Nameless_1

Le marché immobilier poursuit sa remontée

Recommended Posts

il y a 14 minutes, Rusty a dit :

J'ai le droit a mon avis aussi vincethewipet .... mon commentaire était une réplique de Mark qui fait reference a Plante qui a déja dit ... qu'elle va mettre cette taxe si les prix continuent a monter >>>>   alors pour moi ... cela viendrait tuer la progression des quelques projets qui pourraient venir dans le future  .

Bien sûr que tu as le droit à ton opinion :). Tout comme j'ai le droit de dire ce que je pense du climat d'inquiétude face à tout cela.

Pour le moment, le débat n'est même pas de savoir si une telle taxe est bienvenue ou non. La ville demande le pouvoir de mettre en place une telle taxe si le besoin s'en fait sentir. La ville ne peut pas agir en ce moment. Et même si la ville gagne ce pouvoir, il n'est pas certain qu'il serait utilisé dans le contexte actuel. Et même si la taxe était appliquée dès maintenant, la part d'acheteurs étrangers sur le marché montréalais est relativement faible, et n'aurait donc pas d'impact important sur la clientèle potentielle.

Par contre, si la pression sur les prix s'accentuait au point de devenir une source de détresse majeure pour de nombreuses familles (comme on voit dans plusieurs villes), ma priorité serait d'assurer l'accessibilité à un logement dans la ville à ses résidents, bien avant la construction de gigantesques portefeuilles d'investissement en brique et en béton dans notre skyline. Dans un tel contexte, est-ce qu'on pourrait perdre des projets? Sûrement! Mais je crois que ce serait pour une bonne cause. L'économie est un outil pour rendre les citoyens prospères, pas pour les rendre misérables.

Enfin, tant que les quartiers montréalais sont attirants et qu'il y a une demande, les promoteurs seront au rendez-vous. Même si certaines politiques sociales hypothétiques diminueraient le profit sur des projets, les entrepreneurs actifs ici continueront de vouloir faire de l'argent et à remplir la demande des acheteurs. Il faut simplement s'assurer que les politiques sociales atteignent des objectifs louables, et qu'on n'étouffe pas le marché avec celles-ci.

Faire autrement serait du suicide politique, de toute manière. Nous vivons dans une démocratie, les gens sont branchés sur de nombreux enjeux, et l'économie est quelque chose d'important pour tout le monde, même si de temps en temps on s'assure que la prospérité puisse atteindre tout le monde, par quelques politiques plus progressistes.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 4 minutes, vincethewipet a dit :

Bien sûr que tu as le droit à ton opinion :). Tout comme j'ai le droit de dire ce que je pense du climat d'inquiétude face à tout cela.

Pour le moment, le débat n'est même pas de savoir si une telle taxe est bienvenue ou non. La ville demande le pouvoir de mettre en place une telle taxe si le besoin s'en fait sentir. La ville ne peut pas agir en ce moment. Et même si la ville gagne ce pouvoir, il n'est pas certain qu'il serait utilisé dans le contexte actuel. Et même si la taxe était appliquée dès maintenant, la part d'acheteurs étrangers sur le marché montréalais est relativement faible, et n'aurait donc pas d'impact important sur la clientèle potentielle.

Par contre, si la pression sur les prix s'accentuait au point de devenir une source de détresse majeure pour de nombreuses familles (comme on voit dans plusieurs villes), ma priorité serait d'assurer l'accessibilité à un logement dans la ville à ses résidents, bien avant la construction de gigantesques portefeuilles d'investissement en brique et en béton dans notre skyline. Dans un tel contexte, est-ce qu'on pourrait perdre des projets? Sûrement! Mais je crois que ce serait pour une bonne cause. L'économie est un outil pour rendre les citoyens prospères, pas pour les rendre misérables.

Enfin, tant que les quartiers montréalais sont attirants et qu'il y a une demande, les promoteurs seront au rendez-vous. Même si certaines politiques sociales hypothétiques diminueraient le profit sur des projets, les entrepreneurs actifs ici continueront de vouloir faire de l'argent et à remplir la demande des acheteurs. Il faut simplement s'assurer que les politiques sociales atteignent des objectifs louables, et qu'on n'étouffe pas le marché avec celles-ci.

Faire autrement serait du suicide politique, de toute manière. Nous vivons dans une démocratie, les gens sont branchés sur de nombreux enjeux, et l'économie est quelque chose d'important pour tout le monde, même si de temps en temps on s'assure que la prospérité puisse atteindre tout le monde, par quelques politiques plus progressistes.

 

Puisque toi meme tu dis que la part d’acheteurs étrangers est faible parmis le total des acheteurs je ne vois pas en quoi taxer les étrangers réglerait le problème. À mon avis on se donne un faux sentiment de problème résolu en se cherchant des boucs émissaires.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Ousb a dit :

Puisque toi meme tu dis que la part d’acheteurs étrangers est faible parmis le total des acheteurs je ne vois pas en quoi taxer les étrangers réglerait le problème. À mon avis on se donne un faux sentiment de problème résolu en se cherchant des boucs émissaires.

C'est vrai, mais il y a une différence entre vouloir obtenir le même outil que Vancouver et Toronto et utiliser cet outil sans discernement. Si Projet Montréal s'apprêtait à imposer une taxe décriée par tout le monde, c'est un problème. Nous n'en sommes pas là. Si ça se trouve, Québec ne donnera même pas ce pouvoir à Montréal. Et si Montréal a ce pouvoir, Projet Montréal pourrait très bien se garder de l'utiliser n'importe comment.

Dans l'immédiat, la création d'une politique plus mordante pour les logements sociaux et abordables sera probablement beaucoup intéressant à suivre tant qu'à moi. Mais bon, comme je disais dans mon autre message, il est parfaitement possible de concilier l'économie et une politique sociale, et un gouvernement sera toujours redevable de l'état de l'économie devant ses électeurs.

Enfin, être vigilant sera toujours une bonne chose devant nos élus, mais crier à la fin du monde? Bof, mieux vaut avoir une raison :P.

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 33 minutes, vincethewipet a dit :

C'est vrai, mais il y a une différence entre vouloir obtenir le même outil que Vancouver et Toronto et utiliser cet outil sans discernement. Si Projet Montréal s'apprêtait à imposer une taxe décriée par tout le monde, c'est un problème. Nous n'en sommes pas là. Si ça se trouve, Québec ne donnera même pas ce pouvoir à Montréal. Et si Montréal a ce pouvoir, Projet Montréal pourrait très bien se garder de l'utiliser n'importe comment.

Dans l'immédiat, la création d'une politique plus mordante pour les logements sociaux et abordables sera probablement beaucoup intéressant à suivre tant qu'à moi. Mais bon, comme je disais dans mon autre message, il est parfaitement possible de concilier l'économie et une politique sociale, et un gouvernement sera toujours redevable de l'état de l'économie devant ses électeurs.

Enfin, être vigilant sera toujours une bonne chose devant nos élus, mais crier à la fin du monde? Bof, mieux vaut avoir une raison :P.

Je suis d’accord, il est trop tôt pour crier au massacre. Mais je sais aussi que beaucoup de gens verraient cette taxe d’un bon oeil parce dans la population qu’ils sont convaincus que tout coute trop cher et que c’est la faute des étrangers sans même creuser plus loin.  Les politciens ne sont pas forcément averses au populisme ! Même si ce n’est pas justifié ils pourraient très bien le faire pour s’attirer les louanges de la population.

  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout à l’heure j’ai entendu le vice president d’Ivanhoé Cambridge dire qu’ils pensaient à des espaces de bureau, des hotels et des tours à condos pour remplir les espaces laissés vacants suite à la fermeture de Sears. Qu’en pensez vous ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les grandes surfaces en centre d'achats sont en voie de disparitions. Il faut qu'ils se renouvelle pour maintenir les centre commerciaux viable. Amenez du monde via des bureau ou des condos, c'est certainement une bonne chose. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Davidbourque a dit :

Les grandes surfaces en centre d'achats sont en voie de disparitions. Il faut qu'ils se renouvelle pour maintenir les centre commerciaux viable. Amenez du monde via des bureau ou des condos, c'est certainement une bonne chose. 

Dans plein de cas, les magasin aux extrémités des centre d'achat, qui étaient les plus gros magasins du centre d'achat, sont maintenant transformés en épiceries style Métro, IGA. Les parking sont déjà là, très pratique puisque ça amène une masse critique de gens. Ca ou une grosse pharmacie géante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les centres commerciaux "classiques" doivent se diriger vers les services et le divertissement pour compenser les pertes en commerces de détail.  Les commerces (et par extension les centres commerciaux) qui ont les meilleures chances de se démarquer sont ceux qui ne se contenteront pas de simplement vendre un produit mais aussi d'offrir une expérience d'achat et des services.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par _mtler_
      http://www.lapresse.ca/affaires/portfolio/developpement-economique-regional/portfolio-montreal/201803/01/01-5155814-nouvelle-strategie-economique-pour-la-metropole.php
      Publié le 01 mars 2018 à 16h31 | Mis à jour à 16h31
      Nouvelle stratégie économique pour la métropole
      Montréal est sur le point de lancer sa nouvelle stratégie économique « qui sera davantage tournée vers l'international », confirme Véronique Doucet, directrice du Service de développement économique à la Ville de Montréal.
      « Il est clair qu'il faut amener nos entreprises à accélérer leur croissance avec des projets d'exportation et élargir la portée de nos actions à l'international », précise-t-elle.
      Le volet « international » est l'un des nombreux éléments de ce plan stratégique, rappelle la directrice, en poste depuis un an. « Ça va se jouer sur plusieurs plans, soulève-t-elle. Nous avons identifié des secteurs prioritaires, nous voulons renforcer notre offre de service aux entreprises, faciliter les choses aux entrepreneurs et aux travailleurs. »
      « On arrive à la fin de l'exercice de planification stratégique. Tous les secteurs d'activité économique ont été analysés. L'objectif, c'est d'être plus performant. » 
      - Véronique Doucet
      Des « étapes administratives » devront toutefois être franchies avant d'aller de l'avant avec cette stratégie comportant « huit plans d'action », note la directrice, sans toutefois les définir.
      « Il y a des enjeux, comme le processus de négociation avec le gouvernement, pour ce qui est du statut de la métropole », résume-t-elle. Le plan stratégique sera soumis au cours des prochaines semaines à l'administration Plante pour approbation. « Ça fait presque un an qu'on négocie avec le gouvernement, relève-t-elle. On arrive à la fin. Tout converge pour être au bon moment vers le démarrage des projets. Vraiment, il y a eu un gros travail politique et administratif pour arriver où on est rendus. »
      De son côté, Géraldine Martin, directrice de l'entrepreneuriat à la Ville de Montréal, se dit enthousiaste à l'idée de pouvoir « passer à l'action » avec ce nouveau plan stratégique. « Ça va prendre plusieurs formes, que ce soit la mise en place de programmes financiers et des appels à projets, énumère-t-elle. Il sera question d'aide à la création et de restructuration de territoires géographiques. Ça va aller bien au-delà de l'entrepreneuriat. Mais ce qui importe, c'est d'avoir les talents nécessaires pour permettre aux entreprises de progresser. »
      LA SILICON VALLEY DE L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
      Pour continuer sur sa trajectoire « très positive », Montréal devra par ailleurs relever « le défi des emplois très payants » et miser avec encore plus de vigueur sur le secteur de pointe de l'intelligence artificielle, plaide Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.
      « Nous sommes sur une lancée et c'est pratiquement le plein emploi, résume-t-il. On n'a jamais connu une telle activité depuis 50 ans. Les entreprises embauchent et les banques financent des projets immobiliers d'envergure. »
      Mais il ajoute : « Le salaire per capita demeure encore trop peu élevé à l'heure actuelle, et il faut s'attaquer à cette problématique. C'est en attirant des entreprises technologiques qu'on y arrivera. »
      Michel Leblanc croit que Montréal peut faire aussi bien que Toronto, qui a acquis la réputation de capitale financière au Canada.
      « Nous pensons que Montréal pourrait devenir un centre technologique en innovation, à l'image de la Silicon Valley [en Californie], fait-il valoir. Nous avons le potentiel pour y parvenir, c'est certain. Nous avons l'expertise, des chercheurs qualifiés, et nous pouvons faire de la recherche appliquée et applicable. »
      Pour continuer sur sa trajectoire « très positive », Montréal devra par ailleurs relever « le défi des emplois très payants » et miser avec encore plus de vigueur sur le secteur de pointe de l'intelligence artificielle, plaide Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Photo Invanoh Demers, La Presse Tout dernièrement, rappelle-t-il, le gouvernement fédéral a sélectionné Montréal au titre de grappe de développement technologique dans l'intelligence artificielle. Ce faisant, Ottawa s'est engagé à injecter 220 millions de dollars dans des projets porteurs. À cette somme s'ajouteront les 720 millions qui seront injectés dans des projets de recherche et développement par le secteur privé, à partir de Montréal.
      VITALITÉ DES ARTÈRES COMMERCIALES
      La croissance économique de Montréal devra aussi passer par la revitalisation de ses artères commerciales et par la « redéfinition du centre-ville », relève, de son côté, Martine Hébert, vice-présidente principale, porte-parole nationale et vice-présidente, communications nationales, à la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI).
      « Il faut toutefois reconnaître que dans le commerce de détail, plusieurs petits commerçants en arrachent », déplore-t-elle. Elle montre du doigt la « mauvaise planification des travaux » pour la réfection de la rue Saint-Denis et, depuis peu, de la rue Sainte-Catherine.
      « On a appris que La Baie a décidé d'annuler ses investissements au centre-ville [rue Sainte-Catherine], ajoute-t-elle. Ce n'est pas une bonne nouvelle. Il ne faudrait pas que les travaux s'éternisent. »
      Sur cette question, elle dit « espérer que la mairesse [Valérie Plante] tiendra promesse de verser des compensations » aux commerçants pénalisés par les travaux de revitalisation.
      La présidente de la FCEI, qui représente des petites entreprises, constate que Montréal devra trouver des façons de régler « ses pénuries de main-d'oeuvre » si elle souhaite poursuivre sur sa lancée.
    • Par vincethewipet
      En ce moment, il se tient le "Forum des grands projets de la Chambre de commerce du montreal métropolitain".
      Il est possible de suivre l'actualité sur Twitter de cet événement ici: https://twitter.com/#!/search/%23CCMMQCCA
       
      Il est difficile d'avoir des annonces officielles par Twitter, mais voici ce que j'ai vu passé d'intéressant à date:
      - La FTQ suggère qu'il y a une demande pour 2 millions de pieds carrés de bureaux supplémentaires et le maire Tremblay suggère l'annonce d'une nouvelle tour cette semaine.
      - Le maire a spécifié que 10 nouveaux projets dans Ville-Marie seront annoncés la semaine prochaine.
      - On a beaucoup parlé des chantiers en santé, particulièrement: CHUM, CSUM, Maisonneuve-Rosemont, Ste-Justine, l'hôpital général juif.
      - Les palissades du CHUM seront couvertes d'oeuvres d'art. L'art aura une place déterminante dans le nouveau CHUM, il y aura un amphithéâtre et la façade sur Saint-Denis sera complètement vitrée.
      - Un "Quartier Viger" a été mentionné (gros potentiel de développement dans l'est du centre-ville).
       
      Voilà pour le moment J'espère qu'on aura plusieurs nouveaux projets intéressants durant les prochains jours!
    • Par Habsfan
      Clickez sur le lien pour voir l'entrevue donné par mon président ce matin au réseau Argent de LCN. Il parle du marché immobilier de Montréal.
       
      http://argent.canoe.com/cgi-bin/player/video.cgi?file=20081006-124649&link_nouvelle=&link_archive=/chroniques/entrevues/&type_archive=Entrevues&alt=
    • Par LindbergMTL
      Je pense qu'on devrait commencer un fil sur l'intelligence artificielle à Montréal. Nous allons voir de grands changements dans nos vies grâce a l"IA, et Montréal sera méconnaissable dans 10 ans grâce à son leadership dans ce domaine.
       
      Technology services leader GlobalStep comes to Montréal
      Montréal, Canada | October 23th, 2017 Company intends to leverage new Montréal base to provide services to its customers globally
      GlobalStep, a world leader in games quality assurance, data analytics and software testing based in Dallas, TX, is establishing a major presence in Montréal as part of a global expansion program.
      “Montréal is a great location with a tremendous creative ecosystem for the games industry, a large pool of talent, and a multi-lingual and multi-cultural environment. We’re proud to now be a part of it,” said Gagan Ahluwalia, Chief Executive Officer of GlobalStep. “Our new operations in Montréal will add localization capability to our portfolio of services as well as greater flexibility and geographic reach in serving our customers.  Some of the initiatives we are considering in Montréal include the further development of Artificial Intelligence in data analytics for video games.”
      Hubert Bolduc, President, and CEO of Montréal International, welcomed GlobalStep’s decision to establish itself in Montréal. “This further reaffirms Montréal’s position as a growing, globally recognized, technology services centre of excellence, especially in such fields as video games and artificial intelligence. GlobalStep is very impressed with our high-quality educational institutions and available talent and intends to use Montréal as a springboard for its future growth.”
      “The arrival of GlobalStep, a quality assurance specialist, confirms the Québec ecosystem’s appeal for the video game industry,” said Pierre Gabriel Côté, President and CEO of Investissement Québec. “Our international team has done some remarkable work to raise the awareness of Quebec’s industry. GlobalStep’s arrival will create new high-quality jobs and allow them to take on more international mandates from Montréal.”
      To enhance its presence in Montréal, GlobalStep has acquired Bug-Tracker Inc., a games testing studio that specializes in games localization, functionality and certification and has 200 employees at offices on Pie-IX Blvd. The combined entity, to be known as GlobalStep, will be able to provide customers a more comprehensive suite of services including Data Analytics, Test Automation and smart manual testing to mitigate development risk. “This acquisition allows us to accelerate our business expansion by leveraging our newly established Montréal base and we look forward to expand the team to service our growing customer base,” said Mr. Ahluwalia.
       
      http://globalstep.com/news-events-detail/listing/26