Recommended Posts

Merci pour toutes les informations. Au moins on comprend mieux ce qui se passe et on peut espérer une construction éventuelle pour remplir le vide.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les travaux vont de bon train depuis le début de la semaine. Je pense qu'ils enlevent les gravats et le reste de structure en bois. L'access se fait par le rue St.Dizier (plus securitaire j'immagine), meme si n'y a pas de travaux prévus sur cette partie de l'edifice.

 

87bb145e4a15d8c18f8d58c2c9d08655.jpg

 

 

Envoyé de mon iPhone en utilisant Tapatalk

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y aurait apparemment un projet en vue pour cet immeuble:

 

"Mais un autre immeuble, détruit depuis

des années et dont seule la façade avant

subsiste, recouverte d’un trompe-l’oeil,

est toujours dans le même état de désolation.

Après moult événements ayant empêché

la réhabilitation du 22-26 NotreDame

Ouest, Jacques-Alain Lavallée,

Chargé de communication à la Ville de

Montréal, nous informe qu’une soumission

jugée conforme a été reçue en 2016.

Après vérifications, le soumissionnaire a

pu remettre au mois de novembre dernier

un projet d’acte qui doit être validé par le

Service des affaires juridiques de la Ville.

« La Ville s’attend à finaliser la vente en

2017 et parallèlement, le soumissionnaire

retenu travaille avec l’arrondissement de

Ville-Marie et le Ministère de la culture

et des communications pour l’acceptation

de son projet », informe monsieur

Lavallée"

 

http://echosmontreal.com/wp-content/uploads/2016/12/ECHOSMTL-D%C3%89C-2016-web.pdf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans La Presse :

Publié le 22 janvier 2018 à 09h18 | Mis à jour à 09h18

 

Vieux-Montréal: bientôt une nouvelle vie pour un immeuble délabré

Ces deux immeubles patrimoniaux abandonnés depuis plus de... (Photo François Roy, La Presse)

Ces deux immeubles patrimoniaux abandonnés depuis plus de 20 ans pourraient enfin être restaurés l'été prochain.

Photo François Roy, La Presse

 

Martin Croteau
La Presse

L'une des verrues urbaines les plus visibles du Vieux-Montréal pourrait bientôt disparaître, non sans que la Ville ait encaissé au passage une perte de 700 000 $. Deux immeubles patrimoniaux abandonnés depuis plus de 20 ans pourraient enfin être restaurés l'été prochain.

ABANDONNÉ ET DÉLABRÉ

Le 22-26, rue Notre-Dame Ouest détonne dans le quartier le plus touristique de la métropole. Depuis 2003, l'immeuble est complètement éventré, l'intérieur exposé à la pluie et à la neige. Le bâtiment, qui date des années 1870, a longtemps été couvert par une toile. Aujourd'hui, seule la façade avant tient toujours debout, soutenue par des poutres métalliques. Une clôture bloque l'accès au site. L'immeuble contigu, qui donne sur la rue De Brésoles, est abandonné aussi.

BIENTÔT EN CHANTIER

Si les plans du nouveau propriétaire des lieux se concrétisent, le bâtiment reprendra vie bientôt. « On pense être en chantier au début de l'été », affirme en entrevue Alberto Bernardi, propriétaire de Gestion Beralco. Cet entrepreneur et deux associés ont acquis l'immeuble de la Ville de Montréal en juin dernier. Ils projettent d'aménager des commerces au rez-de-chaussée et des logements locatifs aux étages.

DÉFI TECHNIQUE

Si l'immeuble est resté inoccupé si longtemps, c'est parce que sa restauration présente un défi de taille. La façade patrimoniale doit être préservée telle quelle. L'immeuble de la rue De Brésoles est le seul accès au chantier, et il est très étroit. On retrouve également des éléments architecturaux rares, comme des poutres et des colonnes en fonte, qui ne peuvent être remplacées si elles sont endommagées pendant la construction. « C'est un projet qui va être très dispendieux au niveau de la construction, dit M. Bernardi. Ça présente beaucoup de défis. »

CONDITIONS STRICTES

La Ville de Montréal a posé des conditions « excessivement strictes » à la vente de l'immeuble, dit l'entrepreneur. La vente se fait sans garantie légale et le promoteur dispose d'un délai de 42 mois pour lancer le chantier. Il doit collaborer avec le ministère de la Culture, vu l'importance patrimoniale de la façade. Il doit également payer des fouilles archéologiques sur le site, un exercice qui est déjà en cours.

FEUILLETON INTERMINABLE

La Ville de Montréal a été informée pour la première fois de la dégradation des immeubles en 1996. Des démarches d'expropriation ont été lancées en 2001. Elles ont cessé lorsque le propriétaire de l'époque, Harold Rosen, a soumis un projet de restauration. Les procédures ont repris en 2008 lorsque l'homme d'affaires, incapable de financer ses travaux, a renoncé à son projet. En 2010, la Ville de Montréal a acquis l'immeuble par expropriation pour 2,1 millions. La Ville a lancé deux appels de propositions pour revendre l'immeuble, mais aucun promoteur n'y a participé. M. Bernardi et ses associés sont les seuls à avoir présenté une offre lors du troisième concours, qui s'est terminé en juin.

PERTE IMPORTANTE

Alors dans l'opposition, Projet Montréal avait reproché à l'administration Tremblay d'avoir payé trop cher pour les immeubles appartenant à M. Rosen. Au bout du compte, la Ville les a revendus pour 700 000 $ de moins que ce qu'elle avait payé. À cela s'ajoutent des centaines de milliers de dollars payés par la Ville pour des travaux de stabilisation et de préservation. La transaction a été conclue dans les derniers mois de l'administration Coderre.

LA VILLE S'EXPLIQUE

Si la Ville de Montréal a accepté d'encaisser une perte, c'est parce que l'état de l'immeuble s'est dégradé entre le moment de son acquisition par expropriation et sa vente. « Entre 2011 et 2015, il y a eu un effondrement partiel de l'immeuble, ce qui a nécessité des travaux de démolition partiels et la sécurisation de l'immeuble, explique le porte-parole de la Ville, Gonzalo Nunez. Lors de l'appel public de soumission de 2016, l'opinion de la valeur marchande tenait compte de l'état actuel du bâtiment et des contraintes à la réalisation d'un projet. »

- Avec la collaboration de Vincent Larouche, La Presse

 

Vieux-Montréal: bientôt une nouvelle vie pour un immeuble délabré

L'immeuble est complètement éventré, l'intérieur exposé à la pluie et à la neige.

Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse

 

Vieux-Montréal: bientôt une nouvelle vie pour un immeuble délabré

Si les plans du nouveau propriétaire des lieux se concrétisent, le bâtiment reprendra vie bientôt. « On pense être en chantier au début de l'été », affirme en entrevue Alberto Bernardi, propriétaire de Gestion Beralco.

Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par IluvMTL
      [ATTACH=CONFIG]22366[/ATTACH]
       
      Adopter une résolution autorisant la réunification de 4 immeubles, situés aux 1172-1196, rue Sherbrooke Ouest, 2055 et 2085, rue Drummond, 2050 et 2200, rue Stanley, dont 2 seraient démolis, aux fins notamment d’y construire une tour de 120 m au sein d’un complexe immobilier mixte, en vertu du Règlement sur les projets particuliers de construction, de modification ou d'occupation d'un immeuble Une demande de projet particulier (3000987139) a été déposée, afin d’autoriser la réunification de 4 immeubles, dont 2 seraient démolis, aux fins notamment d’y construire une tour commerciale ou mixte de 120 m de hauteur, projetée dans le cadre du redéveloppement de l’actuelle Maison Alcan. Ce projet déroge à certaines dispositions du Règlement d’urbanisme de l’arrondissement de Ville-Marie (01-282). Ces dérogations peuvent être autorisées par le conseil d'arrondissement en vertu du Règlement sur les projets particuliers de construction, de modification ou d'occupation d'un immeuble (CA-24011), sous réserve d’une modification préalable du Plan d’urbanisme de Montréal (04-047) pour y retirer l’édifice « La Citadelle/Emmanuel Congregationnal » de la catégorie « Les lieux de culte » de la liste des bâtiments d’intérêt patrimonial et arcitectural de l’arrondissement de Ville-Marie (sommaire décisionnel).
    • Par acpnc
      28/06/2017 Mise à jour : 28 juin 2017 | 20:41   La SODEC et Télé-Québec achètent l’édifice Au Pied-du-Courant
      Par La Presse canadienne http://journalmetro.com/actualites/national/1162229/la-sodec-et-tele-quebec-achetent-un-edifice/
      Archives Métro MONTRÉAL — La SODEC (Société de développement des entreprises culturelles) et Télé-Québec ont décidé d’acquérir l’édifice patrimonial Au Pied-du-Courant, à Montréal.
      Le bâtiment abrite actuellement le siège social de la Société des Alcools du Québec (SAQ), près du fleuve Saint-Laurent et à l’ombre du pont Jacques-Cartier.
      Les deux sociétés d’État, dont les baux respectifs viendront à échéance en 2019, ont décidé de s’unir pour devenir propriétaires de l’édifice historique, occupé par la SAQ depuis 1921.
        La transaction a été entérinée par le conseil des ministres lors de sa séance de mercredi.
      Le communiqué commun diffusé mercredi précise que la transaction est avantageuse sur plan financier et opérationnel en leur permettant de réduire leurs coûts, puisque les deux sociétés deviennent propriétaires de leurs locaux et peuvent partager des espaces et des services.
      Télé-Québec occupera son nouvel espace en 2019. Les locaux seront plus modernes sur le plan technologique, mais sans studios conventionnels. La SODEC emménagera aussi en 2019.
      Cet édifice a servi de prison de 1835 à 1912. Elle fut le lieu de l’incarcération et de l’exécution par pendaison d’un certain nombre de patriotes de la rébellion de 1837-1838.
    • Par vanatox
      Nouveau projet de la FTQ près de la Place Jean-Paul Riopelle.
       
      [ATTACH=CONFIG]29320[/ATTACH]
    • Par ScarletCoral
      La marquise de l'édifice Gérald-Godin, situé au 360 rue McGill, sera enfin restaurée par le Gouvernement.
      Il y a actuellement des travaux à l'intérieur pour solidifier les planchers qui sont faits de tuiles en terre cuite. Au fil des années, ils ont été affaiblis par le perçage de trous pour le passage de fils électriques et de télécommunication.
       
      Source : intranet du Ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion
      Le 13 février prochain, à 13 h, le Centre de conservation du Québec procédera à une expertise en vue de la restauration de la marquise de l’entrée principale de l’édifice Gérald-Godin situé au 360 McGill.
      Pendant toute la durée de cette expertise, soit quelques heures seulement, une porte demeurera opérationnelle et il sera possible de circuler en toute sécurité.
      Le retour à la normale est prévu dès le lendemain.

      Le 13 février 2018, en après-midi, les experts retireront la toile de la marquise afin d’en faire l’inspection. Les travaux se termineront en fin de journée.
       
      Pour plus d'information sur cet édifice : http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/fiche_bat.php?sec=l&num=29