IluvMTL

Plan d'action en patrimoine 2017-2022 de la Ville de Montréal

Recommended Posts

Pinned posts

http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/506016/un-nouveau-plan-d-action-et-un-observatoire-pour-le-patrimoine-montrealais

 

Un nouveau plan d’action et un observatoire pour le patrimoine montréalais

Le vieux palais de justice qu’est l’édifice Lucien-Saulnier (notre photo) est parmi les investissements prioritaires du Plan d’action en patrimoine de Montréal, avec l’hôtel de ville et le parc agricole du Bois-de-la-Roche.Photo: François Pesant Le Devoir Le vieux palais de justice qu’est l’édifice Lucien-Saulnier (notre photo) est parmi les investissements prioritaires du Plan d’action en patrimoine de Montréal, avec l’hôtel de ville et le parc agricole du Bois-de-la-Roche.

La Ville de Montréal a adopté jeudi son Plan d’action en patrimoine 2017-2022, titré S’ancrer dans l’identité urbaine montréalaise. Un plan ambitieux, surtout pour le court laps de temps de son application. Comme si Montréal chaussait ses bottes de sept lieues afin de rattraper un certain retard en patrimoine, de répondre aux urgences et de faire preuve, dans une seule et même foulée, d’audace. Observations, en attendant de voir si le conseil municipal adoptera lundi la proposition.

 

« C’est un changement de culture dans la façon de fédérer le milieu patrimonial, à l’initiative de la Ville de Montréal », que propose ce plan, comme le résume Manon Gauthier, responsable de la culture, du patrimoine et du design au comité exécutif. « La multitude des acteurs dans le patrimoine montréalais, la multitude des couches de responsabilités et de pouvoirs fait qu’il faut établir une nouvelle culture, et d’abord réussir à fédérer le milieu. Et le grand parapluie de ce plan d’action, ce qui englobe tout, c’est cette notion d’Observatoire montréalais sur le patrimoine. » Un bureau réel, concret, qui réunira des intervenants de divers milieux et savoirs, dont les lignes et manières restent à définir, et qui aura pour but, comme le résume le plan, de connaître, de partager et de diffuser.

 

« Il faut se donner une responsabilité de vigie, poursuit Mme Gauthier. La majorité des enjeux de patrimoine auxquels on a tous été confrontés au cours des quatre dernières années tenaient à des questions d’entretien et de vigie. Pas qu’on ne fasse pas nos devoirs et qu’on ne soit pas informés, mais les enjeux de patrimoine sont si complexes… »

 

Il y a présentement un sentiment d’urgence, partagé par tous, poursuit celle qui est aussi responsable d’Espace pour la vie et du statut de la femme. « Et c’est une des responsabilités que nous avons. Donc, on se lance dans l’action. »

 

Laboratoire transitoire

 

Germe de la nouvelle politique culturelle de Montréal, poussé en droite ligne des Entretiens d’avril 2016 sur le patrimoine, le plan d’action propose quelques idées nouvelles. Outre la formation de cet observatoire, la mise en place d’un laboratoire transitoire, qui proposera des projets-pilotes d’occupation temporaire, est un beau risque. L’idée, puisque tout lieu occupé se préserve en général mieux que s’il est vacant, est de trouver qui peut investir, ne serait-ce qu’un temps, un immeuble vide ou un terrain vague.

 

Quatre chantiers de réflexion sont aussi prévus, d’abord sur la fiscalité et le financement alternatif, puis sur les lieux de culte, sur l’entretien, la conservation et la mise en valeur des bâtiments publics et sur le développement, justement, des pratiques émergentes d’usage transitoire.

 

L’enjeu du financement est-il si important qu’il doit être le premier chantier envisagé, et être nommé si souvent dans ce plan d’action ? Oui, répond le directeur général d’Héritage Montréal, Richard Turgeon. « C’est une question d’éducation des propriétaires et des promoteurs, une question de moyens pour les inciter à utiliser tous les outils pour préserver les propriétés patrimoniales, ou pour tenir compte de l’environnement dans lequel les promoteurs vont inscrire de nouvelles architectures. »

 

Héritage Montréal reçoit par ailleurs favorablement ce nouveau plan, poursuit M. Turgeon, « son esprit et certaines de ses mesures. On reconnaît le leadership de la Ville dans cet exercice, auquel on a participé en déposant un mémoire ».

 

Occuper pour protéger

 

Pour Héritage Montréal, l’adoption de pratiques émergentes est une bonne nouvelle, et M. Turgeon souligne tout particulièrement les usages transitoires. « Il y a trop souvent de la négligence à Montréal chez les propriétaires. L’édifice Robillard en est un des dramatiques exemples récents. » Rappelons que cette bâtisse du boulevard Saint-Laurent, qui avait accueilli le tout premier cinéma au Canada, a disparu dans les flammes, le feu et les cendres en novembre dernier. « Le développement de pratiques transitoires est selon nous un moyen de contrer la négligence et la vacance de certains immeubles. »

 

La tenue et la mise à jour d’un « répertoire de vulnérabilité », qui recense les bâtiments vacants, ceux dont l’entretien est déficient et ceux qui risquent d’être la cible de promoteurs — parce que la valeur du terrain excède celle de la bâtisse, ou à cause de la vigueur du marché immobilier du secteur —, sont aussi soulignées comme un bel outil pour Héritage Montréal.

 

« On souhaite que le milieu puisse s’approprier ce plan, puisque tout le monde en a été partie prenante. On espère que lundi le plan va être adopté avec enthousiasme au conseil municipal, indique Manon Gauthier. On voulait, on veut que ce soit l’affaire de tous. La Ville doit mener par l’exemple. Comment peut-on agir comme propriétaire et gestionnaire exemplaires ? Comment peut-on repenser notre cadre de travail ? — ce qui n’est pas simple, parce qu’il faut alors repenser le rôle de la Ville, celui des arrondissements, de Québec, la liaison avec Ottawa… Cette complexité fait qu’on doit repenser le modus vivendi, et surtout donner l’exemple. »

Le Plan d’action 2017-2022 de Montréal Les enjeux

La conservation et la mise en valeur des bâtiments vacants ;

L’entretien des immeubles privés comme publics ;

La gestion durable des bâtiments et des lieux ;

Le développement de la connaissance de ce qui fait l’identité montréalaise et de l’intelligence collective par la diffusion ;

La commémoration ;

L’innovation dans le financement.

Les actions

1. Agir à titre de propriétaire et de gestionnaire exemplaires.

2. Assurer la mise en valeur du patrimoine de proximité.

3. Soutenir la requalification d’ensembles identitaires.

4. Diffuser la connaissance et encourager la reconnaissance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=6877%2C142660188&_dad=portal&_schema=PORTAL

Consultation publique sur le Projet de Plan d'action en patrimoine 2017-2022 de la Ville de Montréal

Commission sur la culture, le patrimoine et les sports

Avis public

Invitations

Communiqué

Calendrier

Documents de consultation

Documents d'information

Mémoires

Recommandations

Rapport

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tres heureux de cette recommandation qui va aider à protéger des vues ! Il faudra enlever les panneaux publicitaires géants qui nuisent notre appréciation  du pont Jacques-Cartier !

 

R-4

Ajouter des propositions d’actions permettant d’assurer la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine naturel et paysager, dont la valeur doit être reconnue comme étant indépendante des éléments bâtis. Par exemple, prévoir le développement des énoncés de l’intérêt patrimonial appliqués aux paysages, milieux naturels ou cônes de vues vers des éléments bâtis ou paysagers emblématiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On a beaucoup discuté de patrimoine et de démolition dans plusieurs fils, en parallèle avec une politique de protection des bâtiments anciens montréalais. Voici donc un article qui nous éclaire sur les intentions de la Ville et qui contient des éléments que j'ai moi-même proposé dans mes diverses interventions, concernant différents projets de construction, dont notamment le projet du Children's

Il était grand temps que la municipalité se donne les moyens d'intervenir en prévention, pas seulement en sauvetage de dernière minute, dont la démolition a été trop souvent le résultat final. En travaillant en amont, on pourra mieux protéger les édifices d'intérêt et les inclure dans les PPU comme immeubles à conserver ou à intégrer dans de futurs propositions de développement. On évitera ainsi de fonctionner à la pièce, puisqu'il faut utiliser des outils communs appliqués dans tous les arrondissements.

Comme le patrimoine est réparti sur l'ensemble du territoire, il est donc nécessaire et évident de créer une politique globale qui saura réunir tous les intervenants et les budgets pour une meilleure efficacité. Or la Ville ne peut pas seulement se fier sur les efforts d'organismes comme Héritage Montréal, ou de comité de citoyens pour remplir sa mission vis à vis de l'histoire. Elle doit elle-même prendre l'initiative en consultant des experts en la matière, en consultant aussi bien sûr le milieu et entretenir elle-même une équipe compétente, afin de planifier des actions à caractère préventif dans son rôle de vigie.

Je me réjouis alors de cette intention qui répond à un véritable besoin, si on veut que Montréal conserve son caractère unique en tant que ville pionnière du continent. On a déjà trop sacrifier de notre histoire et on ne peut plus improviser dans ce dossier, où on ne compte plus les pertes irremplaçables. Une action concertée était essentielle et cette politique annoncée est un pas décisif dans la bonne direction. :thumbsup:

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par ScarletCoral
      Il n'y a pas de projet proposé, mais intéressant reportage au Téléjournal sur ce batîment, situé au 840-890, boulevard René-Lévesque Est.
       
    • Par acpnc
      <header id="page-header"> 05/04/2017 Mise à jour : 5 avril 2017 | 16:56
       
       
      Reconnaissance du mont Royal par l’UNESCO: le soutien des Montréalais réclamé
       
      Par Marie-Eve Shaffer /journalmetro.com/actualites/montreal/1113523/reconnaissance-du-mont-royal-par-lunesco-le-soutien-des-montrealais-reclame/)
       
       
      </header> <figure> (http://journalmetro.com/actualites/montreal/1113523/reconnaissance-du-mont-royal-par-lunesco-le-soutien-des-montrealais-reclame/#) <figcaption> Chantal Levesque Le site du mont Royal vu de l'observatoire de la Place Ville-Marie </figcaption> </figure> L’appui des Montréalais est réclamé afin que le site du mont Royal puisse être proposé pour faire partie du patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).
      Les Amis de la montagne ont lancé mercredi une campagne de mobilisation au cours de laquelle ils espèrent obtenir 30 000 signatures de soutien d’ici le 26 avril prochain.
      «On espère que ces lettres d’appui viendront ajouter plus de poids à la candidature», a dit mercredi la directrice générale des Amis de la montagne, Silvie Guilbault.
       
      À la suite de l’appel de la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, l’été dernier, la Ville de Montréal a soumis la candidature du mont Royal afin qu’il fasse partie de la liste des sites promus par Ottawa auprès de l’UNESCO. Seul le gouvernement du Canada peut formuler de telles propositions à cet organe des Nations unies et seulement deux sites peuvent être mis de l’avant à chaque année. Les sites retenus par Ottawa seront dévoilés en décembre prochain.
      Le patrimoine culturel du site du mont Royal a été vanté dans son dossier de candidature présenté par la Ville, a indiqué Mme Guilbault. «S’il y a un lieu emblématique qui reflète toute l’histoire du pays, c’est le mont Royal», a-t-elle dit.
       
      La reconnaissance du mont Royal par l’UNESCO ferait en sorte que la montagne aurait un genre de protection planétaire. «Elle permettrait de dire, au niveau international, qu’on doit toucher ce site avec des gants blancs», a illustré la directrice des Amis de la montagne. Celle-ci a convenu que les mesures de protections du mont Royal devront être renforcées, tout en précisant que cette préoccupation est constante par les citoyens et les organisations qui ont pignon sur la montagne.
      À ce jour, 18 sites canadiens font partie du patrimoine mondial de l’UNESCO, dont l’arrondissement du Vieux-Québec, le Canal Rideau et le parc des montagnes Rocheuses.
       
      La dernière fois que le gouvernement canadien avait proposé des sites, c’était en 2004. Cinq des 11 sites faisant partie de la liste indicative du Canada ont par la suite été retenus pour faire partie du patrimoine mondial de l’UNESCO, dont le site fossilifère de Terre-Neuve, Mistaken Point, l’an dernier.