Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'montréal'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Projets immobiliers
    • Propositions
    • Lieux de culture, sport et divertissement
    • En Construction
    • Complétés
    • Transports et infrastructures
    • Visions
    • Immeubles détruits
    • Projets Annulés
    • Projets oubliés et/ou en suspens
  • Généralités - Main Forum
    • Rénovations, aménagements extérieurs et domotique
    • Discussions générales
    • Sports
    • Sondages
    • Divertissement, Bouffe et Culture
    • Technologies urbaines
    • Ressources
    • L'actualité
    • Opinions de l'extérieur sur Montréal
    • Hors Sujet
  • Aviation MTLYUL
    • Discussions générales
    • Spotting à YUL
  • Ici et ailleurs
    • Ville de Québec et reste du Québec
    • Toronto et le reste du Canada
    • États-Unis d'Amérique
    • Europe
    • Projets ailleurs dans le monde.
  • Photographie et vidéos
    • Photographie urbaine
    • Autres photos
    • Anciennes photos

Calendriers

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Biography


Location


Intérêts


Occupation


3 231 résultats trouvés

  1. Discussion sur la ligne de Métro diagonale proposée par Valérie Plante
  2. loulou123

    Tour Montréal-Paris (1964)

    Le 10 décembre 1964, le maire Jean Drapeau dévoile un projet de tour pour Expo 67. Érigée à l'extrémité est de l'île Sainte-Hélène et d'une hauteur de 325 m (1 066 pi), cette tour, réalisée conjointement par les villes de Montréal et de Paris, doit commémorer le 325e anniversaire de la fondation de Montréal. Faute de ressources financières, le projet est abandonné l'année suivante. Le stade olympique dans lequel jouent les Expos aujourd'hui, ressemble étrangement à cette tour...
  3. Le Fou

    Skyline De Montréal

    J'habite à l'Ile-des-Soeurs depuis Avril. Ma première photo «close-up» du Skyline. Voici deux autres photos prises il y a environ 1-1/2 mois. Sans Zoom.
  4. Discussion sur la Société des transports de Montréal Actualités, informations générales, discussion générale
  5. Port de Montréal Installations Accueil À propos du Port Carrières Nous joindre Médias English ENTREPRISES LE PORT, PARTENAIRE D'AFFAIRES Nos avantages Plateforme intermodale Ouvert toute l'année Sûreté au port Statistiques Représentation - Europe / É-U / Asie Contacts à l'Administration portuaire Services fréquemment demandés Liens utiles aux entreprises Appels d'offres Magazine Port Info OPÉRATIONS Arrivées et départs des navires Services programmés de conteneurs Pratiques et procédures Permis et autres documents MARSEC Avis aux usagers Services aux navires TarifsPassPortRéseau de caméras Internet INFORMATIONS SUR LE PORT Répertoire du Port Carte des installations Carte du Port de Montréal Carte d'accès au siège socia lRoutes d'accès aux terminaux Information aux camionneurs Carte régionaleLois et règlements Conditions générales d’occupation FAQ COMMUNAUTÉ PRÉSENTATION DU PORT Commerçant maritime mondial Le Port en chiffres Statistiques Moteur de développement économique Le Port au fil de son histoire Niveaux d'eau Maison des marins Présentation et discours Publications Carnet de bord – Le magazine des amis du port Devenez un ami du port PhotosVidéos ENGAGEMENT SOCIAL Développement durable Environnement PROJETS Travaux secteurs Maisonneuve et Viau CROISIÈRES CROISIÈRES INTERNATIONALES Arrivées et départs des navires Montréal, destination touristique Accès à la gare maritime FAQ Photos Vidéos Liens utiles CROISIÈRES INTÉRIEURES Liens utiles BATEAUX DE PLAISANCE Liens utiles
  6. Prolongement de la ligne bleue vers l'est Prolongement de la ligne bleue vers l'est. La mise en chantier est prévue en 2022, pour une livraison en 2026. Connexion avec le SRB Pie-IX, stationnement de 1200 places aux Galeries d'Anjou. Coût évalué à 3.9 milliards de dollars.
  7. Raser pour mieux reconstruire Le gouvernement du Québec a décidé de raser l'échangeur Turcot à Montréal pour le reconstruire au sol, selon le Journal de Montréal. La ministre des Transports Julie Boulet ferait l'annonce officielle de ce mégaprojet d'un milliard de dollars vendredi. Les travaux s'échelonneraient sur 10 ans. Construit aux coûts de 24 millions de dollars il y a 40 ans, l'échangeur Turcot est constitué d'un enchevêtrement de 7,7 kilomètres de bretelles autoroutières suspendues entre ciel et terre par des colonnes de béton. L'oeuvre, construite dans les années 1960, a atteint la fin de sa vie utile. Un appel d'offres sera lancé pour déterminer la firme d'ingénieurs-conseils qui supervisera les travaux. L'un des principaux défis auquel ils devront faire face sera de maintenir la circulation tout en effectuant les travaux. Perçu comme un chef-d'oeuvre d'ingénierie au moment de sa construction, l'échangeur Turcot était vu comme un aperçu des villes du futur. Situé dans le sud-ouest de Montréal, la structure relie les autoroutes 20, 15 et 720. Plan détaillé
  8. http://www.tvanouvelles.ca/2016/02/04/shopify-veut-engager-150-personnes-a-montreal
  9. http://plus.lapresse.ca/screens/de710767-b7a8-47f7-82c6-c3626525bd30%7C_0.html sent via Tapatalk
  10. Parc du Mont-Royal: Informations, discussion générale et actualités http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7377,94551572&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=81 http://www.lemontroyal.qc.ca/carte/fr/index.sn
  11. Port de Montréal Photo : Luc Lavigne Le gouvernement Marois, la Ville de Montréal et l'Administration portuaire de Montréal annoncent la signature d'une entente pour le prolongement du boulevard de l'Assomption, afin de faciliter l'accès au port. Les améliorations visent aussi le prolongement de l'avenue Souligny ainsi que le réaménagement des liens entre le port et l'autoroute 25. Ces changements faisaient partie des priorités de la Ville dans son dernier plan de transport. Le projet doit faciliter le transport des marchandises en raccordant plus directement le port au réseau autoroutier. Il doit aussi diminuer le transit de camions sur la rue Notre-Dame. « C'est une bonne nouvelle pour le développement de l'est de Montréal et pour l'ensemble du Québec », affirme le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, dans un communiqué. Québec croit aussi que le projet améliorera la qualité de vie des citoyens en réduisant la pollution, le bruit et les risques d'accident dans les quartiers adjacents. Aucun échéancier toutefois n'a été établi pour les travaux, et aucun détail n'a été donné concernant le coût du projet. Le ministère des Transports doit par ailleurs mener les études pour les réaménagements à proximité de l'autoroute 25. Mise en valeur des terrains Le projet vise aussi le désenclavement et le développement de terrains vacants à vocation industrielle dans ce secteur. « L'établissement de ce nouveau lien routier de 1,5 km contribuera à la mise en valeur d'un quadrilatère de 300 000 mètres carrés situé entre la rue Dickson et la cour de triage du CN, et entre les rues Hochelaga et Notre-Dame, où plusieurs terrains sont enclavés et vacants », précise la Ville de Montréal. « L'amélioration de l'accessibilité routière au Port de Montréal et l'allégement du camionnage sur la rue Notre-Dame représentent des avantages considérables, qui bénéficieront au développement économique de l'est de la métropole », affirme de son côté le maire de Montréal, Michael Applebaum, dans un communiqué. Quant à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, elle salue cette décision, des changements qu'elle souhaitait voir se réaliser depuis 2011.
  12. BLADES OF GLORY Le STADE COMME DÉCOR. Qui eût cru qu'en 2007 le Stade olympique de Montréal serait en vedette dans un film hollywoodien! C'est le cas dans Blades of Glory, une nouvelle comédie avec Will Ferrell où Montréal est à l'honneur. «On a eu tellement de plaisir à tourner à Montréal qu'on aurait aimé y tourner tout le film», dit le plus sérieusement du monde Will Ferrell, en entrevue à Los Angeles la semaine dernière. Blades of Glory est une satire du milieu du patinage artistique dans laquelle Will Ferrell campe un champion déchu. Ceux qui iront au cinéma à partir du 30 mars n'auront pas qu'un air de déjà-vu, le film est une vraie carte postale touristique de la ville ! Tournées l'hiver dernier pendant deux semaines, les scènes du film ont comme décors le Vieux-Montréal, le canal de Lachine, l'Usine Five Roses, l'intérieur et l'extérieur du Palais des congrès et, bien sûr, le Stade olympique où se déroule la finale de patinage artistique. «C'est assez rare que Montréal fasse partie du scénario. Ça ne s'est fait qu'à deux ou trois reprises, comme dans The Score, avec De Niro (2001), et Taking Lives, avec Angelina Jolie (2003)», précise Adrian Knight, directeur montréalais des lieux de tournage. Mis à part le facteur économique, ce qui a séduit les deux réalisateurs du film est l'architecture des années 70. «On aime Montréal, on est fans de l'architecture de la période olympique avec le Stade et Habitat 67, même s'il y en a plusieurs là-bas qui détestent ça !» ont déclaré Josh Gordon et Will Speck, également en entrevue la semaine dernière à Los Angeles. Ces derniers ont aussi été attirés par les canaux fluviaux de la ville où ils ont pu tourner une course en patins. Ils ont toutefois eu des petits pépins avec le bassin Bonsecours qui n'était pas tout à fait gelé en mars, ce qui a eu pour effet de repousser les délais de tournage de deux semaines. Non seulement ils ont tourné une partie du film dans la métropole, mais les spectateurs seront surpris d'entendre quelques figurants s'exprimer en «québécois». Rémy Girard Il y a même Rémy Girard qui fait une courte apparition en homme d'Église au début du film. «Normalement, les équipes qui tournent dans une ville font semblant que ça se déroule ailleurs. Nous, on a mis Montréal partout: sur les sacs, les chaussures, les manteaux», ajoute un des réalisateurs. De fait, sur les objets promotionnels et affiches du film, le nom de Montréal est bien en évidence. À Montréal, on se réjouit d'une telle visibilité. «Ce film sera vu par des millions de personnes dans une soixantaine de pays. Aucune campagne de pub ne peut acheter ce niveau d'exposure», dit Hans Fraikin, du Bureau du cinéma et de la télévision du Québec. «Les retombées économiques d'un tel tournage sont importantes», affirme Adrian Knight, directeur des lieux de tournage, précisant que chaque lieu de tournage bénéficie par le fait même d'un cachet. Blades of Glory (Les Rois du patin) sort en salle le 30 mars. Le film 300, qui bat des records au box-office en ce moment, a été entièrement tourné à Montréal dans les studios Mel's, et ce sont trois sociétés montréalaises qui ont produit les effets visuels.
  13. Le Musée des beaux-arts de Montréal a attiré plus d'un million de visiteurs en 2013 Mise à jour le lundi 17 mars 2014 à 10 h 51 L'année 2013 a été une année record pour le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Pour la première fois en 153 ans d'histoire, plus d'un million de personnes ont participé au cours de l'année à l'une des activités de l'institution montréalaise (visites de collections et d'expositions temporaires, participations aux ateliers, conférences éducatives, concerts, etc.) Autre record : le musée compte désormais 88 000 membres, ce qui en fait l'institution muséale canadienne la plus populaire sur ce plan. Chihuly, l'expo la plus populaire de la décennie À l'été 2013, l'exposition des oeuvres monumentales du sculpteur de verre Dale Chihuly, a attiré, selon les chiffres fournis par l'institution, près de 280 000 visiteurs, la plus importante fréquentation au MBAM au cours des 10 dernières années. Le MBAM tente d'ailleurs d'acquérir par voie de dons du public Le soleil, œuvre emblématique de l'artiste (notre photo). Au programme en 2014 La saison contemporaine du MBAM propose deux expositions majeures : Peter Doig en première américaine et 1+1 = 1, quand les collections du Musée des beaux-arts et du Musée d'art contemporain de Montréal conversent. Par ailleurs, l'exposition La BD s'expose au Musée, amorcée en 2013, se poursuit, mettant en valeur le travail de 15 bédéistes de La Pastèque inspirés par la collection du musée. L'été devrait quant à lui être consacré aux arts décoratifs et au design avec deux expositions en exclusivité canadienne, dont une présentant la collection de joaillerie de l'orfèvre des tsars Fabergé. Et cet automne, pour souligner le centenaire de la Première Guerre mondiale, des toiles d'importants maîtres de l'art français postimpressionniste et de l'expressionnisme allemand seront rassemblées, de Van Gogh à Gauguin en passant par Kandinsky et Kirchner.
  14. http://s9architecture.com/montreal-1/ Évocations pour l’îlot De Lorimier coin Sainte-Catherine juste à l'est du pont Jacques-Cartier dans le quartier Sainte-Marie S9 ARCHITECTURE AND ENGINEERING, PC de New York. CLIENT SICAM Development Corporation TEAM Architect: S9 Architecture SIZE 1 480 300 SF LOCATION Ste. Catherine et de Lorimier, Montreal, Quebec, Canada STATUS Design phase
  15. ChrisDVD

    Le Castelnau - 4, 4, 5, 5 étages

    Nouveau projet de 300 logements à Montréal Mise à jour le vendredi 15 octobre 2010 à 18 h 24 L'ancien joueur vedette du Canadien Serge Savard et ses partenaires d'affaires projettent de reconvertir l'ancien Institut des sourds et muets de Montréal en immeuble résidentiel. Le groupe Thibault, Messier, Savard et associés (TMSA), en partenariat avec Développements McGill, compte y construire 300 appartements, a confirmé à Radio-Canada.ca Martin Galarneau, vice-président Affaires corporatives et développement chez TMSA. Un logement sur quatre serait destiné aux familles, avec deux ou trois chambres, alors que le reste de l'immeuble abriterait de plus petits appartements, dont des studios. Le bâtiment patrimonial, actuellement nommé le Centre 7400, est situé dans l'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, près du parc Jarry. La Ville doit donner son feu vert L'ancien Institut des sourds et muets de Montréal est la propriété des Clercs de Saint-Viateur. La congrégation est prête à le vendre aux promoteurs. Cette entente d'achat est toutefois conditionnelle au feu vert de la Ville de Montréal. Le projet de reconversion du bâtiment patrimonial, qui exige notamment un changement au plan d'urbanisme, a reçu l'appui du conseil d'arrondissement, en septembre dernier. Le conseil exécutif juge aussi le projet souhaitable. Mercredi, il a décidé de le soumettre au conseil municipal le 25 octobre prochain. Des audiences publiques pourraient alors avoir lieu à la mi-novembre. Si tout se passe bien, les travaux pourraient commencer dans un an. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/10/15/015-montreal-immobilier-savard.shtml Un image de imtl.org
  16. I figure I start a thread showcasing my drone activity of Montreal and the surrounding area...
  17. Google a choisi Montréal pour héberger son nouveau centre de stockage de données, une infrastructure qui permettra aux entreprises et aux utilisateurs de profiter de vitesses sensiblement accrues. L'annonce en a été faite ce jeudi après-midi à San Francisco. La métropole québécoise, qui hébergeait déjà les activités de sécurité de Chrome et un centre de recherche sur l'apprentissage profond, devient ainsi la septième «région» de la plateforme infonuagique de Google. «Pour moi, c'est un honneur aux grands talents qu'on retrouve au Québec, on peut en être fier», a déclaré en entrevue à La Presse Marie-Josée Lamothe, directrice générale des stratégies de marque et responsable des activités québécoises de Google. Aucun détail n'est cependant encore disponible sur la taille des installations que Google implantera à Montréal, que ce soit en termes d'investissements, d'espaces ou d'emplois créés. La date précise de l'ouverture de cette infrastructure n'a pas non plus été dévoilée. Infonuagique: Montreal devient la septième région de Google | Karim Benessaieh | Techno
  18. http://journalmetro.com/actualites/montreal/1359879/vers-un-demenagement-du-futur-centre-animalier-municipal/ 22/01/2018 Mise à jour : 22 janvier 2018 | 3:00 Vers un nouveau déménagement du futur centre animalier municipal Par Romain Schué Métro Attendue depuis des années, la construction du futur centre animalier municipal sera encore être retardée. Et le projet, imaginé dans Saint-Michel, pourrait être relocalisé. Ce refuge a été une première fois promis en 2011 par l’administration de l’ancien maire Gérard Tremblay. Celle-ci, choquée par la diffusion d’un reportage visant un fournisseur privé et faisant état de maltraitance animale, souhaitait municipaliser ce service. Initialement envisagée au parc Angrignon, dans l’arrondissement du Sud-Ouest, pour une ouverture en 2016, cette fourrière animale a été déplacée au nord du boulevard Pie-IX, en 2014, par l’équipe de Denis Coderre, qui mettait en avant la forte présence d’animaux domestiques dans ce secteur. Mais quatre ans plus tard, aucune pelletée de terre n’a débuté, la faute à un terrain fortement contaminé. Le budget, quant à lui, a explosé. Estimés au départ à 23M$, les coûts ont ensuite grimpé à près de 35M$, avant, récemment, d’être revus à 46M$, dont 16M$ pour la seule décontamination. La Ville a même été contrainte de lancer à trois reprises son processus d’appel d’offres, la faute à un manque de soumissionnaires. Un métro à proximité Face à cette hausse des prix, l’équipe de la nouvelle mairesse, Valérie Plante, déjà très critique à l’époque contre l’emplacement de ce projet, ouvre la porte à une nouvelle relocalisation. Aucun nouvel endroit n’a cependant été évoqué pour le moment et un retour au parc Angrignon n’est pas à l’ordre du jour. «Toutes ces difficultés n’avaient pas été présentées par l’ancienne administration», indique Craig Sauvé, conseiller associé aux services aux citoyens. Ce dernier veut néanmoins être patient. «On attend toutes les analyses de nos services, on va voir toutes nos options puis on tranchera, avance-t-il. On veut être des gestionnaires responsables pour les Montréalais.» L’absence d’un métro à proximité du site de Saint-Michel pousserait également à un déménagement. «L’accessibilité est un enjeu majeur», analyse l’élu Sterling Downey, fin connaisseur de ce dossier, qui travaille également sur la mise en place du nouveau règlement animalier de la métropole. Celui-ci devrait voir le jour d’ici l’été. «Si l’on veut encourager les adoptions responsables, il faut permettre aux familles de se déplacer facilement, plusieurs fois, pour voir les animaux, reprend-il. Sinon, on fait face à des achats par impulsion, qui entrainent des abandons. Et même ceux qui doivent abandonner leur animal en changeant par exemple de logement pourront venir plus facilement dans ce centre s’il est accessible, plutôt que de le laisser au bord de la route.» Cette relocalisation est néanmoins jugée «désolante» par le conseiller de Saint-Michel, Frantz Benjamin. «C’était un bon endroit, accessible en bus et en voiture, puis par le SRB Pie-IX [projet de bus rapide attendu pour fin 2022]», clame l’élu de l’opposition, avant de mettre en avant de futurs «retards inacceptables». Des délais rallongés Il faudra encore patienter avant de voir ce centre animalier, qui accueillerait un minimum de 12 000 animaux, à la fois domestiques et sauvages. Si l’administration Plante décide finalement d’aller de l’avant dans Saint-Michel, malgré l’incertitude liée aux coûts, «on en a pour trois ou quatre ans», estime Craig Sauvé. Ce délai pourrait être encore plus long en cas de relocalisation «car il faudra aussi refaire les plans et l’analyse du terrain», ajoute-t-il, sans néanmoins mentionner d’échéancier. La possibilité d’annuler un tel projet et de continuer de confier, comme c’est le cas actuellement, la gestion animalière aux arrondissements qui font appel à des fournisseurs privés est quant à elle écartée. «On veut aller vers la municipalisation de ces services, confirme Craig Sauvé. Il faut que Montréal prenne un virage humanitaire et éthique envers la faune et les animaux.» --- Le site sur Pie-IX que proposait l'ancienne administration D'autres détail dans The Gazette : Over the last two years, the city issued four calls for tenders to move the municipal yards to make room for the animal centre. The first was cancelled because the city was unable to purchase the adjoining piece of land to which it was planning to move its municipal yard. The second call for tenders, to move the yard to another location, was cancelled because no one bid, city spokesman Nunez said. The third call, again to move the yards, failed because the bid that came in was two times higher than city estimates. Other entrepreneurs contacted by the city said they were too busy to take on the project. A fourth call for tenders, to move the municipal yards and decontaminate the site, was issued in October. The deadline for bids was last week. They are currently being studied by the city. “The administration of Denis Coderre did not factor the costs of decontamination into its estimate,” Sauvé said, calling the omission “irresponsible.” The city also is faced with the problem of finding a new site for the municipal yards to be displaced. All options are open, Sauvé said, including keeping the yards where they are, and finding a new place for the animal-services centre. “Right now we’re still doing the cost analysis,” he said. “We want to make sure that wherever we go we’re getting the best bang for our buck, that we’re responsible with taxpayers’ money — and that it’s going to serve the purposes that it needs.”
  19. La PresseLe samedi 28 avril 2007 Tout indique que Montréal fera une importante annonce sur le vélo au centre-ville lundi. La fameuse épine dorsale du réseau cyclable, attendue depuis 20 ans, sur le boulevard de Maisonneuve, deviendrait enfin réalité, selon ce qu'a appris La Presse. Le responsable du transport au comité exécutif de la Ville de Montréal, André Lavallée, a confirmé hier qu'il s'apprête à dévoiler quelque chose de «gros». Mais il s'est contenté de rire lorsque questionné au sujet de l'ouverture d'une voie sur de Maisonneuve. Le lien manquant Vélo Québec espère depuis 20 ans l'ouverture de ce tronçon qui compléterait le lien d'est en ouest. Présentement, la piste cyclable s'arrête d'un côté à la rue Berri, et de l'autre, à la rue Green. Les cyclistes doivent ensuite s'engager en zigzag dans les rues de Montréal pour accéder au coeur du centre-ville. Patrick Howe, de Vélo Québec, explique qu'une piste cyclable est au centre du «plan d'accès au centre-ville» que son organisation avait déposé auprès des élus, en 2005. Ce plan était le fruit de deux études qui avaient conduit Vélo Québec jusqu'à Vancouver et Toronto pour comparer les réseaux cyclistes et identifier les meilleures solutions. Carrefour du Parc Par ailleurs, l'équipe Tremblay est sur le point d'annoncer l'ouverture d'une piste cyclable d'environ un kilomètre, dans l'axe des avenues du Parc et des Pins. La voie s'étendra de la rue Rachel (au nord) à la rue Hutchison (au sud). Cette piste cyclable sera réalisée à l'intérieur du budget de 6,5 millions consacré à l'aménagement des abords du nouveau carrefour du Parc. La dernière phase de ces travaux, qui s'élève à 29,5 millions, comprend la construction du trottoir à l'est de l'avenue du Parc, l'installation de lampadaires de rue et de parcs, et la plantation d'arbres. «Ce sera une piste cyclable confortable, drapée de vert, assure André Lavallée, qui en fera l'annonce prochainement. La piste deviendra une des entrées du centre-ville.» Le responsable du dossier au comité exécutif ajoute qu'il est impératif pour Montréal de repartager la chaussée avec les cyclistes et les piétons. «Autrefois, les cyclistes et les piétons étaient considérés comme une nuisance au centre-ville, dit-il. Les pistes cyclables dans la rue Wellington, Saint-Urbain et Notre-Dame, qui ont été ouvertes l'an dernier, sont en train de transformer les habitudes de circulation des Montréalais.»
  20. Une collaboration avait été formé avec acpnc et moi-méme, puis une 3e personne et nous avons soumis ce projet, un ascenseur écolo pour le pont Jacques-Cartier, dans le cadre du Concours d’idées en aménagement Moroh.o.polis. Le thème de l’édition 2016 était : *** Reconvertir Montréal Les équipes devront produire une proposition de reconversion d’un ensemble existant Montréalais sous forme de projet, système, stratégie constructive ou d’aménagement du territoire. Trouvez des solutions innovantes, repensez la façon dont on peut convertir les bâtiments existants, les infrastructures et le paysage. Et aussi réfléchir à des systèmes techniques et esthétiques qui font un usage responsable des énergies renouvelables. *** Voici le texte de notre manifeste et les croquis de notre proposition Manifeste Reconvertir le pont Jacques-Cartier Contexte • Construction débutée en 1925 pour relier la Rive-Sud à Montréal • Alimentation par les artères majeures telles que Papineau, De Lorimier et Notre-Dame • 35,8 millions de véhicules empruntent le pont chaque année • Icône et porte d’entrée importante de Montréal Problématique • Circulation véhiculaire bruyante, souvent congestionnée, engendrant beaucoup d’émanations de gaz carbonique • Îlots de chaleur nombreux à proximité • Intersections autour du pont sont peu sécuritaires et peu invitantes pour les piétons et cyclistes • L’accès actuel de la piste multifonctionnelle (piétonne et cycliste) est périlleux et du métro Papineau il faut se diriger vers le nord sur la rue Dorion, puis revenir vers le sud sur le pont (total de 1 km) • Barrière physique et psychologique, allant jusqu’à nuire à l’essor économique du secteur Solution Un ascenseur avec un observatoire adjacent au pont Une infrastructure au service des citoyens et adaptée à son milieu urbain • Ascenseur autoportant relié au pont, donnant un accès universel sécuritaire • Observatoire avec vue sur le centre-ville • Escalier avec une vue panoramique de 360 degrés à son sommet • Café-terrasse et toilettes publiques au pied de l'escalier • Panneaux solaires intégrés aux sommets des tourelles • Mur végétalisé sur l’observatoire • Parc linéaire aménagé avec plantations sous le pont • Écran interactif pour des annonces (nombre de véhicules sur le pont en temps réel avec équivalent en gaz carbonique…) • Pôle de loisirs : sportifs et culturels Avantages • Permettrait un accès direct, universel et attrayant au tronçon de la piste multifonctionnelle • Ajouterait une sortie supplémentaire en cas d’urgence • Encouragerait plus de gens à traverser le fleuve par la piste multifonctionnelle comme moyen de transport écologique et aiderait conséquemment à diminuer le nombre de véhicules • Favoriserait de meilleures habitudes de santé • Permettrait une plus grande fréquentation du parc Jean-Drapeau • Serait un attrait récréotouristique et un catalyseur de développement pour le quartier Image clée
  21. monctezuma

    AMT: SRB Pie-IX

    Voie réservée sur PIE-IX
  22. Modernisation de la rue Notre-Dame doit attendre André Beauvais Le Journal de Montréal 09/07/2006 08h49 Le dossier n'avance pas vite, car ils sont parfois une douzaine d'intervenants autour de la table à défendre des positions opposées. Même si le premier ministre Jean Charest a annoncé le choix du concept novateur de la modernisation de la rue Notre-Dame, il y a un an, la Ville et le ministère des Transports sont encore loin de s'entendre sur ce fameux concept routier. Claude Paquet, chef du service des projets pour la région de Montréal, au ministère des Transports, a confirmé hier qu'on est encore loin de lancer des appels d'offres pour les secteurs Hochelaga-Maisonneuve et Sainte-Marie. Mais il en est autrement pour le secteur Souligny (de Dickson à la 25). M. Paquet soutient que les appels d'offres pour cette partie de la rue Notre-Dame seront lancés dans quelque six mois. Il reconnaît que les deux autres secteurs qui traversent des quartiers plus populeux font toujours l'objet de discussions sur l'intégration des normes de l'hôtel de ville sur la volonté de construire un boulevard urbain et des normes du ministère qui favorisent toujours une circulation rapide à «saveur» d'autoroute. «C'est pas facile, dit-il, surtout quand on considère que, dans Sainte-Marie, la rue Notre-Dame devient le prolongement vers l'est de l'autoroute Ville-Marie.» Sécurité On devine dans les propos de M. Paquet que les deux parties ne partagent toujours pas une même solution qui puisse répondre aux besoins de diverses clientèles routières et à la grande volonté de l'administration de Montréal de réaliser une telle voie, rapide ou pas, sur une base de sécurité à toute épreuve. «On continue de chercher des solutions dans nos rencontres, qui sont quasi quotidiennes. Mais il y a beaucoup d'intervenants et, certains jours, on se retrouve une bonne douzaine de personnes autour de la table à faire valoir différents points de vue», affirme Claude Paquet. Il évalue actuellement le projet de la rue Notre-Dame à 600 millions, dont 500 proviendront de Québec et 100 de la Ville. Il n'est donc pas tellement difficile de comprendre que le ministère des Transports a le gros bout du bâton. Le ministère des Transports est propriétaire de 90 % de la superficie nécessaire au projet. Il négocie encore l'expropriation de terrains commerciaux, côté sud de Notre-Dame, dans Hochelaga. Les premières expropriations et démolitions de centaines de logements pour le projet de la rue Notre-Dame ont été réalisées au début des années 1970! Les travaux devaient débuter dans les années suivantes.
  23. http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/fiche_rue.php?id=36 [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=width: 630, align: center]FICHE D'UN ESPACE PUBLIC [/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=class: titre1, width: 60%, bgcolor: #C8B0B1]Place Jacques-Cartier[/TD] [TD=width: 40%][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=width: 140][/TD] [TD=width: 490][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=align: center][TABLE=width: 210] <tbody>[TR] [TD][TABLE=width: 100%] <tbody>[TR] [TD=align: right][/TD] [TD=width: 125][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] [TR] [TD=class: legende, align: right]James Pattison Cockburn, Nelson's Monument and Market Place of Montreal, 1829. Des étals de bois du Marché neuf occupaient la place entre 1808 et 1847. Bibliothèque et Archives Canada, Collection de Canadiana Peter Winkworth, R9266-154[/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [TD=align: center][TABLE=width: 210] <tbody>[TR] [TD][TABLE=width: 100%] <tbody>[TR] [TD=align: right] [/TD] [TD=width: 125][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] [TR] [TD=class: legende, align: right]Jour de marché, place Jacques-Cartier, photographie de William Notman & Son vers 1890. Archives photographiques Notman, Musée McCord d’histoire canadienne, View-2421. Collaboration spéciale dans le cadre d'un partenariat.[/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [TD=align: center][TABLE=width: 210] <tbody>[TR] [TD][TABLE=width: 100%] <tbody>[TR] [TD=align: right][/TD] [TD=width: 125][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] [TR] [TD=class: legende, align: right]Lors du carnaval d’hiver en 1886, une énorme glissade en bois fut aménagée sur la place Jacques-Cartier, photographie prise en 1886 depuis la rue de la Commune. Archives du Port de Montréal, HT241 1886 326[/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=class: titre1, width: 50%, bgcolor: #C8B0B1]Histoire[/TD] [TD=width: 50%][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=width: 140][/TD] [TD=width: 490][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=class: bordure_bas, bgcolor: #EDE8DE, align: left]À partir de 1701 et pendant vingt ans, Philippe de Rigaud de Vaudreuil, gouverneur de Montréal puis gouverneur de la Nouvelle-France, loue une maison et un terrain à l'angle des rues Saint-Paul et Saint-Charles. Après avoir acheté le tout en 1721, il commence la construction d'une résidence imposante en 1723, probablement selon les plans de l'ingénieur royal, Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry. Vaudreuil et sa famille ne l'occupent que brièvement : il est décédé en 1725, et sa veuve, Louise-Elisabeth de Joybert, est passée en France la même année. Jusqu'à la fin du régime français les héritiers de Vaudreuil louent la propriété au Roi, notamment comme résidence du gouverneur à Montréal. Le dernier gouverneur français à occuper les lieux sera Pierre-François de Rigaud de Vaudreuil, fils de Philippe, qui rassemble quelques parcelles en achète d'autres, afin de créer un terrain s'étendant de la rue Saint-Paul à la rue Notre-Dame. Suite au départ définitif de la famille Vaudreuil en 1763, la propriété a changé de mains deux fois avant de passer à la fabrique de la paroisse Notre-Dame qui en fera un collège pour garçons. Le collège de Montréal (alors appelé collège Saint-Raphaël) s'est installé dans le château de Vaudreuil en 1773 et y reste jusqu'en 1803 lorsqu'un incendie détruit l'édifice. À la recherche d'un espace suffisamment vaste pour installer un nouveau marché public, les juges de paix ont demandé la cession d'une partie du lot désaffecté. Entre-temps la fabrique a cédé la propriété à deux marguilliers, Jean-Baptiste Périnault et Jean-Baptiste Durocher, qui veilleraient à la disposition du terrain. La ville recevra la moitié est pour ouvrir un marché, limité à l'est par la rue Saint-Charles (tracée en 1672), et à l'ouest par une rue qu'on nomme « de la Fabrique ». La moitié ouest est subdivisée par Périnault et Durocher. L'aménagement du site en marché prendra presque cinq ans pendant lesquels les magistrats doivent faire confirmer les titres de propriété et abandonner un projet ambitieux pour la construction d'un halle en pierre. Sur le terre-plein entre les deux rues, on érige des étals de bois pour le « Marché Neuf » en 1808. En 1809, une souscription permet l'érection de la colonne Nelson pour commémorer la victoire de l'amiral Horatio Nelson (1758-1805) à Trafalgar. Après l'ouverture du marché Bonsecours en 1847, les structures de bois sont démolies, les rues Saint-Charles et de la Fabrique disparaissent et la place Jacques-Cartier prend son nom actuel. Son nom rappelle le navigateur français Jacques Cartier, le premier européen à remonter le fleuve Saint-Laurent jusqu'à Montréal. Dans l'acte de cession de Jean-Baptiste Périnault et Jean-Baptiste Durocher, en 1803, il est spécifié que la place devra toujours garder sa fonction de marché public. Ainsi, bien que les étals du marché soient enlevés, la place sert de marché en plein air jusqu'au milieu du XXe siècle. Aujourd'hui encore, la ville est tenue de respecter cette clause : un petit kiosque à fleurs permet de nos jours à la ville de rester dans la légalité. Quant à l'ancien hôtel de Vaudreuil, des fouilles archéologiques pendant les années 1990 ont permis d'en cerner les contours exacts. Un pavage noir met en évidence l'emprise au sol de cette ancienne résidence des gouverneurs français. À l'automne 1997, la place Jacques-Cartier fait l'objet de grands travaux d'aménagement sous la responsabilité et la conception de Robert Desjardins du Service des parcs, jardins et espaces verts de la Ville de Montréal.[/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=align: center][TABLE=width: 210] <tbody>[TR] [TD][TABLE=width: 100%] <tbody>[TR] [TD=align: right][/TD] [TD=width: 125][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] [TR] [TD=class: legende, align: right]Jour de marché, place Jacques-Cartier, carte postale vers 1930. Collection privée, Christian Paquin[/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [TD=align: center][TABLE=width: 210] <tbody>[TR] [TD][TABLE=width: 100%] <tbody>[TR] [TD=align: right][/TD] [TD=width: 125][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] [TR] [TD=class: legende, align: right]Photographie prise en 1956 depuis l’Hôtel de Ville en direction du port. Ville de Montréal, Gestion de documents et archives, Z-1466[/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [TD=align: center][TABLE=width: 210] <tbody>[TR] [TD][TABLE=width: 100%] <tbody>[TR] [TD=align: right][/TD] [TD=width: 125][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] [TR] [TD=class: legende, align: right]La place Jacques-Cartier, en 2004. Photographie de Normand Rajotte réalisée pour l'ouvrage L'histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine, 2004[/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=align: right][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=class: titre1, width: 550, bgcolor: #C8B0B1]Localisation[/TD] [TD=width: 80, align: right][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=width: 140][/TD] [TD=width: 490][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=class: bordure, bgcolor: #EDE8DE, align: left] Secteur de l'hôtel de ville Secteur des marchés [/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=align: right][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=class: titre1, width: 352, bgcolor: #C8B0B1]Pour plus d'informations...[/TD] [TD=width: 278, align: right][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=width: 140][/TD] [TD=width: 490][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD][/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE] [TABLE=width: 630] <tbody>[TR] [TD=class: bordure, bgcolor: #EDE8DE, align: left]Pour plus d'information sur l'histoire de cet espace public, veuillez consulter les sources suivantes : Lauzon, Forget, Histoire du Vieux-Montréal, 113, 115, 242, 249, 257, 265 Morin, Le Vieux Montréal (1884), p. 36-37 Poddubiuk, Place Jacques-Cartier, p. 15-23 Sources - Rues et places Trépanier, Rues du Vieux-Montréal, p. 63-65 Ville de Montréal, Rues (1995), p. 240-241 [/TD] [/TR] </tbody>[/TABLE]
  24. Depuis un bon bout de temps que j'ai l'intention de partager les modèles que j'ai fait avec Sketchup à être vus dans Google Earth. Je pensais devoir à partager tous les modèles (plusieurs fichiers) et que ça deviendrait une grande tâche! Finalement, c'est très simple pour que vous puissiez observer tous les modèles dans Google Earth: 1- Téléchargez et installez Google Earth Pro, c'est gratuit bien sûr. https://www.google.com/earth/download/gep/agree.html 2- Téléchargez les modèles (1 seul petit fichier: FrankTKO Montréal 3D.kmz, 236k) https://mega.nz/#!2Sp1gZyQ!KMVxa8eGwOUqBH44PtuSAeXzcCnpGse7mwSAfnp5r7I (sur le site Mega, cliquez Download) 3- Dans Google Earth, choisissez le menu "Fichier/Ouvrir..." ("File/Open...") et choisissez le ficher téléchargé dans l'étape 2 (FrankTKO Montréal 3D.kmz) Et voilà!! Have Fun!! Verts = Complétés / Topés, Jaunes = En Constructions, Bleus = Proposés Je vais essayer de mettre ce fichier à jour régulièrement avec de nouveaux ajouts --- Petits tips & tricks: # Vous remarquerez que le fichier de modèles contient une hiérarchie de dossiers et qu'ils sont apparus à la gauche sous le dossier "Lieux temporaires" ("Temporary Places"). Je vous conseil de "draguer" le dossier FrankTKO Montréal 3D dans votre dossier "Mes lieux préférés" ("My Places"). Par la suite, faites "Fichier/Enregistrer/Enregistrer mes lieux préférés" ("File/Save/Save My Places") comme ça à chaque fois que vous utilisez Google Earth, les modèles seront disponibles et vous n'aurez pas à les ouvrir de nouveau pour y avoir accès. (voir image plus bas) # Cocher ou décocher les items de la liste pour les rendre visibles/invisibles. Cocher ou décocher des sections entières (ex. En Construction ou Proposé) pour rendre tous les modèles sous cette section visibles/invisibles # Double-cliquer n'importe lequel des modèles pour voir Google Earth "faire un vol" et afficher le modèle. Utiliser le sous-dossier "Vues" pour afficher des points de vues reconnus (du Pont Champlain, du Mont-Royal, ....) # Si vous êtes nouveau avec Google Earth: - Placer votre point de vue au dessus de Montréal et ensuite choisissez le menu "Affichage/Faire de ce lieu mon point de départ" ("View/Make this my startup location") comme ça à chaque fois que vous lancez Google Earth, il va venir ici au lieu d'être au dessus de l'Amérique du Nord. - Assurez vous que le choix "Relief" ("Terrain") et "Bâtiments 3D" ("3D Buildings") sont cochés à la gauche dans le bas sous la section "Calques" ("Layers") pour voir les modèles complets de la ville. # La réalisation du modèle 3D de Montréal a été fait par Google à l'été 2014 alors que la tour Deloitte était à mi-chemin. Il manque donc tous les bâtiments construits depuis. J'ai bien hâte qu'ils fassent une mise à jour, même si ça veut dire que la majorité de mes modèles vont aller à la poubelle!!