ThinkBig

Banque de l'infrastructure du Canada (BIC): où sera t'elle située?

Où sera situé la Banque d'infrastructure du Canada selon vous?   62 membres ont voté

  1. 1. Où sera situé la Banque d'infrastructure du Canada selon vous?

    • Montréal
      36
    • Toronto
      15
    • Vancouver
      1
    • Calgary
      3
    • Une autre ville au pays
      7

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour voter dans ce sondage.

262 messages dans ce sujet

Head Office: Ottawa

 

Bureaux principaux (où la business se fait réellement) à Toronto, Montreal, Calgary & Vancouver et bureaux satellites dans chacune des autres provinces. Regardez comment CPP (Tor), PSP (Mtl) qui gerent les fonds de pension fédéraux entre autres sont répartis. Pour PSP, le siege social est à Ottawa (+/- coquille vide) mais le bureau d'affaire à Mtl. Pas sur pour CPP.

Modifié par qwerty

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'un autre point de vue, la BDC à son siege social à Mtl.

Est ce que ca change vraiment la repartition de la business qui y est faite??

 

Je suis surprise que 5 personne ait dit Mtl, aie je manqué quelques choses?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
D'un autre point de vue, la BDC à son siege social à Mtl.

Est ce que ca change vraiment la repartition de la business qui y est faite??

 

Je suis surprise que 5 personne ait dit Mtl, aie je manqué quelques choses?

Il y a 2 villes dans la course, Toronto et Montréal. selon les news.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 villes dans la course, Toronto et Montréal. selon les news.

 

 

Bon... ben j'ai manqué ca... Go Montreal Go!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En posant Montréal et Toronto comme les deux (seules?) villes candidates, le gouvernement fédéral s'expose inévitablement à faire des mécontents. En examinant la nature des activités de ladite BIC, «on» a l'impression que le nombre de joueurs du secteur privé serait somme toute limité (grandes banques, gestionnaires de fonds de retraite, grandes firmes d'ingénierie), et qu'il en serait de même du nombre de transactions (ententes de financement de projets d'infrastructure). Le travail préparatoire de chacun de ces joueurs pourrait bien être accompli au sein de leurs bassins d'expertise respectifs (leurs sièges sociaux, à Toronto, Montréal ou ailleurs), MAIS les négociations proprement dites pourraient aisément être conduites en «territoire neutre», soit naturellement la capitale fédérale. C'est différent des activités de gestion de fonds de retraite ou de financement d'entreprises. On verra bien quelle sera la décision, et on voudra en tirer des indices/leçons sur la véritable stratégie de ce gouvernement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Without a doubt Toronto.

 

50 years ago, where do you think it would have went to?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
50 years ago, where do you think it would have went to?

 

 

 

Montreal. But because we decided we're better off politically economically culturally and socially with the political situation - we literally gave Toronto billions and billions of dollars of economic output - hundreds of thousands of smart educated people.*

 

Now we're economically marginalized and we whine about it.

 

Pas fiere moi certain*

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
50 years ago, where do you think it would have went to?

 

Shawinigan, Moncton, Charlottetown, Saskatoon! Manie de «décentralisation», en réalité dispersion, oblige.

 

Cependant, si le critère primordial avait été «le site de la capitale financière du pays», le choix se serait (déjà) porté sur Toronto. En 1966, et jusqu'au tournant de 1976, Montréal devait son titre de «Métropole du Canada» uniquement au fait qu'elle était (encore) la plus populeuse. Ceci dit, je ne crois toujours pas qu'il soit nécessaire, ni même particulièrement avantageux, que le siège de la BIC soit situé dams ladite capitale financière.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par mark_ac
      Nom: Icône
      Hauteur en étages: 27 (phase 2) et 39 (phase 1)
      Hauteur en mètres: 107 (phase 2) et 146 (phase 1)
      Coût du projet: 120 000 000,00$
      Promoteur: Stationnement Metropolitain et Groupe Essaris
      Architecte: Béïque, Legault, Thuot Architectes
      Entrepreneur général: Pomerleau
      Emplacement: Coin nord-est de la Montagne / René-Lévesque O.
      Début de construction: Printemps 2013 pour la phase 1
      Fin de construction: Juin 2016 pour la phase 1
      Site internet: http://iconecondos.com/
      Lien webcam: 
      Autres informations: Le restaurant Queue de Cheval sera transformé en Bier Markt au courant de 2013. La tour de 40 étages (phase 1) sera composée de 357 appartements (condos). La tour de 27 étages (phase 2) sera composée de commerces, bureaux, appartements locatifs et hôtel, La queue de cheval déménage temporairement à 1234 de la montagne et ce jusqu'au fin des travaux à 1181 de la montagne.
      Rumeurs: 70% vendu en date de avril 2013
      Images (cliquez pour agrandir) :

       

       
      Vidéo promotionnelle:
       
    • Par GDS

       
      Le jeudi 9 octobre 2014, en présence de la mairesse de la Ville de Longueuil, Madame Caroline St-Hilaire, de Madame France Dubé, conseillère à la Ville de Longueuil, de Monsieur Mathieu Duguay, président Société de gestion Cogir, de l’équipe de Jazz Longueuil, des cadres de Société de gestion Cogir et des résidents de Jazz Longueuil, se tenait la cérémonie de pelletée de terre protocolaire marquant le début de la construction de la tour II de la résidence privée pour aînés JAZZ Longueuil. Du même coup, la capsule temporelle contenant divers objets et souvenirs des résidents actuels de Jazz Longueuil a été scellée officiellement. Cette capsule sera installée dans la structure de béton de la tour II avec à son bord, à tout jamais, une petite partie de l'âme des résidents de la phase I.
       
      Résidence importante située au cœur de Longueuil, Jazz Longueuil s’agrandit pour accueillir une clientèle d’aînés autonomes de l’agglomération et ses environs. En plus d’offrir plus de 180 nouveaux logements au look contemporain, cette nouvelle résidence offrira des services à valeurs ajoutées à sa clientèle existante et future. Ce projet d’agrandissement, nécessitant un investissement de près de 30 millions de dollars, créera jusqu’à 26 nouveaux emplois. Située face à l’Hôpital Pierre-Boucher et à proximité de tous les services, la résidence Jazz Longueuil était louée à pleine capacité depuis quelques années. L’ajout de la tour II permettra d’offrir des opportunités de location à plusieurs aînés de la grande région qui désirent goûter à l’expérience Jazz. La construction de cette nouvelle tour sera réalisée entièrement par Société de gestion Cogir, l’un des plus importants gestionnaires d’immeubles au Québec.
       
      http://www.jazzlongueuil.ca
      ----
       


    • Par monctezuma

       
      Le débat se fait maintenant, c'est donc le temps de vous exprimer. À ma connaissance, rien n'a été définitivement adopté encore, c'est donc le temps de débattre et de vous regrouper pour produire des documents et des témoignages à l'OCPM. Après, il sera trop tard, le dossier sera clos.
       
      Site de l'OCPM où vous trouverez comment présenter votre témoignage, vos idées, etc. :

      http://www.ocpm.qc.ca/hauteurs-densites
       
      Ouest du centre-ville :
       

       
      Est du centre-ville :
       

    • Par Habsfan
      Vous pouvez remercier Yarabundi sur SSP pour cet Article. Je suis très heureux d'apprendre que nous aurons une nouvelle salle de spectacles, il était temps. Aussi, j'ai hâte d'aller voir le Canadien s'entraîner à Brossard!
       
      Le Groupe Gillett prépare un gros investissement
      06:42 | André Dubuc, Journal LesAffaires
       
       
      Le propriétaire du Canadien George Gillett construira-t-il une salle de spectacles à Montréal, comme plusieurs semblent le croire, après avoir acheté un terrain situé tout juste à côté du Centre Bell ?
       
       
      Pour en savoir plus
       
       
      Groupe Gillett
      Centre Bell
      Canadien de Montréal
       
       
       
      Article connexe
       
      Le 2 mars, une société à numéros dirigée par Alain Gauthier, vice-président aux opérations du Centre Bell, a payé quelque 21,5 M$ pour acquérir un terrain de stationnement de 95 000 pi2 situé à l'angle des rues Peel et Saint-Antoine, au sud-ouest du centre-ville.
       
      Le pied carré revient à 230 $, un montant important qui laisse présager la réutilisation rapide du terrain dans le cadre d'un projet générant des revenus. À titre de comparaison, le terrain situé de l'autre côté de la rue, au sud de la rue Saint-Jacques, s'est vendu 140 $ le pied carré en février.
       
      Selon les renseignements que nous avons recueillis, mais qui n'ont pas été confirmés par le Groupe Gillett, celui-ci y construirait une salle de spectacles de 3 500 à 4 000 places, un stationnement et des commerces.
       
      Alain Gauthier, qui a été un artisan de premier plan lors de la construction du nouveau domicile du Canadien en 1996, n'avait pas rappelé le journal LES AFFAIRES au moment de mettre sous presse.
       
      " Ce terrain est bien situé, servi par l'autoroute, la gare de trains et deux stations de métro. Ce terrain est aussi bien situé que le Centre Bell ", dit André Ménard, vice-président, salles et spectacles, de l'équipe Spectra.
       
      Les vendeurs sont liés à Placements Mirlaw, de la famille Lawee. Mayer Lawee n'a pas donné suite à notre appel.
       
      Une salle qui comblerait un besoin
       
      Une salle intermédiaire constitue le chaînon manquant dans le réseau de scènes montréalaises. La ville compte plusieurs salles de 2 000 places et moins, mais l'offre se raréfie rapidement au-delà de 3 000 sièges. Après la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, on ne trouve pas grand-chose avant le Centre Bell et ses 21 273 sièges.
       
      " Il y a le Cepsum, le cube du parc Jarry, mais un vrai théâtre de 5 000 places, Montréal n'en a pas, constate M. Ménard. C'est un fait que, parfois, ils [les gens du Groupe Gillett] aimeraient bien avoir une salle de cette taille. C'est un commentaire qu'ils m'ont déjà fait. "
       
      En février, George Gillett confiait d'ailleurs au Journal de Montréal qu'il étudiait la possibilité de faire un investissement substantiel à Montréal, qui ne serait pas lié au sport.
       
      " Je sais que le Centre Bell a un taux d'occupation très élevé, au-delà, je pense, de 320 jours. De ce côté, je peux comprendre qu'il aille dans une salle d'environ 5 000 sièges car c'est le type de spectacles que Gillett accueille déjà ", dit Pierre Deschênes, directeur général du Partenariat du Quartier des spectacles.
       
      Projet de centre d'entraînement à Brossard
       
      On sait que le Groupe Spectacles Gillett a beaucoup de succès. Le Centre Bell affiche complet ou presque. En 2005, il s'était classé au 14e rang sur les revenus annuels tirés de spectacles parmi 104 amphithéâtres de 15 000 places et plus dans le monde, selon le magazine Billboard.
       
      En fait foi la valeur foncière attribuée par la Ville de Montréal au Centre Bell, qui a grimpé de 50 % avec le dépôt du rôle d'évaluation en 2007, est de 225 M$.
       
      Pour libérer des plages horaires, les propriétaires du Club de hockey Canadien envisagent d'aménager une patinoire dans le Quartier DIX30, à Brossard, pour y tenir les séances d'entraînement. Selon Devimco, le promoteur du centre DIX30, ce projet est toujours à l'ordre du jour. Il est même question d'un partenariat avec la Ville de Brossard, qui déménagerait des services municipaux dans le centre d'entraînement.
       
      Le maire de Brossard, Jean-Marc Pelletier, ne veut pas accorder d'entrevue sur ce sujet avant deux à trois semaines, nous dit-on à l'hôtel de ville.
       
      Ça bouge dans Griffintown
       
      La récente transaction de la société liée au Groupe Gillett s'inscrit dans le renouveau immobilier qui anime le quartier Griffintown, au sud-ouest du centre-ville.
       
      En février, True North Properties, qui a développé avec succès les copropriétés des Terrasses et Jardins Windsor, a vendu son dernier terrain vacant de 130 000 pi2 au prix de 18,1 M$ à Cannonfield, un grand propriétaire foncier de Toronto. Le lot est situé en façade de la rue Peel, au sud de la rue Saint-Jacques.
       
      Le terrain bénéficie d'un zonage qui permet la construction en hauteur de tours de bureaux et d'hôtels, d'une superficie pouvant atteindre 1,5 million de pi2.
       
      Pour sa part, Devimco, ce développeur associé à la famille Beaudoin (de l'industriel Bombardier), veut construire le Village Griffintown, un projet aux vocations multiples dont la valeur pourrait atteindre 1,5 milliard de dollars.
       
      Selon nos informations, son partenaire financier serait Investissements PSP, le bras investisseur de la caisse de retraite des fonctionnaires fédéraux. PSP est le financier du Groupe Dayan dans la revitalisation du secteur L'Acadie-Chabanel, dans le nord de Montréal.
       
      Devimco a pour vision de construire des plateformes commerciales sur lesquelles seraient érigés des immeubles de logements. Le territoire visé est compris entre les rues Ottawa et l'autoroute Bonaventure, la rue Wellington et le canal Lachine.
       
      La portion commerciale accueillerait des grandes surfaces et des boutiques.
       
      Présent au Marché international des professionnels de l'immobilier (MIPIM), tenu la semaine dernière à Cannes, en France, le coprésident de Devimco, Jean-François Breton, a alors rencontré le maire de Montréal, Gérald Tremblay, et le responsable du développement économique au comité exécutif, Alan DeSousa.
       
      Par le passé, Devimco s'était déjà plainte de la lenteur à laquelle cheminait son mégaprojet dans la machine de l'administration municipale.