steve_36

Membre
  • Compteur de contenus

    3 134
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

155 Excellent

1 abonné

À propos de steve_36

  • Rang
    Mtlurb Godfather

Personal Information

  • Biography
    Natif de Lachine
  • Location
    Griffintown
  • Intérêts
    Musique, grande ville, géopolitique, culture, urbanisme
  • Occupation
    Auditeur de nuit
  1. EQ8 Cité Urbaine - 16 étages

    This area is nothing special in terms of architecture but it's a very interesting densification. It changes the dynamic a lot. I wish they would start building on the other side of Newman, right on the parking lot of the Angrignon mall. Maybe the project on the lot is rental, that would explain why it's not being advertised.
  2. What's happening to the Main?

    Malheureusement, je le dis souvent, le pire ennemi des petits commerçants et des rues commerçantes de Montréal...et bien c'est la ville elle-même ! Et ici, personne ne semble savoir qui de quoi. Est-ce la ville centre ? Est-ce l'arrondissement ? Et laisses tout cela dans les mains d'inspecteurs n'ayant rien d'autre à faire que de trouver des coupables de ceci et de cela alors on se retrouve avec des zélés qui donnent des contraventions à des petits commerces parce qu'ils ont osés mettre des chaises devant leur commerce afin d'aider les passant, surtout âgés de pouvoir s'asseoir un brin avant de continuer leur chemin, ou pour que les enfants puissent manger leur glaces ou pour seulement agrémenter la vie de quartier comme on l'aime et comme on la conçoit. Et pendant ce temps, sur le Plateau, on dit qu'il n'y a pas assez d'inspecteur pour surveiller les trop nombreux Air b n b de ce monde qui prennent tellement d'ampleur qu'ils nuisent à la qualité de vie des quartiers, qu'ils occupent des logements qui autrement seraient pour des familles dans le besoin et qui font monter les prix de l'immobilier encore une fois au détriment des gens qui aimeraient vivre dans ce genre de quartier. Mais il y a assez d'inspecteurs pour ''harceler'' des commerçants parce qu'ile mettent des chaises..... Ce genre d'historie revient dans les nouvelles régulièrement, que ce soit dans Ville-Marie, Rosemont, Sud-Ouest et malheureusement trop souvent dans le plateau Mont-Royal. Je me souviens de l'histoire d'une petite pâtisserie polonaise de la rue St-Laurent qui a reçu des contraventions parce qu'elle avait mis une petite table devant son commerce pour qu'une vieille dame puisse manger à l'extérieur. J'avais été voir la commerçante et elle avait été secoué par ce geste de l'arrondissement. Découragé, elle a vendu quelque temps après. Et c'est dans ces nombreuses petits histories que se bâtit ou se défait la réputation et la valeur d'une ville ou d'un quartier. Très peu médiatisé, ce genre d'histoire banale peut parfois peser lourd sur les épaules d'un ou d'une commerçante qui se retrouve seule devant la grosse machine à la recherche d'argent pour se payer des blocs de granites à coup de millions pour mettre sur la montage ou de créer une promenade fleuve-montagne alors que la promenade de la rue St-Laurent existe déjà et est cent fois plus vrais, plus intéressantes et plus recherchés que n'importe quelle "trouvaille'' pré-fabriqué de la ville. La rue St-Laurent est unique au Canada et c'est justement grâce à son coté un peu chaotique, un peu négligé mais surtout authentique qu'on aime s'y promener et y manger. Il faut la laisser tranquille !
  3. What's happening to the Main?

    Great Chair Affair wreaking havoc on the Main in Montréal Josh Freed, Special to Montreal Gazette Published on: August 19, 2017 The city is waging chair warfare on the Main. One of the street’s most famous shops, Vieille Europe, has put some plastic chairs out on the sidewalk for many summers. They’re tucked under its awning, so passersby can hide from the sun, or more likely the rain, this summer. But city inspectors have recently walloped the gourmet grocery with two $475 tickets, for having illegal terrasses. The store’s normally easygoing co-owner, Paulo Raimundo, refuses to back down — he’s appealed the tickets and left his six red chairs out in defiance, while waging a website campaign to save his seats. “Let them keep ticketing me,” he says, “It’s a principle I’m willing to pay for. We’re not a night club serving drinks, we don’t have service outside. We’re just a grocery that closes at 6 p.m. — and our chairs are a nice community gesture.” Vieille Europe is the Main’s best-known landmark after Schwartz’s, a smorgasbord of a place overflowing with exotic teas, biscuits, cheeses, spices and more — a slice of the Main as it once was. Its six flimsy outdoor chairs are meant for all — whether customers or not. I’ve often plopped down in the chairs to watch street life — but mostly they’re filled with passing seniors, pausing for a rest. People like Diane M., who writes on the store’s website: “I’m in my 80’s and always like to walk on the Main. I walk with a cane and there is nowhere to sit where we can rest . . . except your shiny red chairs.” Vieille Europe’s not alone in fighting The Chair Affair. My sausage specialist Angelo, owner of Charcuterie Hongroise, has removed his four green chairs since the city hit him with a big ticket. But he’s not one to surrender easily. Angelo fought the city for years when they stopped him from hanging his dried chorizo sausages inside the store, where people could see them. For years he built expensive display case cooling contraptions to get around the city’s ever-tightening bylaws — until eventually the inspectors wore him down. But now he’s planning a new battle campaign. He’s designing a Rube Goldberg gizmo to hang a bench off his privately-owned wall so it doesn’t touch the sidewalk. “I don’t care what it costs me — I can’t stand these bureaucrats and I want to offer people a free place to sit.” Angelo’s scheme may sound crazy, but it could be a way around city bureaucrats. Across the street a produce store was ticketed last spring for putting out a few sidewalk fruit boxes. Instead, they’ve now suspended the boxes from their window, where peaches, plums and bananas hang in mid-air to avoid touching city land — and so far inspectors have backed off. It’s made me wonder if restaurants could suspend tables and chairs in mid-air, so guests could legally dine outdoors, above the city sidewalks? There are other guerrilla tactics, like one merchant who keeps track of which days inspectors visit the Main — and puts his chairs out when they don’t. But it’s easy to envision an eventual street seat defeat. Two years ago I wrote about a young shop-owner who carried a small table outside for a woman in a wheelchair — so she and her caregiver could munch on ice cream. But an inspector passed by and slapped the shop-owner with a huge ticket. She spent two long days appealing in court — and lost — and her shop has since closed like too many on the street. But Vieille Europe and Angelo’s aren’t just stores — they’re long-standing neighbourhood institutions, on a street where few veterans have lasted. Vieille Europe is a 58-year-old remnant of The Main’s glory days — every nation in the world wanders in and Paulo seems to chat with them all. “What’s really frustrating,” he says, “is there’s no sensible reason to ticket us. It’s not about health or safety. The sidewalk’s been widened to around nine feet — there’s lots of room for wheelchairs to pass. “But when they gave me the ticket they handed me an application form for an outdoor terrasse costing several thousand dollars. It’s just a money grab.” “I’m not a stubborn man. I’m a law-abiding one — but laws should make sense.” Montreal is a laissez-faire, often scofflaw city, where cars race though crosswalks, bikes stream the wrong way and everyone jaywalks. Our fire trucks and ambulances are plastered in strike stickers, while our boys in blue wore camouflage pants for years. Our streets are potholed, our detours badly marked — yet we somehow live with it all and love our city. So why pick on a few hospitable merchants on a famous street that’s struggling to survive? People like Paulo and Angelo are the heart of the community — the history and soul of the Plateau. They should be encouraged and celebrated — not beaten down. Three cheers . . . er, chairs for them. http://montrealgazette.com/news/local-news/josh-freed-great-chair-affair-wreaking-havoc-on-the-main-in-montreal
  4. Nouveau garage de la STM (Secteur Bellechasse)

    C'est donc dire qu'il pourrait y avoir développement à partir de la rue De Gaspé jusqu'à St-Denis, ce qui est une excellente chose. De plus, l'idée d'inclure des commerces au rez de chaussée semble vouloir dire que la ville a l'intention de faire de transformer ce quartier en quelque chose de plus résidentiel et commercial, ce qui est une autre bonne chose.
  5. Nouveau garage de la STM (Secteur Bellechasse)

    C'est en effet une bonne nouvelle. Et si j'ai bien compris, le stationnement se déplace dans le même secteur mais une ou deux rues à l'ouest et le stationnement actuel serait alors libéré pour un potentiel développement, ce qui rendra cette partie de St-Denis beaucoup plus intéressante. Moi aussi je suis ravi qu'on pense à aménager le rez de chaussée en commercial afin de mieux intégré le bâtiment au reste du quartier.
  6. Stratégie Centre-Ville & Bureau du centre-ville de Montréal

    Je suis ravi que des familles puissent s'installer au centre-ville, je n'ai évidemment rien contre, c'est une bonne chose, par contre, je me dis que les ressources seraient peut-être plus utiles si on ciblait les quartiers périphériques au centre-ville pour inviter les familles à s'y installer. C'est surtout une question de prix des terrains et installations....et d'espace pour les enfants (parcs, écoles, terrains de jeux). Car l'une des raisons pourquoi les jeunes familles quittent pour la banlieue c'est le manque d'espace et je crois que ca coute moins cher d'acheter des terrains à Verdun ou Pointe-St-Charles, en ce moment, que dans Griffintown qui est juste de l'autre coté du canal. Par contre, au centre-ville, si la ville peut construire des écoles à même les projets résidentiels ou commerciaux, alors tant mieux, mais si un terrain va servir seulement que pour une école alors ca ne sera pas une bonne utilisation de l'argent disponible à mon avis.
  7. Stratégie Centre-Ville & Bureau du centre-ville de Montréal

    Je dois avouer que je suis un peu déçu de cette 'stratégie''. J'aurais aimé que ce soit un peu plus concret avec des annonces de projets et des orientations plus claires. De plus, je ne comprends pas l'entêtement de la ville à vouloir installer absolument des familles au centre-ville. Ma logique voudrait que le centre-ville soit plutôt pour les ''adultes'' alors que les quartiers près du centre-ville devraient être privilégiés pour les familles comme NDG, Pointe-St-Charles, Le Plateau, Rosemont, Centre-sud, Verdun etc. Dans la plupart de ces quartiers il y a plus d'espace, les terrains coutent moins cher pour des parcs et des écoles.
  8. Rue Laurier Ouest (reconstruction)

    Ca fait du bien de voir un élargissement des trottoirs à la suite des travaux. Trop souvent la ville refait le tout à l'identique et personne n'est gagnant. Maintenant les piétons pourront respirer un peu plus en se baladant sur Laurier, et davantage en hiver, car la vieille rue était vraiment trop étroite. Donc j'imagine que l'espace gagné se fait au détriment de la voie au centre, qui était souvent utilisé comme stationnement ?
  9. Le Dorchester - 14 étages

    Beau scoop...et beau ''fill-in'' comme projet. Ce sera une bonne utilisation d'un terrain assez étroit et du coup une densification là ou on ne la voyait pas venir.
  10. Immobilier: plus forte hausse des prix en cinq ans à Montréal

    Dans le Financial Post de samedi il y avait un autre article qui mentionnait la bonne prestance de Montréal dans le domaine de l'immobilier. Donc 2 articles positifs sur Montréal dans la même semaine provenant du Post alors cela veut surement dire quelque chose. Je crois que la situation est tellement bonne à Montréal qu'ils ne peuvent plus l'ignorer. While Vancouver and Toronto chill out, Montreal home sales post best July in 8 years MONTREAL — Forget Vancouver and Toronto — Canada’s hottest housing market these days may be Montreal. The Greater Montreal Real Estate Board released data Friday showing that 3,075 homes were sold in July, an increase of 16 per cent compared with a year ago and the most for the month in eight years. That contrasts with Toronto, where sales last month plunged 40.4 per cent while in Vancouver they dropped 8.2 per cent. The price of homes in Montreal was also higher, albeit still well short of levels seen in Vancouver and Toronto. The median price of a single-family home in Montreal rose to $323,000, up eight per cent from July 2016. The median condominium price edged up two per cent to $256,000. “For single-family homes, market conditions for resales are increasingly favouring sellers, which explains why price increases have been more sustained in recent months,” Mathieu Cousineau, president of the GMREB board of directors, said in a statement. While much attention has been focused on Vancouver and Toronto, Montreal’s housing market has escaped the frenzied action that prompted the B.C. and Ontario governments to take action. In April, Ontario introduced more than a dozen measures to improve home affordability, including a 15 per cent tax on foreign buyers. Since then, the average price for all properties sold in Toronto has shaved off nearly $175,000 from its peak of the year of $920,791, but it remains up year-over-year. In Vancouver, the province imposed a 15 per cent foreign buyers’ tax a year ago and the volume of transactions immediately tumbled. While the number of sales in the city cooled last month, the composite benchmark price for all residential properties in the area cracked $1 million for the first time, coming in at $1,019,400, up 8.7 per cent from July 2016. The slowing pace of sales in Vancouver and Toronto has also come as mortgage rates have started to move higher with the Bank of Canada’s increase in its key interest rate target last month. The increase by the central bank prompted the big Canadian banks to raise their prime lending rates, which pushed variable-rate mortgages higher. Bond yields also moved up, affecting the rates offered on new fixed-rate mortgages. Ottawa tightened mortgage lending rules late last year, including the introduction of a stress test for all insured mortgages. http://business.financialpost.com/business-pmn/while-vancouver-and-toronto-chill-out-montreal-home-sales-post-best-july-in-8-years/wcm/842584aa-71de-4018-8ff6-714ce6fc1f19
  11. Immobilier: plus forte hausse des prix en cinq ans à Montréal

    Wow, 2 excellentes nouvelles pour Montréal dans la meme journée et pourtant, le site est assez tranquille. Imaginons si ca avait été 2 mauvaises nouvelles, nous serions beaucoup plus rapides pour critiquer et dénoncer la situation et "basher" qui ou quoi que ce soit. Cela étant dit, la première bonne nouvelle est que le taux de chômage est à la baisse avec une tendance lourde et la deuxième est que l'immobilier se porte extrêmement bien. Explosion des ventes (et des prix) à Montréal Toronto et Vancouver en juillet. Les reventes de logements y ont progressé de 16 % par rapport à juillet 2016, alors qu'elles dégringolent de 40 % à Toronto et qu'elles glissent de 8 % sur la côte du Pacifique. Mais qu'est-ce qui est en train de se passer ? « On est agréablement surpris par la vigueur du marché, dit Paul Cardinal, directeur, analyse du marché à la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM). C'est sûr que c'est beaucoup plus robuste que ce que j'avais imaginé en début d'année. » Pour cet économiste, une série de facteurs expliquent l'embellie, à commencer par l'emploi. En un an, il s'est ajouté 90 000 emplois dans la région et le taux de chômage est à son creux des 40 dernières années. Les courtiers de la CIGM ont connu leur meilleur mois de juillet en huit ans. Pas moins de 3075 ventes résidentielles ont été conclues par leur entremise, soit une augmentation de 16 % par rapport à la même période l'an dernier. Tous les sous-secteurs de la région métropolitaine de recensement ont enregistré une croissance en juillet, Montréal (+ 21 %) et Vaudreuil-Soulanges (+ 19 %) en tête. Laval et la Rive-Nord ne sont pas loin derrière, avec un volume de transactions en hausse de 14 %. La Rive-Sud ferme la marche avec une progression de 6 %. Le marché de la copropriété continue de se raffermir. Les reventes ont augmenté de 24 % à l'échelle de la région, à 1071 transactions. Le nombre de maisons unifamiliales ayant changé de main fait un saut de 13 %. Dans le cas des plex, c'est 2 %. Le nombre de produits à vendre, toutes catégories confondues, a diminué de 15 % en un an et se situe à 24 412 propriétés. Dans ce contexte, les hausses de prix s'accélèrent. Le prix moyen d'une maison sur l'île de Montréal bondit de 13 % en rythme annuel ; il augmente de 10 % sur la Rive-Nord et de 6 % dans Vaudreuil-Soulanges. Dans l'ensemble de la région, le prix des maisons progresse de 8 % en juillet, celui des copropriétés, de 2 %, et celui des plex, de 7 %. LES ÉTRANGERS ACHÈTENT AU CENTRE-VILLE Est-ce que l'introduction de la taxe de 15 % sur les achats par des non-résidants à Vancouver, en août 2016, puis à Toronto en avril 2017, y est pour quelque chose ? La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) observe en tout cas que la présence d'acheteurs étrangers s'accentue à Montréal, tout en restant moins importante pour le moment qu'à Vancouver et Toronto. Depuis janvier, 236 acheteurs étrangers ont investi dans une propriété résidentielle dans la région montréalaise, une hausse de près de 40 % par rapport à la même période l'an dernier. À l'échelle régionale, leur présence reste minime, représentant un peu moins de 2 % des transactions, selon les estimations de la SCHL. Néanmoins, la présence étrangère se concentre dans une poignée de quartiers, dont le centre-ville. Dans sa publication Le marché sous la loupe pour la région de Montréal, la SCHL estime que les acheteurs étrangers représentaient environ 11 % de tous les acheteurs de copropriétés au centre-ville en 2016. La courtière Marie-Yvonne Paint de Royal LePage à Westmount, qui se spécialise dans la propriété luxueuse, confirme la présence accrue d'acheteurs asiatiques. « Il y a clairement un avant et un après depuis l'introduction d'une taxe à Vancouver pour les non-résidants. » - Marie-Yvonne Paint, courtière Elle s'attend à ce qu'une nouvelle vague d'investisseurs chinois déferle dans les prochains mois à Montréal. DUR MOIS DE JUILLET À TORONTO C'est tout l'inverse dans la Ville Reine. La glissade des reventes en rythme annuel dépasse les 40 %. Le nombre de reventes se chiffre à 5921. Quant à l'inflation des prix, qui avait atteint un niveau inquiétant en février, elle se poursuit, mais à un rythme moins spéculatif. Le prix moyen d'un logement, tous types confondus, s'élève à 746 218 $ en juillet, en hausse de 5 % en un an. Les nouvelles inscriptions de propriétés à vendre, une donnée importante pour savoir si le marché est en train de se rééquilibrer, progressent de 5,1 %. Autre facette du ralentissement du marché torontois, l'assureur privé Genworth enregistre une décroissance de 14 % dans le volume de primes d'assurance prêt hypothécaire en provenance de propriétaires de logement. Le marché se calme aussi sur la côte du Pacifique. Les reventes ont reculé de 8,2 % en rythme annuel, pour totaliser 2960 transactions. Le nombre de propriétés à vendre a progressé de 10 % en un an, pour atteindre 9194. Le prix des maisons, tel que calculé par l'indice composite de référence MLS, affiche une hausse de 8,7 % en un an, à 1 019 400 $. «Juillet 2017 Variation annuelle dans le nombre de transactions résidentielles Montréal : + 16 % Toronto : - 40 % Vancouver : - 8 %» http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201708/04/01-5121929-explosion-des-ventes-et-des-prix-a-montreal.php
  12. More anglos in Quebec

    Les données sont encourageantes. La population en général est en hausse, surtout pour la région de Montréal, ce qui est une bonne affaire surtout si on veut protéger les espaces naturels. Que l'anglais se porte bien à Montréal est une excellente chose. En tant que franco (principalement), je suis ravi de voir que l'anglais est en progression et que des gens puissent même vivre en anglais sans utiliser le Français. Cela démontre le caractère ouvert et inclusif de la majorité francophone et son esprit de tolérance inégalé ailleurs. Maintenant, on voit aussi la progression du Français comme deuxième langue pour la majorité des arrivants et pour être certain que cela se projette dans le futur, il faut des outils pour que la majorité des gens puissent parler et lire le Français. Je suis d'ailleurs convaincu qu'il est temps de mettre un terme actuel au mandat de l'OQLF qui est trop centré sur la défense et la protection (comme l'affichage commercial) au lieu d'être axé sur l'apprentissage et la promotion. Les budgets de l'organisme devraient servir a engagé des professeurs de Français qualifiés afin d'offrir plus de choix aux nouveaux arrivants d'apprendre le Français peu importe leur âge. Mais aussi de rehausser la qualité du Français chez les jeunes francos et anglos. Encore une fois, ce n'est pas en interdisant un petit commerçant de Verdun ou de NDG d'afficher dans sa langue que le Français va prospérer. Bref, moins d'inspecteurs et plus de professeurs.
  13. Condos Marina Vieux-Montréal - 3 étages (2014)

    En effet, je seconde, c'est une excellente intégration d'un petit immeuble discret qui est à la fois classe et modeste en terme de hauteur. J'en prendrais d'autre comme celui-là à plusieurs endroits.
  14. Je suis allé voir la course aujourd'hui et je suis en accord avec ce que andre md a dit, c'est pas mal ce que j'ai constaté aussi. Il y avait beaucoup de monde, c'était plein. Il y avait aussi beaucoup de monde autour du site surtout du coté René-Lévesque. Il y avait de l'animation et le site était tellement vaste que je n'arrivais pas à reconnaitre cette partie de la ville. J'étais désorienté. Il y avait aussi beaucoup de monde dans le village après la course et j'au ensuite marché jusqu'au QDS et là c'était incroyable tout le monde qui s'y trouvait. Si j'avais été un touriste pour la première fois à Montréal et entre le Vieux-Port et ses attractions, le Vieux-Montréal et ses superbes places, l'énorme site de la Formule e, le Village et sa Catherine piétonne, le QDS et son gigantesque festival Juste pour rire....et bien je dois avouer que j'aurais trouvé cela magnifique ! Même moi qui suis habitué d'être en ville, je trouvais cela superbe. Il est vrai que le site était bien choisi en terme de fonctionnalité. Je peux comprendre certains commerçants et résidents de secteur d'avoir été un peu bousculé dans leurs habitudes mais au bout de compte, si la ville s'occupe d'eux un peu, alors le tout aura été un succès. Pour l'an prochain, pourquoi ne pas utiliser le nouveau boulevard Robert-Bourassa à partir de Notre-Dame en direction sud en tournant sur Wellington dans Griffintown, puis en passant sur le pont Wellington pour rejoindre la rue Bridge jusqu'à la rue des Irlandais, ensuite on revient sur l'autoroute Bonaventure (la 10) direction centre-ville, et après avoir passé le pont on est de retour sur Robert-Bourassa en direction nord. Du coup on aurait une superbe vue du centre-ville, du canal, du fleuve et les voitures passeraient en pleine ville dans la partie Wellington/Griffintown.
  15. J'ai bel et bien remarqué qu'il y avait beaucoup moins de voitures, effectivement. Mais il y avait du monde à pieds par contre. J'ai fait Ste-Cath et Peel, De la Montagne et il y avait beaucoup de monde, des touristes surtout.