andre md

Philantropie

16 messages dans ce sujet

7 hours ago, acpnc said:

Indépendamment des cas particuliers, la laïcité en éducation et en services de tout genre est ce qu'il y a de mieux.

A l epoque il n y avait que les religieux pour enseigner . Ne pas oublier q les impots sur le revenu au canada date de l effort de guerre. Supposé temporaire.   Question qualité d education laic versus religieux. Mon oncle Víctor qui a suivi son cursus scolaire avec les jesuites  est quand meme devenu directeur d'un departament du ministere de la santé a Madrid. Ici si je ne me trompe on avait le fameux cours classique. Anyway on pourrait faire de la sémentique longtemps  la dessus. Je defend la religión et je suis pourtant athée. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne s'agit pas d'attaquer le religion, elle a fait son travail à une époque où le gouvernement avait d'autres préoccupations. A noter que le ministère de l'éducation au Québec a été institué en 1962. Alors la question n'est pas de blâmer le système, mais de s'assurer que la laïcité prenne complètement le relais et qu'on relègue la religion à la sphère privée exclusivement.

En fait l'intervention de l'État vis à vis de la chose religieuse n'est souhaitable que pour protéger certains biens de l'Église, et autres confessions selon le cas, jugés patrimoine culturel. Ici il y a une richesse indéniable qui appartient à l'Histoire et à la société toute entière. On n'a donc pas à renier nos origines, bien au contraire, puisqu'il y a dans ce patrimoine des oeuvres d'art exceptionnelles à conserver pour les générations futures.

Quant aux bâtiments eux-mêmes, ils sont au coeur de nos paysages urbains ou ruraux, en tant qu'édifices identitaires prenant racine profondément dans notre passé et notre territoire. En l'occurrence ils sont un peu à l'exemple des châteaux européens, des témoins d'une certaine opulence à une époque où ils étaient le centre d'intérêt du peuple tout entier et des institutions qui les ont construits.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
3 hours ago, acpnc said:

Il ne s'agit pas d'attaquer le religion, elle a fait son travail à une époque où le gouvernement avait d'autres préoccupations. A noter que le ministère de l'éducation au Québec a été institué en 1962. Alors la question n'est pas de blâmer le système, mais de s'assurer que la laïcité prenne complètement le relais et qu'on relègue la religion à la sphère privée exclusivement.

En fait l'intervention de l'État vis à vis de la chose religieuse n'est souhaitable que pour protéger certains biens de l'Église, et autres confessions selon le cas, jugés patrimoine culturel. Ici il y a une richesse indéniable qui appartient à l'Histoire et à la société toute entière. On n'a donc pas à renier nos origines, bien au contraire, puisqu'il y a dans ce patrimoine des oeuvres d'art exceptionnelles à conserver pour les générations futures.

Quant aux bâtiments eux-mêmes, ils sont au coeur de nos paysages urbains ou ruraux, en tant qu'édifices identitaires prenant racine profondément dans notre passé et notre territoire. En l'occurrence ils sont un peu à l'exemple des châteaux européens, des témoins d'une certaine opulence à une époque où ils étaient le centre d'intérêt du peuple tout entier et des institutions qui les ont construits.

 

Very important points to consider. It is a fine line between religious symbolism and historical heritage. When I see the cross on Mount Royal, I think of the settlement of Montreal; maybe the sacred vow of de Maisonneuve, but  not the church or the religion itself. When I see the cruxifix in the Legislature, I see only a double standard, if not outright hypocrisy. Until it comes down, Quebec`s efforts to create a secular government will be viewed with total suspicion by outsiders and minority groups, including non-Catholic religious groups here.   

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 16/07/2017 à 19:21, andre md a dit :

Je defend la religión et je suis pourtant athée. 

Moi aussi, on se comprend sur le principe. Mais je défend le droit de prier, de croire, etc. Pas laisser le champ trop ouvert à un réinvestissement de la société par les instances religieuses. On reconnait tous l'apport de la religion à certains égards dans le passé, surtout ici. Mais on en doit pas oublier que c'est venu avec un contrôle social puissant, voire étouffant. 

Reconnaître les aspects positifs du passé et des enseignements des frères et soeurs, qui pouvaient être bien (sauf bien sûr tout le côté moral, en ce qui me concerne), je le fais volontiers. Mais je ne veux juste pas qu'on y revienne. On a tourné la page définitivement, c'est ce que je souhaite. Et pour moi, un affaiblissement de l'état ouvre la porte au retour du religieux dans les sphères d'intervention sociale. Donc aussi de son contrôle sur les esprits.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On a parfois l'impression, par contre, que l'aspect le plus déplaisant du quasi monopole religieux sur les esprits, tel qu'il existait avant 1960, s'incarne maintenant dans un certain discours laïciste devenu intolérant à l'égard de toutes les différences.

On le voit constamment à l'égard des Musulmans avec cette suite d'affaires déplorables et rocambolesques: parc Safari, cimetière de Saint-Machin, etc. Cette intolérance a vraiment l'air de s'enraciner et même de s'institutionnaliser dans des groupes d'extrême-droite comme la Meute. (quel nom... ) Elle passe souvent par une compréhension tordue de la distinction entre le public, au sens civique, et le privé, comme si était "public" au sens fort tout espace qui n'est pas strictement privé, et qu'il fallait donc en exclure tout signe religieux. 

J'ai tendance à favoriser une présence importante de l'État dans la société, mais un des effets négatifs est qu'on peut aboutir à trop d'uniformité, et même de la médiocrité. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 18/07/2017 à 11:21, uqam+ a dit :

On a parfois l'impression, par contre, que l'aspect le plus déplaisant du quasi monopole religieux sur les esprits, tel qu'il existait avant 1960, s'incarne maintenant dans un certain discours laïciste devenu intolérant à l'égard de toutes les différences.

On le voit constamment à l'égard des Musulmans avec cette suite d'affaires déplorables et rocambolesques: parc Safari, cimetière de Saint-Machin, etc. Cette intolérance a vraiment l'air de s'enraciner et même de s'institutionnaliser dans des groupes d'extrême-droite comme la Meute. (quel nom... ) Elle passe souvent par une compréhension tordue de la distinction entre le public, au sens civique, et le privé, comme si était "public" au sens fort tout espace qui n'est pas strictement privé, et qu'il fallait donc en exclure tout signe religieux. 

J'ai tendance à favoriser une présence importante de l'État dans la société, mais un des effets négatifs est qu'on peut aboutir à trop d'uniformité, et même de la médiocrité. 

La laïcité est utilisée à mauvais escient par les racistes de garde-robe qui s'en servent pour justifier leur xénophobie. La vraie laïcité ne cible pas une religion plus que d'autres, mais tient à assurer la séparation stricte du religieux, quel qu'il soit, et de l'état. Ce qui n'inclut pas à mon avis de transformer toute référence à Noël en célébration de Festivus...

 

 

festivus-dinner.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant