Normand Hamel

Membre
  • Compteur de contenus

    1 111
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    7

Normand Hamel a gagné pour la dernière fois le 12 octobre

Normand Hamel a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

741 Excellent

1 abonné

À propos de Normand Hamel

  • Rang
    Mtlurb Master

Personal Information

  • Biography
    Né à l'Abord-à-Plouffe, QC
  • Location
    Brownsburg-Chatham
  • Intérêts
    Lecture
  • Occupation
    Retraité

Visiteurs récents du profil

1 283 visualisations du profil
  1. Normand Hamel

    Îlot Balmoral / ONF - 13 étages

    Je croyais que l'ONF serait le seul occupant de l'édifice mais je suis ravis d'apprendre que l'Îlot Balmoral pourrait à terme regrouper plusieurs organismes , institutions et entreprises oeuvrant dans le secteur des arts visuels, à l'instar du Wilder qui accueille déjà plusieurs organismes oeuvrant dans le secteur de la danse. Je crois beaucoup au concept de regroupement; soit dans un même secteur, comme autrefois la Cité du multimédia, ou dans un même édifice, comme le O Mile-Ex en ce qui concerne l'intelligence artificielle. Le Quartier des spectacles lui-même est né sous ce principe et on voit aujourd'hui le résultat: l'administration du Musée McCord est prête à faire d'importants compromis pour pouvoir s'y installer.
  2. Normand Hamel

    Nouvelle Maison Radio-Canada - 8 étages

    Tout le monde saura alors que Radio-Canada c'est ICI!
  3. Normand Hamel

    Nouvelle Maison Radio-Canada - 8 étages

    I did not expect the logo to also be at the back.
  4. Normand Hamel

    Buzz Around Montréal

    I have already posted that article here:
  5. Normand Hamel

    Buzz Around Montréal

    Montreal soaring to new economic heights, but headwinds still buffet the summit Christopher Reynolds - The Canadian Press MONTREAL — In a sun-lit lecture space at Ecole Polytechnique, Joelle Pineau explained how a machine can create a recipe from a photo of a tourtiere. It’s not easy as pie, but rather the fruit of 12 months of experimentation at Facebook’s new artificial intelligence lab, which she heads up in Montreal. “I would like the robot that goes with it and then makes the recipe,” joked Pineau, an associate professor at McGill University. Facebook’s lab has already expanded to 20 specialists from four since its launch in September 2017, with plans to move to a bigger facility come January. Microsoft Corp. and Google parent Alphabet Inc. have both launched Montreal-based AI labs in the past two years, and aim to hire scores more researchers in the next year or so. It’s not just Montreal’s AI sector that’s booming. A mix of cutting-edge tech clusters, real estate growth and old mainstays like tourism and shipping are transforming the city into an economic hot spot after decades of battling a frosty business image. Regional gross domestic product grew 3.5 per cent in 2017, according to Statistics Canada, outpacing Toronto and Vancouver as Montreal enjoyed its biggest growth spurt in more than 10 years. Unemployment has hovered at around six per cent for the past 12 months, remaining near all-time lows. Meanwhile, foreign direct investment surpassed $2 billion in 2017, a new record that marks a 50 per cent increase over 2016 and a 100 per cent jump from 2015. “There’s definitely a buzz around Montreal, especially the high-tech sectors,” said Christian Bernard, chief economist with Montreal International, an economic development agency. Up to 75 per cent of foreign direct investment last year went toward high-tech sectors such as gaming, visual effects and aerospace as well as life sciences and health technology, he said. “The technology is very broad, and the talent can move around from one area to another, one niche application to another,” said Universite de Montreal computer scientist and deep-learning pioneer Yoshua Bengio, who serves as scientific director of the new Montreal Institute for Learning Algorithms. Bengio cited as a key catalyst French gaming company Ubisoft Entertainment SA, which opened a small office in Montreal in 1997 that now employs 3,500 workers. Cash has been pouring into Montreal from public and private institutions, including more than $300 million over the next five years from the federal and provincial governments to bankroll big data research at Montreal universities and foster a regional AI “super-cluster”. Brad Henderson, chief executive of Sotheby’s International Realty Canada, said mortgage stress tests and higher interest rates haven’t dampened Montreal’s real estate market, which he called the healthiest in Canada. The city’s $1 million-plus real estate sales increased 19 per cent year over year in July and August, and they’re poised “to set new records to the end of 2018,” according to a Sotheby’s report in September. Quebec’ political situation has calmed investor fears, he added. “Montreal’s always kind of had a bit of a political overhang,” Henderson said, “but the concerns about separatism have largely dissipated, and that in our opinion has contributed to the steady growth that we’ve seen in Montreal.” Montreal’s port continues to underpin the regional economy, as the year-old free-trade deal between Canada and the European Union boosts container shipping and prompts a hiring spree at the docks, according to port officials. Container imports increased 7.8 per cent to nearly 4.33 million tonnes in the first seven months of this year compared with the same period in 2017, with the bulk of that traffic coming from Europe. Tourism is also on the rise, with Trudeau International Airport welcoming more than 11 million foreign passengers in the first eight months of 2018 for a 6.9 per cent year-over-year gain, according to Tourisme Montreal. However, the same features Montrealers cite as strengths can detract from the city’s sheen as well. In 2016, median household incomes in Montreal climbed more quickly than in many metropolitan areas, but they remained among the lowest of any major city in Canada at $61,790, according to StatCan figures. High employment points to a severe thirst for a bigger talent pool, said Montreal Board of Trade president Michel Leblanc. Many parts of the province are now “beyond full employment,” with a demand for more qualified workers in sectors ranging from hospitality to transportation to the tech scene, Leblanc said. “We need to have more immigrants,” he said, one day before Quebeckers voted the Coalition Avenir Quebec to power on Oct. 1, whose leader Francois Legault has pledged to reduce immigration by 20 per cent. One-third of Quebec’s workforce will have to be replaced in the next 10 years as the population ages, said Mia Homsy, director of the Institut du Quebec, a public policy think tank. “It’s already starting to affect investments and production, with a direct impact on GDP,” she said. Population growth in the Montreal census metropolitan area has been relatively slow, rising 11 per cent to 4.1 million residents between 2007 and 2017, according to StatCan. The rate lags well behind Canada’s five other biggest urban areas. Despite its rapid growth, Montreal’s affordability is better than many of the other 10 biggest cities on the continent, said Loic Jegousse, head of cyber and IT risk with a BNP Paribas team that launched in Montreal last May. “I myself have two teenage daughters. I used to live in Toronto, and I thought it would be wise to come to Montreal so they can actually afford a home when they grow up,” he said. “Montreal was very sleepy for a long, long time, but now it is going through a renaissance.” https://nationalpost.com/pmn/news-pmn/canada-news-pmn/montreal-soaring-to-new-economic-heights-but-headwinds-still-buffet-the-summit
  6. Normand Hamel

    Centech (Planétarium Dow)

    One of the largest tech-company launchers in the country is a relatively unknown entity Montreal's Centech is home to technopreneurs from 26 universities in 11 countries across varied disciplines Denise Deveau - National Post Richard Chénier is sometimes taken aback by the number of applicants at Centech. “I don’t know why they choose us because we don’t do promotions,” says the director-general of the Montreal-based incubator and accelerator. The fact that word of mouth is enough to fill their ranks is a clear testament to Centech’s success. Established in 1996, it is in fact one of the oldest incubator/accelerators in the country. Over those 20-plus years it has grown to become one of the largest tech company launchers in the country and has been ranked among the top 10 accelerators in the world according to University Business Incubator. Up to 2015, applicants were exclusively students from its founding partner, the École de technologie supérieure engineering school. At that point it opened its doors to any applicants, and is now home to technopreneurs from 26 universities in 11 countries. Projects range from smart lighting and 3D modelling for industrial applications to medical cannabis and monitoring tools for turtle nests. Centech’s main focus is on hardware and deep tech. According to Chénier, 100 per cent of solutions developed there have software and 85 per cent of those have software embedded in an object. “We don’t create startups,” he says. “We launch businesses. That’s a different mindset from other accelerators. Even when a company has significant seed round financing, they still need to know how to spend that money and build their business in terms of legal, cash flow and pipeline building.” Locketgo, a provider of temporary lockers for transporting to and from large events, is a member of the Centech two-year Propulsion Program. Since starting the company, Gabrielle La Rue has become a fixture on the startup scene. Despite being a native of Montreal, La Rue says when someone recommended she apply to Centech, “My first question was, what is Centech? I had never heard of it.” La Rue, who has extensive connections with the entertainment and event industry, realized Centech was the perfect place to build up expertise in the technology needed for her product. While the concept resonated well with customers, she says, “We were far from knowing what we were doing and weren’t even close to understanding the technology we needed to build our systems properly. I talked to Centech on a Friday and joined their Acceleration Program on the Monday.” After completing that program Locketgo was accepted into the Propulsion Program. “The first stage taught me everything about running a business – how to pitch, future planning, etc. The next stage really gave us the strength and knowledge we needed to build the company.” Now, she says, they have a much bigger team and a new and improved product that is ready to launch. One advantage of her time at Centech is that she can tap into a wide range of engineering talent. “Everyone here has their strengths. That helps a young company like ours shape where we want to go.” Isabel Galiana, CEO and co-founder of Saccade Analytics, was equally surprised to hear about Centech during her business’ formative years. “When someone told me to apply to Centech, I had no idea what it was.” Saccade was founded with the intent of commercializing 30 years of medical research into the neurophysiology of eye movement done by Dr. Mimi Galiana at McGill University’s Department of Medical Engineering; she is also a co-founder and chief science officer of Saccade. Unlike Locketgo, engineering technology was not as much of an issue as expanding its network of connections beyond academic circles, Isabel Galiana says. In simple terms, the software, which can be embedded in off-the-shelf virtual reality goggles, evaluates brain functions based on eye and head movement. It’s a technology that can be used to diagnose abnormalities from concussion, neurological disorders or other causes. Typically patients have to wait months for an assessment, which can take up to two hours and requires heavy, expensive equipment. Saccade’s software can complete a test within seven minutes and generate a report in about 30 seconds. Galiana says Centech has pushed the team to build a company while growing a network with key contacts including medtech companies, healthcare organizations and sports associations. “Here we are not treated as a startup but as a company. The key is the security and support Centech provides. That’s very rare in every other aspect of an entrepreneur’s existence.” The security means a great deal in terms of keeping innovation in Canada, Chénier believes. “When they leave Centech, they are autonomous and ready to grow. In our minds that’s the best way to create a future for our economy.” https://calgaryherald.com/entrepreneur/fp-startups/one-of-the-largest-tech-company-launchers-in-the-country-is-a-relatively-unknown-entity/wcm/92e82406-36be-4c01-aa4a-5be515191afe
  7. Greater Montréal crowned for its foreign direct investment strategy in the digital sector Greater Montréal clinched the honours from FDI Magazine (Financial Times) by winning the award for best foreign direct investment strategy in the Digital Economies of the Future ranking. Québec’s metropolis stood out from New York City (United States), Toronto (Canada) and Hamburg (Germany). “We are proud of this honour, especially considering the increased competition between major cities, as it represents global recognition for our work attracting and retaining high value-added foreign investment,” said Hubert Bolduc, President and CEO of Montréal International. “Our strategy relies mainly on promoting our leading-edge sectors, in which there is a critical mass of highly skilled talent, a high concentration of global players, a booming startup community and many specialized R&D centres.” $2B foreign investment in Greater Montréal Leveraging this strategy, MI helped 48 foreign companies locate or expand in the Greater Montréal, facilitating a record $2.025 billion in foreign direct investment, an increase of over 50% compared to 2016. Nearly 40% of these investments were in the digital sector with the arrival of global giants such as Facebook, Google, DeepMind, Thales (CortAIx) and DNEG. The buzz in these leading-edge sectors continued for Greater Montréal in 2018 as seen from projects announced by Reel FX, Havas Group, Scanline VFX and Jumio, to mention just a few. The Mayor of Montréal and President of the Communauté métropolitaine de Montréal, Valérie Plante, was also quite pleased with the results of the ranking. “Montréal’s vibrant and creative culture, its world-class universities, and exceptional quality of life make it one of North America’s best cities to live and work in. By strategically promoting these strengths we were able to attract and retain an incredibly talented workforce and a record number of foreign direct investments, especially in high-tech, fast-growing industries.” Greater Montréal indisputably stands out as a world leader in AI, video games, visual effects, fintech, software development, IT services and data centres. For more details about the ranking, go to the fDi Magazine website, then “rankings” section. http://www.montrealinternational.com/en/news/2018/10/greater-montreal-crowned-for-its-foreign-direct-investment-strategy-in-the-digital-sector/?utm_source=twitter.com&utm_medium=socialmedia&utm_campaign=fdirankings
  8. Normand Hamel

    Montréal industrie du cinéma et de la production(effets spéciaux etc)

    Effets spéciaux : ce qui rend Montréal si spéciale Cinesite, Framestore et MPC font le bilan de leurs cinq premières années dans la métropole En avril dernier, l’américain Reel FX annonçait l’ouverture d’un studio d’effets visuels à Montréal. Objectif : embaucher 400 personnes en deux ans. En juin, c’était au tour de l’allemande Scanline VFX de s’installer en sol québécois, avec 300 emplois à la clé. Et ces annonces ne sont pas isolées. En 2017, 13,6 % des 2, 025 G$ d’investissements directs étrangers facilités par Montréal International étaient concentrés dans ce seul secteur. « Le Grand Montréal s’est positionné parmi les principaux pôles mondiaux du secteur des effets visuels et de l’animation au cours des 10 dernières années avec une croissance annuelle estimée de 27 % », souligne Hubert Bolduc, président-directeur général de Montréal International. Qu’est-ce qui attire ces nouveaux joueurs de l’industrie cinématographique? Comment le marché va-t-il réagir? Cet engouement sera-t-il durable? Réponses avec Cinesite, Framestore et MPC, trois piliers d’origine britannique qui fêtent leur cinquième anniversaire à Montréal. « Ici, toutes les conditions gagnantes sont réunies. » – François Sansregret, chef de l’exploitation, Cinesite Montréal C’est en octobre 2013 que Cinesite a installé ses premiers écrans à Montréal, avec une poignée d’employés, un carnet de commandes alimenté par la maison mère et une ambition : faire du nouveau studio une plaque tournante de son réseau mondial de production. En plus des effets visuels, Cinesite Montréal ouvre rapidement une division animation, qui va produire quatre films en quatre ans, parmi lesquels The Star pour Sony, un projet bouclé en 11 mois seulement, un exploit. Aujourd’hui, avec 400 employés, le studio de Montréal est le plus important du groupe en termes d’effectifs, et le seul qui abrite à la fois les effets spéciaux et l’animation. Tout en collaborant avec Londres (Avengers, The Commuter), Montréal travaille de façon autonome sur des projets d’envergure (Mary Poppins Returns, American Gods). Certaines créatures du nouveau Marvel, Ant-Man and the Wasp, ont été façonnées ici. Et cela sera aussi le cas pour Extinct que dirige David Silverman (Monsters inc., Les Simpsons), prévu pour 2020. « Le succès de Cinesite Montréal a dépassé toutes nos attentes », explique François Sansregret, chef de l’exploitation. « Et cinq ans plus tard, les attraits de Montréal demeurent les mêmes : le bassin de talents, la créativité de la région, la culture techno, les coûts d’exploitation compétitifs et le support constant de Montréal International façonnent un écosystème idéal pour les entreprises innovantes comme la nôtre ». Le studio planche déjà sur trois nouveaux films d’animation, dont une première production originale, Riverdance. Il abrite également une équipe de création de propriétés intellectuelles, qui élabore des concepts d’animation et de nouvelles idées de films amenées à alimenter tout le réseau Cinesite. « En cinq ans, Cinesite Montréal a fait ses preuves et sa marque. Nous tablons sur une croissance tout aussi soutenue pour les prochaines années et visons 300 nouvelles embauches d’ici 2021. » « L’arrivée de nouveaux studios contribue à faire de Montréal un chef de file mondial. Cela bénéficie à toute la communauté VFX. » – Chloë Grysole, directrice générale, Framestore Même son de cloche du côté de Framestore, le tout premier des studios britanniques à avoir élu domicile à Montréal il y a cinq ans. Il compte aujourd’hui 500 employés et vient de doubler la superficie de ses bureaux dans le Mile End pour pouvoir poursuivre son développement. « Si je devais résumer ces cinq dernières années en un mot, ça serait croissance; une croissance folle, une croissance exigeante, une croissance passionnante », sourit la directrice générale, Chloë Grysole. Car il y a de quoi sourire et être fier. En février dernier, le studio a reçu l’Oscar des meilleurs effets visuels pour Blade Runner 2049, dont les effets spéciaux ont été conçus presque exclusivement par Framestore, à son studio de Montréal. « Cette victoire, c’est vraiment celle de notre équipe. Elle récompense des mois de travail et nous positionne comme un joueur de première catégorie dans l’industrie. » Dans les prochains mois, le travail de Framestore sera sur tous les écrans : Christopher Robin, Deadpool 2, Mary Poppins Returns, Women of Marwen, Fantastic Beasts 2, Dumbo,. Pas de doute, l’avenir sourit au studio, qui, grâce à ses liens avec Marvel, Disney et Warner Bros., grâce aussi à sa division VR pour les expériences immersives, entend continuer de grandir au même rythme effréné. Les nouveaux concurrents qui s’installent régulièrement à Montréal joueront-ils les trouble-fête? « Nous voyons plutôt cela comme une opportunité. C’est la forte concentration d’entreprises et de professionnels qui fait de Montréal un hub mondial des effets spéciaux. Les nouveaux studios renforcent la communauté VFX et contribuent à bâtir la réputation mondiale de la région. » « Être dans une ville classée parmi les plus agréables à vivre dans le monde facilite le recrutement. » – Émilie Dussault, directrice du studio, Moving Picture Company On doit aux héros de X-Men l’implantation à Montréal du studio anglais Moving Picture Company (MPC), division VFX de Technicolor. En 2013, la métropole accueille l’équipe de tournage de Days of Future Past. Chargé des effets spéciaux, MPC choisit de s’y installer aussi. Cinq ans plus tard, il est toujours là, en tête avec plus de 850 employés, et planifie une fois de plus une nouvelle croissance. MPC Montréal s’ajoute aux quatre autres studios de la société dans le monde, soit Londres, Bangalore, Vancouver et Los Angeles. « La montée en puissance a été fulgurante. De cinq personnes à l’ouverture en juillet, nous étions déjà 136 à peine 6 mois plus tard», se souvient Émilie Dussault, directrice du studio et présidente de Technicolor Québec. La nomination de X-Men aux Oscars et aux British Academy Film Awards pour les meilleurs effets spéciaux a fait le reste. Depuis, MPC a travaillé sur A Monster Calls, The Revenant, Pirates of the Caribbean: Dead Man Tell No Tales, Ghost in the Shell, Suicide Squad et… Blade Runner 2049. Avec son réseau mondial de studios, il est courant pour MPC de décrocher le contrat pour la totalité du projet. Pour MPC comme pour les autres joueurs implantés à Montréal, la croissance éclair est tout un défi; notamment ce qui a trait au recrutement. Mais un heureux défi tout de même, comme souligne Émilie : « Ç’a permis de créer l’Académie de formation Technicolor, qui fait le pont entre l’université et l’entreprise. À ce jour, c’est plus de 300 jeunes diplômés y ont fait leurs classes. Nous avons aussi mis sur pieds des programmes de formation continue à l’interne et nous organisons toute une variété d’activités favorisant une intégration rapide. Alimenté par des universités de haut niveau et des écoles spécialisées – comme l’École NAD – le bassin local permet de pourvoir environ 40 % des postes. Les autres professionnels proviennent de partout ailleurs sur la planète. « La cote d’amour de Montréal est un atout lorsqu’on recrute à l’étranger. C’est une ville accueillante, créative et facile à vivre, qui suscite beaucoup d’intérêt auprès des artistes et professionnels du monde entier. Au début, ils sont un peu craintifs à cause de l’hiver, mais au bout de quelques mois, ils veulent rester et demandent leur résidence permanente. Et ce ne sont pas les projets qui manquent. » L’équipe de MPC est à l’œuvre notamment sur Shazam!, Dumbo, Underwater, The Voyage of Doctor Dolittle et Godzilla: King of the Monsters. On peut dire que Montréal en met vraiment plein la vue! http://www.montrealinternational.com/a-propos/salle-de-presse/effets-speciaux-ce-qui-rend-montreal-si-speciale/?utm_source=twitter.com&utm_medium=socialmedia&utm_campaign=bilaneffetsspeciaux
  9. Normand Hamel

    Intelligence Artificielle - AI Montréal Plaque Tournante

    Montreal has reinvented itself as the world's AI startup powerhouse Affordable office space and a community feel have helped Canada’s second-largest city develop into a thriving AI hotspot James Temperton - WIRED Montreal is one of the world’s leading centres for artificial intelligence research – and that reputation is now having a big impact on its startup community. According to PwC Canada, the city raised more venture capital money than any other in the country in 2017, with US$800 million (£616m) invested across 63 major deals. That’s still small fry compared to rival startup cities in the US and across Europe, but Montreal is growing fast. Attracted by its reputation for ground breaking AI research, Google, Facebook and Microsoft have invested heavily in the city’s academic and entrepreneurial communities in recent years. The Canadian government has also pledged more than $200 million (£118m) of funding to further boost Montreal’s AI research. According to Université de Montréal professor Yoshua Bengio, widely regarded as one of the world’s leading authorities on deep learning, the city is well on its way to becoming “a mini Silicon Valley”. And with AI now at the centre of so much technological development, Montreal has found itself in an enviable position. “The private sector is here, the academic sector is here and so is the government,” says Damien Silès, executive director of the Quartier de l’innovation, an experimental city laboratory that operates in downtown Montreal. “We share the responsibility and that’s why it’s working; that’s why it’s a strength.” As Quebec’s biggest city and with 59 per cent of its population fluent in both French and English, Montreal stands out among its North American rivals. “We’re speaking French with joie de vivre but we’re acting North American,” says Silès. “But it’s also the food, the Latin way of life, the Latin way to approach people – it’s totally different.” The low cost of real estate in Montreal has also created a more close-knit community in which locals can afford to live, work and socialise downtown. That’s good news for the city’s 2,500 startups, which occupy the same city blocks as major corporate headquarters and fellow residents. “Montreal is one of those great cities that’s large enough to be a metropolis but small enough that it’s not cut-throat,” says Philippe Telio, founder of Montreal Startupfest, a summer festival that has grown from a few hundred attendees in 2011 to more than 7,000 in July 2018. “There’s now a serious critical mass of innovators and thinkers,” he adds. The only thing holding Montreal back, according to Telio, is a breakout success story. “Like any community we’re starting to see some great successes, but like any great ecosystem we need a couple of billion-dollar companies to showcase.” If its AI scene continues to flourish, Montreal surely won’t be waiting much longer. https://www.wired.co.uk/article/best-startups-montreal
  10. Normand Hamel

    Plantons des arbres

    Plantons des arbres Pierre Thibault - La Presse Une fois par mois, l'architecte Pierre Thibault fait partager ses réflexions sur nos lieux de vie. J'aime les arbres et j'adore en planter. Au moment d'en mettre un en terre, j'ai une relation particulière avec l'environnement qui m'entoure. Je ne pense à rien, je suis entièrement dévoué à l'arbre. Cela me procure un état de grande sérénité. C'est sûrement une des raisons pour lesquelles j'ai planté des milliers d'arbres dans ma vie. Ce n'est rien si l'on me compare à mon oncle Herman, qui en a planté plus de 100 000. À 89 ans, il est encore en grande forme, bien droit comme un beau chêne. C'est impressionnant! Les arbres me font du bien, mais surtout, les arbres nous font du bien. Une étude a démontré1 que vivre à proximité des arbres fait gagner sept ans de vie. La présence des arbres aurait donc un impact positif sur nos vies. Les enfants qui habitent à proximité d'un parc réussiraient, en moyenne, mieux à l'école. C'est pourquoi en Suède, il doit y avoir, près de chaque école, au minimum un mètre carré de nature par élève. C'est bien différent de la grande majorité des cours de nos écoles. Cette année, je suis retourné voir mon école primaire. Je n'y ai remarqué aucun changement à l'intérieur, ni même à l'extérieur. La directrice me racontait que les classes orientées vers l'ouest présentaient un important problème de surchauffe en après-midi. Si nous avions planté des arbres pendant mon enfance, nous ne ferions pas face à ce problème aujourd'hui. Les arbres créent un écran idéal contre la lumière trop ardente, en plus d'une présence apaisante en classe pour les élèves. Cette situation est récurrente dans de nombreuses écoles. Il suffirait de commencer dès le prochain printemps une campagne de plantation d'arbres autour de nos écoles pour créer de beaux écrans de verdure et ainsi réduire les îlots de chaleur. Les élèves pourraient évidemment être mis à contribution. Comme il y a plus de 2000 écoles au Québec, nous pourrions facilement planter 100 000 arbres en fonction de l'espace disponible. Le coût serait minime par rapport aux bienfaits. À la campagne, j'ai planté près de 1000 arbres autour de ma maison en un peu plus de 10 ans. Ça semble énorme, mais c'est environ une centaine par année. La majorité des arbres sont transplantés depuis les boisés environnants. Il n'y avait aucun arbre avoisinant la résidence au départ, alors qu'on y retrouve maintenant une véritable forêt. La croissance a été phénoménale. Par exemple, j'ai laissé une ouverture dans la terrasse à l'entrée de la maison pour y planter un bouleau de ma taille. Douze ans plus tard, il fait six fois ma hauteur. Je suis accueilli par un arbre élégant qui me salue. Maintenant, je fais ce que je nomme ma «marche d'arbres». J'aime bien, le samedi matin après mon café, aller les visiter. C'est tellement apaisant. Tous les printemps nous offrent des moments magiques: la croissance des bourgeons et l'éclosion des feuilles. Chaque arbre a ses propres particularités. On peut penser à la feuille dentelée du chêne ou encore aux aiguilles fines du mélèze. Et bien sûr, à l'automne, on assiste à un festival de couleurs qui changent tranquillement. Au fil des ans, je remarque ceux qui jaunissent plus rapidement. Parfois, même deux arbres d'une même variété poussent différemment. Depuis que j'ai lu La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben, j'essaie de comprendre pourquoi, comme on le sait maintenant, les arbres échangent et communiquent par leurs racines. Cette entraide pour faire face aux difficultés a une répercussion impressionnante sur leur vie. C'est un bel exemple de collaboration. Pour cette raison, je plante mes arbres en groupe. Je ne veux pas en laisser un vivre seul. D'ailleurs, c'est fascinant comme ceux que j'ai regroupés en équipe poussent réellement plus rapidement. Devant ces bienfaits, c'est à se demander pourquoi on ne plante pas plus d'arbres autour de nos écoles, bien sûr, mais aussi dans nos villes en général. Les arbres absorbent les gaz à effet de serre et réduisent l'émission de protoxyde d'azote, ce qui aide à réduire les changements climatiques. Ils améliorent la biodiversité de l'air et des sols. Les arbres aident à assainir lacs et rivières et participent à la rétention d'eau. Les arbres diminuent les coûts de climatisation et peuvent même parfois la remplacer. D'ailleurs, la ville de Copenhague va planter 100 000 arbres d'ici 2025 pour son plan de neutralité carbone. Il y a tellement de beaux moments vécus à côtoyer des arbres. Cet été, en arrivant dans le village de New Carlisle par une chaude journée, j'ai été tellement impressionné de voir un village avec autant d'arbres par rapport aux autres que je venais de traverser. C'était plus frais, il y avait toute cette verdure autour de nous et le bruit du vent dans les feuilles. Notre environnement était complètement transformé pour le mieux. Je pourrais aussi vous parler de Buenos Aires avec ses arbres immenses, des arbres tout le long de La Rambla à Barcelone, et tant d'autres encore. Et pourquoi se priver des bienfaits? Je suis prêt à épauler ceux qui souhaitent voir notre canopée prendre de l'ampleur pour notre plus grand bien collectif. Le temps de la plantation approche. Faisons-nous plaisir pour le bien-être de notre planète. https://www.lapresse.ca/maison/architecture/201810/11/01-5199878-plantons-des-arbres.php
  11. Normand Hamel

    Station Technoparc - Discussion

    REM : du bois et du verre pour la future station Technoparc Francis Pilon - Le Journal de Montréal L'intérieur de la station Technoparc du Réseau express métropolitain (REM) sera composé de bois au plafond et de verre pour les murs, afin d’apporter une lumière naturelle à cette station souterraine. Le REM a dévoilé dimanche les plans de cette future station montréalaise, un mois après avoir entamé les travaux qui ont fait l’objet de vives critiques de la part de groupes environnementaux. Cette gare souterraine, aux allures du métro de Montréal, sera située à l'angle du boulevard Alfred-Nobel et de la rue Alexander-Fleming. Il s’agira du dernier arrêt de cette ligne avant d’atteindre l’aéroport Montréal-Trudeau. « Comme le métro, l’accès se fera via un édicule en surface puis des escaliers mécaniques et des ascenseurs permettront d’accéder aux quais situés sous terre », peut-on lire sur le site du REM. Un parc aux alentours de la station sera aménagé pour créer une harmonie avec la verdure qui entoure l’édicule. « Cette petite place devrait ressembler à ce qu’on peut voir aujourd’hui aux stations de métro Verdun ou Laurier (sortie sur l’avenue Laurier) », précise-t-on. Une œuvre numérique, dont les détails ne sont toujours pas révélés, pourrait aussi être installée à l’entrée de la station. Près de 115 entreprises comptant plus de 7000 employés seront desservies par la future station Technoparc, selon le REM. Il faudra toutefois s’armer de patience avant d’apercevoir le résultat final de cette gare qui sera construite uniquement d’ici 2023. Travaux dénoncés Des écologistes s’inquiètent pour les milieux humides et la faune, qui se trouvent sur le chantier de construction du Technoparc de Montréal, depuis le début des travaux entamés en septembre dernier par la Caisse de dépôt et placement du Québec Infra (CDPQ Infra). Des citoyens se sont même adressés aux tribunaux en plaidant que le projet doit être mis sur la glace. Selon eux, les consultations menées par la Caisse sont insuffisantes. En décidant de ne pas tenir de Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), «le gouvernement du Québec et CDPQ Infra ont abrégé les droits fondamentaux des Québécois(es) à un environnement sain». Ces citoyens doivent se faire entendre le 2 novembre devant la Cour d'appel du Québec. La Coalition verte, Technoparc Oiseaux et la Coalition Climat Montréal ont tous dénoncé les travaux amorcés, malgré la procédure judiciaire en cours. https://www.journaldemontreal.com/2018/10/07/rem--du-bois-et-du-verre-pour-la-future-station-technoparc
  12. Normand Hamel

    Le Quartier des Lumières _ Groupe Mach - 6 à 15 étages

    « Quartier des lumières » : les projets du groupe Mach pour la tour de Radio-Canada Le groupe Mach a dévoilé cette semaine ses projets pour la tour et la partie ouest du terrain de la Maison de Radio-Canada à Montréal, qu'il a acquis en juillet 2017 pour 42 millions de dollars. Le développeur immobilier veut faire du site, situé dans le quartier Centre-Sud, un « village urbain ». Baptisé « Quartier des lumières », le projet prévoit l'aménagement d'un hôtel dans les étages supérieurs de la tour, qui offrira également des espaces de bureaux. Il comprend également un volet résidentiel, avec des logements qui devraient convenir à une « clientèle élargie : étudiants, jeunes couples, familles, personnes seules et retraitées », promet le promoteur. Il y aura aussi une galerie marchande, une clinique médicale et un centre communautaire et culturel. Le groupe Mach prévoit que les travaux seront terminés en 2020. Radio-Canada doit aménager en janvier 2020 dans de nouveaux locaux dont il sera locataire. Ces bâtiments sont actuellement en construction sur la partie est du terrain, cédée pour un dollar en 2017 au groupe Broccolini, dans le cadre d'une entente globale portant sur la construction et la location de la nouvelle Maison de Radio-Canada. « Le diffuseur public se dégage ainsi des risques liés à la gestion immobilière », avait indiqué Radio-Canada dans un communiqué au moment de l'annonce des ententes avec Broccolini et Mach. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1128120/quartier-lumieres-groupe-mach-maison-radio-canada
  13. Normand Hamel

    Coupe du monde sur le Mont-Royal

    Une Coupe du monde de ski sur le mont Royal? Une compétition de slalom parallèle pourrait être tenue sur le mont Royal à l’automne 2020 Alain Bergeron - Le Journal de Montréal La double championne olympique Mikaela Shiffrin et les spécialistes mondiaux du slalom pourraient dévaler le mont Royal jusqu’aux pieds de l’Université de Montréal lors d’une Coupe du monde de ski alpin à l’automne 2020. Ce projet qui se veut aussi inusité que spectaculaire est suffisamment avancé, selon ce que Le Journal a appris, alors que la Ville de Montréal et des répondants canadiens du ski alpin y sont initiés depuis un an. Le sujet a de nouveau été exploré par le promoteur – Gestev – et des décideurs de la Fédération internationale de ski (FIS), la semaine dernière à Zurich, au cours du congrès automnal servant à fixer les événements et orientations des prochaines saisons. Intérêt pour Montréal Comme elle l’a fait pour Oslo et Stockholm, qui présenteront l’hiver prochain une telle épreuve de slalom en parallèle, la FIS voit Montréal comme une opportunité d’accroître sur le territoire nord-américain sa vision d’implanter des événements au cœur de grandes villes. La proximité géographique avec la station de Killington, au Vermont, où se tiendront des épreuves féminines de slalom et slalom géant pour la troisième année de suite les 24 et 25 novembre prochains, fait de Montréal une occasion d’optimiser la venue du Cirque blanc en Amérique. L’objectif avoué de la mairesse Valérie Plante de positionner sa ville dans des événements sportifs internationaux nourrit l’intérêt des différents acteurs dans ce projet. Une rencontre a eu lieu cette semaine entre Gestev et le conseiller en matière de sports au comité exécutif de la Ville, Hadrien Parizeau. «Il y a eu effectivement une rencontre entre M. Parizeau et le promoteur, mais c’était une rencontre d’information. Il n’y a aucune décision qui a été prise jusqu’à maintenant. Ce qu’on peut dire, par contre, c’est qu’on est toujours intéressé à faire la promotion des sports d’hiver. Ça fait partie des choses qu’on avait dites en campagne électorale, mais en ce moment, c’est une démarche embryonnaire», nous dit Laurence Houde-Roy, attachée de presse du comité exécutif. «Montréal serait un endroit très attrayant pour tenir un événement et nous savons que la ville de Québec en organise déjà d’excellents en ski de fond et dans d’autres disciplines. Il reste encore beaucoup de travail à faire et de discussions à avoir», nous a précisé par courriel Dave Pym, directeur général de la Canadian Snowsports Association, la voix de Canada Alpin et des fédérations de sports de glisse du pays auprès de la FIS. Durant quatre ans Si les conditions techniques et de financement s’attachent, cette Coupe du monde, déclinée en un volet féminin le samedi et un masculin le lendemain, se tiendrait «au plus tôt» en novembre ou décembre 2020, selon les projections du président de Gestev, Patrice Drouin, laconique lorsqu’appelé à commenter nos informations. Dans le cas d’un délai plus long, l’événement aurait lieu à la même période, mais en 2021. Un objectif de pérennité se cache également derrière ce projet. Le promoteur souhaiterait asseoir cette Coupe du monde sur le mont Royal durant au moins quatre années de suite. Elle se grefferait alors au réseau de courses existant en Amérique du Nord à la fin de novembre et au début de décembre, qui comprend des épreuves techniques et de vitesse à Lake Louise, Beaver Creek et Killington. La finalité favorisant Montréal pourrait aussi dépendre de possibles tractations avec des rendez-vous traditionnels qui se déroulent en Europe à compter de la mi-décembre. «Les démarches pour réaliser ce projet vont se faire dans le plus grand respect de tous les partenaires. On va emprunter la bonne manière», assure Drouin. Le mont Royal, un site naturel comme héritage Si la piste désaffectée du mont Royal reprend vie avec une Coupe du monde, la population de Montréal héritera d’une station de ski au centre-ville. La pente naturelle qui plonge à l’arrière de l’Université de Montréal est devenue le terrain de jeu tout désigné par le promoteur d’une Coupe du monde, Patrice Drouin. Le souci d’éviter de lancer le projet dans de lourdes dépenses d’infrastructures le guide depuis le début, mais il y voit aussi la volonté de redonner en héritage une piste et son remonte-pente qui ont fait le plaisir des skieurs entre 1944 et 1979. «On ne veut pas bûcher effrontément dans la montagne. On veut seulement lui redonner vie dans cette partie. Une Coupe du monde, c’est l’élément déclencheur pour redonner une piste au public. Ça donne encore plus de valeur à notre projet», estime le président de Gestev. Piste homologable Les habitués repèrent depuis longtemps des traces de l’ancienne piste, qui servait à l’époque de centre d’entraînement de l’équipe de ski alpin de l’Université de Montréal. Des pylônes du remonte-pente y côtoient aujourd’hui arbres et broussailles. Au sommet, des dalles de béton encore présentes serviraient de base de lancement pour les skieurs à la compétition. Des délégués de la Fédération internationale de ski doivent arpenter le parcours de quelque 80 mètres durant les prochaines semaines afin de l’homologuer. Guay : «Ça attirerait» Se disant contraint à la discrétion durant ses démarches avec la Ville de Montréal et les autorités internationales du ski, Drouin prévoit maintenant travailler avec Les amis de la montagne, l’organisme à but non lucratif chargé de protéger et valoriser le mont Royal. Entre-temps, il peut déjà compter sur l’appui de l’ambassadeur le plus en vue du ski québécois en Erik Guay. «Le point de départ pour redonner une popularité au ski alpin au Canada serait d’attirer une Coupe du monde au Québec. Je dis spécifiquement au Québec parce qu’il y a plus d’intérêt au Québec qu’ailleurs au Canada. Si on regarde les commanditaires affichés sur nos vêtements, ce sont des entreprises de l’est du pays. Ce serait une belle occasion pour nous [Canada Alpin] d’aller chercher de nouvelles commandites», affirme le champion du monde en titre du super-G. «S’il y avait un arrêt à Montréal, je pense que ça attirerait beaucoup de monde. Il y a plus de 30 000 spectateurs qui assistent au total des deux jours à Killington. Je ne peux pas croire que c’est plus populaire à Killington qu’à Montréal, Mont-Tremblant ou Québec.» https://www.journaldemontreal.com/2018/10/04/une-coupe-du-monde-a-montreal