Habsfan

Pont Jacques-Cartier : informations, discussions générales et actualités

436 messages dans ce sujet

Je suis un peu en retard, mais voici mes photos du 17 mai, immédiatement après la réouverture du pont aux véhicules et aux personnes

qbv7J1T.jpg

GM12h8Q.jpg

tIieO06.jpg

hp2urLb.jpg

PutFn5u.jpg

4 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Just when I thought I had a good general understanding of the process, you learn that it it is quite complex. Nice to hear that CTV livestreams the bridge every night.

 

Find the bridge lights underwhelming? Stay up later

REPLAY: Jacques Cartier illumination ceremony
 
 

image.jpg

 

Watch the full replay the of the Jacques Cartier bridge illumination ceremony marking Montreal's 375th birthday.
 
 
image.jpg
The Jacques Cartier will light up to celebrate Montreal's 375th
Lindsay Richardson, CTV Montreal 
Published Saturday, May 27, 2017 6:00AM EDT 
Last Updated Saturday, May 27, 2017 9:32AM EDT
 

The completion of Montreal’s $40 million Jacques-Cartier Bridge project was marked last week in a spectacular eruption of colour and light, but many people are wondering: what else?

Eyes have been glued to the structure in hopes of observing the intricate, multicoloured features promised by engineers and city officials.

These features are supposedly controlled by intelligent programming “activated by millions of human and natural connections.”  

PHOTOS

 
CTV Montreal: Forbidden Montreal: Jacques Cartier

However, in the days following its unveiling, curious spectators glancing towards at the bridge at night see it lit up in green, much like its color in daylight.

Aside from being dimmed one night in homage to the victims of the Manchester bombing, the bridge’s appearance seems largely consistent.  

It turns out that most people are just going to bed too early.

How does it work?

While the crux of the transitions rests on social media activity, the bridge does go through some preset, autonomous colour changes. The bridge is programmed with a 365-day calendar that gradually shifts to reflect the changing of the seasons: every day has a colour that’s unique to the spectrum.

For example—the bridge’s current green hue is reflective of springtime. According to the 375th website, the core colour will shift from green to orange, to a “voluptuous” fall red, and blue for winter.

Officials behind the programming of the lights say these gradual changes are intentional, strategic even.

 “[The Jacques-Cartier Bridge] is a presence that has its own character,” explained Roger Parent, president of Réalisations, one of the five multimedia companies behind “Living Connections.”

“It’s not a marathon thing,” he said. “We want to generate randomness with meaning.”

With the installation remaining in place for the next 10 years, Parent explains that a bridge that’s constantly in “show mode” – much like the night of its unveiling—will wear out its welcome.

But a show is supposed to be presented every hour of every night. (For those of you who don't find themselves near the bridge at night, CTV Montreal livestreams the bridge each night after dark online).

At the top of the hour, the bridge displays a five-minute vigourous animation in colours that are coordinated to reflect the trending topics on Montreal’s social media: red for society, green for the environment, light blue for technology, grey for business, blue for sports, pink for institutions, and purple to represent culture.

For example—if rain is falling and the wind is blowing southwest—the show will feature a digital rendering of raindrops, angled to reflect the wind.

The bridge will also reflect traffic statistics for the day. While nearly 160,000 vehicles cross the span every day, the bridge uses dots and dashes to represent cars and trucks.

At midnight, the bridge cycles through the 365 colours on its integrated “calendar,” until it goes back to rest at 3 a.m.

Intelligent programming

The Jacques-Cartier Bridge’s “intelligent” programming – the first bridge in the world to have it – uses social media algorithms to reflect trends in the Montreal network.

That means the bridge was designed to capture the city’s pulse in “real time” and reflect online conversations with the intensity, speed, and density of the light.

When someone makes a social media post with an official hashtags --#IlluminationMtl, #375mtl, #montreal, #mtl, #mtlmoments – the bridge’s master system gets an alert.

That ping will be marked with a light at the apex of the bridge which travels down the structure.

If the tweet is favourited, the moving light will expand. If it’s re-tweeted, its speed will accelerate. Without any response on the network, the light will disappear.

But this is only a segment of the bridge’s “smart” capabilities.

Over the long term, the data submitted over social media is analyzed to establish what words or feelings are most closely associated with Montreal.

The graph below demonstrates how, in the days following the bridge’s unveiling, public sentiment about Montreal went from neutral to positive. Thousands of tweets poured in and were registered in the databank.

 

These transitions are facilitated by extensive work done on the 100-year-old structure prior to the anniversary unveiling. Nearly 200 workers added a whopping 2,800 LED lights to the structure – with a lifespan of 50,000 hours—and approximately 30 kilometers of fiber optic wiring, pipes, and internet cable were added, all connecting to the nucleus of the operation on the South Shore.

Parent and other bridge officials rebuff Montrealers who criticize the cost and purpose of the bridge project. He explains that when data is used to create beauty, as is the case with the bridge, people won’t understand until the final result is visible.

The project’s $40 million price tag is an all-inclusive one, Parent adds, including utilities, maintenance, and equipment for the next decade.

When compared to a reported $12 million in installation costs alone for lights on the Golden Gate bridge, Parent insists that there is a bigger picture to be observed.

It’s an emotive project, he said, one that prompts a visceral—rather than practical—response in the viewer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Serait-il possible d'avoir le lien vers cet éditorial de Claude Cormier ? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par acpnc
      Publié le 18 novembre 2016 à 20h52 | Mis à jour le 18 novembre 2016 à 20h52
      Tunnel La Fontaine: pas de PPP, martèle le Parti québécois
       
      Le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est un axe majeur de la région métropolitaine. Il s'agit du seul lien entre l'île de Montréal et la Rive-Sud dans l'est de l'île. Plus de 130 000 automobilistes et camionneurs empruntent le tunnel chaque jour.
      Photo archives La Presse

      Louis-Samuel Perron
      La Presse
      Le ministère des Transports devrait écarter complètement la possibilité de réparer le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine en partenariat public-privé (PPP), puis d'imposer un péage, selon le Parti québécois. «C'est incompréhensible ! Qu'ils réfléchissent à ça, c'est un non-sens ! Ils ne devraient même pas penser à ça. Non, il n'y en aura pas! C'est ça qu'il faut dire!», fulmine le député péquiste Alain Therrien.
      La Presse a dévoilé vendredi que le MTQ envisageait d'effectuer en mode PPP la réfection majeure du tunnel, un projet de plusieurs centaines de millions de dollars. Dans un appel d'intérêt publié lundi et destiné aux entrepreneurs et firmes de génie-conseil, le MTQ met sur un pied d'égalité trois modes de réalisation du projet, soit le mode traditionnel, le mode conception-construction et le mode conception-construction-entretien-financement. Le second mode s'apparente à celui choisi dans le projet Turcot, alors que le troisième est un PPP.
      Les entreprises sont appelées à répondre à ce sondage de marché pour vérifier leur intérêt pour ces trois modes de réalisation. Ils devront remettre des montages financiers pour chaque mode au MTQ. Ainsi, toutes les options sont sur la table, même celle d'effectuer la réfection majeure du tunnel en PPP. La question du péage n'est pas abordée dans cet appel d'offres.
      Au cabinet du ministre des Transports Laurent Lessard, on maintient qu'une décision n'est pas encore prise, sans exclure toutefois la possibilité de faire le projet en PPP. «On ne se positionne pas. C'est une étude d'opportunité dans le fond. On veut analyser l'ensemble des situations.
      Est-ce qu'il y a des choses qu'on ne veut pas ? On veut laisser les chiffres parler. On veut regarder l'ensemble des scénarios. Une fois que ces scénarios seront documentés de façon rationnelle et cartésienne, le conseil des ministres prendra une décision», a indiqué Mathieu Gaudreault, attaché de presse du ministre Lessard.
      Le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'économie Alain Therrien dénonce vivement cette décision du ministre Lessard. «On s'est battu pour qu'il n'y ait pas de péage sur le pont Champlain, et là on sort d'un chapeau la possibilité d'un péage sur un pont de la Rive-Sud? L'expérience des PPP a été très très mauvaise dans l'ensemble de l'oeuvre, autant au CHUM que les autres fois. Ça n'a pas donné le résultat escompté. Ça fait juste monter la facture. Il faut verser des profits à ces entreprises. Que ce soit les usagers ou les contribuables, il faut que le profit soit versé. Ça fait en sorte que le projet est plus cher», dénonce le député de Sanguinet.
      Le président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) Christian Daigle dénonce également l'option du PPP. «Ça nous inquiète au plus haut point. Pour nous, il n'y a aucune logique à aller en PPP, ou donner ça à une compagnie privée pour l'ensemble de la gestion. On l'a vu avec le pont de la 25, avec la 30, c'est des scandales, des hausses rapides de coûts avec la 25. Qu'est-ce qui va se passer avec le tunnel ?», s'inquiète le dirigeant syndical.
      Le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est un axe majeur de la région métropolitaine. Il s'agit du seul lien entre l'île de Montréal et la Rive-Sud dans l'est de l'île. Plus de 130 000 automobilistes et camionneurs empruntent le tunnel chaque jour. Selon le MTQ, il faut refaire rapidement le tunnel de «fond en comble». Résultat : les travaux pourraient durer jusqu'à quatre ans, rendant le tunnel «relativement inaccessible» pendant une période de temps indéterminée.
      Les travaux débuteront au plus tôt en 2019, puisque le MTQ s'est engagé à ne pas commencer les travaux tant que le nouveau pont Champlain ne sera pas inauguré, en décembre 2018.
      Tunnel La Fontaine: pas de PPP, martele le Parti quebecois | Louis-Samuel Perron | Montreal
    • Par Malek
      Jean-Christophe Laurence
      La Presse
       
      Dans quelques semaines, on connaîtra le nom des architectes qui réaliseront le nouveau Planétarium, dont l'ouverture est prévue pour mars 2012. Le moment semble bien choisi pour s'interroger sur le sort qu'on réservera à l'ancien Planétarium, qui s'élève depuis 1966 au 1000, rue Saint-Jacques.
       
      Si tout se passe comme prévu, le bâtiment devrait poursuivre ses activités jusqu'en septembre 2011. Après? On n'en sait trop rien. Et c'est justement ce qui inquiète Dinu Bumbaru, de l'organisme Héritage Montréal, qui considère le bâtiment comme un emblème patrimonial montréalais en raison de sa forme peu banale et de sa résonance historique. «Le maire a déjà laissé entendre que ce serait un bel endroit pour un projet immobilier, lance M. Bumbaru. Alors oui, c'est une question qui nous préoccupe.»
       
       
       
      Démolira? Démolira pas? À la Ville, on affirme que la réflexion est entamée, mais pas encore terminée. «Dire qu'on veut le détruire voudrait dire qu'on a déjà fait un choix, souligne Bernard Larin, attaché de presse au comité exécutif de la Ville. Pour l'instant, toutes les possibilités sont sur la table et on est en train d'étudier ça.»
       
      Que faire avec le Planétarium Dow, comme il s'appelait à l'époque? Comment recycler cet étrange objet architectural, moitié iglou, moitié spoutnik? Du plus farfelu au plus sérieux, architectes, designers, journalistes, urbanistes et spécialistes du patrimoine lancent quelques idées...
       
      Dinu Bumbaru
       
      Directeur des politiques, Héritage Montréal
       
      «Il faut faire preuve d'imagination. Personnellement, je le confierais à la Société des arts technologiques (SAT). Qu'on en fasse un salon de l'image. Un lieu consacré aux étoiles montantes des arts visuels, de l'art électronique - musique, infographie, création numérique. C'est un espace tellement exceptionnel qu'il ne faudrait absolument pas le banaliser. Les gens ne réalisent pas à quel point des endroits comme ça sont rares. Et celui-ci a son caractère propre. Il a été construit à l'époque d'Expo 67 et du métro. Pour nous, c'est un témoin de la volonté montréalaise de se situer dans la modernité.»
       
      Luc Noppen
       
      Historien d'architecture, professeur au département d'études urbaines et touristiques de l'UQAM
       
      «Spontanément, j'en ferais volontiers un grand amphithéâtre pour l'École de technologie supérieure (ETS), qui est juste à côté. L'autre option serait de démolir. Il y a de la construction immobilière qui va continuer à se faire dans le secteur. Mais ce serait dommage. C'est un édifice public avec une forme particulière. Si on a des quartiers qui ne sont faits que de parallélépipèdes destinés à abriter des appartements, ça devient un peu monotone.»
       
      Frédéric Metz
       
      Professeur de design, UQAM
       
      «Le bâtiment a une forme saugrenue, mais en même temps discrète. Il témoigne d'une époque où on faisait des choses un peu différentes. En ce sens, je trouve important de le sauvegarder. Maintenant, qu'en faire? J'ai trois options. Je mettrais l'institut Braille, vu qu'il fait tout noir. Ou alors un musée de la bière, parce qu'il avait été financé par la brasserie Dow. Sinon, je dirais un cirque de puces. Ou de chiens. Ou de nains. Ou de poneys. Un petit cirque pour être à l'opposé du Cirque du Soleil. Vous me trouvez farfelu? Le principe, c'est qu'il manque de fantaisie à Montréal...»
       
      Richard Lafontaine
       
      Architecte et membre de DOCOMOMO-Québec (Documentation and Conversation of Modern Movement)
       
      «Si on pense développement durable, il serait absurde de le démolir pour entasser encore plus de déchets de construction pour rien, alors qu'on pourrait se forcer pour lui trouver un autre usage. Il faut de l'imagination, mais je crois que le bâtiment est capable d'en prendre en matière de transformation. C'est la qualité des édifices modernes. Alors moi je dis qu'on conserve le bâtiment et son système de projection. Pour qui fait de la projection expérimentale, c'est une salle idéale.»
       
      Yves Beauchamp
       
      Directeur de l'École de technologie supérieure
       
      «L'option de récupérer le Planétarium, on la considère depuis longtemps. Tout le monde le sait. La seule chose, c'est qu'on ne paiera pas pour ça. Par contre, si on voulait bien nous le donner, on s'en occuperait. Ce serait un espace vert très intéressant pour notre communauté. Le bâtiment comme tel pourrait être utilisé comme incubateur pour les entreprises issues du travail de nos étudiants, de nos chercheurs. Ce serait une très belle vitrine pour l'école. Le grand avantage, si la Ville nous le donnait, c'est que, en notre qualité d'institution universitaire, nos en-lieux de taxes seraient payés par le provincial.»
       
      Philippe Lamarre
       
      Coéditeur du magazine Urbania
       
      «Aller au Planétarium, c'est comme être dans le coco de Jean Drapeau. Alors moi, j'en ferais un musée de tous les grands projets avortés de Montréal. On verrait le téléphérique reliant le mont Royal à l'île Sainte-Hélène, le restaurant sur le sommet de la croix du mont Royal, le métro jusqu'à Dorval, toutes ces choses-là... Imaginez un genre de Cyclorama, comme à Sainte-Anne-de-Beaupré. Sauf qu'au lieu de voir Jérusalem, ce serait les visions du maire Drapeau!»
       
      Daniel Gill
       
      Professeur, Institut d'urbanisme de l'Université de Montréal
       
      «Le Planétarium est situé dans une espèce de no man's land. Ça rend difficile d'y faire une activité qui pourrait être rentable. S'il était au centre-ville, on pourrait dire qu'il y a un potentiel, parce qu'il y aurait un achalandage.
       
      «On pourrait investir dans un équipement culturel qui changerait tout le quartier et qui entraînerait du développement. Mais il faudrait mettre des gros sous. Il faut penser les investissements publics en fonction de la mondialisation. Voir comment ils peuvent devenir attractifs pour les nomades de la planète. En investissant 200 ou 250 millions, on pourrait générer quelque chose.»
       
      * * *
       
       
       
      De la bière aux étoiles
       
      La petite histoire du Planétarium «dow»
       
      Construit en 1966, le Planétarium «Dow» a été entièrement financé par la brasserie Dow (d'où son nom) avant d'être offert à la Ville de Montréal. Il a été conçu par la firme d'architectes David, Barott&Boulva, qui a également collaboré au projet d'Habitat 67. Outre son design moderne et assez unique, l'endroit s'est longtemps distingué par son système de projection dernier cri, le «planétaire», de fabrication allemande, une «bibitte» à 2 têtes, 7 moteurs et 150 projecteurs qui aurait coûté un demi-million de dollars en 1965. Au moment de sa construction, il n'existait pas plus de 30 planétariums dans le monde. Une douzaine ont été construits depuis au Canada. Fait à noter: trois autres projets de planétariums avaient précédé celui de la brasserie Dow. Dès 1939, le directeur de l'Université McGill avait proposé la construction d'un planétarium dans le parc Maisonneuve... à quelques mètres de celui qui doit être construit en 2012.
       
      > Source: Conseil du patrimoine de Montréal
    • Par GDS

       
      Le jeudi 9 octobre 2014, en présence de la mairesse de la Ville de Longueuil, Madame Caroline St-Hilaire, de Madame France Dubé, conseillère à la Ville de Longueuil, de Monsieur Mathieu Duguay, président Société de gestion Cogir, de l’équipe de Jazz Longueuil, des cadres de Société de gestion Cogir et des résidents de Jazz Longueuil, se tenait la cérémonie de pelletée de terre protocolaire marquant le début de la construction de la tour II de la résidence privée pour aînés JAZZ Longueuil. Du même coup, la capsule temporelle contenant divers objets et souvenirs des résidents actuels de Jazz Longueuil a été scellée officiellement. Cette capsule sera installée dans la structure de béton de la tour II avec à son bord, à tout jamais, une petite partie de l'âme des résidents de la phase I.
       
      Résidence importante située au cœur de Longueuil, Jazz Longueuil s’agrandit pour accueillir une clientèle d’aînés autonomes de l’agglomération et ses environs. En plus d’offrir plus de 180 nouveaux logements au look contemporain, cette nouvelle résidence offrira des services à valeurs ajoutées à sa clientèle existante et future. Ce projet d’agrandissement, nécessitant un investissement de près de 30 millions de dollars, créera jusqu’à 26 nouveaux emplois. Située face à l’Hôpital Pierre-Boucher et à proximité de tous les services, la résidence Jazz Longueuil était louée à pleine capacité depuis quelques années. L’ajout de la tour II permettra d’offrir des opportunités de location à plusieurs aînés de la grande région qui désirent goûter à l’expérience Jazz. La construction de cette nouvelle tour sera réalisée entièrement par Société de gestion Cogir, l’un des plus importants gestionnaires d’immeubles au Québec.
       
      http://www.jazzlongueuil.ca
      ----
       


    • Par hockey19
      70 logements sociaux seront construits dans Griffintown
       
      http://journalmetro.com/local/sud-ouest/actualites/957930/70-logements-sociaux-seront-construits-dans-griffintown/
       

       
      Une étape est franchie vers la construction de 70 logements sociaux dans Griffintown. La Ville de Montréal vient de vendre à la coopérative l’Esperluette 1 M$ sous le prix de l’évaluation le terrain vacant situé à l’intersection des rues Éleanor et William.
       
      La Ville a acquis du promoteur Groupe Aldo le terrain de 1431 mètres carrés au coût de 930 000$, plus les taxes, dans le but de le revendre à la coopérative d’habitation, au même prix, aux fins de construction de logements sociaux et communautaires.
       
      C’est sous le prix du marché évalué à 2 M$. Le prix a été établi en fonction des paramètres financiers d’AccèsLogis, le programme du gouvernement du Québec en vertu duquel sont réalisés les projets de logements sociaux et communautaires.
       
       
      «La coopérative ira en appel d’offres pour la construction au cours des prochaines semaines», annonce Charleine Coulombe de l’organisme Bâtir son quartier, qui accompagne la coop dans le développement du projet.
       
      La construction du bâtiment, dont la livraison est prévue en 2018, doit coûter environ 14 M$.
       
      Personnes à mobilité réduite
      Les logements auront entre une et quatre chambres à coucher. «Quatorze logements pourront être adaptés pour des personnes à mobilité réduite», précise Charleine Coulombe.
       
      La moitié des locataires aura accès à une aide financière dans le cadre du programme AccèsLogis.
       
      Le processus de sélection des futurs locataires est amorcé. «À la fin de juin, la coop tiendra une assemblée publique d’information sur le projet», indique Mme Coulombe.
       
      La coop entend louer en priorité à des citoyens de l’arrondissement du Sud-Ouest.
       
      Cette vente est le fruit d’une entente négociée en 2012 avec le Groupe Aldo, qui développe un projet immobilier dans le quadrilatère délimité par les rues de la Montagne, Ottawa, Éleanor et William. Il s’agit de sa contribution pour l’inclusion de logements sociaux et communautaires dans son projet en vertu de la stratégie de la Ville de Montréal.
    • Par WestAust
      Nom: 30 St-Jacques
      Hauteur (étages): 11 étages
      Hauteur (mètres): TBD
      Coût du projet: TBD
       
      Promoteur:
      Dev McGill
       
      Emplacement

       
      Début de construction: TBD
       
       
      Site internet: http://www.devmcgill.com/fr/30-st-jacques-place-d-armes
       
      Infos:Cette magnifique image panoramique de la Place d’Armes n’est pas un montage, c’est la réalité et vous pourriez un jour habiter tout juste à côté…
       
      Nous sommes fiers de vous annoncer que le promoteur DevMcGill et ses partenaires ont remporté un concours public de la Ville de Montréal leur permettant de donner vie à un nouveau projet de condominiums très attendu, le 30 St-Jacques. Situé sur l’un des très rares terrains vacants et développables du Vieux-Montréal, le 30 St-Jacques est voisin de la Place d’Armes, un secteur qui figure parmi les plus remarquables en Amérique du Nord grâce à son architecture. Environ 150 nouvelles résidences, dotées de commodités enviables, sont prévues sur ce site convoité depuis des années par de nombreux promoteurs. À un coin de rue de la station de Métro Place d’Armes et d’un accès à la ville souterraine de Montréal (RÉSO), les futurs résidents de cette copropriété pourront se rendre sans voiture et à l’abri des intempéries, à des milliers de commerces, services et entreprises. Il s’agit là d’un des rares développements de condominiums de Montréal à s’être vu accorder une note parfaite, soit de 100 %, sur le site Web indépendant « WalkScore.com ». Ce dernier compare l’arrondissement à un réel paradis pour le piéton.