MontréalMartin

Membre
  • Compteur de contenus

    568
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

43 Excellent

1 abonné

À propos de MontréalMartin

  • Rang
    Mtlurb Master

Personal Information

  • Biography
    De Montréal.
  • Location
    À Montréal
  • Intérêts
    Montréal
  • Occupation
    retraité
  1. Sur cette photo de 1984, on montre le cinéma Palace et à gauche on peut voir la façade qui était en place avant celle aux néons et superwomen.
  2. Avec éclairage du soir
  3. L'édifice qui se dresse derrière l'enseigne du club Super Sexe date de 1912. En 1912 le Théâtre Colonial est le premier occupant des lieux. Photo 1915. À partir de 1932 c'est le Cinéma de Paris qui prend la place. Photo 1948. Puis en 1979 c'est le Super Club qui ouvre. Photo 2012
  4. ville-marie

    http://www.journaldemontreal.com/2017/05/02/un-nouveau-restaurant-ouvre-ses-portes-dans-un-ancien-club-prive-datant-de-1880 Un nouveau restaurant ouvre ses portes dans un manoir datant de 1880 3,6K Un nouveau restaurant ouvre ses portes dans un manoir datant de 1880 PHOTO COURTOISIE / CINDY LA VANESSA DE MONTIGNY Mardi, 2 mai 2017 09:53 MISE à JOUR Mardi, 2 mai 2017 10:06 La construction de la maison Mount Stephen, en plein centre-ville de Montréal, rue Drummond, a débuté en 1880 et s’est terminée en 1883. La résidence, qui était à l’époque celle de George Stephen, 1er baron Mount Stephen, et de son épouse Annie Charlotte Kane, s’inscrivait à 600 000 $. Une somme considérable pour l’époque. De 1927 à 2011, la maison bourgeoise a accueilli le Club Mount Stephen, un gentlemen’s club réservé à l’élite locale et internationale. Depuis 2012, l’idée d’en faire un hôtel fait son chemin. Le projet nécessite la construction d'une annexe plus moderne à l’arrière de l’établissement qui compte 90 chambres. La partie historique du manoir a quant à elle été recyclée en un restaurant, le Bar George. Le journaldemontreal.com a eu la chance de s’entretenir avec celui qui tient les rênes des cuisines, le réputé chef Anthony Walsh, et son acolyte Kevin Ramasawmy, avant que l’endroit n’ouvre ses portes officiellement. Un nouveau restaurant ouvre ses portes dans un manoir datant de 1880 PHOTO PAR CINDY LA L’idée derrière le Bar George... «Nous avions envie de rendre l’endroit accessible, que les gens soient à l’aise. Vous n’avez pas besoin d’être membre, contrairement aux années précédentes, où le club était réservé à l’élite», explique Kevin Ramasawmy. «Nous allons utiliser toute la richesse que le terroir québécois peut offrir en rendant hommage à l’histoire de l’endroit et aux origines britanniques de George Stephen. C’est un héritage qui devrait être célébré», ajoute Anthony Walsh. La cuisine d’avant-garde inspirée des îles britanniques présentera des classiques revisités, comme les œufs au four à l’écossaise (9 $), le poisson fumé et crumpet (16 $) et le pâté à la joue de veau et aux rognons (35 $). Derrière le bar, on retrouve les mixologues Maxime Boivin et Drahos Chytry, qui ont créé des cocktails inspirés du décor montréalais et du vécu de l’endroit, comme le Golden Square Mile Sour (13 $) et le Boulevardier du Baron (14 $). La carte des vins, quant à elle, n’est pas épeurante. Elle inclut beaucoup de vins abordables et de mousseux, ainsi que quelques bouteilles de champagne. Il y aura également une gamme de (très) bons whiskies, de gins, de xérès et de portos. Comme c’est le restaurant de l’hôtel Mount Stephen, les déjeuners, les dîners, les soupers, les hors-d’œuvre de fin de soirée et les brunchs du week-end seront servis. Un nouveau restaurant ouvre ses portes dans un manoir datant de 1880 PHOTO PAR CINDY LA De grosses pointures en cuisine Comme la cuisine est en service sept jours sur sept, la brigade compte une vingtaine de membres. «Oliver & Bonacini ne serait pas ce que c’est si nous ne prenions pas soin de nos employés. Nous voulons leur donner l’opportunité de grandir avec nous», mentionne Anthony Walsh. Originaire de Montréal, Anthony a passé les 20 dernières années à la barre des restaurants de la chaîne O&B comme Canoe, l’Auberge du Pommier ou le Leña. Il se passionne pour la cuisine depuis l'enfance, lorsque sa mère lui a appris à cuisiner. Il a reçu des critiques plus qu’élogieuses tout au long de sa carrière, a été nommé chef cuisinier de l’année par le magazine Foodservice & Hospitality et personnalité influente par le magazine Toronto Life. Kevin Ramasawmy est quant à lui originaire de l’île Maurice et est le fils d'un directeur d’hôtel. Il a donc grandi dans le domaine de l’hôtellerie et de la cuisine. Il a autrefois été chef aux restaurants réputés Maison Boulud et Daniel. Un nouveau restaurant ouvre ses portes dans un manoir datant de 1880 PHOTO PAR CINDY LA Un air britannique en plein cœur de Montréal Metaphore Design est à l’origine de la réinvention de l’espace pour que le charme nostalgique de la demeure se marie parfaitement à un décor un peu plus moderne. Nous n’avons aucune difficulté à nous imaginer le mode de vie et l’opulence de l’élite d’autrefois en observant les hauts plafonds, les boiseries détaillées et le foyer imposant, tous des éléments du bâtiment original. Le Bar George propose également quatre salles à manger nichées à l’étage, dans les anciens appartements du manoir. Si vous désirez y organiser un événement d’envergure, l’hôtel dispose également de plusieurs salles de bal, de salles de conférence et d’espaces extérieurs pouvant accueillir jusqu’à 500 personnes. Pour en savoir plus sur le restaurant Bar George, consultez sa page Facebook et son site web. Bar George / Hôtel Le Mount Stephen 1440, rue Drummond, Montréal Ouverture officielle: le 2 mai 2017
  5. ville-marie

    À l'exception de la lingerie, tous les projets d'agrandissement présentés sur les plans de 1990 ont été réalisés et ont connu le succès. Le resto Le Club Sandwich n'a pas désempli pendant plus de 15 ans. La rallonge au club la Track fut un succès énorme, avec sa passerelle, sa piste de danse remplie et ses cages à danseurs. Le cabaret a fonctionné lentement, mais connaissait quand même des soirées fort achalandées. L'hôtel aussi était bien fréquenté. Les terrasses à l'arrière, avec l'ancien terrain de la ruelle ont déjà été bondés de monde. Même le nouvel ajout suite à l'incendie de l'édifice au coin d'Alexandre-de-Sève a connu plusieurs été de terrasses remplies. Ce qui a influencé le déclin à mon avis c'est d'abord la faible qualité des travaux de rénovation sur des bâtiments très ancien (la beauté n'a pas duré), et surtout le changement majeur des habitudes de la clientèle après les années sida et l'arrivée des nouvelles technologies de communication. La ''cruise'' est sortie des bars pour se retrouver sur les écrans d'ordi.
  6. ville-marie

    Quelle aberration que ces fils de tramway, une véritable horreur. Et dire qu'il y en a qui veulent les ramener à Montréal !
  7. ville-marie

    Quand je vous disait que le journaliste était en dehors de la track avec son bar ''La Piste''. Le Complexe Bourbon était à l'origine appelé Complexe La Track car c'est autour de ce bar que s'est développé les autres commerces, comme le restaurant ''Le Club Sandwich'', puis l'Hôtel Bourbon, etc. À La Track, au jour de l'an 1991, les clients recevaient un document pour annoncer les divers agrandissements à venir. Voici de quoi il s'agit :
  8. Il existe des références à ce sujet depuis au moins 1988. Une carte avec les vues à conserver vers le mont Royal.
  9. Ça reste quand même '' En plein centre d'un boulevard Urbain '' .
  10. C'est ce qui fait la différence entre un senior et un master
  11. Eh bien si, si, si ,si http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/741667/montreal-deversement-st-laurent-eaux-usees
  12. Eh bien si, si, si ,si http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/741667/montreal-deversement-st-laurent-eaux-usees
  13. C'est la fameuse chute à neige je crois !
  14. ville-marie

    Voilà ! Je seconde entièrement. C'est bien dit et très à-propos dans le cas de Montréal. Merci !