gars du new jersey

Édifice du Canal - 5 étages

Recommended Posts

Pinned posts

Édifice du Canal

Édifice du Canal.jpg

Citation

Emplacement: 
édifice du canal.png
Hauteur en étages: 6
Hauteur en mètres: 
Coût du projet: 30 millions
Promoteur: Groupe Mach
Architecte: 
Entrepreneur général: 
Début de construction: 
Fin de construction: 
Site internet: 
Lien webcam: 
Autres images: 
Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations: Potentiel siège social pour AirBnb à Montréal

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://asgaard.ca/fr/property/1720-du-canal-montreal

 

Le design est différent sur certains rendus.

 

1720 rue du Canal

 

Détails de la propriété

 

ADRESSE

1720 rue du Canal

Montréal H3K 3E6

 

DISPONIBILITÉ

À discuter

 

ANNÉE DE CONSTRUCTION

Nouveau développement

 

SUPERFICIE DU BÂTIMENT

148 000 p.c.

 

SUPERFICIE DU LOT

50 371 p.c.

 

NOMBRE D'ÉTAGES

6

 

SUPERFICIE MAXIMUM CONTIGÜE

148 000 p.c.

 

SUPERFICIE DE PLANCHER STANDARD

28 387 p.c.

 

LOYER DE BASE

À discuter

 

FRAIS D'EXPLOITATION

4,40 $

 

ÉLECTRICITÉ

1,25 $

 

TAXES

6,25 $

 

canal-0.jpg

 

canal-1.jpg

 

canal-2.jpg

 

du-canal-22.jpg

 

1720-DuCanal-2-1024x539.jpg

 

1720-DuCanal-3-1024x498.jpg

 

1720-DuCanal-4-1024x637.jpg

 

1720-DuCanal-5-1024x442.jpg

 

1720-DuCanal-6-1024x526.jpg

 

floorplan.jpg

 

floorplan-2-1024x634.jpg

CANAL-3.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très beau, la promenade le long du canal deviendra super agréable avec tous ces projets esthétiques, qui en plus ajouteront beaucoup d'animation une fois tous les lieux habités.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

S'il devait y avoir des consultations, j'aimerais qu'ils innovent en faisant une architecture qui se marie mieux avec la Redpath et la Belding, comme avoir des murs en briques rouges, des fenêtres avec des arches et toutes l'architecture industriel d'antan !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Huit ans après le 1er dépôt à l'arrondissement, ce projet est dans l'ordre du jour du conseil d'arrondissement du 9 avril au point 40.06

http://ville.montreal.qc.ca/documents/Adi_Public/CA_Sud/CA_Sud_ODJP_ORDI_2018-04-09_19h00_FR.pdf

Adoption - Projet particulier de construction visant la modification de la résolution CA10 220437 autorisant le bâtiment sis au 1720, rue du Canal.

CONTEXTE

Un projet particulier a été autorisé pour le site du 1720, rue du Canal en 2010. Le requérant souhaite maintenant déposer sa demande de permis de construction, ce qui signifie qu'il doit répondre aux exigences de la résolution. Compte tenu des modifications réglementaires qui ont eu lieu depuis l'adoption du projet particulier, le projet n'est plus conforme à l'égard du lotissement.

Le conseil d'arrondissement est saisi de la demande et peut adopter une résolution autorisant ce projet, par le biais du Règlement sur les projets particuliers de construction, de modification et d’occupation d’un immeuble (RCA04 22003), en suivant le processus prévu aux articles 145.36 et suivants de la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme. La demande implique une dérogation au Règlement de lotissement de l'arrondissement du Sud-Ouest (RCA14 22014).

Le projet est conforme aux orientations et objectifs du Plan d’urbanisme de la Ville de Montréal.

Non susceptible d'approbation référendaire.

DÉCISION(S) ANTÉRIEURE(S)

  • 7 décembre 2010 : Résolution CA10 220437 - Projet particulier de construction et d'occupation d'un immeuble afin d'autoriser la construction d'un bâtiment sur le site formé des lots 1 852 802 et 1 854 018 - Projet Pixcom, localisé au 1720, rue du Canal (dossier 1103823003)
  • 11 septembre 2012 : Résolution CA12 220315 - Approbation de plans (PIIA) - Projet de construction de l'immeuble situé au 1720, rue du Canal (dossier 1124824015)

DESCRIPTION

Le projet est localisé sur un site formé de plusieurs lots entre les rues du Canal et SaintPatrick, à l'est de la rue des Seigneurs. Le site comprend également deux canaux reliés au canal de Lachine, soit le Bassin des Prêtres perpendiculaire au canal, ainsi que le Canal de fuite qui traverse le site d'est en ouest.

Le projet vise la démolition du bâtiment existant et la construction d'un immeuble à bureaux de cinq étages. Une partie du bâtiment enjambe le canal de fuite.

Le bâtiment est donc construit sur les lots 4 936 942 et 4 936 943, et surplombe les lots 1 872 736 et 2 994 941 constituant le canal de Fuite.

Réglementation :

Le projet déroge à l'article 15 du Règlement sur le lotissement, lequel stipule qu'aucun permis de construction ne sera émis à moins que le bâtiment ne soit construit sur un lot distinct. Cette disposition découle de l'article 116 de la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme et n'est donc pas susceptible d'approbation référendaire.

JUSTIFICATION

Lorsque le projet particulier a été adopté, le Règlement sur les opérations cadastrales à l'égard de l'arrondissement du Sud-Ouest (R.R.V.M., c. O-1 ) alors en vigueur permettait la construction d'un bâtiment sur plusieurs lots. Cependant, le 4 novembre 2014, l'arrondissement a adopté le Règlement sur le lotissement de l'arrondissement du SudOuest (RCA14 22014), dont l'article 15 a pour effet d'interdire l'émission d'un permis de construction pour un bâtiment situé sur plusieurs lots. Ainsi, le projet n'est plus conforme à la réglementation en vigueur.

Le requérant n'est pas pour le moment en mesure d'effectuer une opération cadastrale pour le remembrement des lots puisqu'il est en attente de l'acquisition d'une partie du Canal de fuite. Le requérant n'a pas la liberté d'attendre l'acquisition du lots puisqu'il est contraint par son futur locataire de livrer l'immeuble dans des délais serrés. L'option de remembrer les lots demeure toujours une avenue une fois l'assiette du Canal de fuite acquise.

Outre cette dérogation, le projet respectera l'ensemble des conditions énoncées dans la résolution de 2010 et demeure identique à quelques détails près, tel l'ajout d'un étage de stationnement ainsi qu'une faible translation de certains murs, aux plans approuvés le 11 septembre 2012 en vertu du Règlement sur les plans d'implantation et d'intégration architecturale (résolution CA12 220315).

En raison de la nature mineure de la demande, la Division de l'urbanisme recommande favorablement le projet.

Avis du Comité consultatif d'urbanisme : 
Lors de la séance du 20 mars 2018, le Comité consultatif d'urbanisme a émis un avis favorable à l'égard du projet.

CALENDRIER ET ÉTAPE(S) SUBSÉQUENTE(S)

  • 9 avril 2018 : adoption d'une première résolution par le Conseil d'arrondissement
  • Semaine du 30 avril 2018 : assemblée publique de consultation
  • 14 mai 2018 : adoption du projet particulier par le Conseil d'arrondissement

Le projet concerne les deux lots ci-dessous :

image.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par ScarletCoral
      Dernière phase de l'îlot St. Ann, immeuble locatif
      Emplacement : Coin des rues Ottawa et Rioux, sur l'îlot St. Ann en face du parc St. Ann
      Hauteur en étages : 14
      Hauteur en mètres :
      Coût du projet :
      Promoteur : Devimco
      Architecte : 
      Entrepreneur général : 
      Début de construction :
      Fin de construction : 
      Site internet : https://www.stannappartements.com/
      Lien webcam :
      Autres images :
      Vidéo promotionnelle :
      Rumeurs :
      Autres informations :   
      immeuble au 248, rue de la Montagne est intégré au projet immeuble locatif de 193 appartements, Studios, et unités de 1, 2 et 3 chambres, unités intergénérationnelles.  
    • Par denpanosekai
      3-Million Square Foot Mega-Mall Planned for Montreal
       
      ---
       
      New mega mall to come to TMR
      Developer Carbonleo, which built Dix30, wants to build shopping centre in Montreal where A15 meets Highway 40
       
      ---
       
      Un nouveau district commercial à venir dans Ville-Mont-Royal
       
       
      [MAPS]https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m14!1m12!1m3!1d5593.100271650298!2d-73.66432018124326!3d45.49900311835393!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!5e0!3m2!1sen!2sca!4v1422975454113[/MAPS]
    • Par Malek
      Jean-Christophe Laurence
      La Presse
       
      Dans quelques semaines, on connaîtra le nom des architectes qui réaliseront le nouveau Planétarium, dont l'ouverture est prévue pour mars 2012. Le moment semble bien choisi pour s'interroger sur le sort qu'on réservera à l'ancien Planétarium, qui s'élève depuis 1966 au 1000, rue Saint-Jacques.
       
      Si tout se passe comme prévu, le bâtiment devrait poursuivre ses activités jusqu'en septembre 2011. Après? On n'en sait trop rien. Et c'est justement ce qui inquiète Dinu Bumbaru, de l'organisme Héritage Montréal, qui considère le bâtiment comme un emblème patrimonial montréalais en raison de sa forme peu banale et de sa résonance historique. «Le maire a déjà laissé entendre que ce serait un bel endroit pour un projet immobilier, lance M. Bumbaru. Alors oui, c'est une question qui nous préoccupe.»
       
       
       
      Démolira? Démolira pas? À la Ville, on affirme que la réflexion est entamée, mais pas encore terminée. «Dire qu'on veut le détruire voudrait dire qu'on a déjà fait un choix, souligne Bernard Larin, attaché de presse au comité exécutif de la Ville. Pour l'instant, toutes les possibilités sont sur la table et on est en train d'étudier ça.»
       
      Que faire avec le Planétarium Dow, comme il s'appelait à l'époque? Comment recycler cet étrange objet architectural, moitié iglou, moitié spoutnik? Du plus farfelu au plus sérieux, architectes, designers, journalistes, urbanistes et spécialistes du patrimoine lancent quelques idées...
       
      Dinu Bumbaru
       
      Directeur des politiques, Héritage Montréal
       
      «Il faut faire preuve d'imagination. Personnellement, je le confierais à la Société des arts technologiques (SAT). Qu'on en fasse un salon de l'image. Un lieu consacré aux étoiles montantes des arts visuels, de l'art électronique - musique, infographie, création numérique. C'est un espace tellement exceptionnel qu'il ne faudrait absolument pas le banaliser. Les gens ne réalisent pas à quel point des endroits comme ça sont rares. Et celui-ci a son caractère propre. Il a été construit à l'époque d'Expo 67 et du métro. Pour nous, c'est un témoin de la volonté montréalaise de se situer dans la modernité.»
       
      Luc Noppen
       
      Historien d'architecture, professeur au département d'études urbaines et touristiques de l'UQAM
       
      «Spontanément, j'en ferais volontiers un grand amphithéâtre pour l'École de technologie supérieure (ETS), qui est juste à côté. L'autre option serait de démolir. Il y a de la construction immobilière qui va continuer à se faire dans le secteur. Mais ce serait dommage. C'est un édifice public avec une forme particulière. Si on a des quartiers qui ne sont faits que de parallélépipèdes destinés à abriter des appartements, ça devient un peu monotone.»
       
      Frédéric Metz
       
      Professeur de design, UQAM
       
      «Le bâtiment a une forme saugrenue, mais en même temps discrète. Il témoigne d'une époque où on faisait des choses un peu différentes. En ce sens, je trouve important de le sauvegarder. Maintenant, qu'en faire? J'ai trois options. Je mettrais l'institut Braille, vu qu'il fait tout noir. Ou alors un musée de la bière, parce qu'il avait été financé par la brasserie Dow. Sinon, je dirais un cirque de puces. Ou de chiens. Ou de nains. Ou de poneys. Un petit cirque pour être à l'opposé du Cirque du Soleil. Vous me trouvez farfelu? Le principe, c'est qu'il manque de fantaisie à Montréal...»
       
      Richard Lafontaine
       
      Architecte et membre de DOCOMOMO-Québec (Documentation and Conversation of Modern Movement)
       
      «Si on pense développement durable, il serait absurde de le démolir pour entasser encore plus de déchets de construction pour rien, alors qu'on pourrait se forcer pour lui trouver un autre usage. Il faut de l'imagination, mais je crois que le bâtiment est capable d'en prendre en matière de transformation. C'est la qualité des édifices modernes. Alors moi je dis qu'on conserve le bâtiment et son système de projection. Pour qui fait de la projection expérimentale, c'est une salle idéale.»
       
      Yves Beauchamp
       
      Directeur de l'École de technologie supérieure
       
      «L'option de récupérer le Planétarium, on la considère depuis longtemps. Tout le monde le sait. La seule chose, c'est qu'on ne paiera pas pour ça. Par contre, si on voulait bien nous le donner, on s'en occuperait. Ce serait un espace vert très intéressant pour notre communauté. Le bâtiment comme tel pourrait être utilisé comme incubateur pour les entreprises issues du travail de nos étudiants, de nos chercheurs. Ce serait une très belle vitrine pour l'école. Le grand avantage, si la Ville nous le donnait, c'est que, en notre qualité d'institution universitaire, nos en-lieux de taxes seraient payés par le provincial.»
       
      Philippe Lamarre
       
      Coéditeur du magazine Urbania
       
      «Aller au Planétarium, c'est comme être dans le coco de Jean Drapeau. Alors moi, j'en ferais un musée de tous les grands projets avortés de Montréal. On verrait le téléphérique reliant le mont Royal à l'île Sainte-Hélène, le restaurant sur le sommet de la croix du mont Royal, le métro jusqu'à Dorval, toutes ces choses-là... Imaginez un genre de Cyclorama, comme à Sainte-Anne-de-Beaupré. Sauf qu'au lieu de voir Jérusalem, ce serait les visions du maire Drapeau!»
       
      Daniel Gill
       
      Professeur, Institut d'urbanisme de l'Université de Montréal
       
      «Le Planétarium est situé dans une espèce de no man's land. Ça rend difficile d'y faire une activité qui pourrait être rentable. S'il était au centre-ville, on pourrait dire qu'il y a un potentiel, parce qu'il y aurait un achalandage.
       
      «On pourrait investir dans un équipement culturel qui changerait tout le quartier et qui entraînerait du développement. Mais il faudrait mettre des gros sous. Il faut penser les investissements publics en fonction de la mondialisation. Voir comment ils peuvent devenir attractifs pour les nomades de la planète. En investissant 200 ou 250 millions, on pourrait générer quelque chose.»
       
      * * *
       
       
       
      De la bière aux étoiles
       
      La petite histoire du Planétarium «dow»
       
      Construit en 1966, le Planétarium «Dow» a été entièrement financé par la brasserie Dow (d'où son nom) avant d'être offert à la Ville de Montréal. Il a été conçu par la firme d'architectes David, Barott&Boulva, qui a également collaboré au projet d'Habitat 67. Outre son design moderne et assez unique, l'endroit s'est longtemps distingué par son système de projection dernier cri, le «planétaire», de fabrication allemande, une «bibitte» à 2 têtes, 7 moteurs et 150 projecteurs qui aurait coûté un demi-million de dollars en 1965. Au moment de sa construction, il n'existait pas plus de 30 planétariums dans le monde. Une douzaine ont été construits depuis au Canada. Fait à noter: trois autres projets de planétariums avaient précédé celui de la brasserie Dow. Dès 1939, le directeur de l'Université McGill avait proposé la construction d'un planétarium dans le parc Maisonneuve... à quelques mètres de celui qui doit être construit en 2012.
       
      > Source: Conseil du patrimoine de Montréal
    • Par jerry
      "La deuxième vague s'en vient bientôt dans Griffintown! 
      Suite à l'immense succès de la première phase du projet Bass Condos, Constructions Musto est fier de vous offrir la deuxième phase du projet. Inscrivez-vous dès maintenant pour obtenir les détails, les plans et les prix de ce superbe projet dans Griffintown ➝ basscondos2.com"
      La photo ci-dessous est celle de Bass 1, les rendus de Bass 2 ne seront pas disponibles avant la fin août.

      Ça va être le bâtiment le plus à l'ouest de ce projet, soit juste au nord du quai 1 des bassins du Havre.

    • Par ScarletCoral
      Futur projet immobilier à venir sur l'emplacement de l'usine Thermetco
       
      Cohabitation impossible
      Journal Métro by Justine Gravel    Depuis trois ans, les quelque 80 résidents d’une coopérative de la rue Basin, dans Griffintown, multiplient les demandes auprès de l’arrondissement pour régler les problèmes de bruit et d’émanations de fumée causés par l’usine de traitement thermique voisine, Thermetco, mais la situation demeure inchangée. Leurs problèmes seront bientôt derrières eux puisque l’usine déménagera à Châteauguay d’ici septembre 2018.
      Jour et nuit, la fumée émise par la cheminée installée sur le toit de l’usine se dirige directement vers les fenêtres des façades nord et sud de la coopérative de neuf étages, selon la direction du vent.
      «On a emménagé en novembre 2014. On avait les fenêtres fermées. Donc, on pensait que l’odeur provenait des échangeurs d’air. Mais à partir d’avril, quand on a ouvert les fenêtres, on a commencé à faire des démarches auprès de la direction de l’environnement parce que ça n’avait pas de bon sens», indique un résident de la coopérative, Alain Goyette.
      Ce dernier a commencé à voir sa santé se détériorer depuis qu’il a emménagé et selon lui, il y a une corrélation directe à faire. «Mon médecin m’a dit que mes narines, mes oreilles, mes yeux et mes cordes vocales sont pleins de particules de poussières et que ça allait de pire en pire. J’ai aussi souvent des maux de tête et des diarrhées», soutient-il.
      Aux dires du directeur général de l’usine, Jean-Sébastien Lemire, personne n’a prouvé que la fumée était nuisible pour la santé.
      Selon une analyse réalisée en 2015 par la firme GA Techno Environnement (GATE) à la demande de M. Lemire, les odeurs viennent principalement du séchage dans les fours des pièces trempées d’huile. Toutefois, l’échantillon étudié est en toute conformité avec les standards internationaux.
      La direction de l’environnement de la Ville de Montréal a tout de même fait plusieurs recommandations à l’usine afin de diminuer les émanations et les effets néfastes pouvant en résulter, ce qui n’a pas réglé le problème. Des avertissements ont été remis, mais aucun constat d’infraction.
      M. Goyette a demandé à ce qu’une analyse soit faite par la direction de l’environnement, ce qui a été réalisé en juin. Les résultats n’ont toutefois pas encore été divulgués et la Ville n’a pas voulu commenter la situation.
      Bruit
      «Quand les résidents ont emménagé, le premier problème a été celui du bruit. Pour le résoudre, on a cessé la livraison la nuit et on a investi 120 000$ en panneaux acoustiques», soutient M. Lemire.
      Toutefois, le problème demeure. «Ça fait trois ans que je dors les fenêtres fermées. En plus, on ne peut même pas avoir d’air conditionné selon le règlement de l’arrondissement», a déploré Brigitte Dumas, une autre résidente de la coopérative, lors du dernier conseil d’arrondissement.

      (Photo: Patrick Sicotte)
      M. Lemire admet que l’enveloppe extérieure de l’usine fait en sorte qu’il y a une résonnance qui dépasse le niveau de décibels que la Ville autorise. «À moins de refaire la façade au complet, on ne peut pas régler ce problème», indique-t-il.
      Changement de vocation
      L’arrondissement a donné son feu vert à la construction de la coopérative en 2014, à moins de 30 mètres de l’usine, installée sur la rue William depuis 1982. Aucune analyse n’a été faite pour mesurer la possible nuisance des vapeurs sur la santé des résidents.
      À l’époque, les futurs résidents de la coopérative ne savaient pas que c’était une compagnie de métallurgie.
      «Personne n’a fait de recherches. On croyait que c’était correct puisque l’arrondissement avait donné son autorisation. On nous a installé des détecteurs d’ammoniac et on nous a avisés que l’usine quitterait le quartier d’ici les deux prochaines années, ce qui n’était pas vrai», indique M. Goyette.
      M. Lemire n’avait effectivement pas prévu de déménager il y a trois ans. Toutefois, ayant réalisé que rien ne fonctionnait après avoir investi des sommes considérables pour améliorer la situation, il a décidé de mettre l’usine en vente. Thermetco déménagera dans le quartier industriel de Châteauguay et cèdera sa place à un projet immobilier, bien que la vente ne soit pas encore officiellement signée.
      «On n’a pas été en mesure de régler la situation. Il faut être réaliste, une usine de notre genre n’a plus sa place dans ce quartier qui a complètement changé de vocation», conclut-il, précisant qu’il comprend les résidents d’être épuisés, mais qu’il ne peut rien faire d’autre pour le moment.
      Les installations commenceront à bouger à compter de décembre, mais la cessation des activités de l’usine n’est prévue que pour l’automne prochain. M. Goyette espère que la cohabitation s’améliorera d’ici là.