Recommended Posts

J'aurais préféré qu'ils conservent les murs extérieurs pour construire la nouvelle école.

Heureusement, les rendus du nouveau projet sont prometteurs. Je ne suis donc pas trop déçu.

Il y a de grandes fenêtres et les classes bénéficieront d'une belle lumière naturelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Reconstruction de l’école Saint-Gérard: grogne et impatience dans Villeray

 

Parents et enfants s’étaient réunis dimanche devant les ruines de l’école Saint-Gérard, afin que les 4 M $ supplémentaires, nécessaires à sa reconstruction, soient rapidement débloqués.

Trois ans après la relocation des élèves pour cause de moisissures et quelques semaines après la destruction du bâtiment, les interrogations planent toujours sur la future école, située au coin des rues Berri et de Liège Est.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'aurais préféré qu'ils conservent les murs extérieurs pour construire la nouvelle école.

 

Ils ne pouvaient pas, car les experts suspectaient les spores de continuer à proliférer (ou rester dormant) dans la brique et le mortier. Ça c'est la théorie. C'est une des grosses raisons pourquoi la Commission à décidé de démolir, juste par précaution car ils ne pouvaient garantir à 100% que la moisissure n'allait pas revenir (même avec un traitement adéquat à la soude ou au sel de bore)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://journalmetro.com/opinions/paysages-fabriques/838728/au-diable-le-developpement-durable/

 

Le gouvernement du Québec se targue à l’international d’être un leader en matière de développement durable et de lutte aux changements climatiques, mais les bottines ne suivent pas toujours les babines.

 

Parlez-en à la Commission scolaire de Montréal (CSDM), qui a récemment dû expliquer aux parents et aux enfants de l’école Saint-Gérard, dans Villeray, que la reconstruction de leur établissement scolaire devrait attendre… encore.

 

Pourquoi? Parce qu’après une saga de trois ans marquée par le stress des élèves déménagés et les négociations avec le ministère de l’Éducation, les plans proposés par les architectes de la nouvelle école ne convenaient pas au Conseil du Trésor. «Trop dispendieux», a-t-on répondu à la CSDM.

 

On a ainsi exigé de retrancher 3,1 M$ au projet, ce qui a forcé les architectes à retourner à la table à dessin et à retirer tout ce qui n’était pas «indispensable» à la nouvelle école. Ce qui a écopé : la majeure partie des mesures de développement durable pour réduire l’empreinte écologique du bâtiment. Québec a même permis que les exigences de son Plan d’action sur les changements climatiques 2013-2022 ne soient pas respectées.

 

La toiture verte sera donc remplacée par le minimum exigé par l’arrondissement, un toit blanc. Elle aurait pourtant permis de réduire significativement les îlots de chaleur, d’améliorer la qualité de l’air dans le voisinage et d’absorber les eaux de pluie afin d’éviter la surcharge des aqueducs municipaux.

 

La géothermie, qui aurait engendré des économies importantes de chauffage et de climatisation de l’édifice tout au long de l’année grâce à l’utilisation de la chaleur du sol, a été écartée.

 

L’éclairage DEL, devenu une norme dans plusieurs projets nord-américains, sera remplacé par de simples tubes fluorescents, moins performants et beaucoup plus énergivores. La fenestration sera également réduite à quelques endroits, diminuant l’entrée de lumière naturelle dans le bâtiment.

 

Les équipements mécaniques [peu agréables à contempler dans le paysage urbain] seront finalement installés sur le toit plutôt que d’être camouflés dans l’édifice. Une situation qui risque de provoquer une détérioration plus rapide des systèmes et une augmentation des frais d’entretien pour la CSDM.

 

Bref, je pourrais poursuivre encore longtemps la liste des aberrations.

 

Tout ça pour quoi? Sauver À TRÈS COURT TERME 3,1M$. Ça peut paraître beaucoup d’un point de vue comptable, je vous l’accorde. Mais pour en avoir discuté avec des architectes spécialisés dans le milieu scolaire, l’ensemble des mesures environnementales envisagées dans les plans initiaux aurait probablement été absorbé sur à peine 10 ou 15 ans… pour un édifice qui restera en place au moins 70 ans! Sans compter les bénéfices environnementaux.

 

Mais bon, le développement durable est une priorité du gouvernement du Québec, aime-t-on nous rappeler…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avec mon envie de tout classifier, je me dis que ce fil serait peut-être mieux dans rénovation ou encore en construction haha,

Ceci étant dit, l'école va ouvrir la semaine prochaine, le 14 Novembre, Tadam! 

Crédit photo: la page facebook de l'école en question

 

 

23167550_1669170389780627_3517373041983493981_n.jpg

23032401_1669170639780602_1936438976321198589_n.jpg

  • Sad 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par IluvMTL
      Nom: Complexe immobilier Frontenac
      Hauteur en étages: 12, 12, 9 et 2
      Hauteur en mètres:
      Coût du projet:
      Promoteur: Cosoltec
      Architecte: Lemay
      Entrepreneur général:
      Emplacement: Rue la Fontaine, entre Frontenac et du Havre
      Début de construction: 2019
      Fin de construction: 2021
      Site internet: http://lecanal.ca/
      Lien webcam:
      Autres informations: 298 unités d'habitation, dont 60 logements sociaux et 109 condos abordables, et 25 700 pi² d'espace à bureaux.
      Rumeurs:
      Aperçu artistique du projet: 

       
      Sent from my SM-T330NU using Tapatalk
    • Par ScarletCoral
      Le projet en construction au coin de William et Saint-Martin est un projet de l'OSBL Le Portage dont la mission est la réinsertion de toxicomanes http://www.portage.ca/accueil
       
      Il comptera 30 logements répartis sur 6 étages incluant des 2 salles communautaires et des locaux de services
       
      Avec l'annulation/report du projet URB, le projet a quelque peu changé depuis la rédaction de ce document de la Ville : http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/ARROND_SOU_FR/MEDIA/DOCUMENTS/1705_WILLIAM_21-06-12_DOC_INFO.PDF
       
      L'appel d'offres a été lancé en janvier 2015 : https://www.seao.ca/OpportunityPublication/ConsulterAvis/Categorie?ItemId=e444b8c9-3fff-4830-88a4-478607950c1c&SubCategoryCode=C01&callingPage=4
       
       
    • Par ScarletCoral
      Des citoyens tentent de bloquer un projet immobilier dans Villeray
      Par Nicolas Ledain
      TC Media   Des riverains du secteur demandent à ce qu’un parc soit installé à la place de l’ancien garage de Taxi Diamond. Nicolas Ledain / TC Media   Le dossier prévu à l’ordre du jour du premier Conseil consultatif d’urbanisme (CCU) de la nouvelle équipe municipale fait polémique dans Villeray. Des riverains du quartier s’opposent à la construction d’immeubles de condos sur la rue Lajeunesse.
      Afin d’apaiser la situation, le constructeur tente d’organiser une rencontre citoyenne avant les fêtes pour apaiser ce mouvement d’opposition. Celui-ci a racheté l’ancien terrain de Taxi Diamond sur la rue Lajeunesse et souhaite détruire cet ancien garage et centre d’appels pour y bâtir quatre unités de six condos.
      Seulement, plusieurs résidents de la ruelle et des immeubles alentour font du porte-à-porte pour inciter les voisins du site à contester ce projet au CCU.
      «Il faut se battre pour pas qu’ils aient le permis de démolition. Le premier projet présenté, c’était 70% du terrain construit sans verdure et sans cour. Du jour au lendemain, y a 40 fenêtres qui vont couper la luminosité et avoir le nez chez nous, ça ne peut pas se passer comme ça», s’insurge Guénael Charrier qui organise cette contestation.
      Le dossier est déjà passé une première fois au CCU au mois d’août, mais il avait été rejeté par les élus de l’ancienne équipe municipale. Ils avaient notamment reproché l’homogénéité des façades, la pauvreté des aménagements paysagers, l’aspect massif à l’avant et à l’arrière, l’utilisation de matériaux de couleur foncée à l’arrière – le côté le plus ensoleillé – et la trop grande densité du projet.
      Développeurs Montréal, la société qui construit ces unités de condos, assure que les plans sont repassés à la planche à dessin et que ces aspects ont été revus.
      «Le constructeur ne construit pas pour être en opposition avec son quartier. Il veut une collaboration, on sait qu’on ne pourra pas satisfaire tout le monde, mais on veut en discuter», précise Dina Aswar, courtière pour ce projet.
      Une roulotte des ventes a pourtant déjà été installée sur le stationnement alors que le CCU n’a pas encore statué sur la démolition de l’édifice actuel. Le CCU devait d’ailleurs se réunir lundi 11 décembre, mais la première rencontre de cette nouvelle assemblée a été repoussée en 2018 en raison d’une séance du conseil municipal de la Ville de Montréal prévue à la même date.
      Sur les panneaux plantés sur ce terrain, la livraison est prévue au printemps 2018, mais Mme Aswar a déjà indiqué que ce calendrier était compromis en raison du report de la séance du 11 décembre et de l’opposition citoyenne.
      Parc contre garage
      Le groupe de riverains mobilisé plaide pour qu’un parc soit installé à cet endroit. Il demande donc aux élus de bloquer le développement immobilier projeté.
      «L’impact sur les citoyens doit être mesuré. Ça détériore la vie de quartier, estime Guénael Charrier. Quatre lots dans un îlot de chaleur, ça aurait dû être saisi. Dans l’idéal, ça prend un parc, ça prend de la vie, surtout que le centre Lajeunesse pourrait fermer.»
      Lors des derniers conseils d’arrondissement de la précédente mandature, Elsie Lefebvre, ex-conseillère de Villeray, avait soutenu qu’il fallait étudier la possibilité d’installer un espace vert à cet endroit, notamment pour lutter contre les îlots de chaleur.
      Les nouveaux élus du secteur ne se sont pas encore positionnés sur ce dossier.
      L’option de revendre le terrain paraît toutefois exclue pour Développeurs Montréal qui semble déterminé à aller de l’avant avec son projet.
      «Si on n’arrive pas à obtenir un certain consensus […] alors en dernier recours, le constructeur va louer le garage. Je pense que ce ne sera pas mieux qu’un beau projet immobilier», lance Dina Aswar.
      La date de la rencontre entre le constructeur et les citoyens mobilisés n’a pas encore été arrêtée, mais elle pourrait avoir lieu dans le courant de la semaine prochaine.
       
       
    • Par slanctot
      2018-02-18
      rue de Castelnau Ouest, voisin des Atleliers Castelnau