Recommended Posts

http://journalmetro.com/actualites/montreal/983950/hippodrome-les-citoyens-veulent-y-construire-un-village/

 

 

22/06/2016 Mise à jour : 22 juin 2016 | 18:21

Hippodrome: les citoyens veulent y construire un village

Par Laurence Houde-Roy Métro

 

Les citoyens ont parlé: ils souhaitent que l’ancien site de l’hippodrome de Montréal devienne un véritable petit village au coeur de Montréal.

 

La Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges (CDC), qui regroupe plusieurs citoyens et organismes communautaires de Côte-des-Neiges, a dévoilé mercredi ce qu’ils aimeraient avoir comme aménagement de l’ancien site de l’hippodrome de Montréal, à l’angle de l’autoroute 15 et 40, non loin du site du futur centre commercial Royalmount.

 

Les citoyens veulent littéralement un petit village, le plus vert possible, sans tour à condos, mais plutôt des logements de 3 à 6 étages avec une diversité d’habitants et d’habitations. Cette idée émane d’un forum citoyen tenu en 2014, en collaboration avec la firme d’architecture et design urbain Rayside Labossière. Il faut surtout que tout le projet soit bien pensé en amont, disent-ils, et que chaque aspect de la construction respecte tous les citoyens, peu importe leur âge, sexe, origine ou condition physique. «Il ne faut pas morceler le projet, commencer à construire sans avoir pensé au plan général avant», fait valoir Jennifer Auchinleck, organisatrice communautaire à la CDC.

 

Bien sûr, ils gardent le même message qu’ils ont depuis plus de 10 ans: le site doit accueillir au moins 2500 logements sociaux pour répondre aux besoins des gens du quartier. Ils font valoir que 5060 ménages de Côte-des-Neiges dépensent plus de 80% de leur revenu pour se loger. Alors que la Ville promet que 15% des logements qui seront construits sur l’ancien site de l’hippodrome seront des logements sociaux, la CDC maintient que ce n’est pas assez pour répondre aux besoins de la population.

 

Mais au-delà de cette demande, les citoyens souhaitent que ce terrain réponde à l’ensemble des besoins des citoyens, et que tout soit accessible facilement et rapidement. Selon la première ébauche élaborée par Rayside Labossière (voir photo), une artère principale traverserait le quartier en partant de la station de métro Namur sur laquelle on retrouverait tous les services comme les écoles, les épiceries, les restaurants (abordables et sains, demandent-ils), la bibliothèque, etc…«Une artère qui donne une âme au quartier», résume Ron Rayside, de Rayside Labossière. Deux «pôles communautaires» (points mauves sur la photo), où les habitants pourront se rassembler et fraterniser, pourraient être aménagés à deux endroits sur cette artère. Les différents parcs seraient reliés entre eux par des corridors verts.

 

Tant qu’à rêver, pourquoi ne pas également y imposer des exigences de développement durable, comme utiliser la géothermie dans les logements, encourager les initiatives d’économie sociale, réguler les prix des baux commerciaux, limiter la place de l’auto, aménager de rues de moins de deux voies et adopter une politique d’embauche locale, se disent-ils. «C’est un terrain public, et il est vide, on peut en profiter pour faire les choses autrement, on peut faire tout ce qu’on veut», ajoute Mme Auchinleck.

 

Pour répondre aux besoins d’un maximum d’habitants de Côte-des-Neiges, la CDC souhaite accueillir le plus de personnes possible dans ce petit village. Ainsi, les maisons avec une cour seraient à proscrire, croient-ils, pour maximiser l’espace. La CDC souhaite au moins 7500 unités de logement, dont 2500 logements sociaux. Ceci correspond à la densité de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. M. Rayside croit que le site peut facilement accueillir 4000 ou 5000 logements. Puisque la voie ferrée se trouve non loin du site, la question de la densité pourrait poser problème, reconnaissent-ils, considérant les nouvelles normes de sécurité imposées à la suite des événements de Lac-Mégantic.

 

Le site, qui appartient au gouvernement du Québec, doit être cédé à la Ville de Montréal avant que les constructions débutent. La condition, avant la signature, est que le bâtiment de l’ancien hippodrome soit démoli. Le gouvernement vient d’obtenir le certificat de démolition.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pis pourquoi pas offrir les logements gratuitements aux plus méritants? Tsé un monde idéal rempli d'arc en ciels, de pouliches volantes et de câlinours heureux..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hippodrome: les citoyens veulent y construire un village

 

Quel titre absurde!

 

Ce qui est décrit ici ce n'est pas un village, c'est un quartier du 21e siècle!

 

Et ça serait très bien de voir ça à Montréal. Ce serait le 2e au Québec après le projet Angus...

 

Tranquillement, le concept de la densité confortable arrive au pays (20 ans en retard), et on comprend enfin qu'il existe quelque chose entre les tours de 30 étages et les bungalows de banlieue. C'est ce qu'on appel «une ville où il fait bon vivre».

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet, les villages du Québec ont rarement pleins de maisons de 3 à 6 étages. Titre qui se veut accrocheur, bien sûr. En fait dans tous les villages du Qc, et même plusieurs villes, on appellerait ça un "méga-développement" et une "forêt de tours en hauteur". :rolleyes:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense qu'on faisait référence à une atmosphère plus conviviale qu'autre chose en parlant de village. Disons que les gens signifient par cette expression qu'ils ne veulent pas un autre Griffintown. Je partage cette vision modérée de développement, avec un axe commercial qui servirait de lien, et des places publiques stratégiquement bien situées pour favoriser les échanges et la création d'événements ponctuels. Donc quelque chose entre un village et un quartier, le tout à distance de marche pour la majorité, où il fera bon vivre et auquel les citoyens pourraient s'identifier.

 

Je trouve d'ailleurs intéressant que ce soit la population qui propose et qui rêve sa ville. Ça apporte un peu d'oxygène dans la planification du développement, en mettant les résidents du secteur dans le coup et cela avant les promoteurs. J'ose donc espérer que la Ville et l'Arrondissement auront une oreille attentive à cette proposition citoyenne qui va parfaitement, à mon avis, dans l'esprit du développement durable.

 

C'est ça une ville à échelle humaine, sans pour autant imposer cette vision à tout le territoire urbain. Pas besoin non plus de partir de zéro, Angus offre un déjà un excellent canevas que l'on peut encore améliorer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce concept (de développement urbain) est intéressant à plusieurs égards, mais avant d'aller plus loin dans cette discussion, je dois soulever un aspect de l'article déclencheur («Hippodrome: les citoyens veulent...), que je trouve contestable, soit l'appellation «les citoyens». Non pas que je mette en doute la représentativité de la CDC de Côte-des-Neiges, la question n'est pas là, mais je me demande pourquoi dans ce cas (comme dans d'autres), un enjeu de cette envergure (l'usage du site Blue Bonnets) concernerait seulement (les citoyens de) l'arrondissement, plutôt que (ceux de) la ville entière--tous les Montréalais. Je crains que le fait de conférer (tacitement, si ne n'est formellement) la prépondérance aux préférences locales a (aurait?) pour effet de balkaniser l'ensemble, à son détriment--ce qui est (serait) d'autant plus ironique quand (comme dans le contexte présent), c'est l'ensemble qui assume les coûts.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bien sûr, c'est ce que je voulais mais je ne trouvais plus le fil.

 

Quand je ne retrouve pas un fil, je vais sur Google et j'écris le mot clé ainsi que mtlurb (ex.: hippodrome mtlurb), ça marche à chaque fois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par vincethewipet
      Plan commerce de la ville de Montréal
      https://www.newswire.ca/fr/news-releases/plan-commerce-de-la-ville-de-montreal--rapport-du-comite-consultatif---renouer-avec-le-commerce-sur-rue-un-chantier-prioritaire-685128251.html
      Voici la synthèse des recommendations:


       
    • Par IluvMTL
      Stationnement
      Je propose ce fil pour les informations, discussions générales et actualités qui entourent la question du stationnement.
    • Par loulou123
      La PresseLe samedi 28 avril 2007
       
      Tout indique que Montréal fera une importante annonce sur le vélo au centre-ville lundi. La fameuse épine dorsale du réseau cyclable, attendue depuis 20 ans, sur le boulevard de Maisonneuve, deviendrait enfin réalité, selon ce qu'a appris La Presse.
       
      Le responsable du transport au comité exécutif de la Ville de Montréal, André Lavallée, a confirmé hier qu'il s'apprête à dévoiler quelque chose de «gros». Mais il s'est contenté de rire lorsque questionné au sujet de l'ouverture d'une voie sur de Maisonneuve.
       
      Le lien manquant
       
      Vélo Québec espère depuis 20 ans l'ouverture de ce tronçon qui compléterait le lien d'est en ouest. Présentement, la piste cyclable s'arrête d'un côté à la rue Berri, et de l'autre, à la rue Green. Les cyclistes doivent ensuite s'engager en zigzag dans les rues de Montréal pour accéder au coeur du centre-ville.
       
      Patrick Howe, de Vélo Québec, explique qu'une piste cyclable est au centre du «plan d'accès au centre-ville» que son organisation avait déposé auprès des élus, en 2005. Ce plan était le fruit de deux études qui avaient conduit Vélo Québec jusqu'à Vancouver et Toronto pour comparer les réseaux cyclistes et identifier les meilleures solutions.
       
      Carrefour du Parc
       
      Par ailleurs, l'équipe Tremblay est sur le point d'annoncer l'ouverture d'une piste cyclable d'environ un kilomètre, dans l'axe des avenues du Parc et des Pins. La voie s'étendra de la rue Rachel (au nord) à la rue Hutchison (au sud).
       
      Cette piste cyclable sera réalisée à l'intérieur du budget de 6,5 millions consacré à l'aménagement des abords du nouveau carrefour du Parc. La dernière phase de ces travaux, qui s'élève à 29,5 millions, comprend la construction du trottoir à l'est de l'avenue du Parc, l'installation de lampadaires de rue et de parcs, et la plantation d'arbres.
       
      «Ce sera une piste cyclable confortable, drapée de vert, assure André Lavallée, qui en fera l'annonce prochainement. La piste deviendra une des entrées du centre-ville.»
       
      Le responsable du dossier au comité exécutif ajoute qu'il est impératif pour Montréal de repartager la chaussée avec les cyclistes et les piétons.
       
      «Autrefois, les cyclistes et les piétons étaient considérés comme une nuisance au centre-ville, dit-il. Les pistes cyclables dans la rue Wellington, Saint-Urbain et Notre-Dame, qui ont été ouvertes l'an dernier, sont en train de transformer les habitudes de circulation des Montréalais.»
    • Par loulou123
      21/03/2007 Les Montréalais auront-ils bientôt accès à des vélos gratuits pour se déplacer dans la métropole? C’est un des rêves du Conseil jeunesse de Montréal qui recommande à la Ville de créer un parc de vélos en libre service.
      «Les jeunes sont les plus grands utilisateurs du transport collectif et actif», dit Marilou Filiatreault, présidente du CjM, qui a déposé lundi son avis «Mobile sur l’île, rapide en ville, les transports viables sur l’île de Montréal».
       
      «Il est donc essentiel que leurs préoccupations soient considérées par l’administration et que nos recommandations influencent le plan de transport que la ville s’apprête à déposer», ajoute-t-elle.
       
      Initiatives d’ici et d’ailleurs
       
      Pour construire leur avis, les membres du CjM ont mené de nombreuses consultations auprès de jeunes âgés de 12 à 30 ans et d’experts.
       
      On y retrouve plusieurs initiatives canadiennes et étrangères pouvant être applicables à la métropole.
       
      «Par exemple, plusieurs villes européennes ont un réseau d’autobus nocturnes pour les jeunes. Le circuit passe aux places qu’ils fréquentent», illustre Mme Filiatreault.
       
      «Pourquoi ne pas implanter un parc de vélos libre service? Empruntez gratuitement une bicyclette, faites votre bout de chemin et laissez-la à une borne de service», ajoute-t-elle.
       
      Cages à vélos sécuritaires pour contrer le vol et le vandalisme et soutien aux clubs d’auto-partage par des commodités de stationnement font aussi partie des recommandations faites aux élus.
       
      La ville à l’écoute
       
      La Ville de Montréal assure qu’elle tiendra compte des recommandations du CjM.
       
      «Le timing est excellent, le plan de transport de la ville est en préparation», dit Patricia Bittar, conseillère municipale associée au dossier jeunesse qui a reçu, hier, l’avis du CjM au nom de la ville. «De façon générale, les recommandations sont bonnes. On ne peut pas promettre de tout appliquer, mais on apprécie beaucoup le travail du CjM, c’est sérieux et très bien documenté», ajoute-t-elle.
    • Par IluvMTL
      http://plus.lapresse.ca/screens/de710767-b7a8-47f7-82c6-c3626525bd30%7C_0.html
       
      sent via Tapatalk