acpnc

La Malbaie, Charlevoix et le G7

Recommended Posts

Publié le 01 novembre 2017 à 15h24 | Mis à jour le 02 novembre 2017 à 06h56

http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201711/01/01-5142035-le-massif-confirme-la-venue-du-club-med.php

Le Massif confirme la venue du Club Med

Les gouvernements seront mis à contribution afin de réaliser au Massif de... (Photo archives Le Soleil)

Photo archives Le Soleil

 

Les gouvernements seront mis à contribution afin de réaliser au Massif de Charlevoix le premier village de ski du Club Med en Amérique du Nord, projet de 120 millions de dollars qui sera officialisé aujourd'hui après des années de négociations. Le Club Med du Massif de Charlevoix doit ouvrir ses portes en décembre 2019.

L'hôtel de 300 chambres et le centre d'affaires, un projet de 120 millions, seront financés ainsi : 82 millions proviendront du secteur privé ; les gouvernements accorderont des prêts remboursables de 36 millions ; enfin, Investissement Québec investira 2 millions, a appris La Presse.

Parmi les 36 millions en prêts gouvernementaux remboursables, le gouvernement du Canada financera le projet à hauteur de 10 millions. Le gouvernement du Québec prêtera 26 millions (21 millions du ministère de l'Économie, 5 millions du ministère du Tourisme) au Groupe Le Massif. Investissement Québec, déjà actionnaire minoritaire du Groupe Le Massif, ajoutera 2 millions en participation dans le Groupe Le Massif pour soutenir le projet.

Le projet du Club Med du Massif de Charlevoix aura quatre investisseurs privés et deux prêteurs privés, a appris La Presse. Le Groupe Le Massif, entreprise québécoise dont l'actionnaire majoritaire est l'homme d'affaires Daniel Gauthier, injectera une mise de fonds de 39 millions. Cette mise de fonds du Groupe Le Massif comprend le prêt remboursable de 26 millions de Québec et les 2 millions d'Investissement Québec. Le Club Med, multinationale bien connue dans le tourisme haut de gamme, injectera quant à lui 14 millions. Daniel Gauthier injectera lui-même 7 millions. Le montage financier de 120 millions est complété par le prêt de 10 millions du gouvernement fédéral et par deux prêts privés de 25 millions chacun de la Banque Nationale et du Mouvement Desjardins.

 

Le Club Med et le Groupe Le Massif s'étaient entendus en mars dernier sur leur partenariat, mais la concrétisation du projet d'implantation d'un premier village de ski du Club Med en Amérique du Nord dépendait de l'implication des gouvernements. Cette implication sera annoncée officiellement aujourd'hui en conférence de presse à Québec au siège social du Groupe Le Massif. Daniel Gauthier, actionnaire majoritaire du Groupe Le Massif, Xavier Mufraggi, PDG du Club Med Amérique du Nord et Caraïbes, la vice-première ministre du Québec et ministre de l'Économie Dominique Anglade, le ministre fédéral de la Famille et député de Québec Jean-Yves Duclos, ainsi que le maire de Québec Régis Labeaume participeront à cette conférence de presse.

DES CENTAINES D'EMPLOIS

Le Club Med du Massif de Charlevoix sera le premier Club Med au Canada. Aux États-Unis, la multinationale française a un établissement à Sandpiper Bay, en Floride.

Le projet du Club Med créera 325 emplois directs et 400 emplois indirects dans la région de Québec/Charlevoix, sans compter 700 emplois lors de la construction de l'hôtel de 300 chambres et du centre d'affaires.

Le Club Med du Massif de Charlevoix prévoit accueillir environ 50 000 clients par an à compter de décembre 2019.

Le Club Med est l'une des entreprises françaises les plus connues à travers le monde. En 2015, le Club Med a été vendu à la firme chinoise d'investissement Fosun. Au Québec, Fosun détient 20 % des actions du Cirque du Soleil depuis 2015.

L'homme d'affaires québécois Daniel Gauthier caresse ce projet de Club Med au Massif depuis plusieurs années. Ancien actionnaire (à 50 %) et président du Cirque du Soleil, il a vendu ses actions du Cirque à Guy Laliberté en 2001. M. Laliberté et M. Gauthier sont amis depuis l'adolescence. M. Gauthier a ensuite acheté la station de ski du Massif de Charlevoix. En 2009, M. Laliberté est devenu actionnaire minoritaire du Groupe Le Massif. M. Gauthier est actionnaire majoritaire du Groupe Le Massif. Investissement Québec est l'autre actionnaire minoritaire.

ON EN PARLE DEPUIS... 1996

Ce n'est pas d'hier que le Club Med cherche à s'établir sur les rives du Saint-Laurent à la hauteur de Charlevoix. Les premiers échos remontent à 1996. Cette fois sera la bonne, semble-t-il. Retour sur les multiples rebondissements qui ont marqué cette saga au fil des ans.

1996

Le DG du Club Med pour le Canada à l'époque, Jean-Noël Guilhem, annonce qu'il a le mandat de trouver un hôtel déjà construit à proximité de lieux de plein air d'importance. Charlevoix est dans la course, avec Sainte-Anne et les Laurentides.

2002

Daniel Gauthier, ancien président du Cirque du Soleil, devient propriétaire du Massif.

2007

M. Gauthier obtient le feu vert pour un projet de 230 millions pour l'aménagement de la montagne, plus tard évalué à 300 millions.

2008

La Société générale de financement (devenue Investissement Québec) prend une participation dans le capital du Massif.

2012

Une première annonce fixe le premier village de ski du Club Med en Amérique du Nord au Massif de Charlevoix. Son ouverture est prévue en décembre 2015.

2013

Le Massif procède à une restructuration en fermant la remontée Maillard Express et son chalet de base.

SEPTEMBRE 2014

Le PDG du Club Med, Henri Giscard d'Estaing, est reçu par le premier ministre Philippe Couillard. En novembre, on dit qu'une entente sera signée d'ici le 31 janvier 2015. Le Club Med exploiterait au Massif un hôtel de 300 chambres au coût de 105 millions.

JANVIER 2015

Le Club Med est vendu au chinois Fosun.

DÉCEMBRE 2015

Échec des négociations entre le Club Med et le Massif.

AVRIL 2016

Reprise des négociations entre le Massif et le Club Med.

MARS 2017

Le Massif et le Club Med confirment une entente, conditionnelle à une participation financière des deux ordres de gouvernement. On vise l'ouverture d'un hôtel de 300 chambres avec piscine et spa de 120 millions pour décembre 2019.

JUIN 2017

Québec dépose son offre financière.

2 NOVEMBRE 2017

Le Massif et le Club Med convoquent les médias à l'annonce officielle du projet en présence de représentants des gouvernements fédéral et provincial.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci entre autres à acpnc et à né entre les rapides pour vos commentaires très instructifs sur Charlevoix. Je pense qu'on se dirige vers quelque chose d'intéressant en matière d'offre touristique pour la région : une offre haut de gamme certes avec le projet du Club Med mais aussi beaucoup d'autres propositions plus abordables pour des gens moins bien nantis qui ont envie de visiter la région sans nécessairement avoir les moyens de fréquenter le Massif. Parfois une bonne paire de chaussures de marche suffit pour découvrir une région grâce à des sentiers bien balisés en été. En hiver, à défaut de ski alpin il y a la raquette et le ski de fond. De cette façon, on permet à tous ceux qui ont envie de découvrir Charlevoix, même avec un budget modeste, de pouvoir visiter cette magnifique région.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, ferraro a dit :

Merci entre autres à acpnc et à né entre les rapides pour vos commentaires très instructifs sur Charlevoix. Je pense qu'on se dirige vers quelque chose d'intéressant en matière d'offre touristique pour la région : une offre haut de gamme certes avec le projet du Club Med mais aussi beaucoup d'autres propositions plus abordables pour des gens moins bien nantis qui ont envie de visiter la région sans nécessairement avoir les moyens de fréquenter le Massif. Parfois une bonne paire de chaussures de marche suffit pour découvrir une région grâce à des sentiers bien balisés en été. En hiver, à défaut de ski alpin il y a la raquette et le ski de fond. De cette façon, on permet à tous ceux qui ont envie de découvrir Charlevoix, même avec un budget modeste, de pouvoir visiter cette magnifique région.

Merci pour les bons commentaires. De mon côté je m'engage à bien vous conseiller, sur place ou par messagerie, connaissant la région dans le détails puisqu'à travers mon groupe de randonnées, je parcours l'ensemble des sentiers connus et moins connus de la région depuis que j'y suis installé en 2011. Vous serez surpris d'apprendre que nous avons plus d'une une soixantaine de sentiers ou réseaux de sentiers balisés un peu partout sur le territoire. Pour le logement j'ai aussi de bonnes recommandations. 

Quant aux paysages on ne compte pas les points de vue exceptionnels trop nombreux à décrire dans le guide de la région. Nos rangs secondaires sont merveilleux pour le vélo et plutôt faciles à intermédiaires. Le plus grand danger qu'on peut y trouver est la distraction du paysage qui nous a tôt fait de prendre le champ (je parle par expérience). Même nos plages n'ont rien à envier à celles du sud, sauf pour la chaleur de l'eau ;)

Alors hiver comme été vous serez charmés.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

G7 à La Malbaie : première rencontre d’information citoyenne

23 novembre 2017

Publié il y a 30 minutes
Des citoyens assistent à une rencontre dans un auditorium
Les citoyens ont assisté à une rencontre d'information à La Malbaie Photo : Radio-Canada

 

Plus de 130 personnes ont assisté mercredi soir à une première rencontre d'information sur le Sommet du G7 qui se tiendra dans 7 mois à La Malbaie. Les questions concernant la sécurité ont dominé les interventions.

« La sécurité joue un grand rôle. C’est ce qui vous confronte. C’est ce qui vous amène ici ce soir, j’en suis certain », a déclaré d'entrée de jeu Michel Saurette, le surintendant principal et le directeur général de la Gendarmerie royale du Canada pour les événements majeurs et les services de protection.

« En ce moment, c’est difficile de répondre à toutes les questions, car nous ne savons pas encore comment le Sommet va se dérouler », a-t-il ajouté.

Parlant d'un ton rassurant au cours de la soirée, M. Saurette a expliqué que la sécurité entourant l'événement serait faite de couches successives, à l'image des pelures d'oignon.

La zone de sécurité la plus dense sera celle qui entoure le Manoir Richelieu, là où les chefs d’État et les dirigeants de l’Union ainsi que de la Commission européenne vont tenir le Sommet et discuter des enjeux.

Une clôture sera érigée. Tous les accès pour se rendre au Manoir Richelieu seront contrôlés. Il y aura également certaines restrictions quant aux déplacements sur le fleuve Saint-Laurent.

Ce périmètre constitue l’essentiel des explications fournies aux citoyens réunis dans l’auditorium de l’École secondaire Du Plateau de La Malbaie.

« Le périmètre va se refermer de façon graduelle. À un certain point, le club de golf, par exemple, ne deviendra plus accessible à cause de sa proximité avec le Manoir. Ces dates-là vous seront communiquées de façon ouverte avec vous », insiste Michel Saurette.

Si vous ne nous avez pas vus encore, c’est parce que la clôture ne sera pas chez vous.

Michel Saurette, surintendant principal et directeur général de la GRC pour les événements majeurs et les services de protection
Michel Saurette, surintendant principal et dg des services de protection de la GRC pour le G7 à La Malbaie
Michel Saurette, surintendant principal et dg des services de protection de la GRC pour le G7 à La Malbaie Photo : Radio-Canada/Daniel Coulombe

Des rencontres avec les citoyens et les commerçants se retrouvant dans la zone restreinte située tout près du Manoir Richelieu se tiendront à partir de février.

Daniel Desfossés, le directeur général de la planification au Bureau des sommets d’Affaires mondiales Canada, affirme que ces gens vont recevoir des compensations.

« Si jamais une entreprise est affectée par les mesures logistiques ou de sécurité et que les clients n’auront pas accès au commerce, nous allons compenser. »

Des accréditations

D'ailleurs, tous les citoyens de La Malbaie seront accrédités. La directrice des programmes au Bureau des sommets d’Affaires mondiales, Louise Léger, précise que l’exercice ne sera pas compliqué.

« Si vous voulez bouger entre les zones, vous venez de la place, vous avez le droit de bouger, vous avez le droit de vous déplacer, faire vos commissions, vous allez être accrédités. Dans la majorité des cas, ce sera très simple. [...] C’est pas méchant cette histoire ».

Au sortir de la rencontre, plusieurs citoyens se sont montrés rassurés. « Il ne faut pas voir de problèmes où il n’y en a pas. Il va y avoir de la surveillance qui va être là, il va y avoir des points précis. Je ne pense pas qu’il y ait de problème », dit un citoyen qui habite dans le périmètre sécurisé qui sera établi.

« Comme il a expliqué, c’est très sécuritaire », dit aussi Noëlla Guérin, une résidente qui obtiendra une accréditation pour circuler dans la zone sécurisée.

D’autres séances d’information auront lieu au cours des prochains mois au cours desquelles les détails de l’organisation du 6e sommet de ce genre au Canada se préciseront.

Les chefs d'État et de gouvernement du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis seront réunis au Manoir Richelieu en mai 2018 dans le cadre de la rencontre annuelle du G7.

 

Avec les informations de Cathy Sena

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Publié le 23 novembre 2017 à 10h48 | Mis à jour à 10h48

http://www.lapresse.ca/voyage/destinations/quebec/charlevoix/201711/23/01-5144599-club-med-dans-charlevoix-enthousiasme-tout-inclus.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B25_A-decouvrir_219_article_ECRAN1POS5

Club Med dans Charlevoix: enthousiasme tout inclus

Le Club Med du Massif de Charlevoix sera... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Le Club Med du Massif de Charlevoix sera le premier Club Med au Canada.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

L'arrivée du Club Med au Massif de Charlevoix attirera des touristes du monde entier, se réjouissent les actuels propriétaires d'hôtels situés à proximité de la montagne, qui ne craignent pas de perdre une partie de leur clientèle au profit de la multinationale.

Les hôteliers du coin se réjouissent

Un investissement de 120 millions de dollars. Un village quatre saisons typiquement québécois. Un hôtel de 300 chambres. La mise en valeur du train touristique. C'est le projet présenté par le champion des vacances tout inclus.

L'arrivée de cet acteur important qui s'appropriera en quelque sorte la populaire montagne réjouit les hôteliers du coin, notamment ceux de Baie-Saint-Paul, qui estiment que la présence du Club Med permettra surtout d'attirer une clientèle internationale.

 

«On est très, très, très heureux», insistait Christiane Germain, coprésidente du Groupe Germain Hôtels, en entrevue à La Presse, au lendemain de l'annonce. Rappelons que son entreprise possède l'hôtel Le Germain Charlevoix à Baie-Saint-Paul, auparavant connu sous le nom de La Ferme. «C'est une façon d'amener plus de gens dans Charlevoix, ajoute-t-elle. Ils [le Club Med] ont toujours été des précurseurs du développement d'une région. Ils ont vraiment un talent pour la mise en marché.»

Mme Germain croit fermement que le Club Med tiendra compte des recommandations et des préoccupations des gens du coin dans la réalisation de son village. «On ne peut pas faire des projets en maître absolu, si l'on veut que le projet soit une réussite.»

Pierre Prud'homme, qui possède l'auberge Cap-aux-Corbeaux, ne craint pas non plus l'arrivée d'un «concurrent» international. 

«Nous ne pensons pas perdre beaucoup de clientèle à l'auberge. Tout dépendra évidemment des tarifs pratiqués par le Club Med. En général, notre clientèle recherche de petits établissements et non des "resorts". Le Club Med attirera certainement une nouvelle clientèle.»

«Le plus positif [dans cette annonce], c'est que l'on est sûrs de la pérennité de la station», ajoute pour sa part Fanny Bouchard, propriétaire de l'auberge La Grande Maison, également à Baie-Saint-Paul. 

Elle souligne également que le Club Med redonnera vie à la montagne en été. En ce moment, Mme Bouchard rappelle que pendant la saison estivale, la remontée mécanique n'est pas en fonction et que l'endroit est un peu délaissé.

À ce sujet, les amateurs de ski du coin qui avaient l'habitude de dévaler les pentes du Massif pourront continuer à le faire sans obligation de séjourner au Club Med. «Les gens pourront toujours skier au Massif», assure Xavier Mufraggi, président-directeur général de Club Med Amérique du Nord. Du côté du Groupe le Massif, on confirme que les billets de saison ou journaliers seront toujours offerts. Les prix n'augmenteront pas plus que le coût de la vie, a-t-on assuré.

Selon Xavier Mufraggi, président-directeur général de Club Med... (Photo fournie par Alain Blanchette) - image 2.0

Selon Xavier Mufraggi, président-directeur général de Club Med Amérique du Nord, les clients du Club Med seront époustouflés par la beauté du paysage qui défilera devant leurs yeux entre Québec et Charlevoix à bord du train.

Photo fournie par Alain Blanchette

À quoi s'attendre?

En plus de vouloir offrir un véritable paradis hivernal, le Club Med a pour objectif de faire du Massif un village quatre saisons où les activités abondent...même en novembre. Incursion dans le futur tout-inclus de Charlevoix.

À quoi ressemblera une journée type de novembre?

 

Au Québec, le mois de novembre gris et pluvieux n'est généralement pas le meilleur moment de l'année pour attirer des touristes. Pourtant, Xavier Mufraggi, président-directeur général de Club Med Amérique du Nord, a déjà imaginé un scénario de journée.

«Je vois déjà une famille aller prendre tranquillement son petit déjeuner. Ensuite, la petite fille participera aux activités organisées dans le cadre du programme de cirque pendant que fiston va visiter une fromagerie avec le mini-Club. Les parents, eux, iront relaxer au spa.»

D'autres activités

 

Le Massif est évidemment un paradis pour les amateurs de ski. Avis toutefois à ceux qui ne sentent pas l'appel des pentes: M. Mufraggi rappelle «que l'on est capable d'aller une semaine au Massif sans monter sur des skis». Kayak sur la glace, visite de petites galeries d'art, excursions sont autant d'activités auxquelles pourront s'adonner les vacanciers.

Le train

 

«Les gens voudront prendre le train», croit fermement M. Mufraggi. Selon lui, les clients du Club Med seront époustouflés par la beauté du paysage qui défilera devant leurs yeux entre Québec et Charlevoix. Il n'exclut donc pas la possibilité d'utiliser le transport sur rail en guise de navette pour les passagers qui débarqueront à l'aéroport international Jean-Lesage de Québec. Présentement, le service de train n'est offert que de juin à octobre. Il effectue le trajet entre les chutes Montmorency et La Malbaie.

La durée du séjour

 

Les Québécois qui voudront profiter du village le temps d'une fin de semaine pourront le faire. Il sera en effet possible de réserver pour une courte durée. «On veut cette clientèle locale justement pour ajouter à l'expérience locale [des visiteurs étrangers]», souligne M. Mufraggi. Il ne cache toutefois pas que le Club Med favorise d'abord et avant tout les séjours d'une semaine.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Parc des Hautes-Gorges : ouverture à l’année dès 2018

Parc des Hautes-Gorges : ouverture à l’année dès 2018

Daniel Groleau, directeur de la Sépaq dans Charlevoix, Caroline Simard, Députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Claire Gagnon, mairesse de Saint-Aimé-des-Lacs et Catherine Grenier, vice-présidente –Exploitation, Parcs nationaux et camping de la Sépaq.

 

Par Gilles Fiset

 

Pour concrétiser le projet, des investissements de 9,2 millions de dollars seront nécessaires, dont près de 3,5 millions pour la seule alimentation électrique du parc à partir du réseau existant. « On a fait plusieurs analyses d’efficacité énergétique en regardant toutes les solutions possibles et l’électrification était vraiment l’option la plus abordable et la plus acceptable pour l’environnement », explique Catherine Grenier, vice-présidente –Exploitation, Parcs nationaux et camping de la Sépaq. La nouvelle ligne suivra le tracé de la route actuelle et alimentera les divers bâtiments de service.

En plus du montant alloué à l’électrification, 2 750 000 $ seront versés à la construction d’une dizaine de chalets quatre saisons, 1 690 000 $ aux équipements et aux opérations des activités hivernales et, finalement, 1 315 000 $ à l’aménagement de sentiers et de relais refuges.

Les responsables de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) prévoient une augmentation de 5 000 jours/visites pour la première année d’exploitation seulement.

La Vallée des glaces

C’est sous la thématique de la « Vallée des glaces » que le parc ouvrira désormais durant la saison froide. En plus de la classique randonnée, de la raquette ou du ski-raquette (ski hok), le parc offrira du camping d’hiver sur le lac Noir, du « fatbike », un service de croisières sur neige en navette chenillée et de l’initiation à l’escalade de glace, notamment. Une patinoire sera aménagée sur la rivière Malbaie, si la température le permet.

Différentes formes d’hébergement seront aussi proposées aux amateurs de plein air en plus des chalets, soit du camping d’hiver rustique et des nuitées dans un abri de neige de type « quinzy » en forfait coucher hivernal.

Mais la Sépaq voit encore plus grand et vise d’offrir encore plus à un public prêt à vivre de nouvelles expériences hivernales et pour cela, elle compte sur la participation des entrepreneurs charlevoisiens. « On pense que la diversification passe par le partenariat et on est vraiment ouvert aux entrepreneurs de la région pour bonifier l’offre et que ce soit vraiment unique à la région de Charlevoix », affirme Mme Grenier.

Emplois

Les responsables du projet prévoient que le nouveau projet d’ouverture à l’année du parc national favorisera la création de 92 emplois directs et indirects, mais « plus concrètement, du côté du parc on vient vraiment consolider des saisons, donc presque une dizaine d’emplois que l’on va consolider sur 12 mois », confie Catherine Grenier. Le parc national génère actuellement une cinquantaine d’emplois.

La mairesse de Saint-Aimé-des-Lacs est aux anges

La mairesse de Saint-Aimé-des-Lacs, véritable porte d’entrée du Parc national, est plus qu’heureuse de l’annonce de l’ouverture à longueur d’année du parc des Hautes-Gorges-de-la-rivière-Malbaie faite le 20 novembre dernier (voir autre texte). « Quand on annonce un investissement de 9,2 millions de dollars, on ne peut qu’en être contente pour la population de Saint-Aimé-des-Lacs et pour tout Charlevoix. Le tourisme est très important pour la municipalité que je représente. Mes dépanneurs du coin vont en tirer profit, les stations d’essence aussi, sans compter les propriétaires de gîtes et d’auberges », affirme Mme Gagnon en ajoutant que sa municipalité est ouverte aux projets d’investisseurs intéressés à s’établir dans la petite municipalité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici une série de photos pour ceux et celles qui n'ont pas le plaisir de connaitre ce magnifique bijou de la nature https://www.google.ca/search?q=Parc+national+des+Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie&sa=X&dcr=0&stick=H4sIAAAAAAAAAONgFuLUz9U3SKtKia9SQjC11LKTrfRLihLLUnP0S_JLizKLS-ITS4ACySWZ-XlWxZkpqeWJlcUAoBuYFEAAAAA&tbm=isch&tbo=u&source=univ&ved=0ahUKEwiOme2qr9XXAhWJrFQKHUzyBUQQsAQIhQE&biw=1440&bih=767

C'est déjà un paradis de plein air qui propose une variété d'activités capables de répondre aux goûts des plus exigeants. Son ouverture l'an prochain (2018-19) créera sûrement un engouement aussi important que durant les trois autres saisons. Il viendra compléter l'offre des deux autres géants de Charlevoix: le Massif et le superbe parc Des-Grands-Jardins.

J'ai le bonheur d'habiter à 40 minutes de l'entrée du parc situé au bout de la rivière Malbaie, et j'attends cette ouverture depuis plus de 15 ans. Aucun doute que cette destination hivernale fera un tabac et aura un effet d'entrainement majeur pour le tourisme d'hiver dans toute la région. Si jamais vous voulez plus d'informations spécifiques, contactez-moi en privé, je serai heureux de vous être utile.  

  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

15 janvier 2018 Mis à jour à 17h18

https://www.lesoleil.com/actualite/la-capitale/g7-le-cellulaire-partout-de-quebec-a-la-malbaie-a-saguenay-86e33b9740ab3599f4b41896e2799c6a

G7: le cellulaire partout de Québec à La Malbaie à Saguenay

Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
 
En prévision du sommet du G7 de juin, le gouvernement fédéral verse près de 15 millions $ à Bell Canada pour boucher les nombreux trous dans la couverture cellulaire entre la capitale et Charlevoix, mais aussi entre La Malbaie et Bagotville.
 

Treize nouvelles tours seront installées près des routes 138, 170 et 362 afin de combler les vides dans lesquels les utilisateurs ne peuvent utiliser leurs cellulaires. Ces voies seront achalandées durant la rencontre diplomatique puisque les milliers de participants atterriront à Québec et à Bagotville.

Les antennes de La Malbaie seront en outre modernisées pour pouvoir supporter l’importante demande durant le sommet du Groupe des sept qui aura lieu les 8 et 9 juin au Manoir Richelieu.

Saint-Siméon, Sagard, Saint-Irénée, Les Éboulements, La Malbaie, même une partie de Saguenay… Le territoire était comme un gruyère, comptant bien des trous. «On avait vraiment beaucoup de découverture. Alors on la prend vraiment très bien cette annonce-là», se réjouit le maire de La Malbaie, Michel Couturier.

«C’est un dossier qui est travaillé ici depuis très très très longtemps», souligne-t-il. «Et puis tout à coup avec le G7, ça a abouti très rapidement.»

«Les gens de la région le souhaitaient depuis un certain temps», convient le député-ministre Jean-Yves Duclos, mandaté pour faire l’annonce. La nécessité d’assurer la sécurité des chefs d’État et des délégations aura finalement permis de réaliser le vœu.

Il fait cependant remarquer que Bell Canada, qui reçoit les fonds pour planter des antennes, s’engage à maintenir le service «à perpétuité» même lorsque les yeux du monde se seront détournés.

L’entente public-privé prévoit que le réseau soit complété d’ici le mois de mai. La couverture cellulaire formera alors «un triangle parfait» entre Québec, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et Charlevoix, illustre M. Duclos.

Le changement sera particulièrement important sur la route 170 entre Saint-Siméon et Saguenay où la couverture cellulaire était quasi inexistante.

En 2018, le Canada préside pour la 6e fois le G7 réunissant également la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis.

 

La carte de couverture cellulaire
La carte de couverture cellulaire
Courtoisie G7 2018
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant