Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'ontario'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Projets immobiliers
    • Propositions
    • En Construction
    • Complétés
    • Transports en commun
    • Infrastructures
    • Lieux de culture, sport et divertissement
    • Projets Annulés
  • Discussions générales
    • Urbanisme et architecture
    • Nouvelles économiques
    • Technologie, jeux vidéos et gadgets
    • Technologies urbaines
    • Discussions générales
    • Divertissement, Bouffe et Culture
    • L'actualité
    • Hors Sujet
  • Aviation MTLYUL
    • Discussions générales
    • Spotting à YUL
  • Ici et ailleurs
    • Ville de Québec
    • Reste du Québec
    • Toronto et le reste du Canada
    • États-Unis d'Amérique
    • Europe
    • Projets ailleurs dans le monde.
  • Photographie et vidéos
    • Photographie urbaine
    • Autres photos
    • Anciennes photos

Calendriers

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


À propos de moi


Biographie


Location


Intérêts


Occupation


Type d’habitation

139 résultats trouvés

  1. Conseil d'arrondissement, Assemblées du conseil, Autres conseils et comités, Bureau d'arrondissement Ordres du jour , Procès-verbaux 2010 - Calendrier des prochaines séances : Les séances ordinaires du Conseil d’arrondissement ont lieu à 19 heures, le deuxième lundi de chaque mois, excepté en juin, octobre et décembre. Depuis 2006, afin de se rapprocher des citoyennes et des citoyens de Ville-Marie, les élus ont décidé que les séances ordinaires du Conseil d’arrondissement se tiennent dans différents lieux. Cette décision se perpétue en 2010. Vous trouverez ci-dessous les dates ainsi que les adresses où les Conseils se dérouleront : Endroits où se dérouleront les conseils d'arrondissements 2010 Lundi 8 février, Maison de la culture Frontenac, 2550, rue Ontario Est District Sainte-Marie Lundi 8 mars, Salle du conseil, 888, boul. De Maisonneuve Est, 5e étage District Saint-Jacques Lundi 12 avril, Collège de Montréal, salle L’Ermitage, 3510, ch. de la Côte-des-Neiges District Peter McGill Lundi 10 mai, Maison de la culture Frontenac, 2550, rue Ontario Est District Sainte-Marie Mercredi 16 juin, Salle du conseil, 888, boul. De Maisonneuve Est, 5e étage District Saint-Jacques Lundi 12 juillet, Collège de Montréal, salle L’Ermitage, 3510, ch. de la Côte-des-Neiges District Peter McGill Lundi 13 septembre, Salle du conseil, 888, boul. De Maisonneuve Est, 5e étage District Saint-Jacques Mardi 12 octobre, Maison de la culture Frontenac, 2550, rue Ontario Est District Sainte-Marie Lundi 8 novembre, Collège de Montréal, salle L’Ermitage, 3510, ch. de la Côte-des-Neiges District Peter McGill Mercredi 15 décembre, Salle du conseil, 888, boul. De Maisonneuve Est, 5e étage District Saint-Jacques 2550, rue Ontario Est Page d'erreur
  2. Je suis au travail, mais si quelqu'un est partant pour ouvrir un nouveau fil... Sur le site de Thiffault :
  3. La branche canadienne de Chrysler menacerait de fermer ses deux usines ontariennes, si elle ne reçoit pas d'Ottawa et de Toronto quelque 1,6 milliard de dollars d'aide financière. Pour en lire plus...
  4. Prosperity gap to widen, Conference Board says Growth in Quebec expected to hit 1.4% DAVID AKIN, Canwest News Service Published: 8 hours ago Booming Saskatchewan will lead all provinces in economic growth this year, while Ontario and Quebec will suffer through a difficult year, said forecasters at the Conference Board of Canada. The widening prosperity gap between the West and those in central and eastern Canada presents federal policy-makers with some unique challenges. The West may need policies that slow growth and curb inflation, while central Canada has few inflationary worries but needs some economic stimulus to encourage growth. In its semi-annual provincial outlook, the Conference Board says Saskatchewan's economy is booming thanks to surging commodity prices, particularly oil and potash, and as a result, the provincial economy there will grow by 4.2 per cent this year. In fact, the Conference Board said workers are leaving Alberta and heading to Saskatchewan to make their fortune. The report says that, as a result, retailers in Canada's flattest province may be in for a particularly good year. "The positive labour outlook, combined with lofty wage gains, is spurring a spending spree. Retail sales are expected to soar by 12.2 per cent in 2008," it said. Meanwhile, in Quebec, things will be a bit better this year, where growth of 1.4 per cent is expected. "Since the middle of 2007, the Quebec economy has been at a near standstill. The weakness in the manufacturing sector has eroded economic gains made in other industries,' the report said. Next door in Ontario, where manufacturers had particular trouble coping with the one-two punch of a fast-rising loonie and skyrocketing energy prices, economic growth will be just 0.8 per cent, the Conference Board said. Only Newfoundland and Labrador will see slower economic growth than Ontario this year. After a stellar year in 2007 with double-digit economic growth, the Conference Board said the pace in Canada's most eastern province is stalled. It predicts growth there of just 0.2 per cent this year. Overall, the Conference Board believes Canada's economy will grow by 1.7 per cent. The forecasters at the independent think-tank are much more optimistic than the Bank of Canada, which said last month it believes Canada's economy will grow by one per cent.
  5. D'un marché public de Winnipeg, Stephen Harper a promis de réduire de moitié la taxe d'accise sur le diesel, ce qui, selon lui, aiderait à juguler le coût de la vie. En Ontario, il a invité les immigrants à se joindre massivement à son parti. Pour en lire plus...
  6. Le producteur d'énergie achète un projet à Chatham-Kent et entend le soumettre aux autorités qui cherchent à se procurer 500 megawatts d'énergie renouvelable. Pour en lire plus...
  7. Provinces to clear way for workers MARIANNE WHITE, Canwest News Service Published: 7 hours ago Canada's premiers and territorial leaders reached a deal yesterday to remove labour mobility barriers across Canada beginning next year. The agreement, inked at the Council of the Federation meeting in Quebec City, will make it easier for workers trained in one province to do their job in another province. "We believe working people and their families want to have a situation where they do not have to go through 13 separate accreditation processes, but rather one accreditation process," Manitoba Premier Gary Doer said at a news conference. "We believe that a nurse is a nurse, a teacher is a teacher, a welder is a welder," he added. Quebec Premier Jean Charest said it is important for professional qualifications to be recognized across the country as provinces face worker shortages. "There are serious mobility constraints in about 25 per cent of jobs in Canada, so our task is to smooth away those last difficulties to create the most stimulating market," said Charest, who hosted the meeting. The provinces expect full labour mobility to be effective on April 1, 2009, but will still have to work out how to harmonize professional credentials among provinces at a future meeting. And certain professions will be exempted. Provincial labour ministers are to meet at a later date to develop a list of the exempted professions. It could, for example, include pharmacists, who are allowed to write prescriptions in Alberta but not in other provinces. "We're very pleased with the significant progress we made this morning on labour mobility," said Alberta Premier Ed Stelmach. "This is a bold step forward." Ontario Premier Dalton McGuinty said the agreement makes the country more competitive. "I'm not worried about Alberta and B.C., I'm worried about China, India, the U.S. and Europe," he said. "Also, I've got 100,000 jobs in Ontario that I can't fill." The premiers and territorial leaders also expressed worries about the future of the North American Free Trade Agreement (NAFTA). "We feel it's very important as provinces and territories to do our share to nurture this relationship (NAFTA) and defend what is the most important trade relationship in the world," Charest said on behalf of his counterparts. "There is a shared concern about the future of NAFTA, and we feel the federal government needs to be very vigilant in defending NAFTA and making it very clear that if Americans choose to question this trade agreement, everything will be on the table." Democratic presidential hopeful Barack Obama has said he might want to renegotiate NAFTA if he is elected Also yesterday, the premiers approved a new mechanism to resolve internal trade disputes that will include an enforcement tool. The old dispute system is based on consensus and contains no binding settlement mechanism or penalties. "The former mechanism was weak, anemic and without effects," Charest said. The new formula also provides for penalties of up to $5 million for failure to comply with the terms of the agreement. The dispute mechanism will be implemented as of Jan. 1.
  8. Le contrat vise l'élaboration et la gestion d'une plateforme électronique destinée aux écoles, aux collèges et aux universités financés par les fonds publics de l'Ontario. Pour en lire plus...
  9. Le syndicat qui représente les 420 mécaniciens et chauffeurs de Greyhound en Ontario et au Québec a conclu une entente de principe avec l'employeur, jeudi soir. Pour en lire plus...
  10. Le nombre de mises en chantier recule en décembre 9 janvier 2009 - 09h54 Presse Canadienne Le nombre de mises en chantier d'habitations a légèrement diminué au Canada en décembre dernier, passant de 178 000 en novembre à 177 300, selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). Ces données, qui sont désaisonnalisées et annualisées, c'est-à-dire des chiffres mensuels corrigés des variations saisonnières et multipliés par 12 afin de refléter le rythme d'activité sur un an, comprennent les résultats observés dans les régionales rurales du pays ainsi que dans les centres urbains, soit ceux ayant une population de 10 000 habitants et plus. Pour les centres urbains seulement, le nombre de mises en chantier est passé de 150 800 en novembre, à 150 100 en décembre. Au Québec, pour les centres urbains, toujours en données désaisonnalisées annualisées, une baisse a aussi été enregistrée. Le nombre de mises en chantier y était de 36 700 en décembre, comparativement à 42 000 en novembre. En Ontario, toujours dans les centres urbains, le nombre de mises en chantier est passé de 55 500 en novembre à 60 300 en décembre. Dans la région de l'Atlantique, 8400 mises en chantier ont été enregistrées en novembre, contre 8100 en décembre. Dans l'Ouest, dans les Prairies, 26 800 mises en chantier ont été inscrites aux livres en novembre, contre 25 100 en décembre. Enfin, en Colombie-Britannique, le nombre de mises en chantier a augmenté tout comme en Ontario, passant de 18 100 en novembre, à 19 900 le mois suivant. En données réelles, pour l'ensemble du Canada, le nombre de mises en chantier d'habitations en décembre dernier par rapport à décembre 2007, pour les régions rurales et les centres urbains, a diminué, passant de 13 506 à 12 407. Pour les centres urbains seulement, il est passé de 11 157 à 10 487. Au Québec, pour les centres urbains, il a augmenté, passant de 2668 en décembre 2007 à 2747 en décembre 2008. En Ontario, toujours pour les centres urbains, il est passé de 3484 à 4097. Dans l'Atlantique, le nombre réel de mises en chantier pour les centres de 10 000 habitants et plus est passé de 651 en décembre 2007, à 574 en décembre dernier. Dans les Prairies, 2237 mises en chantier ont été enregistrées en décembre 2007, contre 1578 en décembre 2008. En Colombie-Britannique, on parlait de 2117 mises en chantier en décembre 2007 et de 1491 en décembre 2008. Toronto: 42,212 / 33,293 / +27% Montréal: 21,927 / 23,233 / - 6% Vancouver: 19,591 / 20,736 / - 6% Calgary: 11,438 / 13,505 / -15% Ottawa-Gatineau: 10,302 / 9,294 / +11% Edmonton: 6,615 / 14,888 / -56% Québec: 5,457 / 5,284 / +3% Hamilton: 3,529 / 3,004 / +17% Winnipeg: 3,009 / 3,371 / -11% Kitchener: 2,634 / 2,740 / -4% London: 2,385 / 3,141 / -24% Saskatoon: 2,319 / 2,380 / -3%
  11. Parmi les boutiques qui seront fermées, on en retrouve à Montréal, Laval, Québec et Mont-Tremblant. D'autres magasins seront fermés en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique. Pour en lire plus...
  12. Emploi: le Québec résiste bien Publié le 11 juillet 2009 à 05h00 | Mis à jour à 05h00 Rudy Le Cours lapresseaffaires.com Les travailleurs québécois sont jusqu'ici beaucoup moins touchés par la récession que leurs collègues ontariens, encore loin du bout de leurs peines. De janvier à juin, l'économie a détruit 25 300 emplois au Québec, mais 178 600 dans la province voisine, selon les données de l'Enquête sur la population active de Statistique Canada publiées hier. Le mois dernier, il s'est créé 1200 emplois en Ontario alors que 4600 ont disparu ici, mais ces chiffres sont pur mirage. Chez nous, 3000 nouveaux emplois à temps plein n'ont pu compenser la destruction de 7600 postes à temps partiel. En Ontario, le faible gain total masque la destruction de 56 200 jobs à temps plein portant l'hécatombe dans la meilleure catégorie d'emplois à 244 200 cette année. Au final de mai à juin, le taux de chômage est passé de 8,7% à 8,8% au Québec, et de 9,4 à 9,6% en Ontario où l'on a aussi assisté à un soubresaut de la population à la recherche active d'un emploi. «Les pertes ontariennes sont sept fois plus nombreuses, constate Joëlle Noreau, économiste principale chez Desjardins. Le secteur manufacturier est trois fois et demie plus éprouvé.» L'Ontario fait face à un autre défi. Le taux de chômage chez les 15-24 ans a bondi de 17,1% à 19,1% en un mois. Au Québec il a plutôt diminué d'un point de pourcentage à 14,9%, allant ainsi à l'encontre de la tendance canadienne. Cela signifie que, hors Québec, les étudiants ont du mal à trouver du travail cet été. Or, les droits de scolarité y sont beaucoup plus élevés. Les parents contraints d'aider leurs grands enfants devront diminuer leurs dépenses discrétionnaires, ce qui freinera la relance de l'activité économique dans ces provinces. À l'échelle canadienne, le taux des demandeurs d'emploi a grimpé de deux dixièmes à 8,6%. En juin, il s'est perdu 7400 emplois, soit beaucoup moins que ce à quoi les experts s'attendaient, mais encore ici, il convient de gratter un peu. Ce résultat est le fruit de la disparition de 47 500 jobs à temps plein que n'a pas compensée la création 40 100 temps partiel. En outre, 37 200 personnes ont créé leur emploi car tant les secteurs public que privé ont réduit leurs effectifs. Pour le deuxième trimestre, les pertes nettes canadiennes se limitent à quelque 13 000 emplois. Cela tranche avec les destructions brutales de l'hiver et laisse croire que le marché du travail est en voie de se stabiliser. Le nombre d'heures ouvrées a augmenté pour un deuxième mois d'affilée en juin, ce qui accrédite la thèse d'une stabilisation. «Si les heures travaillées restent au même niveau en juillet, nous entamons le troisième trimestre avec un élan, le meilleur depuis le dernier trimestre de 2007», pensent Yanick Desnoyers et Marco Lettieri, de la Financière Banque Nationale. Quel contraste avec ce qui se passe aux États-Unis où la destruction d'emplois a été brutale le mois dernier et a fait grimper le taux de chômage à 9,5%! C'est d'ailleurs la faiblesse de l'emploi aux États-Unis qui pèse le plus sur celui du Canada dont les exportations au sud continuent de fléchir. Cela pèse sur le secteur manufacturier. Encore 25 700 emplois en usines détruits le mois dernier, surtout concentrés au Québec. Cela porte le solde cette année à 187 800, dont la moitié en Ontario où sont concentrées les activités de GM et Chrysler, qui émergent d'une faillite. La consolidation du marché du travail est assurée par la construction et par l'ensemble des services, hormis le commerce. Stabilisation ne signifie pas encore regain toutefois, comme le remarque Sébastien Lavoie, économiste chez Valeurs mobilières Banque Laurentienne. Le temps de chômage moyen a bondi de 11% en juin à 16,2 semaines. «On peut se consoler en se rappelant qu'il était beaucoup plus élevé durant les récessions précédentes (20 semaines dans les années 1980 et 25 dans les années 1990).» Aux États-Unis, on atteint les 24 semaines et demie, un triste sommet.
  13. 4040 Lafontaine À quelque pas du métro Pie-IX, du marché maisonneuve et de la promenade Ontario, ce nouveau projet de 16 condos vous offre des unités unique de grande dimensions dans un milieu de vie urbain en plein développement. http://www.habitationslaurendeau.com/4040.php
  14. Frais d'université Diminution des hausses (Archives) Une enquête de Statistique Canada, rendue publique jeudi, révèle qu'en moyenne les frais de scolarité ont augmenté de 2,8 % au premier cycle universitaire, en 2007-2008, pour les étudiants à plein temps. L'an passé, la hausse était de 3,2 %, tandis qu'elle atteignait en moyenne de 4,3 % pour la dernière décennie. Les étudiants de premier cycle ont déboursé en moyenne 4524,00 $ en frais de scolarité en 2007-2008, comparativement à 4400,00 $ l'année précédente Ces frais ont augmenté dans six provinces, y compris au Québec, où ils étaient gelés depuis plus de dix ans. C'est au Nouveau-Brunswick (4,8 %), au Québec (4,8 %) et en Ontario (4,4 %) que les hausses ont été les plus fortes. Les frais de scolarité les plus élevés sont enregistrés en Nouvelle-Écosse, où les étudiants de premier cycle ont payé en moyenne 5878,00 $. Aucune surprise, les étudiants du Québec n'ont payé en moyenne que 2025,00 $, soit moins de la moitié de la moyenne nationale. Frais de scolarité par provinces 2007-2008 Terre-Neuve-et-Labrador 2633,00$ Île-du-Prince-Édouard 4440,00 $ Nouvelle-Écosse 5879,00 $ Nouveau-Brunswick 5733,00 $ Québec 2025,00 $ Ontario 5381,00 $ Manitoba 3384,00 $ Saskatchewan 4774,00 $ Alberta 4964,00 $ Colombie-Britannique 4855,00 $
  15. On avait déjà discuté de cela il y a longtemps et il y avait de l'opposition et Cdn Tire menaçait d'aller construire en Ontario et puis plus rien... jusqu'à aujourd'hui où l'on a cette bonne nouvelle : ----------- 900 emplois créés Canadian Tire inaugure son nouveau centre de distribution 16 juin 2009 - 11h35 LA PRESSE CANADIENNE Une rare bonne nouvelle en ces temps de crise économique: Canadian Tire (CTC) et Systèmes de distribution Genco ont officiellement inauguré mardi un centre de distribution de 1,5 million de pieds carrés qui emploiera 600 personnes à temps plein et 300 autres à temps partiel, à Coteau-du-Lac, en Montérégie. Le premier ministre Jean Charest participait à l'annonce. Ce centre de distribution représente un investissement de 240 millions $ dont la construction a fourni du travail à 900 ouvriers. L'installation pourra traiter jusqu'à 55 millions de pieds cubes de marchandise par année et desservira les magasins Canadian Tire situés au Québec, en Ontario et dans les provinces de l'Atlantique. Le Québec à lui seul compte 94 magasins Canadian Tire employant plus de 10 000 personnes.
  16. Carré VM Coin Ontario et Papineau. 3 étages. En tout, 13 unités de condo résidentiels seront construits, répartis sur les étages supérieurs de l'immeuble. Le rez-de-chaussée, composé d'unités commerciales, s'harmonisera avec la vocation résidentielle de l'immeuble.
  17. Les travailleurs ontariens affectés à l'assemblage des modèles Corolla et Matrix seront en congés forcés pendant 17 jours. Le fabricant automobile japonais doit réduire ses inventaires. Pour en lire plus...
  18. Couche-Tard is a great Québec success story. Its market capitalization grew 500% in 5 years. http://montreal.ctvnews.ca/mobile/couche-tard-harnois-group-buying-esso-stations-1.2809690 CALGARY -- Imperial Oil says it has reached deals to sell its remaining 497 Esso retail stations in Canada to five fuel distributors for a total of $2.8 billion. Alimentation Couche-Tard Inc. is set to buy 279 stations in Ontario and Quebec for nearly $1.69 billion.
  19. Une maison au Québec, des impôts en Ontario Mise à jour le samedi 13 novembre 2010 à 18 h 04 Commenter (23) »Partager Imprimer Photo: La Presse Canadienne /Tom Hanson Le parlement d'Ottawa avec, en toile de fond, la ville de Gatineau. L'organisme Impératif français a tenu samedi une manifestation devant les bureaux de Revenu Québec, à Gatineau, pour protester contre la fraude fiscale. Selon cet organisme, plusieurs Ontariens qui résident au Québec trafiquent leur identité afin de ne pas y payer leurs impôts. « Ils vont prendre l'adresse d'un collègue, l'adresse d'amis, de parents. Même, ils se mettent à 4 ou 5 pour louer un condo », dit Jean-Paul Perreault, président d'Impératif français. M. Perreault dénonce que, selon lui, les autorités politiques ou la sécurité publique n'interviennent pas même si, dit-il, des Ontariens agissent de cette façon depuis de nombreuses années. Tous les Québécois se font ainsi voler, car ils doivent payer la part de ces trafiquants et fraudeurs. — Jean-Paul Perreault Il précise que ce phénomène peut être principalement observé en Outaouais où plusieurs citoyens dorment au Québec, mais conduisent un véhicule immatriculé en Ontario. Pour sa part, le gouvernement du Québec assure qu'il prend le problème au sérieux. En 2009-2010, Revenu Québec a récupéré de 233 contribuables qui déclaraient habiter dans une autre province alors qu'ils étaient bel et bien au Québec 2,3 millions de dollars. De ce nombre, plus de la moitié, soit 57 %, habitaient en Outaouais. Il y a 6 ans, le ministre qui était responsable de l'Outaouais estimait les pertes fiscales à au moins 10 millions de dollars par année. Avec le reportage de Stéphane Leclerc http://www.radio-canada.ca/regions/ottawa/2010/11/13/001-outaouais-fraude-fisc.shtml
  20. A new era of prosperity RICHARD FOOT, Canwest News Service Published: 8 hours ago Boom times for have-not provinces are redrawing Canada's economic and political map. The remarkable growth is resource-driven: potash and uranium in Saskatchewan, offshore oil in Newfoundland and Labrador To find the front lines of the global commodities boom, drive an hour east from Saskatoon on the Yellowhead Highway to Lanigan, Sask., home of the world's largest potash mine. Two huge, dome-covered warehouses, each about the size of a football field, stand on the mine site, eerily empty except for a few dusty sweepings of potash on the floors. "A decade ago there would have been a mountain of potash in here," said Will Brandsema, general manager of AMEC, whose engineering firm recently completed a $400-million expansion of the mine for the Potash Corp. of Saskatchewan. Potash Corp.'s Lanigan mine in Saskatchewan. The price of the mineral has soared to nearly $1,000 a tonne from about $100.View Larger Image View Today, worldwide demand for the pinkish, chalk-like mineral is so great, Potash Corp. can't keep its warehouses full. In the past four years, the price of potash - the basic ingredient of fertilizer - has soared to nearly $1,000 per tonne from about $100, largely because of rising populations in China and India and their sudden appetite for high-value, fertilizer-grown food. Thanks to a quirk of geologic good fortune, Saskatchewan is filled with potash and now produces more than a quarter of the world's supply. What was for years an unremarkable export has suddenly become one of the most treasured commodities on Earth - pink gold, you might call it - which, alongside surging sales of oil, uranium and even grain, is suddenly making Saskatchewan the economic envy of the nation. About 3,000 kilometres away, another once-poor province accustomed to life on the economic fringes is also reaping a windfall from its natural resources. Skyrocketing oil prices are fuelling an extraordinary economic turnaround in Newfoundland and Labrador, where a fourth offshore oil project will soon be in development. Petrodollars are transforming St. John's from a down-at-the-heels provincial capital into a bustling energy city brimming with stylish restaurants, affluent condo developments and a sense of euphoria not seen there since cod were first discovered on the Grand Banks. "The Newfoundland and Saskatchewan economies have gone from stagnant to stellar," Statistics Canada declared in its May Economic Observer. "These two provinces have moved beyond old stereotypes and stepped into a new era of prosperity." Both provinces led the country last year in growth of exports, in the rate of housing starts and in growth of gross domestic product - the only provinces, along with Alberta, whose per capita GDP was above the national average. In June, a report by the TD Bank Financial Group called Saskatchewan "Canada's commodity superstar" and said if the province were a country, it would rank fifth in the world among member nations of the Organization for Economic Co-operation and Development, in terms of per capita GDP. It would trail only Luxembourg, Norway, the United States and Ireland. (Alberta would come second if ranked on the same list.) John Crosbie, who announced the cod fishery's shutdown as federal fisheries minister and is now the province's lieutenant-governor, expressed the mood of many Newfoundlanders while reading his government's throne speech in March: "Ours is not the province it was two decades ago," Crosbie said. "We are - for the first time in our history - poised to come off equalization very soon. This is a stunning achievement that will reinforce the bold new attitude of self-confidence that has taken hold among Newfoundlanders and Labradorians." What do such economic shifts mean for the country as a whole, and how will the rise of two weaker provinces, coupled with the manufacturing malaise in Ontario, affect the workings of confederation? First, many economists say it's a mistake to underestimate the resilience and strength of the huge Ontario economy. They also say the surging energy economies of Alberta, Saskatchewan and Newfoundland face their own challenges, including cyclical commodity prices, the social costs of rapid development and severe labour shortages. Canada is already facing a labour crunch that's only going to worsen with time. In six years, said economist Brian Lee Crowley, president of the Atlantic Institute for Market Studies, there will be more people leaving the country's labour force than entering it. The new demand for workers in Saskatchewan and Newfoundland, especially in construction and engineering, can only exacerbate the problem. In 2006, for the first time in 23 years, Saskatchewan stopped losing people, on a net basis, to other provinces, thanks to the thousands of workers streaming home from Alberta to new jobs in Regina, Saskatoon, Moose Jaw and elsewhere. As job opportunities also grow in Newfoundland, and competition for skilled workers intensifies, the availability of labour will decline and the cost of it will increase, putting further pressures on the dollar and on manufacturers. The rampant growth of Canada's resource-rich economies is also expected to force changes to the federal equalization program. In April, the TD Bank forecast that Ontario, a longtime contributor to equalization, could become a recipient as early as 2010 - not because Ontario's economy is falling apart, but because it is slipping relative to the extraordinary growth of commodity-producing provinces. As the resource boom pushes the average level of provincial revenues higher, provinces like Ontario will fall below that average, and the cost of funding equalization will increase. Yet the federal government won't be able to afford the program, because Ottawa has no access to the commodity revenues that are driving up its cost; natural resource royalties flow only to the provinces. "The amount of money required for that program is going to get bigger and bigger," said Wade Locke, an economist at Memorial University in St. John's. As for Newfoundland and Labrador, over the past decade its per capita GDP has risen to $10,000 above the national average from $10,000 below - the fastest 10-year turnaround of any province in Canadian Newfoundland and Saskatchewan both reaped a bonanza last year from commodity royalties. Newfoundland posted a record $1.4-billion budget surplus; Saskatchewan announced a $641-million surplus plus a $1-billion infrastructure spending spree. While those two provinces enjoy their economic rebirth, recession stalks other regions of Canada, in particular the industrial heartland of Ontario. There, many manufacturers are struggling with high energy costs and a strong dollar, and the North American automakers - once Canada's economic engine - are shedding jobs and shutting factories. John Pollock, chairman of Electrohome Ltd. in Kitchener, Ont. - he is winding up the affairs of a once-proud consumer electronics maker forced to the sidelines by overseas competition - predicts Ontario is entering a period of perhaps a decade or more in which it will no longer drive the country's economy. "There's going to be a period of transition that's going to be tough," he said. "Ontario has supported the rest of the country - provinces like Saskatchewan and Newfoundland - for years. Maybe it's time for a shift." Global financier George Soros recently described Canada's economy as a split personality - half beleaguered by a sluggish manufacturing sector, and half enjoying the wonders of the worldwide resource boom. Never before have the fault lines between Central Canada's energy-dependent provinces and the far-flung energy-rich ones been so stark, says Brett Gartner, an economist with the Canada West Foundation, a Calgary think-tank. "Of course, Ontario's not about to fade away. It still accounts for more than 40 per cent of the national economy," Gartner said. "But let's not discount what's happening in the regions. It's quite astounding." In Saskatchewan, for example, Potash Corp., buoyed by a share price that has made it one of the leading companies on the Toronto Stock Exchange, is spending $3.2 billion to construct new mines and expand existing ones. Much of that work has gone to AMEC, an international engineering firm that recently refurbished a second mill at the Lanigan mine after the facility was closed in the 1980s because of lack of demand. Will Brandsema, who runs AMEC's Saskatoon office, says he can't hire engineers fast enough to fill the jobs created by mine expansions in the potash and uranium industries. Eight years ago, AMEC employed 64 people in Saskatoon; today that number is 325. "You talk about have-not provinces," he said. "Ten years ago, I spent most of my time in the office looking for business. Now I spend most of my time with human resources, looking for people to hire. "It's just amazing the growth here, and not only in potash. Thirty per cent of the world's uranium comes out of this province. And we have other commodities - oil, gas, coal and the whole agricultural side. All of these are going to grow." Saskatchewan left the ranks of equalization-receiving provinces in 2007. Newfoundland and Labrador is expected to become a "have" province this year or next, a startling change considering that the cod fishery - once the foundation of the province's economy - has not substantially reopened since its devastating closure by Ottawa in 1992. "It's currently $13 billion. It's going to be $30 billion in 10 years. The federal government doesn't have the financial wherewithal to fund that program." Yet abolishing or changing equalization, a program required by the constitution, presents huge political problems, particularly in Quebec, which receives the largest equalization payment, although the lowest per capita amount. "You're going to see some serious restructuring of equalization, but not before the next election," Locke said. "The Harper government is not going to do it." Changes to equalization, not to mention a realignment of "have" and "have-not" provinces, could also prompt a new wave of regional beefs and resentments - the bane of confederation. Ontario Premier Dalton McGuinty is already complaining about how much his province's taxpayers contribute to national transfer programs, a system Ontario governments once supported in better economic times. Oil itself could become a flashpoint that divides the country. Public demands in Quebec, Ontario or British Columbia for a national carbon tax would now raise the ire of more than just one oil-producing province. In the meantime, Saskatchewan and Newfoundland, which typically wield little weight in national discussions, could use their new economic clout to campaign for a truly effective Senate, with real power to represent regional interests. "There is some realignment of economic power occurring that will influence the national political debate," said former Newfoundland premier Brian Peckford, who now works as a business consultant in British Columbia. "Premiers' meetings, for example, won't be dominated by only a few big provinces. Smaller provinces like Saskatchewan and Newfoundland won't have to shout and demand to be heard. We'll get noticed simply by being there." Still, Peckford - who grew up in a province so poor that he remembers, as a boy, studying his schoolbooks by kerosene lamp - warns Newfoundlanders not to let their budding affluence go to their heads. "I would caution them that as they grow financially, they must also grow emotionally and socially," he said. "The last thing Newfoundland and Labrador should do is get arrogant about this, because one never knows how long it will last. "A lot of Canadians helped us after we joined confederation, so it's our turn now to contribute back." Rags to resources: First of a series Boom times for the "have-nots" are redrawing Canada's economic and political map. Next: Day 2: Flush with commodities cash, Saskatchewan revels in its rebirth. Day 3: From misfit to petro-darling: Newfoundland's remarkable transformation. Day 4: Hard times in the industrial heartland: Ontario's painful transition. Day 5: The ''curse'' of resources: Post-fortune perils. Day 6: Finding new fortunes: Quebec's industrial heartland moves on. http://www.canada.com/montrealgazette/news/story.html?id=6fd0d4f0-4e9c-462d-af41-4ae1b93545a0&p=3
  21. Le Groupe CGI décroche un contrat de 40 M$ en Ontario 15 septembre 2008 - 14h32 Presse Canadienne Le Groupe CGI (GIB.A) a annoncé lundi l'obtention d'un contrat de cinq ans évalué à 40 M$ pour l'élaboration et la gestion d'une plateforme électronique destinée aux écoles, aux collèges et aux universités financés par les fonds publics de l'Ontario. Le fournisseur de services en technologies de l'information, qui compte 27 000 employés, a indiqué qu'il réaliserait cette plateforme à l'aide des solutions de gestion des dépenses de la société Ariba, de Sunnyvale, en Californie. Le gouvernement ontarien a mis sur pied cette année le Marché éducationnel collaboratif de l'Ontario (MECO) pour faciliter l'approvisionnement collectif et lancer un marché électronique intégré, afin que les professionnels de l'éducation puissent se concentrer sur l'enseignement, la recherche et les services aux étudiants. Le projet se déroulera en deux phases. CGI va d'abord créer un environnement de commerce au détail où les utilisateurs pourront choisir un ensemble de biens et services. Ensuite, l'entreprise va permettre aux groupes d'approvisionnement du secteur de l'éducation de publier des demandes de propositions pour les achats importants, de gérer les réponses des fournisseurs et d'exécuter les contrats qui seront conclus. Selon le président et chef de la direction intérimaire et responsable des technologies de l'information du MECO, Frank Erschen, CGI «a été choisie comme partenaire car elle a démontré qu'elle comprend la vision du MECO et qu'elle a acquis une vaste expérience en gérant avec succès d'autres marchés électroniques au Canada et aux États-Unis». A la Bourse de Toronto, lundi après-midi, le cours des actions de CGI était de 10,37 $, en baisse de 31 cents par rapport au précédent taux de clôture.
  22. Infrastructure crumbling? An international sports event might be just the answer LINDA GYULAI, The Gazette Published: 23 hours ago Big international events snag big bucks. Toronto and its neighbouring cities are hoping that formula will equal $1 billion to build or upgrade local sports and recreation facilities if they win a joint bid to host the 2015 Pan American Games. "It's the single most important objective," former Ontario premier David Peterson, who was named by Premier Dalton McGuinty to head the region's bid, said in an interview with The Gazette. "There seems to be a massive deficit of infrastructure here." The region will know in a year whether it has the event, Peterson said. The province hasn't hosted a significant international sports event since the 1930s. Cities all around Toronto say they need everything from swimming pools to gyms. Hamilton said this month it will have to close more than half its recreation centres, pools and arenas within a decade if it doesn't deal with a $20-million backlog of repairs and upgrades. And a 2005 survey of 2,560 municipal arenas, pools and community centres by Parks and Recreation Ontario, an association, found their average was 32. The facilities require $5 billion in repairs and upgrades, the study concluded. The bulk of federal sport infrastructure funding in recent years has gone to western Canada, which has hosted the Olympics, Commonwealth Games and Pan American Games, said Michelle Gendron, spokesperson for Sports-Québec, a provincial association of sport federations representing 90 activities. Vancouver will host the 2010 winter Olympics. Montreal's last major international hurrah, the '76 Olympics, sparked the city's last sport and recreation building boom. But politicians have done a 100-metre dash from the idea of hosting another major event after the games left a $1-billion deficit. Mayoral candidate Benoit Labonté has proposed Montreal bid for the 2020 world fair as a catalyst for the city's renewal. After all, Montreal got a métro system for Expo 67. It's the right idea, but the wrong event to generate cash for Montreal's worn-out sports and recreation facilities, Gendron said. "It takes a sporting event to generate investment in sport facilities." Even a smaller international sporting event brings a windfall, she said. The 2005 World Aquatics Championships, for instance, led to the upgrade of the swimming pools on Île Ste. Hélène.
  23. Montreal's Cogeco aquires Toronto Hydro Mike King, Montreal Gazette Published: Friday, June 13 MONTREAL - Cogeco Cable Inc. is spreading its network into Canada's biggest business telecommunications market with the purchase of Toronto Hydro Telecom Inc. "This acquisition is another step in the enrichment of the Cogeco Business Solutions Data offering," Louis Audet, president and CEO of the Montreal company, said yesterday in announcing the deal. He said THTI's state-of-the-art network, dedicated workforce and Toronto business market potential "should complement our existing business telecommunications activities in Ontario and allow future growth for Cogeco Cable in this line of business." Cogeco is the second-largest cable telecommunications operator in Ontario, Quebec and Portugal respectively based on the number of basic cable subscribers. Audet said the takeover "demontrates our willingness to seize upon external growth opportunities in our Canadian footprint when they arise and fit well with our business strategy." The deal provides Cogeco with a unique chance to add owned and operated points of presence throughout the greater Toronto area, linked to its other existing broadband facilities extending over the dense Ontario telecommunications corridor from Windsor to Cornwall. At the same time, THTI customers will be able to benefit from Cogeco's extensive fiber network spanning Ontario and Quebec. Shares closed at $39.89 on the Toronto Stock Exchange yesterday, up $1.08. [email protected] http://www.canada.com/montrealgazette/news/business/story.html?id=8bb1d48f-5b0f-44ce-a31a-3ee91ef6ef00
  24. LE QUÉBEC TIENT LA CADENCE AVEC L’ONTARIO JULES DUFORT ET JEAN-PIERRE FURLONG ÉCONOMISTES Édition du 22 août 2016, Des compilations spéciales de Statistique Canada nous permettent : • de comparer adéquatement ici les niveaux de productivité et la rémunération du travail au Québec et en Ontario, pour 19 industries productrices de biens et services. La fabrication, l’une des 19, est à son tour subdivisée en 19 catégories ; et, • de vérifier l’hypothèse que l’économie du Québec est globalement aussi productive que celle de l’Ontario. Parmi les diverses données sur le produit intérieur brut (PIB), seules celles sur le PIB nominal aux prix de base par industrie permettent de comparer les niveaux de productivité entre les provinces. Les données les plus récentes sur cet indicateur sont celles de 2012. Le tableau présenté ci-contre indique bien que lorsque l’on tient compte des différences de structure industrielle (c’est-à-dire des différences dans l’importance relative des industries), le rapport Québec/Ontario de la richesse ou la production par heure travaillée augmente. Pour les biens et services pris globalement, le rapport passe de 94,5 % à 97,4 % en 2012. Le tableau révèle aussi que la productivité est nettement plus élevée au Québec dans la production de biens. C’est le cas d’ailleurs pour quatre des cinq industries de ce secteur, soit : • l’agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse ; • l’extraction minière, l’exploitation en carrière et l’exploitation de pétrole et de gaz ; • les services publics et ; • la construction. En revanche, la productivité du Québec est plus faible qu’en Ontario dans l’industrie de la fabrication. Il n’y a que dans 6 des 19 catégories de cette industrie que la productivité québécoise dépasse celle de l’Ontario. L’insuffisance des investissements en machines et équipements et en recherche et développement, une moins grande propension à innover et des établissements de production de taille relativement plus petite, ne permettant pas ainsi de profiter pleinement d’économies d’échelle, sont des pistes à explorer pour tenter d’expliquer cette situation. INDUSTRIES DE SERVICES Dans les industries de services, les prix peuvent avoir tendance à être plus élevés en Ontario qu’au Québec, ce qui expliquerait, du moins en partie, le fait que la productivité du travail soit plus faible au Québec dans ce secteur. (La rémunération constitue d’ailleurs une composante importante du prix des services. Or, la rémunération est plus élevée en Ontario qu’au Québec dans 12 des 14 industries de services.) Si la moitié de l’écart de productivité entre le Québec et l’Ontario dans le secteur des services (3,4 des 6,8 points de pourcentage d’écart) provenait de la présence de prix de vente plus faibles pour les producteurs de services du Québec, le niveau de productivité de l’ensemble du secteur des entreprises commerciales serait identique au Québec et en Ontario (à 99,97 % pour être plus précis). Ainsi, l’hypothèse que la productivité soit aussi élevée au Québec qu’en Ontario tient la route. Tout comme pour la productivité, tenir compte des différences dans l’importance relative des industries a pour conséquence de rapprocher la rémunération du travail au Québec de celle de l’Ontario. Pour les biens et services pris globalement, la rémunération horaire au Québec passe de 92,9 % à 94,9 % de celle de l’Ontario en 2012. On peut aussi déduire des pourcentages précédents que pour l’ensemble des entreprises, notamment les producteurs de biens, la rémunération horaire est inférieure au Québec par rapport à l’Ontario, ce à quoi l’on pourrait s’attendre en tenant compte de la production ou de la richesse créée par heure travaillée. Toutes choses étant égales par ailleurs, si la productivité québécoise correspond à 97,4 % de celle de l’Ontario, la rémunération horaire devrait aussi se situer à 97,4 %. Or, elle n’est qu’à 94,9 % de celle de l’Ontario. L’ampleur de la différence est encore plus difficile à expliquer lorsqu’on se limite aux biens. La productivité du travail y est plus élevée au Québec (106,3 % de celle de l’Ontario), mais la rémunération horaire y est inférieure (98,8 % de celle de l’Ontario). Pour les producteurs de services, la différence de productivité s’accompagne, à première vue, d’un écart pratiquement identique de rémunération horaire. À un niveau plus détaillé d’analyse, toujours au Québec par rapport à l’Ontario, la rémunération horaire est inférieure à la richesse créée par heure travaillée pour 13 des 19 industries de biens et services analysées. Les entreprises commerciales du Québec sont, dans leur ensemble, vraisemblablement tout aussi productives que celles de l’Ontario lorsque l’on tient compte des différences de structure industrielle et des prix relatifs des services. Par ailleurs, compte tenu de la richesse créée par heure travaillée, les travailleurs québécois sont moins bien rémunérés que leurs homologues ontariens, et ce, dans un grand nombre d’industries. http://plus.lapresse.ca/screens/89d0cf5d-590c-4026-bf3a-9683b47e1429%7C_0.html