Recommended Posts

Tacofying city hall

Marc-André Leclerc and Hilary McGown hope to bring their taste of Mexico to Montreal’s streets—legally

 

 

There is something deliciously dirty about street food. Whether it’s a New York dog or a L.A. Korean taco, street vendors are a whole other realm of foodism. Across North America, the idea of street food has been undergoing a serious makeover, with cities like Portland and Seattle creating specific areas where people can go to get a variety of cuisines, all served in makeshift kitchens in the form of trucks, caravans and trailers. The Food Network has also jumped on board, with a reality show where street food vendors race from city to city across America trying to make the most profits out of their respective “mobile kitchens.”

 

Montreal, well known for its affordable, diverse, quality food, has unfortunately been left out on the curb. Since the Jean Drapeau era, laws were put in place to prohibit the sale of food on the street, mainly due to hygiene and quality control. Luckily for us, two young, ambitious Montreal foodies, Marc-André Leclerc and Hilary McGown, are trying to invoke change by striving to bring their taco truck to a neighbourhood near you, in the most legal way they can. McGown states, “It does the city a disservice. Street food culture puts people on the map—it gives food identity. Right now the street food identity of Montreal is hot dogs and poutine.”

 

LUNCH IN LIME GREEN

 

You might have seen this truck around recently, and it’s hard to miss. Lime green in colour with a headless horseman riding along the side, taco-shell head in hand, this macabre cartoonish character was hand-painted by local artist Dave Arnold (Mr. Sign—see People column, p. 9). The choice of mascot is fitting for an enterprise that seems to have so much stacked against it.

 

Leclerc and McGown are both professional cooks and avid food lovers with Leclerc having worked under Martin Picard (Pied de Cochon), David McMillan and Frédéric Morin (Joe Beef, Liverpool House, McKiernan’s), and McGown doing some time in several upscale Toronto restaurants. For them, this taco truck is a means to an end, a way to create some hype before eventually opening up their Mexican street food restaurant in St-Henri. Called Grumann 78, the name is the make and year of the Hemingford Fire Department command centre they converted into a taco truck.

 

“Mexican food is not authentic in Montreal,” says McGown. “It’s all tex-mex, with a lot of cheese, sour cream and dirty meat. In Mexico, the food is super fresh and light. Eating it here is like eating a bag of rocks.”

 

Using the medium of a soft tortilla, they’re creating simple tacos from whatever’s fresh and local. Inspired by Mexican street food, Leclerc is making lamb, confit duck and octopus tacos, just to name a few, for something that is very much his own style.

 

The idea of the truck has always been something Leclerc wanted to do. “If you want authentic street food, why not a truck? It’s not made for super stuffy restaurant people, but people who like to eat.” Yet despite the enthusiasm that they have about their business, there is still no legal way they can openly sell their tacos on the street corner. Leclerc explains, “it would have been way easier to just build a regular kitchen, have a regular restaurant, but it’s not nearly as fun. We’re hoping that there can be an area in Montreal that will allow the opportunity for talented people to serve good food without having a restaurant.”

 

McGown likens their cause to soccer, for chefs—“all you need is a ball, and then you can play the game.”

 

MEALS IN WHEELS

 

Inspired by the DIY approach Frédéric Morin personally undertook at his own restaurants, the actual truck is pretty darn cool. Leclerc outfitted this 14-foot space with two long wood countertops, two flat grills, a steam table, a rice cooker, an induction stove, running water and the latest green-friendly generator. All you have to do is flick a switch and pop open the side window (which according to Leclerc was “a fucking bitch” to cut) and it’s taco time.

 

Besides being bounced back and forth between city hall and the surrounding borough offices to try to negotiate the proper permits, Grumann 78 has been doing events (which is legal with a special permit from the city) and private functions where $5 will get you two tacos. Keep your eyes peeled for a Grumann appearance on a busy downtown street corner offering free tacos to create some street food propaganda. If it works, it will be worth it. Playing with food combinations, flavours and bringing his personal style into the mix, Leclerc swears that tacos are the ultimate sandwich. “You can taco*fy almost anything”. Hopefully even Montreal food laws. ■

 

 

Short URL: http://www.montrealmirror.com/wp/?p=13747

 

 

 

http://www.montrealmirror.com/wp/2010/09/16/news/tacofying-city-hall/

 

 

YESSSSSSSS PLEEEEEEEEAAAAAASE!:highfive:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
If you want hot dogs out of a street cart, head to Quartier Dix30 in Brossard, where they have at least one street food cart, and it's allowed!

 

Well, it's not about hot-dogs (that would be nice though). Street Food of higher quality CAN be served. In fact, that's what these guys are proposing. And what about roasted chestnuts and hot spicy wine in winter? That'd be great! Tons of other possibilities also..... I think we should have this here, and make something more fancy out of it. With the occasional hot-dog stand, yes. I was in Vienna, and they have this. It doesn't "cheapen" anything.....:stirthepot:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Well, it's not about hot-dogs (that would be nice though). Street Food of higher quality CAN be served. In fact, that's what these guys are proposing. And what about roasted chestnuts and hot spicy wine in winter? That'd be great! Tons of other possibilities also..... I think we should have this here, and make something more fancy out of it. With the occasional hot-dog stand, yes. I was in Vienna, and they have this. It doesn't "cheapen" anything.....:stirthepot:

 

Glühwein and warm chestnuts in the winter...great idea!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:stirthepot: On a fait le débat plus d'une fois sur le sujet, et comme les saisons il revient périodiquement avec les mêmes propositions. Mais il faut toute une infrastructure pour réglementer et instaurer ce genre de service et la ville y trouverait peu de bénéfices en bout de ligne. Donc un investissement de temps et d'argent qui ne répond pas vraiment à un besoin réel de la population et risquerait d'augmenter, au passage, l'offre de malbouffe déjà passablement présente à Montréal, tout en augmentant en bout de ligne le budget de gestion de la ville.

 

Je ne suis pas un détracteur de cette idée qu'y se fait ailleurs bien que je demeure froid quant à son implantation généralisée. Il est facile de le défendre dans le cadre d'un festival ou d'une manifestation sur un territoire circonscrit et cela se fait déjà ici. Cependant il faudrait une armée de fonctionnaires pour surveiller et gérer l'activité qui entrerait en plus en compétition directe avec des établissements déjà établis et qui paient des taxes en conséquence.

 

On a déjà de la difficulté a trouver des consensus sur des sujets plus importants, à cause de la décentralisation de l'administration municipale. On a donc pas besoin de se diviser une fois de plus sur un phénomène marginal qui en laisse plus d'un sur leur faim.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
:stirthepot: On a fait le débat plus d'une fois sur le sujet, et comme les saisons il revient périodiquement avec les mêmes propositions. Mais il faut toute une infrastructure pour réglementer et instaurer ce genre de service et la ville y trouverait peu de bénéfices en bout de ligne. Donc un investissement de temps et d'argent qui ne répond pas vraiment à un besoin réel de la population et risquerait d'augmenter, au passage, l'offre de malbouffe déjà passablement présente à Montréal, tout en augmentant en bout de ligne le budget de gestion de la ville.

 

Je ne suis pas un détracteur de cette idée qu'y se fait ailleurs bien que je demeure froid quant à son implantation généralisée. Il est facile de le défendre dans le cadre d'un festival ou d'une manifestation sur un territoire circonscrit et cela se fait déjà ici. Cependant il faudrait une armée de fonctionnaires pour surveiller et gérer l'activité qui entrerait en plus en compétition directe avec des établissements déjà établis et qui paient des taxes en conséquence.

 

On a déjà de la difficulté a trouver des consensus sur des sujets plus importants, à cause de la décentralisation de l'administration municipale. On a donc pas besoin de se diviser une fois de plus sur un phénomène marginal qui en laisse plus d'un sur leur faim.

 

J'avoue être en désaccord avec cette vision. Il ne me semble pas que ce soit SI difficile de gérer ce genre d'entreprises. Et surtout, il ne faut pas seulement voir cela comme une mise en oeuvre peu payante en termes de revenus pour la Ville, mais aussi comme une forme d'ANIMATION de la Ville. Il faut que les rues soient considérées comme des endroits de VIE, et non seulement des lieux de transit entre un point A et un point B. C'est ce qu'il y a de si excitant à NY: en mangeant dans la rue, on VIT dans la rue! Ça rend la Ville plus vivante. Bien sûr, on n'est pas obligé d,en mettre partout. Ce ne serait pas viable. Mais on peut facilement cibler certains quadrilatères et certaines zones plus propices. Et pour la qualité, on n'est pas obligé de n'avoir QUE des stands à hot-dogs. De la bouffe internationale plus sophistiquées, des stands de fruits, de smoothies, de crêpes à emporter, de couscous sur le pouce, et en hiver, de marrons chauds, de vin chaud, de chocolat chaud, etc.

 

Moi j'y crois, et je crois à l'avantage pour la vie en Ville. Je crois que ce serait une erreur de s'obstiner à ne pas le faire......

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Montreal foodies are likely celebrating.

 

There's word that city officials are considering a pilot project to allow street food vendors.

 

Ville Marie Borough official Jacques Alain Lavallee made the announcement on CJAD's Delmar at night.

 

The City has long opposed traditional street food vendors, concerned about food quality and competition for local stores and restaurants.

 

A Facebook campaign pushing to legalize street food vendors has attracted about 700 people

 

(Courtesy of CJAD)

 

:D

 

Now we are just missing alcohol. Would be great able to knock back a beer or some wine and go back to work.

 

NY (food trucks)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(Courtesy of CJAD)

 

:D

 

Now we are just missing alcohol. Would be great able to knock back a beer or some wine and go back to work.

 

NY (food trucks)

 

LOL liquid lunch you can still do it just take a paper bag :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Montreal's Ville-Marie borough could soon have vendors like this one selling food street-side.(April 5, 2011)

Updated: Tue Apr. 05 2011 9:41:59 PM

 

ctvmontreal.ca

 

MONTREAL — Montreal is famous for its food, but you can't find many street vendors in the city because the practice has been banned for years.

 

Now, the city is considering a pilot project that would allow the vendors downtown - a practice that's already common in places like Toronto.

 

Still, officials are worried about competition to local business and hygiene.

 

"You would need to have inspectors that would really make sure that health is being prioritized by these people," said Jacques-Alain Lavallée, spokesman for the Ville-Marie borough.

 

He says the city is carefully weighing the pros and cons.

 

If the pilot project gets the green light, street vendors wouldn't be allowed to set-up anywhere in the downtown core.

 

The city says it would select a few designated parks and public squares.

 

If approved, Montreal foodies can expect to see vendors hit the streets in the summertime.

 

http://montreal.ctv.ca/servlet/an/local/CTVNews/20110405/mtl_/20110405/?hub=MontrealHome

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par mtlurb
      Prolongement de la ligne bleue vers l'est

      Prolongement de la ligne bleue vers l'est. La mise en chantier est prévue en 2022, pour une livraison en 2026. Connexion avec le SRB Pie-IX, stationnement de 1200 places aux Galeries d'Anjou. Coût évalué à 3.9 milliards de dollars.
    • Par MDCM
      Google a choisi Montréal pour héberger son nouveau centre de stockage de données, une infrastructure qui permettra aux entreprises et aux utilisateurs de profiter de vitesses sensiblement accrues.
      L'annonce en a été faite ce jeudi après-midi à San Francisco. La métropole québécoise, qui hébergeait déjà les activités de sécurité de Chrome et un centre de recherche sur l'apprentissage profond, devient ainsi la septième «région» de la plateforme infonuagique de Google.
      «Pour moi, c'est un honneur aux grands talents qu'on retrouve au Québec, on peut en être fier», a déclaré en entrevue à La Presse Marie-Josée Lamothe, directrice générale des stratégies de marque et responsable des activités québécoises de Google.
      Aucun détail n'est cependant encore disponible sur la taille des installations que Google implantera à Montréal, que ce soit en termes d'investissements, d'espaces ou d'emplois créés. La date précise de l'ouverture de cette infrastructure n'a pas non plus été dévoilée.
      Infonuagique: Montreal devient la septième région de Google | Karim Benessaieh | Techno
    • Par ScarletCoral
      http://journalmetro.com/actualites/montreal/1359879/vers-un-demenagement-du-futur-centre-animalier-municipal/
      22/01/2018 Mise à jour : 22 janvier 2018 | 3:00 Vers un nouveau déménagement du futur centre animalier municipal
      Par Romain Schué
      Métro
      Attendue depuis des années, la construction du futur centre animalier municipal sera encore être retardée. Et le projet, imaginé dans Saint-Michel, pourrait être relocalisé.
      Ce refuge a été une première fois promis en 2011 par l’administration de l’ancien maire Gérard Tremblay. Celle-ci, choquée par la diffusion d’un reportage visant un fournisseur privé et faisant état de maltraitance animale, souhaitait municipaliser ce service.
      Initialement envisagée au parc Angrignon, dans l’arrondissement du Sud-Ouest, pour une ouverture en 2016, cette fourrière animale a été déplacée au nord du boulevard Pie-IX, en 2014, par l’équipe de Denis Coderre, qui mettait en avant la forte présence d’animaux domestiques dans ce secteur. Mais quatre ans plus tard, aucune pelletée de terre n’a débuté, la faute à un terrain fortement contaminé.
      Le budget, quant à lui, a explosé. Estimés au départ à 23M$, les coûts ont ensuite grimpé à près de 35M$, avant, récemment, d’être revus à 46M$, dont 16M$ pour la seule décontamination. La Ville a même été contrainte de lancer à trois reprises son processus d’appel d’offres, la faute à un manque de soumissionnaires.
       
      Un métro à proximité
       
      Face à cette hausse des prix, l’équipe de la nouvelle mairesse, Valérie Plante, déjà très critique à l’époque contre l’emplacement de ce projet, ouvre la porte à une nouvelle relocalisation. Aucun nouvel endroit n’a cependant été évoqué pour le moment et un retour au parc Angrignon n’est pas à l’ordre du jour.
      «Toutes ces difficultés n’avaient pas été présentées par l’ancienne administration», indique Craig Sauvé, conseiller associé aux services aux citoyens. Ce dernier veut néanmoins être patient.
      «On attend toutes les analyses de nos services, on va voir toutes nos options puis on tranchera, avance-t-il. On veut être des gestionnaires responsables pour les Montréalais.»
      L’absence d’un métro à proximité du site de Saint-Michel pousserait également à un déménagement. «L’accessibilité est un enjeu majeur», analyse l’élu Sterling Downey, fin connaisseur de ce dossier, qui travaille également sur la mise en place du nouveau règlement animalier de la métropole. Celui-ci devrait voir le jour d’ici l’été.
      «Si l’on veut encourager les adoptions responsables, il faut permettre aux familles de se déplacer facilement, plusieurs fois, pour voir les animaux, reprend-il. Sinon, on fait face à des achats par impulsion, qui entrainent des abandons. Et même ceux qui doivent abandonner leur animal en changeant par exemple de logement pourront venir plus facilement dans ce centre s’il est accessible, plutôt que de le laisser au bord de la route.»
      Cette relocalisation est néanmoins jugée «désolante» par le conseiller de Saint-Michel, Frantz Benjamin. «C’était un bon endroit, accessible en bus et en voiture, puis par le SRB Pie-IX [projet de bus rapide attendu pour fin 2022]», clame l’élu de l’opposition, avant de mettre en avant de futurs «retards inacceptables».
       
      Des délais rallongés
       
      Il faudra encore patienter avant de voir ce centre animalier, qui accueillerait un minimum de 12 000 animaux, à la fois domestiques et sauvages.
      Si l’administration Plante décide finalement d’aller de l’avant dans Saint-Michel, malgré l’incertitude liée aux coûts, «on en a pour trois ou quatre ans», estime Craig Sauvé.
      Ce délai pourrait être encore plus long en cas de relocalisation «car il faudra aussi refaire les plans et l’analyse du terrain», ajoute-t-il, sans néanmoins mentionner d’échéancier.
      La possibilité d’annuler un tel projet et de continuer de confier, comme c’est le cas actuellement, la gestion animalière aux arrondissements qui font appel à des fournisseurs privés est quant à elle écartée. «On veut aller vers la municipalisation de ces services, confirme Craig Sauvé. Il faut que Montréal prenne un virage humanitaire et éthique envers la faune et les animaux.»
      ---
      Le site sur Pie-IX que proposait l'ancienne administration
       


      D'autres détail dans The Gazette :
      Over the last two years, the city issued four calls for tenders to move the municipal yards to make room for the animal centre. The first was cancelled because the city was unable to purchase the adjoining piece of land to which it was planning to move its municipal yard. The second call for tenders, to move the yard to another location, was cancelled because no one bid, city spokesman Nunez said. The third call, again to move the yards, failed because the bid that came in was two times higher than city estimates. Other entrepreneurs contacted by the city said they were too busy to take on the project.
      A fourth call for tenders, to move the municipal yards and decontaminate the site, was issued in October.  The deadline for bids was last week. They are currently being studied by the city.
      “The administration of Denis Coderre did not factor the costs of decontamination into its estimate,” Sauvé said, calling the omission “irresponsible.”
      The city also is faced with the problem of finding a new site for the municipal yards to be displaced. All options are open, Sauvé said, including keeping the yards where they are, and finding a new place for the animal-services centre. 
      “Right now we’re still doing the cost analysis,” he said. “We want to make sure that wherever we go we’re getting the best bang for our buck, that we’re responsible with taxpayers’ money — and that it’s going to serve the purposes that it needs.”
    • Par IluvMTL
      Une collaboration avait été formé avec acpnc et moi-méme, puis une 3e personne et nous avons soumis ce projet, un ascenseur écolo pour le pont Jacques-Cartier, dans le cadre du Concours d’idées en aménagement Moroh.o.polis.
      Le thème de l’édition 2016 était :
      ***
      Reconvertir Montréal
      Les équipes devront produire une proposition de reconversion d’un ensemble existant Montréalais sous forme de projet, système, stratégie constructive ou d’aménagement du territoire.
      Trouvez des solutions innovantes, repensez la façon dont on peut convertir les bâtiments existants, les infrastructures et le paysage. Et aussi réfléchir à des systèmes techniques et esthétiques qui font un usage responsable des énergies renouvelables.
       ***
      Voici le texte de notre manifeste et les croquis de notre proposition
       Manifeste
       Reconvertir le pont Jacques-Cartier
      Contexte
      • Construction débutée en 1925 pour relier la Rive-Sud à Montréal
      • Alimentation par les artères majeures telles que Papineau, De Lorimier et Notre-Dame
      • 35,8 millions de véhicules empruntent le pont chaque année
      • Icône et porte d’entrée importante de Montréal
       
      Problématique
      • Circulation véhiculaire bruyante, souvent congestionnée, engendrant beaucoup d’émanations de gaz carbonique
      • Îlots de chaleur nombreux à proximité
      • Intersections autour du pont sont peu sécuritaires et peu invitantes pour les piétons et cyclistes
      • L’accès actuel de la piste multifonctionnelle (piétonne et cycliste) est périlleux et du métro Papineau il faut se diriger vers le nord sur la rue Dorion, puis revenir vers le sud sur le pont (total de 1 km)
      • Barrière physique et psychologique, allant jusqu’à nuire à l’essor économique du secteur
       
      Solution
      Un ascenseur avec un observatoire adjacent au pont
      Une infrastructure au service des citoyens et adaptée à son milieu urbain
      • Ascenseur autoportant relié au pont, donnant un accès universel sécuritaire
      • Observatoire avec vue sur le centre-ville
      • Escalier avec une vue panoramique de 360 degrés à son sommet
      • Café-terrasse et toilettes publiques au pied de l'escalier
      • Panneaux solaires intégrés aux sommets des tourelles
      • Mur végétalisé sur l’observatoire
      • Parc linéaire aménagé avec plantations sous le pont
      • Écran interactif pour des annonces (nombre de véhicules sur le pont en temps réel avec équivalent en gaz carbonique…)
      • Pôle de loisirs : sportifs et culturels
       
      Avantages
      • Permettrait un accès direct, universel et attrayant au tronçon de la piste multifonctionnelle
      • Ajouterait une sortie supplémentaire en cas d’urgence
      • Encouragerait plus de gens à traverser le fleuve par la piste multifonctionnelle comme moyen de transport écologique et aiderait conséquemment à diminuer le nombre de véhicules
      • Favoriserait de meilleures habitudes de santé
      • Permettrait une plus grande fréquentation du parc Jean-Drapeau
      • Serait un attrait récréotouristique et un catalyseur de développement pour le quartier
      Image clée
       

    • Par IluvMTL
      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=6897,68149721&_dad=portal&_schema=PORTAL
      Chantiers de construction en cours
      Le bulletin Chantiers de construction en cours présente une liste les chantiers de construction de 5 millions $ et plus en cours sur le territoire de l’agglomération de Montréal. Celle-ci comprend une courte description du projet, son emplacement, le propriétaire, la valeur, les dates de début et de fin de la construction, ainsi que le type de construction.
      Cette compilation spéciale est effectuée par Montréal en statistiques pour la ville de Montréal et ses arrondissements, ainsi que pour les villes liées, à partir de relevés émis par la Commission de la construction du Québec. Sa publication est donc tributaire des relevés publiés par cet organisme.
      sent via Tapatalk