Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'quais'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Projets immobiliers
    • Propositions
    • Lieux de culture, sport et divertissement
    • En Construction
    • Complétés
    • Transports et infrastructures
    • Visions
    • Immeubles détruits
    • Projets Annulés
    • Projets oubliés et/ou en suspens
  • Généralités - Main Forum
    • Rénovations, aménagements extérieurs et domotique
    • Discussions générales
    • Sports
    • Sondages
    • Divertissement, Bouffe et Culture
    • Technologies urbaines
    • Ressources
    • L'actualité
    • Opinions de l'extérieur sur Montréal
    • Hors Sujet
  • Aviation MTLYUL
    • Discussions générales
    • Spotting à YUL
  • Ici et ailleurs
    • Ville de Québec et reste du Québec
    • Toronto et le reste du Canada
    • États-Unis d'Amérique
    • Europe
    • Projets ailleurs dans le monde.
  • Photographie et vidéos
    • Photographie urbaine
    • Autres photos
    • Anciennes photos

Calendriers

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Biography


Location


Intérêts


Occupation


7 résultats trouvés

  1. http://plus.lapresse.ca/screens/6ae8dd35-0e0b-48e3-b1cb-dec9a5e92473%7CHFo3prp1wfb0.html Édition du 8 août 2015, UNE NOUVELLE BRASSERIE À MONTRÉAL À titre de président du conseil de Molson Coors, Geoff Molson aura une fin d’année bien remplie alors qu’il confirme que l’entreprise brassicole est à compléter une étude qui déterminera si elle construira une nouvelle usine ou rénovera ses installations de la rue Notre-Dame. Une chose est certaine : le statu quo n’est plus possible et, selon Geoff Molson, la brasserie bicentenaire devrait normalement déménager dans des installations le plus modernes possible. On parle d’investissements qui pourraient dépasser les 300 millions. « Il faut moderniser notre production et surtout augmenter notre capacité d’embouteillage. Notre brasserie de Montréal ne peut pas produire de la bière en cannettes, et c’est une tendance lourde du marché que l’on observe aux États-Unis. » — Geoff Molson « On pourrait construire une nouvelle usine sur nos terrains à proximité de notre centre de distribution de la rue Dickson et vendre nos installations de la rue Notre-Dame à une tierce partie, à la condition que l’on ouvre le site sur le fleuve. « Ce serait une façon extraordinaire de faire exploser le Vieux-Port de Montréal et de donner, à partir du pont Jacques-Cartier, une belle vitrine sur le fleuve à la population de Montréal », évoque Geoff Molson. Chose certaine, il n’est pas question que Molson Coors quitte le site qui a vu naître les activités du groupe il y a 230 ans sans y laisser une marque commémorative indélébile. « On pourrait y construire une microbrasserie, ce qui laisserait l’empreinte de Molson sur le site et perpétuerait l’activité qu’on y pratique depuis plus de deux siècles », propose le président du conseil de Molson Coors. On saura au début de 2016 si le conseil d’administration disposera de la proposition et de la vision que vient de partager avec nous son président. sent via Tapatalk
  2. http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/la-capitale/201604/18/01-4972377-la-place-des-canotiers-sinspirera-des-quais-de-bois-du-xixe-siecle.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_les-plus-populaires-le-soleil_article_ECRAN1POS3 Publié le 18 avril 2016 à 11h08 | Mis à jour le 18 avril 2016 à 21h42 La place des Canotiers s'inspirera des quais de bois du XIXe siècle La future place des Canotiers fera un clin... (Commission de la capitale nationale) Patricia Cloutier Le Soleil (Québec) La future place des Canotiers fera un clin d'oeil à l'histoire en s'inspirant des grands quais de bois qui y régnaient au XIXe siècle. Espaces verts, larges bancs de bois, jets d'eau et de brouillard feront revivre l'ambiance des quais sur cette place publique du Vieux-Port de Québec, qui sera livrée comme prévu, en mai 2017. Les premiers coups de pelle mécanique donnés sur le chantier, l'automne dernier, ont permis de mettre au jour et de photographier les anciens quais de bois qui étaient enfouis sous le stationnement Dalhousie. Commission de la capitale nationale Ces vestiges ont été l'inspiration première de l'équipe ABCP + Daoust Lestage. «Sur un site aussi emblématique, notre premier réflexe, c'est d'essayer de comprendre le génie du lieu», a expliqué Réal Lestage, maître d'oeuvre du concept. Pour lui, c'est une «noble commande» que de «soustraire du paysage urbain une mer de stationnements» pour redonner au site sa mission première : être un lieu d'accueil pour les citoyens et les nombreux croisiéristes. Celui qui a aussi conçu la promenade Samuel-De Champlain a présenté les maquettes du projet en conférence de presse lundi au Musée de la civilisation, situé juste en face. Les endroits où se trouvaient les quais deviennent ainsi des espaces gazonnés, ceinturés de surfaces dures, qui représentent l'eau. En fait, 78 boîtiers de 12 jets enverront des «pulsions de brouillard» pour animer les promenades. C'est dans l'axe de la côte de la Montagne que seront installés 50 jeux d'eau. Les bancs seront d'immenses plateformes de bois et deux oeuvres d'art public viendront compléter le paysage. Les arbres sont beaucoup moins présents que sur les premières images lancées par la Ville de Québec, en mai 2013. «Les arbres sont positionnés de manière telle que l'on vient cadrer les vues sur le fleuve et sur le Vieux-Québec», explique M. Lestage. En entrevue téléphonique, il précise que les arbres étaient plus nombreux dans ses premières esquisses, mais que la Société québécoise des infrastructures (SQI), qui gère le chantier, lui a demandé de réduire leur volume, question de dégager des points de vue sur le fleuve. Comme annoncé, un stationnement étagé de 390 places sera construit pour remplacer les 500 anciens espaces de stationnement. Il devrait ouvrir ses portes aux automobilistes en février et un ascenseur panoramique permettra d'y avoir accès du côté de la rue Dalhousie. Le stationnement sera intégré à la place publique par le «mur artéfact», un grand mur de bois qui rappellera le flanc des quais. Tout en haut des quatre étages, un porte-à-faux de 11 mètres fera office de belvédère. Les passants pourront ainsi avoir une vue sur le fleuve, sur le Vieux-Québec et la place des Canotiers. À l'intérieur du mur troué de percées visuelles seront installés des toilettes publiques et un restaurant, dont le contrat reste à être octroyé, indique Anne-Marie Gauthier, porte-parole de la Commission de la capitale nationale. Comme le Marché du Vieux-Port déménagera à ExpoCité en 2018 pour devenir le Grand Marché, il est également prévu que quelques étals de produits frais s'installent en été sur cette place publique. Lieu chargé d'histoire Enchanté du résultat, le maire de Québec, Régis Labeaume, est heureux de voir ce lieu «horrible» se transformer. «Ça fait au moins 20 ans que je trouve ce lieu-là laid», a-t-il lancé en conférence de presse. «C'est un lieu qui est lourd historiquement. L'histoire de Québec débute à peu près là et tout ce qu'on avait trouvé à en faire, c'était un stationnement. Ça me semblait tout à fait hérétique.» Le maire souligne que cette place fait partie du «grand projet» de libération des rives du fleuve Saint-Laurent, en continuité avec la promenade Samuel-De Champlain. Pour l'heure, aucune maquette n'a été présentée pour le réaménagement de la place de Paris, juste en face, où l'oeuvre d'art Dialogue avec l'histoire a été démolie l'an dernier. Le maire Labeaume a été avare de commentaires là-dessus, se contentant de dire que la Ville travaillait ce dossier. Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais, a quant à lui salué l'approche «moderne, mais respectueuse du site». Le projet de 39 millions $ est financé en majeure partie par le gouvernement du Québec. La Ville de Québec y injecte quant à elle 8 millions $.
  3. jesseps

    Boul. de la Vérendrye Canal

    It isn't really my "vision". I was speaking to my mother this morning and she said the canal is never used. She would love to see people using it to kayak or turn it into another larger version of what they are doing to one of the Quai's in Old Montreal. It would be more than 6 km of fun during the summer and in the winter, it could be used to skate on (similar to the Rideau Canal in Ottawa).
  4. sulreva

    Eau Vie (Laval)

    Nom du projet : Eau Vie Description : Projet de condos haut de gamme de 10 étages à Laval-des-Rapides, sur le bord de la rivière des Prairies. Immeuble avec salle d'exercice, sauna, jacuzzi, quais privés, piscine intérieure et plus. Site : http://www.condoeauvie.com/ Images : http://www.condoeauvie.com/gx/_carousel/01_g.jpg http://www.condoeauvie.com/gx/_carousel/01_g_grande.jpg
  5. Habfanman

    Igloofest 2012 !

    OCCUPONS LES QUAIS! LA 6E ÉDITION D’IGLOOFEST PREND DE LA PLACE http://www.igloofest.ca/fr/news/2011/11/15/occupons-les-quais-la-6e-edition-d'igloofest-prend-de-la-place Avis aux indignés de la morosité hivernale : vous aurez bientôt un endroit où manifester. En janvier, ça se passe sur les Quais du Vieux-Port de Montréal, pour la 6e édition d’Igloofest! Après avoir fracassé tous ses records d’assistance l’an dernier, Igloofest sur les Quais se déroulera sur un site repensé et agrandi. Nul besoin de trimbaler votre tente ; vous n’aurez qu’à vous choisir un igloo! L’événement est aussi fier d’annoncer l’arrivée d’un premier présentateur en Sapporo et de réaffirmer sa collaboration avec Solotech. En tout, 9 soirées parmi les plus froides de l’année qui ne manqueront pas de faire vivre des émotions fortes à n’importe quel militant : les 12-13-14, 19-20-21 et 26-27-28 janvier 2012! Le mouvement prend toujours de l’ampleur Depuis ses débuts, Igloofest a vécu une fulgurante poussée de croissance qui a fait passer de 4 000 à 59 000 son nombre de visiteurs en seulement 5 éditions. Ainsi, cette année, on recule la scène et on agrandit le plancher de danse, le village d’igloos et les aires de passage, question d’accroître la liberté de mouvement des igloofestivaliers. Plus d’espace, c’est aussi un canevas différent pour les designers Mélissa Mongiat et Mouna Andraos qui font toujours preuve d’ingéniosité pour renouveler le concept du village d’igloos. Bref, on vous propose un campement de luxe et festif! Les militants se reconnaissent à leur goût vestimentaire S’il faut se faire entendre, il faut aussi se faire voir. C’est pourquoi l’éblouissant concours Sapporo du « one piece » le plus original (lire kitsch et fluo) est de retour! Une nouveauté cette année : en plus d’un prix déterminé au terme de chaque week-end selon le vote du public, il y aura à la fin du festival un grand prix décerné par un jury formé de membres d’Igloofest et de blogueuses issues du monde de la mode montréalaise. Nous rappelons aux spectateurs de se munir de verres fumés polarisés : comme une éclipse, ce défilé est fascinant mais ne peut être observé à l’œil nu! Des agitateurs connus et d’autres à connaître Igloofest demeure avant tout une célébration de la musique électronique locale et mondiale. Après une première édition remarquée en 2011, l’Igloo Virgin Mobile revient avec une programmation entièrement dédiée à la relève (celle-ci sera dévoilée au début du mois de décembre). Du côté de la piste de danse extérieure, la scène Sapporo accueillera plus d’une trentaine d’artistes venus d’un peu partout et méticuleusement choisis. Nous avons tenu compte de vos demandes spéciales et revendications! Parmi les noms souvent mentionnés lors de sondages sur la programmation, les vétérans et pionniers Tiefschwarz (DE), Terence Fixmer (FR), Green Velvet (US) et Sébastien Léger (FR) seront de la partie. Certains artistes que l’on courtise depuis des années figurent aussi à l’horaire, notamment Ben Klock (DE), Marcel Dettmann (DE) ainsi que notre Tiga national. Venez découvrir des étoiles montantes dont plusieurs en sont à leur première visite à Montréal : Maya Jane Coles (GB), Tanner Ross (US), French Fries (FR) et Bambounou (FR). Assistez à l’un des très rares passages chez nous de Mala (DMZ) (GB) et préparez-vous à vivre une expérience résolument différente lors de la prestation live de la formation portugaise Buraka Som Sistema! En janvier, on occupe les Quais. Parce qu’à l’Igloofest, il y a tout ce qu’il faut pour manifester dans une ambiance effervescente et déjantée! Igloofest remercie tous ses précieux partenaires pour leur apport et implication dans cette 6e édition.
  6. Publié le 05 novembre 2008 à 08h34 | Mis à jour le 05 novembre 2008 à 08h40 Le métro de Montréal, un musée Martine Bouliane La Presse Le métro est avant tout un moyen de transport pour se rendre du point A au point B. Pourtant, avec ses 68 stations à l'architecture unique et ses nombreuses oeuvres, le métro est considéré par certains comme le 31e musée montréalais. Certains diraient même que le réseau est une vaste exposition d'art... underground! L'idée de réaliser une excursion ici, c'est de ralentir le rythme. De prendre le temps d'examiner les stations qui deviennent, dès lors, beaucoup plus intéressantes. Un lieu à revoir avec son oeil de touriste. Londres a eu le sien en 1863. Paris, en 1900. À Montréal, il aura fallu attendre jusqu'en 1966, soit une année avant la fameuse Expo 67. Le métro comptait alors 26 stations. La construction du réseau s'est ensuite effectuée par phases. La toute dernière, soit le prolongement du métro vers Laval, s'est étirée jusqu'en 2007. Le métro montréalais se distingue avant tout par sa diversité. Chaque station a une architecture qui lui est propre et la plupart abritent des oeuvres d'art. Lors de mon excursion sous terre, j'ai choisi de visiter une douzaine de stations, principalement éparpillées au centre-ville. Parcourir en entier les 68 stations aurait de quoi donner un teint verdâtre à quiconque. Et toutes ne présentent pas le même intérêt. J'ai entrepris ma visite souterraine par la station la plus à l'est de mon parcours, Pie-IX, à l'ombre du Stade olympique. Sitôt les tourniquets passés, je me suis attardée devant l'oeuvre installée à la mezzanine, intitulée Citius, Altius, Fortius - Plus loin, plus haut, plus vaillamment - la devise olympique. Au centre de la grande fresque se trouve un personnage au coeur proéminent. La construction de cette station s'est achevée en 1976, année même des Jeux. Oeuvres historiques Ensuite, hop dans un train direction Angrignon, jusqu'à la station Papineau. Dans les 26 stations d'origine, il était question d'incorporer des oeuvres d'art ayant un lien avec l'histoire. On en trouve un bon exemple ici, avec les murales en céramique sur les Rébellions de 1837 et 1838. J'avais souvent vu l'une d'elles, bien en évidence alors qu'on descend vers les quais. J'ai été surprise de remarquer deux autres murales qui adoptent la forme arrondie du tunnel à l'étage inférieur. Elles représentent, dans différentes scènes, les Patriotes reconnaissables à leurs bonnet et ceinture, et leur chef, Louis-Joseph Papineau. Prochain arrêt: Berri-UQAM. C'est le point de rencontre de trois des quatre lignes du métro. En suivant le couloir vers la ligne jaune, je revois les trois murales de Robert La Palme, premier directeur artistique du métro, récupérées et installées ici après l'Expo 67. L'événement explique d'ailleurs la construction de cette ligne, qui menait au site de l'île Sainte-Hélène. Sur les quais de la ligne verte, une grande verrière au-dessus du tunnel rend hommage aux fondateurs de la ville de Montréal. Les portraits stylisés représentent Jérôme Le Royer de La Dauversière, Jeanne Mance et Paul de Chomedey de Maisonneuve, dans des tons francs de rouge et de bleus. Luminosité et musique Deux arrêts plus loin, j'arrive à la station Place-des-Arts. Je suis aussitôt frappée par la luminosité ambiante. Les rayons du soleil ne pénètrent pas ici. L'éclairage des nombreux néons, la blancheur du plafond et des passerelles et les briques bleues et grises des murs contribuent à créer cet effet. Le tout est aéré et très classique. La très belle verrière L'histoire de la musique, de Frédéric Back, se trouve ici. Première oeuvre d'art du métro, elle montre les musiciens de la ville, des autochtones aux personnages plus contemporains tels que le compositeur de l'hymne national, Calixa Lavallée. Malheureusement, elle est éloignée des tourniquets. Pour la contempler, il faut passer de l'autre côté et payer à nouveau son passage. On trouve par ailleurs dans cette station une autre verrière très colorée, et malgré tout discrète, juste au-dessus du tunnel en direction Angrignon. La station suivante, McGill, est la plus fréquentée du réseau, avec Berri-UQAM. La large verrière aborde la vie à Montréal au XIXe siècle. Au centre se trouvent les portraits des deux premiers maires de la ville, Jacques Viger et Peter McGill. Difficiles de les manquer. Sous les regards interrogateurs des autres passagers, je m'attarde aux multiples détails de l'oeuvre, orientée sur l'architecture, la mode vestimentaire et les bateaux à vapeur, moyen de transport populaire à l'époque. Des milliers de cercles À peine 450 mètres de tunnel séparent les stations McGill et Peel, sa voisine. C'est assurément l'un de mes coups de coeur. Une multitude infinie de ronds attirent l'oeil. Des cercles colorés, créés par le célèbre artiste québécois Jean-Paul Mousseau, ornent la station. Le motif est repris dans le carrelage et sur les murs. Certaines portions des quais baignent dans une lumière bleutée. Un décor idéal pour un restaurant ou un bar rétro. Je m'arrête ensuite à la station Lionel-Groulx, créée sur deux étages en plus de la mezzanine. Les lignes verte et orange s'y croisent. Je reviendrai d'ailleurs pour passer de l'une à l'autre un peu plus tard. Ici se trouve une intéressante sculpture, à la facture assez classique, intitulée L'arbre de vie. Elle a été donnée à Montréal par l'Organisation des Nations unies en 1967. Des visages gravés dans la même pièce de bois symbolisent la souche unique d'où proviennent les humains de partout dans le monde. Je poursuis ma route jusqu'à la station Monk. Une sculpture rend hommage aux ouvriers du métro. Il s'agit de deux gigantesques travailleurs en acier qui s'affairent à la tâche. Ils font penser à des bonshommes allumettes élancés. Les couleurs terre de la station et les murs, irréguliers et stratifiés, semblent représenter le travail fait dans le roc pour construire le métro. L'arrivée au métro Angrignon a de quoi surprendre. Ici, l'éclairage du jour baigne les quais. Enfin de la lumière naturelle au bout de kilomètres de tunnels. Dernier arrêt de la ligne verte, la station se trouve pratiquement au niveau du sol. Situé dans l'un des grands parcs de Montréal, le bâtiment possède une multitude de fenêtres courbes qui rejoignent le plafond. Leur forme arrondie fait écho aux marquises du terminus d'autobus adjacent. Bonheur d'occasion De retour sur mes pas, je reviens à la station Lionel-Groulx pour bifurquer sur la ligne orange, direction Côte-Vertu. La station Place-Saint-Henri constitue un détour, puisque je compte retourner en sens inverse tout de suite après. Mais le crochet en vaut la peine pour admirer cet autre coup de coeur. Les murs de brique au niveau des quais forment un dégradé de couleurs. Ils sont de teintes bleutées, pour devenir du rouge, puis, encore plus loin, du jaune. La volée d'escaliers qui mènent à la mezzanine semble interminable. Je la monte tout de même à pied, pour me retrouver devant les mots «Bonheur d'occasion» inscrits dans la brique. Une façon de rappeler que l'histoire du classique de Gabrielle Roy est indissociable de ce quartier. En redescendant, je remarque par hasard la sculpture suspendue au-dessus des quais, autrefois mobile, qui fait penser à une construction spatiale. Je prends cette fois le métro en direction inverse, soit Montmorency, pour m'arrêter à la station Georges-Vanier. Je m'attarde aux formes géométriques bleues incrustées dans les murs qui brisent la monochromie ambiante, toute grise. Je m'étonne, après quelques minutes, de remarquer un grand arbre de béton aux nombreuses branches sur le quai opposé. Puis, je m'arrête à Square-Victoria. C'est surtout en dehors des guérites que se trouvent les éléments intéressants de la station. Principalement cette entrée extérieure au look très parisien qui annonce le «métropolitain» dans un style Art nouveau, donnée justement par le métro de Paris à Montréal. L'ensemble sinon est assez terne à l'intérieur, les murales en aluminium brun peuvent presque passer inaperçues et se démarquent peu du reste. Mon dernier arrêt est la station Place-d'Armes, qui jouxte le Palais des congrès. Je considère qu'il s'agit d'un bon endroit pour revenir sur terre puisque la station dessert le Vieux-Montréal et le Vieux-Port. Il y a de nombreuses activités à y faire et d'attraits à y voir, notamment en famille. L'un d'eux, le musée Pointe-à-Callière, possède des vitrines sur les quais. Elles contiennent des reproductions d'objets réellement découverts lors de fouilles archéologiques. Le métro peut se targuer non seulement d'être le plus vaste musée montréalais, mais aussi d'avoir les heures d'ouverture les plus longues. Et, pour seulement 2,75 $, la visite en vaut assurément le prix. Rallye dans le métro Une façon de redécouvrir le métro, notamment en famille, est de faire le court rallye qui suit. Sur la ligne orange, il se concentre dans le centre-ville. À l'ouest, il se rend jusqu'à la station Angrignon. À l'est, Pie-IX. Il faut compter entre une heure trente et deux heures pour le faire, selon la fréquence de passage des rames du métro. La réponse à chacune des questions se trouve à l'intérieur des tourniquets. Pas besoin de débourser plus que le prix d'un billet pour le réaliser. À moins, bien sûr, d'en profiter pour visiter certains attraits à proximité. Chaque station peut constituer le point de départ. 1. À la station Pie-IX, qu'est-ce qui, sur les quais, rappelle la tenue ici des Jeux olympiques de Montréal, en 1976?2. À la station Papineau, qu'est-ce que Louis-Joseph Papineau tient dans ses mains, dans la murale au niveau du quai? 3. Qu'est-ce qui orne les souliers de Jérôme Le Royer de La Dauversière, le personnage de gauche, sur la verrière de la station Berri-UQAM? 4. À la station Place-des-Arts, combien de rectangles peut-on compter dans la verrière située au-dessus du tunnel en direction Angrignon? 5. À la station McGill, quel bâtiment construit en 1844 et toujours présent dans le Vieux-Montréal est représenté? 6. Combien de pastilles colorées peut-on compter sans sortir des tourniquets à la station Peel? 7. Combien de visages trouve-t-on sur l'Arbre de vie à la station Lionel-Groulx? 8. Quels outils utilisent les constructeurs du métro de la station Monk? 9. Quelle est la couleur des structures qui soutiennent les nombreuses fenêtres de la station Angrignon? 10. Combien de marches doit-on monter pour atteindre la mezzanine - et l'oeuvre Bonheur d'occasion - à la station Place-Saint-Henri? 11. Quel est le «fruit» de l'arbre de la station Georges-Vanier? 12. Quel est le plus vieil objet représenté dans les vitrines de Pointe-à-Callière? Réponses: 1. Les anneaux olympiques; 2. La déclaration de 1837; 3. Des boucles (ou des rubans); 4. 96; 5. Le marché Bonsecours; 6. 8; 7. Cinq visages; 8. Un pic et une pelle; 9. Orangé; 10. 78 marches; 11. Des lumières (ou ampoules); 12. Des pointes de flèches. Pour plus de renseignements sur le métro: Montréal en métro, Guides de voyage Ulysse, 2007, Montréal, 237 pages. Le métro de Montréal, 35 ans déjà, Benoit Clairoux, éditions Hurtubise HMH, Montréal, 2001, 159 pages. http://www.stm.info http://www.metrodemontreal.com (site non officiel, instructif et très bien fait par un amoureux du métro!)
  7. Hercule

    Musée McCord

    Stéphane Baillargeon Édition du vendredi 18 mai 2007 Le Devoir À l'étroit au centre-ville, le musée veut une grande annexe pour déployer sa collection d'histoire canadienne Le nouveau Musée McCord a tout juste 15 ans et se sent très à l'étroit au centre-ville de Montréal. Il souhaite donc ouvrir une grande annexe au Vieux-Port, sur un des grands quais, selon les informations obtenues par Le Devoir.