Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'plein'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Projets immobiliers
    • Propositions
    • En Construction
    • Complétés
    • Transports en commun
    • Infrastructures
    • Lieux de culture, sport et divertissement
    • Projets Annulés
  • Discussions générales
    • Urbanisme et architecture
    • Nouvelles économiques
    • Technologie, jeux vidéos et gadgets
    • Technologies urbaines
    • Discussions générales
    • Divertissement, Bouffe et Culture
    • L'actualité
    • Hors Sujet
  • Aviation MTLYUL
    • Discussions générales
    • Spotting à YUL
  • Ici et ailleurs
    • Ville de Québec et reste du Québec
    • Toronto et le reste du Canada
    • États-Unis d'Amérique
    • Europe
    • Projets ailleurs dans le monde.
  • Photographie et vidéos
    • Photographie urbaine
    • Autres photos
    • Anciennes photos

Calendriers

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Biography


Location


Intérêts


Occupation

75 résultats trouvés

  1. mtlurb

    SNC-Lavalin : actualités

    SNC-Lavalin: deux milliards en contrats dans l'Ouest 5 mai 2007 - 15h04 La Presse Martin Vallières Vancouver Pour la première fois, SNC-Lavalin tenait son assemblée d'actionnaires dans la métropole de la côte ouest canadienne. Et pour cause. La Colombie-Britannique et l'Alberta, en plein boom économique, pèsent au moins deux milliards dans le carnet de commandes de 10,4 milliards de SNC-Lavalin, a confirmé son président, Jacques Lamarre, à La Presse Affaires. Il y a bien sûr, en Alberta, plusieurs contrats reliés aux projets pétroliers et gaziers. Mais la province voisine est aussi en plein boom d'investissement. À preuve, les nombreux chantiers dans les environs immédiats de l'hôtel du centre-ville de Vancouver, où avait lieu l'assemblée de SNC-Lavalin. Et la firme montréalaise dirige même le plus gros et le plus compliqué de ces chantiers vancouverois. Il s'agit de la ligne de métro au centre-ville et de train aéroportuaire qui doit ouvrir quelques mois avant les Jeux olympiques d'hiver, en février 2010. SNC-Lavalin est le maître d'oeuvre de ce projet de 1,9 milliard, ainsi qu'un investisseur dans la société d'exploitation de la «Canada Line», pour un mandat de 30 ans. La Caisse de dépôt et placement du Québec est aussi impliquée. Ailleurs en Colombie-Britannique, SNC-Lavalin a un autre projet particulier d'ingénierie et de gestion. Il s'agit du remplacement du «pont autoroutier flottant» sur le lac Okanagan, à Kelowna. Ce projet d'un peu plus de 200 millions est dans une région de villégiature et d'agriculture en forte croissance, située au milieu des chaînes montagneuses entre Vancouver et Calgary.
  2. http://blogues.lapresse.ca/lapresseaffaires/immobilier/2012/12/03/la-course-aux-gratte-ciel-de-calgary/ La course aux gratte-ciel de Calgary Le nouveau gratte-ciel géant de Calgary –appelé The Bow– n’est même pas complété à 100% que déjà, une tour encore plus haute vient d’être annoncée. Brookfield Office Properties planifie un complexe de deux tours de 56 et 42 étages en plein coeur de la ville albertaine, apprend-on aujourd’hui. L’immeuble le plus haut, d’une taille de 247 mètres, dépassera d’une dizaine de mètres le “Bow”, qui accueille ces jours-ci ses premiers locataires. Le complexe prévu par Brookfield vise à satisfaire la demande en apparence insatiable pour les bureaux à Calgary. Lors d’un reportage récent dans cette ville, j’ai rencontré le vice-président d’Ivanhoé Cambridge dans cette région, qui n’en revenait pas lui-même de cette frénésie. Ivanhoé –la filiale immobilière de la Caisse de dépôt– a annoncé au début de 2012 une nouvelle tour de 40 étages en plein coeur du centre-ville. Cinq mois plus tard, l’immeuble était entièrement loué. Avant même la première pelletée de terre. «Le marché de Calgary est unique, avait alors souligné Arthur Lloyd, d’Ivanhoé. On a un peu plus de 1 million d’habitants, et 40 millions de pieds carrés de bureaux dans le centre des affaires. Quelles autres villes en Amérique du Nord ont 40 millions de pieds carrés de bureaux dans leur centre-ville? Houston et Dallas seraient les comparaisons les plus directes. Elles ont la même quantité de bureaux… mais elles ont une population de 6 millions!» À l’opposé, la Caisse de dépôt tente depuis 2006 de lancer une tour à bureaux de 28 étages au centre-ville de Montréal, le 900 de Maisonneuve Ouest. Sans succès. Autre ville, autre dynamique…
  3. Émission du 15/18 de la Première Chaîne, mardi 17 janvier, en direct du Sommet de la PVM. Plein d'affaires sur le CV! Archives | Le 15-18 | ICI Radio-Canada Première De belles choses, de belles entrevues (j'ai appris, par exemple, que le portefeuille de locaux de bureaux d'Ivanhoé Cambridge est rempli à 90% en ce moment. Eh bien)
  4. IluvMTL

    Le villain sapin de Montreal

    CHRONIQUE LE VILAIN SAPIN DE MONTRÉAL MARIO GIRARDLA PRESSE J’étais à une dizaine de mètres de lui quand j’ai entendu une femme dire à son mari : « Ouain, on peut pas dire qu’ils se sont forcés ben ben fort ! » Comme des milliers de Montréalais, cette femme donnait son opinion sur le sapin, prétendument le plus haut du pays, installé depuis mercredi en plein cœur de la place des Festivals. Une laideur ! Une honte ! Un chicot ! Le sapin de 88 pieds a droit aux pires insultes sur les réseaux sociaux. Philippe Pelletier, l’un des propriétaires de Sapin MTL, l’entreprise qui a déniché et installé ce sapin, est très déçu de la réaction du public. « Les gens sont tellement méchants. Nous, on a juste voulu bien faire et offrir un cadeau à la Ville de Montréal », m’a-t-il dit hier. L’an dernier, Philippe Pelletier a voulu réaliser un coup publicitaire en organisant une compétition de lancer du sapin lors de l’Igloofest. Cette année, il est allé chercher une petite subvention de 2500 $ et un commanditaire afin de pouvoir offrir à Montréal le sapin le plus haut du monde. Philippe Pelletier voulait un sapin plus grand que celui qui trône chaque année, depuis 1931, devant le Rockefeller Center à New York. Manque de pot, les New-Yorkais ont décidé de battre leur propre record. Celui qui a été inauguré mercredi soir fait 93 pieds. Non seulement notre sapin est le plus laid, mais il n’est pas le plus grand. Quel déshonneur ! Rendu là, allons tous nous cacher dans des grottes pour le temps des Fêtes ! C’est sûr que lorsqu’on tombe sur le fameux sapin, situé à l’entrée du Grand Marché de Noël, à l’angle des rues Jeanne-Mance et Sainte-Catherine, on a un choc. Mais une fois la surprise passée, on lui trouve plein de qualités. Ce sapin est un peu comme un petit chien bâtard dont personne ne veut et qui nous séduit avec ses grands yeux tristes. Je l’avoue, au bout de deux minutes, j’ai craqué pour ce sapin imparfait. J’ai voulu l’adopter. Je me contenterai de le défendre dans cette chronique. D’abord, si on avait voulu un beau sapin comme à New York, il aurait fallu faire comme les New-Yorkais. Philippe Pelletier m’a expliqué qu’une équipe américaine travaille pendant un mois à préparer l’arbre afin qu’il ait une forme conique impeccable. Cette équipe fait exactement ce que ma mère faisait : elle demandait à mon père de couper des branches dans le bas du sapin, de percer des trous avec sa Black & Decker et d’ajouter des branches partout où il y avait des espaces vides. Maniaque, ma mère ? Pas à peu près. Le sapin de New York qui a été inauguré jeudi, une épinette de Norvège, est composé d’un arbre repéré grâce à une recherche en hélicoptère. Il a ensuite été transporté à New York et « enrichi » de plusieurs autres sapins, il est décoré de 45 000 ampoules DEL et son sommet est orné d’une étoile composée de 25 000 cristaux créés par la maison Swarovski. On évalue les coûts de cette opération à environ 100 000 $. Notre sapin est un baumier du Québec entièrement naturel qui a coûté nettement moins cher (son prix n’a pas été dévoilé). Les coûts de son achat et des lumières ont été couverts par Canadian Tire qui s’offre du coup une commandite très visible (les ornements publicitaires en guise de décoration sont un peu trop criards à mon goût, surtout le jour). Je ne suis pas le seul à aimer le vilain sapin de Montréal. Mathieu, Alex, Adèle et Alexandra, tous étudiants dans la vingtaine, regardaient l’arbre d’un air attendri hier lorsque je les ai accostés. « On le trouve funky, cet arbre », a dit Alex. « On va faire partie des 50 % des gens qui aiment ce sapin », a ajouté Mathieu. Au pied du sapin, Henri Lamarre tient un petit kiosque de jouets. « J’entends plein de commentaires négatifs, mais je le trouve cool, cet arbre. » Non loin de nous, Cecilia tentait de se prendre en égoportrait devant le sapin. La femme s’était déplacée spécialement pour voir l’arbre. « Il n’est pas beau, mais, je ne sais pas pourquoi, je l’aime quand même. » Ce débat autour de l’apparence de ce sapin en dit long sur notre rapport à l’apparence esthétique. Dans un monde qui n’aime que le côté lisse et reluisant des choses, un sapin entièrement naturel, avec ses défauts, sa forme imparfaite, ses branches inégales et son sommet trapu, nous apparaît comme quelque chose de grotesque, de répulsif. Pire, il inspire la défaite et un certain côté « loser ». Alors, on fait avec ce sapin comme on fait avec tous les marginaux qui vivent dans nos sociétés, on le rejette, on rit de lui, on le méprise. Si on veut un beau sapin « botoxé » et « lifté », qu’on fasse comme les New-Yorkais : inventons-en un qui n’existe que dans nos fantasmes et les décors de Casse-Noisette. Demandons à Birks de fournir les décorations, aux étalagistes de Holt Renfrew de le parer et à Michèle Richard de venir chanter Petit papa Noël lors de la soirée d’inauguration. Je comprends ce désir de vivre à tout prix la fameuse « magie de Noël », mais je trouve que notre obsession de la perfection et de la beauté nous fait parfois perdre le contrôle. Lors de ma conversation avec les quatre étudiants, Mathieu a dit quelque chose d’important. Il a dit que ce sapin était à l’image des Montréalais, car il symbolise la diversité. Il a totalement raison, je trouve. Ce sapin nous représente parfaitement bien. Il est un amalgame de plein de choses. Il est imposant, majestueux, mais il est aussi un peu déglingué (n’ayons pas peur des mots), rebelle et échevelé. Il est surtout unique et authentique. Peut-être que ce vilain sapin est en train de fournir aux Montréalais un symbole. Et si, chaque année, au lieu de se créer un arbre de catalogue Sears, on s’évertuait à trouver celui qui est le plus vrai, le plus naturel, le plus authentique ? Ça nous rapprocherait de la sincérité. Une denrée rare de nos jours. Et en plus, ça nous ferait un bon sujet de discussion le 24 au soir autour de la dinde. « Non mais y est-tu assez laitte le sapin cette année ! — Oui, ils l’ont vraiment bien choisi ! »
  5. par: http://www.flickr.com/photos/47708296@N03/ (Le présent du passé) par:http://www.flickr.com/photos/47708296@N03/ (le présent du passé) par:http://www.flickr.com/photos/47708296@N03/ (le présent du passé) par:http://www.flickr.com/photos/47708296@N03/ (le présent du passé) par:http://www.flickr.com/photos/47708296@N03/ (le présent du passé) par:http://www.flickr.com/photos/47708296@N03/ (le présent du passé) par:http://www.flickr.com/photos/47708296@N03/ (le présent du passé) par:http://www.flickr.com/photos/47708296@N03/ (le présent du passé) par:http://www.flickr.com/photos/47708296@N03/ (le présent du passé) plein d'autres:http://www.flickr.com/photos/47708296@N03/
  6. acpnc

    42 heures à La Malbaie en hiver

    http://www.journaldemontreal.com/2016/01/04/42-heures-a-la-malbaie-en-hiver J'ai trouvé cet article que je veux partager. On me reprochera peut-être de prêcher pour ma paroisse, mais Charlevoix vaut vraiment le détour en toutes saisons. Et il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Ici on parle de ma ville, La Malbaie, mais on pourrait tout autant parler du Massif et de Baie-St-Paul, sans oublier l'arrière-pays qui réserve bien des surprises. Ici c'est le paradis du plein air et des sports de glisse, avec en prime des paysages de cartes de Noël à chaque détour. Mais il y a encore bien plus à faire, notamment pour ceux qui sont de tempérament plus casanier. On dépense une partie de notre budget hivernal pour aller dans le sud y chercher un peu de chaleur, ça se comprend très bien. Néanmoins on trouvera ici bien sûr des températures plus froides, mais la chaleur est humaine et généreuse. Ne vous laisser surtout pas décourager par la distance ou la sécurité des routes. Nos autoroutes venant des grands centres sont directes et bien déblayées, et il n'y a pas de travaux en hiver donc pas d'entrave. Quant aux routes locales, elles sont mieux déneigées que les rue de Montréal et praticables immédiatement, durant ou tout de suite après une tempête, selon son importance. Découvrir Charlevoix, c'est pogner la piqure du fleuve et des montagnes, on veut ensuite y revenir régulièrement. Je suis moi même un amateur de grande nature et notamment avec mon groupe de randonnées, je découvre constamment de nouveaux paysages et de merveilleux sentiers aux niveaux de difficultés variées. Donc tout le monde peut y trouver son compte. On offre aussi toutes les formules d'hébergement et pour toutes les bourses, couplées d'un excellent choix de restos et de produits du terroir. Donc pour une touche d'exotisme pourtant bien québécoise, venez vous ressourcer dans un coin de pays plein de charme et de beautés naturelles souvent insoupçonnées. Je me propose même de vous conseiller et même vous guider selon le cas, pour que vous puissiez profiter au maximum de vacances mémorables. Vous reviendrez la tête pleine d'images et de panoramas enchanteurs, que vous voudrez ensuite comparer avec la beauté des autres saisons. Je me permets donc de gentiment plagier notre slogan touristique parce que j'en ai fait la preuve: Charlevoix, que du bonheur!
  7. DESCRIPTION Le Groupe Calex est fier de vous présenter son tout nouveau projet le CITÉ-PLATEAU situé en plein coeur de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal. Découvrez cette petite cité urbaine qui vous offre toute la proximité des services avoisinant de l’avenue MontRoyal abritée par une magnifique cour intérieure nature en plein coeur de la ville. Ce projet comprend : 32 unités résidentielles de 1 et 2 chambres Concept de cour intérieure privée Stationnement intérieur disponible Espace de rangement et vélo pour chaque unité Unité du 3e étage avec mezzanine et terrasse privée au toit Unité sur 2 étages de style Maison de ville comprenant terrasse dans la cours intérieur Grande fenestration De plus, profitez de notre promotion de lancement d’une valeur de 7500$ comprenant les 5 électroménagers et le climatiseur murale ! Contactez-nous pour plus d’informations au info@groupecalex.com ou au 514-795-7121. Adresse : 4755 Papineau, Plateau-Mont-Royal, Qc, H2H 1V4
  8. http://www.lapresse.ca/sports/hockey/201511/04/01-4917485-classique-heritage-la-lnh-reluque-le-parc-jean-drapeau.php Classique Héritage: la LNH reluque le parc Jean-Drapeau Publié le 05 novembre 2015 à 05h00 | Mis à jour à 10h53 Le futur amphithéâtre naturel de l'île Sainte-Hélène (à droite sur l'image) pourrait être l'endroit idéal pour présenter un match en plein air à Montréal. La Ligue nationale de hockey est ouverte à l'idée d'un match présenté en plein air au parc Jean-Drapeau, selon des informations obtenues par La Presse. Une source bien placée du circuit a confirmé à La Presse que la Ligue pourrait «possiblement» choisir de présenter un match en plein air au parc Jean-Drapeau, là où un nouvel amphithéâtre naturel de 65 000 places doit être construit sous peu. La LNH cherche depuis des années déjà à présenter une Classique héritage, le pendant canadien de la Classique hivernale, à Montréal. La direction du Canadien, le propriétaire Geoff Molson en tête, a aussi maintes fois exprimé son désir de présenter un tel match. Mais l'absence d'un stade adéquat, répondant aux critères exigés par les dirigeants du circuit Bettman, n'a jamais permis au projet d'aller plus loin. L'annonce récente concernant le projet d'amphithéâtre naturel au parc Jean-Drapeau vient toutefois changer la donne dans ce dossier. Le projet, au coût de 70,4 millions de dollars, ne prévoit pas l'installation de gradins permanents sur les lieux, mais selon François Cartier, directeur communications-marketing et programmation de la Société du parc Jean-Drapeau, il serait envisageable d'y installer des gradins temporaires pour la tenue d'une partie de hockey en plein air. «Ce serait possible de le faire pour un match», a-t-il répondu. Délai de construction La présentation d'une rencontre du Canadien sous le ciel montréalais n'est toutefois pas pour tout de suite. Au mieux, le Canadien et la LNH pourraient tenter d'y parvenir pour la saison 2018-2019, quand le projet de l'amphithéâtre au parc Jean-Drapeau devrait être achevé. En attendant, Montréal ne compte sur aucun autre stade qui répond aux critères de la LNH quant à la présentation de matchs en plein air. Rappelons que la Ligue exige, entre autres, un stade d'au moins 40 000 places afin de pouvoir couvrir les frais liés à la présentation d'une telle rencontre, ce qui exclut les domiciles respectifs des Alouettes et de l'Impact. Le Stade olympique n'est pas non plus une possibilité pour un tel événement. La Classique héritage a été présentée trois fois au Canada depuis son inauguration, en novembre 2003 à Edmonton. Calgary et Vancouver ont également présenté le match en question, et le Canadien y a pris part à deux reprises. Enthousiasme La possibilité d'un tel match à Montréal emballe déjà certains membres du Canadien, qui vont vivre une expérience similaire le 1er janvier à Boston dans le cadre de la traditionnelle Classique hivernale, qui sera disputée contre les Bruins à Foxboro, dans le stade des Patriots de la Nouvelle-Angleterre. «Ce serait excellent si ça pouvait arriver à Montréal, a lancé l'attaquant du Canadien Dale Weise. Je n'ai pas encore eu la chance de prendre part à un tel match, celui du 1er janvier à Boston sera mon premier. Mais pour moi, l'important, c'est toute la fébrilité qui entoure ce genre de match: le nombre de gens que l'on pourrait y attirer, les retombées économiques, tout ça, c'est excellent pour la Ligue. Et c'est excellent pour les fans, même pour ceux qui ne sont peut-être pas des immenses fans de hockey. Un match comme ça ici, ce serait incroyable. Je suis sûr que ce serait présenté à guichets fermés.»
  9. Dans le quartier Sainte-Marie, juste à l'ouest du Pont J-C http://www.habitationsgg.com/dp/fr/node/14 22 condominiums René-Lévesque et Falardeau Le RL Condo Bureau des Ventes 2005 René-Lévesque Est Montréal, (Qc)H2K 2M4 Tél.: 514-969-2484 ext. 2 Heures d'ouverture Lundi au Mercredi 12h à 17h Jeudi et Vendredi sur rendez-vous Samedi et Dimanche de 12h à 17h Prix : à partir 208 900$ taxes, terrain et infrastructure inclus à 100% Caractéristiques et Avantages -7 unités sur René-Lévesque -15 unités sur Falardeau-posssibilité de stationnement -Terasse privée sur le toit -plafonds 8 ET 9 -pied en plein coeur de Montréal -Près des festivités et d’un quartier bien vivant -Frais de copropriété peu élevés -5 000 $ d’équipement gratuit EN PRÉVENTE Habiter à deux pas de tout RL CONDO, un développement urbain de 22 condos de une et deux chambres. Situées respectivement sur le boulevard René-Lévesque et sur la rue Falardeau, ces deux phases de trois étages proposent des logements baignant de lumière naturelle et conjuguent qualité et harmonie pour offrir une atmosphère chaleureuse. Un design intérieur raffiné qui brille par son choix de matériaux de première qualité. Un style qui mise sur l’élégance et l’intemporalité. Le tout, situé en plein cœur du centre-ville. Une cuisine au look moderne : comptoirs de quartz, armoires en thermoplastique, dosseret en mosaïque, évier carré au design actuel et robinetterie inspiré des restaurants. Une salle de bain rayonnante de confort, pensée en fonction de votre bien-être : douche à panneaux de verre coulissants offrant des jets de pluie généreux et bien enveloppants, armoire à pharmacie surmontée d’un miroir et meuble-lavabo flottant. Et pour profiter pleinement des beaux jours d’été, quoi de mieux qu’une terrasse sur le toit pour jouir d’une vue imprenable surle centre-ville, le pont Jacques-Cartier et La Ronde. L'endroit rêvé pour vos petites réceptions ou pour admirer les feux d’artifices
  10. http://www.spimmobilier.com/avenir.html LES TERRASSES OTWAY Réalisées par SP Immobilier, concepteur du projet Les terrasses Cherrier et Les terrasses Chambord dont le développement est synonyme de bon goût, d’'originalité et de qualité. Les terrasses Otway sauront vous séduire par son style moderne et ses matériaux haut de gamme. Situés en plein coeur du Mile End à deux pas de la rue Bernard et la rue Laurier ces condos de prestige vous offriront les attraits et le charme de Montréal.
  11. Emploi: la saignée du temps plein au Québec se poursuit Publié à 09:17, mis à jour il y a 0 minutes 0 À LIRE ENSUITE États-Unis: l'embellie du marché de ... PAR LESAFFAIRES.COM ET LA PRESSE CANADIENNE L'emploi a progressé pour le deuxième mois consécutif au pays, en hausse de 43 000 en octobre, a révélé vendredi Statistique Canada. Le Québec avait toutefois moins de raisons de se réjouir. La province a perdu 30 100 postes temps plein au cours du dernier mois, ce qui porte à 98600 postes à temps complet disparus au cours de la dernière année. La reprise du marché de l'emploi observée au Canada en octobre ne s'est pas manifestée au Québec. La province a perdu 14 200 postes au cours du dernier mois, dont 30 100 postes à temps plein. Le taux de chômage a ainsi augmenté de 0,1 point de pourcentage pour s'établir à 7,7%. Le chômage rejoint le niveau où il s'établissait en août dernier, signale l'équipe économique de Desjardins dans une note. «Au Québec, les gains des mois de juin à septembre (+16000) ont pratiquement été éclipsés par la perte de 14 200 emplois en octobre», souligne Joëlle Noreau, économiste principale de Desjardins. Trois secteurs ont particulièrement souffert en octobre au Québec, note l'économiste: la santé (-8 500), les administrations publiques (-8200) et l’information, la culture et les loisirs (-7 800). Des gains ont toutefois été réalisés dans la construction (+7 600) et le manufacturier (+7 400). Tendance inverse au Canada Au Canada, l'augmentation du nombre d'emplois a entraîné une baisse de 0,3 point de pourcentage du taux de chômage, celui-ci passant à 6,5%, soit le taux le plus bas depuis novembre 2008, a ajouté l'agence fédérale. Au cours des 12 mois ayant pris fin en octobre, l'emploi a augmenté de 182 000 (+1 pour cent), et les deux tiers de cette augmentation sont attribuables à la croissance enregistrée en septembre et en octobre de cette année. Comparativement à octobre 2013, l'emploi à temps partiel a augmenté de 101 000 (+3 pour cent) et l'emploi à temps plein, de 81 000 (+0,6 pour cent). Pendant la même période, le nombre d'heures travaillées s'est légèrement accru (+0,4 pour cent). La hausse de l'emploi en octobre est entièrement attribuable aux personnes de 25 à 54 ans, et la majeure partie de cette hausse a été observée chez les femmes de ce groupe d'âge. À l'échelle provinciale, l'emploi a progressé en Ontario, au Manitoba, en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard, alors qu'il a baissé au Nouveau-Brunswick. En octobre, l'emploi s'est accru dans le commerce de détail et de gros, dans le secteur de la finance, des assurances, de l'immobilier et de la location, dans le secteur de la fabrication et dans les services d'enseignement. Parallèlement, l'emploi a baissé dans les administrations publiques, dans le secteur des "autres services" et dans celui des ressources naturelles. Le nombre d'employés du secteur privé et de travailleurs autonomes a augmenté en octobre, tandis que le nombre d'employés du secteur public a diminué.
  12. franktko

    MtlUrb en arrache?

    Est-ce juste moi qui a des problèmes avec ce site dernièrement? Il passe en mode 1990 de temps en temps ou avec plein d'items manquants...?
  13. Après la performance mauvaise de février du marché de l'emploi au Québec, de bonne nouvelles pour mars: - 15 100 personnes de plus qui ont un emploi (gain de 24 000 emplois à temps plein et perte de 8 900 emplois à temps partiel) - Baisse du taux de chômage à 7,6% http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/140404/dq140404a-fra.htm Voir Tableau 3 pour plus d'infos.
  14. Le Louis-Bohème : parfaitement hideux Le Crystal : look de parvenu Place Dupuis : insipide et fade Hydro Québec : perdu entre l'Art Déco et Mies Van Der Rohe Maison Astral : trop tronquée, dommage Y'en a plein d'autres bien entendu.
  15. Québec veut faire du parc des Îles-de-Boucherville un tremplin pour le plein air Mise à jour le vendredi 24 janvier 2014 à 20 h 18 HNE Un texte de Marie-Laure Josselin Le gouvernement du Québec a annoncé vendredi un investissement de 8,2 millions de dollars sur trois ans dans le parc national des Îles-de-Boucherville, géré par la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq). Québec souhaite rendre plus accessible le parc aux citadins afin qu'ils sortent plus de Montréal et fassent l'initiation du plein air, a expliqué Marie Malavoy la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, et ministre responsable de la région de la Montérégie. Québec entend instaurer un transport maritime partant du coeur de Montréal, où un stationnement incitatif serait mis en place. Les navettes actuelles qui mènent au parc seront quant à elles maintenues. En 2011, le gouvernement avait déjà annoncé la construction d'un centre de découverte et l'arrivée du camping dans le parc. Cette fois-ci, ce sont une dizaine de nouvelles haltes découvertes qui vont être aménagées et qui s'ajouteront aux cinq déjà présentes. De plus, le bac à câble reliant l'île Sainte-Marguerite à l'île Pinard sera remplacé par un pont pour piétons et cyclistes. Autre nouveauté : le développement d'une offre originale d'hébergement. Il est en effet prévu d'installer des tentes de type prêt-à-camper, comme les Huttopia, et des EXP, des hébergements d'une pièce, avec beaucoup de fenêtres et entièrement équipés. Le concept de ces logements de la Sépaq est de les personnaliser selon les parcs dans lesquels ils sont implantés. Pour Martin Soucy, vice-président Exploitation à la Sépaq et responsable de Parcs Québec, cette expérience à proximité de Montréal servira de vitrine et permettra d'attirer les clients vers les autres parcs au Québec. La fréquentation du parc national des Îles-de-Boucherville a bondi de 133 % en une douzaine d'années. Chaque année, il attire quelque 320 000 visiteurs. Les retombées économiques sont de 28 millions de dollars. Au total, Québec entend investir 54 millions de dollars dans les parcs de la Sépaq d'ici 2016, ce qui devrait se traduire par l'embauche de 384 personnes et 10 millions de dollars en revenus fiscaux et parafiscaux. http://ici.radio-canada.ca/regions/Montreal/2014/01/24/002-quebec-investissement-8-millions-parc-iles-de-boucherville.shtml
  16. Emploi: des signes positifs au Québec Stéphane Rolland . les affaires.com . 08-11-2013 (modifié le 08-11-2013 à 09:28) Le marché de l’emploi québécois donne des signes d’embellie en octobre tandis que la province a créé près de 40 000 emplois à temps plein et que la population active augmente, selon les données de Statistique Canada. En un mois, il s’est créé 34 100 emplois, toujours dans la province. De ce chiffre, on enregistre la création de 39 600 emplois à temps plein et la perte de 5 600 emplois à temps partiel. L’emploi augmente ainsi de 0,8% en un mois et de 0,6% en un an. Le temps plein augmente de 1,2% en un mois et de 1,5% en un an. Le temps partiel recule de 0,7% en un mois et de 3,3% en un an. Le taux de chômage passe ainsi de 7,6% à 7,5%. La diminution est cependant réduite par une augmentation de la population active de 32 400 personnes, un gain de 0,7% en un mois. Le taux d’activité passe ainsi de 64,8% à 65,3%. Généralement, les économistes attribue une augmentation du taux d’activité au fait que les travailleurs en plus de confiance en leur capacité de trouver du travail. À l’inverse, une baisse peut vouloir dire que plus de personnes quittent le marché de l’emploi découragé de pouvoir s’y insérer. Voilà pourquoi, en période de ralentissement économique ou de récession, des baisses du taux de chômage sont accueillies négativement lorsqu’elles s’expliquent par une baisse des effectifs sur le marché du travail. La publication des données survient alors que Québec doit composer avec des revenus moins élevés que prévu en raison d’une croissance économique plus faible qu’anticipée. Les partis d’opposition accusent le gouvernement minoritaire du Parti québécois de mener une piètre politique économique. En septembre, Pauline Marois a d’ailleurs dévoilé un plan pour créer 43 000 emplois supplémentaires d’ici 2017. Dans le reste du pays, le taux de chômage est resté stable à 6,9% tandis qu’on a créé 12 300 emplois. Les économistes espéraient la création de 11 000 emplois. La création d’emplois dans le secteur public aura permis de compenser les pertes dans le secteur privé. Lien: http://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/emploi-des-signes-positifs-au-quebec/563509
  17. Charte > Economie du Quebec La création d’emplois au Québec s’est limitée aux postes à temps partiel en septembre tandis que le marché de l’emploi stagne depuis les douze derniers mois, selon les données publiées vendredi par Statistique Canada. L’ajout de 15 000 emplois à l’économie en septembre est lié à la création de 15 500 emplois à temps partiel, toujours en septembre. L’emploi progresse ainsi de 0,4 % en un mois et de 0,3 % depuis un an. L’emploi à temps partiel connaît ainsi un sursaut de 2,1 % en un mois et de 0,6 % en un an. Le Québec a perdu 500 emplois à temps plein, ce qui traduit une stagnation depuis un mois et un an. Arrondie à la première décimale, la variation en pourcentage est de 0 % sur un mois et sur un an. L’agence fédérale note que les gains des cinq premiers mois de l’année ont été contrebalancés par les pertes récentes. Le taux de chômage, pour sa part, descend de 0,3 point de pourcentage à 7,6 %. Statistique Canada note que cette diminution s’explique par la baisse du nombre de jeunes à la recherche d’un emploi. La publication survient une semaine après le dévoilement du plan économique du gouvernement Marois, qui prévoit des investissements de 2 milliards en vue de créer 43 000 emplois d’ici 2017. Canada Dans le reste du pays, il s’est créé 11 900 emplois. C’est un gain de 0,1 % en un mois et de 1,2 % en un an. En moyenne, les économistes prévoyaient la création de 13 500 emplois. Contrairement au Québec, les gains ont été observés dans le temps plein et les pertes dans le temps partiel. En septembre, il s’est créé 23 400 emplois à temps plein et perdu 11 500 à temps partiel. Le taux de chômage, pour sa part, passe de 7,1% à 6,9%.
  18. Malek

    Camion particulier...

    Aperçu ce matin à Laval. Plaqué Ohio. Ça dit "road survey" et ça traine plein d'équipements particuliers en arrière comme en avant. Quelqu'un à une hypothèse sur ce que ça pourrait être? Sent from my iPhone using Tapatalk
  19. http://www.bloomberg.com/visual-data/best-and-worst/highest-rents-us-cities Plein de stats pour ceux qui aiment cela...très bien fait.
  20. steve_36

    Carré Laporte - 3 étages (2013)

    Un petit 3 étages en plein coeur de St-Henri. Ce projet est vraiment petit mais il a de la gueule. Il est vraiment beau. Il est assez différent de ce qu'on voit habituellement pour un petit projet, surtout à St-Henri. http://www.carrelaporte.com/Static/fr/index.html
  21. steve_36

    Habiter Dumoulin - 3 étages (2013)

    Petit projet correct de 3 étages qui viendra remplacer un immeuble sans intéret qui abrite le commerce de vélo Dumoulin en plein coeur du quartier Villeray. Je n'ai pas pu copier et coller les photos donc il faut aller sur le site web pour voir. http://habiterdumoulin.com/
  22. Québec Le taux de chômage recule Agence QMI 08/02/2013 10h43 OTTAWA - Le taux de chômage a diminué au Québec en janvier, alors qu'il s'est créé plus de 5000 emplois, a indiqué vendredi Statistique Canada. Les chiffres sur l'emploi de la province détonnent avec la perte de plus de 20 000 emplois au Canada. L'agence fédérale a souligné que si l'économie de la province a détruit 7900 emplois à temps partiel, elle en a créé 13 300 à temps plein, pour une création nette de 5500 emplois. Cette embellie dans le monde du travail a contribué à ramener le taux de chômage à 7,1 %, en baisse de deux dixièmes de point de pourcentage. Au Canada, le portrait est beaucoup moins reluisant, alors qu'il s'est perdu 21 900 emplois en janvier, essentiellement des postes à temps plein (20 600). Les économistes sondés par l'agence Bloomberg attendaient une création de 5000 emplois. Le taux de chômage a reculé d'un dixième de point de pourcentage, à 7 %. En décembre, à la fois le Québec et le Canada avaient enregistré une création d'emplois, soit respectivement de 5200 et 31 200 emplois, en chiffres révisés. Au pays, l'hémorragie d'emplois s'est surtout produite en Ontario, avec une perte de 31 200 emplois. L'emploi à temps plein a reculé de 43 000. Comme il y avait moins de personnes à la recherche de travail, le taux de chômage a diminué de deux dixièmes de point dans la province voisine pour passer à 7,7 %. Au pays, le secteur public s'est délesté de quelque 27 000 employés le mois dernier, alors que l'emploi dans le secteur privé a diminué de 18 800. Le nombre de travailleurs autonomes s'est accru de 23 900. Par rapport à 12 mois plus tôt, le nombre d'employés du secteur privé a augmenté de 1,9 % ou de 210 000, alors que le nombre d'employés du secteur public et celui des travailleurs autonomes ont connu peu de variation, fait savoir l'agence fédérale. Le nombre de personnes travaillant dans l'enseignement et le secteur de la fabrication a chuté, alors qu'il s'est accru dans la construction et les administrations publiques. Les mauvaises statistiques sur les mises en chantier et l'emploi faisaient réagir négativement le dollar canadien, qui perdait 49 centièmes de cent par rapport au dollar américain, à 99,73 cents, à 9 h 12.
  23. Un document important se propositions pour le développement du Vieux. Le document sera soumis à l'OCPM en consultation à la fin janvier. http://ocpm.qc.ca/sites/default/files/pdf/P66/3a.pdf On y fait beaucoup de suggestions, en particulier la recommandation d'encourager et soutenir la construction résidentielle sur les terrains vacants restant. Il y en a une vingtaine encore! Plein de stats, etc.
  24. acpnc

    Une vidéo sensas

    "Le papier n'est pas mort", une superbe publicité que je viens de recevoir d'une amie française et qui mérite de gagner plein de prix. A vous de juger
  25. Bonjour, Mon entreprise fait présentement une offre gratuite sur le web, je voulais informez mes amis du Mtlurb au cas où ca interesserait quelqu'un. l'offre ''mystère'' est entièrement gratuite, puis nous faisons un don de 2$ à la fondation Canadienne du Foie pour chaque achat. Bref... je vais vous dire c'est quoi pour vous sauvez le temps :-) 2 semaines gratuites de cours fitness en plein air sur l'Île des Soeurs, tout près du ''evolo''. Si cela vous interesse il suffît de créer un profil et prendre l'offre! je n'ai pas l'habitude de faire de la promo ici mais vu que c'est gratuit et pour une bonne cause je me suis dis que ça irait! Voici le lien: www.Yingo.ca Bonne Journée!