Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation le 2018-10-04 dans toutes les zones

  1. 3 points
    La Cité du Havre est une zone immense créée par le remplissage du fleuve devant la vieille ville. Cet ancien ''barrage'' de terre a été construit pour bloquer les glaces du fleuve qui s'accumulait dans le vieux port au printemps. La bande de terre a été élargie et aménagée principalement pour l'Expo 67. Il n'y a qu'une toute petite partie des projets d'origine qui ont été construit finalement (Habitat 67) . Toute la pointe de terre à l'est de l'autoroute Bonaventure, entre le fleuve St-Laurent et le bassin Bickerdike s'appelle depuis cette époque la ''Cité du Havre''. La jetée en 1965. plan de la Cité du Havre Expo 67. Vue sur la Cité du Havre 2017.
  2. Ce message ne peut pas être affiché car il se situe dans un forum nécessitant d’avoir posté au moins 25 messages pour y accéder.
  3. 2 points
    It is not public info yet but something will be announced soon for the cite-du-havre site. Unfortunately, there is no way this can be built along that area. The money is already budgeted and allocated and I am working with the engineering firm to complete the study. It sucks because the development is nothing nice at all!
  4. 2 points
    Airbnb simplement d'un point de vu de consommateur et de mon porte-feuille est super attrayant, mais comme montréalais ses effets sont assez préoccupants. Airbnb n'est pas la source de tout les maux à l’accessibilité au logement et de salubrité, mais la plateforme n'est pas bénigne non plus et j'apprécie les tentatives visant à mieux la cadrer selon le contexte. Chaque ville à sa réalité propre, Montréal n'est pas Ouagadougou ni Reykjavik. Alors que Uber fait du sens ici, nous n'avons pas grand avantage à trop normaliser Airbnb à Montréal. Le parc hôtelier est de bonne qualité et nous n'avons pas de pénurie de chambres même en période de pointe. Si les "perdants" n'étaient que les hôteliers et leurs employés, ça serait déjà un peu problématique, mais ça va bien plus loin que ça. Des blocs entiers sur des sites privilégiés convertis en catimini en hôtels, des résidents chassés des quartiers centraux parce que des touristes c'est plus payant, ce n'est pas de la fiction, ça se passe à Montréal. Est-ce qu'on veut que nos quartiers centraux deviennent de gros parc hôteliers? De plus, la discrimination persiste sur ces plateformes (Airbnb et Uber); qui n'a pas entendu ou vécu des annulations subites qu'on s'explique mal ou des notes étrangement sévères. Coté sécurité, les hôtels seront toujours plus ciblés que les logements de particuliers, mais il ne faut pas oublier qu'ils possèdent aussi plus de ressources pour la protections de leurs invités. Dans les destinations à risque, le nombre d’agressions d'étrangers est plus élevée lorsqu'on s'éloigne des secteurs hôteliers. Si c'est possible de passer pour un résidant local, je pourrai voir beaucoup d'avantages à cette stratégie, mais autrement je considérerai encore les hôtels, statistiquement plus sécuritaires. Les cibles moles sont toutes aussi valables pour un attaquant.
  5. Ce message ne peut pas être affiché car il se situe dans un forum nécessitant d’avoir posté au moins 25 messages pour y accéder.
  6. Ce message ne peut pas être affiché car il se situe dans un forum nécessitant d’avoir posté au moins 25 messages pour y accéder.
  7. 1 point
    À Montréal, on doit offrir plus que Toronto pour être compétitif. La langue n’est plus un obstacle quand on a un atout recherché que nos compétiteurs anglophones n’ont pas. Solargise, une entreprise en technologie d’energie verte a besoin de 200 mw d’energie a faible coût. Cette compagnie britannique va établir son siège social canadien à Montreal et prévoit investir 2.3 milliards et créer plus de 1000 emplois. Ils en sont à leur début au Canada. L’energie renouvelable est promise à un bel avenir et la région de Montréal a été choisie.Bien hâte de voir la suite dans ce projet. C’est quand même assez révélateur. Pour une compagnie étrangère (surtout américaine), Toronto semble un choix naturel à cause de la langue. A qualité égale nos chances sont minces. Nous devons exceller pour pouvoir présenter des données fondamentales supérieures à celles de nos compétiteurs.
  8. 1 point
    Il y a déjà beaucoup de travail sur le terrain en ce moment, je me demandais ce qu'ils faisaient là justement. C'est l'ancien club vidéo de mon enfance :P. Merci pour la contribution!
  9. 1 point
    A l'image de la banlieue où il faut une voiture pour la majorité des déplacements. La semaine les gens travaillent et ceux qui habitent en dehors de la ville vont pour la plupart bosser en ville. Ce n'est pas tout le monde non plus qui demeure à distance de marche d'un transport en commun. Pire, en dehors des heures de pointe, les fréquences sont tellement diluées qu'elles découragent les rares clients à prendre les TEC. On n'est pas non plus dans un vrai coeur de ville sympathique où on a le goût de se promener et relaxer. On est plutôt dans un lieu privé, au décor générique conçu principalement pour la consommation. On y trouve d'ailleurs les mêmes boutiques que partout ailleurs, seulement elles sont plus étalées dans un labyrinthe de galeries, de rues et d'immenses stationnements. Finalement le gigantisme finit par avoir l'effet contraire désiré. Même si l'offre est démesurée, les gens développent une fidélité à certaines marques ou enseignes, qu'ils ne trouveront pas nécessairement à proximité l'une de l'autre. Ce qui entraine de longs déplacements fastidieux, surtout si on n'a pas déjà la fibre magasinage. Tout compte fait, les mégacentres commerciaux ne visent pas tant l'offre de services à la population, que de concentrer au même endroit une foule de boutiques et magasins, dans le but principal d'augmenter les profits du promoteur et des actionnaires. On tue en même temps la petite concurrence qui se trouve généralement sur les rues commerciales au coeur des noyaux centraux urbains. Ainsi les services de proximité disparaissent et on n'a plus qu'à prendre la voiture pour tout et pour rien. Résultat: du gaspillage de temps, d'argent et d'énergie, en forçant la population à dépendre d'une voiture. On favorise au passage l'étalement urbain, en occupant de plus en plus de bonnes terres agricoles. On oblige ainsi nos gouvernements et municipalités à construire plus de routes qu'ils faut ensuite payer, entretenir et déneiger. Ces dernières entrainent à leur tour des dépenses énergétiques indues et qui conduisent en plus à davantage de pollution et d'émissions de co2. Tout cela en opposition directe avec le développement durable, le bien commun et le bon usage de notre environnement
  10. 0 point
    Ouais bon il y a peut etre un autre compromis a faire que de gaire perdre 100.000$ à nos petits commerçants come on.
Ce classement est positionné à New York/GMT-05:00