Recommended Posts

Je crois bien avoir trouvé le meilleur fil pour mettre ce vidéo. 

Si les architectes qui planifient les projets pour Montréal pouvaient suivre ces quelques recommandations de Frank Gehry ce serait une bonne chose pour la ville. 

Les murs de verre plats sont trop banal et ne reflète que la facilité. 

Frank Gehry MasterClass :

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci acpnc d'avoir initié ce fil. Je recommande à tous les membres de lire in extenso les articles reproduits sur ce fil. Certains sont tout à fait remarquables.

Que Ville St-Laurent veuille mettre fin aux horreurs architecturale sur son territoire, je salue l'initiative, mais maudit qu'est-ce qui arrive avec les autres secteurs de la ville ? Ville St-Laurent, ce sont des grandes surfaces et des entrepôts, et des développements domiciliaires génériques. Le mal est déjà fait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, ferraro a dit :

Merci acpnc d'avoir initié ce fil. Je recommande à tous les membres de lire in extenso les articles reproduits sur ce fil. Certains sont tout à fait remarquables.

Que Ville St-Laurent veuille mettre fin aux horreurs architecturale sur son territoire, je salue l'initiative, mais maudit qu'est-ce qui arrive avec les autres secteurs de la ville ? Ville St-Laurent, ce sont des grandes surfaces et des entrepôts, et des développements domiciliaires génériques. Le mal est déjà fait.

Merci d'apprécier ce fil, il contient les germes d'une possible révolution. Comme tu dis: le mal est déjà fait, mais il est encore temps d'arrêter l'évolution de la maladie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très intéressant. J.aimerais bien voir en quoi consisterait concrètement une politique nationale sur l'architecture. Comment cela pourrait se traduire en normes et critères à respecter lors de la conception de projets.

Les critères de PIIA que les villes possèdent sont parfois bien ficelés mais comme ça se doit d'être vague et malléable, c'est difficile d'obtenir des bâtiments qui placent l'architecture en avant plan. Bien que les projets municipaux vont souvent au plus bas soumissionnaire c'est plus facile pour ces projets de favoriser l'audace architecturale comme c'est a ville le « client », mais de l'autre côté, les projets privés font souvent la même chose en nivelant vers le bas et l'architecture est souvent ce qui prend le bord rapidement.

J'aimerais que l'architecture soit aussi importante pour les citoyens ou promoteurs privés.

Modifié par Joelb

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vers plus de design et d’architecture dans les contrats municipaux

 

maison-03-stade-de-soccer-de-montrecc81a Olivier Blouin Peu de bâtiments montréalais font l'objet de concours d'architecture. Mais cela a été le cas pour le Stade de soccer.

La Ville de Montréal souhaite que le design et l’architecture soient davantage considérés pendant l’octroi de contrats.

C’est du moins ce que vise le Plan d’action en design dévoilé mercredi, qui fait partie des huit plans d’action de la stratégie économique de l’administration de Valérie Plante.

«C’est l’objectif. On essaie d’éliminer ce qui nuit à la qualité dans le design et l’architecture. Une des premières était l’élimination de la condition du plus bas soumissionnaire. Il va falloir revoir la politique contractuelle», a précisé la responsable de la culture et du patrimoine au sein du comité exécutif, Christine Gosselin.

Le plan d’action pour le design comprend une enveloppe de 3,8M$ pour établir un agenda pour la qualité en design et en architecture et la mise à jour des processus et de plusieurs outils d’aide aux entreprises de design.

Toutefois, l’administration se dit consciente qu’à terme, cette stratégie pourrait être coûteuse. «On est conscients que ça va générer des demandes budgétaires supplémentaires. Plus de qualité, ça passe par une majoration des budgets, mais il va falloir se donner des priorités», a affirmé Mme Gosselin.

Deux autres plans

La Ville de Montréal a présenté mercredi deux autres stratégies de développement économique, une pour le savoir accompagné d’une enveloppe de 6,6M$ et l’autre pour le développement international qui aura un budget de 4,3 M$.

Ce deuxième montant servira notamment à payer des missions économiques montréalaises à l’étranger, comme celle pour laquelle Valérie Plante s’envolera au Japon vendredi, accompagné de 26 entreprises.

«Les missions, c’est un des gros morceaux, mais il y a aussi de l’accompagnement pour amener les entrepreneur à aller vers l’international», a indiqué le responsable du développement économique, Robert Beaudry. Il donne en exemple des rencontres entre investisseurs étrangers et des compagnies montréalaises.

Des programmes d’aide supplémentaire aux entreprises étrangères seront dévoilés dans les prochaines semaines, a-t-il ajouté.

«Ce qui est important, c’est le branding de Montréal. Il faut essayer d’avoir une image de marque montréalaise pour rayonner sur ce qu’on est : une ville universitaire, de savoir, d’innovation et de qualité de vie. Moi, je vends Montréal avec ces secteurs», a avancé M. Beaudry.

L’argent investi dans le plan de savoir servira quant à lui à une meilleure collaboration entre le milieu de la recherche universitaire, la Ville de Montréal et les entreprises.

«On veut développer des projets d’innovations. Il y a des choses qui se développent dans les universités et il faut que la Ville et les entreprises puissent en bénéficier», a soutenu le responsable de la ville intelligente, François Croteau.

Il donne l’exemple des données personnelles qui sont recueillies par la Ville et qui posent des questions éthiques si elles sont utilisées en intelligence artificielle. «Déjà, l’industrie se positionne, mais la Ville est un joueur majeur, car elle va générer beaucoup de données. Il faut travailler sur des projets de recherches pour se positionner», a mentionné M. Croteau.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J’ai reçu ce courriel aujourd’hui de l’Ordre des architectes du Québec.

Le Québec se dote d’une stratégie gouvernementale en architecture réjouissons-nous!

L’Ordre des architectes du Québec applaudit l’intention du gouvernement du Québec de se doter d’une stratégie gouvernementale en architecture. Cette mesure, inscrite au plan d’action de la politique culturelle dévoilée aujourd’hui par le ministère de la Culture et des Communications (MCC), constitue un engagement ferme et d’une portée sans précédent pour la qualité architecturale au Québec, voire au Canada.

« Je tiens à remercier nos membres, les nombreux participants à notre tournée de conversations publiques, les signataires de notre déclaration pour une politique québécoise de l’architecture et les quelque 50 villes et arrondissements qui appuyaient la démarche de l’Ordre, a déclaré Nathalie Dion, présidente de l’Ordre des architectes. Leur appui a certes fait en sorte que nos demandes à l’égard de la qualité architecturale ont été considérées par le gouvernement du Québec. »

« L’adoption de pratiques exemplaires dans les projets menés par l’État et la reconnaissance de la valeur de l’architecture dans la création de milieux de vie de qualité, tels que formulés dans le plan d’action, sont des principes que nous avons mis de l’avant au cours des dernières années, précise Nathalie Dion. De plus, l’intention de mettre en valeur les savoir-faire et les matériaux québécois, de stimuler l’excellence, la créativité et l’innovation en architecture et en design urbain et de favoriser la qualité et la durabilité des constructions fait clairement écho aux propos qu’ont tenus les participants à nos conversations publiques. »

L’Ordre partenaire de la stratégie gouvernementale en architecture
L’Ordre est également heureux d’agir comme partenaire privilégié dans l’élaboration de cette stratégie. Les échanges entre l’Ordre et le MCC sont amorcés et nos travaux se poursuivront très prochainement.  « Voilà des années que l’Ordre documente les meilleures pratiques en matière de qualité architecturale, a souligné Nathalie Dion. Avoir la possibilité d’en discuter directement avec les interlocuteurs gouvernementaux et d’autres acteurs du milieu représente pour nous une occasion rêvée de promouvoir des processus qui, nous l’espérons, profiteront à l’ensemble de la société québécoise. »

L’architecture reconnue à sa juste valeur
« Par cette mesure décisive, le gouvernement reconnaît l’architecture comme une discipline culturelle à part entière, à la fois reflet et facteur déterminant du mieux-être et de l’identité collective des Québécois, a déclaré Nathalie Dion, présidente de l’Ordre des architectes. À l’heure des réinvestissements massifs dans les infrastructures, le gouvernement fait preuve de vision en misant sur la qualité de constructions qui vont marquer notre environnement et celui des générations futures pour les décennies à venir. »

Partagez la bonne nouvelle dans votre réseau. Notre voix collective a été entendue!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-06-12 à 13:17, Archi Mtl a dit :
J’ai reçu ce courriel aujourd’hui de l’Ordre des architectes du Québec.

Le Québec se dote d’une stratégie gouvernementale en architecture réjouissons-nous!

L’Ordre des architectes du Québec applaudit l’intention du gouvernement du Québec de se doter d’une stratégie gouvernementale en architecture. Cette mesure, inscrite au plan d’action de la politique culturelle dévoilée aujourd’hui par le ministère de la Culture et des Communications (MCC), constitue un engagement ferme et d’une portée sans précédent pour la qualité architecturale au Québec, voire au Canada.

« Je tiens à remercier nos membres, les nombreux participants à notre tournée de conversations publiques, les signataires de notre déclaration pour une politique québécoise de l’architecture et les quelque 50 villes et arrondissements qui appuyaient la démarche de l’Ordre, a déclaré Nathalie Dion, présidente de l’Ordre des architectes. Leur appui a certes fait en sorte que nos demandes à l’égard de la qualité architecturale ont été considérées par le gouvernement du Québec. »

« L’adoption de pratiques exemplaires dans les projets menés par l’État et la reconnaissance de la valeur de l’architecture dans la création de milieux de vie de qualité, tels que formulés dans le plan d’action, sont des principes que nous avons mis de l’avant au cours des dernières années, précise Nathalie Dion. De plus, l’intention de mettre en valeur les savoir-faire et les matériaux québécois, de stimuler l’excellence, la créativité et l’innovation en architecture et en design urbain et de favoriser la qualité et la durabilité des constructions fait clairement écho aux propos qu’ont tenus les participants à nos conversations publiques. »

L’Ordre partenaire de la stratégie gouvernementale en architecture
L’Ordre est également heureux d’agir comme partenaire privilégié dans l’élaboration de cette stratégie. Les échanges entre l’Ordre et le MCC sont amorcés et nos travaux se poursuivront très prochainement.  « Voilà des années que l’Ordre documente les meilleures pratiques en matière de qualité architecturale, a souligné Nathalie Dion. Avoir la possibilité d’en discuter directement avec les interlocuteurs gouvernementaux et d’autres acteurs du milieu représente pour nous une occasion rêvée de promouvoir des processus qui, nous l’espérons, profiteront à l’ensemble de la société québécoise. »

L’architecture reconnue à sa juste valeur
« Par cette mesure décisive, le gouvernement reconnaît l’architecture comme une discipline culturelle à part entière, à la fois reflet et facteur déterminant du mieux-être et de l’identité collective des Québécois, a déclaré Nathalie Dion, présidente de l’Ordre des architectes. À l’heure des réinvestissements massifs dans les infrastructures, le gouvernement fait preuve de vision en misant sur la qualité de constructions qui vont marquer notre environnement et celui des générations futures pour les décennies à venir. »

Partagez la bonne nouvelle dans votre réseau. Notre voix collective a été entendue!

Super! Est-ce que l'on sait la portée qu'aura cette politique et ses futures résultats? Est ce que d'autres provinces ont déjà adopté une telle politique?

Modifié par Faitlemou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par vivreenrégion
      Lien rapide entre Montréal et Québec
      Discussion sur le projet d'un train rapide Montréal-Québec.
      Actualités:
    • Par Marc.PMR
      http://ici.radio-canada.ca/regions/estrie/2016/09/06/002-projet-train-passagers-montreal-bromont-sherbrooke-etude.shtml
       
      Ce n'est pas la nouvelle la plus récente, mais je m'étonne qu'elle n'ait pas été reprise et commentée sur ce site.
       
      Avec la collaboration d'une société comme Kéolis ou Transdev (opérateurs de trains pour passagers en Europe et toutes deux bien présentes au Québec), j'aimerais croire que l'exploitation d'un tel service est au moins envisageable. Un train régional entre Montréal et Sherbrooke desservirait un bassin de population non négligeable et offrirait une option de transport pratique aux amateurs de sports d'hiver
    • Par amos404
      J’aimerais vous partager cette vision d’un transport en commun lourd dans les Quartiers industriels de Montréal. Saint-Laurent est le deuxième plus important employeur du grand Montréal avec plus de 200 000 emplois pourtant contrairement au centre-ville qui est desservi par 3 lignes de métro, 6 lignes de train de banlieue et bientôt le REM, Saint-Laurent n’a aucun projet de transport lourd. Devant cette situation il est normal que le transport en commun ne soit pas une option populaire pour se rendre dans ce secteur. Pourtant, s’il y a un seul secteur dans le grand Montréal qui est le plus successible de produire un important transport modal c’est bien ce quartier industriel!
      En effet, le secteur est lourdement congestionner, car la majorité des gens si rendre en auto solo. Donc un système de transport plus rapide deviendrait très intéressant pour les travailleurs. Pour être une réussite, le transport en commun doit être rapide, fréquent et flexible en raison des horaires atypiques en usine.
      C’est pourquoi je propose ici l’idée d’une ligne de rem logeant l’autoroute 13 de la 640 jusqu’à Lachine. La position de la plupart des stations est assez approximative, car je ne veux pas que l’on se penche là-dessus c’est plus pour suscité la discussion.
      L’idée est d’offrir une alternative crédible à l’auto solo pour les travailleurs de la rive nord, de Laval et de l’ouest de l’île (grâce à une correspondance avec le REM 1 et la ligne de train Vaudreuil). La ligne pourrait aussi être avantageuse pour les résidents de Lachine et du centre de Montréal qui voudraient se rendre dans ce coin.  Je suis au courant que les distances de marche sont importantes et c’est pourquoi les usines pourraient offrir un service de navette vers la gare la plus proche à la fin des quarts de travail.
      J’ai inclus le classique prolongement de la ligne orange jusqu’à Bois-Franc (pour faciliter les correspondances)  et une version allonger de la ligne bleue qui inclurait une station supplémentaire dans les quartiers résidentiels d’Anjou et une autre dans le quartier industriel (pour les mêmes raisons que ma ligne rouge de REM)
      J’aimerais vous entendre là-dessus, devrait-on desservir les quartiers industriels? Sinon pourquoi? Et si vous n’aimez pas mon idée que proposeriez-vous à la place? (en restant dans le thème de la desserte des quartiers industriels)

    • Par ScarletCoral
      Je n'ai pas trouvé une fil pour ce projet
      via Le Devoir :
      Dan Hanganu et EVOQ remportent le concours d’architecture pour la bibliothèque Maisonneuve
      21 octobre 2017 |Jeanne Corriveau Photo: Dan Hanganu architectes + EVOQ Architecture
      Le jury dit avoir aimé cette proposition «qui met en valeur le bâtiment patrimonial, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur». Les firmes Dan Hanganu architectes et EVOQ Architecture ont été sélectionnées pour réaliser le projet d’agrandissement de la bibliothèque Maisonneuve, rue Ontario, à Montréal.
       Dans le cadre d’un concours d’architecture lancé au printemps dernier, le jury a arrêté son choix sur la proposition des deux firmes. Le projet prévoit la construction d’atriums vitrés de chaque côté du bâtiment patrimonial afin d’augmenter la surface de plancher de la bibliothèque, qui passera de 1240 à 3315 mètres carrés. Ces travaux seront exécutés par un aménagement extérieur destiné à devenir un lieu de rencontre et de détente.
      Les firmes gagnantes disposeront d’un budget de 11,1 millions pour réaliser les travaux d’agrandissement, lesquels devraient se terminer en 2020. Le coût global du projet est estimé à 23 millions.
      Inauguré en 1912, l’immeuble abritant la bibliothèque Maisonneuve avait été construit pour accueillir l’hôtel de ville de Maisonneuve, une municipalité qui fut annexée à Montréal en 1918. La bibliothèque municipale occupe les lieux depuis 1981, mais elle y est trop à l’étroit.
      À la suite du lancement du concours d’architecture, le jury avait retenu quatre propositions parmi les quinze dossiers reçus avant d’arrêter son choix sur la proposition des firmes Dan Hanganu et EVOQ Architecture.
       Rappelons que l’architecte Dan Hanganu est décédé le 5 octobre dernier, laissant derrière lui un héritage important. On lui doit, entre autres, la conception des bâtiments du musée Pointe-à-Callière, du Théâtre du Nouveau Monde (TNM) et de HEC Montréal.
       
      ----------------------
      Communiqué de presse de la Ville de Montréal
      Dan Hanganu architectes + EVOQ Architecture remportent le concours d'architecture pluridisciplinaire de la Bibliothèque Maisonneuve
      MONTRÉAL, le 20 oct. 2017 /CNW Telbec/ - Félicitations aux firmes Dan Hanganu architectes et EVOQ Architecture, accompagnées des firmes NCK et PMA en ingénierie et Civiliti en architecture du paysage, pour avoir été sélectionnées par un jury au terme du concours d'architecture pluridisciplinaire pour la rénovation et l'agrandissement de la Bibliothèque Maisonneuve.
      Un concept audacieux résolument contemporain
      Les lauréats disposeront d'un budget maximal de 11 135 000 $ (avant taxes) pour rénover et agrandir l'actuelle Bibliothèque Maisonneuve qui loge dans l'ancien hôtel de ville de la Cité de Maisonneuve, à l'intersection de la rue Ontario et du boulevard Pie-IX dans l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Le concept déployé assurera la mise en valeur de ce bâtiment municipal d'intérêt historique, dont les dimensions actuelles de 1240 m2 seront de 3 315 m2 à la fin du projet. On y retrouvera notamment des pavillons abondamment vitrés aux extrémités de l'édifice, lesquels se marieront à son caractère néo-classique. Les lauréats envisagent aussi de développer un aménagement urbain extérieur en un lieu de rencontres, d'animation et de détente, tout en maintenant un environnement végétalisé. Une certification LEED Argent étant visée pour ce projet, les concepteurs privilégieront des matériaux locaux et des procédés à faible incidence énergétique.
      « Je suis ravi du projet gagnant qui contribuera au rayonnement de Montréal, à titre de Ville UNESCO de design. Celui-ci s'inscrit également harmonieusement dans un quartier en pleine effervescence en offrant un lieu culturel magnifiquement pensé. Nul doute que la Bibliothèque Maisonneuve deviendra une source de fierté pour tous les Montréalais et Montréalaises et un rendez-vous incontournable des résidents du quartier », déclare M. Russel Copeman, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, responsable de l'habitation, de l'urbanisme, de la gestion et de la planification immobilière et de l'Office de consultation publique de Montréal. 
      « Bravo aux lauréats d'avoir mis à contribution leur talent et leur ingéniosité afin de transformer la Bibliothèque Maisonneuve en un lieu contemporain, audacieux et respectueux de son caractère patrimonial. Cette transformation illustre la capacité des firmes d'ici de proposer des projets d'une qualité exceptionnelle, tant sur le plan architectural que sur le plan patrimonial et environnemental », ajoute Mme Manon Gauthier, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, responsable de la culture, du patrimoine, du design, d'Espace pour la vie ainsi que du statut de la femme.
      « Je tiens à souligner l'excellent travail déployé par l'ensemble des collaborateurs dans le cadre du concours d'architecture pour le projet de rénovation et d'agrandissement de la Bibliothèque Maisonneuve. Mettre en valeur un bâtiment historique et patrimonial comme la Bibliothèque Maisonneuve et concevoir un agrandissement moderne qui saura répondre aux besoins techniques d'une bibliothèque du 21e siècle est un défi de taille qui commandait une analyse rigoureuse de la part du jury. Tous les efforts déployés dans le cadre de ce concours d'architecture permettront aux citoyens d'avoir accès à une installation de qualité adaptée à leurs besoins », précise M. Réal Ménard, maire de l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.
      Le jury
      Sélectionnés en juin parmi 15 dossiers de candidature, quatre finalistes ont présenté leurs esquisses lors d'une soirée publique tenue le 10 octobre dernier. Le projet  de l'équipe de Hanganu et ÉVOQ est une réussite très habile et applaudie par le jury pour la mise en valeur du bâtiment patrimonial tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. « L'aménagement de deux atriums de chaque côté du bâtiment existant permet un dégagement et une mise en valeur accentuée du patrimoine architectural ».
      Ce dernier était composé de M. Richard Adam, chef de division à la Division du Programme RAC à la Ville de Montréal, de Mme Claude-May Ambroise, architecte à l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, de M. Sébastien Bouchard, ingénieur et directeur du service technique à la Ville de Chambly, de M. Dinu Bumbaru, directeur des politiques chez Héritage Montréal, de Mme Mylène Poirier, architecte, citoyenne et membre du comité consultatif d'urbanisme à l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, de Mme Patricia-Ann Sarrasin-Sullivan, architecte chez Box architectures et de M. Frédéric Stében, chef de division, culture et bibliothèques à l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. L'équipe lauréate fera l'objet d'une recommandation au conseil municipal pour un octroi de contrat.
      Rappelons que les travaux de rénovation et d'agrandissement de la Bibliothèque Maisonneuve s'inscrivent dans le cadre du programme de rénovation, d'agrandissement et de construction des bibliothèques (programme RAC). Conforme aux exigences du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, le concours d'architecture ainsi que le projet de rénovation et d'agrandissement de la Bibliothèque Maisonneuve font partie de l'Entente sur le développement culturel de Montréal, financée conjointement par le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Montréal. Le coût global du projet est estimé à plus de 23 M $. La fin des travaux sont prévus en 2020.