LindbergMTL

Intelligence Artificielle - AI Montréal Plaque Tournante

Recommended Posts

il y a 2 minutes, bob a dit :

Pas certain de voir à quoi vous faites référence. Notre discussion porte sur des faits, pas des points de vue.

Par point de vue j'entendais simplement ma façon de voir les choses et d'interpréter ce qui a été dit. Pour ce qui est des faits il est difficile d'en discuter car nous en avons très peu jusqu'ici.

Selon moi il serait plus juste de dire que nous discutons d'un article que de faits précis. Par contre, s'il s'agissait d'une véritable nouvelle, ou d'une annonce, ce serait différent. Mais il s'agit d'un reportage et non d'une nouvelle, et encore moins d'un fait. Jusqu'à preuve du contraire bien entendu.

Le point en litige était, et demeure, l'extrait suivant: “I don’t think people realize the degree to which AI is playing into site selection today,” said Boyd, pointing to Boston-based State Street’s and New York-based Morgan Stanley’s decision to move 2,000 workers to Montreal.

J'essayais simplement d'interpréter au meilleur de mes connaissances ce que cela pourrait signifier dans la réalité car c'est tellement gros comme "nouvelle" qu'il est difficile d'y trouver un sens tel que cela a été formulé. Il faut comprendre que j'emplois ici le mot nouvelle selon le sens suivant: that's news to me. Car je ne crois pas que l'on puisse traiter ce commentaire comme une nouvelle à proprement parler. Cela demeure pour le moment quand même très intriguant.

il y a 21 minutes, bob a dit :

Occam’s razor: l’article de « twincities.com » est imprécis/erroné, ou bien le déménagement soudain de 2000 postes à Montréal est effectivement passé inaperçu?

Voilà le noeud du problème. Selon moi cette information n'est ni vraie ni fausse. Elle demande cependant à être éclaircie.

il y a 38 minutes, bob a dit :

L’article est effectivement formulé de manière trompeuse, mais je ne crois pas qu’ils voulaient  dire qu’il s’agit du déplacement de 2000 postes d’un coup. C’est simplement le bilan du nombre d’employés de ces deux compagnies en 2018 à Montréal. Ça a pris de années pour en arriver à ce nombre.

(il faudrait d’ailleurs que je vérifie, car même avec cette interprétation cela me semble un peu élevé. Je vais investiguer.)

J'ai plus ou moins la même impression. Mais en attendant d'obtenir davantage de précisions je demeure perplexe, pour ne pas dire dubitatif.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Jeff Fillion se pogne sur twitter en rapport à cela et ses suiveux de Québec sont d'accord avec lui.

 

Depuis des semaines sur les ondes ..il plante Mtl en disant qu'on est pas là pantoute en AI...le pire est que ses centaines de milliers d'auditeurs le croient.

 

Plus

Jeff Fillion a retweeté Octave Parango

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-06-27 à 09:25, crosbyshow a dit :

Jeff Fillion se pogne sur twitter en rapport à cela et ses suiveux de Québec sont d'accord avec lui.

 

Depuis des semaines sur les ondes ..il plante Mtl en disant qu'on est pas là pantoute en AI...le pire est que ses centaines de milliers d'auditeurs le croient.

 

Plus

Jeff Fillion a retweeté Octave Parango

 

Je doute que les gens qui écoutent ce clown aient le moindrement d’influence sur l’investissement dans le domaine. Je ne m’inquièterais pas pour ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Will Montreal have its first Unicorn? :)

Element AI is reportedly eyeing a $250mn Series B funding round

https://canada.businesschief.com/leadership/2747/Element-AI-is-reportedly-eyeing-a-250mn-Series-B-funding-round

According to BNN Bloomberg, citing four sources, Montreal-based technology startup Element AI is looking to raise $250mn in venture capital (VC) funding.

Element AI provides businesses with no or little technology experience and no how with easy to use AI software, allowing companies from all backgrounds to pursue transformational roadmaps surrounding artificial intelligence.

Reportedly, if successful, the funding round would value the startup at more than $1bn, giving the company unicorn status for the first time, coming just two years after the business was founded in 2016.

According to BNN Bloomberg, there is no guarantee that the funding will occur, with Element AI only in early talks with a number of investors.

These conversations may include the firm’s existing shareholders such as Microsoft, Intel and the National Bank of Canada who all took part in Element AI’s $135mn Series A funding round a year ago, considered to be the biggest such round for a Canadian startup at the time.

Modifié par _mtler_

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La toile de la toile, ou comment un algorithme apprend à peindre

 Publié le vendredi 16 février à 11 h 30 HNE

 

CHRONIQUE - Ceci est l'histoire d'une toile peinte par absolument personne et qui est en vente pour 15 566,62 $. Son créateur? \min_G \max_D \mathbb{E}_{x\sim p_{data}(x)} [\log D(x))] + \mathbb{E}_{z\sim p_z(z)} [\log(1-D(G(z)))]. Voici la genèse de la toile Le comte de Belamy.

Un texte de Matthieu Dugal, animateur de La sphère

Cette déclaration se retrouve sur la page d’accueil de cette expérience artistique qu’on dirait tout droit sortie de Bladerunner 2049, sauf que l’œuvre est à vendre au coût de 10 000 euros sur la plateforme eBay et qu’elle provient en partie de… Montréal.

Ces lignes de code, c’est littéralement ce à quoi peut ressembler l’intelligence artificielle lorsqu’elle est formalisée en laboratoires. C’est avec ce nom qu’un collectif d’artistes français, Obvious Art, a signé cette toile. Et vous qui pensiez que le serbo-croate manquait de voyelles...

 

Accédez à l’article et à l’image  de la toile.  Elle s’est vendue pour $15k can.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1084201/toile-art-algorithme-intelligence-artificielle-matthieu-dugal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La firme britannique Behavox, spécialisée dans l'intelligence artificielle, compte créer 200 emplois à Montréal en y implantant un centre de recherche et développement à compter du mois d'août.

L'annonce a été effectuée mercredi à Londres, au Royaume-Uni, par la ministre de l'Économie, Dominique Anglade, qui se trouvait dans la métropole britannique dans le cadre d'une mission économique.

Behavox n'a pas précisé l'ampleur de son investissement à Montréal ou la cadence des embauches.

L'entreprise désire recruter des spécialistes des technologies de l'information qui travailleront sur sa plateforme d'analyse de données d'entreprise. Celle-ci est utilisée entre autres par des sociétés du secteur bancaire, du courtage de valeurs mobilières ainsi que par des fonds spéculatifs.

 

Behavox affirme que son logiciel d'apprentissage automatique permet aux entreprises de colliger un important volume de données générées par des employés, comme des courriels ainsi que des messages textes.

Son fondateur et président-directeur général, Erkin Adylov, a indiqué, par voie de communiqué, que l'entreprise avait arrêté son choix sur Montréal parce que la métropole «est sans contredit la plaque tournante du développement de l'intelligence artificielle».

Behavox compte également des bureaux à Singapour, à New York et à San Francisco.

http://www.lapresse.ca/affaires/economie/quebec/201807/18/01-5189988-behavox-ouvrira-un-centre-de-recherche-et-developpement-a-montreal-200-emplois.php

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par mtlurb
      Une centaine d'emplois de plus chez CMC Électronique
       
       
      25 septembre 2007 - 06h00
      La Presse
      Marie Tison
      Atlanta
      Grossir caractèreImprimerEnvoyer
       
      Propulsée en partie par l'aviation d'affaires, CMC Électronique poursuit son essor. La société montréalaise, filiale de l'entreprise américaine Esterline, devra engager une centaine de personnes au cours des 18 prochains mois pour faire face à la croissance.
       
      «Nous avons augmenté nos effectifs de 25% au cours des trois dernières années, soit 250 personnes, a déclaré le président et chef de la direction de CMC, Jean-Pierre Mortreux, lundi à Atlanta, à la veille de l'ouverture du congrès annuel de la National Business Aviation Association (NBAA). Nous avons maintenant 1250 employés. Nous prévoyons embaucher 100 personnes de plus au cours de la prochaine année et demie.»
       
      À l'heure actuelle, l'aviation d'affaires ne représente que 15% du chiffre d'affaires de CMC, une entreprise qui se spécialise dans l'avionique, soit les produits de haute technologie que l'on retrouve dans les cabines de pilotage.
       
      Les revenus de CMC liés à l'aviation d'affaires ont toutefois triplé au cours des trois dernières années, ce qui donne une idée de la croissance de ce secteur.
       
      «L'aéronautique se porte bien, et l'avionique est en pleine progression, a indiqué M. Mortreux. Nous avons de la croissance dans tous les domaines, mais elle est plus forte dans l'aviation d'affaires parce que nous avons proposé des produits très importants.»
       
      En fait, l'avionique est devenue un des principaux arguments de vente des grands manufacturiers d'avions d'affaires. Bombardier a ainsi organisé une grande cérémonie lundi à Atlanta pour présenter le nouveau poste de pilotage de ses appareils les plus coûteux, le Global Express XRS, un appareil de catégorie Très long courrier, et le Global 5000, un appareil de la catégorie Grande dimension.
       
      «Nous vous présentons le poste de pilotage de l'avenir», a lancé le président de Bombardier Avions d'affaires, Pierre G. Côté, devant un grand parterre d'invités et de journalistes.
       
      M. Côté s'est joint au président de Bombardier Aéronautique, Pierre Beaudoin, et au premier client du Global Express ainsi amélioré, le président de London Air Service, Wynne Powell, pour dévoiler la maquette du poste de pilotage, bouteilles de champagne à la main.
       
      Le nouveau poste de pilotage, particulièrement luxueux avec ses sièges de cuir, comprend des instruments trèsperfectionnés.
       
      CMC fait partie intégrante de ce nouveau poste de pilotage: le Global Express et le Global 5000 pourront ainsi compter sur le système de vision en vol améliorée de CMC et sur son organiseur électronique de vol.
       
      Le système de vision en vol améliorée permet aux pilotes de naviguer et d'atterrir dans des conditions de visibilité difficile. Quant à l'organiseur de vol, il remplace les lourdes serviettes de documents que les pilotes doivent transporter à bord.
       
      Il s'agit d'un petit appareil électronique qui comprend les cartes, les listes de vérifications et même les conditions météorologiques en tant réel.
       
      «Bombardier n'avait pas encore pris position, elle laissait ses clients choisir eux-mêmes le fournisseur d'organiseur de vol, a commenté M. Mortreux. Maintenant, nous sommes le fournisseur recommandé.»
       
      CMC a enregistré d'autres progrès auprès de Bombardier. L'avionneur montréalais a ainsi choisi le système de vision en vol amélioré de CMC pour son nouveau Challenger 605. CMC a aussi profité du congrès de la NBAA pour annoncer qu'ATR (Avions de transport régional) avait choisi son organiseur de vol pour ses turbopropulseurs régionaux.
       
      M. Mortreux a noté lundi que CMC avait entrepris d'élargir ses horizons en allant au-delà de la conception de produits: elle a commencé à offrir des services d'intégration de produits d'avioniques dans les cabines de pilotage.
       
      Elle a déjà obtenu des contrats d'intégration dans le domaine de la défense, mais elle entend maintenant s'attaquer à l'aviation d'affaires avec ces services.
       
      «C'est la nouvelle frontière», a déclaré M. Mortreux.
    • Par mtlurb
      L'éditeur de Tomb Raider choisit Montréal
      30 janvier 2007
      Jesse Caron, LesAffaires.com
      ÉCRIRE À L'AUTEUR | IMPRIMER L'ARTICLE | ENVOYER L'ARTICLE
      TOUTES LES NOUVELLES
      Le concepteur de jeux vidéo Eidos, qui se cache derrière le populaire Tomb Raider, devrait annoncer son arrivée à Montréal bientôt.
       
      Selon des sources non identifiées par le Journal de Montréal, Eidos (ou Sci Entertainment Group) installera un nouveau studio à Montréal. L’annonce, qui devrait être faite les prochaines semaines, confirmerait une rumeur entendue dans les couloirs des autres studios de jeux vidéos de la métropole.
       
      L’idée d’un studio d’Eidos à Montréal circulait aussi abondamment au siège nord-américain de l’entreprise, à San Francisco. Il semble que le siège social d’Eidos, situé à Londres, ait récemment pris une décision dans le dossier.
       
      La taille du nouveau studio montréalais, les emplois qu’il créera et l’investissement requis demeurent inconnus. Une porte-parole d’Eidos à San Francisco a d’ailleurs refusé de commenter la nouvelle pour le Journal.
       
      Eidos a créé le titre Tomb Raider et sa populaire héroïne Lara Croft il y a 10 ans. L’entreprise publie aussi les jeux Hitman et Commandos Strike Force. Ses principaux studios sont en Californie, au Danemark et an Angleterre.
    • Par vincethewipet
      Plan commerce de la ville de Montréal
      https://www.newswire.ca/fr/news-releases/plan-commerce-de-la-ville-de-montreal--rapport-du-comite-consultatif---renouer-avec-le-commerce-sur-rue-un-chantier-prioritaire-685128251.html
      Voici la synthèse des recommendations:


       
    • Par _mtler_
      http://www.lapresse.ca/affaires/portfolio/developpement-economique-regional/portfolio-montreal/201803/01/01-5155814-nouvelle-strategie-economique-pour-la-metropole.php
      Publié le 01 mars 2018 à 16h31 | Mis à jour à 16h31
      Nouvelle stratégie économique pour la métropole
      Montréal est sur le point de lancer sa nouvelle stratégie économique « qui sera davantage tournée vers l'international », confirme Véronique Doucet, directrice du Service de développement économique à la Ville de Montréal.
      « Il est clair qu'il faut amener nos entreprises à accélérer leur croissance avec des projets d'exportation et élargir la portée de nos actions à l'international », précise-t-elle.
      Le volet « international » est l'un des nombreux éléments de ce plan stratégique, rappelle la directrice, en poste depuis un an. « Ça va se jouer sur plusieurs plans, soulève-t-elle. Nous avons identifié des secteurs prioritaires, nous voulons renforcer notre offre de service aux entreprises, faciliter les choses aux entrepreneurs et aux travailleurs. »
      « On arrive à la fin de l'exercice de planification stratégique. Tous les secteurs d'activité économique ont été analysés. L'objectif, c'est d'être plus performant. » 
      - Véronique Doucet
      Des « étapes administratives » devront toutefois être franchies avant d'aller de l'avant avec cette stratégie comportant « huit plans d'action », note la directrice, sans toutefois les définir.
      « Il y a des enjeux, comme le processus de négociation avec le gouvernement, pour ce qui est du statut de la métropole », résume-t-elle. Le plan stratégique sera soumis au cours des prochaines semaines à l'administration Plante pour approbation. « Ça fait presque un an qu'on négocie avec le gouvernement, relève-t-elle. On arrive à la fin. Tout converge pour être au bon moment vers le démarrage des projets. Vraiment, il y a eu un gros travail politique et administratif pour arriver où on est rendus. »
      De son côté, Géraldine Martin, directrice de l'entrepreneuriat à la Ville de Montréal, se dit enthousiaste à l'idée de pouvoir « passer à l'action » avec ce nouveau plan stratégique. « Ça va prendre plusieurs formes, que ce soit la mise en place de programmes financiers et des appels à projets, énumère-t-elle. Il sera question d'aide à la création et de restructuration de territoires géographiques. Ça va aller bien au-delà de l'entrepreneuriat. Mais ce qui importe, c'est d'avoir les talents nécessaires pour permettre aux entreprises de progresser. »
      LA SILICON VALLEY DE L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
      Pour continuer sur sa trajectoire « très positive », Montréal devra par ailleurs relever « le défi des emplois très payants » et miser avec encore plus de vigueur sur le secteur de pointe de l'intelligence artificielle, plaide Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.
      « Nous sommes sur une lancée et c'est pratiquement le plein emploi, résume-t-il. On n'a jamais connu une telle activité depuis 50 ans. Les entreprises embauchent et les banques financent des projets immobiliers d'envergure. »
      Mais il ajoute : « Le salaire per capita demeure encore trop peu élevé à l'heure actuelle, et il faut s'attaquer à cette problématique. C'est en attirant des entreprises technologiques qu'on y arrivera. »
      Michel Leblanc croit que Montréal peut faire aussi bien que Toronto, qui a acquis la réputation de capitale financière au Canada.
      « Nous pensons que Montréal pourrait devenir un centre technologique en innovation, à l'image de la Silicon Valley [en Californie], fait-il valoir. Nous avons le potentiel pour y parvenir, c'est certain. Nous avons l'expertise, des chercheurs qualifiés, et nous pouvons faire de la recherche appliquée et applicable. »
      Pour continuer sur sa trajectoire « très positive », Montréal devra par ailleurs relever « le défi des emplois très payants » et miser avec encore plus de vigueur sur le secteur de pointe de l'intelligence artificielle, plaide Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Photo Invanoh Demers, La Presse Tout dernièrement, rappelle-t-il, le gouvernement fédéral a sélectionné Montréal au titre de grappe de développement technologique dans l'intelligence artificielle. Ce faisant, Ottawa s'est engagé à injecter 220 millions de dollars dans des projets porteurs. À cette somme s'ajouteront les 720 millions qui seront injectés dans des projets de recherche et développement par le secteur privé, à partir de Montréal.
      VITALITÉ DES ARTÈRES COMMERCIALES
      La croissance économique de Montréal devra aussi passer par la revitalisation de ses artères commerciales et par la « redéfinition du centre-ville », relève, de son côté, Martine Hébert, vice-présidente principale, porte-parole nationale et vice-présidente, communications nationales, à la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI).
      « Il faut toutefois reconnaître que dans le commerce de détail, plusieurs petits commerçants en arrachent », déplore-t-elle. Elle montre du doigt la « mauvaise planification des travaux » pour la réfection de la rue Saint-Denis et, depuis peu, de la rue Sainte-Catherine.
      « On a appris que La Baie a décidé d'annuler ses investissements au centre-ville [rue Sainte-Catherine], ajoute-t-elle. Ce n'est pas une bonne nouvelle. Il ne faudrait pas que les travaux s'éternisent. »
      Sur cette question, elle dit « espérer que la mairesse [Valérie Plante] tiendra promesse de verser des compensations » aux commerçants pénalisés par les travaux de revitalisation.
      La présidente de la FCEI, qui représente des petites entreprises, constate que Montréal devra trouver des façons de régler « ses pénuries de main-d'oeuvre » si elle souhaite poursuivre sur sa lancée.
    • Par vincethewipet
      En ce moment, il se tient le "Forum des grands projets de la Chambre de commerce du montreal métropolitain".
      Il est possible de suivre l'actualité sur Twitter de cet événement ici: https://twitter.com/#!/search/%23CCMMQCCA
       
      Il est difficile d'avoir des annonces officielles par Twitter, mais voici ce que j'ai vu passé d'intéressant à date:
      - La FTQ suggère qu'il y a une demande pour 2 millions de pieds carrés de bureaux supplémentaires et le maire Tremblay suggère l'annonce d'une nouvelle tour cette semaine.
      - Le maire a spécifié que 10 nouveaux projets dans Ville-Marie seront annoncés la semaine prochaine.
      - On a beaucoup parlé des chantiers en santé, particulièrement: CHUM, CSUM, Maisonneuve-Rosemont, Ste-Justine, l'hôpital général juif.
      - Les palissades du CHUM seront couvertes d'oeuvres d'art. L'art aura une place déterminante dans le nouveau CHUM, il y aura un amphithéâtre et la façade sur Saint-Denis sera complètement vitrée.
      - Un "Quartier Viger" a été mentionné (gros potentiel de développement dans l'est du centre-ville).
       
      Voilà pour le moment J'espère qu'on aura plusieurs nouveaux projets intéressants durant les prochains jours!