Lake

Membre
  • Compteur de contenus

    202
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

219 Excellent

À propos de Lake

  • Rang
    Member

Personal Information

  • Biography
    Étudiant à Sherbrooke, je m'intéresse au développement de ma ville, de ma province et du monde...
  • Location
    Sherbrooke
  • Intérêts
    Architecture, urbanisme, photographie, sciences...
  • Occupation
    Étudiant

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. La maçonnerie est déjà terminée sur l'agrandissement des bureaux de Global Excel, à Lennoxville. Ça me semble vraiment une réussite sur toute la ligne. Les travaux sont aussi très avancés (sinon terminés) du côté de la bibliothèque John Basset de l'Université Bishop's. C'est fidèle aux rendus et je trouve la nouvelle fenestration beaucoup plus élégante que l'ancienne. Des travaux sont aussi en cours juste en face, sur l'édifice Andrew S. Johnson. Remarquez que les contours des fenêtres qui ne sont pas entourées de briques de même que les grilles d'aération de la tour sont maintenant noirs, ce qui selon moi représente une grosse amélioration par rapport à avant. Ça me semble bien être de l'ardoise.
  2. Il y a des limites par zones, mais pas (à ma connaissance) pour la ville au complet comme à Montréal. Aux dernières nouvelles, il y aurait une vaste zone sur Queen-Victoria où la limite serait de 15 étages.... —————
  3. Excellente nouvelle! 18 juillet 2018 37 appartements à côté de la Centrale Frontenac Image fournie par le Groupe Immobilier Bradley JONATHAN CUSTEAU La Tribune EXCLUSIF / Un immeuble de 37 appartements sera construit sur le site de l’ancienne Buanderie de l’Estrie, au 353 rue Frontenac. Le Groupe Immobilier Bradley récupérera le bâtiment incendié pour en faire un stationnement coiffé d’une terrasse, alors qu’un immeuble de sept étages, dont cinq visibles de la rue, sera situé à l’avant du terrain. L’ancienne Buanderie de l’Estrie a été la proie des flammes en 2010. Des projets de condos et d’espaces à bureaux ont d’abord été envisagés, mais en l’absence d’une aide financière de la Ville pour la rénovation, les propriétaires jugeaient que l’entreprise ne serait pas rentable. C’est l’instauration de programmes incitatifs qui a convaincu le Groupe Bradley, composé du Groupe Custeau et de l’architecte et promoteur Michel Jubinville, d’amorcer des travaux en septembre pour un projet de 6 M$. Les premiers locataires pourront emménager au Frontenac en juin 2019. Les appartements de trois ou quatre pièces et demie s’adresseront à une clientèle de jeunes professionnels. Le prix de location devrait varier entre 800 et 950 $ par mois. « Nous avons dû garder la bâtisse actuelle pour les droits acquis près de la rivière. La première version du projet aurait été trop dispendieuse. Nous récupérons donc la structure pour en faire un stationnement étagé avec une terrasse sur le toit. On sortira par la cage d’escalier de l’immeuble et on traversera sur la terrasse par une passerelle », explique Michel Jubinville, coprésident du Groupe Bradley. Les deux étages inférieurs du nouvel immeuble compteront aussi du stationnement, un stationnement pour vélos et une salle d’entraînement. Au total, on prévoit 58 cases de stationnement pour 37 appartements. [...] M. Jubinville garde la porte ouverte à l’aménagement d’un bureau au rez-de-chaussée. « Il ne faudrait pas qu’il y en ait plus qu’un en raison du stationnement », explique-t-il. Le Frontenac pourrait être un avant-goût des immeubles résidentiels qui se trouveront dans le futur quartier des Grandes-Fourches. Plusieurs terrains à développer dans ce secteur appartiennent justement à M. Jubinville et au Groupe Custeau. « Là aussi on veut que les bâtiments rappellent le patrimoine de Sherbrooke. Mais comme on part de rien, on pourra probablement faire aussi des bureaux et regrouper des stationnements étagés à l’arrière. » https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/37-appartements-a-cote-de-la-centrale-frontenac-8e865d94ed2ab27e2348a4fb39195359 En rappel, voici la version précédente du projet, qui devait initialement être terminé en 2013. Il y a un rendu du même angle dans l'édition papier de La Tribune d'aujourd'hui, mais il n'est pas sur leur site. Ajout: voici l'autre rendu.
  4. Sur Bowen Sud, le Manhattan progresse toujours à un bon rythme. Remarquez que toutes les nouvelles fenêtres (notamment celles du deuxième étage côté Bowen, toutes celles avec des pseudo-balcons et celles découpées dans les murs aveugles) ont des cadres noirs, contrairement aux anciennes qui ont/avaient des cadres gris. Remarquez aussi la taille respectable et la silhouette typique des ormes du parc Félix-Thibault, plantés il n'y a même pas quinze ans. Ce serait le fun que la Ville en plante davantage, en particulier en bordure de rue. Beaucoup de rues bordées d'ormes avaient autrefois un caractère très distinctif (exemple), incluant à Sherbrooke, avant l'arrivée de la maladie hollandaise de l'orme. Pour ceux qui se poseraient la question : oui, il y a maintenant de nombreuses variétés résistantes.
  5. Les mosaïcultures du "Circuit art et mosaïques" sont à peu près terminées. En plus du logo du circuit devant le pont Jacques-Cartier, des grenouilles du Domaine Howard et de la mosaïque devant l'Hôtel de ville, voici les œuvres autour du lac des Nations, qui me semblent plutôt à la hauteur de ce que laissaient présager les rendus. Devant le Marché de la Gare, le truc des colonnes n'est pas trop mal, même s'il faut se mettre à une certaine distance pour que les bouts de photos soient a peu près correctement alignés. Devant le Times, il ne manque plus que les structures métalliques à l'œuvre Les sentinelles. Les panneaux végétalisés sont très cools. Remarquez aussi qu'une mince plate-bande a été aménagée sur toute la longueur de la clôture (dans une cavité vide depuis l'aménagement de la promenade, mais probablement pensée pour ça). L'installation la plus impressionnante est sans contredit le truc des poissons. Les structures flottantes à côté du pont noir se font quant à elles toujours attendre. ————— La façade de l'édifice incendié en février dernier sur la rue King Est est en train d'être complètement refaite.
  6. Deux plans du site. Vincent Boutin Vincent Boutin ————— La nouvelle murale* installée à l'UdeS en soutien à Raif Badawi est un très bel ajout (et une très belle prise de position). *Il s'agit d'un agrandissement d'une peinture. La murale de la SAQ progresse rapidement. On peut déjà y distinguer l'ancienne gare d'autobus (à gauche) et le défunt Marché Lansdowne (à droite). L'ancienne caisse de la rue Bowen commence à se regarnir progressivement. Voilà où en est l'agrandissement de la Résidence Murray, sur la rue du même nom. Remarquez sur la gauche Pierre Chapdelaine (propriétaire de la résidence), en pleine contemplation de son œuvre... ————— 5 juillet 2018 / Mis à jour à 17h02 Well Sud : L'appel de propositions est lancé JONATHAN CUSTEAU La Tribune C'est parti! Les promoteurs québécois peuvent déposer leur projet de revitalisation pour les terrains appartenant à la Ville de Sherbrooke dans le périmètre du Quartier Well Sud, au centre-ville. Plusieurs des critères rappellent ceux de la première mouture de Well inc. tout en ajoutant un volet de développement durable. Le concept choisi sera dévoilé au début de l'année 2019. En point de presse jeudi, le maire Steve Lussier et la présidente du comité de revitalisation du centre-ville, Chantal L'Espérance, ont dévoilé les paramètres de l'appel de propositions. Les promoteurs intéressés devront être du Québec et compter une expérience minimale de 15 ans dans la réalisation de projets. Ils devront prendre en charge la démolition des bâtiments existants. Dans les nouveaux immeubles, au moins 70 000 pieds carrés devront être réservés au Quartier général de l'entrepreneuriat. Les bâtiments devront compter une minimum de quatre étages et un maximum de dix étages. La superficie totale des immeubles devra être d'au moins 140 000 pieds carrés. Une place publique d'au moins 20 000 pieds carrés est aussi souhaitée. La Ville revient avec le concept de stationnement étagé. Celui-ci devrait idéalement compter plus de 650 cases publiques et l'accès devra se faire par les rues du Dépôt et Wellington Sud. L'appel de propositions ne précise pas le mode de gestion du stationnement, à savoir si la Ville rachètera les cases publiques ou si leur gestion sera confiée au privé. La Ville prévoit toujours investir environ 25 M$ dans le projet. Les propositions sont attendues d'ici le 8 novembre. La soumission choisie sera présentée au conseil municipal au début de l'année 2019. Une entente d'exclusivité sera signée avec le promoteur choisi pour la signature d'une entente six mois plus tard. On prévoit 18 mois de travaux à partir de la conclusion du pacte à l'été, pour une livraison au début de 2021. Les projets seront évalués sur leur caractère innovateur et distinctif, la garantie d'occupation des locaux, pour lesquels une mixité est souhaitée, l'échéancier de construction et les principes de développement durable et une certification LEED ou WELL Building Standard. [...] https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/well-sud--lappel-de-propositions-est-lance-94a65788323c578239e3361226e832fd
  7. À première vue, ça me semble un excellent projet pour ce site. 5 juillet 2018 Mis à jour à 6h16 Projet de 70 M$ au Mont-Sainte-Famille IMAGE FOURNIE JONATHAN CUSTEAU La Tribune EXCLUSIF / Le couvent des sœurs de la Sainte-Famille, véritable emblème sur la rue Galt Ouest, à l’embouchure du pont Jacques-Cartier, pourrait être vendu. Si le projet de 70 M$ des Services immobiliers First, baptisé Quartier Sainte-Famille, obtient l’aval des élus et de la population, ce sont entre 350 et 450 logements qui pourraient être construits sur le vaste terrain de plus de 100 000 mètres carrés au pied du mont Bellevue. La maison générale, qui vaut à elle seule plus de 10 M$, ne subirait pas de transformation majeure à l’extérieur et pourrait abriter un centre de données au sous-sol, des bureaux non structurants au rez-de-chaussée et des appartements aux étages. Des études sont en cours pour permettre d’y aménager des logements abordables. [...] Le projet complet prévoit l’ajout de 23 bâtiments dans lesquels se trouveront des logements et des commerces de proximité. Une piste multifonctionnelle reliant le stationnement du mont Bellevue, à la hauteur de la rue Lalemant, au campus de l’Université de Sherbrooke, par la rue du Montagnais, est aussi prévue, de même qu’une placette publique à l’intersection des rues Marie-Léonie et Galt Ouest. Il ne serait toutefois pas possible de pénétrer sur le campus en voiture à partir du nouveau quartier. Un long escalier relierait aussi la place publique à la maison générale. Une portion boisée de près de quatre hectares (39 000 m2) serait achetée par la Ville de Sherbrooke pour l’annexer au parc du Mont-Bellevue et assurer sa protection. « SM a évalué la valeur écologique du terrain. La portion à protéger a une valeur écologique élevée alors que la zone à développer a une valeur faible parce qu’elle est majoritairement gazonnée. Le premier souci était d’avoir un gain social du point de vue écologique. » [...] Séance d’information Les transactions sont conditionnelles à l’approbation du projet. Une rencontre d’information est prévue le 10 juillet à 19 h 30, à la maison générale du 1820, rue Galt Ouest, avant que les élus ne se prononcent sur le changement de zonage nécessaire à la concrétisation du Quartier Sainte-Famille. Le promoteur, les urbanistes de la Ville de Sherbrooke et des élus seront sur place pour répondre aux questions. « D’un point de vue urbanistique, on vient changer considérablement la rue Galt Ouest avec des trottoirs en banquette et des habitations. Il deviendra intéressant d’y marcher. Les bâtiments sur la placette seront destinés à des commerces de quartier. On se rapproche des grands campus habités. On crée un quartier qui desservira les citoyens de Sherbrooke qui voudront y habiter. » Il n’est donc pas question d’y bâtir des résidences pour étudiants. Avec les appartements, on vise d’ailleurs une mixité des locataires. Les bâtiments auraient un maximum de cinq étages et l’intégration architecturale serait réalisée par contraste plutôt que par imitation. Les maquettes montrent d’ailleurs des immeubles largement vitrés, parfois avec un rappel de la pierre utilisée lors de la construction du couvent. Le terrain est situé dans une zone régie par un plan d’implantation et d’intégration architecturale. Quartier vert Si les croquis ne permettent pas d’apercevoir de larges stationnements, c’est que la topographie du terrain sera mise à profit pour qu’ils soient camouflés de façon naturelle. Le stationnement sur rue et un stationnement souterrain seront disponibles pour l’accès aux commerces. Les promoteurs seraient prêts à amorcer la construction dès qu’ils recevraient l’aval du conseil municipal. Si les performances de location sont bonnes, les différentes phases se dérouleraient une à la suite de l’autre, sans interruption. « Selon nos études de marché, le site est qualifié de supérieur pour de l’habitation. Les prévisions d’absorption vont au-delà des performances que nous avons pu réaliser à Sherbrooke. Dès que les citoyens seront prêts, nous serons prêts. » Enfin, une étude est en cours pour valider la possibilité de créer un écoquartier avec des boucles de chaleur, à l’image de la Cité Verte à Québec. Le réseau électrique serait enfoui, des lampadaires décoratifs seraient installés et des arbres seraient plantés. [...] https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/projet-de-70-m-au-mont-sainte-famille-77ab371b19d8f002624cf38685f2da0d
  8. My first guess would have been some kind of site preparation works for the second phase of the Quartier Santé (click here for a brief overview of what it likely won't end up looking like), but if "the entire area" is being excavated, it must be related to the Pôle commercial régional the area is set to become (in red below) in order to fulfill Fleurimont's severe shortage of desolate swathes of bitumen and soulless department stores...
  9. D'autres rendus. Vincent Boutin Vincent Boutin ————— On apprenait aussi dans La Tribune de ce matin qu'un point de presse est prévu jeudi pour lancer l'appel de proposition du Quartier Well Sud. Le Quartier Well Sud sera lancé jeudi
  10. Merveilleux! 4 juillet 2018 | Mis à jour à 6h48 La Ville opte pour un pont « signature » sur Grandes-Fourches IMAGE FOURNIE PAR LA VILLE DE SHERBROOKE JONATHAN CUSTEAU La Tribune Le pont des Grandes-Fourches deviendra un point de repère unique en raison de ses haubans qui rappelleront un tipi. Les élus ont confirmé sur division (voir autre texte) mardi qu’ils optaient pour un concept architectural plus dispendieux (19,7 M$) mais plus soigné pour l’infrastructure à construire au centre-ville de Sherbrooke. Le concept retenu est celui intitulé « pont des Abénaquis » et soumis en 2016 par trois étudiants de l’Université Laval, Bernardo Baldisera, Joël Bertrand et Tiphaine Le Bellec. Le trio avait remporté un concours d’architecturalisation du nouveau pont organisé avec des finissants du baccalauréat en architecture de l’Université Laval. Le pont « signature » coûterait 5,4 M$ de plus qu’un pont architecturé sans haubans. Il constituerait toutefois un emblème qui rappellerait l’histoire de Sherbrooke. Les deux arcades représentent les colonies francophones et anglophones qui s’unissent pour bâtir la ville et évoquent un tipi, un symbole qui rappelle la présence des Abénaquis sur ce site. Ces arcades supportent le pont et évitent de construire une pile au centre de la rivière, lit-on dans le sommaire décisionnel présenté par la Ville de Sherbrooke. La rivière exempte d’obstacles pourrait permettre les explorations récréatives et touristiques du site. Les câbles, qui servent aussi à supporter le pont, rappelleront un capteur de rêves. Dans l’évaluation des coûts présentée aux élus, un pont standard avec pilier central coûterait 10,7 M$. Il faut ajouter 1,4 M$ pour un pont plus large qui prévoit la présence du transport actif. Un pont sans pilier central serait pour sa part évalué à 12,7 M$ ou 14,3 M$ si on ajoute le transport actif. Le pont à haubans coûterait 19,7 M$. En ajoutant les travaux urbains et d’urbanisation, l’ensemble de la relocalisation du pont des Grandes-Fourches, avec l’option retenue, coûterait 36,6 M$. Cette somme inclut l’acquisition de terrains, la déconstruction de trois structures existantes, l’aménagement du nouveau carrefour giratoire des rues Terrill et des Grandes-Fourches Nord, la construction de la nouvelle rue des Grandes-Fourches, l’aménagement d’un nouveau passage à niveau et le réaménagement de la rue Frontenac et du stationnement de la Grenouillère. Des dépenses supplémentaires pourraient survenir si la scène extérieure de la place Nikitotek est déplacée, si la bâtisse du Club de curling de Sherbrooke doit être modifiée ou si les utilités publiques sont enfouies. Dans une lettre d’intention, le vice-recteur aux études et aux affaires étudiantes de l’Université Laval, Robert Beauregard, confirme que l’institution ne demande aucune redevance financière pour le concept du pont « signature » et qu’en contrepartie, la Ville s’engage à reconnaître le travail des étudiants dans ses communications. L’échéancier prévoit une signature finale de l’entente avec le ministère des Transports en 2018, de même que la réalisation d’une étude du milieu aquatique et d’une étude archéologique. Le schéma d’aménagement devra être modifié et la Ville devra obtenir un certificat d’autorisation environnementale. Rappelons qu’une espèce menacée, le fouille-roche gris, est présent au confluent des rivières Magog et Saint-François. En 2019 serait lancé l’appel d’offres avant le début des travaux de construction du nouveau pont. Un plan d’aménagement des berges de la rivière Saint-François serait élaboré. Une consultation publique est prévue à cet effet. La fin des travaux de construction est attendue pour 2020. La contribution du gouvernement du Québec au déplacement du pont des Grandes-Fourches est de 26 M$. Le nouveau pont aurait une durée de vie de 75 ans. IMAGE FOURNIE PAR LA VILLE DE SHERBROOKE [...] https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/la-ville-opte-pour-un-pont--signature--sur-grandes-fourches-669bbb2ae8296208aed7c24b1bfee76d https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1110717/sherbrooke-aura-un-pont-signature-sur-grandes-fourches
  11. Voilà un projet de coopérative d'habitation qui devrait voir le jour au coin des rues André-Breton et Thomas-Evans, derrière la future Grande Place de l'Est (qui se résume pour l'instant à une rue asphaltée avec quelques lampadaires et trois arbres, dont un qui n'a pas passé l'hiver...). Ce n'est pas ça qui va rapprocher Jubinville et Associés d'un prix Pritzker, mais ça représente tout de même une énorme amélioration par rapport à son ignoble voisine, la Résidence Fleuri-Bois. Il est mentionné dans la grille d'analyse du projet que "deux autres projets de coopératives d'habitation sont prévus en bordure de la rue Thomas-Evans prochainement." https://www.ville.sherbrooke.qc.ca/fileadmin/fichiers/Juridiques/Agenda/Document_180618 cm.pdf ————— 22 juin 2018 Séminaire: feu vert au projet de 4 M$ pour la rénovation de la cour intérieure SÉBASTIEN LAJOIE La Tribune SHERBROOKE - Le Séminaire de Sherbrooke est à l'aube de l'un de ses plus importants projets de rénovation de son histoire plus que centenaire; d'ici quelques mois à peine, l'institution d'enseignement secondaire et collégial apportera des modifications majeures à sa cour intérieure et à son environnement immédiat afin de créer un espace de vie de qualité supérieure pour ses étudiants. Un projet réparti en cinq phases évalué à 4 millions de dollars. La machinerie est d'ailleurs déjà à l'oeuvre près de la rue Goodhue, où sera construit un stationnement d'une centaine de cases, protégé par une guérite de sécurité, pour les étudiants du Séminaire. La phase deux consistera à refaire le drainage de la cour intérieure et des alentours, afin que la phase 3 - l'aménagement d'un espace vert - et la phase quatre - la construction d'un terrain multifonctionnel à même l'actuelle cour intérieure - puissent être possibles. «Nous avons fait une demande de subventions au gouvernement du Québec, et on attend des réponses. La part du gouvernement s'établirait à 1 million. Mais nous allons de l'avant; les appels d'offres vont se succéder et on veut compléter les travaux pour 2019», a dit Caroline Champeau, rectrice et directrice générale au Séminaire de Sherbrooke. [...] La construction d'un terrain synthétique multisports, qui remplacerait l'actuel terrain naturel compris entre les rues Goodhue et Peel, sera la cinquième phase du projet. [...] Un projet qui s'échelonnera sur quelques années, dit Mme Champeau. [...] https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/seminaire-feu-vert-au-projet-de-4-m-pour-la-renovation-de-la-cour-interieure-a66354b489c75b20be1c3635000f5a6d Remarquez que le terrain est beaucoup moins vaste que dans le version précédente du projet, dans laquelle le stationnement était souterrain et qui impliquait la démolition de deux bâtiments sur Peel. https://www.latribune.ca/sports/le-seminaire-aura-enfin-son-terrain-synthetique-45ed16ab3507fd5427ffe01272e4b8b9
  12. La nouvelle caserne de Magog est en voie d'être fidèle au rendu. C'est plutôt un bel ajout pour le centre-ville, mais je trouve que la fenestration et la bande noire (dans le haut) de la tour clashent un peu avec le reste. Ça fait très "Magog." https://www.lerefletdulac.com/une-nouvelle-caserne-pour-2018-a-magog/ Beaucoup mieux qu'un beer garden... L'ilot Tourigny, sleek but bland.
  13. Ça sonne moins comme un nom de projet de revitalisation que comme le nom actuel du secteur, mais je crois que c'est assez stratégique de la part de la Ville, question de vraiment (donner l'impression de) repartir sur de nouvelles bases. J'aime bien le nouveau logo. 11 juin 2018 Well Sud, un projet de revitalisation qui se veut rassembleur SPECTRE MÉDIA, MAXIME PICARD CLAUDE PLANTE La Tribune Le projet Well Sud promet d’être plus rassembleur que l’ancien projet de revitalisation du centre-ville de Sherbrooke abandonné l’hiver dernier. Lundi avant-midi, la Ville a donné les grandes lignes de sa nouvelle approche pour la relance de la rue Wellington Sud. La conférence de presse rassemblait plusieurs intervenants du milieu. Un comité aviseur a été formé, il regroupe des élus, des citoyens, des représentants des organismes communautaires, des gens d’affaires, des milieux culturels et entrepreneurials. La présidence du comité a été confiée à la conseillère Chantale L’Espérance. Un appel de propositions pour la revitalisation sera lancé le 3 juillet. Rappelons que des pancartes portant l’inscription « Quartier Well Sud » ont été installées dans les fenêtres du bâtiment situé au 36, rue Wellington Sud. Le projet Well Inc. avait été proposé par un consortium privé incluant le Groupe Custeau, SherWeb et le Fonds de solidarité de la FTQ. Celui-ci comptait deux bâtiments permettant la création d’un village vertical, un stationnement à étages de 700 à 900 espaces et une place publique de 30 000 pieds carrés, entre autres. Ce projet, qui divisait les élus au conseil municipal et comportait une entente d’exclusivité entre Sherbrooke et le groupe d’investisseurs, a finalement été abandonné. https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/well-sud-un-projet-de-revitalisation-qui-se-veut-rassembleur-0e552d037e59fe21ef70b0142f8c65a6
  14. J'ai bien hâte de voir ça. Si le circuit des mosaïcultures est vraiment à la hauteur de ce que laissaient présager les esquisses, on pourra dire que la Division des parcs et espaces verts a sérieusement et subitement leveled up (c'en est presque à se demander où ils ont obtenu autant d'xp). ————— Voilà les autres plans et rendus du projet de CIMAISE | Atelier BIG CITY pour la salle intermédiaire. Il faut s'attendre à certains changements mineurs, le jury ayant fait certaines recommandations. On a malheureusement pas plus de détails sur ce qui est proposé comme modifications... Et voici les trois projets finalistes qui n'ont pas été retenus. Le projet le plus cool me semble celui qui a été choisi. https://www.ville.sherbrooke.qc.ca/fileadmin/fichiers/Juridiques/Agenda/Document_180604 cm.pdf
  15. Dans le cadre des travaux de restauration de la cathédrale Saint-Michel, une sculpture de Matthieu Binette vient tout juste d'être installée sur la nouvelle rampe d'accès. Ce n'est pas ça qui va attirer 5 millions de touristes à Sherbrooke, mais c'est un très bel ajout sur une structure qui aurait autrement été très banale. Pour ceux qui ne seraient pas particulièrement familiers avec l'artiste, c'est celui qui a fait les sculptures devant le OMG Burger et devant le VÜ. P.S. : c'est aussi un bel exemple de philanthropie, qu'on voit trop peu à Sherbrooke.