Page 2 sur 5 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 43

Discussion: Le déclin de la France: Une bonne nouvelle pour le Québec ?

  1. #1
    Mtlurb Godfather
    Date d'inscription
    juillet 2007
    Localisation
    Sydney, NS
    Messages
    2 702
    Blog Entries
    1

    Par défaut Le déclin de la France: Une bonne nouvelle pour le Québec ?

    For next rating downgrade, S&P may look at France


    Commentary: France has lots of debt, and dysfunctional politics


    LONDON (MarketWatch) — The U.S. is broke? Been there. Italy is bankrupt. Done that. Spain is teetering on the edge? Got the T-shirt. There is, however, one major industrial country that has so far managed to sail through the market turmoil without anyone seriously questioning its credit-worthiness: France.


    And yet, if you‘re looking for the next downgrade, and the source of the next shock to the global markets, it’s France you should be looking toward. The country’s debt is exploding. It is steadily losing competitiveness against Germany, and running up huge trade deficits. Its political system is every bit as dysfunctional as America’s. And, of course, it is about to be presented with a massive bill for bailing out Italy and Spain.

    A French downgrade may only be a matter of time. If it happens, it’s going to be a huge blow to already-fragile markets. The country has the fourth largest debt in the world, and its paper is heavily traded by global investors. There would be some nasty losses on a French downgrade.

    True, there is not much sign of it yet.

    Almost at the same time as it was downgrading the United States, Standard & Poor’s was reaffirming France’s status as the most rock-solid of borrowers. According to the French newspaper Liberation, an S&P spokesman stated that there were no plans to downgrade France. There were no question marks over the solvency of the nation.

    Really? Take a closer look and you might start to wonder.

    First, French debt is escalating rapidly. It might not be as big as that of some other countries yet, but it’s getting there fast. Last year it ran a deficit of 7% of GDP. French debt will total 90% of GDP this year and 95% in 2012, according to estimates by Capital Economics. That isn’t exactly running out of control — but it is getting very close. Indeed, it’s around the same levels of debt-to-GDP that earned the U.S. a downgrade. And France is racking up fresh debt at a faster rate than countries such as Italy or Spain. It is hard to see how you can feel comfortable about that.

    Next, France is steadily losing competitiveness against Germany — in exactly the same way that countries such as Italy and Spain have, except not quite so quickly. France, a major manufacturing center, used to run healthy trade surpluses; now it runs big deficits. The balance of trade for the six months to June showed a deficit of 37.5 billion euros compared with a deficit of 27.6 billion euros in the last six months of 2010, figures released last week showed. The deficit with Germany, its major trading partner, is running at a billion euros a month. Back in 2004, it was regularly running surpluses of a billion euros a month. Countries with big, persistent trade deficits — as any American can testify — have to borrow to fund themselves. The bigger the debts they run up, the greater the risk of a downgrade.

    Third, if the U.S. has a dysfunctional political system, then France is not much better. Like the U.S., it has separate elections for the president and the legislature, creating a system that is often close to paralysis. And no other country in the developed world is quite so resistant to economic reform: Any modifications to working hours or pensions or welfare plans brings out rioters and is usually swiftly abandoned.



    And like the U.S., it has a president who came to power on a wave of optimism, and has since turned out to be fairly ineffectual. France’s President Nicolas Sarkozy is deeply unpopular. He is scoring in the mid-20s in the polls — a slight recovery from the nadir early this year, but hardly a secure position. Marine Le Pen, the far-right National Front leader, is scoring around 20%, and she advocates pulling out of the euro and restoring the franc. Indeed, of all the main euro-area countries, France is the only one where a major (if not exactly mainstream) political movement argues for breaking up the single currency.

    Far-reaching ramifications

    Finally, if Italy and Spain have to be rescued, then it will be France that foots a lot of the bill. Germany can afford it; France can’t. Once you add Spanish and Italian debts, the French balance sheet looks in terrible shape.

    “With the turmoil in Europe there have been many politicians suggesting that the size of the [European Financial Stability Fund, or EFSF] has to be increased,” noted Gary Jenkins of Evolution Securities in an analysis on Monday. “But any suggestion that the EU is turning into a fiscal union (even if by default) could well have an impact on individual sovereigns’ ratings as well as the EFSF structure.” Indeed so. Every time a euro-area country has to be bailed out, it puts more pressure on the finances of the few that remain completely solvent.

    Add it all up, and if the U.S. is getting downgraded there is no reason for the ratings agencies not to turn their fire on France next. That matters hugely for the financial system. While countries such as Greece and Portugal are largely irrelevant to the global system, France is very important. The country has a lot of paper out there — the government has total outstanding debts of $1.7 trillion, making it the fourth largest debtor in the world after the U.S., Japan and Italy. And that debt is far more widely held — 38% of French debt is held internationally, which is a lot more than Italy (24%), the U.S. (21%) or Japan (2%), according to calculations made by the research house TheCityUK.

    The cost of insuring against a French default is starting to rise. The markets have started to notice the country’s dire position. It can’t be that long before the rating agencies catch up. If France does get downgraded, then it is going to be a very serious blow to the markets. Just about every bank and every bond portfolio in the world is going to take a hit.

    Matthew Lynn is a financial journalist based in London. He is the author of "Bust: Greece, the Euro and the Sovereign Debt Crisis," and he writes adventure thrillers under the name Matt Lynn.





    Il y a déjà des milliers de français qui viennent vivre au Québec chaque année, je crois que cela laisse présager que le mouvement va encore plus s'accentuer...

  2. #11
    Date d'inscription
    août 2007
    Localisation
    Montréal
    Messages
    1 966
    Blog Entries
    1

    Par défaut

    Citation Envoyé par cjb Voir le message
    Salut,

    j'ai rencontré cet été une dizaine de jeunes français d'horizons variés qui sont fraîchement arrivés à Montréal.

    Leur point en commun? Ils en ont marre du chômage chronique de leur pays.

    Ils ont tous été embauché à Montréal dans des emplois qu'ils ne pourraient présentement avoir dans leur pays.

    Plusieurs repartiront un jour, mais ils viennent ici payer des impôts, consommer, payer des taxes, payer un loyer, occuper des emplois que nous n'arrivons pas à combler.
    Déja éduqués aux frais du contribuables français et s'ils rentrent pour leur retraite en europe, et bien ça désengorgera un peu notre système de santé!! Bon deal dans l'ensemble.

  3. #12
    Date d'inscription
    février 2007
    Localisation
    La Prairie
    Messages
    10 362

    Par défaut

    Environ 6000 à 8000 par an, une grande majorité qui reste après plusieurs années.
    Es tu sûre de cela Malek?

    Au bout de 5 ans, 7 à 8 sur 10 sont repartis d'après le Consulat de France à Montréal... Les Français, en majorité et à la différence d'autres nationalités n'émmigrent pas au Québec pour toute leur vie. Ils viennent ici pour vivre une expérience personnelle, professionnelle ou terminer leurs études. Une fois terminée, une grande partie reparte en France liée à un "mal du pays".
    Je crois que Feanaro a raison. l'impression que j'ai est que la majorité des Français qui débarquent au Québec, quittent après 5 ans.
    Daddy Likes It Dirty!
    Veni, vidi, vici!
    Faith is belief in the absence of evidence.
    GO HABS GO

  4. #13
    Date d'inscription
    juillet 2007
    Localisation
    Laval
    Messages
    309

    Par défaut

    Citation Envoyé par Habsfan Voir le message
    Es tu sûre de cela Malek?



    Je crois que Feanaro a raison. l'impression que j'ai est que la majorité des Français qui débarquent au Québec, quittent après 5 ans.
    From the feeling I get, that is starting to change. Life in France is getting so expensive that some have no choice but to leave the country permanently. (I have no statistics per say but I have worked with two people from France in the past year and same exact story for both and both had significant others who moved to Montreal along with them)

  5. #14
    Date d'inscription
    mai 2007
    Localisation
    -
    Messages
    1 450

    Par défaut

    Résidents permanents:

    Pays d’origine 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
    France 4345 4428 3962 4127 5028 5430 4915 5526 6384 7300

    On ne retient donc qu'environ 296 français en moyenne depuis 2000...

    http://www.cic.gc.ca/francais/ressou...manents/10.asp
    MtlUrb self-proclaimed technical advisor

  6. #15
    Date d'inscription
    avril 2010
    Localisation
    Montréal
    Messages
    453

    Par défaut

    ----------------
    Dernière modification par uqam+ ; 10/11/2011 à 08h33.

  7. #16
    Date d'inscription
    mai 2007
    Localisation
    -
    Messages
    1 450

    Par défaut

    Citation Envoyé par uqam+ Voir le message
    Je ne vois pas bien le raisonnement pour arriver à 296 Français retenus à partir des chiffres de résidents permanents... D'ailleurs, dès qu'on obtient la citoyenneté on quitte le statut de résident permanent, non ? Si tel est le cas, le tableau ne suffit pas pour avoir une idée du nombre de Français qui s'installent.

    Un phénomène qu'on voit beaucoup et que je connais de près, ce sont les étudiants universitaires français qui viennent faire une année ou leur bac ici. La plupart retourne bien sûr ensuite mais souvent en gardant avec le Québec des contacts qui ne peuvent qu'être mutuellement bénéfiques ensuite.
    Tu as tout à fait raison, j'ai commis l'erreur grossière d'oublier les Français devenu citoyen canadien. Je cherche cette statistique et je mets mes chiffres à jour.
    MtlUrb self-proclaimed technical advisor

  8. #17
    Date d'inscription
    juillet 2007
    Localisation
    Sydney, NS
    Messages
    2 702
    Blog Entries
    1

    Par défaut

    Sans oublier les MILLIERS de français qui accumulent les contrats de travail à Montréal sans aucun statut de résident permanent.

    Ton tableau oursnoir sous estime beaucoup le nombre de français qui reste ici à long terme.

  9. #18
    Date d'inscription
    avril 2008
    Localisation
    montreal
    Messages
    31

    Par défaut

    Le Québec et sa dette jouissent de la protection du Canada.
    La France et sa dette ne peuvent jouir d'aucune réelle protection.


    Le Québec n'est pas un état en tant que tel.
    Plusieurs états américains et provinces canadiennes ont beaucoup plus de dettes que nous.


    Le Québec jouit d'une stabilité politique dont ne peut prétendre la France.


    L'état québécois possède des actifs très importants pour sa taille ( Hydro-Québec, participation minoritaire dans des dizaines de compagnies privées) ce que ne peut prétendre la France non plus.


    Et bien plus important surtout, les banques québécoises sont très en santé contrairement aux banques françaises qui sont gorgées d'obligations grecques!!

    LA France est le pays le plus directement exposé à une faillite de la Grèce.


    Selon wikipedia:

    En mai 2007, les participations de l'État dans des entreprises publiques ou semi-publiques étaient évaluées à une valeur totale d'environ 200 milliards d'euros2.

    L'État français détient les participations suivantes :

    Entreprises cotées :

    Areva : 8,4 % directement, 85% par l'intermédiaire d'autres organismes ou entreprises publics (CEA2, CDC, EDF)
    EDF : 100 % en 2000, 87,32 % en 2007, 84,5 % en décembre 2010
    Aéroports de Paris : 70 % en 2006, 68,39 % en 2007, 52,4 % (fin 2010) + 8 % supplémentaire par le Fonds stratégique d'investissement[réf. nécessaire]
    CNP Assurances : 60 % en 2000 , 1,18 % en 2010 + 36,49 % via la CDC
    GDF SUEZ : 100 % de GDF en 2000, 79,78 % en 2007 ; 35,9 % de GDF SUEZ en 2010
    France Télécom : 60 % en 2000, 18,8 % en 2006, 32,45 % en 2007, 13,2 % en 2010
    Safran : 30,2 % en 2010 (+ 7,4% à Areva)
    Eramet : 26 % en 2010 (via Areva)
    groupe Air France-KLM : 16 % en 2010 (Air France : 57 % en 2000)
    EADS : 15,04% en 2007, 15 % en 2010, mais indirectement
    Renault : 44 % en 2000, 15,01 % depuis 2007
    STMicroelectronics : 10,9 % en 2007, 13,75 % en 2008, à nouveau 10,9 % en 2010 (via Areva ; le capital comprend aussi 16,7 % de participations publiques italiennes

    Entreprises non cotées :

    La Poste, société anonyme à capitaux 100% publics depuis 2010
    La Banque postale : 100 % en 2006 (via La Poste)
    Nexter (anciennement GIAT Industrie) : 100 % en 2006
    DCNS (de la Direction des constructions navales de la DGA) : 75% depuis 2007 (les 25 % restants étant détenus par Thales)
    La Française des jeux : 72 % depuis 2007
    Marché international de Rungis (Semmaris) : 56,85 % en 2007, 33,34 % en 2009 (+ 18,79 % autres collectivités locales, + 4,60 % Caisse des Dépôts)4

    Autres entreprises publiques (pas des sociétés anonymes comme les précédentes mais, en général, des EPIC ; publiques à 100%, directement ou non) :

    Caisse des dépôts et consignations (statut particulier ; possède de nombreuses entreprises ou participations : CNP Assurances (36,49%), BPCE,Transdev, Compagnie des Alpes, Quick, CNR (29,43%), TDF (24%)...)
    Médias : France Télévisions, Arte France, Radio France, Société de l'audiovisuel extérieur de la France
    Transports : RFF, SNCF, RATP
    etc.

    C'est quand meme pas si mal

  10. #19
    Date d'inscription
    novembre 2010
    Localisation
    Montréal
    Messages
    451

    Par défaut

    Étant d'origine française (de Nice!), je suis arrivé à Montréal un beau jour d'été 2007. Comme beaucoup de Français, j'ai débarqué à Trudeau pour finir ma dernière année de baccalauréat français dans une université montréalaise. Cette année m'amène à rencontrer et à comprendre une nouvelle culture : le Québec, sa poutine, ses espaces et sa population. Comme beaucoup de mes compatriotes, on reste à tort entre Français parce que l'intégration n'est pas facile au début. Après, on se fait les premiers amis québécois et la machine est lancée. Au bout d'une année, il faut rentrer. Mes nouveaux amis français repartent TOUS en France et je suis le seul à rester ici. Pourquoi? Parce que mon université me propose de rester avec bourses et diplôme à la clé. Le gouvernement du Québec me propose aussi moult avantages que l'on ne peut refuser. Une fois la maitrise en poche, on me propose un boulot. Cela fait maintenant 4 ans...

    Beaucoup de Français expatriés que je rencontre ont ce parcours. Sur ces Français, certains disent qu'ils resteront au Québec mais beaucoup pensent qu'au bout de quelques années l'éloignement de la famille, des amis et le "mode de vie" à la française sera trop grand. La raison? Malgré toutes les qualités des Québécois, on restera des immigrés et les discours du style "maudits français à marde" ou "vous nous envahissez" ou encore "rentrez dans votre pays de marde" seront toujours là. Ces petits événements viendront se greffer à une série de différences culturelles plus ou moins importantes.

    Après, la majorité des Français présents à Montréal ne restent ici que pour une ou deux années, le temps d'un Permis Vacances Travail ou une année en échange comme j'ai fait. Au bout d'une année, ils ont fait le tour de la question et rentrent.

    Tout ça pour dire qu'avec la crise, plus de Français devraient venir au Québec faire un bout de chemin et vivre une expérience professionnelle ou personnelle. Par contre, il n'est pas dit que la part des Français restant au Québec toute leur vie deviennent plus importante qu'actuellement. Vous continuerez à être "envahis" de vos "cousins" mais la très grande majorité repartira en France. Pour votre plus grand bonheur? C'est à vous de décider! :-)

    Malgré tout cela, je continue à croire que nos deux cultures, nos deux populations, nos deux histoires ont beaucoup de points communs. Je suis convaincu que cette "proximité" restera une richesse pour les Québécois et les Français.

  11. #20
    Date d'inscription
    avril 2010
    Localisation
    Montréal
    Messages
    453

    Par défaut

    ---------------
    Dernière modification par uqam+ ; 10/11/2011 à 08h31.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •