left919

Membre
  • Compteur de contenus

    12
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

12 Good

À propos de left919

  • Rang
    Junior Member

Personal Information

  • Biography
    moi
  • Location
    Québec
  • Intérêts
    Lecture
  • Occupation
    Professionnel de la santé
  1. left919

    Ville de Québec - les projets

    Le Hilton Québec fera peau neuve en 2020 GILBERT LEDUC Le Soleil Pendant cette importante cure de rajeunissement, l’établissement de 571 chambres et suites fermera ses portes. Compte tenu de la nature et de l’ampleur du chantier, l’hôtel du boulevard René-Lévesque sera inaccessible pendant une année complète. Du 1er janvier 2020 jusqu’à la fin du mois de décembre de la même année, a fait savoir le propriétaire des lieux, InnVest Hotels. Les 400 employés de l’établissement seront temporairement mis à pied. Ils ont appris la nouvelle mardi. Seuls les membres de la direction et l’équipe affectée aux ventes garderont le fort pendant la durée des travaux. Évidemment, les clients qui devaient se pointer au Hilton Québec quelque part en 2020 recevront un coup de fil au cours des prochains mois afin d’évaluer la possibilité de reporter leur présence à 2021 ou encore d’aller cogner à la porte d’un autre établissement. S’il reste encore de la place dans les autres hôtels de Québec évidemment. Un investissement record En ce qui a trait au montant de l’investissement pour retaper le Hilton Québec, c’est l’inconnu pour le moment. Le propriétaire s’accorde un peu de temps pour éplucher et évaluer les appels d’offres. «La transformation du Hilton Québec se traduira par l’un des plus importants investissements jamais réalisés au sein d’un même hôtel de l’histoire du Canada», avance InnVest Hotels dans un communiqué publié mardi en fin d’après-midi. Le portefeuille de cette société privée de la région de Toronto comprend pas moins de 80 hôtels exploités sous les marques de franchise reconnues internationalement comme Fairmont, Hilton, Hyatt, Marriott, Delta, Holiday Inn et Confort Inn. Pour les curieux, le Hilton Québec, avec ses 571 chambres, est le deuxième plus grand établissement hôtelier de Québec derrière le Château Frontenac qui compte 611 chambres. Tout y passera «Les rénovations qui seront faites visent l’aménagement extérieur du bâtiment, incluant les fenêtres, une mise à niveau des systèmes d’infrastructure de l’hôtel et la refonte complète des espaces intérieurs», énumère le communiqué de presse d’InnVest Hotels. Tout y passera: les chambres incluant les salles de bain, les salles de réunion, la salle de bal, le hall, les restaurants, le centre de remise en forme et la piscine située sur le toit de l’édifice. «Lorsque les travaux du Hilton Québec seront exécutés, son emplacement central, ses salles de conférence en hauteur et ses vues panoramiques définiront le nouveau standard à suivre», a indiqué le vice-président de la gestion des actifs chez InnVest Hotels, Nicholas Lakas. «Nous sommes très heureux d’investir dans des employés talentueux, un emploi de choix et des gens formidables», a-t-il ajouté. Pour la petite histoire, la célèbre famille Hilton avait vendu le Hilton Québec à InnVest Hotels en 2006. La transaction incluait quatre autres établissements au Canada et s’élevait à l’époque à 243 millions $. Même si Hilton n’est plus le propriétaire de l’immeuble du boulevard René-Lévesque, il a continué d’en assurer la gestion quotidienne des opérations. Au cours des dernières années, des rumeurs sont remontées à la surface à quelques reprises au sujet de la vente du Hilton Québec par InnVest Hotels à d’autres intérêts. Une source proche du dossier a laissé entendre au Soleil que l’investissement annoncé mardi par InnVest Hotels clouait le bec à ceux et à celles qui juraient que l’hôtel de Québec allait changer de propriétaire.
  2. left919

    Ville de Québec - les projets

    Échéancier prévu des travaux de réaménagement des axes Laurier, Hochelaga, route de l’Église et Lavigerie-des Châtelets en plus du réseau structurant et du projet Le Phare.
  3. left919

    Ville de Québec - les projets

    Prolongement du tramway vers le nord: «les plans sont faits» JEAN-FRANÇOIS NÉRON Le Soleil Le maire de Québec a confirmé, mardi, que les plans pour un prolongement du tramway jusqu’à la rue du Périgord à Charlesbourg sont prêts. Reste à savoir si le prochain gouvernement caquiste allongera les 75 millions $ supplémentaires requis pour s’y rendre. En septembre, Régis Labeaume confirmait avoir fait une demande au gouvernement du Québec, avant le déclenchement des élections, pour obtenir le financement nécessaire au prolongement de la ligne de tramway plus au nord à Charlesbourg. Initialement, il étudiait la possibilité d’un tracé plus long, d’au plus cinq kilomètres, jusqu’à la rue de la Faune. L’actuel tracé prévoit l’arrêt de la ligne à la hauteur de Louis-XIV pour respecter l’enveloppe de 3 milliards $ promise par Québec et Ottawa. L’objectif d’un prolongement, à la suite d’une suggestion d’une citoyenne lors des consultations publiques du printemps, est de mieux desservir la clientèle de la couronne nord de la ville, une critique qui revient souvent depuis l’annonce du projet de réseau de transport structurant le 16 mars. Mardi, lors du conseil municipal, M. Labeaume a expliqué que l’idée de se rendre à la Faune est séduisante, mais coûteuse et peu réalisable en raison de difficultés techniques comme des pentes trop prononcées, au-delà du 8 % que peut grimper avec efficacité le tramway. Pour le maire, il reste que le secteur de la rue du Périgord (près de Jean-Talon) demeure intéressant. «Il y a l’espace suffisant pour y construire un garage d’entretien en fin de ligne et un stationnement incitatif.» Son administration compte bien présenter ce projet au prochain gouvernement caquiste. Si l’équipe Legault refusait, M. Labeaume explique que le plan initial du boulevard Louis-XIV est toujours sur la table.
  4. left919

    Ville de Québec - les projets

    Le promoteur immobilier Cominar dit songer à construire une nouvelle tour sur la colline parlementaire à Québec, à deux pas de l’hôtel Delta sur le boulevard René-Lévesque. «Tout est sur la table. On est à évaluer ces possibilités», a confirmé jeudi au Journal la porte-parole de Cominar, Caroline Lacroix. Cominar a officialisé jeudi une transaction de 36 millions $ avec le bras immobilier de la Caisse de dépôt, Ivanhoé Cambridge. Cominar détient maintenant 100 % de Place Haute-Ville, située au 654, René-Lévesque Est. Cominar ne cache pas que le secteur de la colline Parlementaire est très attrayant, alors que le Programme particulier d’urbanisme (PPU) permet aux promoteurs la construction en hauteur à partir de certains immeubles existants. Une vingtaine d’étages de plus Dans le cas du 654, René-Lévesque Est, Cominar pourrait ajouter facilement une vingtaine d’étages au basilaire actuel de cinq étages. L’immeuble adjacent à la Place Haute-Ville, l’hôtel Delta, compte 31 étages, alors que l’hôtel Hilton détient 24 étages. L’immeuble Marie-Guyart, situé en face de Place Haute-Ville, compte 31 étages. Cominar est d’avis que la colline Parlementaire sera appelée à changer radicalement de visage avec le projet de transport structurant mené par le maire de Québec, Régis Labeaume. Dans ce secteur, les rames de tramway qui seront propulsées à l’électricité seront souterraines et passeront sous le boulevard René-Lévesque. «C’est un secteur qui nous intéresse. Le tramway passera dans ce secteur près de Place Haute-Ville», a fait valoir la porte-parole de Cominar. Selon le projet présenté par la Ville de Québec en mars dernier, des stations souterraines pour le tramway seront construites à place D’Youville, sur la colline Parlementaire et au Grand Théâtre. Le tracé du tramway de Québec passera à proximité de nombreux immeubles détenus par Cominar. Sur le boulevard Laurier, Cominar possède notamment le complexe Jules-Dallaire et le centre commercial Place de la Cité. La ligne du tramway aboutira dans l’ouest de la ville (secteur Le Gendre) où Cominar est en train de développer un pôle commercial de 300 millions $ avec comme tête d’affiche le magasin-entrepôt IKEA. Croissance organique Après avoir réduit la taille de son actif de plus d’un milliard $ au cours de la dernière année, Cominar dit dorénavant évaluer ses projets immobiliers sous l’angle de la croissance organique. https://www.tvanouvelles.ca/2018/09/27/une-nouvelle-tour-sur-la-colline-parlementaire-a-quebec
  5. left919

    Humaniti - 39 étages

  6. left919

    Ville de Québec - les projets

    Le RTC desservira l’aéroport de Québec en 2019 https://www.lesoleil.com/actualite/le-rtc-desservira-laeroport-de-quebec-en-2019-f9f70f738131eebd7e8c24c3683a737b Il sera possible de quitter l’aéroport de Québec autrement qu’en taxi ou par ses propres moyens à partir du printemps 2019. Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) a annoncé un an à l’avance son intention d’y affecter un parcours régulier d’autobus. Le parcours 6 circulera aux 30 minutes, du matin au soir, en suivant la route de l’Aéroport, l’autoroute Duplessis, puis l’axe boulevard Laurier/Grande-Allée jusqu’au Vieux-Québec. Une connexion directe sera offerte avec les Métrobus 800, 801 et 804 qui vont jusqu’à Beauport, Charlesbourg et Loretteville. Les bus devraient circuler de 5h ou 6h le matin jusqu’à minuit environ, mais l’amplitude reste à confirmer. Cela fait des années qu’un service de transport en commun est réclamé à l’aéroport international Jean-Lesage. Le président du RTC, Rémy Normand, a bien insisté sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une navette, mais d’un parcours régulier qui sera utile autant aux citoyens de Québec qu’aux voyageurs. Il s’est dit convaincu du «potentiel intéressant» de la nouvelle offre et est déjà prêt à la bonifier en cas de succès. C’est pour cette raison que le transporteur public absorbe complètement la facture. L’ajout n’est pas encore chiffré, mais on sait déjà qu’il sera financé à même des gains de productivité. Tarif régulier Pour embarquer à bord, les usagers débourseront le prix d’un billet régulier, soit 3,50 $ en argent comptant ou 2,95 $ sur une carte prépayée. Ils devront embarquer eux-mêmes leurs bagages et les retenir pendant le trajet. Plusieurs des grands générateurs de déplacement de Québec auront éventuellement un lien direct avec l’aéroport, s’est réjoui M. Normand. Nombre d’hôtels, l’Université Laval, les centres commerciaux du pôle Laurier, le centre des congrès et la colline parlementaire seront notamment sur la route du 6. Les employés de l’aéroport et des commerces du secteur Duplessis verront aussi leurs déplacements facilités. Le RTC a choisi de présenter le service un an avant qu’il ne soit accessible. M. Normand a justifié ainsi sa hâte : «Quand on est prêts à annoncer des choses, qu’on peut prendre l’engagement, on le fait.» Il reste toutefois quelques ficelles à attacher, notamment l’aménagement de l’arrêt de bus devant le terminal aéroportuaire et l’arrimage aux autres parcours. Il faut aussi déterminer où les autobus finiront leur course au centre-ville et prévoir l’endroit où ils vont tourner. On sait toutefois qu’environ 45 minutes seront nécessaires pour aller d’une extrémité à l’autre à l’heure de pointe. Le directeur général Alain Mercier a également indiqué qu’il fallait attendre la livraison de nouveaux autobus qui débutera à l’automne. Le service sera assuré par des véhicules standards et non les nouveaux midibus. Le parcours 6 circulera aux 30 minutes, du matin au soir, en suivant la route de l’Aéroport, l’autoroute Duplessis, puis l’axe boulevard Laurier/Grande Allée jusqu’au Vieux-Québec. FOURNIE PAR LE RTC Une «bonne nouvelle» André Roy, directeur de l’Office du tourisme de Québec et président du comité sur l’accessibilité aérienne, était dans les bureaux du RTC pour applaudir. «C’est une très bonne nouvelle pour nos touristes à qui on offre un second choix, pas seulement le taxi, mais maintenant un réseau de transport abordable avec des horaires fréquents», a-t-il réagi. «Le visiteur, quand il débarque de l’avion à l’aéroport, de se rendre au centre-ville, c’est déjà le début de son expérience et l’annonce de ce matin va améliorer cette expérience-là.» Le président et chef de la direction de l’aéroport, Gaëtan Gagné, qui a toujours refusé de payer pour une navette, a salué le travail du RTC. «C’est très bon pour l’industrie touristique, très bon pour l’image et très bon pour nos employés», a-t-il résumé. Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables, qui représente les usagers du transport collectif, n’avait aussi que des bons mots. «C’est mieux qu’une navette. On a vraiment un parcours régulier donc ça va avoir des bénéfices pour plusieurs usagers», a-t-il commenté. «On va accueillir de façon convenable les touristes qui viennent ici dépenser beaucoup d’argent», a-t-il ajouté.
  7. left919

    Ville de Québec - les projets

    Très belle photo de la bibliothèque Monique-Corriveau Crédit: http://www.stephanegroleau.com/
  8. left919

    Ville de Québec - les projets

    Et bien non, je suis dans le domaine de la santé! Mais tout comme toi, c'est une de mes passions. Je sais pas trop pour les suites de la colline mais pour l'UL tu peux visiter ce site, il y a diverses propositions de projets dont l'Avenue du Séminaire. https://www.cameo.ulaval.ca/cms/site/cameo/page109062.html
  9. left919

    Ville de Québec - les projets

    Moi aussi! En plus, le réaménagement l'an prochain de l'avenue du sémiaire donnera une allure rejeunie dans le coin en donnant d'une nouvelle entrée prestigieuse a l'UL. Maintenant Projeté
  10. left919

    Ville de Québec - les projets

    Nouvelle affiche face a l'ancien A&W devant l'entrée ''avenue du séminaire'' de l'UL pour un projet de condo, il était temps! Plus de détails a venir
  11. left919

    Ville de Québec - les projets

    Autre rendu pour ce projet
  12. left919

    Tour SSQ (Longueuil) - 12 étages

    Ville de Longueuil Longueuil, Jeudi 12 septembre, 2013. La Ville de Longueuil est heureuse d’annoncer le projet de construction d’un immeuble de bureaux de 65 M$ de SSQ Groupe financier à la place Charles-Le Moyne. La mise en chantier de ce projet contribuera de façon importante à la mise en valeur de ce secteur clé de Longueuil. La Tour SSQ sera de plus le premier complexe de bureaux de tout le territoire de la Ville de Longueuil à recevoir une certification LEED. Sa conception répondra à un ensemble de critères de performance énergétique de haut niveau. Des économies d’énergie substantielles seront notamment générées par les systèmes mécaniques. « La mise en valeur de la place Charles-Le Moyne entre dans une nouvelle phase. Le processus de revitalisation dans lequel ce pôle économique majeur de Longueuil est entré en fera un lieu à l’échelle humaine, convivial et axé sur le développement durable. Les transports actifs et collectifs façonneront le développement des villes dans les années à venir et assureront le dynamisme de notre économie. C’est pourquoi nous leur accordons la priorité dans la mise en valeur de la place Charles-Le Moyne », a expliqué Caroline St-Hilaire, mairesse de Longueuil. D’une signature architecturale distinctive, cet immeuble de 12 étages se démarquera autant sur le plan de l’urbanisme que du développement durable. Son rez-de-chaussée réservera de l’espace pour de nombreux commerces et sera doté de larges vitrines. L’espace public ouvert et lumineux ainsi créé rehaussera l’attrait du débarcadère des usagers de la station de métro Longueuil–Université-de-Sherbrooke. La silhouette élancée de l’édifice permettra aussi une excellente luminosité naturelle des espaces de travail, tandis que les toitures vertes et blanches contribueront à réduire les effets associés aux îlots de chaleur. Le début des travaux de construction de l’édifice de SSQ Groupe financier est prévu pour février 2014. Il accueillera certains employés du groupe ainsi que des locataires dès la fin du chantier, en 2016. La Tour SSQ abritera un stationnement souterrain de plus de 250 cases sur deux niveaux afin de maximiser l’espace disponible sur le site. Des supports à vélos ainsi que des douches pour les cyclistes y seront aménagés pour favoriser les modes de transport actifs. http://www.longueuil.ca/fr/node/32622