ScarletCoral

Membre
  • Compteur de contenus

    3 727
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    12

ScarletCoral a gagné pour la dernière fois le 27 juin

ScarletCoral a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 350 Excellent

2 abonnés

À propos de ScarletCoral

  • Rang
    Griffintown Goddess 😉

Personal Information

  • Biography
    Chinoise à l'extérieur, mais 200% Montréalaise à l'intérieur ;)
  • Location
    Montreal
  • Intérêts
    Voyages autour du monde
  • Occupation
    Architecte d'entreprise (l'autre sorte d'architecte ;))

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Au 15-18, il y avait une entrevue avec un des créateurs de la page FB Mouvement/Rally Train Deux-Montagnes et une dame des relations publiques d'EXO. https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/segments/entrevue/80124/train-deux-montagnes-mascouche-exo
  2. ScarletCoral

    Le Duke - 25 étages

    Finalement, l'équipement semble être pour des travaux sur la rue King.
  3. ScarletCoral

    Le Duke - 25 étages

    Livraison de morceaux de grue pour le Duke? Les camions attendaient sur William entre les rues Soeurs-Grises et King
  4. ScarletCoral

    1999 rue William (ancienne usine Thermetco) - 8 étages

    Dans la Voix Pop http://journalmetro.com/local/sud-ouest/actualites/1675091/nouveau-projet-residentiel-a-griffintown/ un autre projet de Mondev 16/07/2018 Mise à jour : 16 juillet 2018 | 16:06 Nouveau projet résidentiel à Griffintown Par Justine Gravel Un nouvel immeuble à condos verra bientôt le jour sur la rue William dans Griffintown, à l’endroit de l’usine spécialisée en traitement métallurgique Thermetco, qui a dû déménager en raison de problèmes de covoisinage. Sur un total de 153 unités, une quinzaine de logements seront destinés aux familles, une statistique qui fait sourciller certains résidents du quartier. Pour Étienne Le Nigen, qui habite Griffintown depuis plus de dix ans, il y a un très gros déséquilibre dans le quartier en ce qui a trait aux logements familiaux. «Évidemment, pour les promoteurs, ce qui est le plus payant ce sont les studios et les unités à une chambre», croit le père d’une petite fille. Il déplore que seulement 10% des logements du projet immobilier de huit étages de Mondev aient trois chambres ou plus. «Je me serais attendu à un pourcentage plus élevé, comme 15 ou 20%. Je me souviens pourtant que Projet Montréal s’était engagé à attirer les familles à Montréal», ajoute M. Le Nigen. Le parti politique municipal avait effectivement promis lors de sa campagne électorale à l’automne d’imposer aux promoteurs la construction de 20% de logements familiaux dans tous les nouveaux projets d’envergure, soit de 40 unités et plus. Or, aucune législation à cet effet n’a encore été adoptée, mais la Ville de Montréal travaille actuellement sur un règlement concernant l’offre de logements sociaux, abordables et familiaux afin de répondre aux besoins des Montréalais. Marché «Présentement, l’inclusion de logements pour les familles se fait au cas par cas sur la base de négociations avec les promoteurs, indique la chargée de communications à l’arrondissement, Denise Paré. Dans le Sud-Ouest, c’est pour une question d’équité envers tous les promoteurs que nous avons établi à 10% la demande d’inclusion.» Cette proportion de logements familiaux est suffisante pour le marché, selon le partenaire principal chez Mondev, Michael Owen. «C’est amplement pour un projet de ce genre, c’est la réalité du marché. Il y a une demande pour des logements de trois chambres, mais elle n’est pas aussi forte que pour le reste», explique-t-il. Ce dernier n’est toutefois pas fermé à l’idée d’ajouter des logements familiaux, comme les plans de l’intérieur de la bâtisse ne sont pas officialisés. Mme Paré précise que l’une des plus grandes coopératives d’habitation pour familles est maintenant à Griffintown. Elle compte près de 180 logements dont la majorité a de trois à cinq chambres à coucher. «Une deuxième phase de ce projet devrait voir le jour dans quelques années ce qui représentera une offre importante dans le quartier», ajoute-t-elle. Cependant, contrairement aux condos, il est impossible d’être propriétaire d’une unité de coopérative d’habitation. Les résidents louent leur logement, mais possèdent l’immeuble collectivement. École L’exode des familles de Griffintown s’explique davantage par l’absence d’établissements scolaires que par le manque de logements de trois chambres et plus, selon l’arrondissement du Sud-Ouest. Lors de l’assemblée publique du 20 juin au sujet du futur immeuble à condos, une résidente du quartier, Suzanne Lahaie, a d’ailleurs questionné la croissance fulgurante de l’immobilier dans le quartier alors qu’aucune école n’est envisagée. Or, comme le terrain n’appartient pas à la Commission scolaire de Montréal (CSDM), il est impossible de l’utiliser à des fins scolaires. «La CSDM évalue présentement différentes options pour répondre à la demande», ajoute Mme Paré. L’expropriation de ce terrain afin de permettre la construction d’une école est toutefois exclue des options. Projets immobiliers % de logements familiaux Charlotte 6% GH Griffintown 0% W Griffintown 0% Lowney 9 8% Lowney 10 10% Lowney sur ville 3 0% Lowney sur ville 4 0% Yoo 7%
  5. ScarletCoral

    620 Saint Paul Ouest - 6 étages

    Étonnant que ce ne soit pas arrivé plus tôt!
  6. ScarletCoral

    Actualités du Plateau

    Il existe maintenant de multiples solutions de « stationnement intelligent » qui indique les places disponibles. Les senseurs peuvent être installés dans la chaussée ou sur un poteau/lampadaire. Stationnement Montréal pourrait intégrer les données dans son appli pour indiquer les places libres à proximité.
  7. ScarletCoral

    Bassins du Havre, Quai 4 - 21 étages

    C'était quoi cette fumée noire? Je l'ai vu de chez moi aussi et j'ai entendu les sirènes des camions de pompier
  8. ScarletCoral

    Parc de l'îlot Saint-Thomas

    Exact Exemples sur les maquettes http://www.lapresse.ca/maison/cour-et-jardin/cour/201208/27/01-4568471-ruisseau-sec-le-charme-des-galets.php « Ruisseau sec, jardin de pluie... vous connaissez ces aménagements écologiques? Le concept: capter les eaux pluviales au plus bas du terrain, dans un lit de pierres ou de plantes. L'eau percole le sol sur place, au lieu de ruisseler dans les infrastructures municipales. On y gagne un terrain bien drainé, des aqueducs décongestionnés, moins de polluants rejetés dans les cours d'eau et un élément intéressant dans le paysage! »
  9. Au coin de William et Nazareth, il y a un gros X rouge sur la pancarte « Nazareth » et, juste au dessus, il y a la pancarte « Robert-Bourassa »
  10. ScarletCoral

    Caisse Desjardins mobile

    Oui ça fait plusieurs années qu'elle existe! Il me semble qu'elle a été inaugurée quand je travaillais chez Desjardins
  11. Portion Nord Mais pas de fil au dessus du canal Mais puisque les travaux incluent la démolition de la rampe Brennan qui est au nord, on peut en discuter dans l'autre fil Aussi, ce sont des travaux de la Ville de Montréal qui est propiétaire de la portion Nord. La portion Sud de l'autoroute appartient au gouvernement fédéral
  12. ScarletCoral

    Campus MIL

    https://www.ledevoir.com/societe/education/532328/la-biologie-pour-redonner-vie-a-un-quartier Photo: Valérian Mazataud Le Devoir L’immense terrain a été mis à la disposition des citoyens pour leur permettre de mieux tolérer les inconvénients d’un grand chantier. La biologie pour redonner vie à un quartier Marco Fortier 13 juillet 2018 Cette surface grande comme deux terrains de football, au coeur de Montréal, est devenue un jardin collectif, un marché de légumes bio, un rucher, une pouponnière d’arbres, un cinéma en plein air et un lieu de spectacles et de réflexion sur la vie en ville. Près de 200 personnes font vivre cette place hors de l’ordinaire qui foisonne d’abeilles, d’insectes et d’une centaine de variétés de plantes. D’étranges bâtiments, formés d’une douzaine de conteneurs, ont poussé sur les lieux. Une pyramide en bois sert à la fois de gradins pour les spectacles et de point de rencontre à l’abri du soleil. Un café-bar offre boissons et collations. Ce jardin hors de l’ordinaire prend forme sur une parcelle du futur campus des sciences de l’Université de Montréal (UdeM), sur le site de l’ancienne gare de triage du Canadien Pacifique à Outremont. Le chantier de 350 millions de dollars transforme complètement les environs. Ce qui était un immense terrain vague depuis la fermeture des installations ferroviaires devient un quartier universitaire qui accueillera l’an prochain 2500 personnes — étudiants, professeurs et autres employés. L’UdeM a créé ce jardin collectif pour aider à faire accepter le chantier par les voisins. L’ouverture du futur campus, prévue à l’automne 2019, soulève des inquiétudes dans Parc-Extension, le quartier adjacent. Les résidents craignent une hausse des loyers avec l’arrivée prochaine de tout ce beau monde. Et le chantier cause bien des désagréments. « C’est pour ça que je suis là, pour tendre la main aux gens et pour prendre le pouls du quartier », dit Alexandre Beaudoin. L’UdeM a confié à ce biologiste de 33 ans, à la longue crinière tressée, le mandat de faire fleurir cette parcelle du futur campus. Photo: Valérian Mazataud Le DevoirLe biologiste Alexandre Beaudoin « Un chantier, c’est une nuisance. Il y a de la poussière et du bruit, ce n’est vraiment pas agréable pour les voisins du site. Les gens voyaient le chantier d’un mauvais oeil, mais là, ils viennent jardiner et transforment le lieu en fonction de leurs besoins », dit Alexandre Beaudoin, qui est conseiller en biodiversité à l’Unité de développement durable de l’UdeM. « Il y a de l’amour qui se dégage du site. Les gens s’approprient le lieu », ajoute-t-il en nous faisant visiter ce vaste terrain (que l’Université a fait décontaminer) situé au carrefour de Parc-Extension, Outremont et Rosemont–La Petite-Patrie. Improvisation Alexandre Beaudoin a l’âme d’un travailleur communautaire. Il aime les gens. Il a un bon réseau de contacts. Il est aussi décrit comme une machine à idées. Mais son angle d’approche, c’est la biologie. C’est ce qui est fascinant : son but est de « créer un écosystème ». Il le dit comme ça. Il met la biologie au service non seulement des abeilles et des lapins, mais aussi des êtres humains. « L’agriculture urbaine est un outil. La finalité, c’est de bâtir cet écosystème-là. Comment on le réalise, c’est à travers la mobilisation des gens pour le jardin. L’Université a créé un mécanisme pour que les gens se sentent à l’aise de s’approprier le lieu », explique-t-il. Ce projet prend forme au gré de l’inspiration des bénévoles qui viennent mettre leur grain de sel. La surface cultivée a doublé depuis trois ans. Au début, le terrain était inondé. Alexandre Beaudoin a ensemencé des poissons rouges. De grands hérons sont venus pêcher. Des pluviers kildirs se sont ajoutés. Des lapins viennent faire leur tour. Les dix-sept ruches produisent des kilos de miel. La Société pour le verdissement de Montréal (SOVERDI) a planté 10 000 arbres destinés à grandir pour aller enjoliver la ville. Une plantation de houblon sert à produire une bière locale — « on est sur un campus, après tout » ! On trouve aussi de la camomille, des fines herbes, des légumes. Une étudiante spécialisée dans le Grand Nord a rapporté des plantes adaptées au froid, qui tentent de survivre à la canicule. Un conteneur tempéré héberge un insectarium. Lieu de rendez-vous Conférences sur l’urbanisme et l’architecture, cinéma en plein air, ateliers d’agriculture urbaine, arts visuels, prestations musicales… Le campus MIL — c’est son nom — est devenu un lieu de rendez-vous. De partage. De rassemblement. C’est une sorte d’expérience sociale : les résidents se mobilisent pour améliorer leur quartier si les institutions leur en donnent la possibilité. L’endroit est conçu pour une occupation éphémère. En théorie, un bâtiment de l’UdeM doit pousser ici dans les prochaines années. Mais une mobilisation prend place pour que le jardin collectif devienne permanent, explique Alexandre Beaudoin. Les résidents et les entreprises du coin, en tout cas, prennent possession des lieux. Le restaurant Manitoba, une des bonnes tables du quartier, s’approvisionne en partie ici. Des groupes communautaires du coin nourrissent les plus démunis. C’est ce qui arrive quand la biologie se met au service d’un quartier.
  13. ScarletCoral

    Actualités du Plateau

    La peinture jaune dans le Sud-Ouest n'est pas toujours respectée! La Ville se fait plein de $$ en contravention de stationnement illégal Les saillies de trottoirs verdies sont beaucoup plus agréables
  14. ScarletCoral

    Actualités du Plateau

    Radio-Can a recueilli les commentaires des gens qui sont pour et contre les mesures du maire Ferrandez concernant la circulation de transit dans le Plateau