begratto

Membre
  • Compteur de contenus

    892
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

302 Excellent

1 abonné

À propos de begratto

  • Rang
    Urbanophile

Personal Information

  • Biography
    Urbanophile
  • Location
    Montréal
  • Intérêts
    Urbanphile
  • Occupation
    Urbanophile

Visiteurs récents du profil

1 917 visualisations du profil
  1. begratto

    STM - Discussion générale

    Je partage ton interprétation. Le bus pourrait être beaucoup plus efficace qu'il ne l'est présentement. Je vois quelques irritants majeurs : les arrêts trop rapprochés l'un de l'autre, qui forcent le bus à s'arrêter trop souvent et qui allongent le trajet le nombre insuffisant de mesures préférentielles pour bus la fréquence de passage insuffisante sur plusieurs lignes L'obligation d'entrer par l'avant, qui ralentit l'embarquement. Pourquoi ne pas mettre une valideuse à l'arrière et laisser entrer les gens par toutes les portes? le manque confort à bord des bus. Entassement, pas air climatisé, décalques qui cachent l'extérieur dans la moitié arrière des bus
  2. begratto

    STM - Discussion générale

    Un autre article de The Gazette sur le sujet : Allison Hanes: Almost anything beats taking the bus Uber, car shares and Bixi have grown in years of declining bus ridership. ALLISON HANES, MONTREAL GAZETTE Updated: July 16, 2018 A Montreal Gazette access request found that the Société de transport de Montréal has seen a 13-per-cent reduction in bus ridership between 2012 and 2017. JOHN MAHONEY / MONTREAL GAZETTE As Montreal’s traffic hell worsens and people contemplate their options, does taking the bus top anyone’s list of alternatives? Crowded, frequently late, stuck in traffic, inefficient, sweltering in the summer (and often in the winter, too, when passengers are bundled up to brave the elements outside), the bus can be a miserable experience many days. For those who have no other choice, it is a fact of life. But for those who do, almost anything beats the bus — even if that means taking three different métro lines, a long bike ride or stewing alone in a car to reach a destination. A Montreal Gazette access request found that the Société de transport de Montréal has seen a 13-per-cent reduction in bus ridership between 2012 and 2017. The steepest decrease was — no shock here — in 2015 when the STM’s budget was constrained and service suffered. As any expert or passenger will tell you, declining service and declining use go hand in hand, locked in a symbiotic downward spiral from which it is difficult to recover. The drop in the number of Montrealers taking the bus to get around town may be “alarming,” as some observers have noted. But it is hardly a surprise. Bus ridership across North America is trending down. But there are a few lessons to learn from the revelations of the Gazette’s access request. Buses are often the go-to strategy when authorities want to tackle transportation woes in a hurry. They can go anywhere — highways, detours, far-flung suburban neighbourhoods with winding streets — and they don’t run on a fixed rail like trains, trams or subways, so they can be rerouted elsewhere whenever needed. But unless they are given priority in the form of reserved lanes or advanced signals, they often get stuck in gridlock with everybody else. So what may be the easiest way to boost public transit is not the most effective, efficient or appreciated by passengers. Once again, the bus quandary underscores the appetite and need for Mayor Valérie Plante’s proposed Pink Line of the Montreal métro. A diagonal line linking Lachine with Montreal North, it would fill some of the biggest gaps in the current métro system. Yes, a brand-new métro line would be expensive — preliminary estimates are $6 billion — but as far as bang for the transit buck and passengers’ eagerness to climb aboard, subways are unparalleled. Though hardly a quickly achievable promise, the Pink Line will quickly become a necessity in Montreal as the extension of the Blue Line to Anjou brings more passengers to the already saturated eastern leg of the Orange Line. The Liberal government recently announced funding for a transit study that will examine the Pink Line. But the Coalition Avenir Québec has come out against the idea, proposing more highways and an extension of the forthcoming Réseau express métropolitain to the suburbs. But prolonging the Blue Line without committing to a relief line is short-sighted and irresponsible when it comes to assuring Montreal’s prosperity in the future. Another message in these numbers is that when people are looking for alternative ways to get around the city, it’s not by bus. Uber, car shares and Bixi have grown in the years of declining bus ridership, and probably explain some of the decreased usage of inner-city routes. So, too, has the number of cyclists hopping on their own bikes. Active transport may not be a year-round possibility for everyone in this cold climate, but where there are more cycling paths and distances aren’t too long, it is an increasingly attractive option. However, adequate infrastructure, like separated bike lanes and long-distance cycling “highways,” are needed to open this possibility to even more Montrealers. Studies have shown that more women would cycle if they felt safer on city streets. The city has announced new investments in a new separated bike lane on des Pins Ave. and is holding consultations on creating cycling corridors, but keeping pace with rising demand remains a challenge. Of course, none of this means the end of the road for the venerable bus. Rather, it should be a wake-up call to local authorities about how to better serve the public and bolster popular routes. After taking office, Plante secured funding for 300 new hybrid electric buses, which by 2020 will help expand service and alleviate delays from the high number of broken-down vehicles sidelined in the repair shop. The bus ridership data should be a warning to all levels of government about what kind of transit investments are needed to reduce congestion, meet our carbon reduction targets and maximize the potential of our public transportation systems. Buses can no longer be the easy out in our search for transit solutions.
  3. Je serais curieux de savoir pourquoi ils ne prévoient pas prolonger la voie réservée et le sentier multifonctionnel vers le nord, jusqu'au boulevard Pierrefonds ou à Gouin. Il me semble que ça permettrait d'offrir une meilleure desserte de transport en commun à Pierrefonds. Pourquoi arrêter à Antoine-Faucon?
  4. begratto

    REM de l'est

    Juste sur une centaine de mètres. Il y aurait moyen de passer en tunnel, ou d'exproprier si c'est moins cher. Carte
  5. Mobilité durable - Le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal s'allient pour faciliter l'accès au REM et aux espaces verts de l'Ouest-de-l'Île SOURCE Cabinet du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports MONTRÉAL, le 10 juill. 2018 /CNW Telbec/ - Le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal s'allient pour aménager une voie réservée dans l'emprise de l'autoroute 440 dans l'Ouest-de-l'Île de Montréal. Réservée aux autobus et bordée d'une piste polyvalente, cette voie facilitera l'accès à la future station Kirkland du Réseau express métropolitain (REM). Le projet prévoit également la création d'un lien de transport actif de part et d'autre de l'autoroute 40. Le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal et député de Nelligan, M. Martin Coiteux, et la mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante, ont annoncé aujourd'hui cet important projet qui permettra d'augmenter les espaces verts à Montréal tout en favorisant l'accès au REM sans avoir recours à l'automobile. La Politique de mobilité durable du gouvernement du Québec préconise une approche intégrée des transports qui vise, entre autres, à offrir un éventail de transports afin notamment de faciliter les déplacements entre la maison et l'offre de transport collectif, un concept connu sous le nom de « premier et dernier kilomètre ». Les municipalités et les sociétés de transport sont encouragées à concevoir un aménagement du territoire favorable à la mobilité durable, et le projet dévoilé aujourd'hui répond en tout point à cette approche. Les infrastructures de transport, financées par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, seront réalisées par la Ville de Montréal. L'entente permettra à la Ville d'occuper l'emprise de l'autoroute 440 à des fins de parc pour les 50 prochaines années. Le parc régional sera de compétence d'agglomération. Citations : « Avoir accès au Réseau express métropolitain en autobus, en vélo ou à pied est une des meilleures façons d'optimiser ses déplacements. La création de cette voie réservée et de cette piste polyvalente permettra aux citoyens et citoyennes de rejoindre le REM rapidement, sans ajouter de circulation automobile dans leur quartier; c'est tout à fait conforme à notre Politique de mobilité durable adoptée au printemps. Dès que la Ville de Montréal nous a approchés pour trouver une façon optimale d'utiliser l'emprise de l'autoroute, nous nous sommes entendus sur ce projet. » André Fortin, ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports « Dans la grande région de Montréal, les enjeux liés aux transports sont primordiaux. Au cours des dernières années, le gouvernement du Québec en a fait une priorité. Le projet annoncé aujourd'hui, qui favorisera l'accès à la station Kirkland du REM, constitue un legs durable du gouvernement du Québec à tous les Montréalais. Il témoigne de la volonté partagée du gouvernement et de ses partenaires d'améliorer la qualité de vie des citoyens de l'ouest de Montréal, dont ceux de Nelligan, en facilitant l'accès au transport en commun. » Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal et député de Nelligan « L'entente conclue par la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec quant à l'utilisation de l'emprise de l'autoroute 440 nous permettra d'offrir à la population non seulement un meilleur accès à la future gare du REM à Kirkland, mais également un accès au futur parc régional, qui permettra de mettre en valeur les espaces naturels de l'Ouest-de-l'Île. Cela nous permettra de nous rapprocher de nos objectifs de protection du territoire et de réduction des émissions de gaz à effet de serre. » Valérie Plante, mairesse de Montréal « C'est avec grand plaisir que la Ville de Kirkland accueille l'annonce que l'emplacement de la station du REM sur son territoire sera celui de la rue Jean-Yves. Je tiens à remercier nos partenaires et à souligner leur engagement à favoriser le transport en commun et le transport actif sur notre territoire. Cela permet également d'ouvrir l'accès aux grands parcs régionaux de l'Ouest-de-l'Île. » Michel Gibson, maire de Kirkland Faits saillants : La construction de la voie réservée et de la piste polyvalente dans l'emprise non construite de l'autoroute 440, entre la rue Antoine-Faucon et le chemin Sainte-Marie, est un projet de la Ville de Montréal. Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, qui a acquis l'emprise à la fin des années 1970, demeure propriétaire du corridor. La voie réservée exclusivement aux autobus sera d'une longueur d'environ 1,2 km et facilitera l'accès à la station Kirkland du REM, qui sera construite à proximité de la rue Jean-Yves. Cette station, située sur l'antenne Sainte-Anne-de-Bellevue du REM, comprend notamment un terminus d'autobus, une aire de dépose minute, une aire pour les taxis et des supports à vélo. La passerelle au-dessus de l'autoroute 40 sera accessible aux vélos et aux piétons. SOURCE Cabinet du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports
  6. C'est vraiment étrange que vous y voyez du bleu-vert. Question d'écran? Pour moi, sur mon ordi, c'est clairement vert forêt. Un vert forêt pas particulièrement joli ou à la mode, d'ailleurs.
  7. Pourquoi avoir choisi ce nom ? exo est un préfixe qui signifie « à l’extérieur de », un terme tout indiqué pour : évoquer de façon simple le territoire que nous desservons avec nos autobus et nos trains, c’est-à-dire la grande région métropolitaine de Montréal, et plus particulièrement ses couronnes nord et sud. exprimer l’idée d’être à l’extérieur, de s’évader. C’est ce sentiment d’évasion que nous voulons que nos clients ressentent quand ils se déplacent avec nous. Nous visons à leur offrir un moment pour eux et sans soucis tout au long de leurs déplacements quotidiens.
  8. begratto

    Échangeur Turcot

    On peut ajouter à ta liste le parc Angrignon qui n'est ouvert sur son quartier que sur son flanc est, et le parc Maisonneuve, difficilement accessible d'Hochelaga-Maisonneuve (le Stade et la côte l'isolent du quartier) ou même du Vieux-Rosemont (le jardin botanique en dans le chemin). Heureusement qu'on a le parc Lafontaine!
  9. begratto

    Parc-nature Turcot – La falaise

    Le plan montre une tache bleue sous l'échangeur Turcot : est-ce que ça voudrait dire qu'ils vont y (re-)créer un étang?
  10. begratto

    Condos O'Nessy - 15 étages

    Ça serait déjà plus moderne si la Ville peignait les lampadaires en noir plutôt que leur brun-gris actuel.
  11. begratto

    Actualités du Plateau

    Le maire Ferrandez fait bien de ne pas les écouter. Si il les écoutait, on aurait encore une entrée de garage en plein milieu du parc Laurier, une rue drette en avant de l’église au parc Lahaie, des trottoirs étroits sur Laurier... quel que soit le changement proposé, il y a toujours une minorité très vocale qui s’y oppose.
  12. Pas si sûr que ça. Le nombre d'autobus qui circulent sur Taschereau n'est pas très élevé; voir le plan du réseau RTL. Les fréquences n'y sont pas élevées non plus. Certainement pas assez pour justifier leur remplacement à grands frais par un tramway / SLR. Un SRB comme celui de Laval, sur le Corbusier, serait largement suffisant pour combler les besoins actuels et assez lointains. C'est d'ailleurs ce que le RTL prévoit réaliser sur Taschereau : Des axes où des tramways seraient plus utiles, il y en a beaucoup dans la région de Montréal (Pie-IX, Sauvé, Côte-des-Neiges, Lachine <> Lionel-Groulx, etc). Ils ont tous en commun d'avoir bien plus d'utilisateurs du transport en commun que l'axe Taschereau. Ajout: bon, le &?/?* logo de Mtlurb cachait la légende :
  13. begratto

    435 McGill - 14 étages

    J'ose espérer que ça ne passera pas au CCU...
  14. Pas sûr que ça soit une amélioration pour le Gatinois moyen. Alors qu'aujourd'hui les bus l'amènent directement de la maison au centre-ville, avec ce plan il devra prendre un bus jusqu'au tram, le tram jusqu'à Rideau, puis le O-Train jusqu'à sa destination finale. Beaucoup de correspondances qui rendront le TEC moins attractif. Il manque un segment de SLR au centre-ville d'Ottawa, à mon avis. Les 2 villes devraient collaborer pour avoir un projet plus utile (ex: que le SLR de Gatineau se rende à la rue Bank puis aille vers le sud de la ville).
  15. Pas sûr de comprendre. On le voit bien, ce tronçon, dans le message publié par CPRail.