Gilbert

Projets de Toronto - Nouveautés et progressions

Recommended Posts

http://torontostoreys.com/2018/06/toronto-condo-developer-lanterra-luxury/

This Toronto Condo Developer Plans To Sell Units For $2,500 Per Square Foot

When a Toronto condo is selling for more than $1,000 per square foot it’s enough to make headlines. So how about units priced at close to triple that?

Toronto developer Lanterra plans to launch sales at its Yorkville high-rise project 50 Scollard Condos in the $2,500-to-$2,800 per-square-foot range, a source with close knowledge of the project tells Toronto Storeys.

The 41-storey tower, located on the northeast corner of Bay and Scollard Streets just south of Davenport Road, is a boutique high-rise with 64 condos. The smallest units measure 2,500 square feet.

That would peg the starting price at 50 Scollard at around $6.25 million.

When Ben Myers, president and founder of Bullpen Consulting, which advises developers, first heard of plans to launch the project at prices of upwards of $2,500 a square foot, he says he was “a little bit shocked.”

Myers hasn’t seen a Toronto condo launched at a price point that high before.

But other high-end Yorkville condos — 36 Hazelton by Alterra and Zinc Developers and the Four Seasons Residences by Lifetime and Menkes Developments — have set a precedent for “super high-priced units,” he says.

The market expert also says there are factors to justify Lanterra’s pricing and he thinks the building will sell out.

“I think it will sell just for the fact that it’s such a unique project in a fantastic location,” Myers explains.

However, the soaring prices are not a signal that many more similarly expensive projects are on the way, he suggests.

“I think you can only really bring on one of these projects every two or three years.”

Myers finds Toronto doesn’t have the cachet of Manhattan — not yet at least. “The demand is only so deep.”

Lux projects in Manhattan draw wealthy buyers from Russia and Dubai, and Myers isn’t seeing the same activity here in Hogtown.

The city does have the benefit of being relatively affordable compared to other global cities such as London and Paris, though.

Myers anticipates most of those who end up buying units at 50 Scollard will use the property as a primary residence or pied-à-terre, with a smaller share of wealthy international buyers parking their money here.

“It’s such a niche market,” he says.

“It’s not your typical cash-flow investor that’s buying.”

Bay + Scollard, revised design by Foster + Partners and RAW Design for Lanterra Developments

Screen-Shot-2018-06-14-at-5.22.43-PM-115

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Habsfan
      Je sais que c'est Toronto et que plusieurs ne l'aiment pas, mais regardez cette photo du Skyline the la VIlle Reine. C'est vraiment beau et très impressionant! Je dirais même que c'est hallucinant!
       

       
      J'aimerais voir la comparaison avec une photo du C-V de Montréal d'environs la même distance! Juste pour le fun!
    • Par fmfranck
      Les effets des taxes à Toronto et Vancouver se font sentir. 
      http://www.bnn.ca/montreal-emerges-as-luxury-real-estate-hot-spot-sotheby-s-1.860292
       
    • Par MtlMan
      Le marché de l'habitation montréalais plus en santé qu'à Toronto ou Vancouver
       
      Les dernières données de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) démontrent que le marché de l'habitation se porte plutôt bien à Montréal.
      Un texte de Marc Verreault
      Il n'y a pas de surévaluation des prix des habitations, contrairement à ce qui se produit à Toronto ou Vancouver.
      Lors du dernier trimestre de 2016, du côté des maisons unifamiliales, l'avantage était aux vendeurs sur l'île de Montréal, sur la Rive-Sud et à Laval, tandis que sur la Rive-Nord, c'était plutôt équilibré entre vendeurs et acheteurs.
      Par contre, la Rive-Nord est dans une situation particulière, puisque dans le marché de la copropriété, les acheteurs bénéficient d'un choix plus vaste.
      « Il y a eu beaucoup de constructions, ces dernières années, donc autant sur le marché de la revente que sur le marché du neuf, on voit beaucoup de stock, là », explique Marie-Claude Guillotte, analyste principale à la SCHL.
      Mme Guillotte observe aussi que le ralentissement des mises en chantier de copropriétés se poursuit, les promoteurs écoulant les condos invendus avant de démarrer de nouveaux projets.
      Pour ce qui est de l'année en cour, les conditions seront sensiblement les mêmes, estime l'analyste principale.
      « Du côté des mises en chantier, on s'attend à des niveaux autour de ce qu'on a eu en 2016; du côté du nombre de reventes, on s'attend à une légère augmentation, des prix aussi, il y a un peu de pression sur les prix, mais on est encore loin d'une accélération des prix », ajoute Mme Guillotte.
      Dans l'ensemble, les conditions de marché pour les maisons unifamiliales et les immeubles à revenus (plex) sont légèrement à l'avantage des vendeurs, contrairement à la copropriété, où les acheteurs sont favorisés.
      Le prix moyen des maisons dans la grande région de Montréal a augmenté d'un peu plus de 3 % en un an.
       
      http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1030391/marche-habitation-montrealais-donnees-schl-societe-hypotheques-logement-sante-toronto-vancouver
    • Par YUL
      Vers un service d’autobus communautaire à Toronto?
      Philippe Leblanc
       
      http://ici.radio-canada.ca/regions/ontario/2014/10/07/006-service-autobus-communautaire-toronto.shtml
       
      C'est connu, le transport en commun fait grincer des dents à Toronto. Deux résidents qui en avaient assez d'attendre l'autobus ou le tramway ont décidé de prendre les choses en main.
       
      Depuis lundi matin, un autobus nolisé grâce à du financement communautaire et surnommé le Liberty Village Express dessert aux heures de pointe ce quartier situé à l'ouest du centre-ville de Toronto. Le projet pilote va se poursuivre jusqu'à vendredi.
       
      « Le transport collectif existant n'est tout simplement pas suffisant dans certains quartiers », affirme Taylor Scallion, le cofondateur du service de transports nolisé Line Six.
       
      La ligne de tramway la plus achalandée
       
      La ligne de tramway qui dessert le quartier Liberty Village est la plus achalandée de la métropole canadienne. Quelque 60 000 passagers empruntent cette ligne quotidiennement.
       
      « C'est mon défi chaque jour, réussir à dénicher une place dans les tramways bondés. Je dois des fois en laisser passer trois ou quatre remplis à capacité avant de pouvoir monter », soutient Suzette Ramchiran, en attente du tramway.
       
      Environ 65 personnes ont payé 25 $ pour cinq voyages à bord du Liberty Village Express. Les organisateurs affirment avoir amassé jusqu'à maintenant 2775 $.
       
      Si les organisateurs estiment que le projet pilote est un franc succès, ils songeront à implanter le service d'autobus nolisé grâce à du financement communautaire dans d'autres quartiers où le transport collectif fait défaut.
       
      « Nous invitons d'ailleurs les gens à voter sur le site web de Line Six pour les quartiers qu'ils souhaiteraient voir desservis », affirme Taylor Scollion.
       
      Problème grandissant de transport collectif
       
      Comme plusieurs endroits du cœur de Toronto, le quartier Liberty Village a vu les tours à condominiums pousser comme des champignons ces dernières années. Ce nouveau développement continue d'amener davantage de passagers, et la Commission de transport de Toronto peine à répondre à la demande.
       
      « Vous pouvez voir qu'il y a des tours à condo qui se construisent un peu partout à Toronto », affirme le chroniqueur municipal du National Post, Peter Kruitenbrouwer. « Mais il semble que les politiciens n'ont pas pensé à comment les gens qui habitent ces tours-là vont se rendre à leur boulot », ajoute-t-il.
       
      Selon plusieurs sondages, le transport collectif est d'ailleurs la priorité des Torontois dans la campagne électorale municipale en cours.
       
      « Il n'y a aucun doute que c'est l'enjeu déterminant pour moi », soutient Jennifer Nichols. « Je vais analyser les propositions des candidats à la mairie. Je veux des améliorations rapides, mais aussi une vision à long terme pour le transport collectif à Toronto », conclut-elle
    • Par andre md
      Via Rail veut avoir ses propres voies ferrées pour améliorer son service entre montreal-ottawa et Toronto
      Dommage qu'on n'inclut pas Quebec et 3 rivieres dans son projet.
       
      http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/transport/via-rail-va-solliciter-des-investisseurs-comme-la-caisse-pour-accelerer-sa-croissance/579974