Acajou

Membre
  • Compteur de contenus

    230
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

Acajou a gagné pour la dernière fois le 3 décembre

Acajou a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

213 Excellent

1 abonné

À propos de Acajou

Personal Information

  • Biography
    Parcours arts appliqués et école des Beaux Arts.
  • Location
    Montréal
  • Intérêts
    Architecture, art contemporain, design
  • Occupation
    Curieux
  1. Le Peterson - 34 étages

    Le genre de projet qui se photographie très bien en noir et blanc.
  2. Vue globale + Griffintown
  3. Le Smith - 26 étages

    Ça avance...
  4. Quartier de la Montagne - 18 étages

    J'espère que le doré ne sera pas ''oublié''.
  5. Maison Manuvie - 28 étages

    Une ressemblance fidèle aux rendus, c'est frappant et ça se féliciterait presque (si ce n'était pas supposé aller de soi).
  6. Myriade - 22 étages

    Il y a quelques détails que je trouve intéressants sur cette tour mais plus l'on s'approche de sa base, plus elle nous semble n'être qu'un jeu de d'assemblage maladroit où les parpaings auraient remplacé les Lego.
  7. Tour des Canadiens 2 - 51 étages

    Même sans sa dernière vingtaine d'étages, la tour a déjà un bel impact sur St Catherine, ou même ici sur Maisonneuve :
  8. J'aime beaucoup les fenêtres noires style Chicago, ça ajoute une certaine élégance à l'ensemble. Vue globale :
  9. 628 Saint-Jacques - 35 étages

    Je suis d'accord sur le principe mais comme tu le dis, tu es tout nouveau sur le forum, et tu remarqueras très vite que l'abondance de remarques sur les hauteurs dévie le plus souvent le sujet vers des questionnements trop génériques et non pertinents (de la comparaison inapropriée au simple chialage) et au final ne fait que phagocyter les informations plus intéréssantes. C'est pour ça qu'il existe un fil qui traite des hauteurs mais c'est un fil généraliste qui n'empêche pas que la question soit traitée individuellement dans chacun des fils relatifs aux différents projets.
  10. Maison Manuvie - 28 étages

    Ils auraient pu, ils auraient dû. Certes, mais voyons ce qui est. Une tour assez standardisée mais élégante et parfaitement couronnée. Je préfère du 120m de belle facture bien occupé à du 300m vide aux 3/4. L'éclairage est subtil et l'écran lumineux ajoute beacoup de dynamise à la rue en soirée. Je vois que du positif là dedans.
  11. Maison Manuvie - 28 étages

    Merci pour la photo, toujours bien de se souvenir de quoi nous sommes partis. Au passage, ça nous rappelle que le CV n'est pas prêt de manquer de terrains constructibles ; des endroits comme celui là il en reste plein. Tout restaurant Deli équivaut à une promesse.
  12. Quartier de la Montagne - 18 étages

    Je pense qu'il voulait parler de l'image de la ville à l'international. Le Mille Carré Doré est déjà un territoire plus ou moins délimité où le luxe est représenté. L'augmentation des loyers est une chose naturelle pour ces quartiers et si le secteur du luxe (hôtellerie, boutique, services) fonctionne à Montréal, ça ne posera pas de problème. Cependant, je suis très favorable aux grands magasins dans la mesure où les contrats de concession sont, en général, de courte durée et c'est une bonne manière de tester le marcher, de mieux cibler les acheteurs et la demande sans prendre trop de risque. Pour ce qui est de réduire le nombre de curieux, je ne suis pas d'accord. Du Bonheur des Dames à l'ère contemporaine, les grands magasins ont toujours contribué à la démocratisation du luxe. N'ayant pas de frontière réelle à franchir (on peut justement flâner, on s'y sent autorisé puisque l'on obtient le statut de ''visiteur'' avant celui d'''acheteur''). Si l'on entre dans une boutique de luxe pour acheter (il est en effet assez rare de se retrouver chez Hermès par hasard, d'autant que l'entrée dans certaines boutiques se fait encore par la sonnette, et donc par un engagement actif individuel et/ou collectif (système de portier par exemple), Ogilvy propose un rapport au client plus ouvert et moins formel. Les grands magasins proposent généralement une plannification ouverte dans laquelle on retrouve des espaces semi-clos. Autrement dit, c'est le food court du luxe. On peut entrer chez Ogilvy dans l'intention d'acheter de la cosmétique par exemple et se retrouver happé chez Givenchy et puisque nous sommes alors clients d'Ogilvy, on acquiert une certaine légitimité à poursuivre notre magasinage.
  13. C'est toujours impressionant de voir un landmark s'effondrer. J'habite dans le quartier et je peux vous dire que les gens s'arrêtent pour observer le chantier. On se surprend, très vite, à regretter ce que l'on avait pris pour acquis.