Lake

Membre
  • Compteur de contenus

    98
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

31 Excellent

À propos de Lake

  • Rang
    Member

Personal Information

  • Biography
    Étudiant à Sherbrooke, je m'intéresse au développement de ma ville, de ma province et du monde...
  • Location
    Sherbrooke
  • Intérêts
    Architecture, urbanisme, photographie, sciences...
  • Occupation
    Étudiant
  1. Voici maintenant quelques photos de Magog. Magog par lake of the nations, sur Flickr L'Ilot Tourigny est presque terminé. Il s'intègre très bien dans le secteur. Magog par lake of the nations, sur Flickr L'Ilot Tourigny par lake of the nations, sur Flickr L'Ilot Tourigny par lake of the nations, sur Flickr La Maison Merry, en cours de rénovations. J'ai bien hâte de voir le résultat, je préfère la forme finale du projet à la version originale. La Maison Merry par lake of the nations, sur Flickr Pour finir, le lac Memphrémagog. Le lac Memphrémagog par lake of the nations, sur Flickr
  2. Quelques photos de Sainte-Catherine-de-Hatley et North Hatley. L'église de Sainte-Catherine par lake of the nations, sur Flickr North Hatley par lake of the nations, sur Flickr La résidence pour personnes âgées Connaught Home, à North Hatley, devrait être significativement agrandie. L'ajout d'un étage et d'une nouvelle aile est prévu. Les travaux devraient commencer après que les résidents aient été déplacés vers Grace Village, à Huntingville. Connaught Home, North Hatley par lake of the nations, sur Flickr Les Communautés de Retraités Massawippi
  3. J'ai bien hâte de voir de quoi ça aura l'air. ————— Le Costco pourra finalement déménager sur le plateau St-Joseph. Je n'en reviens pas que des gens chialent encore parce que "Fleurimont aussi mérite son power centre"... Comme si c'était le moindrement souhaitable d'encourager l'émergence d'une abomination anti-urbaine de plus. Publié le 12 juin 2017 à 23h43 | Mis à jour le 12 juin 2017 à 23h43 Plateau-St-Joseph: divisée, la Ville dit oui au Costco PLAN FOURNI PAR LA VILLE DE SHERBROOKE JONATHAN CUSTEAULa Tribune (Sherbrooke) Costco pourra déménager sur le plateau Saint-Joseph, à l'intersection des boulevards du Plateau-Saint-Joseph et Monseigneur-Fortier, derrière le Centre de foires. Le projet, déposé lundi lors d'une séance spéciale du conseil municipal, prévoit un bâtiment de 13 750 mètres carrés et 24 pompes. S'ajouteraient aussi plus ou moins sept bâtiments commerciaux de moindre superficie, dont des restaurants avec service au volant. Tous les terrains impliqués appartiennent à Immex Société immobilière. Dans un vote divisé de 13 contre 6 (voir autre écran), les élus permettent la poursuite des démarches pour que le géant établi au 3400, rue King Ouest, s'amène au plateau Saint-Joseph. « Nous voulions des restaurants accessoires pour que l'offre soit mieux intégrée autour du Costco. Nous le permettons sur l'ensemble du plateau, mais nous ne voulons pas en faire des restaurants de destination pour lesquels les citoyens se déplaceraient spécifiquement », explique le maire Bernard Sévigny. http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/sherbrooke/201706/12/01-5106953-plateau-st-joseph-divisee-la-ville-dit-oui-au-costco.php
  4. Les plantations ont commencé cette semaine sur King Est et ailleurs en ville, notamment à Lennoxville. Des plate-bandes avec des lilas japonais ont été aménagées à l'angle Queen/College, ce qui était prévu dans le PPU (avec en plus une petite place publique). Espérons que le prolongement de la 410 jusqu'à la ferme expérimentale (s'il finit par survenir un jour) permettra le retrait de la voie de virage à droite, ce qui libérerait beaucoup de place pour un réaménagement plus ambitieux. D'autre part, les petits arbres devant les murales ont été enlevés, pour des raisons évidentes. Sans aucune raison apparente, ceux de la porte d'entrée l'ont aussi été... Plantations à l'angle Queen/College par lake of the nations, sur Flickr
  5. La Ville de Magog a finalement dévoilé les plans du centre-ville suite aux travaux qui devraient se terminer vers la fin 2018 (et en 2019 dans le cas du parc des Braves). En plus de ces rendus, de nombreux plans sont présentés dans la présentation officielle du projet: https://www.ville.magog.qc.ca/wp-content/uploads/2017/05/Présentation-officielle-30-mai.pdf. Remarquez que le parc des Braves sera significativement agrandi. https://www.facebook.com/villedemagog/ https://www.facebook.com/villedemagog/ https://www.facebook.com/villedemagog/ https://www.facebook.com/villedemagog/ https://www.facebook.com/villedemagog/ Toujours à Magog, voilà où en était la construction de l'Ilot Tourigny vers la mi-mai. Photo TC Media - Pierre-Olivier Girard
  6. Voilà notre réponse. Publié le 26 mai 2017 à 21h14 | Mis à jour le 26 mai 2017 à 21h14Le « toaster » se refait une beauté ALAIN GOUPILLa Tribune (Sherbrooke) Le pavillon 6 du Collège de Sherbrooke, l'un des plus hauts édifices de la ville, fait l'objet d'impressionnants travaux de rénovation qui s'échelonneront sur deux ans. Surnommé « le toaster » par plusieurs générations d'étudiants, l'édifice de 12 étages est entouré d'échafaudages qui donnent au chantier une allure imposante pour ceux et celles qui empruntent la rue Terrill pour se rendre sur le plateau Parc. Les travaux confiés à la firme Turco consistent à rénover l'enveloppe extérieure de l'édifice qui sert de résidence aux étudiants du cégep. Outre les fenêtres, les travaux de réfection toucheront les toitures et le revêtement de maçonnerie. Plusieurs de ces éléments datent d'ailleurs de la construction de l'édifice qui remonte à 1964 sous l'égide de la communauté des Soeurs du Sacré-Coeur. Compte tenu de l'ampleur des travaux (présentement paralysés par la grève), ceux-ci ont été scindés en deux phases, indique Joëlle Bouchard, conseillère en communication au Cégep de Sherbrooke. La première phase s'étendra jusqu'à la fin novembre 2017, indique-t-elle, alors que la seconde devrait débuter en avril 2018 pour se terminer en octobre 2018. [...] http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/201705/26/01-5101811-le-toaster-se-refait-une-beaute.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_actualites_378_section_POS5 ————— Je n'ai malheureusement pas accès à des informations privilégiées, donc je me tiens au courant comme je le peux (La Tribune, le site de la Ville, etc.). ————— Voilà où en est la clinique OculoVision, sur King Ouest. C'est une nette amélioration par rapport à ce qui était là avant, mais c'est un peu dommage qu'on ait perdu le muret de pierre au profit de blocs de bétons semblables à ceux de la Cité du Parc. La nouvelle clinique OculoVision, sur King Ouest par lake of the nations, sur Flickr La nouvelle clinique OculoVision, sur King Ouest par lake of the nations, sur Flickr
  7. Publié le 24 mai 2017 à 06h13 | Mis à jour à 09h21 Construction: 170 000 ouvriers en grève générale illimitée ANDRÉ DUBUCLa Presse Le miracle n'a pas eu lieu. Les syndicats ont finalement déclenché la grève, qui touche tous les secteurs de l'industrie. La nouvelle a été confirmée par communiqué de l'Alliance syndicale mercredi matin à 5h11. « Devant l'impasse qui persiste dans les négociations, l'Alliance syndicale n'a d'autre choix que de déclencher la grève générale illimitée », a dit son porte-parole Michel Trépanier. La grève a été déclenchée par les quelque 170 000 membres du milieu de la construction. Par voie de communiqué, le Conseil du patronat du Québec se dit consterné par la tournure des négociations et déplore que, tout comme en 2013, date de la dernière grève dans le secteur, le Québec, ses citoyens et ses entreprises, se trouvent à nouveau pris en otage. « La grève était le seul choix qui nous restait. Nous avons négocié jusqu'à la dernière seconde afin de tenter d'en venir à une entente. D'ailleurs, nous avons accepté à plusieurs reprises de collaborer avec la conciliatrice afin d'accepter un règlement qui évite un conflit. Malheureusement, les employeurs se sont entêtés à conserver leurs demandes déraisonnables et n'ont pas voulu accepter les propositions de la conciliatrice. » En marge de sa mission économique en Israël, le premier ministre Philippe Couillard a confirmé son intention d'adopter une loi spéciale si des progrès ne sont pas réalisés « rapidement » à la table de négociations. Le maire de Montréal, Denis Coderre, espère voir une fin rapide à la grève et n'hésitera pas à demander au gouvernement d'intervenir au besoin. C'est la deuxième grève générale illimitée dans l'industrie de la construction en quatre ans. Depuis minuit, tous les secteurs de la construction sont en grève. Des piquets de grève seront installés à l'entrée de plusieurs chantiers et les travailleurs sont invités à se mobiliser pacifiquement. L'Alliance syndicale rappelle qu'il est important que toutes ces actions se fassent dans le calme et le respect. La Commission de la construction du Québec (CCQ) rappelle les recours possibles en cas de situations de menace, d'entrave ou d'intimidation. Coderre demande un dénouement rapide du conflit Le maire de Montréal espère voir une fin rapide à la grève déclenchée cette nuit dans le secteur de la construction, sans quoi il demande au gouvernement Couillard d'imposer un règlement. «La Ville de Montréal souhaite un dénouement rapide, a dit ce matin Denis Coderre. «On souhaite que le gouvernement ne soit pas trop patient.» Le maire estime que l'impact économique est trop grand pour laisser ce conflit s'éterniser. «Tout le monde a intérêt à ce que ça se règle rapidement.» http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/201705/24/01-5100774-construction-170-000-ouvriers-en-greve-generale-illimitee.php
  8. Sais-tu en quoi consistent les travaux exactement? ————— Il y en a aussi sur le chemin de Saint-Élie (près de 90 selon la page Facebook Chemin de Saint-Élie), ce qui, comme dans le cas de la rue King Est, était prévu dans le PPU du secteur. Programme particulier d'urbanisme (PPU) du chemin de Saint-Élie ————— Ça date déjà de l'an dernier, mais le parc Dolor-Biron a été complètement réaménagé. La fontaine de granit construite dans les années 20, qui était dans un état déplorable depuis de nombreuses années, a été complètement restaurée. Le parc Dolor-Biron par lake of the nations, sur Flickr Le parc Dolor-Biron par lake of the nations, sur Flickr
  9. OPINION TORONTO CONTRE MONTRÉAL BOUCAR DIOUF HUMORISTE, CONTEUR, BIOLOGISTE ET ANIMATEUR, COLLABORATION SPÉCIALE Faut avoir des députés québécois au pouvoir ! Ce slogan était si populaire quand le Bloc québécois était bien représenté à la Chambre des communes. Aujourd’hui, la volonté des porteurs de cette proposition est exaucée. Pourtant, les 40 députés libéraux semblent aussi invisibles que des fantômes quand vient le temps de défendre nos intérêts. Lorsque le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, glisse dans le projet de loi omnibus C-29 une disposition qui permet aux banques de contourner la Loi sur la protection du consommateur du Québec, c’est à la maigre représentation du Bloc québécois qu’on doit la levée de boucliers qui a permis de nous sauver la peau. Je n’ai jamais entendu un député libéral québécois lever le moindre doigt pour dénoncer cette disposition qui était complètement injuste à l’égard des gens qui les ont élus. Saluons aussi l’efficacité et la franchise du sénateur André Pratte. Je suis de ceux qui pensent qu’il fait un travail formidable dans ses nouvelles fonctions. Dans mon texte du 18 mars, intitulé « Fédéralisme ou polygamie canadienne », j’avais misé mon bungalow sur Toronto comme lieu d’implantation de la Banque de l’infrastructure. En vérité, on était bien nombreux à savoir qu’un tel projet d’envergure ne serait jamais implanté à Montréal. Même les libéraux de M. Couillard, après le choix de Toronto, semblaient trouver la chose bien normale. Dans sa grande sagesse, Jean-Marc Fournier nous a même rappelé que dans un régime fédéral, il arrive qu’on ne gagne pas toutes les batailles. Une réponse remplie d’optimisme et de combativité. On a presque envie de demander à M. Fournier à quand remonte la dernière fois que le Québec a gagné une bataille dans un véritable projet structurant. Il suffit de retourner dans un passé pas si lointain pour réaliser que dans ce domaine, le chemin du Québec est pavé de déceptions. Où sont allés les contrats fédéraux de construction navale de 35 milliards, dont le vérificateur général du Canada évalue désormais les coûts réels à 100 milliards ? Ces contrats sont allés à Vancouver et Halifax. Ce qui veut dire que nous payerons beaucoup de milliards dans les 30 prochaines années pour créer des emplois ailleurs. Mais comment en est-on arrivé là quand on sait que dans un passé relativement récent, le port de Montréal et l’industrie navale québécoise étaient les plus importants de l’Est du pays ? Le fédéral n’a-t-il pas favorisé financièrement le développement de grands ports dans les Maritimes, dont celui d’Halifax qui deviendra le plus important de l’Est du Canada ? De la même manière, le refus de Pierre Elliott Trudeau de financer un train rapide entre Montréal et Mirabel n’a-t-il pas en partie conduit à la mort de cet aéroport et favorisé indirectement le développement de celui de Toronto ? Les milliards investis par le fédéral dans le projet hydroélectrique du bas Churchill situé à Muskrat Falls ne ressemblent-ils pas aussi à une façon inavouée de concurrencer déloyalement Hydro-Québec ? Rappelons ici que le projet comprend aussi une ligne de transport sous-marine qui permettra à Terre-Neuve d’exporter son électricité dans les Maritimes et aux États-Unis en contournant le territoire québécois. Entendons-nous bien, je ne m’insurge point ici contre les grands investissements fédéraux dans les autres provinces, je me demande simplement pourquoi ce n’est jamais notre tour. Le choix de Toronto pour abriter le siège de la Banque de l’infrastructure du Canada s’inscrit dans une longue liste de favoritismes nuisibles au Québec. Et l’idée de cette banque a beau avoir été mijotée par la Caisse de dépôt et Michael Sabia, il était utopique de penser que la puissante représentation ontarienne dans le cabinet Trudeau allait plaider pour que Montréal gagne le gros lot. Est-ce que Bay Street à Toronto et la rue Saint-Jacques à Montréal combattent vraiment sur le même ring dans les dédales de la colline Parlementaire à Ottawa ? Pas vraiment. L’économie pour les autres et, pour le Québec, il y a toujours la péréquation. Comment appelle-t-on une péréquation en langage ecclésiastique ? Ça s’appelle l’aumône, la dîme ou l’offrande pour les plus démunis. La Banque de l’infrastructure pour Toronto et un Institut du développement international pour Montréal. Autrement dit, l’économie pour l’Ontario et l’humanitaire et la miséricorde pour le Québec. Même si je trouve la coopération internationale bien essentielle, j’ai quand même l’impression, avec ce prix de consolation, de lire une page de la représentation des francophones dans l’histoire lointaine du Canada. Quand j’étais jeune, on plumait partiellement les ailes des pigeons d’élevage pour diminuer leur efficacité au vol. C’était une façon de les empêcher de trop s’éloigner de la maison. C’est la méthode que le fédéral semble pratiquer avec le Québec depuis si longtemps. Pourtant, il ne passe pas une semaine sans que quelqu’un nous explique dans les médias à quel point le Québec en arrache dans bien des domaines. La vérité, c’est que le Québec n’en arrache pas seulement parce qu’on n’est pas bons. Le Québec en arrache aussi parce qu’il y a des gens qui ont peur qu’on soit bons. Autrement dit, que nos plumes repoussent et qu’on ait envie de déployer un peu plus largement nos ailes. Je ne suis pas certain que cette méthode de contrôle par l’usure soit la bonne. Si on veut que notre blonde reste, s’arranger pour qu’elle soit bien dans son couple est pas mal mieux que s’acharner à miner sa confiance et l’affaiblir chaque jour un peu plus pour mieux la contrôler. http://plus.lapresse.ca/screens/49f0b118-2c5f-4532-ac47-12f47590c270|_0.html
  10. Dans les Documents de référence des sujets traités du 15 mai, on retrouve l'avis patrimonial préparé par Jubinville et Associés relativement à l'Hôtel Wellington (p. 633). En plus d'une foule d'informations intéressantes sur le bâtiment et sur les façons envisagées d'en préserver des éléments, on peut y voir ce rendu de Well inc., vu de l'est.
  11. Après le Pap's, ça a été au tour du O'Tommy's de crouler sous le pic des démolisseurs. Disparition du O'Tommy's Pub par lake of the nations, sur Flickr La prochaine murale est déjà en cours de réalisation sur la rue Camirand. Remarquez d'ailleurs Serge Malenfant qui passait par là. Nouvelle murale sur la Place Royale par lake of the nations, sur Flickr
  12. Merveilleux! Si c'est ce qu'entendait Jean-François Rouleau par "désastre financier", espérons que les années à venir seront encore plus désastreuses!
  13. Voilà où en sont les travaux. C'est vraiment pas mal, surtout à l'intérieur. Rénovations au Carrefour de l'Estrie par lake of the nations, sur Flickr Rénovations au Carrefour de l'Estrie par lake of the nations, sur Flickr Ça s'enligne pour être fidèle au rendu. ————— 95,8 M$ ont finalement été recueillis dans le cadre de la campagne de financement de l'UdeS. Cela permettra notamment la construction du Studio de création de la Faculté de génie. https://www.usherbrooke.ca/campagne-majeure/nouvelles/
  14. Selon ce qu'on peut voir dans ce vidéo, il y aurait un étage de stationnement en sous-sol et deux au-dessus du niveau de la rue du Dépôt, mais sous celui de Wellington. Ce sont ces deux étages que je comptais pour arriver à huit et dix du côté est.
  15. Je parlais uniquement du total pour cette portion de King Est, où les "plantations linéaires structurantes" constituent un des éléments-clés de la transformation de l'interface publique/privée et l'embellissement du secteur prévus dans le programme particulier d'urbanisme. En consultation publique, il avait été dit que la plantation de près de cent d'entre eux était prévue dans l'emprise publique et était donc assurée, tandis que celle de la soixantaine restante était conditionnelle à des ententes avec les propriétaires. J'imagine qu'un l'élément limitant a été la présence d'asphalte inutile dans l'emprise publique, par exemple ici. ————— Dans les Documents de référence des sujets traités du 1er mai, on peut notamment voir les choses suivantes: p. 287 : une modélisation des deux premiers édifices de Well inc. avec huit et six étages du côté de Wellington (donc probablement dix et huit du côté de la rue du Dépôt) et avec des superficies totales de 100 000 et 73 000 pi². Je sais bien que les dimensions de ces édifices n'ont pas encore été déterminées (comme ça a été dit dans le rapport d'étape du projet), mais je vois d'un très bon œil que la Ville voie grand pour ce site. p. 288 : la lettre d'un certain Pierre Bouchard qui a essayé de sauvé le O'Tommy's Pub. p. 314 (et les suivantes) : la nouvelle version du troisième bâtiment du Quartier Université. p. 460 : le changement du nom "Well inc. Quartier de l'entrepreneur de Sherbrooke" pour "Quartier Well inc. Entreprendre ensemble," un nom censé être plus inclusif.