GDS

Silos Canada Malting - ?? étages

Recommended Posts

Pinned posts

Silos Canada Malting
(concept)

silos canada malting.jpg

Citation

Emplacement: 
Hauteur en étages: 
Hauteur en mètres: 
Coût du projet: 
Promoteur: 
Architecte: 
Entrepreneur général: 
Début de construction: 
Fin de construction: 
Site internet: 
Lien webcam: 
Autres images: 
Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations: 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

[T]here has also been pushback by local residents who feel the condo development has gone overboard, with too little social or affordable new housing and not enough emphasis on building new schools, parks, grocery stores and social services.

Magnifique projet, mais plutôt mal desservi en transport collectif (secteur enclavé à l'ouest, au nord puis au sud), alors que côté transport motorisé il est situé à moins de 5 mins de rampes d'accès à l'autoroute 15.

Un avantage qu'il offre sur Griffintown est d'être situé dans un quartier déjà structuré, côté services. Ça se vendra comme de petits pains chauds!

D'ailleurs, je compte 10 étages (belle densité pour ce secteur), en zoomant sur les fenêtres des silos. (Ce serait un premier exemple montréalais de réutilisation d'une telle structre pour y incruster des logements!) :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, FrancSoisD a dit :

Magnifique projet, mais plutôt mal desservi en transport collectif (secteur enclavé à l'ouest, au nord puis au sud), alors que côté transport motorisé il est situé à moins de 5 mins de rampes d'accès à l'autoroute 15.

Un avantage qu'il offre sur Griffintown est d'être situé dans un quartier déjà structuré, côté services. Ça se vendra comme de petits pains chauds!

D'ailleurs, je compte 10 étages (belle densité pour ce secteur), en zoomant sur les fenêtres des silos. (Ce serait un premier exemple montréalais de réutilisation d'une telle structre pour y incruster des logements!) :thumbsup:

Un prolongement de ligne d'autobus pourrait desservir le coin. On pourrait même en faire une condition d'acceptation sociale du projet?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas si dans le champs que ça cet endroit. On est à 15 mins de marche de la station St-Henri et il y a un arrêt d'autobus (78) au coin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

« L'administration Plante-Dorais, une fois élue, s'engage à aller négocier avec toutes les parties au dossier (paliers de gouvernement et autres) pour trouver un montage financier afin de réaliser un projet de logements 100% sociaux et communautaires sur le site de la Canada Malting ».

http://quebec.huffingtonpost.ca/patricia-viannay/l-administration-plante-dorais-sera-t-elle-celle-du-droit-au-logement_a_23273428/

Juste avant les élections , Valérie plante avait déclarer qu'elle voulait 100% des logements sociaux pour ce site ... je suis curieux de voir ce qu'il va arriver maintenant.

Modifié par redfu

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si on applique le «principe» du 100% de logements sociaux* pour un site, on se prive de la contribution implicite**  du secteur privé, qui est possible quand on accorde un permis de construire conditionnel à l'insertion d'un pourcentage déterminé de logements sociaux.  Ce pourcentage sera nécessairement inférieur à 100%; plus il est bas, plus il procure au promoteur l'opportunité de réaliser une marge bénéficiaire globale*** suffisante pour qu'il lance le projet.

* Le concept n'est pas clairement défini dans ce texte.

** Dans un projet «mixte», i.e. un projet comportant une partie vendue au prix du marché libre et une autre vendue à un prix plus abordable possiblement inférieur au coût de construction.

*** La marge bénéficiaire globale est calculée à partir du produit total des ventes, mais ce sont uniquement les ventes des unités vendues sur le marché libre qui contribuent au profit.  Or il y a une contrainte incontournable: les prix de vente doivent être concurrentiels: on ne peut pas les hausser inconsidérement simplement pour atteindre le seuil de rentabilité.  Cela fixe une limite au pourcentage de «logements sociaux» inclus dans le projet.  Cette limite n'est toutefois pas fixe: on peut la hausser en accordant des avantages spéciaux au promoteur, par exemple une contribution financière publique, ou une dérogation au zonage permettant de construire plus de logements sur le site, ou encore (quand c'est possible) la vente du terrain à un prix inférieur à celui du marché.

Le texte ci-dessus est simplificateur; dans la réalité, on peut introduire toutes les nuances se rapportant à un site et à un projet particulier.  Ce qui demeure vrai, je pense, est l'existence générale d'un potentiel de contribution implicite du secteur privé.  En écartant ce dernier d'un projet (en exigeant 100% de logements sociaux), on limite (diminue) le nombre de logements sociaux qui peuvent être réalisés à partir d'un fonds déterminé (fixe).  Évidemment, si on dispose d'un fonds illimité, tout est possible!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, redfu a dit :

http://quebec.huffingtonpost.ca/patricia-viannay/l-administration-plante-dorais-sera-t-elle-celle-du-droit-au-logement_a_23273428/

Juste avant les élections , Valérie plante avait déclarer qu'elle voulait 100% des logements sociaux pour ce site ... je suis curieux de voir ce qu'il va arriver maintenant.

Lorsqu'elle a fait cette promesse , j'imagine qu'elle ne savait qu'elle serait élue mairesse ! C'est très incohérent avec le discours de Projet Montreal qui parle sans cesse de mixité alors que la mixité social ce n'est pas avoir seulement des ménages a faible revenue et écarté des promoteurs privé . Je reconnais que les besoins en logement abordable sont criants dans le quartier mais on a pas besoin de répéter le modèle des habitations jeanne Mance . Le projet tel que proposé avec 15% de logement sociaux réalisé par le privé me semble l'approche la plus réaliste pour ce secteur qui a déjà reçu environ 1400 unité de logement social depuis 2009 , soit beaucoup plus que n'importe quel arrondissements a Montreal. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, Yasmaka a dit :

Lorsqu'elle a fait cette promesse , j'imagine qu'elle ne savait qu'elle serait élue mairesse ! C'est très incohérent avec le discours de Projet Montreal qui parle sans cesse de mixité alors que la mixité social ce n'est pas avoir seulement des ménages a faible revenue et écarté des promoteurs privé . Je reconnais que les besoins en logement abordable sont criants dans le quartier mais on a pas besoin de répéter le modèle des habitations jeanne Mance . Le projet tel que proposé avec 15% de logement sociaux réalisé par le privé me semble l'approche la plus réaliste pour ce secteur qui a déjà reçu environ 1400 unité de logement social depuis 2009 , soit beaucoup plus que n'importe quel arrondissements a Montreal. 

Pour ce commentaire j'ai pensé que tu méritais un troisième trophée. En effet la mixité sociale est un objectif essentiel afin d'assurer un équilibre entre les différentes couches de la société sur un territoire donné. Alors partout où c'est possible il faut encourager cette forme de cohabitation, qui profite à l'ensemble de la population et offre de meilleures chances de pouvoir mieux s'en sortir pour les plus démunis.

A ce propos je trouve que le 15% de logements sociaux et abordables est un excellent compromis, car il ne mine pas l'intérêt des promoteurs et répondrait à des besoins concrets partout dans les arrondissements montréalais. On évite ainsi l'image négative de gros ensembles de logements, tels les Habitations Jeanne-Mance, qui bien qu'ils soient bien administrés, ont la mauvaise réputation d'ostraciser leurs résidents.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deux projets pour la Canada Malting

Un an après sa mise sur pied, le collectif «À nous la Malting!» fait face à de la compétition. L’organisme chargé de convertir le site de l’ancienne malterie de la rue Saint-Ambroise, dans Saint-Henri, souhaite rencontrer la mairesse de Montréal Valérie Plante pour lui faire part de son projet communautaire. Mais le promoteur Renwick Development fait aussi des démarches auprès de l’arrondissement du Sud-Ouest afin de faire accepter son propre plan.

Si le projet du collectif est encore au stade embryonnaire, ses grandes lignes sont déjà tracées. «Le logement social serait une partie importante. Nous aimerions aussi implanter un pôle alimentaire qui inclurait de l’agriculture urbaine ainsi qu’un atelier de réparation et de recyclage de vélos», explique Shannon Franssen, coordonnatrice de Solidarité Saint-Henri dont fait partie le collectif.

De son côté, les plans de Renwick Development sont déjà définis. Évalué à 100 M$, le futur bâtiment multifonctionnel comprendrait notamment des ateliers d’artistes, des logements familiaux, une épicerie et un centre d’éducation pour enfants autistes, tout en conservant la valeur patrimoniale du site.

«C’est un projet communautaire complet. Oui, il y aura des logements sociaux, mais surtout des installations qui permettront aux résidents d’améliorer leur qualité de vie, comme des jardins communautaires et un accès direct à la piste cyclable», indique Noam Schintzer, fondateur de Renwick Development.

L’Office de consultation publique de Montréal a d’ailleurs recommandé le plan sur lequel son équipe travaille depuis mars 2015.

capture.png?w=470&h=240

Projet de Renwick Development

Malgré tout, Mme Franssen n’est pas d’avis que ce projet réponde aux besoins de la communauté. «Il n’y a pas assez de logements sociaux», déplore-t-elle, précisant que seulement 65 sont prévus sur un total de 240 unités, alors qu’il faudrait un minimum de 500 logements sociaux pour répondre à la demande.

Même si le promoteur affirme que ce nombre pourrait changer si la population le juge nécessaire, et que les autres logements seront également plus abordables que ce qu’on retrouve habituellement aux abords du canal de Lachine, Mme Franssen n’est pas convaincue.

«Le promoteur a travaillé avec des groupes qui sont hors du quartier et qui ne visent pas les besoins des gens d’ici, ajoute-t-elle. En réalité, c’est un projet de condominium de luxe avec quelques petits projets rattachés pour que ça ait l’air communautaire».

Urgence
Si les deux organisations croient que leur plan est le meilleur, elles se buttent pour le moment au silence de la Ville de Montréal et de l’arrondissement du Sud-Ouest. Le maire Benoit Dorais préfère pour l’instant ne pas se prononcer sur le sujet.

La dangerosité du site, abandonné depuis 35 ans, inquiète autant Renwick Development que le collectif.

«Certaines parties du bâtiment sont dans un état de détérioration élevée. Il est nécessaire de commencer le plus tôt possible la phase de stabilisation des structures», souligne Mme Franssen.

Même son de cloche du côté de M. Schnitzer, qui urge l’arrondissement de donner le feu vert à son projet afin de pouvoir débuter des travaux. «Présentement, le site est extrêmement dangereux, un adolescent a été blessé l’été dernier, il ne faudrait pas que ça se reproduise. Des activités de sécurisation doivent commencer tout de suite», dit-il.

Les deux parties tenteront à nouveau de contacter les élus au cours des prochaines semaines pour faire valoir leur point.

http://journalmetro.com/local/sud-ouest/actualites/1453585/deux-projets-pour-la-canada-malting/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par UrbMtl
      Vision 62

       
    • Par ChrisDVD
      New housing for St. Henri on Canada Malting site?
       

       
      APRIL 14, 2013
       
      MONTREAL — The Canada Malting complex has towered over St. Henri for more than a century.
       
      A symbol of Montreal’s industrial past, it has fallen on hard times since it was abandoned in the 1980s. It’s defaced by graffiti, and squatters often break in.
       
      Now, the Sud-Ouest borough is working on guidelines for a possible eventual residential redevelopment of the sprawling property at St. Ambroise and St. Rémi Sts., on the Lachine Canal.
       
      After consulting experts, neighbours and local groups, the borough announced on Friday it is working on a framework that will be put before public consultations.
       
      Once Canada’s largest malting plant, Canada Malting’s oldest section was built in 1905. The privately owned complex features enormous silos, some of which are unique in North America. But the borough said some are crumbling and will be difficult to save. If a residential property is built, other challenges will involve traffic and parking, the borough said.
       
      “It’s a monumental building and preserving it presents monumental challenges,” Sud-Ouest borough Benoit Dorais said in a press release.
       
      “All options are on the table,” he added. “We hope to see a project that meets the principles and values that inspired the development of the area in recent years — an inclusive project where families play an important role, one that is focused on sustainable development and the history and identity of the neighbourhood.”
       
      Groups already consulted include Heritage Montreal, Parks Canada and Solidarité Saint-Henri. Guy Giasson, president of the Société historique de Saint-Henri, said the group hopes any redevelopment of Canada Malting will preserve and reuse the complex, as other former plants on the canal have been.
       
      Other industrial buildings have been turned into condos and artist lofts.
       
       
      Read more: http://www.montrealgazette.com/housing+Henri+Canada+Malting+site/8241376/story.html#ixzz2Qa3GUXRZ
    • Par ScarletCoral
      via La Voix Pop :
       
      9/01/2016 Mise à jour : 19 janvier 2016 | 7:00
       
      Maison des jeunes de Saint-Henri: 900 000$ pour un nouveau toit
       
      Par André Desroches
      TC Media
       

      La maison des jeunes serait construite en face de la caserne de pompiers, sur une partie du terrain occupé présentement par le stationnement public de la Ville de Montréal.
      André Desroches / TC Media
       
      La maison des jeunes La Galerie de Saint-Henri devra déménager dans deux ans. Elle souhaite le faire sur la Place Saint-Henri, dans un bâtiment construit au coût de 900 000$ qui deviendrait l’élément d’un pôle jeunesse dans ce secteur.
       
      L’organisme fondé en 1980 devra quitter à l’été 2018 le local qu’il loue depuis plus de trente ans sur la rue Notre-Dame (au 3643). Le propriétaire a d’autres projets pour le bâtiment.
       
      La maison des jeunes serait construite en face de la caserne de pompiers, sur une partie du terrain occupé présentement par le stationnement public de la Ville de Montréal.
       
      Le bâtiment de deux étages aurait une superficie totale de 467 mètres carrés. Les espaces pour les activités des jeunes seraient aménagés au rez-de-chaussée. À l’étage, il y aurait des bureaux pour le personnel ainsi que des salles pour des réunions et les rencontres d’aide aux devoirs.
       
      Les plans prévoient une terrasse sur le toit pour des activités d’agriculture. «Nous visons un toit vert», signale Cathy Anglade.
       
      Créer un pôle jeunesse
      Pour développer le projet, l’organisme bénéficie de l’appui de l’arrondissement du Sud-Ouest, qui souhaite repenser ce lieu névralgique.
       
      «Nous voulons revoir les aménagements de la Place Saint-Henri. On voudrait en faire un pôle jeunesse», explique le maire Benoit Dorais, rappelant la présence dans cette zone de l’école secondaire Saint-Henri, des Loisirs Saint-Henri et de l’école primaire Ludger-Duvernay.
       
      «Nous voulons faire de la place un pôle public comme quand elle a été créée», ajoute le maire, mentionnant qu’un exercice de réflexion sur l’aménagement de la place ayant réuni des universitaires s’est tenu en 2013. Selon lui, la population en général va y trouver son compte.
       
      Campagne de financement
      Benoit Dorais est en discussion avec la ville-centre afin de conclure un bail de longue durée pour le terrain convoité. «Nous voudrions signer une entente avec la Ville pour une emphytéose. Ça avance», indique-t-il. Mais pour que la Ville puisse voter en faveur du projet, il faut qu’il soit viable financièrement».
       
      La maison de jeunes doit recueillir près de 1 M$. Pour y arriver, l’organisme doit dénicher des partenaires majeurs.
       
      «Nous allons lancer notre campagne en février auprès des entreprises et des commerces», annonce Cathy Anglade. L’organisme ciblera également les fondations. La population pourra appuyer le projet à sa façon lors d’activités grand public de collecte de fonds.
       
      Chaque année, environ 150 jeunes âgés de 11 à 18 ans participent aux activités de la maison La Galerie.
    • Par ScarletCoral
      via la Voix Pop
       
      15/01/2016 Mise à jour : 15 janvier 2016 | 13:06
       
      Projet de 135 condos sur la rue Saint-Rémi
       
      Par André Desroches
      TC Media
       

      L'immeuble résidentiel de quatre étages serait construit au 767, Saint-Rémi, là où l'on trouve présentement un bâtiment industriel inoccupé, ainsi que sur le terrain contigu.
      André Desroches / TC Media
       
      Un projet résidentiel comptant 135 unités d’habitation, essentiellement des copropriétés et quelques logements sociaux, pourrait voir le jour sur la rue Saint-Rémi dans le quartier Saint-Henri.
       
      L’immeuble serait construit au 767, Saint-Rémi, là où l’on trouve un bâtiment industriel inoccupé, ainsi que sur le terrain contigu.
       
      Selon ce qu’a appris TC Media, il inclurait 14 logements sociaux et 14 logements abordables.
       
      Il s’agirait d’un bâtiment de quatre étages. Le règlement d’urbanisme de l’arrondissement du Sud-Ouest prévoit pour ce secteur des immeubles de 2 à 3 étages. Le projet, qui déroge à cette norme, pourrait faire l’objet d’un projet particulier de construction.
       
      La table de concertation Solidarité Saint-Henri a organisé deux rencontres en décembre et janvier pour présenter le projet aux résidents qui demeurent dans le Village des tanneries, là où le bâtiment serait érigé. Le Village des tanneries, cette petite enclave située à l’extrémité ouest de Saint-Henri, est délimité par les rues Cazelais, Saint-Rémi et Desnoyers et la voie ferrée.
       
      Opposition du POPIR
      Bien qu’il ne s’agisse pour le moment que d’une proposition préliminaire, le promoteur n’ayant déposé aucun projet formel à l’arrondissement, le POPIR-Comité Logement affiche d’emblée son opposition.
       
      «Notre mandat, c’est zéro condo», déclare Fred Burrill, organisateur communautaire au POPIR.
       
      C’est un non catégorique même si le projet prévoit l’inclusion de logements sociaux. «Nous ne sommes pas pour la construction de logements sociaux à n’importe quel prix», souligne M. Burrill.
       
      Selon le POPIR, ce type de développement résidentiel ne répond pas aux besoins des locataires de Saint-Henri, dont le revenu médian est de 25 395$. «Nous voulons le plus possible que le quartier demeure un quartier populaire», insiste Fred Burrill pour qui la multiplication de projets de condos ne fait qu’accélérer l’embourgeoisement du quartier.
       
      «Nous n’avons pas encore de position», indique pour sa part Shannon Franssen, coordonnatrice de Solidarité Saint-Henri. Le Comité aménagement de la table de concertation doit se réunir au début de février pour faire le point dans ce dossier.