Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'molson'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Projets immobiliers
    • Propositions
    • Lieux de culture, sport et divertissement
    • En Construction
    • Complétés
    • Transports et infrastructures
    • Visions
    • Immeubles détruits
    • Projets Annulés
    • Projets oubliés et/ou en suspens
  • Généralités - Main Forum
    • Rénovations, aménagements extérieurs et domotique
    • Discussions générales
    • Sports
    • Sondages
    • Divertissement, Bouffe et Culture
    • Technologies urbaines
    • Ressources
    • L'actualité
    • Opinions de l'extérieur sur Montréal
    • Hors Sujet
  • Aviation MTLYUL
    • Discussions générales
    • Spotting à YUL
  • Ici et ailleurs
    • Ville de Québec et reste du Québec
    • Toronto et le reste du Canada
    • États-Unis d'Amérique
    • Europe
    • Projets ailleurs dans le monde.
  • Photographie et vidéos
    • Photographie urbaine
    • Autres photos
    • Anciennes photos

Calendriers

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Biography


Location


Intérêts


Occupation

37 résultats trouvés

  1. http://plus.lapresse.ca/screens/bb907df5-5eb1-45aa-85a0-593e0e0587f2|_0.html?utm_medium=Facebook&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen « VISION IMMOBILIÈRE » QUÉBEC VEUT DÉPLACER LES FONCTIONNAIRES VERS L’EST DU CENTRE-VILLE MARTIN CROTEAU LA PRESSE QUÉBEC — Des centaines, peut-être des milliers de fonctionnaires qui travaillent à Montréal seront graduellement déplacés du centre-ville vers l’est au cours des prochaines années, a annoncé le gouvernement Couillard, hier. Ce plan fait partie d’une stratégie plus large, dévoilée par le président du Conseil du trésor Pierre Arcand, afin de doter le gouvernement québécois d’une « vision immobilière ». Environ 25 ministères et organismes gouvernementaux ont des antennes au centre-ville de Montréal. Environ 9000 fonctionnaires y travaillent. Or, les coûts de location de ces bureaux ont augmenté au fil des ans, a expliqué le ministre Arcand. « Compte tenu des augmentations importantes au cours des dernières années des coûts au centre-ville de Montréal, il est clair que le gouvernement va se poser des questions », a-t-il résumé. La Société québécoise des infrastructures (SQI), le bras immobilier du gouvernement, sera chargée de mener l’opération. Au fur et à mesure que les baux de location des différents ministères viennent à échéance, la société d’État examinera la possibilité de les reloger dans des quartiers où les coûts sont plus bas. M. Arcand dit avoir consulté la mairesse de Montréal, Valérie Plante, afin de faciliter la transition. Pour des raisons stratégiques, le ministre n’a pas voulu s’avancer sur le fin détail des sites ciblés, ni sur le montant des économies espérées par le gouvernement. « On a des discussions avec plusieurs personnes actuellement, a-t-il indiqué. Vous comprendrez que je n’ouvrirai pas le jeu complètement aujourd’hui. » Le document officiel de la SQI donne toutefois des indices quant au secteur ciblé par Québec. On y souligne qu’en bordure du fleuve, plusieurs sites de grande superficie sont appelés à changer de vocation. On cite en exemple la maison de Radio-Canada, des terrains sous-utilisés du port de Montréal et d’autres terrains vacants au pied du pont Jacques-Cartier. Le déplacement des fonctionnaires vers l’est permettra de faire d’une pierre deux coups, peut-on lire dans le document : réduire les loyers et contribuer au développement urbain. LA SQI PLUS SURVEILLÉE La stratégie dévoilée par M. Arcand prévoit par ailleurs que les activités de la SQI seront supervisées de plus près par les élus. Jusqu’ici, toutes les acquisitions et ventes immobilières de la société d’État étaient approuvées par son président et par son conseil d’administration. Dorénavant, les transactions de plus de 10 millions de dollars nécessiteront le feu vert du ministère du Conseil du trésor. Celles qui dépassent 50 millions devront obtenir l’aval du Conseil des ministres. Cette annonce survient quelques mois après un rapport dévastateur de la vérificatrice générale sur des transactions immobilières survenues sous le gouvernement Charest. Québec projette également d’augmenter le nombre de locaux de bureaux dont il est le propriétaire. De 28 % actuellement, M. Arcand souhaite que la proportion passe à 35 % d’ici cinq ans.
  2. IluvMTL

    Secteur Pied-du-Courant

    SECTEUR AU PIED-DU-COURANT OBJECTIFS 1. Développer des espaces à proximité du fleuve, autour du pont Jacques-Cartier, afin de créer un nouveau pôle de développement (résidentiel, récréotouristique et d’emplois) 2. Embellir et mettre en valeur cette porte d’entrée importante de Montréal 3. Répondre aux désirs des Montréalais d’avoir de nouveaux accès au fleuve 4. Construire des résidences multi générationnelles et attirer plus de familles à Montréal CONTEXTE 1. Territoire visé (2 secteurs principaux) Voir le plan · Le secteur sud : entre la rue Amherst à l’ouest et la rue Moreau à l’est, entre le fleuve et la rue Sainte-Catherine Sous-secteurs : • La Distillerie Molson • Terrains Radio-Canada • Pied-du-Courant • Ilot de Lorimier • Quais du Courant-Sainte-Marie • Quai du Havre · Le secteur est : autour de la cour du triage du CP et de la STM, à l’est de la rue Frontenac, au sud de la rue Ontario. Sous-secteurs : • Ville de Montréal • Cour du CP 2. Enjeux · Accès sécuritaire aux vitrines sur le fleuve comme le parc Bellerive · Effets néfastes de la circulation véhiculaire en milieu urbain · Blocage des vues du fleuve causé par les conteneurs stationnés sur les voies ferroviaires · Accès aux quais et au Vieux-Port · Revitalisation du secteur, notamment autour du développement des terrains vacants et des bâtiments sous-utilisés ou en changement de vocation 3. Grands projets à surveiller prochainement dans ce secteur · Modernisation de la rue Notre-Dame · Revitalisation des terrains de la Brasserie Molson · Revitalisation des terrains de la Société de Radio-Canada · Projet éventuel sur l’îlot de Lorimier Atouts 1. Proximité du centre-ville et du Vieux-Montréal (4 stations de Metro de Berri et Frontenac) 2. Vitrine sur le fleuve (vues sur certaines icônes de Montréal tels le pont Jacques-Cartier et sur les ile Sainte-Hélène) 3. Services en place (écoles, TEC (transport en commun), épiceries et autres…) 4. Adjacent aux grands axes routiers (A720, le pont, de Lorimier et Papineau) 5. Grand nombre de terrains vacants et sous-utilisés PROJET PROPOSE Quoique l'inversement de la courbe du CP (vers l'est) selon la suggestion proposée par l’urbaniste Pierre Brisset et l’architecte Jean Decarie (du groupe Gruhm) dans une discussion à propos du 720 Notre-Dame soit une partie intégrante de cette proposition, plusieurs éléments pourront être intégrés dans la situation actuelle. Courbe du CP, le Port et les terrains de la Ville 1. Inversement de la courbe du CP (en direction est) pour joindre plus efficacement les voies ferroviaires et les opérations du port existant 2. Enlèvement des voies ferroviaires du Port qui desservaient la courbe du CP depuis les années 1880 quand le Port était à l’ouest 3. Mettre légèrement en tranchée les 2 voies du CN qui passent à travers le Port, et créer des passerelles enjambant les voies pour permettre aux Montréalais d’accéder aux quais 4. Développement des terrains libérés ou sous-utilisés autour de la cour du CP, des terrains de la Ville ainsi que du Port pour contribuer au financement de ces travaux d’infrastructure 1. Éléments de la rue Notre-Dame · Ajout de voies pour TEC (Tramway ou SRB) · Passerelles pour des traverses universelles sécuritaires · Construction de résidences et commerces pour couper les désagréments de la circulation · Conservation des percées visuelles à partir des rues historiques près du le fleuve · Création d’espaces verts et squares pour humaniser le nouveau boulevard urbain et valoriser cette porte d’entrée importante de Montréal 2. Éléments au niveau de sol, c’est-à-dire de la rue piétonne en face du fleuve, du côté sud et à deux pas de la rue Notre-Dame · Création d’une promenade surélevée (au-dessus les voies du CN en tranchée) et de nouveaux espaces verts adjacents aux voies ferroviaires du CN · Accès direct aux commerces, terrasses et aux services pour se ravitailler · Plusieurs percées (la continuité des anciennes rues) · Observatoire vitré (un phare) avec vue sur le pont Jacques-Cartier et d’autres icônes de la ville · Fontaines géantes à l’est du pont pour marquer cette porte d’entrée de ville · Musée souterrain (maritime ou autre sur le terrain de stationnement U-Haul) · Requalification du secteur de la Prison du Pied-du-Courant et de la Station de Pompage Craig 3. Éléments au niveau du fleuve (les Quais du Courant-Sainte-Marie) · Prolongation de la Promenade du Vieux-Port d’environ 3 km vers l’est (autour de la rue Moreau) · Quais d’embarcation pour des navettes fluviales et pour des croisières · Possibilité d’installations variées (barge piscine, plage urbaine, volleyball de plage, conteneurs-commerce, camion de bouffe) FEEDBACK & DISCUSSION Les commentaires, suggestions et obstacles que vous percevez dans ce projet sont bienvenus. Les croquis ont été faits avec Sketchup, alors assez facile de voir d’autres prises de vue, demandez- moi. C’est un ‘work in progress’ alors certains secteurs ou éléments sont aptes à évoluer, comme le secteur de Radio-Canada et Molson. Cette première démarche s’inscrit dans un projet de consultation publique souhaitable avec les instances concernées. Pour ce faire, possiblement via des rencontres initiales pour présenter cette vision, ainsi que les améliorations proposées, auprès de nos élus et d’autres personnes ou groupes concernés. Si vous voulez participer plus activement dans ce processus, faites-moi savoir. NB. Pour ce qui est du choix des modèles des bâtiments et autres éléments ajoutés, prenez note que ce sont à titre indicatif seulement et ils ne représentent que les hauteurs et des tailles proposées. Leur but est simplement pour démontrer le potentiel de développement des sites.
  3. IluvMTL

    PPU des Faubourgs

    Quartier des Faubourgs En lire plus: http://www.lelezard.com/communique-17221032.html Avis aux médias - Ville-Marie donne le coup d'envoi d'un travail de planification collectif pour l'avenir de l'est du centre-ville MONTRÉAL, le 8 juin 2018 /CNW Telbec/ - En présence de la mairesse de Montréal, Madame Valérie Plante, l'arrondissement de Ville-Marie vous convie au lancement de la démarche de planification urbaine pour l'aménagement de l'est du centre-ville. Une visite du secteur, d'une durée d'une heure, sera ensuite proposée par l'Écomusée du fier monde et permettra de mieux comprendre l'histoire du quartier en lien avec les enjeux d'aménagement. Inscription à la visite : https://visitequartier.eventbrite.fr DATE : Le lundi 11 juin 2018 HEURE : 10 h 30 h LIEU : Station de métro Papineau (au coin de la rue Cartier et du boulevard De Maisonneuve Est) SOURCE Ville de Montréal - Arrondissement de Ville-Marie Communiqué envoyé le 8 juin 2018 à 10:24 et diffusé par : En lire plus: http://www.lelezard.com/communique-17221032.html
  4. http://www.cdccentresud.org/nouvelles/rapport-synthese-de-levenement-autour-dune-vision-de-developpement-sud-de-ville-marie/ LE SUD-EST DE VILLE-MARIE Un quartier en plein changement Centre-Sud Rapport synthèse de l’événement autour d’une vision de développement du sud-est de Ville-Marie Octobre 2017 RAYSIDE LABOSSIÈRE Architecture Design Urbanisme Le 13 octobre dernier, près d’une centaine de personnes se sont réunies à la brasserie Molson pour échanger sur l’avenir du secteur sud-est de Ville-Marie. Nous sommes fiers de vous présenter le rapport qui synthétise les échanges qu’ont eus ces différents acteurs du milieu quant aux potentiels du quartier et qui vous présente leurs perceptions et leurs idées concernant le redéveloppement du secteur. N’hésitez pas à partager ce document dans vos réseaux respectifs! http://www.cdccentresud.org/wp-content/uploads/2018/02/Rapport-synthèse-événement-sud-est-de-Ville-Marie_2017-10-13.compressed.pdf
  5. j'etais sur le site linkedin, and je regardai la liste des VP, Directeur et Cadres de la societe. Je dirais a peut pres 80-90% des cadres sont baser a Toronto. https://ca.linkedin.com/job/molson-coors-canada/jobs/?sort=relevance&page_num=2&trk=jserp_pagination_2 Un autre "faux" siege sociale a Montreal et au Quebec. Et surtout que cette societe etait creer pour la famille Montrealaise Molson - avec une tradition tres "Montreal". Sad state of affairs. Bell, Molson Coors - fake headquarters in Montreal
  6. Document de réflexion pour stimuler la discussion et des idées pour l'avenir du secteur du Pied-du-Courant dans cette période électorale. J'ai prepare ce document pour les AmiEs du courant Sainte-Marie avec une collaboration spéciale de acpnc. Une proposition pour l’avenir du secteur du Pied-du-Courant Préambule Enjeux des sites Le parc Bellerive, comme tous les espaces publics autour de la rue Notre-Dame (autoroute ou boulevard urbain) a d'importants défis à relever en raison de la circulation intense du secteur. À cela il faut ajouter l'isolement des lieux. Pour profiter de la proximité du fleuve et pour bien apprécier les vues sur le pont Jacques-Cartier et les activités portuaires, il faut traverser 7 voies de circulation avec tous les inconvénients qui viennent avec (bruit, pollution, circulation intense de voitures, autobus et camions). Ainsi pour atténuer ces irritants et trouver davantage de tranquillité, il faut se déplacer au-delà des beaux arbres centenaires jusqu'à l'extrémité sud du parc Bellerive. Or, ces obstacles à franchir expliquent en grande partie la fréquentation réduite des lieux. À cela s'ajoutent un sentiment d'insécurité pour les visiteurs et le manque de services comme une certaine surveillance, des toilettes, eau, wi-fi, café etc. Urgence d’agir Comme on peut s'attendre que d'ici quelques années le secteur du Pied-du-Courant, incluant les grands terrains de Molson et de Radio-Canada ainsi que des Quais de Lorimier, connaitra un développement important, avec une croissance notable de sa population résidente et de nouveaux travailleurs. Il faudra alors prévoir des lieux de détente et de loisirs en nombre suffisant. C'est ici que le parc Bellerive et ses alentours pourront jouer un rôle principal, afin d'améliorer l'expérience urbaine et profiter en même temps des espaces exceptionnels et sous-utilisés à l'est du pont. Exemple de réussite Depuis quelques années, la Pépinière / Espaces Collectifs aménage le site du dépôt à neige sous le pont, en offrant des activités qui s'adressent au public, 4 jours par semaine durant la belle saison. Ces gens sont en quelque sorte des pionniers dans l'aménagement d'espaces éphémères à Montréal. Ainsi avec très peu d'argent public, avec l'aide de bénévoles et le soutien de designers locaux, ils ont réussi à développer l'intérêt populaire, en dépit de la nature ingrate des lieux. La Pépinière s'est ajustée avec le temps et une détermination constante, tout en améliorant son offre auprès de sa clientèle cible. Elle a d'ailleurs offert plusieurs nouveautés cette année. Ils y ont notamment mis beaucoup d'efforts et ont vraiment réussi l'exploit d'en faire un succès récurrent indéniable. Nous croyons que leur approche par rapport à l’animation du site est inspirant et qu'ils ont appris à tirer le maximum de résultats positifs, malgré les contraintes physiques auxquelles ils doivent faire face et leurs heures d’ouvertures restreints. Vision urbaine En ce sens la Pépinière / Espaces Collectifs est devenue un excellent exemple pour d'autres projets semblables d'animation publique dans d'autres sites potentiels au centre-ville. Nous pensons à la Place Émilie-Gamelin, au square Cabot, au square Viger etc. À noter aussi que la Société des Ponts fédéraux a une proposition d'aménagement pour les terrains vacants sous le pont Jacques-Cartier, en bordure de l'avenue de Lorimier qui deviendra à leur tour complémentaire à ce qui se fait déjà. Friche habitée et un écoquartier Dans le même ordre d'idées, une réflexion collective sur la réalité et les défis de ce site riverain de la rue Notre-Dame nous a conduit à imaginer une "Friche Habitée" sur le site vacant à l'est du parc Bellerive (propriété du MTQ). La même chose du côté sud avec la création d'un nouveau quartier conçu spécialement pour répondre aux besoins des familles. L'objectif étant de composer avec les possibilités particulières des différents sites, tout en offrant des activités en complémentarité au parc Bellerive et au Village du Pied-du-Courant. Pour ce faire nous nous sommes inspirés du Pike Place Marketfront à Seattle (voir le lien et l’image dans la prochaine page). Conclusion Notre but est d'accroitre la fréquentation de cette incroyable vitrine sur le fleuve. Cette dernière deviendrait en quelque sorte une extension du Vieux-Port, tout en fournissant de précieux services à la communauté de l'est, dont on attend une importante croissance dans les prochaines années. Nous profitons alors du dévoilement du Plan d'Action de la Stratégie Centre-ville, doublé des importants développements privés annoncés pour le secteur et des élections municipales du 5 novembre prochain, pour poursuivre plus avant notre réflexion sur l'avenir de l'est du centre-ville que nous venons de détailler plus haut. Pike Place Marketfront http://pikeplacemarket.org/marketfront Une Friche habitée pour tous et un quartier vert conçu pour les familles Objectifs Augmenter la fréquentation des lieux proches du fleuve, en insérant des structures appropriées et en pratiquant des aménagements qui offriront différents services et expériences offerts toute à l’année. Créer des espaces publics sécuritaires adressés aux familles et qui respectant les principes d’accessibilité universelle. Ces espaces viendront en même temps compléter le parc Bellerive et le Village au Pied-du-Courant. Transférer du côté sud de la rue Notre-Dame, la piste cyclable afin de pouvoir construire des habitations mixtes conçues spécialement pour les familles du côte nord. Nous proposons aussi, une rue piétonne avec donnera accès aux habitations. Créer un lieu rassembleur dans la communauté et un nouveau repère pour marquer cette importante porte d’entrée de la métropole. NB : La taille et la configuration des espaces et bâtiments dans les esquisses sont à titre d’exemple seulement. Il faut surtout retenir le concept général d’une ‘Friche habitée dans un quartier vert’. 1. Pavillons vitrés (Créer une zone tampon pour couper le bruit et la vue de la circulation de la rue Notre-Dame) Bâtiment en forme de hangar d’inspiration industrielle, avec parois transparentes et espaces aérés, pour permettre la vue sur le fleuve et le pont Jacques-Cartier à partir de la rue Notre-Dame. Fournir des services pour répondre aux besoins des usagers, tout en fournissant des espaces à l’abri des intempéries en toute saison. Ces pavillons pourraient servir à différentes fonctions (salle d’exposition ou de foire, piscine publique, marché/bouffe, toilettes). Une halte pour la piste cyclable de la rue Notre-Dame. 2. Espaces multifonctionnels La taille et la configuration du site permettra la pratique de sports/jeux pour tous les âges, l’organisation de grands rassemblements, concerts et spectacles, fêtes de quartier et aire de détente. Activités en complémentaire avec le parc Bellerive (gazonné avec arbres centenaires) et le Village au Pied-du-Courant (activités éphémère l’été seulement). La Promenade du Chemin-qui-Marche dans le Faubourg Québec deviendra le prolongement naturel de ce site proposé. 3. Fontaine géante (Marquant le lieu symbolique des silos m’lasse entre la friche et le parc Bellerive) Pour le côté esthétique Pour se rafraichir Pour masquer les bruits de la circulation véhiculaire de la rue Notre-Dame 4. Accès Par autobus (La fontaine/parc Bellerive et aux résidences/marché alimentaire). Transférer la piste cyclable du côté-fleuve (sud) afin d’améliorer la fluidité et l’accès au site. Possibilité éventuelle de négocier un accès vers les quais pour profiter des activités nautiques et une navette fluviale Création de places publiques en continuité des rues déjà présentes (Poupart, Iberville et Frontenac) et offriront tout naturellement des fenêtres sur le fleuve, à partir du nord. 5. Bâtiment résidentiel ou auberge de jeunesse suite à un concours de design (Habitations de mixité sociale ou pour des aînées dans la pointe est de la friche, adjacente à la gare maritime des croisières du Port) Sur pilotis avec espaces ouverts pour la tenue d’activités au rez-de-chaussée. On pourrait dire ici que les résidents deviendront en quelque sorte les ‘gardiens’ des espaces publics et les ‘yeux sur le parc’. On peut supposer aussi que ces derniers deviendront la clientèle régulière des services et les principaux participants aux activités. Une œuvre d’art public magistrale (à la tête de la friche (pointe est) pour marquer cette porte d’entrée de la métropole) 6. Belvédère (Intégré au complexe résidentiel et près de la gare des croisières) Un attrait qui s’adresse à tous les visiteurs, sous forme de toit-terrasse avec café-bistro. Possibilité d’apprécier la vue du fleuve dans toute son extension, ainsi que les activités portuaires qui y prendront place et cela même si certains convois de train seront stationnés devant. 7. Un quartier vert conçu pour des familles du côté nord (Plusieurs bâtiments seront conçus spécifiquement pour répondre aux besoins des familles) Parmi les éléments principaux : Une rue piétonne entre la rue Bercy et la rue Parthenais dotée de places publiques. Des aires de jeux et des jardins communautaires sur le toit des habitations. Financement des aménagements du côté sud En plus d'habiter le secteur du Pied-du-Courant (et attirer les familles), et assurer une fréquentation pour les espaces du parc au Pied-du-Courant, la vente des terrains/taxes foncières (de la piste cyclable du côté nord) pourra être utilisée pour décontaminer/aménager la friche. Possibilité de même financer l'inversement de la courbe du CP pour nous donner accès au fleuve et aux activités maritimes. Sommaire Côté sud de la rue Notre-Dame Pavillons vitrés • Fournir des services (marché alimentaire, piscine, lieux multifonctionnels...), • Couper le bruit et la visuelle des véhicules de la rue Notre-Dame • Accroître la fréquentation du site et sécuriser les lieux Bâtiment résidentiel • Création d’un bâtiment emblématique sur la promenade qui pourrait être le résultat d’un concours d’architecture. • Habitations mixtes dans la pointe est de la friche créeront automatiquement une présence permanente et une meilleure sécurité. Côté nord de la rue Notre-Dame Nouveau quartier vert • Selon le principe des éco quartiers à l’échelle humaine et à densité moyenne pour attirer les familles • Implantation d'une rue piétonne (avec des places publiques) entre la rue Bercy et la rue Parthenais. • Jardins communautaires pourront être aménagés sur le toit, et même des aires de jeux pour enfants.
  7. Le centre des opérations/hub de distribution canadienne de Molson (sans Coors) est à Toronto, plus centralisée géographiquement parlant. Si tu as fait de la recherche opérationnelle à l'université, tu as une bonne idée des $ sauvés en minimisant les coût de transport. (12 onces de bière, c'est lourd vs son prix net de taxes).
  8. IluvMTL

    Tunnel Brock

    LE TUNNEL BROCK, VESTIGE DU PASSÉ PHOTOS DE BENJAMIN FORJAT & NATHALIE HURTUBISE & FRÉDÉRIC ANSERMOZ & JAROLD DUMOUCHEL Quand les tunnels ne débouchent plus MONTRÉAL (QUEBEC), CANADA Tirant son nom du général Isaac Brock, mort à la bataille de Queestown le 13 octobre 1812 (conflit entre le Canada et les États-Unis où l'armée britannique écrasa les Américains), le tunnel est construit entre 1889 et 1895. Surnommé le tunnel Beaudry, car il était le prolongement de la rue du même nom, il était long de 208 mètres, soit seulement 60 de moins que le Titanic. Son coût de construction a été de 163 750$ et il fut creusé au pic et à la pelle à partir de ses deux extrémités. Au point de rencontre des deux équipes, on installa une plaque commémorative afin de souligner l'événement. Malgré sa fermeture dans les années 1970, le site a servi de lieux de tournage pour quelques films dont Jésus de Montréal de Denis Arcand ainsi que Le Dernier Tunnel d'Érik Canuel. Aujourd'hui, la moitié du tunnel a été bouché, car sa sortie au sud n'existe plus. Un immense stationnement, propriété de la Brasserie Molson, occupe aujourd'hui l'espace. Quand à son entrée au nord, elle est clôturée, empêchant quiconque voulant y pénétrer. Néanmoins, des traces d'occupations démontrent que l'endroit est occupé durant sa période estivale. Des bouteilles de bière jonchent le sol ici et là et on retrouve à l'extrémité des sacs à couchages ainsi que des effets personnels. Lors de notre passage, de gigantesques stalactites offraient un spectacle surréaliste en cette journée printanière. Facebook Twitter Google Plus Myspace GALERIE PHOTO Intéressé par cet endroit? Jetez un coup d'oeil aux autres photos de le tunnel Brock, vestige du passé. http://www.urbexplayground.com/fr/urbex/le-tunnel-brock-vestige-du-passé
  9. The revitalization of Montreal’s Downtown East Over the next few years, the eastern part of downtown will have 3 new projects: Carre St-Laurent, Maison Radio-Canada and Quais De Lormier. Luciano D’Iorio, Corporate Real Estate Broker shares the details. Video report http://www.btmontreal.ca/videos/5199789169001/
  10. Ancienne place qui sera détruite : http://mtlurb.com/forums/showthread.php/1564 *** La nouvelle place du centenaire MONTRÉAL – La Place du Centenaire a un nouveau domicile permanent au Centre Bell. La Place du Centenaire, originalement ouverte en 2008 dans le cadre des festivités entourant le 100e anniversaire de l’équipe, a été et sera utilisée pour le développement d’un projet de condominium, la Tour des Canadiens. L’annonce du début prochain de la construction a été faite jeudi matin. Au cours des derniers mois, il y a eu de nombreuses discussions à propos de la façon dont serait réintégrée la Place dans les environs du Centre Bell, avec la multitude de projets en cours dans les alentours immédiats. Le propriétaire des Canadiens, Geoff Molson, a fait taire toutes les rumeurs et les spéculations en dévoilant une vision claire de ce qui doit être considéré comme un véritable musée en plein air. «Ça a toujours été une priorité pour nous d’honorer nos joueurs et nos équipes légendaires, de même que votre passion et votre attachement à l’équipe par le biais de briques personnalisées, le tout dans un endroit accessible au public pour des générations et dans une ambiance aussi fantastique que les moments iconiques et l’histoire qui y sont célébrés », a mentionné Molson. «Nous sommes heureux de vous dévoiler notre vision de ce qui deviendra l’emplacement permanent de la Place du Centenaire, une place que les Montréalais et les visiteurs de partout dans le monde pourront voir, pour les décennies à venir. » Avec un dévoilement prévu en 2016, en même temps que la Tour Deloitte, la prochaine intégration de la Place du Centenaire se retrouvera du côté est du Centre Bell – à l’extérieur, adjacente au Cour Windsor et au Temple de la renommée des Canadiens de Montréal. Elle comprendra tous les mêmes éléments qu’au premier site, incluant les 100 plus grands moments de l’équipe, un hommage aux conquêtes de la coupe Stanley et aux 17 hommes qui ont vu leurs chandails retirés, les quatre statues des légendes Howie Morenz, Maurice Richard, Jean Béliveau et Guy Lafleur, le monument dans lequel est gravé tous les prix et trophées remportés, de même que les noms de tous les joueurs de l’équipe au cours de ses 100 premières années d’existence. Et finalement, des milliers de briques personnalisées par les partisans. Geoff Molson a également confirmé qu’en raison du risqué élevé de dommages possibles aux briques existantes, l’équipe allait commander de toutes nouvelles briques, comportant les inscriptions originales des partisans. La Place du Centenaire sera de nouveau accessible au public 365 jours par année. Située dans une cour complètement redessinée à côté de la Tour Deloitte, la nouvelle Place sera certainement une oasis bien populaire au cœur du centre-ville de Montréal. http://canadiens.nhl.com/club/l_fr/news.htm?id=672948
  11. UrbMtl

    Siège social de l’OIIQ (2015)

    Bâtiment dans Angus, sur la rue Molson. http://binged.it/VZFcWS Des images de plus grandes tailles sont disponibles sur le site. SIÈGE SOCIAL DE L’ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC (OIIQ) Montréal, Canada
  12. Made you click Molson Coors relocating headquarters to 1801 California in downtown Denver Molly Armbrister Reporter- Denver Business Journal Molson Coors Brewing Co. will relocate its U.S. headquarters next year to Denver's second-tallest building: 1801 California. The company (NYSE: TAP) has leased 53,872 square feet in the 54-story tower at 1801 California St., which was purchased and upgraded by Brookfield Office Properties Inc. last year. Molson Coors will renovate the office areas, located on the 45th, 46th and part of the 47th floors, beginning in the spring. The company expects to inhabit the new space in fall 2015. Molson Coors' HQ is currently located at 1225 17th St. in Denver. It also has headquarters space in Montreal. "We are pleased to be moving to 1801 California, which will allow us to maintain our headquarters presence in vibrant downtown Denver," said Sam Walker, Molson Coors global chief people and legal officer. "This new location enables us to bring together our offices and employees under one roof and remain in the heart of Denver's thriving business community." 1801 California was formerly occupied entirely by Qwest Communications, but now CenturyLink Inc., which bought out Qwest, occupies about 30 percent of the building's 1.3 million square feet. Brookfield has been working to fill the building since completing its renovations on the property in February. "We're thrilled to have Molson Coors' U.S. headquarters making its home at 1801 California, said David Sternberg, executive vice president for the midwest and mountain regions for Brookfield. "1801 California is an ideal setting for Molson Coors — a landmark location for one of Colorado's iconic companies and one of the world's leading brewers," said Ted Harris, senior vice president at Cassidy Turley, one of the brokers on the transaction.
  13. Montréal Fred Metro

    Néon - Farine Five Roses ou Molson Brewery

    Montréal, dans son skyline, possède deux néons que nous pouvons remarquer à des kilomètres à la ronde. Ces néons font partie du paysage de Montréal depuis un bail déjà. La question qui est sur toutes les lèvres, lequel préfèrerez-vous ? Pourquoi ? 1- Farine Fives Roses 2- Molson Brewery
  14. Alcan/Air Canada/Bell/Molson - scary stuff Le brasseur Molson Coors (T.TPX.B) tient aujourd'hui son assemblée annuelle à l'hôtel Ritz-Carlton de Denver, au Colorado. En vertu de l'alternance, c'est à Montréal qu'aura lieu la prochaine en 2015, qui marquera le 10e anniversaire de ce qu'on a appelé à l'époque une fusion entre égaux. La fête sera sobre. Quoi qu'en dise le brasseur, il ne reste plus qu'une poignée de postes décisionnels dans les bureaux de la rue Notre-Dame, qui ressemble davantage à un centre administratif régional qu'à un siège social. «Le mouvement a commencé [avec la fusion] en 2005. Au fil des ans, il y a eu plusieurs restructurations. Ça va toujours dans un sens. Ça ne vient jamais par ici», dit un ancien cadre de la brasserie qui a perdu son poste lors de l'une des vagues de compressions qu'ont connues les installations montréalaises, ces dernières années. «Il y en a de moins en moins, des postes de direction à Montréal», déplore-t-il. La plus récente vague est survenue en février. La Presse faisait alors état de la suppression d'une vingtaine d'emplois au service de marketing. En 2012, lors d'une vague antérieure, 15 emplois administratifs disparaissaient du siège social montréalais. En 2008, en réaction à la crise financière, Molson Coors avait réduit son effectif de cols blancs de 20 personnes. Molson Coors dispose officiellement de deux sièges sociaux: Denver et Montréal. Dans les faits, Montréal est devenu au fil du temps un bureau régional pour le Québec et l'Atlantique. L'équipe de haute direction est à Toronto, poursuit notre source. Il n'y a plus de directeur du marketing ni de chef de marque à Montréal. À la brasserie, on réfute catégoriquement cet état des lieux. «Je ne vois aucunement l'érosion du pouvoir et/ou de l'importance de Montréal au sein de Molson Coors, écrit François Lefebvre, chef, affaires corporatives, Québec et Atlantique. J'ai fait l'énumération dans mon précédent courriel d'environ une quinzaine de personnes qui ont un rôle mondial et/ou national. La majorité de ces gens siègent au senior leadership team (SLT) canadien. J'avancerais qu'environ 40% du SLT canadien est composé de dirigeants de Montréal, 40% de Toronto et le reste des autres provinces du Canada.» Malgré notre insistance, M. Lefebvre n'a pas divulgué le nombre de postes de direction qui ont été supprimés ou sortis de Montréal depuis la fusion. Il n'a pas non plus confirmé qu'il n'y a plus de chefs de marque postés à Montréal. «C'est 50% du pouvoir au niveau mondial qui est à Montréal avec la présence de la famille Molson qui alterne à la présidence du conseil d'administration avec la famille Coors aux deux ans», souligne-t-il dans son courriel. Au conseil d'administration, l'influence de Montréal est également en déclin. Le 27 février dernier, l'homme d'affaires québécois Francesco Bellini a indiqué qu'il ne solliciterait pas un nouveau mandat. Il n'est pas remplacé dans l'immédiat. Trois administrateurs viennent toujours de Montréal: Andrew et Geoff Molson, de même que Louis Vachon, patron de la Banque Nationale. Des ventes en recul au Canada Les prochains mois sont de mauvaise augure. Les ventes de bière au Canada ont reculé l'an passé. Même son meilleur vendeur, la Coors Light, a sous-performé. Exprimées en dollars américains, les ventes annuelles sont en recul, tout comme le profit avant impôt. Dans la circulaire de la direction, publiée le 22 avril, Molson Coors annonce une accélération des compressions de dépenses au Canada. À cet égard, les installations montréalaises sont vulnérables. Les coûts rattachés à l'usine sont élevés. Qui plus est, le budget Marceau de 2012 a haussé de 20% la taxe spécifique sur la bière. La facture s'élève à 30 millions chez Molson. «Ça envoie des messages défavorables à l'investissement au Québec, surtout quand les hauts dirigeants ne sont pas à Montréal», indique notre informateur. M. Lefebvre souligne que plus de 1600 Québécois travaillent pour Molson, dont près de 1060 à Montréal. Environ 30% de la production canadienne est brassée à Montréal, la plus vieille entreprise de la ville, où elle est établie depuis 1786.
  15. IluvMTL

    Ruisseau Molson

    Ruisseau Molson : géolocalisation avec photos aériennes de 1947, Boisé entre Notre-Dame et Hochelaga D'autres vidéos ici: http://www.youtube.com/results?search_query=ruisseau+molson&oq=ruisseau+molson&gs_l=youtube.3...621375.626339.0.626962.15.13.0.2. 2.0.669.2141.7j3j1j1j0j1.13.0...0.0...1ac.1.11.you tube.X7WLMaMAQbk
  16. ça coute cher

    ancienne banque Molson

    Le quartier de St-Henri s'ameliore.... http://www.lavoixpop.com/Actualités/Économie/2012-12-10/article-3137272/Une-nouvelle-vie-pour-lancienne-banque-Molson/1
  17. http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201211/30/01-4599386-pierre-boivin-montreal-mange-une-volee-a-linternational-.php Montréal) Après Andrew Molson qui déplorait le «climat malsain» qui prévaut à Montréal, ce fut au tour de l'ex-président du Canadien, Pierre Boivin, qui dirige maintenant la société Claridge de la riche famille Bronfman, de s'alarmer que «Montréal mange toute une volée à sa réputation au niveau international» dans le contexte des révélations et des accusations de fraude et de corruption qui se multiplient ces temps-ci dans une partie du milieu d'affaires proche des contrats publics. Pierre Boivin a émis ce commentaire alors qu'il était présentateur invité à la conférence sur les sièges sociaux organisée par la Chambre de commerce de Montréal métropolitain. Tenue au Palais des congrès, la conférence matinale a réuni quelque 200 gens d'affaires et intervenants de diverses instances gouvernementales et universitaires afin de discuter de la situation des sièges sociaux à Montréal et des moyens d'endiguer leur déclin en nombre depuis plusieurs années. Après avoir présenté les actifs internationaux du groupe Claridge, et vanté les attraits de Montréal qui l'ont incité à y garder son siège social, Pierre Boivin n'a pu éviter le malaise qui prévalait parmi les participants à la conférence alors que le milieu d'affaires est interpellé comme rarement auparavant par des cas de mauvaise gouvernance et d'éthique. Quant au moyen de rehausser la compétitivité de Montréal pour garder et attirer des sièges sociaux, au-delà du «ménage à faire» dans certains milieux, Pierre Boivin a dit que le plus pressant est de mettre fin au «manque de collaboration entre la ville de Montréal et le gouvernement du Québec.» «Ça fait 10 ans que ça dure et tant que ça persistera, nous serons limités dans notre potentiel », a-t-il indiqué. Plus tôt à cette même conférence, Andrew Molson, membre d'une famille d'affaires historique à Montréal, avait déploré que la réputation de la métropole québécoise soit entachée par un «climat très malsain des relations entre les gens d'affaires et la communauté». «Avec ce qui se passe présentement (Commission Charbonneau, SNC-Lavalin, etc.), c'est très grave et cette méfiance est valide. Mais il faut aussi trouver les manières de continuer à soutenir certaines institutions qui sont en difficultés actuellement.» Comme M. Boivin, Andrew Molson était présentateur invité à la conférence sur les sièges sociaux, à titre de président du conseil de Res Publica, une grande entreprise de relations publiques de Montréal. Par ailleurs, tant Andrew Molson que les autres invités du jour à la conférence de vendredi, dont Éric Bédard, directeur du cabinet d'avocats Fasken Martineau, et Martin Gauthier, président de l'agence Sid Lee, ont tenu à vanter les atouts de Montréal pour les sièges sociaux, en particulier son statut de «capitale universitaire» au Canada et des secteurs de créativité très performants. Plus de détails dans La Presse de samedi.
  18. Montréal Fred Metro

    Tronçon de rue le plus puant de Montréal

    En un après-midi chaud et humide du mois de juin, je me trouvais à proximité de la Brasserie Molson. Bien évidemment, les odeurs qui émanaient de la Brasserie sont fréquentes et normales. La fermentation du malt entraine bien évidemment des odeurs dans l'air environnante. Cependant, en arrivant à l'intersection Papineau et Notre-Dame Est, une forte odeur nauséabonde émanait du tronçon de la rue Papineau entre Notre-Dame et le Port de Montréal [entre la Brasserie Molson et la Canadian Rubber Co. of Montréal (UHaul Libre-Entreposage)]. Quel genre d'odeur c'est ? Je qualifie du Tronçon de rue le plus puant de Montréal. [sTREETVIEW][/sTREETVIEW]
  19. Québec et Montréal achètent le Centre Bell ! Blogues - Martin Leclerc sur le trottoir Dimanche, 13 février 2011 12:25 On ne pourra pas accuser Jean Charest de ne pas être conséquent. Par souci d’équité avec la ville de Québec, le premier ministre participera à une importante conférence de presse aux côtés du maire Gérald Tremblay, la semaine prochaine, afin d’annoncer que son gouvernement, conjointement avec la Ville de Montréal, se portera acquéreur du Centre Bell pour la somme de 400 millions de dollars, a appris RueFrontenac.com. Selon nos sources, le bureau du premier ministre s’est rendu aux arguments défendus par le maire Régis Labeaume au cours de la dernière année : un amphithéâtre multi-fonctionnel est avant tout un équipement public – « Il n’y a pas plus public que ça ! » – dans lequel l’entreprise privée n’a absolument aucun intérêt à investir. « La famille Molson récupérera donc les 400 millions qu’elle a injustement déboursés au profit de la communauté. Il est anormal qu’une métropole de la taille de Montréal ne possède pas un équipement public et un outil de développement aussi indispensable », indique-t-on au cabinet du premier ministre. Les Molson se trouvent du même coup libérés de toutes les charges liées à l’administration et à l’entretien du Centre Bell, dont le Canadien et evenko (la filiale de la famille qui exploite le volet spectacles) deviendront des locataires privilégiés. Le Canadien deviendra un locataire du Centre Bell Taxes municipales Les propriétaires du Canadien paieront des redevances – encore indéterminées – que se partageront ensuite le gouvernement et la Ville de Montréal. Cette opération permettra de corriger une autre injustice commise aux dépends des propriétaires du Canadien. En raison de sa nouvelle fonction, l’amphithéâtre public ne sera plus assujetti aux taxes municipales. Depuis la construction de l’édifice, en 1995, les propriétaires du CH devaient assumer quelque 10 M$ annuellement en taxes municipales et l’organisation avait maintes fois contesté l’évaluation municipale, en vain. Du côté de l’hôtel de ville, on s’est montré beaucoup moins loquace. « Une annonce importante sera faite cette semaine conjointement avec le premier ministre du Québec », s’est-on limité à dire du côté du cabinet du maire Tremblay. Tant à Montréal qu’à l’Assemblée nationale, les stratèges politiques estiment avoir réalisé un coup de maître. Cet investissement de 400 M$ sera vite rentabilisé, dit-on, parce que les joueurs du Canadien paient des impôts. Toujours selon nos sources, Gérald Tremblay entend communiquer avec Gary Bettman immédiatement après la conférence de presse pour lui annoncer que sa ville, en partenariat avec le gouvernement du Québec, a tout mis en œuvre pour favoriser une meilleure exploitation d’une équipe de hockey dans la métropole. Le maire, dit-on, s’en serait voulu jusqu’à sa mort s’il n’avait pas saisi une telle occasion de mieux faire vivre notre sport national. « Les Molson n’avaient aucun intérêt à posséder le Centre Bell parce qu’il n’y a aucun bénéfice ou rendement à tirer de l’édifice proprement dit, explique une autre source proche du maire. L’entreprise privée est plutôt intéressée par les opérations de l’édifice. C’est le rêve que les Molson pourront réaliser avec l’achat du Centre Bell par la Ville et le gouvernement. » Déficit chronique Cette nouvelle acquisition du gouvernement québécois survient alors que pour les contribuables, les hausses d’impôt, les hausses de taxes et les taxes déguisées surgissent de partout. Et à Montréal, la Ville se trouve depuis des années dans une situation de déficit chronique. Au point où le maire implore Québec de hausser la taxe sur l’essence de 5 cents le litre, afin de financer le transport public et l’entretien des routes. « C’est extrêmement réducteur de voir les choses de cette façon, fait valoir un proche du maire Tremblay. Nous vivons en société. Nous vivons en communauté. Pensez-vous que les gens qui nous ont élus manquent d’éthique ou de vision ? » Montréal, nous apprendra-t-on cette semaine, a élaboré un plan financier extrêmement astucieux pour essuyer cette nouvelle dépense sans qu’elle se traduise par une ou des hausses de taxes supplémentaires. Des coupes de postes et l’abolition de certains services aux citoyens, à la hauteur de 200 M$, seront faites avant le dépôt du prochain budget. Ça fait du bien, parfois, de savoir que les élus défendent bec et ongles les vrais intérêts du peuple. Comme ça fait du bien, de temps en temps, de rédiger un petit texte au second degré. http://www.ruefrontenac.com/mleclerc/33672-lnh-hockey-centre-bell-quebec-montreal
  20. MtlMan

    Osm + mutek

    Excellente initiative! On verra ce que ça donnera, mais ça a au moins le mérite d'oser! http://www.osm.ca/fr/index_concerts_concert.cfm?ID=555 Il n'a pas froid aux yeux, Nagano. Tant mieux! Mais je gage tu-suite que Gingras va détester. Pauvre type......
  21. La Labatt Bleue américaine brassée par Molson 19 août 2010 | 08h00 Mise à jour: 19 août 2010 | 12h30 Argent La bière Labatt Bleue destinée aux consommateurs américains va bientôt être brassée par Molson Coors. Les activités de la Bleue et de Bleue légère aux États-Unis ont été vendues à un brasseur indépendant américain, North American Breweries, lorsque le brasseur belge InBev a acquis la société américaine Anheuser-Busch, en 2008. Cette vente avait été ordonnée par les autorités antitrust américaines. Depuis lors, la Bleue a continué d'être brassée par Labatt au Canada, notamment à LaSalle. Cette entente doit obligatoirement prendre fin. Le nouvel acquéreur avait le choix de brasser lui-même la Bleue ou de la confier à un sous-traitant. C'est cette dernière option qu'il a choisie, en confiant la production à Molson. L'entente d'une durée de cinq ans permettra à Molson de produire 1,5 million d'hectolitres par année, ce qui représente 18 millions de caisses de 24, pour le marché américain. Les 800 employés de Molson à Montréal vont donc faire le travail des 450 employés de Labatt de LaSalle. Pour compléter le contrat, Molson prévoit des réaménagements et des embauches à son usine située rue Notre-Dame à Montréal. Pas d'inquiétude pour l'emploi Yanick Beaudry, président du Travailleuses et Travailleurs de la Brasserie Labatt, affilié à la CSN, ne croit pas que des emplois sont menacés à LaSalle. «La majorité du volume provient de l'usine de London, en Ontario, explique le syndicaliste. Une légère partie du volume partira de Montréal, soit environ 200 000 hectolitres.» M. Beaudry admet toutefois que la nouvelle a un goût étrange. «C'est assez particulier, en effet. Mais nous savions qu'il y avait peu d'options au Canada. Seuls Molson et Moosehead avaient la capacité de brassage. Nous nous attendions à ce que ce soit Moosehead. J'ai eu des discussions avec eux il y a un mois et on s'attendait à ce que ce soit eux.» Faut-il s'attendre à des rapprochements futurs entre Molson et Labatt dans une industrie où les regroupements ont été fréquents ? «Je ne penserais pas, soutient Yanick Beaudry, mais il y a des choses qui ne semblaient pas possibles il y a 10 ans et qui se sont passées. Je n'aurais jamais pensé que le même propriétaire aurait mis la main sur Labatt et Anheuser-Busch.»
  22. I've been reading this board and skyscraper's for a while.. but never have I seen such an amazing number of actual and prospective projects for Montreal. Let's list them -400 sherbrooke -Louis Boheme -Geoge Simpson -Quartier des Spectacles.. and RedLight -Rogers tower -OSM new concert hall -CdI and 900 maisonneuve -MUHC and CHUM -John Molson -Nun's Island -Westin Montreal -Old Port residential construction / Solano -Lac Mirabel -Dix 30 -Trudeau airport never ending construction Then you've got new retailers coming such as Apple downtown, H&M downtown Have we turned the corner?