Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'promoteur'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Projets immobiliers
    • Propositions
    • Lieux de culture, sport et divertissement
    • Approuvés
    • En Construction
    • Complétés
    • Transports et infrastructures
    • Visions
    • Immeubles détruits
    • Projets Annulés
    • Projets oubliés et/ou en suspens
  • Généralités - Main Forum
    • Rénovations, aménagements extérieurs et domotique
    • Discussions générales
    • Sports
    • Sondages
    • Divertissement, Bouffe et Culture
    • Technologies urbaines
    • Ressources
    • L'actualité
    • Opinions de l'extérieur sur Montréal
    • Hors Sujet
  • Aviation MTLYUL
    • Discussions générales
    • Spotting à YUL
  • Ici et ailleurs
    • Ville de Québec et reste du Québec
    • Toronto et le reste du Canada
    • États-Unis d'Amérique
    • Europe
    • Projets ailleurs dans le monde.
  • Photographie et vidéos
    • Photographie urbaine
    • Autres photos
    • Anciennes photos

Calendriers

Aucun résultat à afficher.

Blogs

  • Blog MTLURB

88 résultats trouvés

  1. http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/national/2016/11/14/001-musulmans-projet-residentiel-quebec-mosquee-brossard.shtml [h=1]Un projet résidentiel pour musulmans en banlieue de Montréal[/h] <time datetime="2016-11-14T10:01:58Z" data-datetimelastpublished="2016-11-14T10:01:58Z">Publié aujourd'hui à 5 h 01</time> <figure class="bunker-component image-from-url-with-caption" data-component-name="ImageFromUrlWithCaption"> <figcaption> </figcaption> </figure> EXCLUSIF – Des fidèles de la mosquée de Brossard souhaitent acheter un grand terrain en Montérégie pour y bâtir des dizaines de maisons destinées aux familles musulmanes. Radio-Canada a obtenu copie du projet qui sera présenté vendredi aux membres du Centre communautaire islamique. Un texte de Thomas Gerbet « L'un de nos frères aimerait proposer un projet résidentiel aux membres de la communauté musulmane de la Rive-Sud », peut-on lire dans un courriel transmis à tous les membres de la mosquée de Brossard, le 6 novembre. Un document de deux pages détaille le projet, et les fidèles sont invités à faire connaître leur intérêt au promoteur. L'objectif est de réunir 100 familles musulmanes dans un projet de développement résidentiel sur un terrain de 100 hectares, situé à une trentaine de kilomètres de Brossard. Ma réflexion tourne autour d'un projet de communauté musulmane. <footer>Extrait du document de présentation du projet écrit par Nabil Warda et distribué aux membres du Centre communautaire islamique</footer> Le promoteur, Nabil Warda, est un comptable et fiscaliste de 68 ans qui fréquente la mosquée. Il est présenté comme un proche du président du conseil d'administration du CCI, Mohammed Yacoub. Le document indique que son projet présente une caractéristique « communautaire en fonction des préceptes de l'islam ». Extrait du document distribué aux membres de la communauté : « On construirait un espace commun, incluant cuisine, salle de réunion, espace de prière et autres services. [...] La proximité des maisons permettra une mise en commun des ressources (autobus, tracteur, camion, etc...). La présence de gens de métiers différents permettrait aux membres de recourir aux services de ceux de nos frères, qui sont compétents et qui offrent un service fiable à l'interne. Certains de nos frères sont en train de regarder pour du financement halal [pas d'intérêt à payer, pas de spéculation]. Cet aspect sera certainement une corde de plus à notre arc. » Selon nos informations, en deux jours à peine, le projet aurait suscité l'intérêt de dizaines de familles, assez pour aller de l'avant. Une séance d'information aura lieu le vendredi 18 novembre, jour de prière, au Centre communautaire islamique [CCI]. <figure class="bunker-component center image-from-url-with-caption" data-component-name="ImageFromUrlWithCaption"> <figcaption> La Mosquée Al-Quba de Brossard est la plus importante du Québec. Le Centre communautaire islamique estime que 9000 musulmans vivent sur la Rive-Sud, une population qui a presque triplé en dix ans. Photo : CCI de Brossard </figcaption> </figure> « L'idée, c'est de créer une communauté », rappelle Nabil Warda en entrevue à Radio-Canada. Il explique que son projet a pour but de faciliter l'accession à la propriété pour les familles musulmanes, surtout les plus défavorisées. Il souhaite « donner une chance aux gens qui n'ont pas les moyens d'acheter une maison ». Les familles ciblées sont celles qui paient un loyer entre 700 $ et 900 $ par mois. De petites maisons préfabriquées leur seraient proposées à l'achat pour un coût entre 100 000 et 120 000 $. Le complexe résidentiel verrait le jour au plus tôt à l'été 2017 et au plus tard à l'été 2019. Je crois qu'il y a un grand besoin. [...] Dans l'islam, il y a l'idée que la communauté doit protéger les personnes les plus faibles, comme les femmes divorcées. <footer>Nabil Warda, promoteur du projet résidentiel</footer> Ouvert aux non-musulmans? Nabil Warda affirme qu'il n'est pas fermé à ce que quelques non-musulmans intègrent le projet, à partir du moment où ils ont « des valeurs communes ». Il nous donne l'exemple de 80 familles musulmanes et 20 non-musulmanes. Son objectif est de vivre en paix, en harmonie, et de pouvoir appliquer les « belles valeurs » de l'islam. « Ce n'est pas pour rien qu'on vient ici [au Canada], il y a le respect des droits humains, il y a une opportunité pour les gens de faire quelque chose de leur vie ». On vit en ville, dans une société occidentale, les relations interpersonnelles sont lâches, dans le sens qu'elles ne sont pas serrées. Les gens se rencontrent pour la prière du vendredi et il n'y a pas grand-chose d'autre qui se passe. <footer>Nabil Warda, promoteur du projet résidentiel</footer> Des critiques parmi la communauté Selon nos informations, des membres de la mosquée de Brossard ont aussi fait part de leurs doutes après la réception du projet. « Si on écoute les critiques, on ne fait jamais rien », répond Nabil Warda. « Tant que je suis critiqué de la gauche et de la droite, je sais que je suis sur le bon chemin. » Le promoteur reconnaît que son projet est un « gros défi » et qu'il risque d'être qualifié de « ghetto ». Cependant, il demeure confiant et ne pense pas que les villes qu'il approchera pour trouver un terrain s'opposeront à lui en vendre comme certaines l'ont fait pour le projet de cimetière musulman. « Évidemment, il peut y avoir toutes sortes de craintes et de peurs, mais qui ne sera pas intéressé à collecter nos taxes? », demande Nabil Warda. À une trentaine de kilomètres de Brossard, le terrain pourrait être recherché dans les régions suivantes : Napierville ou Saint-Rémi, au Sud Saint-Jean-sur-Richelieu ou Rougemont, à l'Est Saint-Amable ou Varennes, au Nord Un autre projet, pour Chinois cette fois En menant nos recherches pour savoir s'il existait d'autres projets résidentiels communautaires, nous avons appris qu'un groupe de familles chinoises installées au Québec et en Ontario recherchaient un terrain pour y vivre ensemble. Le projet de la dizaine de familles consiste à acheter un terrain d'environ 30 hectares en Montérégie pour y bâtir de petites maisons ayant chacune un terrain agricole. Le groupe de Chinois s'est rencontré via Internet. Ils vivent à Montréal, Toronto, Sherbrooke et Ottawa. Leur courtier immobilier est entré en contact avec la ville de Rigaud ces derniers mois pour acheter une terre agricole, mais les discussions ont échoué. Le zonage agricole ne permet pas d'y établir plusieurs maisons.
  2. Daly-Morin, phase 4 - ? étages

    Rien d'officiellement annoncé pour le moment, mais tout porte à croire que le promoteur développera une 4ème phase sur ce terrain : https://www.google.ca/maps/@45.4358996,-73.6806045,3a,75y,4.1h,90.08t/data=!3m7!1e1!3m5!1scWnUBualJl2bDiYmCxYRfQ!2e0!5s20150401T000000!7i13312!8i6656 Phases 1, 2 et 3 : http://mtlurb.com/forums/showthread.php/14088-Le-Daly-Morin-phases-1-2-et-3-6-6-6-%C3%A9tages-%282012-2014-2016%29
  3. http://www.lapresse.ca/maison/immobilier/conseils/201511/12/01-4920081-achat-sur-plan-au-dela-des-apparences.php Publié le 12 novembre 2015 à 11h23 | Mis à jour le 12 novembre 2015 à 11h23 Achat sur plan: au-delà des apparences Les bureaux des ventes des promoteurs font rêver, avec leurs affiches léchées... Danielle Bonneau La Presse Les bureaux des ventes des promoteurs font rêver, avec leurs affiches léchées et leurs projets plus beaux les uns que les autres. Or, ceux qui achètent un condo sur plan devraient bien se renseigner et prendre certaines précautions. Huit conseils pour éviter les mauvaises surprises. CONNAÎTRE LE PROMOTEUR Mieux vaut vérifier si le promoteur est en règle avec la Régie du bâtiment du Québec (RBQ). On peut consulter le Registre des détenteurs de licence sur le site internet de l'organisme ou téléphoner à la Direction des relations avec la clientèle (1-800-361-0761) pour vérifier si l'entrepreneur fait l'objet de plaintes. Le site de la Société québécoise d'information juridique (SOQUIJ) permet aussi de savoir s'il est un habitué des tribunaux. « Plus on achète d'un promoteur sérieux, plus on a de chances que l'ensemble du projet soit satisfaisant », estime Jan Towarnicki, président du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ). PROFITER D'UN PLAN DE GARANTIE Le plan de garantie administré par l'organisme Garantie de construction résidentielle (GCR) s'applique à tous les bâtiments résidentiels neufs d'un maximum de quatre logements superposés. L'acompte est garanti jusqu'à 50 000 $. Il en est autrement pour les tours d'habitation. Les plans de garantie pour les édifices de plus de quatre logements superposés sont facultatifs. « Lorsque les projets sont accrédités, des vérifications sont faites sur la solvabilité des constructeurs, souligne Me François Forget, président de ScriptaLegal et du regroupement de notaires Jurisconseil. Cela a une certaine valeur. » ÉVALUER LA SUPERFICIE RÉELLE La superficie vendue est approximative, préviennent les promoteurs. Elle est souvent brute, incluant les colonnes et les murs de gypse, précise Me Ludovic Le Draoullec, avocat spécialisé en copropriété. « Des gens qui pensent acheter un condo de 1000 pi2 se retrouvent avec 900 pi2, dit-il. Il y a beaucoup de recours devant les tribunaux pour obtenir une baisse de prix. Selon la jurisprudence, une réduction de superficie d'environ 10 % doit être absorbée par le consommateur. Si les acheteurs tiennent à un minimum de pieds carrés, ils doivent clairement l'indiquer dans le contrat préliminaire. » LIRE ATTENTIVEMENT LA NOTE D'INFORMATION Dès qu'un immeuble en copropriété comprend au moins 10 condos, le promoteur doit fournir une note d'information à la signature du contrat préliminaire, avec les noms de l'architecte, de l'ingénieur, du constructeur et du promoteur. La note d'information renferme aussi la description des parties communes ainsi qu'une copie ou un résumé de la déclaration de copropriété, même à l'état d'ébauche. « On peut y voir si les animaux sont interdits et si la location à court terme est permise, précise Me Le Draoullec. Il faut le savoir si on a un chien et qu'on recherche un environnement stable et paisible. » AVOIR LES MOYENS D'ACHETER Le budget prévisionnel, détaillé dans la note d'information, prévoit les sommes requises pour la bonne marche de la copropriété. Le promoteur s'en sert pour évaluer les charges mensuelles de copropriété. Or, celles-ci sont souvent trop basses, constate Me Le Draoullec. « Une fois l'immeuble construit, le budget devra être indexé, dit-il. Aucune soumission, par ailleurs, n'a été effectuée. Il arrive souvent que le budget ait doublé lorsque le promoteur effectue le transfert de l'administration provisoire au nouveau conseil d'administration. Il faut être en mesure de payer plus que ce que le budget initial prévoit. » BIEN CHOISIR LE CONDO La vue n'est pas le seul critère à considérer pour choisir un condo. Il faut regarder ce qui se trouve au-dessus et en dessous, ainsi que sur le même étage, fait remarquer Jan Towarnicki, du RGCQ. « Si on achète au-dessus de la porte d'entrée, on risque d'être dérangé par les livreurs, dit-il. Si on est au-dessus de la porte de garage ou près d'équipement mécanique important, comme l'ascenseur, on risque d'entendre du bruit. En regardant la dernière version des plans d'architecture, on peut être fixé. » La proximité des espaces communs (piscine, salon, etc.) peut être un autre élément à garder à l'oeil. NE PAS SE GÊNER Quand ils s'engagent à acquérir un condo qui n'est pas encore construit, les acheteurs signent un contrat préliminaire. Ce dernier s'avère souvent un modèle, que les consommateurs n'osent pas amender, constate Ludovic Le Draoullec, avocat spécialisé en copropriété au sein du cabinet De Grandpré Joli-Coeur. Or, des modifications peuvent être apportées pour refléter la volonté des deux parties. « Si l'acheteur considère que certains éléments promis sont essentiels, comme l'acceptation des gros chiens, la présence d'un ascenseur ou d'une piscine sur le toit, ça devrait transparaître dans le contrat signé. Ça peut aller jusqu'à l'ajout d'une annexe pour préciser les incontournables, qui ont influencé la décision d'acheter. » PRÉVOIR UN RETARD Les imprévus sont fréquents. Plus l'immeuble est de grande envergure, plus le nombre minimum de ventes requis avant d'entamer la construction est important, et plus il y a de chances d'avoir un délai, indique Jason Lemire, de l'agence immobilière Majordome, qui se consacre aux acheteurs de constructions neuves. Mieux vaut ne pas s'empresser de vendre sa maison et d'entreposer ses effets, renchérit Me Le Draoullec. « Avant d'engager des frais de relocalisation, il faut toujours être en contact avec le promoteur pour voir si la date fixée est réaliste. » DE NOMBREUSES CHOSES À SAVOIR Il faut surtout éviter d'acheter un condo sur plan sous le coup de l'émotion. Afin de prendre une décision éclairée, de nombreux outils sont offerts. Comme le livre Achat et vente d'un condo, tout ce qu'il faut savoir, de Me Yves Joli-Coeur (éditions Wilson & Lafleur). Très facile à lire, il invite les lecteurs à la prudence. Le site ScriptaLegal a par ailleurs mis en ligne le mois dernier son Guide pour un achat immobilier. En répondant à des questions pertinentes, celui-ci veut aider les futurs acheteurs à se familiariser avec chacune des étapes de l'achat sur plan. Ils seront ainsi mieux préparés. 5000 Nombre estimé de condos vendus majoritairement sur plan en 2015 dans la grande région de Montréal. Ceux-ci auront été achetés à l'étape de la prévente (avant le début de la construction) ou quand les travaux viennent de débuter, indique Mathieu Collette, directeur des études de marché du condo au sein du Groupe Altus. Ce chiffre inclut aussi une certaine quantité d'appartements neufs dans des immeubles récemment construits. 50 à 65 % Proportion de condos qui doivent habituellement être vendus avant que le promoteur puisse obtenir son financement et entreprendre la construction. Les prix fluctuent. Ceux qui s'inscrivent sur une liste et réservent un appartement avant que le projet soit officiellement mis en marché bénéficient d'un rabais. Puis, les prix tendent à augmenter lorsque la construction commence. De bonnes occasions peuvent aussi se présenter à la fin, lorsque l'immeuble est terminé et que le promoteur détient des unités depuis un certain temps. Il veut passer à autre chose.
  4. Logement abordable: la nouvelle politique du Plateau échaude un promoteur http://journalmetro.com/local/le-plateau-mont-royal/actualites/796387/logement-abordable-la-nouvelle-politique-du-plateau-echaude-un-promoteur/ Estimant que l’arrondissement négocie «avec un fusil sur la tempe» avec lui sur la question de l’inclusion de logements abordables, un promoteur montréalais n’est plus intéressé à investir dans le Plateau-Mont-Royal. Estimant que l’arrondissement négocie «avec un fusil sur la tempe» avec lui sur la question de l’inclusion de logements abordables, un promoteur montréalais n’est plus intéressé à investir dans le Plateau-Mont-Royal. Lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement, les élus ont fait retirer de l’ordre du jour la seconde lecture du projet du Groupe Canvar qui souhaite reconvertir le bâtiment situé au 30, boulevard Saint-Joseph Est en un immeuble mixte de 89 logements, afin de «laisser le temps au promoteur de faire une proposition d’inclusion de logements sociaux». L’arrondissement s’est doté d’une nouvelle politique en matière de logement social. Depuis le 1er juin, le Plateau-Mont-Royal demande aux promoteurs d’inclure 20% d’unités de logement abordables dans les projets résidentiels dérogatoires de cinq unités et plus. Pour être conforme avec la nouvelle politique du Plateau, le promoteur devrait consacrer 18 unités à prix modiques dans son projet, ou encore verser dans un fonds spécial 15 000$ pour chaque unité de logement abordable non-construite. Joint par téléphone, Richard Varadi, le principal actionnaire du Groupe Canvar, n’a pas caché son mécontentement. «Je n’ai rien contre le logement abordable, mais je suis en colère avec l’arrondissement. Qu’est-ce que tu veux négocier? On nous met un fusil sur la tempe. On va aller se battre en cour s’il le faut.» Présentement, le projet est sur la glace. Le Groupe Canvar étudie toutes ses options pour faire valoir ses droits. «On ne va plus travailler dans le Plateau, a laissé tomber l’homme d’affaires. On a une hypothèque sur ce bâtiment et on est maintenant pris avec. Si l’arrondissement ne modifie pas le zonage, on ne peut pas aller de l’avant avec le projet et l’immeuble ne sera pas intéressant pour un éventuel acheteur.» «On ne sait pas encore ce qu’on va faire avec notre projet, a précisé M. Varadi à TC Media plus tard dans un courriel. La meilleure chose pour nous sera de tout simplement trouver un locataire. L’option de convertir l’immeuble n’est plus possible avec les politiques et les exigences de l’arrondissement.» L’homme d’affaires croit que la nouvelle politique du Plateau est contreproductive. «Si un promoteur doit céder au logement abordable une unité sur cinq, j’imagine qu’il va monter le prix des cinq autres pour balancer.» Rappelons que la Ville de Montréal a adopté en 2005 une stratégie d’inclusion facultative de 15% logements sociaux et de 15% de logements abordables dans les projets immobiliers de 200 unités et plus. L’arrondissement se montre confiant Le conseiller Richard Ryan, responsable du dossier de l’habitation demeure confiant que le Plateau-Mont-Royal trouvera un terrain d’entente avec le Groupe Canvar. «Il n’y a encore d’entente, mais j’ai discuté avec le promoteur et il a montré certains signes d’ouverture. Peut-être qu’il se dirigera vers une compensation.» L’élu ne croit pas que la nouvelle politique fera fuir les investisseurs immobiliers dans le Plateau. «Les 20% d’unités abordables que nous demandons aux projets dérogatoires sont vendues, pas données, a rappelé M. Ryan. Les promoteurs feront moins de profits, mais ils ne perdront pas d’argent. Les arrondissements centraux comme le Plateau possèdent une plus-value que recherchent les promoteurs, malgré le prix des terrains et les contraintes de construction reliées à la densité.» «Maintenant, les choses sont claires. Rosemont fait la même chose, le Sud-Ouest y songe, et je ne serais pas surpris que d’autres arrondissements nous suivent.» Le conseiller a souligné par ailleurs que certains projets dérogatoires dans l’arrondissement ont prévu l’inclusion de logements à prix modique avant même l’adoption de la politique.
  5. Bonjour chers membres, Maxime Lachance, un bon ami à moi et promoteur du YOO Montréal, me demande depuis environ 1 mois de rencontrer les membres MTLURB. Il est un lecteur assidu du forum et aimerais partager avec vous le point de vue d'un promoteur sur le marché immobilier de Montréal. Il vous invite donc à un café-muffins-causerie le samedi 13 juin de 11h à midi au bureau de vente du YOO (ouvert juste pour nous). Max va discuter du marché montréalais et bien sûr répondre à vos questions sur le projet YOO. Donc préparez vos questions et on vous attends en grand nombre au bureau de vente au coin des rues Ottawa et Young dans Griffintown. SVP veuillez confirmer votre présence en répondant au fil. Membres confirmés: Malek ScarletCoral monctezuma Brightlightsbigcity Synosik Memphis22
  6. Nom: Campus Ericsson Hauteur: Coût du projet: Promoteur: Montoni Architecte: Emplacement: Cohen / Poirier / 40 (arr. de Saint-Laurent) Début de construction: 2015 Fin de construction: Site internet: http://groupemontoni.com/nos-projets-en-cours/ericsson/#2 Précisions additionnelles : * Superficie de 416 120 pi² * Bureaux (Éricsson) * Certification LEED-Or visée
  7. Le 22 - 10, 10 étages (2016)

    Nom: Le 22 Hauteur en étages: 10, 10 Hauteur en mètres: Coût du projet: Promoteur: Le Groupe Maurice Architecte: Entrepreneur général: Emplacement: Saint-Léonard Début de construction: 2014 Fin de construction: 2016 Site internet: Lien webcam: Autres informations: *380 unités Rumeurs: Aperçu artistique du projet: Maquette: Autres images: Vidéo promotionnelle:
  8. Quai événementiel permanent

    http://journalmetro.com/actualites/montreal/474566/un-quai-evenementiel-permanent-sur-le-canal-de-lachine/ Un quai événementiel permanent sur le canal de Lachine Par Laurence Houde-RoyMétro Le QuaiPrevious photoNext photo Un quai flottant pouvant accueillir des événements culturels sera installé sur le canal de Lachine tout l’été. Le ponton, d’une longueur de 24 mètres et d’une largeur de 11 mètres, sera principalement utilisé et entreposé au Bassin Peel. Amarré aux berges, il y sera relié par une passerelle. Les promoteurs ou artistes intéressés à louer la structure pour leurs événements pourront aussi demander à le déplacer le long du canal, entre le Vieux-Port de Montréal et le lac Saint-Louis. La structure pourra notamment recevoir des spectacles de musique, un cinéma en plein air et des réceptions de près de 200 personnes. Le promoteur Simon Lebrun, également à la tête du Défi canot à glace Botabota, fera la présentation de ce projet vendredi au congrès de l’Association des architectes paysagistes du Québec. «On s’est rendu compte qu’à Montréal, c’était difficile d’organiser des événements près des berges ou sur l’eau. Il n’y avait pas de lieux saisonniers à la disposition des promoteurs et offerts à la location» -Simon Lebrun qui lancera officiellement la structure à la fin du mois de mai. Si certains artistes espéraient pouvoir présenter leur travail sur l’eau, les coûts d’assemblage d’une telle structure les rebutaient bien souvent. «Oui, nous voulons attirer les événements du milieu corporatif, mais nous voulons aussi rendre ce quai accessible», ajoute M. Lebrun qui, avec un ponton en permanence sur l’eau, compte offrir des prix plus modiques aux artistes. Ce genre d’emplacement permanent est déjà disponible dans plusieurs grandes villes internationales, indique le promoteur. «Le pouvoir attractif d’un événement sur l’eau est incroyable. Un écran de cinéma devient soudainement beaucoup plus intéressant s’il est sur l’eau», ajoute-t-il. Les discutions avec Parcs Canada, qui gère le Canal-de-Lachine, se font depuis l’automne dernier. L’institution fédérale devait notamment s’assurer que la plateforme n’affecte pas le passage des plaisanciers et que sa taille respecte les normes. Le quai événementiel sera à la disposition des promoteurs de la fin mai jusqu’au mois d’octobre. Si la réponse est positive, son promoteur pourrait agrandir sa superficie pour les années suivantes. Parc Jean-Drapeau Le congrès de l’Association des architectes paysagistes du Québec accueillera également une conférence de Daniel Blier, directeur général de la Société du parc Jean-Drapeau. Il présentera les avancements de la revitalisation du secteur dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal. Le projet, dont les plans ont été présentés aux partenaires en décembre dernier, compte offrir aux visiteurs un meilleur accès au fleuve ainsi qu’une entrée plus fournie, avec notamment des points de restauration et un comptoir d’accueil. «Nous sommes assez emballés par rapport à la direction que prend ce projet. Il respecte autant les besoins contemporains, tout en conservant la mémoire des lieux», affirme Luc Beauchemin de la Fondation Expo 67 qui a pris connaissance des esquisses. La restauration de la Place des Nations, l’une des legs majeurs du 375e anniversaire, est particulièrement intéressante pour M. Beauchemin. «La restauration se fera avec les matériaux d’origine», se réjouit celui qui espère retrouver l’esprit d’Expo 67 après les travaux. Selon les plans qu’il a consultés, un arrêt d’autobus devrait également s’ajouter près de la Place des Nations, un attrait supplémentaire pour les visiteurs, estime-t-il. La Société du parc Jean-Drapeau songe également à offrir l’endroit pour la diffusion de spectacles ou de concerts à ciel ouvert, selon M. Blier. M. Beauchemin espère toutefois que les principaux acteurs d’Expo 67 seront reconnus à travers ces travaux en renommant les axes de circulation du parc en leur nom.
  9. Nuvo - 3 étages

    Magnifique projet Projet de 12 condos (Phase 1 & 2). Le projet serait de 5 phases en totale comprennent approx. 32 unités au complet. Prés des parcs, écoles, hôpitaux, magasins et transport en communes et beaucoup plus. Profitez d’une qualité de construction supérieure dans des espaces de vie à la configuration et au look très actuel. Ce projet sera livré pour juin 2013. Le bureau des ventes est sur rendez–vous seulement et il contient des choix de finitions pour la cuisine, la salle de bain et les planchers de bois. Extras offerts et inclus par le promoteur, tel que : le quartz, planchers de bois d’ingénierie. Le promoteur vous offre des unités clé en main et à prix abordable dans un des secteurs les plus en demande de Montréal. Stationnement intérieur disponible en option. Offrez-vous un condo à partir de 155 390$ jusqu'à 215 700$ plus les taxes. Condo de une à deux chambres à coucher offert. http://lenuvocondos.com/
  10. L7 - 3 étages

    Stratégiquement situé à deux pas du métro, découvrez ces 8 unités de condominium aux lignes épurées . Tout près du marché Atwater, du Canal Lachine et des parcs de la berge du St-Laurent pour vous faire profiter pleinement de l’effervescence de Verdun, L7 vous offre aussi des espaces vastes et modernes de 2 à 3 chambres ou des townhouses de deux étages incluant une cour arrière privée et la possibilité d'un stationnement intérieur. Vous avez, comme pour tous les projets CHAPAM, la possibilité de personnaliser l'unité avec des finitions haut de gamme tel que choisies par notre équipe de design. Douche pluie, robinetterie murale et plus encore. La surface de ces habitations loft varie de 892 à 1235 pieds carrés. Vendu à partir de 228 000 $ (plus taxes) Promoteur : Les entreprises Chapam Site Web : http://www.l7condo.com
  11. Vesta - 3 étages

    Petit complexe de 11 condominums de coin dans un bâtiment patrimonial de trois étages de onze pieds de hauteur, avec ascenseur et garage. Il y a 3 penthouses avec mezzanine, toit-terrasse, et vue sur le fleuve, et 8 unités à 2 chambres, avec balcons. Maintenant en PRÉVENTE! Promoteur : E2 Immobilier Site Web : http://www.condosvesta.com
  12. Flex Condo 2 - 11 étages

    Aujourd'hui, dans le cahier Maison, de La Presse :
  13. Opposition aux gratte-ciel à Rouyn-Noranda Un groupe de citoyens qui se fait appeler les Citoyens contre les tours infernales (CCTI) s’oppose à la construction de deux immeubles de 10 et huit étages, qui seraient aménagées près de la Caisse populaire sur l'avenue Québec. France Gaudreault, la leader du groupe est venue exprimer ses profondes inquiétudes devant le conseil municipal de Rouyn-Noranda le 14 janvier. Elle craint les impacts négatifs sur les résidents voisins du futur complexe du promoteur Réseau Sélection de Laval. «Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas de consultation pour ce genre de construction. Ce sera construit juste derrière chez moi. Je n’aurai plus de vue, plus de soleil », a dénoncé Mme Gaudreault. «Auparavant, il y avait un promoteur pour 140 logis, ça a été abandonné. Ça dérange, mais s’il y avait eu les 140 logis, ça aurait probablement dérangé autant. Le zonage permet ce type de construction à cet endroit. Le plan du promoteur correspond au créneau prévu pour le terrain », a répliqué André Tessier, Maire suppléant. 2000$ de subvention par unité de logement Mme Gaudreault dénonce le prix de vente d’un peu moins de 300 000$ au Réseau Sélection, tandis que la Ville offre une subvention 2000$ par unité aux promoteurs d’immeubles à logement. Pour un immeuble de 200 unités de logement, comme prévu pour le petit gratte-ciel de 10 étages, le montant s’élève à 400 000$. André Tessier reconnaît qu’il y a une telle subvention en plus d’un congé de taxes pour une durée de cinq ans. «Ça fait très longtemps que le dossier est à la Ville, ça tombait, ça revenait et normalement Réseau Sélection va commencer à construire en février », a expliqué M. Tessier. Terrain de la discorde Le CCTI craint que le terrain ne soit pas adéquat pour ce genre de construction. «Le promoteur a eu accès au terrain et il a analysé le sol. Donc il doit être en mesure de construire», a dit M. Tessier. «Il y a quelque chose à faire pour que le citoyen se fasse entendre. Ça n’a aucun sens que ça nous passe par-dessus comme ça et qu’on n’ait rien à dire», a conclu Mme Gaudreault. Rouyn-Noranda est aux prises avec une grave pénurie de logements et lutte depuis un certain temps pour se développer. En juin 2012, un groupe de citoyens a réussi à bloquer la construction d’un HLM sur l’avenue Nault. Dans ce cas, la Ville devait changer le zonage et consulter l'entourage des nouvelles constructions, ce qui n'est pas le cas au centre-ville. Il y a de quoi rire !!!!! http://www.hebdosregionaux.ca/abitibi-temiscamingue/2013/01/14/opposition-aux-gratte-ciel-a-rouyn-noranda
  14. WM Condos - Notre-Dame-de-Grâce

    Nouvelle construction au coin des rues Wilson et Monkland à NDG. Ce projet remplacera l'ancienne station service qui a été démolie il ya quelques mois. Rez-de-Chaussée commercial et 11 unités de condos sur deux étages. Architectes: Affleck + de la Riva Promoteur: Sylcorp http://www.wmcondo.com/fr/accueil/
  15. Magasin Steve's - 20 étages (2014)

    Un projet de 20 étages a été présenté hier au conseil d'arrondissement. Le projet intégrera en partie les locaux du magasin d'instruments de musique Steve's sur la rue St-Antoine. 150 condos 65 mètres Habitations St-Luc (même promoteur que le Solano)
  16. Rumeur- Condos Hip! Phase deux?

    Un ami à moi m'a dit qu'il a vu une pub dans un magazine d'affaire ou ça disait simplement que "le Hip continue" avec un numéro de téléphone et le nom "benjamin Thibeault"...... qui est en fait le promoteur du premier projet! Vous en dites quoi, quelqu'un a vu passer la pub, ou appelé?
  17. À l'intersection des rues Ontario et William-David, il y avait un terrain vacant présent depuis une éternité. Le projet est bien situé, il est en face du Marché Maisonneuve et d'un Parc. Le projet est de 3 étages avec 7 unités de condo, tous des 4 et demi de 858 à 978 pieds carré. Espérons qu'ils n'utiliseront pas le revêtement de pierre blanche très carré comme il est affiché sur la pancarte de l'annonce. Des images détaillés sont présent sur le site du promoteur : http://legroupephoenix.ca/realisations/La_Place_du_Marche.html
  18. lesaffaires.com . les affaires.com . 24-07-2012 Offrir une solution de rechange à bon prix aux espaces de bureau du centre-ville, voilà une des motivations qui ont incité la Corporation immobilière Kevric à acheter deux anciennes manufactures du quartier Villeray à Montréal. Le gestionnaire et promoteur immobilier spécialisé dans la remise en valeur d’édifices a allongé 16 M$ pour mettre la main sur deux propriétés de respectivement 350 000 et 120 000 pieds carrés sur la rue MilesEnd, dans le quartier Villeray à Montréal. Kevric convertira ses deux anciennes usines textiles, situées au 7250 et au 7450 MilesEnd, en lofts-bureaux, a expliqué à LesAffaires.com Richard Hylands, président de Kevrik. En incluant les coûts de conversion, l’investissement du promoteur immobilier s’élèvera à 35 M$. «Ces immeubles nous permettront d’offrir une alternative aux loyers du centre-ville, à environ la moitié du prix», explique M. Hylands. Le président de Kevrik explique que de nombreuses entreprises cherchent des solutions de rechange aux espaces locatifs du centre-ville de Montréal et qui sont situés à proximité des transports en commun. Les immeubles acquis sont situés près du métro et du train de banlieue, tout en étant à quelques pas du Parc Jarry. Un quartier en pleine effervescence Le quartier où Kevrik investit est en pleine effervescence. Les projets immobiliers et commerciaux dans la située entre les Boulevard St-Laurent à l’Avenue du Parc se sont multipliés au cours des dernières années. M. Hylands cite en exemple l'immeuble reconverti par Rosdev, aux coins des rue Jean-Talon et Avenue du Parc, «un bâtiment recyclé qui se loue très bien».
  19. Le Gounod II - 3 étages (2013)

    On démolit une pizzeria pour faire place à un pojet de condo qui ressemble un peu au Gounod I et qui est situé de billet, sur la meme rue: http://www.mtlurb.com/forums/showthread.php/15343-Le-Gounod-3-étages?highlight=gounod D'ailleurs, c'est par le meme promoteur. La pizzeria est déjà fermé. Too bad, j'aimais bien leur poutine !!! Voici le site web (mais je n'arrive pas à extirper le rendu pour la mettre ici) : http://www.montrealdevelopers.com/montreal-condo/LE-GOUNOD-II-montreal.html?ProjetID=101
  20. Un immeuble à condominiums de 4 millions $ à Saint-Hubert Marie-Josée Bétournay Information d'Affaires Rive-Sud - 12 décembre 2011 Un immeuble à condominiums de 4 millions $ sera construit dans quelques mois au 6960, boulevard Grande Allée à Saint-Hubert. Le promoteur entend élever la structure au printemps. «On est toujours on attente des plans des ingénieurs. On prévoit commencer les travaux au début mars et livrer les unités en septembre», explique Pierre Lafleur des Habitations PBL. Avant le début des travaux, M. Lafleur devra voir à la démolition de la résidence érigée sur le lot. Cette étape devrait être chose faite d’ici la fin de l’année. 22 logements L’immeuble comptera 22 logements au total, soit sept de 3 ½ pièces et 15 de 4 ½ pièces. Le prix de chaque unité variera de 175 000 $ à 190 000 $. Le promoteur souhaite y attirer les jeunes professionnels. Aucune unité n’est vendue pour le moment. De nombreux extras démarqueront les unités. Les condominiums de 3 ½ pièces occuperont une superficie habitable de 900 pieds carrés et ceux de 4 ½ pièces, 1230 pi2. Chaque unité présentera des plafonds de neuf pieds, une généreuse fenestration et un balcon vitré. Des espaces de rangement sont prévus au rez-de-chaussée. Le promoteur aménagera également plusieurs cases de stationnement, 39 au total. Certains propriétaires pourront ainsi bénéficier de plus d’une case, un avantage en soi. C’est encore sur le plan de l’aménagement intérieur que les condominiums étonneront. «Le design intérieur sera hors de l’ordinaire. La salle de bains sera la pièce centrale de chaque unité. La cuisine, le salon et les chambres à coucher graviteront autour», précise M. Lafleur. Les Habitations PBL ont pignon sur rue à Saint-Hubert. Bien que la firme soit jeune, son propriétaire possède cinq années d’expérience en construction et 25 années dans l’installation de portes et fenêtres.
  21. Hugo Joncas . les affaires.com . 30-11-2011 (modifié le 30-11-2011 à 11:02) Tags : Immobilier, Transport routier NOS DOSSIERS •Pleins feux sur l'immobilier La nouvelle marotte de Luc Poirier: construire un nouveau tunnel entre Montréal et la Rive-Sud, entre les ponts Jacques-Cartier et Victoria. En conférence de presse le 30 novembre, le «millionnaire» de l’édition 2008 de l’émission de téléréalité Occupation Double a dit vouloir construire entre la 132 et l’île Notre-Dame un nouveau lien pour désengorger les ponts et tunnels métropolitains. L’objectif est de construire le projet en deux ans, à compter de la réception des autorisations gouvernementales. Il n'a cependant annoncé qu'hier ses intentions aux autorités municipales et gouvernementales. L'homme d'affaires prévoit instaurer un système de péage électronique, qui épargnerait les véhicules de transport en commun et d’urgence. Le projet inclut des voies réservées pour les autobus, mais aucun lien ferroviaire n’est prévu dans le tunnel. «L’augmentation de l’utilisation du transport en commun est un objectif louable, mais il faut être réaliste et tenir compte du fait qu’une majorité de personnes devront continuer à utiliser une automobile pour circuler entre les deux rives», dit Luc Poirier. Les ingénieurs de la firme de génie-conseil Dessau ont réalisé une étude de préfaisabilité sur ce nouveau lien routier entre les deux rives. Quant à savoir si le gouvernement acceptera de se faire dicter l'emplacement d'un nouveau tunnel... Entrepreneur récidiviste... et controversé Le personnage coloré n'en est pas à un coup fumant près. Québec vient de lui payer 15 millions pour son terrain de 20,6 hectares à l'Île-Charron, à côté du pont-tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine, entre Montréal et Longueuil. Un profit de 250% pour le promoteur, qui l'avait acquis de Desjardins en 2007, pour six millions. À l'époque, Luc Poirier souhaitait construire des tours d'habitation totalisant 2 650 logements sur ces terres, équivalant à une trentaine de terrains de soccer. Mais sous la pression des écologistes, d'urbanistes et des 20 000 citoyens qui ont signé une pétition à cet effet, Québec a décidé d'y imposer une réserve foncière. Il souhaitait l'intégrer au parc national des Îles-de-Boucherville. Le promoteur a ensuite menacé le gouvernement de le poursuivre pour 40 millions. Selon lui, c'est le montant qu'il avait perdu avec la mise en réserve de son terrain. Puis, quelques semaines avant de finalement signer la vente du terrain, Luc Poirier avait refusé une offre de 13 millions de Québec et menacé de démarrer son projet sans l'accord du gouvernement dans les pages de Les Affaires. «Je vais faire mes plans pour être prêt au printemps ; je compte réaliser les premières ventes en février ou mars, disait le promoteur. Plus personne ne pourra m'arrêter.» L'homme d'affaires multiplie les grands projets de copropriété, notamment dans le quartier Griffintown, à Montréal, à Trois-Rivières, à Candiac et à Boisbriand. Il cumule les entreprises, faisant fortune aussi bien avec son restaurant William, à Longueuil, qu'avec une entreprise de climatisation. En 2010, Luc Poirier a aussi négocié pour acheter la station de ski Sutton. Il voulait construire un vaste projet résidentiel au pied de ses pentes. Mais il n'a finalement jamais fait d'offre finale aux propriétaires, la famille Boulanger.
  22. Bonjour, Ces derniers jours, j'ai visité plusieurs projets de condominium. Les systèmes de chauffages offerts dans ces condos sont toujours les mêmes: les bonnes vieilles plinthes électriques situés au bas du mur pour bien assécher l'air. J'aimerais bien voir une certaine évolution de ce coté. Je pense surtout à la géothermie. Je ne vois que des avantages à cette source d'énergie, spécialement bien adaptée pour notre climat et pour les superficies supérieures à 2500 pieds carrés. Lorsque cette dernière condition est remplie, on rentabilise l'équipement rapidement. La chaleur et fraicheur du sol est puisé gratuitement. C'est rempli de bon sens. À date, je répertorie seulement 3 projets de condos à Montréal offrant la géothermie. Square Benny Promoteur: Développements McGill http://www.devmcgill.com/projets/square-benny.html Maison Productive House Promoteur: Produktif Studio de Design http://maisonproductive.com/fr Les Jardins de Westmount Promoteur: Roland Hakim et associés http://www.jardinswestmount.ca/Default.asp?Key=1&L=2 Pourquoi aussi peu promoteurs immobiliers offrent une telle technologie dans leurs projets de condominiums? En connaissez-vous les raisons? Si vous connaissez d'autres projet de condominiums avec géothermie, SVP partagez l'information. Merci!
  23. Un promoteur érigera pas moins de 7 tours de 15 étages sur le site de l'ancienne Tripap (Louis Cloutier) Pour obtenir une illustration-vérité de la vue qui s'offrira des tours à condo, on a fait monter un photographe dans une nacelle accrochée au bout d'une grue. C’est vraiment ça que verront ceux qui occuperont les étages de Trois-Rivières sur Saint-Laurent. Sur les plans plus aérés qu'au départ, apparaissent 7 tours de 15 étages en verre et en béton. S'ajoutent à cela 40 maisons de ville en rangée. La construction commencera à l'extrémité du technoparc parce que les services y sont déjà arrivés. Pour la vente des terrains, on prévoit passer chez le notaire avec le promoteur d'ici octobre. Sans parler de l'importante valeur des actifs de la partie publique du site, la Ville va encaisser un profit en espèce sonnante sur la vente des terrains de la partie privée. Pour tout dire, le promoteur dont on parle n'est apparu dans le décor qu'à l'automne dernier. Il était venu ici pour toute autre chose en l'occurrence examiner la fenestration de l'édifice du technoparc. Or il a eu le coup de foudre pour le reste. Des idées, des plans, des projections, des croquis ont en a vus depuis Cité Nautica, il y a 10 ans. Cette fois, assure-t-on est la bonne. Le prix des condos oscillera entre 300 000$ et 3/4 de million. Des acheteurs ont déjà réservé. Des gens aisés de la région. C'est sans doute un signe. Cet été à ce qu'on raconte, on a vu défiler sur le site beaucoup de curieux au volant d’Européennes de luxe. http://tva.canoe.ca/stations/chem/nouvelle/20110914.html
  24. Je pensais a ça. Il y a beaucoup de membres qui sont proprios et qui pourraient décrire leur point de vue sur la qualité de construction/finition de leur nouvel achats. Une espèce de zone ou les gens pourraient avoir une idée a quoi s'attendre d'un certain promoteur. Je vois de temps en temps des reviews dans des fils de proprios, mais c'est tellement enfouis dans des pages de discussions que l'info n'est plus très réutilisable par d'autres.