Recommended Posts

Une étape de plus vers la démolition de l’école Saint-Gérard

 

Par Laurence Houde-Roy Métro

 

 

L’école Saint-Gérard, dans l’arrondissement de Villeray, a franchi une première étape pour ne plus faire partie de la liste des bâtiments d’intérêt patrimonial.

 

Les élus du comité exécutif de la Ville de Montréal ont adopté le règlement visant son retrait, mercredi, avant la décision finale au conseil municipal.

 

Ce changement permettra ainsi à l’arrondissement d’aller de l’avant avec son projet de démolition et de reconstruction de cette école au prise avec un problème de contamination fongique identifié en 2011.

 

Les 400 élèves sont relocalisés depuis 2012 dans un autre établissement. «Je tiens à remercier la Ville qui, au-delà des règles urbanistiques, pense à la santé des enfants», a affirmé la mairesse de Villeray, Anie Samson, lors du comité exécutif, mercredi.

 

Depuis la fermeture de l’école il y a deux ans, plusieurs scénarios ont été étudiés, allant de la réhabilitation à son remplacement complet. C’est maintenant ce dernier projet qui est privilégié afin de permettre la construction d’une structure aux capacités supérieures, accueillant 642 élèves plutôt que la capacité actuelle de 428.

 

«Enfin, on va pouvoir clore cette mauvaise aventure», s’est exclamée Mme Samson, au comité exécutif.

 

http://journalmetro.com/actualites/montreal/538099/une-etape-de-plus-vers-la-demolition-de-lecole-saint-gerard/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce serait un bon compromis de conserver l'enveloppe, même s"il y aura contrainte au niveau des hauteurs de planchers qui seront probablement plus bas dans un édifice moderne. Une grande perte pour le quartier sur le plan patrimonial. La bonne nouvelle: l'école de remplacement accueillera plus d'élèves.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peu importe, il est facile de conserver l'enveloppe. Pour un architecte conscient du patrimoine du quartier, les façades sont certainement faciles à intégrer à un édifice en hauteur.

 

Ce serait un bon compromis de conserver l'enveloppe, même s"il y aura contrainte au niveau des hauteurs de planchers qui seront probablement plus bas dans un édifice moderne. Une grande perte pour le quartier sur le plan patrimonial. La bonne nouvelle: l'école de remplacement accueillera plus d'élèves.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

École Saint-Gérard: la façade sera en partie préservée

 

Un pas important vient d'être franchi en vue de la reconstruction de l'école Saint-Gérard, selon les élus municipaux de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension. La Commission scolaire de Montréal (CSDM) accepte de préserver une partie de la façade de l'école, levant l'un des derniers obstacles qui se dressaient devant le projet.

 

Le conseil d'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension s'est réuni en séance extraordinaire hier pour étudier de nouveau le dossier de l'école Saint-Gérard. Les élus ont alors appris que la commission scolaire se rendait aux arguments de ceux qui souhaitaient préserver une partie du patrimoine de l'ancienne école dans la future construction.

 

«La CSDM s'engage à intégrer des éléments architecturaux significatifs de la façade de la rue Berri au projet de reconstruction de l'école Saint-Gérard», peut-on lire dans un courriel signé par la présidente de la commission scolaire, Catherine Harel-Bourdon.

 

La CSDM a refusé d'en dire davantage sur ce qui sera préservé de l'actuelle façade. Un dessin architectural envoyé aux élus permet toutefois de comprendre que des éléments des entrées, de la fenestration ainsi que de la corniche devraient être intégrés.

 

Un «grand pas en avant»

 

«C'est un grand pas en avant. C'est un gain important en faveur du patrimoine, que la CSDM accepte de préserver une partie de la façade», s'est réjouie la conseillère Elsie Lefebvre, qui estime que l'intégration d'éléments «va être un beau rappel historique de l'ancienne école».

 

«C'est une avancée majeure», a également commenté le conseiller Sylvain Ouellet, de Projet Montréal. L'élu s'était auparavant opposé au projet, mais s'est rallié hier en raison du «coup de théâtre» que représente selon lui la préservation d'éléments de la façade. «Je suis assez heureux. J'ai vu le projet évoluer grandement depuis deux mois, évoluer dans la bonne direction.»

 

Il reste encore quelques étapes avant que la CSDM ne reçoive le feu vert final pour démolir, puis reconstruire l'école Saint-Gérard. Lundi, les élus du conseil municipal doivent se prononcer sur le retrait du bâtiment de la liste des bâtiments patrimoniaux, étape incontournable afin de permettre la démolition. Projet Montréal s'y opposait par le passé justement parce qu'il réclamait à tout le moins la préservation de la façade.

 

Une fois le vote du conseil municipal passé, les élus de l'arrondissement devront se prononcer une troisième et dernière fois sur le projet, le 2 septembre. C'est à ce moment que la CSDM devrait pouvoir aller de l'avant. «Ça semble bien s'aligner pour le dernier vote», a indiqué M. Ouellet.

 

En obtenant le feu vert au début du mois de septembre, la CSDM vise une réouverture l'établissement en septembre 2016. Rappelons que l'école Saint-Gérard a été fermée aux élèves en janvier 2012 à la suite d'une contamination fongique provoquée par d'importantes infiltrations d'eau. Le futur bâtiment pourra accueillir jusqu'à 642 élèves, soit 50% de plus que l'ancien.

 

http://www.lapresse.ca/actualites/education/201408/15/01-4791925-ecole-saint-gerard-la-facade-sera-en-partie-preservee.php

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils ne préservent pas les façades. Juste les encadrements en pierre de portes/fenêtres et la corniche, qui vont être intégrés au nouveau projet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par IluvMTL
      Nom: Complexe immobilier Frontenac
      Hauteur en étages: 12, 12, 9 et 2
      Hauteur en mètres:
      Coût du projet:
      Promoteur: Cosoltec
      Architecte: Lemay
      Entrepreneur général:
      Emplacement: Rue la Fontaine, entre Frontenac et du Havre
      Début de construction: 2019
      Fin de construction: 2021
      Site internet: http://lecanal.ca/
      Lien webcam:
      Autres informations: 298 unités d'habitation, dont 60 logements sociaux et 109 condos abordables, et 25 700 pi² d'espace à bureaux.
      Rumeurs:
      Aperçu artistique du projet: 

       
      Sent from my SM-T330NU using Tapatalk
    • Par ScarletCoral
      Le projet en construction au coin de William et Saint-Martin est un projet de l'OSBL Le Portage dont la mission est la réinsertion de toxicomanes http://www.portage.ca/accueil
       
      Il comptera 30 logements répartis sur 6 étages incluant des 2 salles communautaires et des locaux de services
       
      Avec l'annulation/report du projet URB, le projet a quelque peu changé depuis la rédaction de ce document de la Ville : http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/ARROND_SOU_FR/MEDIA/DOCUMENTS/1705_WILLIAM_21-06-12_DOC_INFO.PDF
       
      L'appel d'offres a été lancé en janvier 2015 : https://www.seao.ca/OpportunityPublication/ConsulterAvis/Categorie?ItemId=e444b8c9-3fff-4830-88a4-478607950c1c&SubCategoryCode=C01&callingPage=4
       
       
    • Par ScarletCoral
      Des citoyens tentent de bloquer un projet immobilier dans Villeray
      Par Nicolas Ledain
      TC Media   Des riverains du secteur demandent à ce qu’un parc soit installé à la place de l’ancien garage de Taxi Diamond. Nicolas Ledain / TC Media   Le dossier prévu à l’ordre du jour du premier Conseil consultatif d’urbanisme (CCU) de la nouvelle équipe municipale fait polémique dans Villeray. Des riverains du quartier s’opposent à la construction d’immeubles de condos sur la rue Lajeunesse.
      Afin d’apaiser la situation, le constructeur tente d’organiser une rencontre citoyenne avant les fêtes pour apaiser ce mouvement d’opposition. Celui-ci a racheté l’ancien terrain de Taxi Diamond sur la rue Lajeunesse et souhaite détruire cet ancien garage et centre d’appels pour y bâtir quatre unités de six condos.
      Seulement, plusieurs résidents de la ruelle et des immeubles alentour font du porte-à-porte pour inciter les voisins du site à contester ce projet au CCU.
      «Il faut se battre pour pas qu’ils aient le permis de démolition. Le premier projet présenté, c’était 70% du terrain construit sans verdure et sans cour. Du jour au lendemain, y a 40 fenêtres qui vont couper la luminosité et avoir le nez chez nous, ça ne peut pas se passer comme ça», s’insurge Guénael Charrier qui organise cette contestation.
      Le dossier est déjà passé une première fois au CCU au mois d’août, mais il avait été rejeté par les élus de l’ancienne équipe municipale. Ils avaient notamment reproché l’homogénéité des façades, la pauvreté des aménagements paysagers, l’aspect massif à l’avant et à l’arrière, l’utilisation de matériaux de couleur foncée à l’arrière – le côté le plus ensoleillé – et la trop grande densité du projet.
      Développeurs Montréal, la société qui construit ces unités de condos, assure que les plans sont repassés à la planche à dessin et que ces aspects ont été revus.
      «Le constructeur ne construit pas pour être en opposition avec son quartier. Il veut une collaboration, on sait qu’on ne pourra pas satisfaire tout le monde, mais on veut en discuter», précise Dina Aswar, courtière pour ce projet.
      Une roulotte des ventes a pourtant déjà été installée sur le stationnement alors que le CCU n’a pas encore statué sur la démolition de l’édifice actuel. Le CCU devait d’ailleurs se réunir lundi 11 décembre, mais la première rencontre de cette nouvelle assemblée a été repoussée en 2018 en raison d’une séance du conseil municipal de la Ville de Montréal prévue à la même date.
      Sur les panneaux plantés sur ce terrain, la livraison est prévue au printemps 2018, mais Mme Aswar a déjà indiqué que ce calendrier était compromis en raison du report de la séance du 11 décembre et de l’opposition citoyenne.
      Parc contre garage
      Le groupe de riverains mobilisé plaide pour qu’un parc soit installé à cet endroit. Il demande donc aux élus de bloquer le développement immobilier projeté.
      «L’impact sur les citoyens doit être mesuré. Ça détériore la vie de quartier, estime Guénael Charrier. Quatre lots dans un îlot de chaleur, ça aurait dû être saisi. Dans l’idéal, ça prend un parc, ça prend de la vie, surtout que le centre Lajeunesse pourrait fermer.»
      Lors des derniers conseils d’arrondissement de la précédente mandature, Elsie Lefebvre, ex-conseillère de Villeray, avait soutenu qu’il fallait étudier la possibilité d’installer un espace vert à cet endroit, notamment pour lutter contre les îlots de chaleur.
      Les nouveaux élus du secteur ne se sont pas encore positionnés sur ce dossier.
      L’option de revendre le terrain paraît toutefois exclue pour Développeurs Montréal qui semble déterminé à aller de l’avant avec son projet.
      «Si on n’arrive pas à obtenir un certain consensus […] alors en dernier recours, le constructeur va louer le garage. Je pense que ce ne sera pas mieux qu’un beau projet immobilier», lance Dina Aswar.
      La date de la rencontre entre le constructeur et les citoyens mobilisés n’a pas encore été arrêtée, mais elle pourrait avoir lieu dans le courant de la semaine prochaine.
       
       
    • Par slanctot
      2018-02-18
      rue de Castelnau Ouest, voisin des Atleliers Castelnau