Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'berges'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Projets immobiliers
    • Propositions
    • En Construction
    • Complétés
    • Transports en commun
    • Infrastructures
    • Lieux de culture, sport et divertissement
    • Projets Annulés
  • Discussions générales
    • Urbanisme et architecture
    • Nouvelles économiques
    • Technologie, jeux vidéos et gadgets
    • Technologies urbaines
    • Discussions générales
    • Divertissement, Bouffe et Culture
    • L'actualité
    • Hors Sujet
  • Aviation MTLYUL
    • Discussions générales
    • Spotting à YUL
  • Ici et ailleurs
    • Ville de Québec
    • Reste du Québec
    • Toronto et le reste du Canada
    • États-Unis d'Amérique
    • Europe
    • Projets ailleurs dans le monde.
  • Photographie et vidéos
    • Photographie urbaine
    • Autres photos
    • Anciennes photos

Calendriers

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


À propos de moi


Biographie


Location


Intérêts


Occupation


Type d’habitation

15 résultats trouvés

  1. Quartier des Faubourgs En lire plus: http://www.lelezard.com/communique-17221032.html Avis aux médias - Ville-Marie donne le coup d'envoi d'un travail de planification collectif pour l'avenir de l'est du centre-ville MONTRÉAL, le 8 juin 2018 /CNW Telbec/ - En présence de la mairesse de Montréal, Madame Valérie Plante, l'arrondissement de Ville-Marie vous convie au lancement de la démarche de planification urbaine pour l'aménagement de l'est du centre-ville. Une visite du secteur, d'une durée d'une heure, sera ensuite proposée par l'Écomusée du fier monde et permettra de mieux comprendre l'histoire du quartier en lien avec les enjeux d'aménagement. Inscription à la visite : https://visitequartier.eventbrite.fr DATE : Le lundi 11 juin 2018 HEURE : 10 h 30 h LIEU : Station de métro Papineau (au coin de la rue Cartier et du boulevard De Maisonneuve Est) SOURCE Ville de Montréal - Arrondissement de Ville-Marie Communiqué envoyé le 8 juin 2018 à 10:24 et diffusé par : En lire plus: http://www.lelezard.com/communique-17221032.html
  2. http://plus.lapresse.ca/screens/bb907df5-5eb1-45aa-85a0-593e0e0587f2|_0.html?utm_medium=Facebook&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen « VISION IMMOBILIÈRE » QUÉBEC VEUT DÉPLACER LES FONCTIONNAIRES VERS L’EST DU CENTRE-VILLE MARTIN CROTEAU LA PRESSE QUÉBEC — Des centaines, peut-être des milliers de fonctionnaires qui travaillent à Montréal seront graduellement déplacés du centre-ville vers l’est au cours des prochaines années, a annoncé le gouvernement Couillard, hier. Ce plan fait partie d’une stratégie plus large, dévoilée par le président du Conseil du trésor Pierre Arcand, afin de doter le gouvernement québécois d’une « vision immobilière ». Environ 25 ministères et organismes gouvernementaux ont des antennes au centre-ville de Montréal. Environ 9000 fonctionnaires y travaillent. Or, les coûts de location de ces bureaux ont augmenté au fil des ans, a expliqué le ministre Arcand. « Compte tenu des augmentations importantes au cours des dernières années des coûts au centre-ville de Montréal, il est clair que le gouvernement va se poser des questions », a-t-il résumé. La Société québécoise des infrastructures (SQI), le bras immobilier du gouvernement, sera chargée de mener l’opération. Au fur et à mesure que les baux de location des différents ministères viennent à échéance, la société d’État examinera la possibilité de les reloger dans des quartiers où les coûts sont plus bas. M. Arcand dit avoir consulté la mairesse de Montréal, Valérie Plante, afin de faciliter la transition. Pour des raisons stratégiques, le ministre n’a pas voulu s’avancer sur le fin détail des sites ciblés, ni sur le montant des économies espérées par le gouvernement. « On a des discussions avec plusieurs personnes actuellement, a-t-il indiqué. Vous comprendrez que je n’ouvrirai pas le jeu complètement aujourd’hui. » Le document officiel de la SQI donne toutefois des indices quant au secteur ciblé par Québec. On y souligne qu’en bordure du fleuve, plusieurs sites de grande superficie sont appelés à changer de vocation. On cite en exemple la maison de Radio-Canada, des terrains sous-utilisés du port de Montréal et d’autres terrains vacants au pied du pont Jacques-Cartier. Le déplacement des fonctionnaires vers l’est permettra de faire d’une pierre deux coups, peut-on lire dans le document : réduire les loyers et contribuer au développement urbain. LA SQI PLUS SURVEILLÉE La stratégie dévoilée par M. Arcand prévoit par ailleurs que les activités de la SQI seront supervisées de plus près par les élus. Jusqu’ici, toutes les acquisitions et ventes immobilières de la société d’État étaient approuvées par son président et par son conseil d’administration. Dorénavant, les transactions de plus de 10 millions de dollars nécessiteront le feu vert du ministère du Conseil du trésor. Celles qui dépassent 50 millions devront obtenir l’aval du Conseil des ministres. Cette annonce survient quelques mois après un rapport dévastateur de la vérificatrice générale sur des transactions immobilières survenues sous le gouvernement Charest. Québec projette également d’augmenter le nombre de locaux de bureaux dont il est le propriétaire. De 28 % actuellement, M. Arcand souhaite que la proportion passe à 35 % d’ici cinq ans.
  3. SECTEUR AU PIED-DU-COURANT OBJECTIFS 1. Développer des espaces à proximité du fleuve, autour du pont Jacques-Cartier, afin de créer un nouveau pôle de développement (résidentiel, récréotouristique et d’emplois) 2. Embellir et mettre en valeur cette porte d’entrée importante de Montréal 3. Répondre aux désirs des Montréalais d’avoir de nouveaux accès au fleuve 4. Construire des résidences multi générationnelles et attirer plus de familles à Montréal CONTEXTE 1. Territoire visé (2 secteurs principaux) Voir le plan · Le secteur sud : entre la rue Amherst à l’ouest et la rue Moreau à l’est, entre le fleuve et la rue Sainte-Catherine Sous-secteurs : • La Distillerie Molson • Terrains Radio-Canada • Pied-du-Courant • Ilot de Lorimier • Quais du Courant-Sainte-Marie • Quai du Havre · Le secteur est : autour de la cour du triage du CP et de la STM, à l’est de la rue Frontenac, au sud de la rue Ontario. Sous-secteurs : • Ville de Montréal • Cour du CP 2. Enjeux · Accès sécuritaire aux vitrines sur le fleuve comme le parc Bellerive · Effets néfastes de la circulation véhiculaire en milieu urbain · Blocage des vues du fleuve causé par les conteneurs stationnés sur les voies ferroviaires · Accès aux quais et au Vieux-Port · Revitalisation du secteur, notamment autour du développement des terrains vacants et des bâtiments sous-utilisés ou en changement de vocation 3. Grands projets à surveiller prochainement dans ce secteur · Modernisation de la rue Notre-Dame · Revitalisation des terrains de la Brasserie Molson · Revitalisation des terrains de la Société de Radio-Canada · Projet éventuel sur l’îlot de Lorimier Atouts 1. Proximité du centre-ville et du Vieux-Montréal (4 stations de Metro de Berri et Frontenac) 2. Vitrine sur le fleuve (vues sur certaines icônes de Montréal tels le pont Jacques-Cartier et sur les ile Sainte-Hélène) 3. Services en place (écoles, TEC (transport en commun), épiceries et autres…) 4. Adjacent aux grands axes routiers (A720, le pont, de Lorimier et Papineau) 5. Grand nombre de terrains vacants et sous-utilisés PROJET PROPOSE Quoique l'inversement de la courbe du CP (vers l'est) selon la suggestion proposée par l’urbaniste Pierre Brisset et l’architecte Jean Decarie (du groupe Gruhm) dans une discussion à propos du 720 Notre-Dame soit une partie intégrante de cette proposition, plusieurs éléments pourront être intégrés dans la situation actuelle. Courbe du CP, le Port et les terrains de la Ville 1. Inversement de la courbe du CP (en direction est) pour joindre plus efficacement les voies ferroviaires et les opérations du port existant 2. Enlèvement des voies ferroviaires du Port qui desservaient la courbe du CP depuis les années 1880 quand le Port était à l’ouest 3. Mettre légèrement en tranchée les 2 voies du CN qui passent à travers le Port, et créer des passerelles enjambant les voies pour permettre aux Montréalais d’accéder aux quais 4. Développement des terrains libérés ou sous-utilisés autour de la cour du CP, des terrains de la Ville ainsi que du Port pour contribuer au financement de ces travaux d’infrastructure 1. Éléments de la rue Notre-Dame · Ajout de voies pour TEC (Tramway ou SRB) · Passerelles pour des traverses universelles sécuritaires · Construction de résidences et commerces pour couper les désagréments de la circulation · Conservation des percées visuelles à partir des rues historiques près du le fleuve · Création d’espaces verts et squares pour humaniser le nouveau boulevard urbain et valoriser cette porte d’entrée importante de Montréal 2. Éléments au niveau de sol, c’est-à-dire de la rue piétonne en face du fleuve, du côté sud et à deux pas de la rue Notre-Dame · Création d’une promenade surélevée (au-dessus les voies du CN en tranchée) et de nouveaux espaces verts adjacents aux voies ferroviaires du CN · Accès direct aux commerces, terrasses et aux services pour se ravitailler · Plusieurs percées (la continuité des anciennes rues) · Observatoire vitré (un phare) avec vue sur le pont Jacques-Cartier et d’autres icônes de la ville · Fontaines géantes à l’est du pont pour marquer cette porte d’entrée de ville · Musée souterrain (maritime ou autre sur le terrain de stationnement U-Haul) · Requalification du secteur de la Prison du Pied-du-Courant et de la Station de Pompage Craig 3. Éléments au niveau du fleuve (les Quais du Courant-Sainte-Marie) · Prolongation de la Promenade du Vieux-Port d’environ 3 km vers l’est (autour de la rue Moreau) · Quais d’embarcation pour des navettes fluviales et pour des croisières · Possibilité d’installations variées (barge piscine, plage urbaine, volleyball de plage, conteneurs-commerce, camion de bouffe) FEEDBACK & DISCUSSION Les commentaires, suggestions et obstacles que vous percevez dans ce projet sont bienvenus. Les croquis ont été faits avec Sketchup, alors assez facile de voir d’autres prises de vue, demandez- moi. C’est un ‘work in progress’ alors certains secteurs ou éléments sont aptes à évoluer, comme le secteur de Radio-Canada et Molson. Cette première démarche s’inscrit dans un projet de consultation publique souhaitable avec les instances concernées. Pour ce faire, possiblement via des rencontres initiales pour présenter cette vision, ainsi que les améliorations proposées, auprès de nos élus et d’autres personnes ou groupes concernés. Si vous voulez participer plus activement dans ce processus, faites-moi savoir. NB. Pour ce qui est du choix des modèles des bâtiments et autres éléments ajoutés, prenez note que ce sont à titre indicatif seulement et ils ne représentent que les hauteurs et des tailles proposées. Leur but est simplement pour démontrer le potentiel de développement des sites.
  4. http://journalmetro.com/local/ile-des-soeurs/actualites/1008609/du-surf-sur-le-fleuve-grace-au-pont-champlain/ 15/08/2016 Mise à jour : 15 août 2016 | 16:40 Du surf sur le fleuve grâce au pont Champlain? Par Colin Côté-Paulette Montréal pourrait devenir la capitale mondiale du surf de rivière s’il n’en tenait qu’à Hugo Lavictoire, le propriétaire de Kayak sans Frontières (KSF). L’entrepreneur aimerait profiter des travaux de construction du nouveau pont Champlain pour aménager des vagues artificielles et ainsi attirer des touristes sur les berges de la métropole. «On pourrait prendre un pont de 5 G$ destinés aux automobilistes et l’adapter pour en faire une infrastructure qui inclurait un plus grand nombre de citoyens, dont les milliers de gens qui font du surf sur le fleuve», indique M. Lavictoire. Le président de KSF estime que la machinerie déjà en place pour les travaux sous-marins pourrait aussi être utilisée pour installer une structure en forme d’entonnoir au fond du fleuve. Cette pièce créerait de nouvelles vagues éternelles pour les surfeurs et kayakistes, comme celles bien populaires à Habitat 67 et la célèbre «vague à Guy» à LaSalle. À ce sujet: Pour M. Lavictoire, les piles du nouveau pont Champlain pourraient aussi servir d’aires de repos, puisque les structures créent un contre-courant et permettent de remonter facilement le fleuve, de manière sécuritaire, selon lui. «Ça serait quoi d’ajouter 1 M$ au projet pour que Montréal devienne la capitale du surf de rivière. Les retombées économiques seraient plus grandes que celles du Grand Prix, on peut faire du surf neuf mois par année ici, pas seulement une fin de semaine», soutient-il. Olivier Barrette, un membre influent de la communauté de surfeurs montréalais qui parcourt les vagues du monde, voit le projet d’un bon oeil. «Ça fait longtemps qu’on parle d’ajouter des vagues dans le fleuve. Ce n’est pas exagéré, je pense qu’après Munich, on est le 2e pôle de surf de rivière dans le monde. On a plus de surfeurs en tout cas», souligne-t-il dans une entrevue en plein tournage d’une publicité de surf à Burlington. Il prend en exemple certaines villes américaines et allemandes qui ont réussi l’implantation de vagues artificielles dans leurs rivières. Un sport en «implosion» «En ce moment, on est victime de notre succès, le sport implose par sa popularité. Les vagues statiques peuvent être surfées plus longtemps que les vagues dans les océans, alors c’est très populaire», précise Hugo Lavictoire. Il estime que KSF a accueilli entre 200 et 300 touristes cet été, dont plusieurs durant le weekend chaud et ensoleillé du festival de musique Osheaga au début du mois d’août. «On aurait avantage à bonifier l’offre touristique pour s’adresser à une clientèle jeune», croit la gestionnaire des relations publiques à Tourisme Montréal, Andrée-Anne Pelletier. Selon les données Cities, les milléniaux (18-34 ans) représentent 42% des touristes venus à Montréal en 2014. M. Barrette raconte qu’il a même croisé plusieurs hommes d’affaires qui choisissent de faire leurs réunions à Montréal au lieu de Toronto, pour aller profiter des vagues en passant. Impacts: des environnementalistes se prononcent L’achalandage qui découle de la popularité de la vague à Guy joue présentement un rôle dans l’effritement des berges du site, en raison des nombreux adeptes du surf. Toutefois, l’implantation de nouvelles vagues pourrait avoir des effets positifs, selon le directeur de l’organisme Héritage Laurentien, Jason Di Fiore. «Une nouvelle vague viendrait réduire la pression sur les deux sites, mais ça doit être bien fait. Il doit y avoir une étude d’impact adéquate au préalable», explique-t-il. Un changement de courant dans le fleuve, mal dirigé, pourrait troubler les zones de fraie de certaines espèces de poissons. L’accès à l’eau des sites devrait également être amélioré d’après M. Di Fiore. Pour le coordonnateur du Mouvement ceinture verte, Sylvain Perron, l’important est d’avoir une cohérence entre les groupes sportifs et environnementalistes. «Si on officialise le statut de Montréal comme ville de surf, on peut réglementer pour limiter les impacts. Les groupes sportifs pourraient contribuer au nettoyage des berges par exemple», avance-t-il. Le site de la «vague à Guy» sera réaménagé par la Ville de Montréal quelque part entre 2017 et 2019, à la suite de consultations publiques qui ont eu lieu en janvier dernier. Le Réseau des grands parcs de Montréal prévoit, entre autres, l’aménagement d’un escalier de pierres pour freiner l’érosion des berges, la déviation de la voie cyclable et l’ajout de services publics comme une aire de repos et des toilettes. Comme le projet de M. Lavictoire n’est pas encore présenté concrètement, aucun représentant de la Ville ou d’Infrastructure Canada n’a voulu se prononcer.
  5. via Radio-Canada Un parc pour piétons et cyclistes entre les ponts Champlain et Victoria Mise à jour le vendredi 29 mai 2015 à 7 h 25 HAE Le secteur du Havre La Ville de Montréal veut aménager un parc pour piétons et cyclistes le long du fleuve entre les ponts Champlain et Victoria. La Ville a lancé, le 11 mai dernier, un appel d'offres pour évaluer différents scénarios dans le but de rendre les berges plus accessibles aux citoyens, par exemple en transformant l'autoroute Bonaventure en boulevard urbain ou en l'éloignant de la rive. Un texte de Benoît Chapdelaine La Ville veut profiter des travaux reliés au futur pont Champlain et au futur système de transport collectif entre la Rive-Sud et le centre-ville pour rendre cette partie du fleuve plus accessible. Selon le directeur de l'urbanisme de la Ville de Montréal, Sylvain Ducas, « il y a une occasion à saisir à notre avis, pour récupérer une partie des berges du Saint-Laurent, pour les transformer à des fins de parcours linéaires, des parcours piétons cyclables, depuis le pont Champlain jusqu'à la Cité du Havre, ce qui permettait d'assurer en continu ce lien aux abords du fleuve depuis l'arrondissement de Lachine jusqu'au centre-ville ». Différents scénarios sont prévus, comme la transformation de l'autoroute Bonaventure, propriété du gouvernement fédéral, en boulevard urbain. La partie la plus proche du centre-ville, propriété de la Ville de Montréal, est déjà en travaux pour en faire le boulevard Robert-Bourassa. Un autre scénario prévoit un léger déplacement de l'autoroute Bonaventure qui trône sur ce secteur de la ville depuis 1967. Sylvain Ducas précise qu'une étude préliminaire, menée en collaboration avec la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain, a déterminé que l'autoroute Bonaventure pourrait être déplacée une dizaine de mètres au nord dans son emprise actuelle. « Projet Montréal a toujours préconisé de juste démolir tout simplement cette autoroute qui est superflue », souligne le conseiller municipal du secteur concerné dans l'arrondissement du Sud-Ouest, Craig Sauvé. « Mais de rendre accessibles les berges du fleuve aux cyclistes et aux piétons, c'est quand même une bonne nouvelle. Il ne faut pas le nier, il n'y a aucun lien cyclable dans cet endroit magnifique. » Les résultats de l'étude sont attendus au début de 2016.
  6. Dans le cadre de la discussion sur le réaménagement du Square Viger, j'ai proposé un grand parcours piétonnier dont voici le texte. J'ai finalement décidé de le publier dans la section Vision, pour le mettre plus en évidence et aussi pour ne pas nuire, par une longue digression, au fil du square lui-même. J'emprunte en même temps la vidéo publiée par ChrisDVD parce qu'elle est en partie ma source d'inspiration. Le projet de NIPPaysage Je retiens l'élément principal de cette vidéo, l'axe central qui ralliera les 4 segments du Square-Viger. Cet axe que j'espérais voir apparaitre sur les plans, me confirme que l'on pourrait à terme le prolonger de part et d'autre pour rejoindre le Palais des Congrès et le pont Jacques-Cartier via Lagauchetière et les terrains de la SRC. Et même au-delà, en se connectant éventuellement avec la promenade centrale du nouveau boulevard Robert-Bourrassa à l'ouest et un axe à poursuivre plus à l'est dans Ste-Marie. Le tout étant complété par une boucle de retour tout le long des berges du St-Laurent au Vieux-Port, le canal Lachine et finalement à nouveau la promenade R-B. Un merveilleux tour d'horizon piétonnier de quelques kilomètres, qui traverserait en les reliant: le Quartier International, le Quartier Chinois, le Quartier de la Santé, le Quartier des Ondes et le Quartier Ste-Marie. Retour via les berges du Port, le Faubourg Québec, le Vieux-Montréal et le Vieux Port. Donnant ensuite accès selon la direction choisie au Quartier des Médias, Griffintown et le centre-ville. Ce parcours urbain deviendrait en même temps un abrégé de Montréal, supporté par une application mobile conçue spécifiquement pour le trajet. On développerait ainsi un véritable circuit piétonnier central, de jour comme de nuit, complètement intégré et unique en son genre. Le Montréal d'hier, d'aujourd'hui et de demain, accessible à tous (montréalais et visiteurs), dans une promenade dynamique qui nous en mettrait plein la vue. A lui seul ce sentier pédestre deviendrait une attraction touristique ultra populaire, tout en nous invitant aux autres promenades urbaines, dont celle qui montera jusqu'au Mont-Royal. Difficile de faire mieux autant sur le plan urbanistique, qu'au niveau du développement durable. Même la valeur foncière des secteurs riverains augmenterait substantiellement par la proximité de ce superbe itinéraire structurellement organisé. On ne pourrait faire mieux non plus pour encourager la marche active et les activités de santé. Le tout couplé d'animations diverses et de places publiques invitantes sur chaque segment de cette exceptionnelle randonnée. Voilà en résumé mon rêve le plus cher pour Montréal. Ne suffit que d'un peu plus d'audace, car tout est potentiellement possible si on se donne la peine de construire des liens pratiques et esthétiques pour les chainons manquants. Pour le reste cette voie royale et les terrains concernés seront prochainement en chantier sur presque tout le parcours est-ouest. Ne suffira que de coordonner l'ensemble et travailler spécifiquement la grille de rues pour obtenir une infrastructure de classe mondiale, dont nous pourrons tous (montréalais et québécois) vraiment être fiers.
  7. Donc la piste de ski de fond va être sur 6 km entre la ville de Lachine et la jonction de la 15 avec le canal, tandis que le sentier de marche/raquette va s'étendre sur 14 km entre Lachine et la rue Atwater.
  8. Bonjour à tous, voilà un moment maintenant que je surveille ce forum du coin de l'oeil, que je regarde régulièrement... disons que je suis suffisamment passionné d'urbanisme pour bien aimer ce que l'on trouve ici. Je me suis fait très discret jusqu'à présent et -faute de temps- je continuerais très probablement à rester très discret. J'avais quand même envie de vous présenter un petit projet personnel. Il ne s'agit pas de hauts buildings ou de plans de métro complètement fou. Simplement un projet à une échelle plutôt raisonnable : une piste cyclable reliant le boulevard de Maisonneuve au canal Lachine et aux berges du Saint Laurent. J'ai pris mon temps pour bien y réfléchir, et monter un dossier. J'avoue que j'apprécierais énormément des feedbacks et des commentaires ! C'est en pdf, téléchargeable par ici (1.3 Mo) : http://c-pp.biz/pistes_cyclables/plan_cyclable.pdf
  9. Le projet distingue les aménagements de la rive gauche de la rive droite. A chaque espace ses activités. Toutefois, un meilleur lien entre les deux rives est envisagé. Les abords de la passerelle qui relie le parc des Tuileries au musée d'Orsay seraient complètement réorganisés. © APUR / JCCHOBLET Allez voir les photos! Berges de la Seine
  10. Métropole au fil de l'eau - Montréal présente son Plan de l’Eau Que l’on parle d’accès aux berges, d’activités nautiques, de conduites d’eau, d’eaux usées, de transport maritime, d’eaux de ruissellement ou de l’eau que l’on boit, l’Eau est un dossier prioritaire pour la Ville de Montréal. Par son Plan de l’Eau, la Ville répond au souhait exprimé par les Montréalais lors des consultations entourant les préparatifs du 375e anniversaire de Montréal : se réapproprier leur fleuve, leur rivière, l’eau, les berges! Ce plan prévoit : L’aménagement d’un bain portuaire dans le Vieux-Port L’aménagement de la plage de l’Est L’aménagement de la plage de Verdun L’aménagement des berges aux vagues éternelles Un programme de soutien aux initiatives locales d’activités de plein air Un programme de soutien pour augmenter les accès et fenêtres sur la rivière des Prairies / Parcours Gouin Un Programme de renaturalisation des ruisseaux Un programme de correction des raccordements inversés Outre ces différentes actions, d’autres projets municipaux d’importance liés à la thématique de l’eau sont en cours de planification ou de réalisation. Ils viendront se greffer naturellement au Plan de l’Eau, pour offrir une vision intégrée qui tient compte du cycle entier de la vie de l’eau à Montréal — de sa source jusqu’au robinet, et jusqu’au fleuve — pour faire en sorte que les Montréalais aient en tout temps accès à une eau de grande qualité et à une foule d’occasions pour en profiter! sent via Tapatalk
  11. Nom du projet : Les Berges de la Rivière Description : Nouveau projet au bord de l'eau à Ste-Dorothée, Laval. Près de tous les services, gare, centre-d'achats, autoroute 13 et 440. -À cinq minutes de marche des stations St-Dorothée et Ile Bigras. -Une courte distance du Méga Centre Sainte Dorothée incluant des boutiques, restaurants, et autre -À proximité de superbes terrains de golf, écoles, sentiers de promenade, parcs, et activités sportives -Un stationnement sous-terrain sécuritaire et bien éclairé -Des constructions en ciment à l’épreuve du feu Site : Les Berges de la Riviere | Exceptional Laval Condos Images : http://www.lesbergesdelariviere.com/wp-content/uploads/2012/10/Lavalle-Condos-Building-980x610.jpg http://www.lesbergesdelariviere.com/wp-content/uploads/2012/10/condo-homes-montreal.jpg
  12. Un projet immobilier veut offrir le gîte aux tortues Photo: La Presse Charles Côté La Presse Signe que l'enjeu environnemental change les habitudes à Laval, siège de nombreuses batailles entre promoteurs immobiliers et écologistes, un nouveau projet immobilier tentera d'attirer à la fois des humains et des tortues. «Nous avons tout fait pour éviter des erreurs environnementales, dit John Garabedian, promoteur du projet, le Domaine des berges de Sainte-Dorothée. On savait au départ qu'il y avait des milieux humides sur le terrain. On les préserve et on crée un étang qui coûte à lui seul 1 million.» Même avec un ensemble de mesures coûteuses, le succès écologique complet du projet de résidences de luxe en bordure de la rivière des Prairies n'est pas garanti. La tortue géographique, l'espèce qui a le plus besoin de protection dans la région, risque fort d'éviter le coin. La présence de tortues géographiques est confirmée «aux environs du site» par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP), qui a tout de même autorisé le projet, parce qu'il «respecte toutes les normes». Le MDDEP souligne que dans son état actuel, le terrain situé à l'ouest de l'autoroute 13 présente «un intérêt écologique faible» parce que «colonisé par une végétation commune, voire envahissante». Le projet protège le principal milieu humide du terrain et son aménagement permettra «d'augmenter la biodiversité». M. Garabedian ajoute qu'aucun remblai n'est prévu, contrairement aux deux projets voisins, dont les maisons perchées sur des talus artificiels de deux ou trois mètres ont soulevé la controverse. Des ponceaux permettront d'enjamber le ruisseau qui traverse le terrain. Toutes ces mesures font doubler le prix des infrastructures, dit M. Garabedian. Mais qu'en est-il des tortues? Avec ses 80 kilomètres de berges, l'île Jésus a de quoi plaire à l'humain... et à la tortue. Trois espèces de tortues vivent dans les eaux autour de Laval, y compris la tortue géographique, désignée comme vulnérable par le gouvernement du Québec. Les concepteurs du Domaine des Berges ont inclus une «île à la tortue» et des plages propices à la reproduction dans leur étang. Mais il y a peu de chances que la tortue géographique adopte ce nouvel environnement. «C'est une espèce très farouche et plutôt difficile à approcher», précise-t-on au ministère des Ressources naturelles et de la Faune. Robert Bisson, biologiste au parc de la Rivière-des-Mille-Îles, à Laval, peut en témoigner. «À partir du moment où on construit des maisons, la tortue géographique va aller ailleurs, dit-il. En canot, quand on arrive à 30 mètres, elle saute à l'eau.» En revanche, ajoute M. Bisson, il se peut qu'une autre espèce, la tortue peinte, adopte l'étang du Domaine des Berges. Mais cette espèce est très commune. «Il y a un cas comme ça à Terrebonne, dit M. Bisson. Il y a des tortues peintes dans un étang en plein milieu d'un quartier résidentiel.» Le projet Domaine des Berges est soumis à une modification de zonage présentée ce soir au conseil municipal de Laval. Pour joindre notre journaliste: [email protected]
  13. The revitalization of Montreal’s Downtown East Over the next few years, the eastern part of downtown will have 3 new projects: Carre St-Laurent, Maison Radio-Canada and Quais De Lormier. Luciano D’Iorio, Corporate Real Estate Broker shares the details. Video report http://www.btmontreal.ca/videos/5199789169001/
  14. Document de réflexion pour stimuler la discussion et des idées pour l'avenir du secteur du Pied-du-Courant dans cette période électorale. J'ai prepare ce document pour les AmiEs du courant Sainte-Marie avec une collaboration spéciale de acpnc. Une proposition pour l’avenir du secteur du Pied-du-Courant Préambule Enjeux des sites Le parc Bellerive, comme tous les espaces publics autour de la rue Notre-Dame (autoroute ou boulevard urbain) a d'importants défis à relever en raison de la circulation intense du secteur. À cela il faut ajouter l'isolement des lieux. Pour profiter de la proximité du fleuve et pour bien apprécier les vues sur le pont Jacques-Cartier et les activités portuaires, il faut traverser 7 voies de circulation avec tous les inconvénients qui viennent avec (bruit, pollution, circulation intense de voitures, autobus et camions). Ainsi pour atténuer ces irritants et trouver davantage de tranquillité, il faut se déplacer au-delà des beaux arbres centenaires jusqu'à l'extrémité sud du parc Bellerive. Or, ces obstacles à franchir expliquent en grande partie la fréquentation réduite des lieux. À cela s'ajoutent un sentiment d'insécurité pour les visiteurs et le manque de services comme une certaine surveillance, des toilettes, eau, wi-fi, café etc. Urgence d’agir Comme on peut s'attendre que d'ici quelques années le secteur du Pied-du-Courant, incluant les grands terrains de Molson et de Radio-Canada ainsi que des Quais de Lorimier, connaitra un développement important, avec une croissance notable de sa population résidente et de nouveaux travailleurs. Il faudra alors prévoir des lieux de détente et de loisirs en nombre suffisant. C'est ici que le parc Bellerive et ses alentours pourront jouer un rôle principal, afin d'améliorer l'expérience urbaine et profiter en même temps des espaces exceptionnels et sous-utilisés à l'est du pont. Exemple de réussite Depuis quelques années, la Pépinière / Espaces Collectifs aménage le site du dépôt à neige sous le pont, en offrant des activités qui s'adressent au public, 4 jours par semaine durant la belle saison. Ces gens sont en quelque sorte des pionniers dans l'aménagement d'espaces éphémères à Montréal. Ainsi avec très peu d'argent public, avec l'aide de bénévoles et le soutien de designers locaux, ils ont réussi à développer l'intérêt populaire, en dépit de la nature ingrate des lieux. La Pépinière s'est ajustée avec le temps et une détermination constante, tout en améliorant son offre auprès de sa clientèle cible. Elle a d'ailleurs offert plusieurs nouveautés cette année. Ils y ont notamment mis beaucoup d'efforts et ont vraiment réussi l'exploit d'en faire un succès récurrent indéniable. Nous croyons que leur approche par rapport à l’animation du site est inspirant et qu'ils ont appris à tirer le maximum de résultats positifs, malgré les contraintes physiques auxquelles ils doivent faire face et leurs heures d’ouvertures restreints. Vision urbaine En ce sens la Pépinière / Espaces Collectifs est devenue un excellent exemple pour d'autres projets semblables d'animation publique dans d'autres sites potentiels au centre-ville. Nous pensons à la Place Émilie-Gamelin, au square Cabot, au square Viger etc. À noter aussi que la Société des Ponts fédéraux a une proposition d'aménagement pour les terrains vacants sous le pont Jacques-Cartier, en bordure de l'avenue de Lorimier qui deviendra à leur tour complémentaire à ce qui se fait déjà. Friche habitée et un écoquartier Dans le même ordre d'idées, une réflexion collective sur la réalité et les défis de ce site riverain de la rue Notre-Dame nous a conduit à imaginer une "Friche Habitée" sur le site vacant à l'est du parc Bellerive (propriété du MTQ). La même chose du côté sud avec la création d'un nouveau quartier conçu spécialement pour répondre aux besoins des familles. L'objectif étant de composer avec les possibilités particulières des différents sites, tout en offrant des activités en complémentarité au parc Bellerive et au Village du Pied-du-Courant. Pour ce faire nous nous sommes inspirés du Pike Place Marketfront à Seattle (voir le lien et l’image dans la prochaine page). Conclusion Notre but est d'accroitre la fréquentation de cette incroyable vitrine sur le fleuve. Cette dernière deviendrait en quelque sorte une extension du Vieux-Port, tout en fournissant de précieux services à la communauté de l'est, dont on attend une importante croissance dans les prochaines années. Nous profitons alors du dévoilement du Plan d'Action de la Stratégie Centre-ville, doublé des importants développements privés annoncés pour le secteur et des élections municipales du 5 novembre prochain, pour poursuivre plus avant notre réflexion sur l'avenir de l'est du centre-ville que nous venons de détailler plus haut. Pike Place Marketfront http://pikeplacemarket.org/marketfront Une Friche habitée pour tous et un quartier vert conçu pour les familles Objectifs Augmenter la fréquentation des lieux proches du fleuve, en insérant des structures appropriées et en pratiquant des aménagements qui offriront différents services et expériences offerts toute à l’année. Créer des espaces publics sécuritaires adressés aux familles et qui respectant les principes d’accessibilité universelle. Ces espaces viendront en même temps compléter le parc Bellerive et le Village au Pied-du-Courant. Transférer du côté sud de la rue Notre-Dame, la piste cyclable afin de pouvoir construire des habitations mixtes conçues spécialement pour les familles du côte nord. Nous proposons aussi, une rue piétonne avec donnera accès aux habitations. Créer un lieu rassembleur dans la communauté et un nouveau repère pour marquer cette importante porte d’entrée de la métropole. NB : La taille et la configuration des espaces et bâtiments dans les esquisses sont à titre d’exemple seulement. Il faut surtout retenir le concept général d’une ‘Friche habitée dans un quartier vert’. 1. Pavillons vitrés (Créer une zone tampon pour couper le bruit et la vue de la circulation de la rue Notre-Dame) Bâtiment en forme de hangar d’inspiration industrielle, avec parois transparentes et espaces aérés, pour permettre la vue sur le fleuve et le pont Jacques-Cartier à partir de la rue Notre-Dame. Fournir des services pour répondre aux besoins des usagers, tout en fournissant des espaces à l’abri des intempéries en toute saison. Ces pavillons pourraient servir à différentes fonctions (salle d’exposition ou de foire, piscine publique, marché/bouffe, toilettes). Une halte pour la piste cyclable de la rue Notre-Dame. 2. Espaces multifonctionnels La taille et la configuration du site permettra la pratique de sports/jeux pour tous les âges, l’organisation de grands rassemblements, concerts et spectacles, fêtes de quartier et aire de détente. Activités en complémentaire avec le parc Bellerive (gazonné avec arbres centenaires) et le Village au Pied-du-Courant (activités éphémère l’été seulement). La Promenade du Chemin-qui-Marche dans le Faubourg Québec deviendra le prolongement naturel de ce site proposé. 3. Fontaine géante (Marquant le lieu symbolique des silos m’lasse entre la friche et le parc Bellerive) Pour le côté esthétique Pour se rafraichir Pour masquer les bruits de la circulation véhiculaire de la rue Notre-Dame 4. Accès Par autobus (La fontaine/parc Bellerive et aux résidences/marché alimentaire). Transférer la piste cyclable du côté-fleuve (sud) afin d’améliorer la fluidité et l’accès au site. Possibilité éventuelle de négocier un accès vers les quais pour profiter des activités nautiques et une navette fluviale Création de places publiques en continuité des rues déjà présentes (Poupart, Iberville et Frontenac) et offriront tout naturellement des fenêtres sur le fleuve, à partir du nord. 5. Bâtiment résidentiel ou auberge de jeunesse suite à un concours de design (Habitations de mixité sociale ou pour des aînées dans la pointe est de la friche, adjacente à la gare maritime des croisières du Port) Sur pilotis avec espaces ouverts pour la tenue d’activités au rez-de-chaussée. On pourrait dire ici que les résidents deviendront en quelque sorte les ‘gardiens’ des espaces publics et les ‘yeux sur le parc’. On peut supposer aussi que ces derniers deviendront la clientèle régulière des services et les principaux participants aux activités. Une œuvre d’art public magistrale (à la tête de la friche (pointe est) pour marquer cette porte d’entrée de la métropole) 6. Belvédère (Intégré au complexe résidentiel et près de la gare des croisières) Un attrait qui s’adresse à tous les visiteurs, sous forme de toit-terrasse avec café-bistro. Possibilité d’apprécier la vue du fleuve dans toute son extension, ainsi que les activités portuaires qui y prendront place et cela même si certains convois de train seront stationnés devant. 7. Un quartier vert conçu pour des familles du côté nord (Plusieurs bâtiments seront conçus spécifiquement pour répondre aux besoins des familles) Parmi les éléments principaux : Une rue piétonne entre la rue Bercy et la rue Parthenais dotée de places publiques. Des aires de jeux et des jardins communautaires sur le toit des habitations. Financement des aménagements du côté sud En plus d'habiter le secteur du Pied-du-Courant (et attirer les familles), et assurer une fréquentation pour les espaces du parc au Pied-du-Courant, la vente des terrains/taxes foncières (de la piste cyclable du côté nord) pourra être utilisée pour décontaminer/aménager la friche. Possibilité de même financer l'inversement de la courbe du CP pour nous donner accès au fleuve et aux activités maritimes. Sommaire Côté sud de la rue Notre-Dame Pavillons vitrés • Fournir des services (marché alimentaire, piscine, lieux multifonctionnels...), • Couper le bruit et la visuelle des véhicules de la rue Notre-Dame • Accroître la fréquentation du site et sécuriser les lieux Bâtiment résidentiel • Création d’un bâtiment emblématique sur la promenade qui pourrait être le résultat d’un concours d’architecture. • Habitations mixtes dans la pointe est de la friche créeront automatiquement une présence permanente et une meilleure sécurité. Côté nord de la rue Notre-Dame Nouveau quartier vert • Selon le principe des éco quartiers à l’échelle humaine et à densité moyenne pour attirer les familles • Implantation d'une rue piétonne (avec des places publiques) entre la rue Bercy et la rue Parthenais. • Jardins communautaires pourront être aménagés sur le toit, et même des aires de jeux pour enfants.
  15. http://www.cdccentresud.org/nouvelles/rapport-synthese-de-levenement-autour-dune-vision-de-developpement-sud-de-ville-marie/ LE SUD-EST DE VILLE-MARIE Un quartier en plein changement Centre-Sud Rapport synthèse de l’événement autour d’une vision de développement du sud-est de Ville-Marie Octobre 2017 RAYSIDE LABOSSIÈRE Architecture Design Urbanisme Le 13 octobre dernier, près d’une centaine de personnes se sont réunies à la brasserie Molson pour échanger sur l’avenir du secteur sud-est de Ville-Marie. Nous sommes fiers de vous présenter le rapport qui synthétise les échanges qu’ont eus ces différents acteurs du milieu quant aux potentiels du quartier et qui vous présente leurs perceptions et leurs idées concernant le redéveloppement du secteur. N’hésitez pas à partager ce document dans vos réseaux respectifs! http://www.cdccentresud.org/wp-content/uploads/2018/02/Rapport-synthèse-événement-sud-est-de-Ville-Marie_2017-10-13.compressed.pdf