Normand Hamel

Membre
  • Compteur de contenus

    620
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    6

Normand Hamel a gagné pour la dernière fois le 11 juin

Normand Hamel a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

454 Excellent

1 abonné

À propos de Normand Hamel

  • Rang
    Mtlurb Master

Personal Information

  • Biography
    Né à l'Abord-à-Plouffe, QC
  • Location
    Brownsburg-Chatham
  • Intérêts
    Lecture
  • Occupation
    Retraité

Visiteurs récents du profil

793 visualisations du profil
  1. L'aéroport Trudeau s'est doté d'un Ford F-150 électrique.
  2. Normand Hamel

    Parc Jean-Drapeau : rénovations

    Comme en témoigne la caméra de chantier (19 juin 2018) l'aménagement des îlots est commencé. .
  3. Normand Hamel

    Le voyage dans le temps de Pierre Thibault

    Pour ses 30 ans de carrière, l'architecte Pierre Thibault s'offre une monographie en trois volumes qui retrace l'essentiel de ses projets depuis les débuts de l'Atelier, au commencement des années 90. S'il a aujourd'hui atteint une renommée inégalée pour un architecte québécois, Pierre Thibault a quand même connu l'insécurité au début de sa carrière. Après avoir terminé son tout premier projet, le Musée d'art contemporain à Baie-Saint-Paul, il craignait d'être incapable de décrocher de nouveaux contrats! Heureusement, l'avenir s'est révélé beaucoup plus rose pour l'architecte établi à Québec. Aujourd'hui, non seulement n'a-t-il plus à s'inquiéter pour l'avenir, mais il a aussi tout le loisir de choisir les projets sur lesquels il veut travailler. De fait, la monographie qui vient d'être publiée représente bien cette évolution. Le premier volume, qui s'échelonne de 1990 à 2000, regroupe presque tous les projets de cette époque, «parce qu'on en faisait tellement peu au début!» Puis le deuxième (2001-2010) et le troisième (2011-2015) représentent une sélection du travail accompli. «Et aujourd'hui, on fait un tri dans ce qui nous est offert», souligne Pierre Thibault en entrevue téléphonique. Au point où un quatrième livre est déjà prévu, parce que la feuille de route s'est passablement allongée depuis 2015. Dans les volumes qui viennent d'être publiés, on trouve 30 projets de l'Atelier, de toutes les échelles. Des maisons, oui, mais aussi d'autres types d'architecture, comme une centrale hydroélectrique, un monastère, des concours (pas toujours gagnés...), sans oublier les projets éphémères, un des dadas de l'architecte. «Pour nous, c'est comme un laboratoire, et c'est toujours très ludique à faire», commente M. Thibault. Au début de chaque livre, les projets sont situés sur une carte, ce qui permet de constater que l'Atelier a beaucoup voyagé, surtout au Québec. «On est très répartis sur le territoire, et on a des environnements variés. C'est sûr que si on fait une maison sur le Plateau, ou qu'on est à Val-Jalbert au bord d'une immense rivière, ce sont des mondes complètement différents.» Le hasard a aussi voulu que chaque volume coïncide avec un nouveau bureau. L'Atelier a été successivement logé dans une ancienne banque, puis dans une maison de type Bahaus, avant d'occuper un local de la rue Saint-Joseph à Québec. Au début de l'année, l'équipe a de nouveau déménagé dans un autre local, qui a pignon sur rue cette fois dans le quartier Saint-Jean-Baptiste. Pour Pierre Thibault, la fin de chaque livre représente une occasion de parler de l'évolution de la profession, rythmée par de grands changements technologiques. «Dans le premier livre, c'était tous des projets faits à la main», rappelle-t-il. Puis, progressivement, les tables à dessin ont été remplacées par les ordinateurs, les téléphones fixes par les cellulaires... mais les maquettes, elles, sont restées. «Les maquettes, ce sont des objets en trois dimensions qui nous donnent les vraies proportions.» Cela dit, on ne perçoit pas vraiment cette évolution technologique dans les livres, afin qu'il y ait une continuité dans chacun des volumes. Tous les projets sont présentés par des croquis, des plans et des photos, mais on n'y trouve aucune image de modélisation. «Oui, on travaille avec cet outil-là, mais on voulait accentuer l'effet intemporel, affirme Pierre Thibault. On a aussi fait ce choix parce que je trouve que ces logiciels ont tendance à standardiser la production architecturale.» Un peu partout dans le livre sont intercalées des pages blanches, pour reposer l'oeil et l'esprit. «On a pu s'offrir ces petites pauses, ces petits silences entre les projets», ajoute Pierre Thibault. L'équipe de l'Atelier - qui travaille à la manière d'une grande famille - a aussi choisi méticuleusement la texture des pages couvertures, le type de papier, la reliure... «On s'est fait plaisir», résume l'architecte. Un patrimoine québécois Pour Pierre Thibault, ce désir de monographie remonte à sa vie d'étudiant à l'université, alors qu'il a été frappé par l'absence de documentation sur l'architecture au Québec. «Je cherchais des livres sur des architectes québécois, et il n'y en avait pas!», s'étonne-t-il encore. À cela s'est ajouté le choc de la mort de Dan Hanganu, l'automne dernier, et la constatation que malgré sa renommée, il n'y avait presque rien d'écrit sur lui. «Il a tellement construit de choses à Montréal, mais tout ce qu'on a, c'est un petit livre de 100 pages. Alors je me suis dit que je n'attendrais pas de disparaître pour passer à l'action... Et je veux peut-être inciter les autres architectes à le faire aussi, pour qu'on puisse constituer, en quelque sorte, notre patrimoine.» À l'ère des écrans, les livres sont toujours aussi pertinents, croit d'ailleurs Pierre Thibault. Tout comme l'architecture, ils sont là pour de bon. «On s'inscrit dans la durée. Parce que l'architecture, c'est quelque chose qui va être là très longtemps», conclut-il. http://www.lapresse.ca/maison/immobilier/jai-lu/201806/19/01-5186342-le-voyage-dans-le-temps-de-pierre-thibault.php
  4. Normand Hamel

    1201-1215 Phillips Square- ?? étages

    madre-penetrar = mother-fucker.
  5. Normand Hamel

    Congrès mondial d’ICLEI du 19-22 juin 2018 à Montreal

    Ouverture du Congrès mondial ICLEI 2018 à Montréal - Une vision pour les villes et les régions en 2030 MONTRÉAL, le 19 juin 2018 /CNW Telbec/ - La mairesse de Montréal, Valérie Plante, accompagnée de la ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques du Québec, Isabelle Melançon, a donné aujourd'hui le coup d'envoi au 10e Congrès mondial ICLEI. Réunis au Palais des congrès de Montréal, les quelque 1000 leaders et experts en développement durable, provenant de plus de 130 villes de 52 pays, ont pris l'engagement de faire front commun aux enjeux de changements climatiques, de résilience, de mobilité durable et de transition vers une économie circulaire. « Les villes sont aux premières loges pour relever les enjeux du développement durable. Le congrès qui s'ouvre aujourd'hui nous permettra d'explorer de nouvelles avenues, d'élargir les champs d'intervention du développement durable et de favoriser son rayonnement. Il ne fait aucun doute que ces rencontres nous permettront de tirer profit d'expériences pertinentes », a exprimé Valérie Plante. Le monde dans lequel nous vivons Dans son allocution d'ouverture, Naoko Ishii a présenté aux participants une compréhension commune des défis mondiaux et interconnectés de la durabilité auxquels nous sommes confrontés, illustrant le cadre et les conditions régissant nos activités actuelles. Le futur auquel nous aspirons La militante écologique, conférencière et animatrice de télévision Severn Cullis-Suzuki a enchaîné avec la présentation de sa vision ambitieuse du développement urbain durable et du futur pour nos villes, municipalités et régions. Les participants du congrès ont ensuite échangé dans un dialogue multi perspective où les participants étaient encouragés à adopter différents points de vue du plan d'action de développement durable. L'importance de la nature en milieu urbain Plus tôt dans la journée, la Ville de Montréal a pu présenter sa vision d'une ville durable durant le Forum nature urbaine. Les panélistes ont abordé l'importance de la nature en ville pour la communauté et les défis auxquels les zones urbaines sont confrontées, les opportunités et les leçons à retenir en termes d'infrastructures vertes et bleue. Le programme du 20 juin explorera des solutions novatrices et des mesures locales collectives qui contribueront à l'atteinte des objectifs de développement durable. https://www.newswire.ca/fr/news-releases/ouverture-du-congres-mondial-iclei-2018-a-montreal---une-vision-pour-les-villes-et-les-regions-en-2030-685983992.html
  6. Et pas seulement aujourd'hui, car ils en parlaient également le 30 avril dernier, ainsi que le 2 mai suivant.
  7. Normand Hamel

    Humaniti - 39 étages

    Une nouvelle photo* de la maquette du Humaniti. *Crédit: Claude Deschênes
  8. Normand Hamel

    Intelligence Artificielle - AI Montréal Plaque Tournante

    Selon Matthieu Cardinal, il y aurait entre 75 et 80 fintech actives à Montréal. Il s’agit de « l’un des secteurs des start-up les plus dynamiques, car il représente environ 18 % des start-up et 25 % des emplois liés à celles-ci », indiquait FinFusion Montréal, un organisme de réseautage, dans son rapport sur l’écosystème fintech montréalais rendu public en décembre 2017. https://www.finance-investissement.com/nouvelles/actualites/montreal-a-son-pole-fintech/
  9. Normand Hamel

    Intelligence Artificielle - AI Montréal Plaque Tournante

    Finance Montréal annonce la création de la Station FinTech Montréal MONTRÉAL, le 18 juin 2018 /CNW Telbec/ - Finance Montréal a le plaisir d'annoncer la création de la Station FinTech Montréal grâce au soutien financier du Gouvernement du Québec. La Station FinTech Montréal aura pour mission d'appuyer le développement de jeunes entreprises du secteur des technologies financières ainsi que de favoriser la transformation numérique des grandes institutions financières. Ce nouvel espace physique, qui ouvrira ses portes en automne 2019, sera situé au 4 Place Ville-Marie. La Station FinTech Montréal sera dirigée par M. Matthieu Cardinal, Vice-président, Développement FinTech et affaires corporatives sous la gouverne duquel le Forum FinTech Canada a connu une croissance notable depuis son lancement en 2013. La Station FinTech Montréal aura une superficie initiale de près de 25 000 pieds carré une fois les travaux complétés en 2019. On compte pouvoir y accueillir de 20 à 30 jeunes entreprises ainsi que plusieurs partenaires corporatifs. Dès l'automne 2018, des activités telles que des conférences, des formations et des rencontres ciblées avec différents intervenants du secteur seront lancées. Certaines de ces activités se tiendront dans les locaux de l'Espace CDPQ, situé à la Place Ville-Marie. « Nous souhaitons faire de la Station Fintech Montréal un lieu à la fine pointe de la technologie et branché sur les tendances mondiales qui transforment les services financiers. À la Station, les grands et les petits joueurs du secteur financier travailleront à résoudre de réels problèmes d'affaires. Ensemble, nous contribuerons à créer les solutions financières de demain pour le bénéfice des entreprises et des citoyens, » a commenté M. Cardinal. « La Station FinTech Montréal sera le projet phare de Finance Montréal pour des années à venir. Elle incarne la concrétisation du travail dévoué de l'équipe ainsi que du soutien précieux du gouvernement du Québec qui a cru en notre vision et que nous remercions. Ce projet permettra de développer la communauté FinTech du Québec et contribuera à renforcer la position de Montréal en tant que place financière innovante, » a déclaré M. Louis Lévesque, directeur général de Finance Montréal. « Les technologies occupent une place centrale et grandissante dans le secteur financier et dans ce contexte, il devient essentiel de regrouper nos forces autour d'un pôle dynamique et bien structuré afin de tirer profit de la grande expertise développée dans la métropole et qui attire de plus l'attention partout sur la planète, notamment dans le créneau de l'intelligence artificielle. Les retombées seront sans aucun doute importantes pour le secteur financier québécois et je tiens à remercier tous les partenaires qui contribuent à la mise sur pied de la Station FinTech Montréal, » a conclut le ministre des Finances du Québec, M. Carlos J. Leitão. https://www.newswire.ca/fr/news-releases/finance-montreal-annonce-la-creation-de-la-station-fintech-montreal-685821421.html
  10. Normand Hamel

    Intelligence Artificielle - AI Montréal Plaque Tournante

    Technologies financières: Montréal aura sa «Station FinTech» Après plusieurs années de discussions avec des intervenants du milieu financier, le Québec aura finalement un lieu physique officiel de développement pour entreprises spécialisées en technologies financières, ou fintech. Il sera situé au coeur du centre-ville de Montréal et l'endroit aura sa marque de commerce distinctive afin de créer un sentiment d'appartenance et assurer une reconnaissance instantanée. Le « hub » sera baptisé « Station FinTech ». Ce pôle d'excellence vise à soutenir les entrepreneurs qui exercent leurs activités dans le secteur fintech ou qui veulent y entrer. La mise en place d'un programme d'incubation et de mentorat a toujours été un objectif poursuivi. Les entreprises qui y seront installées - une trentaine au départ, nous dit-on - pourront profiter d'un « assortiment de services pour favoriser leur croissance ». Les détails entourant la création de la « Station FinTech » seront précisés ce matin à l'occasion d'un événement organisé à la Place Ville Marie auquel le ministre québécois des Finances, Carlos Leitão, sera présent. Un investissement de 9 millions de dollars sur cinq ans avait été annoncé en mars dernier par Québec pour appuyer la mise sur pied d'un « hub » fintech, un projet de l'organisme Finance Montréal, dont la mission est notamment de faire de la métropole un pôle financier de calibre mondial. Selon nos informations, le modèle d'affaires de la « Station FinTech », la façon dont sera utilisée l'enveloppe de 9 millions et les prochaines étapes du projet sont tous des éléments qui seront discutés ce matin. Selon le Plan économique du Québec, il est question d'offrir un accès aux données et aux problématiques des institutions financières afin d'aider les sociétés fintech à bien déterminer les enjeux des institutions et tester leurs applications avec des données réelles. Différentes activités et formations sur des sujets d'intérêt pour le milieu seraient aussi organisées à la « Station FinTech ». L'année dernière, un rapport commandé par Finance Montréal recommandait la mise en place d'un pôle d'excellence qui mettrait l'accent sur les forces distinctives du Québec afin de se différencier des autres centres financiers de la planète. À titre d'exemples, le rapport suggérait de donner la priorité à l'intelligence artificielle, à la science des données, aux applications mobiles et à l'assurance (assurtech). Le document soulignait que l'offre actuelle en fintech à Montréal est encore assez limitée. « Elle est principalement orientée vers le B2B [institutions financières et PME] et concentre ses activités dans le paiement et l'investissement. » On peut notamment penser à des entreprises montréalaises comme Lightspeed, Thinking Capital, etc. La mise en place d'un réseau d'espaces locatifs abordables voués aux fintech et à la collaboration était également proposée dans le rapport. Le choix de la Place Ville Marie pour annoncer la création de la « Station FinTech » ne semble pas étranger au fait qu'on y retrouve déjà le spécialiste des postes de travail à louer, WeWork, ainsi que le « hub » d'investissement et d'accompagnement, Espace CDPQ. Il existe plusieurs « hubs » d'innovation en technologies financières bien connus un peu partout dans le monde. À Tel-Aviv, en Israël, The Floor est un endroit qui se présente comme un lieu pour partager des idées dans le secteur fintech. En Asie, le Singapore Fintech Consortium (SFC) est un modèle qui a fortement été suggéré pour inspirer la création de la « Station FinTech » à Montréal. Par l'intermédiaire de sa plateforme d'incubation Fintech, le SFC propose des services d'incubation d'entreprises, de recherche en laboratoire et d'accélérateur d'entreprises, en plus d'offrir des outils d'analyse et des ressources liées au domaine des fintech. - Richard Dufour, La Presse http://www.lapresse.ca/affaires/economie/services-financiers/201806/18/01-5186157-technologies-financieres-montreal-aura-sa-station-fintech.php
  11. Normand Hamel

    Bleury/De Maisonneuve (Hôtel et appartements) - 36 étages

    Il est très fréquenté pendant la période estivale. Voici un extrait d'un article de La Presse à cet effet: L'édicule de la station de métro Place-des-Arts, qui sera intégré au projet Canvar, fermera à la fin de la saison des festivals. Le plancher de cette station, la plus fréquentée du métro de Montréal de mai à septembre, craque de partout, affirme le promoteur. « L'édicule construit de façon temporaire dans les années 60 est vétuste et le système de ventilation est complètement inadéquat. » La Société de transport de Montréal (STM) prévoit construire un nouveau système de ventilation afin de répondre aux normes de sécurité. Cela va occuper la moitié de deux des trois terrains de stationnement qui seront construits sous le futur immeuble. « C'est gigantesque », indique Marc Varadi. Le nouvel édicule offrira un accès aux personnes handicapées. http://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201806/16/01-5186084-la-fin-du-jardin-domtar-au-centre-ville.php
  12. La Presse publie un texte concernant la fin du jardin Domtar. Voici un extrait qui concerne le Musée McCord: La Ville a déjà annoncé son intention de verdir le stationnement municipal voisin pour compenser la perte du Jardin Domtar. Le Groupe Canvar s'est engagé à contribuer financièrement à la création de ce parc dans l'îlot Eugène-Lapierre, occupé temporairement par les Francos. Le musée McCord devra donc dire adieu à son projet d'agrandissement et de déménagement au coeur du Quartier des spectacles. L'îlot Eugène-Lapierre, qui appartient à la Ville, est le terrain que l'institution convoitait pour se relocaliser. Il lui avait été promis par l'ancienne administration Coderre. « Non, je ne désespère pas », assure Suzanne Sauvage, directrice du musée McCord, qui a commandé une étude de faisabilité pour savoir si ce terrain répondait aux besoins d'agrandissement du musée. La réponse est oui, même si cela suppose des coûts additionnels de 10 millions de dollars parce que le métro passe sous le terrain. « Ça nous obligerait à construire en porte-à-faux, mais c'est faisable », précise Mme Sauvage qui a tenté, en vain, de convaincre la Ville de déménager son parc derrière l'église Saint-James ou encore de consacrer un espace public animé devant le musée sur l'îlot Eugène-Lapierre. http://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201806/16/01-5186084-la-fin-du-jardin-domtar-au-centre-ville.php
  13. Normand Hamel

    Intelligence Artificielle - AI Montréal Plaque Tournante

    Je ne peux pas vraiment le confirmer nais je crois que oui. Comme Montréal a déjà plusieurs premières en IA à son actif je ne serais pas du tout surpris qu'il s'agisse en effet du premier festival grand public en IA dans le mode. D'autant plus que Montréal est une ville de festivals. Surtout que c'est à Montréal qu'a eu lieu la première déclaration commune dans le monde: DÉCLARATION DE MONTRÉAL POUR UN DÉVELOPPEMENT RESPONSABLE DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE https://www.declarationmontreal-iaresponsable.com/contexte Le site de Frontière IA abonde dans le même sens: Frontière IA propose de mettre le citoyen au cœur d’une série de rencontres et de présentations lors de trois journées d’activités dédiées à la réflexion sur l’impact de l’intelligence artificielle – IA dans nos vies. Pour la première édition, nous nous concentrons sur les changements amenés par l’intelligence artificielle sur notre mode de pensée et d’acquisition de savoir, sur la ville et la possibilité d’enrichir notre vie commune ainsi que sur les arts et leur capacité d’ouvrir des nouveaux territoires imaginaires. La recherche fondamentale a besoin d’être mise en lumière sans barrières académiques, sans pressions commerciales, sans les cloisons séparant la création, l’action universitaire et l’industrie. Nous voulons ainsi mettre en perspective et rendre accessible à un large public le travail de la communauté constituée de chercheurs, d’experts en technologies et d’entrepreneurs afin qu’elle soit reconnue dans son environnement comme un vecteur de changement inspirant. Plus important encore, ce sera l’occasion pour cette communauté de nouer un lien avec le citoyen, de prendre le pouls des collectivités. http://montreal.villeenmouvement.com/frontiere-ia/
  14. Normand Hamel

    Intelligence Artificielle - AI Montréal Plaque Tournante

    Frontière IA, le premier festival grand public sur l'intelligence artificielle. https://ici.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7915657
  15. Normand Hamel

    Nouveau terminal

    Tu as bien fait. C'est un document fort intéressant.