Recommended Posts

Pinned posts

Réseau express métropolitain (REM)

REM.png

26 stations / 67 km

http://www.rem.info/
http://www.nouvlr.com/

TRAINS

- Voiture de type métro léger, électrique
- Flotte d'environ 240 voitures à la mise en service
- Rame de 4 voitures en heure de pointe; rame de 2 voitures en hors pointe
- Capacité de 150 passagers par voiture (assis et debout)
- Configuration entre deux voitures de type "boa"
- Alimentation électrique par caténaire
- Systèmes et conduite automatisée des trains
- Vitesse maximale de 100 km/h

STATIONS / GARES

- Quais d'environ 80 m de long
- Portes palières sur les quais
- Accessibles à pied, vélo, par autobus et en voiture
- Accès universel
- Ascenseurs, escaliers mécaniques et supports à vélo
- Wi-Fi offert sur toute la ligne
- Préposés circulant dans les rames et stations pour information et contrôle

---
Fil de discussion pour les prolongements hypothétiques:
https://mtlurb.com/index.php?/topic/15107-rem-expansion-future/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
What difference will a few years make? Right now, the STM's funding is bone dry. They can't even afford to replace the ageing Métro cars on the Green, Yellow and Blue lines. The AMT ain't doing mych better.

And CDPQ Infra are no charitable organization that will pick-up the STM and AMT tab just because it would make them nicer people. They have been nice enough already by taking the Deux-Montagnes line and rolling stock mid-life gorilla off the AMT's back.

 

 

 

Envoyé de mon SGH-T999V en utilisant Tapatalk

 

Azur comptera pour environ 50% de la flotte totale du Métro, avec plus de 450 voitures, c'est déjà très bon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Azur comptera pour environ 50% de la flotte totale du Métro, avec plus de 450 voitures, c'est déjà très bon.

Mais ça ne reste que la moitié de la flotte et la STM devra continuer à exploiter deux garages pour Dieu seul sait combien de temps.

 

 

Envoyé de mon SGH-T999V en utilisant Tapatalk

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
OK... Jouons le jeu... La ligne Vaudreuil-Hudson devient non rentable. L'Agence de planification des transports demande à CDPQ Infra de prolonger la ligne RÉM de l'ouest de l'île jusqu'à l'intersection de la 30 et de la 40. Les lignes St-Jérôme et Candiac continuent de desservir les gares Montréal-ouest, Vendôme et Lucien-L'Allier. Le matériel roulant est redistribué sur les autres lignes pour bonifier les départs.

Qui perd???

 

 

Envoyé de mon SGH-T999V en utilisant Tapatalk

 

On s'entend que toutes les lignes sont déjà très non rentables. La capacité du réseau est principalement liée avec les capacités du CP et CN et non pas en lien avec le matériel roulant disponible. Mon point est si le REM est étendu dans les régions de Candiac et du Mont-St-Hilaire, la survie même du réseau de trains de banlieue est en jeu. (avec un remplacement plus intéressant)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Article paru dans le devoir le 28 juin

 

Train de la Caisse: attention aux tarifs!

28 juin 2016 | Normand Lalonde - M. ès Études urbaines, Montréal | Montréal

 

Les sommes faramineuses annoncées dans le transport en commun (TC) n’ont jamais pour but l’allégement des tarifs, mais elles sont toujours destinées à la construction d’infrastructures et à l’achat d’équipement.

 

Selon le maire Denis Coderre, il serait prématuré de déterminer quels tarifs prévaudront dans le futur réseau de trains électriques métropolitains de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ). Or, cette question n’est pas banale, ni inopportune. Un tel projet aux investissements pharaoniques ne peut faire l’économie d’un calcul des coûts d’exploitation du réseau qui, bon an, mal an, devront nécessairement être comblés par des recettes.

 

Outre de minces apports des gouvernements, le budget de fonctionnement sera assumé presque entièrement par les usagers. Il est donc impensable que l’estimation du potentiel de fréquentation soit considérée comme un secret commercial et que les coûts de fonctionnement soient occultés. La Caisse garde ainsi ces données afin d’établir le tarif et M. Michael Sabia promet qu’ils seront « semblables aux tarifs actuels ». Le public ne peut toutefois juger de la viabilité du SLR et doit se limiter à croire le ministre Jacques Daoust sur parole, lui qui le qualifie de « rentable ». Cette mystification nous fait comprendre que ce projet est mal barré.

 

Le transfert modal, soit le passage de l’auto au train comme moyen de transport privilégié, est un objectif de captation du pouvoir de dépenser des banlieusards. Il importe de connaître les projections de clientèle. Même les Dragons demanderaient à voir le plan d’affaires complet ! La question serait directe : « Ça va coûter combien pour exploiter votre service, combien pour l’acheter et vous aurez combien de clients ? »

 

Modulation tarifaire zonale

 

Le train envisagé est en quelque sorte l’alibi d’une restructuration du ministère des Transports dont l’autorité sera plus aisée à imposer en effaçant des obstacles de gouvernance. L’intervention de la Caisse est donc providentielle pour le gouvernement libéral. Elle lui donne une assise concrète alors qu’il souhaite concentrer davantage le contrôle du TC sur le territoire métropolitain en croissance. D’ailleurs, en réduisant le nombre d’organismes de 16 à 5, le contrôle démocratique local du TC échappe désormais aux élus et à la population, tout comme l’implantation matérielle du SLR d’ailleurs sur les réseaux.

 

Une réforme de la gouvernance du TC accompagnant l’inauguration du train permettra une modulation tarifaire zonale sur l’ensemble des réseaux. Le Réseau de transport métropolitain qui sera responsable de l’exploitation des trains et des services d’autobus des couronnes nord et sud se verra octroyer un budget d’exploitation (dépenses). Mais les revenus de tous les opérateurs de TC seront régis par une seule entité planificatrice, l’Autorité régionale de transport métropolitain. Elle déterminera les barèmes tarifaires (la modulation zonale) pour tous les organismes de TC de l’agglomération, et elle aura pleins pouvoirs pour « décloisonner et mieux intégrer ses services », si l’on en croit le ministre libéral. Puisque les budgets des opérateurs doivent être équilibrés, lorsque la CDPQ promet un tarif « abordable » pour le SLR, cela signifie qu’un manque à gagner devra donc être absorbé par des hausses de tarifs des autres services « décloisonnés ».

 

Avec la baisse tendancielle de la fréquentation des trains, comment assurer que des coûts d’exploitation sous-estimés du SLR, accompagnés de faibles entrées, ne produiront pas un emballement des tarifs intégrés des autres modes de TC de toute l’agglomération ? L’équité tarifaire est loin d’être assurée.

 

L’enthousiasme pour un projet d’une telle ampleur ne doit pas masquer ses problèmes de conception à la source. Le droit à la mobilité ne sera jamais respecté si « l’accès à l’accès » (le tarif) demeure une question subsidiaire plutôt qu’un élément central d’une politique transparente de transport en commun.

 

http://www.ledevoir.com/politique/montreal/474317/train-de-la-caisse-attention-aux-tarifs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Excellente analyse. Toutefois, je considère que «l'accès à l'accès»--une considération majeure j'en conviens--relève de la politique sociale, ce qui veut dire qu'il reviendra à l'Etat québécois de déterminer les meilleurs moyens de l'assurer. Le gouvernement ne saurait s'en laver les mains, sous aucun prétexte, comme par exemple la nécessité de la rentabilité financière du projet de CPDQ Infra.

 

La conclusion, incontournable, est que l'Etat doit être prêt à contribuer financièrement, possiblement substantiellement, aux coûts nets d'opération de l'ensemble du système de transport en commun. Cela ne veut toutefois nullement dire que le mandat confié à CPDQ Infra est une erreur. Au contraire! Cela permet de différencier deux dimensions de la question, soit 1) l'investissement et 2) la prestation d'un service essentiel au fonctionnement d'une vaste communauté humaine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
What difference will a few years make? Right now, the STM's funding is bone dry. They can't even afford to replace the ageing Métro cars on the Green, Yellow and Blue lines. The AMT ain't doing mych better.

And CDPQ Infra are no charitable organization that will pick-up the STM and AMT tab just because it would make them nicer people. They have been nice enough already by taking the Deux-Montagnes line and rolling stock mid-life gorilla off the AMT's back.

the government will be paying billions for this infrastructure, and any partner investing that much should expect to have a say. integrating the system with the metro is vitally important - it'll make both systems more valuable. the government should delay the northern branch until we get the right project.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
the government will be paying billions for this infrastructure, and any partner investing that much should expect to have a say. integrating the system with the metro is vitally important - it'll make both systems more valuable. the government should delay the northern branch until we get the right project.

Nor the governments nor the STM have any money in sight to cover their share of building the McGill and Édouard-Montpetit stations. They will not hold up the opportunity to get $5,5B of investment into the Montreal transit system.

Once the new transit planning agency is in place, they will have all the opportunities to figure out where in the priorities those two stations fit and then execute the project at the opportune time.

Note that no one, nowhere ever said that those two stations made no sense. They will be built and everyone will rejoice, in due time, IMHO.

 

 

Envoyé de mon SGH-T999V en utilisant Tapatalk

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On s'entend que toutes les lignes sont déjà très non rentables. La capacité du réseau est principalement liée avec les capacités du CP et CN et non pas en lien avec le matériel roulant disponible. Mon point est si le REM est étendu dans les régions de Candiac et du Mont-St-Hilaire, la survie même du réseau de trains de banlieue est en jeu. (avec un remplacement plus intéressant)

 

Pas nécessairement. Le réseau de trains de banlieue permettra un trajet plus direct à une population vivant dans les environs des gares de train et visant une destination au centre-ville (ou à proximité d'une autre gare). Cette population continuera à utiliser le train si l'horaire convient. Si l'horaire ne convient pas, ils pourront toujours se contenter d'un trajet plus long et moins direct avec le REM, mais avec une fréquence plus grande. En fait, un utilisateur régulier d'un train de banlieue ne sera plus prisonnier de la fréquence limitée des trains. Si pour une raison ou pour une autre, cet utilisateur doit retourner à la maison à une heure inhabituelle, il n'aura pas à attendre le prochain train de banlieue, il pourra prendre le REM. La durée de trajet sera plus longue, mais le temps d'attente plus court. Si la durée totale (attente + trajet) est plus courte, le REM sera avantageux pour ce trajet précis, à cette heure précise.

 

Quelqu'un qui a un horaire fixe qui s'agence avec les horaires des trains de banlieue pourrait continuer à être avantagé à continuer à utiliser les trains, tout en ayant une option de plus les journées ou son horaire est différent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

I'm surprised that those two locations are considered potential stations rather than confirmed locations, given their intersection with two metro lines. I'm also surprised that neither Bridge Wellington/Du Havre are confirmed. It seems like having at least one of those would be highly beneficial given the influx of people to Griffintown/Sud Ouest and the lack of a metro line down there.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
I'm also surprised that neither Bridge Wellington/Du Havre are confirmed

 

Bridge/Wellington and Du Havre are also potential stations. As things stand now, there will be no station between Gare Centrale and île-des-Soeurs when the line opens.

 

It seems like having at least one of those would be highly beneficial given the influx of people to Griffintown/Sud Ouest and the lack of a metro line down there.

 

The "Bridge/Wellington" station will be located south of the Canal, at least a 15 minute walk away from Griffintown. Even if it ends up being built, it won't be used by Griffintown residents.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par simr92
      Je ne sais pas si je dois le poster ici, car il n'y a pas de section vision dans Transports en commun, mais voici le plan de Transport collectif du Grand Montréal de Québec Solidaire!
      Évidemment il n'y a pas grand chance que ça se produise, mais ça vaut le coup d'oeil pareil
      Intéressant de voir que les 3 partis d'opposition ont proposé un tramway dans l'Est!

    • Par begratto
      Mobilité durable - Le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal s'allient pour faciliter l'accès au REM et aux espaces verts de l'Ouest-de-l'Île
      SOURCE
      Cabinet du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports
      MONTRÉAL, le 10 juill. 2018 /CNW Telbec/ - Le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal s'allient pour aménager une voie réservée dans l'emprise de l'autoroute 440 dans l'Ouest-de-l'Île de Montréal. Réservée aux autobus et bordée d'une piste polyvalente, cette voie facilitera l'accès à la future station Kirkland du Réseau express métropolitain (REM). Le projet prévoit également la création d'un lien de transport actif de part et d'autre de l'autoroute 40.
      Le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal et député de Nelligan, M. Martin Coiteux, et la mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante, ont annoncé aujourd'hui cet important projet qui permettra d'augmenter les espaces verts à Montréal tout en favorisant l'accès au REM sans avoir recours à l'automobile.
      La Politique de mobilité durable du gouvernement du Québec préconise une approche intégrée des transports qui vise, entre autres, à offrir un éventail de transports afin notamment de faciliter les déplacements entre la maison et l'offre de transport collectif, un concept connu sous le nom de « premier et dernier kilomètre ». Les municipalités et les sociétés de transport sont encouragées à concevoir un aménagement du territoire favorable à la mobilité durable, et le projet dévoilé aujourd'hui répond en tout point à cette approche.
      Les infrastructures de transport, financées par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, seront réalisées par la Ville de Montréal.
      L'entente permettra à la Ville d'occuper l'emprise de l'autoroute 440 à des fins de parc pour les 50 prochaines années. Le parc régional sera de compétence d'agglomération.
      Citations :
      « Avoir accès au Réseau express métropolitain en autobus, en vélo ou à pied est une des meilleures façons d'optimiser ses déplacements. La création de cette voie réservée et de cette piste polyvalente permettra aux citoyens et citoyennes de rejoindre le REM rapidement, sans ajouter de circulation automobile dans leur quartier; c'est tout à fait conforme à notre Politique de mobilité durable adoptée au printemps. Dès que la Ville de Montréal nous a approchés pour trouver une façon optimale d'utiliser l'emprise de l'autoroute, nous nous sommes entendus sur ce projet. »
      André Fortin, ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports
      « Dans la grande région de Montréal, les enjeux liés aux transports sont primordiaux. Au cours des dernières années, le gouvernement du Québec en a fait une priorité. Le projet annoncé aujourd'hui, qui favorisera l'accès à la station Kirkland du REM, constitue un legs durable du gouvernement du Québec à tous les Montréalais. Il témoigne de la volonté partagée du gouvernement et de ses partenaires d'améliorer la qualité de vie des citoyens de l'ouest de Montréal, dont ceux de Nelligan, en facilitant l'accès au transport en commun. »
      Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal et député de Nelligan
      « L'entente conclue par la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec quant à l'utilisation de l'emprise de l'autoroute 440 nous permettra d'offrir à la population non seulement un meilleur accès à la future gare du REM à Kirkland, mais également un accès au futur parc régional, qui permettra de mettre en valeur les espaces naturels de l'Ouest-de-l'Île. Cela nous permettra de nous rapprocher de nos objectifs de protection du territoire et de réduction des émissions de gaz à effet de serre. »
      Valérie Plante, mairesse de Montréal
      « C'est avec grand plaisir que la Ville de Kirkland accueille l'annonce que l'emplacement de la station du REM sur son territoire sera celui de la rue Jean-Yves. Je tiens à remercier nos partenaires et à souligner leur engagement à favoriser le transport en commun et le transport actif sur notre territoire. Cela permet également d'ouvrir l'accès aux grands parcs régionaux de l'Ouest-de-l'Île. »
      Michel Gibson, maire de Kirkland
      Faits saillants :
      La construction de la voie réservée et de la piste polyvalente dans l'emprise non construite de l'autoroute 440, entre la rue Antoine-Faucon et le chemin Sainte-Marie, est un projet de la Ville de Montréal. Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, qui a acquis l'emprise à la fin des années 1970, demeure propriétaire du corridor.
      La voie réservée exclusivement aux autobus sera d'une longueur d'environ 1,2 km et facilitera l'accès à la station Kirkland du REM, qui sera construite à proximité de la rue Jean-Yves. Cette station, située sur l'antenne Sainte-Anne-de-Bellevue du REM, comprend notamment un terminus d'autobus, une aire de dépose minute, une aire pour les taxis et des supports à vélo.
      La passerelle au-dessus de l'autoroute 40 sera accessible aux vélos et aux piétons.
      SOURCE Cabinet du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports
    • Par Gabmtl
      REM de l'est
      Je propose de créer un nouveau fil pour ce projet sorti de nulle part cet après-midi.
      http://journalmetro.com/actualites/montreal/1655839/quebec-allonge-15m-pour-etudier-de-grands-projets-de-transport-collectif/
      "de même que l’extension du Réseau express métropolitain (REM) dans l’emprise du train de l’Est."
    • Par ProposMontréal
      Webcam: http://www.nouveauchamplain.ca/chantier/chantier-en-direct/
       
      Discussion portant sur le nouveau Pont Champlain.
    • Par IluvMTL
      http://plus.lapresse.ca/screens/de710767-b7a8-47f7-82c6-c3626525bd30%7C_0.html
       
      sent via Tapatalk