asie donne déjà des résultats concrets sur le terrain. Montréal et le Québec ont donc tout intérêt à créer les conditions gagnantes pour que cette croissance du tourisme asiatique se poursuive et profite à tous les intervenants y compris bien sûr les compagnies aériennes nationales comme internationales (les premières concernées).

C'est un nouveau marché extrêmement important pour nous en terme de revenus et probablement le plus prometteur en terme de croissance. Je peux même affirmer que pour la première fois, de nombreux chinois sont venus visiter Charlevoix cet été et jusque tard en automne. L'ouverture d'un nouveau Club Med au Massif dans deux ans, compte déjà tenter de séduire cette clientèle pour les sports d'hiver, un rêve impossible sans vols directs sur YUL.

Il y a d'ailleurs un surprenant engouement pour le Québec et sa culture qui s'installe peu à peu en Chine, avec notamment un projet de réplique du Vieux-Québec à une centaine de kilomètres de Shanghai. Voir le lien: http://www.ledevoir.com/politique/ville-de-quebec/513408/le-vieux-quebec-made-in-china

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
42 minutes ago, mark_ac said:

The investment and risk is taken on by the airlines. It's not elected officials in Montreal and QUebec City who have made the difference. How much has Quebec invested in all the new routes Air Canada and Air Transat have launched from Montreal?

 OK, but one of the most important aspects of any risk analysis is on the quality of governance.  The reality is that good companies don’t just take risks; they minimize them…and those with the deepest pockets do a lot of homework before taking a decision whether to proceed or not. Good governance makes all the difference in the world.  And...we’re not talking here about true entrepreneurs who actually mortgage their houses because they can’t get loans from the bank.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant