Recommended Posts

Pinned posts

Vieux-Port de Montréal

Discussion sur l'avenir du Vieux-Port de Montréal. Projets récents comprenant une Grande roue inaugurée en 2017.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne manque plus qu'un gigantesque canard, jaune et hollandais de surcroît, qui se promène sur le plan d'eau tout autour - les touristes chinois vont arriver en masse et investir dans notre immobilier - un véritable cercle vertueux qui allie l'art et le marché

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, Gold Bug a dit :

Il ne manque plus qu'un gigantesque canard, jaune et hollandais de surcroît, qui se promène sur le plan d'eau tout autour - les touristes chinois vont arriver en masse et investir dans notre immobilier - un véritable cercle vertueux qui allie l'art et le marché

T'es glauque. On a compris la première fois. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai ete agreablement surpris de l'impact tres positif de cette roue dans son environnement. Elle est equilibree dans sa taille et ajoute un coté événementielle permanent au vieux port donnant une raison supplementaire pour visiter cet endroit de la ville.

le seul bemol, son prix. 25$ me parait assez cher. Ce ne sera peut etre pas un reel frein pour certaines categories de touristes aisees mais le cout reste bien superieur si on veut comparer par ex a la grande roue de Paris, qui fait 70m et qui coute seulement 12€ (18$). 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
1 hour ago, Matt said:

J'ai ete agreablement surpris de l'impact tres positif de cette roue dans son environnement. Elle est equilibree dans sa taille et ajoute un coté événementielle permanent au vieux port donnant une raison supplementaire pour visiter cet endroit de la ville.

le seul bemol, son prix. 25$ me parait assez cher. Ce ne sera peut etre pas un reel frein pour certaines categories de touristes aisees mais le cout reste bien superieur si on veut comparer par ex a la grande roue de Paris, qui fait 70m et qui coute seulement 12€ (18$). 

 

Selon Radio-Canada

"Un adulte devra payer 25 $ pour faire trois tours. Il y aura aussi des prix étudiants et familiaux, mais ils ne sont pas encore fixés."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les retards dans l'installation me donnent confiance puisque l'on ne lésine pas sur la sécurité, en tournant les coins ronds pour faire vite plus d'argent. La grille tarifaire sera sûrement révisée si elle démontre qu'elle est trop couteuse (loi du marché oblige), on prévoit aussi des prix familiaux et autres rabais. N'oublions pas qu'on s'adresse surtout aux touristes durant la belle saison. Pour le reste de l'année on devrait s'attendre à des ajustements.

Pour ceux qui font de mauvais rapprochements avec un parc d'attraction, qu'ont-ils de si bon à proposer pour meubler les immenses espaces vides que sont encore en partie certains quais du Vieux-Port? C'est un endroit de festivités qui s'adresse à toute la famille avec notamment un musée des sciences, un cinéma Imax, un Cirque, une plage, une marina, bars, restos et boutiques, un superbe quai à croisières et plein d'espaces verts pour pique-niquer et faire la fête.

Il reste encore beaucoup d'espace à développer et à pérenniser. Espérons qu'un jour on aura aussi un aquarium digne de ce nom, je pense notamment à celui de Barcelone qui est magnifique et dont on pourrait s'inspirer. D'autres projets apparaitront aussi dans les cartons dans le secteur du Silo, ce n'est qu'une question de temps, de budget et d'idées. 

Je termine en disant qu'à Montréal nous avons l'incroyable chance d'avoir pu préserver cette gigantesque fenêtre sur fleuve, avec la vieille ville comme décor de fond. On a justement évité de tomber dans la facilité en le privatisant à outrance. En conséquence il est devenu un lieu public extraordinaire, hautement enviable, gratuit et qui draine des millions de visiteurs annuellement.

N'oublions pas qu'à lui seul le terrain vaut une fortune et est facilement accessible depuis le coeur de la ville. Si après tout ça on continue à le critiquer, c'est qu'on n'a peu voyagé pour pouvoir comparer ailleurs, ou qu'on ne réalise pas l'immense opportunité de loisirs toutes saisons qui est offerte aux montréalais, comme aux visiteurs. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L’équipe spécialisée de Dutch Wheels supervise les travaux de la grande roue de Montréal.
La Grande roue de Montréal vue des airs en hélicoptère
 
La Grande roue de Montréal vue des airs en hélicoptère
La Grande roue de Montréal vue des airs en hélicoptère
L’équipe spécialisée de Dutch Wheels supervise les travaux de la grande roue de Montréal.

Des spécialistes allemands pour la grande roue de Montréal

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

FRÉDÉRIC T. MUCKLE / 24 HEURES 

Mercredi, 28 juin 2017 20:28MISE à JOUR Mercredi, 28 juin 2017 20:36

Une équipe de 8 travailleurs allemands spécialisés dans la construction de grandes roues sont en ville pour prêter main-forte à la construction de la grande roue au Vieux-Port de Montréal.

L’équipe spécialisée employée par la compagnie hollandaise Dutch Wheels supervise les travaux et s’assure que le tout soit sécuritaire et bien installé.

Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’un ouvrier de la construction a la chance de travailler sur un projet de grande roue au Québec comme l’a mentionné le travailleur local Dominic Rivest.

«C’est quand même impressionnant,» résume-t-il.

Au plus gros des travaux, une soixantaine de personnes travaillent sur le chantier pour tenter de terminer l’assemblage et la construction de la grande roue de Montréal pour la mi-juillet.

La grande roue de Montréal est la quatrième de la «White Series» qu’ils installent, après celles de Hong Kong, Chicago et Baku en Azerbaïdjan.

Selon les dires du président de La Grande Roue de Montréal Inc Jeff Jorgensen, le zèle des travailleurs québécois a bien impressionné leurs homologues européens.

«Le chef de l’équipe [allemande] m’a dit qu’ils, [les travailleurs québécois], faisaient maintenant partie de la famille tellement ils travaillent bien,]» explique M. Jorgensen.

À toute épreuve

La grande roue de Montréal pourra braver tempêtes, typhons et surtout les rudes hivers québécois pour rester ouverte 365 jours par année.

En effet, que ce soit le type particulier d’acier opérant à des températures de moins 40 C°, sa structure capable de résister à des vents de 240 km/h ou ses fondations prévues pour supporter aux tremblements de terre, la plus grande roue au Canada a été conçue pour durer.

Sa construction a nécessité 600 tonnes de matériaux importées d’Europe par bateau dans plus d’une centaine de conteneurs. 

«C’est environ l’équivalent de 100 éléphants,» blague Jean Bérubé, le directeur général de La Grande Roue de Montréal inc., l’entreprise responsable du projet.

En plus de sa résistance censée garantir un usage presque infini, la grande roue est aussi équipée d’un système d’éclairage de 1800 points de lumières installés à même la structure.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1041091/bateaux-hotels-vieux-port-village-ecluses-retard-camping-urbain-daniel-jourdain

Les bateaux-hôtels du Vieux-Port se font attendre, l'entrepreneur met les bouchées doubles

PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 17 H 12

wemba-vieux-port.JPG Photo : Radio-Canada/Bahador Zabihiyan

0L'entrepreneur derrière l'audacieux projet de camping urbain au Vieux-Port fait des pieds et des mains pour que la quinzaine de bateaux-hôtels qui devaient être installés sur le site puissent enfin y arriver. Mais en raison du mauvais temps et de problèmes logistiques, le projet a pris plus d'un mois de retard, a appris Radio-Canada.

Un texte de Bahador Zabihiyan

L'hiver dernier, Radio-Canada vous avait présenté ce projet audacieux du Vieux-Port : du camping urbain à l'ombre des silos abandonnés, à l'entrée du canal Lachine. De vieux bateaux restaurés devaient y être installés pour permettre aux touristes d'y passer la nuit.

Le site se trouve là où commence le canal Lachine, au Village des écluses, un coin champêtre installé entre les silos et le Vieux-Port. C’est le projet de Daniel Jourdain, un ébéniste passionné de plein air et de vieux bateaux. « Le Village des écluses, c'est un projet d'hébergement alternatif », dit-il.

Une sorte de camping urbain avec des tentes, identiques à celles que l'on trouve dans les espaces de Parcs Canada. Elles ont pu être installées dans les temps pour pouvoir accueillir les touristes estivaux. « Pendant le Grand Prix, on les avait toutes louées », dit M. Jourdain.

Mais le projet que chérit Daniel Jourdain, ce sont surtout les vieux bateaux restaurés par les soins de son équipe d'ébénistes spécialisés.

Il a réussi à faire venir une première embarcation. L'ancien propriétaire, un ancien de la Garde côtière, a habité 18 ans sur le Wemba, stationné à Saint-Lambert.

« À l'intérieur, si vous regardez, vous pouvez faire dormir six personnes », dit M. Jourdain, qui nous offre une visite de ce bateau. Mais il aurait dû y avoir une quinzaine d'autres bateaux ici dès le début mai.

[En raison de] la température qu'on a eue au mois de mai, tout a été retardé.

 Daniel Jourdain, Village des écluses

Puis, il y a eu les demandes de permis pour raccorder le site aux réseaux d'égout et d'électricité.

Exemple : on a acheté un bateau en Ontario, puis, quand il a fallu le transporter, le bateau était comme deux pieds trop haut. Il a fallu couper le toit.

 Daniel Jourdain, Village des écluses

L'entrepreneur met maintenant les bouchées doubles. Dans les prochaines semaines, 15 bateaux, dont plusieurs sont presque centenaires, arriveront sur le site.

daniel-jourdain.jpg Photo : Radio-Canada/Radio-Canada

L'endroit, qui comptera 30 bateaux au final, pique déjà la curiosité de touristes californiens à qui nous avons parlé. « J’aimerais tellement voir à quoi ça ressemble à l’intérieur », indique Evan Schmarder.

De son côté, le Vieux-Port de Montréal soutient toujours le projet.

C'est un beau projet, urbain, novateur, qui répond à une demande.

 Jimmy Laforge, le porte-parole du Vieux-Port

De quoi motiver l'entrepreneur, qui pense déjà à installer des bateaux-hôtels ailleurs au pays. « C'est le dernier projet de ma vie. Je vous dirais que partir un projet comme ça, il faut se consacrer à 100 % », dit M. Jourdain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Amusante cette perspective, avec la Biosphère et la Grande Roue qui semblent se toiser, en se demandant ce que l'autre fait dans son décor.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par IluvMTL
      Proposition:  
      A feasibility study to consider the addition of a tramway line or bus route on McTavish Street to facilitate access to the Belvedere Kondiaronk/Chalet and other areas up the hill from downtown, especially for seniors and the mobility/physically challenged, but also to serve other users.
      Objective
      Making the Mont-Royal and other points up the hill more accessible 
      As it now stands, as far as reaching the lookout or chalet is concerned, the Peel steps and various inclines encountered are out of the question for many, including families. The closest alternate route by public transit is via Guy, plus 2 buses and a walk. That is not very convenient for many. Another important consideration is that there are no elevators in the Guy metro for people who need them.  The McTavish tramway could let people off in the Allan Memorial Institute parking lot, a few steps from the  Route Olmstead which has a much gentler slope for going the rest of the way to the lookout. If a bus route is the option selected, the service could be seasonal, or only in service on week-ends, holidays and special events. Advantages
      A tramway would be an enticement to visit the mountain, and more often, since it would be much simpler and quicker for tourists and montrealers to reach the lookout. It would also ensure that the chalet be better utilized since it would be so much easier to get to, no matter the season. More concerts and special events could be held there throughout the seasons. Since the McTavish line tramway would run though the McGill Campus, it would also be a N-S shuttle of sorts, getting McGill students and employees between the various campus buildings and the REM/Metro/downtown. This line could also be used for residents in the Square Mille, McGill Ghetto as well people going to games at Molson stadium or the other McGill athletic facilities. Being part of the Fleuve-Montagne makes it an natural draw for tourists and this line is only steps away from the main tourist office on Square Dorchester as well as Sainte-Catherine and may major hotels. People could also transfer to the ave des Pins bus for other points east and west. The line is a short hop from McGill Metro, the REM and Central Station, making it part of the hub. The route could be extended further southward to the Tourist office at Dorchester or  widened to cover a broader area if need be. This line would be an alternative to the bus lines that run north, on Guy and du Parc. Easier public access means fewer private cars and tour busses traveling to the mountain, and fewer vehicles on the road. The Kondiaronk summit on Mont-Royal is a major tourist attraction, Let's facilitate access for all groups.
      McTavish Tramway Route (in orange)

    • Par IluvMTL
      http://plus.lapresse.ca/screens/6ae8dd35-0e0b-48e3-b1cb-dec9a5e92473%7CHFo3prp1wfb0.html
       
      Édition du 8 août 2015,
       
      UNE NOUVELLE BRASSERIE À MONTRÉAL
       
      À titre de président du conseil de Molson Coors, Geoff Molson aura une fin d’année bien remplie alors qu’il confirme que l’entreprise brassicole est à compléter une étude qui déterminera si elle construira une nouvelle usine ou rénovera ses installations de la rue Notre-Dame.
       
      Une chose est certaine : le statu quo n’est plus possible et, selon Geoff Molson, la brasserie bicentenaire devrait normalement déménager dans des installations le plus modernes possible. On parle d’investissements qui pourraient dépasser les 300 millions.
       
      « Il faut moderniser notre production et surtout augmenter notre capacité d’embouteillage. Notre brasserie de Montréal ne peut pas produire de la bière en cannettes, et c’est une tendance lourde du marché que l’on observe aux États-Unis. »
       
      — Geoff Molson
       
      « On pourrait construire une nouvelle usine sur nos terrains à proximité de notre centre de distribution de la rue Dickson et vendre nos installations de la rue Notre-Dame à une tierce partie, à la condition que l’on ouvre le site sur le fleuve.
       
      « Ce serait une façon extraordinaire de faire exploser le Vieux-Port de Montréal et de donner, à partir du pont Jacques-Cartier, une belle vitrine sur le fleuve à la population de Montréal », évoque Geoff Molson.
       
      Chose certaine, il n’est pas question que Molson Coors quitte le site qui a vu naître les activités du groupe il y a 230 ans sans y laisser une marque commémorative indélébile.
       
      « On pourrait y construire une microbrasserie, ce qui laisserait l’empreinte de Molson sur le site et perpétuerait l’activité qu’on y pratique depuis plus de deux siècles », propose le président du conseil de Molson Coors.
       
      On saura au début de 2016 si le conseil d’administration disposera de la proposition et de la vision que vient de partager avec nous son président.
       
      sent via Tapatalk
    • Par IluvMTL
      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7317,79867570&_dad=portal&_schema=PORTAL

      COMITE CONSULTATIF D'URBANISME
      13 septembre 2018
      3001459117 et 3001431020
      4.6.39

      DEMANDE  DE CERTIFICAT  D'AUTORISATION DE  DEMOLITION ET DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUCTION
      639-643,rue Notre-Dame Ouest
      La demande  vise a autoriser Ia demolition du batiment ainsi que Ia construction  d'un  hotel de  5  etages  comprenant   21  chambres   et  un restaurant au rez-de-chaussee.
      Le toil,  les  planchers  ainsi que  toute Ia structure  du batiment  existant seront  demolis.    
      Les fac;ades avant  et  arriere  seront  conservees, mais plus de 40% du volume hors-sol sera demoli, done le projet doit etre traite comme   une   demolition   et  une   nouvelle   
      construction.   II  s'agit   d'un immeuble  de 3 etages hors sol, avec une fac;ade de pierre grise, construit en 1891.  Les 2e et 3e etages ainsi que son couronnement  ant conserve leur integrite.  La vitrine commerciale  du rez-de-chaussee ainsi que Ia fac;ade arriere ant ete largement modifiees.