Recommended Posts

Pinned posts

Rue Sainte-Catherine
ste-catherine.jpg

Rénovation en profondeur de la rue Sainte-Catherine Ouest. Une seule voie large permettant la circulation et les livraisons. Trottoirs plus larges de 60%. Rue McGill College piétonnisée. http://www.realisonsmtl.ca/saintecath

Images de l'aménagement sur Dropbox:
https://www.dropbox.com/sh/axrjpuswoqs1g2h/AABkaDm1L7EIWhtRB_SsQVYNa?dl=0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, nephersir7 a dit :

Merci pour cette réponse rapide. Ici c'est la réaction des commerçants qui m'importe le plus, puisqu'ils sont directement concernés et qu'ils paient justement des taxes suffisamment élevées pour avoir droit au chapitre. C'est pour cela que dans mon intervention précédente, j'essayais de désarçonner les critiqueurs habituels sur Mtlurb, qui généralement ne voient les choses qu'au premier degré et selon leur propre vision purement personnelle.

Bien sûr on voudrait que tout soit terminé selon les plans initiaux. Mais comme la cible bouge tout le temps parce que le dossier évolue constamment, il faut bien s'ajuster à la réalité du moment. Or un bon gestionnaire de chantier n'est pas nécessairement celui qui aura achevé sa tâche selon les échéancier prévus. Mais celui qui aura su improviser des solutions efficaces face à des impondérables, tout en ne perdant jamais de vue le meilleur intérêt général. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Communiqué de la Ville : http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=30339

La Ville de Montréal dévoile une programmation haute en couleur pour profiter de la rue Sainte-Catherine tout l'été

28 juin 2018

 

 

Montréal, le 28 juin 2018 - – La Ville de Montréal donne rendez-vous aux résidents, aux travailleurs, aux clients et aux touristes tout l'été sur la rue Sainte-Catherine pour profiter des nombreux spectacles, déambulations et expositions qui animeront les intersections, les places publiques et les vitrines de la rue. Jusqu'au 1er septembre, les compagnies d'arts de rue programmées par La Tête de pioche offriront une expérience inédite sur cette artère emblématique.

« La rue Sainte-Catherine a toujours été un lieu de rencontre pour les Montréalaises et les Montréalais, ainsi que les touristes de partout dans le monde. Avec le projet de réaménagement que nous avons annoncé, nous allons en faire un véritable pôle d'attraction, réaffirmant ainsi la position de Montréal comme destination économique et culturelle incontournable. Ça commence dès cet été, avec une série d'événements rassembleurs qui feront vibrer la rue, et toute la Ville. Tous les jours, c'est un rendez-vous. Je vous promets qu'il y en aura pour tous les goûts », s'enthousiasme Robert Beaudry, responsable du développement économique et commercial et des relations gouvernementales.

Des spectacles fixes animeront le Square Phililips, les parvis des églises Saint-James et Christchurch les mardis, mercredis et jeudis et des animations variées et ambulantes prendront d'assaut les intersections McGill College, Mansfield et City-Councillors les jeudis, vendredis et samedis. Des vitrines de commerces prendront également vie par le biais de spectacles ou d'installations d'arts visuels mettant en lumière le travail d'artistes de la métropole. Finalement, des spectacles de tout acabit, allant de la musique à la danse, en passant par le théâtre, divertiront les passants au Square Phillips tous les mardis et jeudis midi. 

« L'été est la saison où tous convergent vers le centre-ville et il nous fait plaisir d'offrir un accueil sans pareil. Venez en grand nombre profiter de l'un des plus beaux centres-villes en Amérique, et n'hésitez pas à utiliser le métro : c'est de loin le meilleur moyen d'accès », mentionne André Poulin, directeur général, SDC Destination Centre-ville.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En entrevue hier à la radio, Michel Dallaire a expliqué son rôle chez Provencher-Roy dans le design du mobilier urbain de de la rue Sainte-Catherine
Entrevue avec le designer industriel Michel Dallaire https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/parasol-et-gobelets/episodes/412325/audio-fil-du-samedi-4-aout-2018/4

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nouvel appel d'offre pour le projet aujourd'hui. Il n'y avait qu'un soumissionnaire, et son offre était beaucoup trop élevée. On va permettre des consortiums pour favoriser plus de candidatures. 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1115849/cout-chantiers-hausse-travaux-prix-soumissions-construction-ville-montreal-plus-cher-appels-offre

 

Quote

Jusqu'à 200 % plus cher : Montréal se bat contre la hausse du prix des chantiers

La Ville de Montréal fait face à une augmentation importante des coûts dans la construction en raison de la forte demande. Radio-Canada a appris que plusieurs appels d'offres ont dû être abandonnés et réévalués, comme celui des travaux de la rue Sainte-Catherine, dont l'unique soumission était 170 % plus chère que l'estimation de la Ville.

Un texte de Thomas Gerbet

C'est paradoxal, mais Montréal est victime de l'économie québécoise en effervescence. Les chantiers de construction tournent à plein régime (pont Champlain, échangeur Turcot, Réseau express métropolitain...), monopolisent beaucoup de ressources, et la Ville en paie les conséquences.

« C'est une énorme frustration », confesse un donneur d'ouvrage dans un arrondissement. « C'est le principal problème de l'administration Plante actuellement », évoque même un proche de la mairesse.

Si leurs témoignages sont confidentiels, c'est que tout le monde marche sur des oeufs à la Ville de Montréal. On craint qu'en rendant public le problème, cela contribue à faire augmenter encore plus les prix.

« Les entrepreneurs sont hyper sollicités, ils ont des carnets de commandes très remplis, constate une source au fait de la situation à la Ville. Le contexte crée une pression sur les prix à la hausse. »

Selon nos informations, dans certains cas, les soumissions sont jusqu'à 200 % plus chères que le budget prévu par la Ville, soit trois fois plus. À Montréal, une soumission est jugée anormale lorsqu'elle dépasse 20 % de l'estimation.

Toutes les offres ne sont pas au dessus de cette limite, certaines sont mêmes encore en dessous des estimations de la Ville, mais la tendance générale est à la hausse.

Les prix ont vraiment augmenté cette année. Tout est très cher dès qu'on fait un appel d'offres.

Témoignage d'un donneur d'ouvrage dans un arrondissement montréalais

Des projets sont-ils en péril? « Je ne pense pas, répond un élu du comité exécutif, mais notre budget est limité. »

La Ville et les arrondissements croient qu'ils ne peuvent pas attendre dans l'espoir que les prix baissent. « Si on attend, ça a un impact sur d'autres travaux, explique l'une de nos sources. Si on retarde, ça a un impact sur les commerçants et les résidents. Ça peut aussi avoir des conséquences financières, si on doit respecter l'échéancier pour un financement du gouvernement du Québec. »

Si tu retardes des chantiers, des fois, ça finit quand même par te coûter plus cher. Les infrastructures d'eau en sont le parfait exemple.

Un élu du comité exécutif de la Ville de Montréal

En mai, l'administration Plante a annoncé le report de six mois du début des travaux de réfection des infrastructures souterraines de la rue Sainte-Catherine. L'appel d'offres avait été annulé, car un seul soumissionnaire s'était manifesté et son prix était 170 % plus élevé que l'estimation de la Ville, selon ce que nous avons appris.

Dans un document du comité exécutif rendu public vendredi, on peut lire une liste de plusieurs causes qui expliqueraient la différence de prix dans ce projet :

la saturation actuelle du marché de la construction municipale;

la pression médiatique associée à ce projet;

la complexité des travaux, combinée à une activité commerciale et à un volume de piétons intense;

les courts délais de réalisation des travaux imposés par la Ville afin de minimiser les impacts sur les commerçants, les riverains et les autres usagers des lieux.

Des entrepreneurs trop gourmands?

Un proche de Valérie Plante pense que les entrepreneurs poussent peut-être la note. « Ils savent que les gouvernements mettent de l'argent en masse dans les infrastructures. » Une source dans un arrondissement va dans le même sens: « Les entrepreneurs essaient de se payer la traite sur notre dos. »

« On regarde ce qu'il se passe, mais on ne se laissera pas faire, indique un élu du comité exécutif. On ne va pas accepter bêtement des augmentations de prix, mais à l'inverse, on ne va pas non plus arrêter les chantiers qui sont requis. »

Un entrepreneur blâme la Ville de Montréal

Un entrepreneur qui a soumissionné plus tôt cette année, à un prix deux fois plus élevé que l'estimation municipale pour un contrat de voirie, estime que la conjoncture économique n'explique pas à elle seule la situation. Il a requis la confidentialité pour ne pas nuire à ses relations.

« La Ville estime mal les coûts, croit-il. Oui, il y a la loi de l'offre et de la demande, mais c'est aussi complexe et ardu de travailler en ville. Ce n'est pas tout le temps un charme de faire affaire avec Montréal. »

Il cite les paiements qui arrivent en retard, les exigences en matière de signalisation ou encore les nombreux intervenants avec qui il doit composer. « C'est beaucoup de gestion et des fois, ça fait monter les prix. »

La Ville teste une solution pour l'appel d'offres

L'administration de Valérie Plante tente de trouver des solutions pour ne pas mettre en péril des projets.

En ce qui concerne les travaux de la rue Sainte-Catherine, un nouvel appel d'offres sera publié aujourd'hui pour le chantier majeur de travaux d'infrastructures d'eau entre les rues Atwater et De Bleury.

Le Service des infrastructures, des transports et de la voirie de la Ville de Montréal a identifié des idées pour obtenir un plus grand nombre de soumissions à de meilleurs prix. Parmi ces idées : l'autorisation spéciale de consortiums.

Dans le cadre du projet de nouvelle rue Sainte-Catherine, des travaux majeurs d'infrastructures souterraines d'eau doivent être réalisés. Photo : Ville de Montréal

Dans une décision du comité exécutif rendue publique vendredi, on peut lire que cela « pourrait permettre à de plus petites entreprises de soumissionner conjointement sur des projets de grande envergure, un marché qui leur est actuellement quasi-inaccessible, notamment parce qu'elles ne possèdent pas la main-d'oeuvre ou la machinerie requises ou qu'elles n'ont pas la capacité financière pour soutenir d'importants cautionnements ».

Le mode d'octroi sera lui aussi exceptionnel. Dans sa soumission, l'entrepreneur devra donner un prix pour l'ensemble du contrat ainsi qu'un délai (minimum et maximum).

La Ville a par ailleurs décidé de permettre à l'entreprise qui remportera le contrat d'utiliser un site de transbordement pour les déblais. L'objectif est, entre autres, d'éviter à l'entrepreneur de devoir mobiliser un grand nombre de gros camions à proximité du chantier.

Avec ces nouvelles dispositions, la Ville espère que plusieurs soumissionnaires se manifesteront et que la concurrence fera baisser les prix. L'administration Plante croise les doigts.

 

Modifié par fmfranck

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par greenlobster
      1650 René-Lévesque Ouest
      Nouveau projet de réfection totale , autant à l’interieur que l’extérieur et l’ajout de 4 étages. Brique remplacer à l’extérieur par une brique charcoal. Il auras un atrium sur le toit. 6 premiers étages hôtel et 10  suivantes des logements. Superbe projet de Réal Thivierge Architecte . 
    • Par IluvMTL
      Association des groupes de ressources techniques du Québec - AGRTQ 1 septembre 2017 ·  Un nouveau projet d'habitation communautaire, la Maison Tapajeurs, s'en vient! Le projet permettra d'offrir un toit à des personnes en processus de réinsertion sociale et accuillera également les nouveaux bureaux de l'organisme Spectre de rue inc.
      La réalisation de ce projet est possible notamment grâce à la participation du Fonds d'acquisition québécois et du GRT Atelier Habitation Montréal Inc.
      #Onenabesoin #IciOnOuvreDesPortes
       
      Désolé, je ne peux pas trouver la version française de ce communique
      https://www.newswire.ca/fr/news-releases/15-million-for-social-and-community-housing-fonds-immobilier-de-solidarite-ftq-strengthens-its-partnership-with-agrtq-516619301.html
      Maison TAPAJEURS, a new community housing project for youth reintegration into the workforce
      Thanks to a loan from the new Fonds d'acquisition Québécois, the NPO Spectre de rue are poised to purchase the building at 803-807 Ontario Street East,  at the intersection of Saint-Hubert Street in Montréal. The property will be converted into 22 rooms with services and common areas and will be reserved for young people between the age of 18 and 30 in the process of reintegrating into the workforce. The conversion will require the addition of a third floor, while the ground floor will retain its commercial vocation, housing the offices of Spectre de rue and the coopérative Le Milieu. The project falls under the ACCÈSLOGIS program administered by Société d'habitation du Québec.
      Called Maison TAPAJEURS, the project will rely on the technical know-how of Groupe de ressources techniques Atelier habitation Montréal, an organization that has so far renovated and built 187 properties slated for community housing. The Ville-Marie borough will also provide support, as will architect Ron Rayside, whose expertise is well known in this field. "We are very lucky to be able to count on various sources of funding for such projects. The future tenants of Maison TAPAJEURS will be selected from among the participants in the TAPAJ pre-employment program, whose goal is to help improve the living conditions of vulnerable persons by finding them paid work and providing psychosocial support," said Gilles Beauregard, the general manager of  Spectre de rue, the organization behind the Maison TAPAJEURS project.
       

    • Par Thomas1702
      Coin Ontario/Visitation

      Cette semaine il y avait de l'activité sur le terrain au sud-est du coin Ontario / Visitation.Est-ce que quelqu'un est au courant ?
    • Par IluvMTL
      1414, rue Drummond

      Heard that the medical professionals in the Drummond Medical Building have been asked to leave.
      It is next to the Mount Stephen and across from the YMCA.
      Word is that the building will be converted into residences.
    • Par UrbMtl
      1200 Mcgill College

       
      Pas d'infos sur de possibles travaux, mais un rendu sur le site de Busac. 
      Rafraîchissement du mur rideau. En comparaison :