Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 13

Discussion: Que reste-t-il de la finance à Montréal?

  1. #1
    Date d'inscription
    janvier 2007
    Localisation
    Québec
    Messages
    2 569

    Par défaut Que reste-t-il de la finance à Montréal?

    Que reste-t-il de la finance à Montréal?

    Publié le 15 mars 2010 à 06h00 | Mis à jour le 15 mars 2010 à 06h00
    Stéphanie Grammond
    La Presse


    (Montréal) Le gouvernement du Québec a beaucoup investi pour propulser l'industrie de la finance à Montréal, l'un des plus grands moteurs économiques de la région. Mais depuis 20 ans, la place financière a perdu encore de son poids relatif, face à Toronto et aux grandes métropoles financières de la planète. À l'heure de la mondialisation, comment faire pour relancer la finance à Montréal?

    Les gestionnaires d'Hexavest sont tombés à la renverse en entrant dans l'ascenseur d'un hôtel, tout près de l'Université de Princeton, aux États-Unis. Sur le mur était affichée une vieille mappemonde, montrant les cinq plus grandes villes du monde, dont New York, Paris... et Montréal. «Ça m'a vraiment frappé», raconte Vital Proulx, le président de la boîte de gestion montréalaise, qui s'est imaginé l'époque où la rue Saint-Jacques était la Mecque de la finance. «On ne rêvera pas en couleurs: on ne retournera jamais là, dit-il. Mais on est capables d'avancer!»

    Bien sûr, Montréal avance... mais pas assez vite. La place financière a encore perdu du terrain depuis 20 ans. Pourtant, le gouvernement du Québec a déployé bien des efforts pour propulser l'industrie des services financiers, un des plus gros moteurs économiques de Montréal.

    «Il y avait une pente raide à remonter. Il fallait faire une bataille. Il fallait que notre État soit interventionniste. Et il le fut», se remémore l'ancien premier ministre Bernard Landry.


    Au milieu des années 90, le «grand vizir» du Québec prend le taureau par les cornes. Il convoque un «comité des sages» sur la finance, lance des missions économiques à l'étranger. La province en mène large au Forum économique mondial de Davos. La Caisse de dépôt et placement du Québec devient un levier pour soutenir la place financière montréalaise.

    Or, plusieurs initiatives ont fini en queue de poisson... comme l'aventure de NASDAQ Canada. La Bourse électronique avait annoncé son implantation à Montréal en grande pompe, lors d'une conférence de presse diffusée sur grand écran à Time Square. Mais elle a quitté la ville sur la pointe des pieds quatre ans plus tard.

    Un espoir déçu parmi tant d'autres.


    Et maintenant, Bernard Landry est pris d'une nouvelle angoisse, à cause du projet de regroupement des commissions des valeurs mobilières provinciales en une seule agence fédérale. Québec s'y oppose. «Mais il s'est opposé souvent à des manoeuvres du fédéral. Et le fédéral a gagné», dit M. Landry. Selon lui, les conséquences seraient désastreuses pour Montréal, qui verrait tous les professionnels gravitant autour de cet univers ? avocats, comptables, actuaires ? plier bagages, comme tant d'autres avant eux.

    Glissement de terrain

    Montréal n'échappe pas à mondialisation de la finance, qui se regroupe de plus en plus autour de trois grands centres: New York, Londres et Hong-Kong.

    En 2009, Montréal a glissé au 32e rang des plus grands centres financiers du monde. La ville s'est même fait damer le pion par Vancouver, désormais au 29e rang, selon la plus récente édition du Global Financial Centres Index. De son côté, Toronto se classe en 13e position, malgré l'émergence des places financières asiatiques.

    Non seulement Montréal a perdu sa stature internationale, mais elle joue maintenant un rôle de second plan sur la scène canadienne.

    D'ailleurs, le Québec est à la traîne sur le plan de la création d'emplois dans le secteur des finances et de l'assurance, selon l'Institut de la statistique du Québec. Depuis 20 ans, le nombre d'emplois a augmenté de 30% au Québec, pour atteindre 174 000 empois en 2008, une croissance bien inférieure à celle de l'Ontario qui a gonflé son effectif de 50%.

    À qui la faute? «Il y a eu une progression plus lente de l'économie du Québec. L'explication fondamentale est là», répond Louis Regimbal, associé du Groupe Secor.

    Le vacuum des sièges sociaux

    Mais d'autres blâment le départ des sièges sociaux. L'exode a culminé lorsque la Sun Life a fait ses valises pour Toronto au lendemain de l'élection du Parti québécois en 1976. La Banque Royale et la Banque de Montréal ont maintenu leur siège social à Montréal, mais leur vrai centre décisionnel est à Toronto.

    «On n'imagine pas l'ampleur de l'effet d'entraînement du déplacement des banques vers Toronto. Un effet d'entraînement monumental qui a appauvri le Québec», affirme Jean-Guy Desjardins, président de Fiera Capital.

    D'abord, les banques ont entraîné dans leur sillon une partie importante de l'activité économique: avocats, comptables, fiscalistes, etc.

    Puis, le décloisonnement des services financiers a accéléré le vacuum, au début des années 90. Jusque-là, banques, assureurs, courtiers et fiducies devaient rester chacun dans leur coin. Quand le fédéral a changé les règles du jeu, les banques, qui étaient les plus puissantes, sont passées à l'attaque.

    En 20 ans, elles ont raflé pratiquement toutes les firmes de courtage. Et elles ont gobé une grosse part du marché des fonds communs.

    Bilan: «Dans un premier temps, on a vidé Montréal de ses banques. Et dans un deuxième temps, les changements à la Loi sur les banques ont vidé Montréal du restant», résume Jean-Guy Desjardins.

    Lui-même a vendu sa firme à la Banque CIBC en 2004. Parti de zéro au début des années 1970, il avait fait de TAL Gestion globale d'actifs le plus important gestionnaire indépendant au pays, avec 750 employés et 65 milliards d'actifs.

    En 1994, il s'est allié à la CIBC: «On se donnait les moyens de croître à l'échelle mondiale. Mais tout ça a changé le jour où la direction de la banque a changé», raconte-t-il.

    La CIBC avait 55% des actions, mais voulait tout acheter. La centaine d'employés de TAL avaient 51% des droits de vote, mais ne voulaient pas vendre. Après un bras de fer de deux ans, la CIBC a gagné.

    «Inévitablement, ça ne pouvait finir autrement: une banque c'est gros et c'est riche», dit Jean-Guy Desjardins, qui s'est vite relancé, avec Desjardins, pour créer une autre firme de gestion, Fiera Capital, qui gère aujourd'hui 22 milliards d'actifs.

    Des fonds «Made in Quebec», une bataille perdue


    Du côté des fonds communs, Montréal a lamentablement échoué. Tous les efforts de la Caisse de dépôt pour structurer l'industrie ont été anéantis par l'affaire Norbourg, le pire scandale financier de l'histoire du Québec.

    Comment expliquer un tel fiasco? Revenons 15 ans arrière. Le rédacteur en chef de la revue L'Action nationale, Rosaire Morin, dénonce la «déportation de l'épargne québécoise», après une étude exhaustive. Son constat choque: les firmes québécoises gèrent à peine 4% des actifs de l'industrie canadienne des fonds, par rapport à près de 80% pour les sociétés ontariennes. Pourtant, les épargnes des Québécois représentent plus de 20% des actifs de l'industrie.

    «Moi, ça m'avait sonné», se souvient Michel Nadeau, alors numéro deux de la Caisse. Il étudie le problème... avec l'aide d'un jeune homme: «Il s'appelait Vincent Lacroix. Il a travaillé quatre ans pour moi», soupire Michel Nadeau.

    Pour créer une masse critique, la Caisse achète plusieurs petites boîtes de fonds québécoises et prend les commandes. Erreur, dit aujourd'hui M. Nadeau. «Il fallait laisser grandir. Au lieu de ça, la Caisse a fait des millionnaires. Elle leur a dit: va jouer au golf. On va gérer ta patente.»

    Quelques années plus tard, la Caisse doit faire marche arrière. Vincent Lacroix récupère alors des morceaux. On connaît la suite: la fraude de Norbourg a fait perdre plus de 100 millions de dollars à 9200 investisseurs.

    Désormais, il est trop tard pour lancer une famille de fonds «Made in Quebec». L'industrie s'est consolidée. «C'est de plus en plus difficile de créer un nouveau joueur. Il faut une plus grande masse critique. Avant, il fallait au moins un milliard d'actifs, maintenant il en faut au moins cinq», indique Stéphane Langlois, président du Conseil des fonds d'investissement du Québec et de BLC services financiers.

    C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la Banque Laurentienne a vendu sa famille de fonds à l'Industrielle-Alliance. «On se concentre sur la distribution, sur la relation avec les clients», explique M. Langlois.

    Toronto dans les plates-bandes

    Par contre, Montréal poursuit ses efforts afin d'attirer des institutions étrangères. Pour les séduire, le Centre financier international (CFI) de Montréal offre un avantage fiscal aux sociétés qui font des transactions internationales.

    Entre 1997 et 2003, le nombre de CFI a presque triplé, attirant jusqu'à 121 entreprises et près de 1200 spécialistes. Le programme (et l'influence de la Caisse de dépôt) avait notamment encouragé les Investissements Standard Life à déménager toute la gestion d'actions américaines de la société-mère écossaise à Montréal. Un véritable succès du CFI.

    Mais en 2004, les libéraux ont réduit les avantages fiscaux pour faire taire les critiques qui reprochaient aux CFI d'être surtout des divisions de firmes québécoises «pure laine» à Montréal depuis longtemps. Par la suite, plusieurs centres sont repartis.

    Mais CFI Montréal s'est retroussé les manches. «On a ouvert 15 nouveaux centres depuis 18 mois!» se félicite son président-directeur général, Jacques Girard. Fin 2009, il dénombrait 114 CFI et plus de 1000 spécialistes.

    Sauf que Toronto joue maintenant dans ses plates-bandes. «Ils rencontrent les mêmes clients français que moi à Paris. L'autre jour, j'étais à Londres et ils faisaient de la publicité à la télévision!» rapporte Steve Gauthier, vice-président développement de CFI Montréal.

    Et Toronto a une longueur d'avance. Elle peut compter sur le Toronto Financial Services Alliance (TFSA), qui regroupe les acteurs de l'industrie, des universités et des gouvernements.

    La TFSA a de grandes ambitions. Et elle réclame l'aide du fédéral pour y parvenir. Son objectif: profiter du choc vécu par plusieurs grandes places financières, pour hisser Toronto dans le top 10 mondial, en misant sur la solidité du système bancaire canadien qui a mieux résisté à la crise du crédit.

    Un argument dont Montréal pourrait se servir tout autant. «Une crise comme celle-là est une occasion pour Montréal d'intensifier sa présence et d'attirer des institutions financières. Toronto voit la même chose que nous. Ça fait un an qu'on le dit. This is it: c'est le temps d'agir», réitère Jacques Girard.

    À son avis, il faut améliorer le programme du CFI et former une grappe industrielle pour fédérer les efforts de l'industrie, à la manière de Paris Europlace.

    Bien des places financières ont une stratégie globale. Mais à Montréal, on ne se parle pas assez, déplore Louis Regimbal, de Secor. Les institutions devraient «collaborer davantage sur des sujets d'intérêt commun pour faire un milieu plus attractif, ce qui bénéficierait à tout le monde», croit-il.

    Les déboires de la Caisse

    De par sa nature, de par son poids, la Caisse de dépôt est un catalyseur pour la place financière de Montréal. Mais elle-même s'est embourbée à cause de la perte monstre de 40 milliards. Son nouveau patron, Michael Sabia, veut rebâtir la Caisse «brique par brique».

    Quels sont ses plans pour aider l'industrie locale? «Je crois que la Caisse doit faire le maximum pour encourager le centre financier de Montréal. Est-ce que Montréal sera au même niveau que New York ou Londres? On verra!» répond l'ancien dirigeant de Bell Canada Entreprises (BCE).

    Favoriser les maisons de courtage montréalaises pour l'émission d'obligations: oui. Collaborer avec les universités montréalaises: absolument.

    Par contre, Michael Sabia n'hésitera pas à faire le tour du monde pour dénicher les meilleurs talents, comme son bras droit, Roland Lescure, qui vient d'atterrir de France. Il ne se gênera pas non plus pour confier des mandats de gestion à l'externe, s'il y voit une valeur ajoutée.

    Coïncidence: BCE a décidé, l'automne dernier, d'aller voir ailleurs pour la gestion de son régime de retraite. Sa filiale Bimcor a remercié une bonne part des spécialistes qui géraient 13 milliards à l'interne, à Montréal. Elle cédera à l'externe la gestion des actions américaines et canadiennes ainsi que celle des obligations de sociétés.

    Il s'agit-là d'une tendance lourde. Des caisses de retraite traditionnelles gérées à l'interne, «il n'en reste pas gros!» s'exclame Jean Bergeron, directeur de la gestion d'actifs chez Morneau Sobeco, un consultant pour les régimes de retraite.

    Une question de coût et d'expertise: «Si on veut sortir des sentiers battus, investir dans les actions étrangères, les fonds spéculatifs, les placements immobiliers, il faut une grosse équipe», justifie M. Bergeron.

    Voilà pourquoi les régimes de retraite d'ici préfèrent souvent s'en remettre à de grosses équipes étrangères, plutôt que de confier des mandats aux gestionnaires d'ici... qui sont parfois mieux reçus à l'étranger, ironiquement.

    «En Europe, le passeport canadien se joue très, très bien. J'ai noté, parfois, une plus grande ouverture pour un gestionnaire canadien chez les non-Canadiens que chez les Canadiens eux-mêmes. Ici, on ne reconnaît pas nos propres forces à leur juste valeur», constate Roger Beauchemin, président de McLean Budden, l'un des plus anciens gestionnaires d'actifs au Canada, fondé à Montréal en 1947.

    Depuis 2000, la firme défriche la clientèle étrangère. «On voyait nos concurrents étrangers obtenir des mandats de caisses de retraite qui étaient nos clientes ici. On s'est dit: il faut aller les concurrencer sur leur propre terrain», dit M. Beauchemin qui gère maintenant 2,5 milliards pour des clients étrangers dans une douzaine de pays.

    Tisser la fibre entrepreneuriale


    Ailleurs dans le monde, les régimes de retraite ont des «clubs-écoles» qui permettent aux gestionnaires émergents de faire leurs preuves. Aux États-Unis, des régimes publics géants comme Calpers (California Public Employees' Retirement System) ou encore City of New York confient jusqu'à 5% de leurs actifs à un groupe de petits gestionnaires.

    La formule a permis à la société montréalaise Hexavest de percer aux États-Unis.

    Ici, rien de tel n'existe. Dommage, car «l'innovation et la création d'emplois viennent souvent des petites boîtes», souligne Mario Lavallée, vice-président d'Aon Conseil et président de CFA Montréal.

    Or, les petites boîtes ont du mal à percer. Elles ne sont pas sur le radar des clients institutionnels qui veulent voir un historique de rendement d'au moins trois ans, sur un portefeuille de plusieurs millions.

    Les gestionnaires qui parviennent à démarrer de zéro sont issus d'une plus grande boîte où ils se sont fait une réputation. C'est ainsi que Stéphane Corriveau a lancé AlphaFixe Capital, en 2008. Avec sa petite équipe, il est parti de rien. Sans contrat en poche. Au beau milieu de la crise du crédit. «On saute, et le parachute va s'ouvrir en quelque part!» s'est-il dit.

    Pour se démarquer, la firme spécialisée en gestion d'obligations a bâti son propre système interne de gestion de risque et d'évaluation de crédit, en intégrant les critères d'investissement responsables, ce que les grandes agences ne font pas.

    La formule a fonctionné. La firme a obtenu des rendements exceptionnels en 2009. Et les clients sont au rendez-vous. AlphaFixe gère 600 millions de dollars pour 13 clients. De quoi assurer sa pérennité.

    «Il y a des talents à Montréal, on est capables de développer notre expertise, assure M. Corriveau. Pourquoi ne pas le faire ici et contrôler la destinée de l'entreprise, plutôt que le faire pour une entreprise qui a son siège social à un autre endroit?»

    Montréal au 32e rang de la finance mondiale... et au 3e rang canadien
    Ville Rang actuel

    Changement depuis le dernier classement

    Londres 1 0
    New York 2 0
    Hong Kong 3 1
    Singapour 4 -1
    Shenzhen 5
    Zurich 6 -1
    Tokyo 7 8
    Chicago 8 -1
    Genève 9 -3
    Shangai 10 25
    Toronto 13 -2
    Vancouver 29 -4
    Montréal 32 -6

  2. #2
    Date d'inscription
    novembre 2007
    Localisation
    Montreal
    Messages
    3 298
    Blog Entries
    1

    Par défaut

    Ce qui enrichit le Québec et Montréal, comme partout ailleurs, ce sont les politiques unifiantes, les alliances, les regroupements, les fameuses grappes, les réseaux, les lancées fédératives, le pairage...

    Il y a du travail à faire à ce niveau là, mais quand il est fait, les Montréalais s'illustrent à travers le monde.

  3. #3
    Date d'inscription
    janvier 2008
    Localisation
    Montréal
    Messages
    270

    Par défaut

    The Canadian cities should try to capitalize on the rest of the world's problems. Few places are safe to do business.

  4. #4
    Date d'inscription
    février 2007
    Localisation
    La Prairie
    Messages
    10 720

    Par défaut

    WOW! probablement le meilleur article que j'ai lu depuis plusieurs années! Beaucoup de choses intéressantes.
    Daddy Likes It Dirty!
    Veni, vidi, vici!
    Faith is belief in the absence of evidence.
    GO HABS GO

  5. #5
    Date d'inscription
    août 2007
    Localisation
    Montréal
    Messages
    721

    Par défaut

    Citation Envoyé par ErickMontreal Voir le message


    Montréal au 32e rang de la finance mondiale... et au 3e rang canadien
    Ville Rang actuel

    Changement depuis le dernier classement

    Londres 1 0
    New York 2 0
    Hong Kong 3 1
    Singapour 4 -1
    Shenzhen 5
    Zurich 6 -1
    Tokyo 7 8
    Chicago 8 -1
    Genève 9 -3
    Shangai 10 25
    Toronto 13 -2
    Vancouver 29 -4
    Montréal 32 -6
    Franchement j'aimerais bien voir les critères d'évaluation, Vancouver avant Montréal ?

  6. #6
    Date d'inscription
    janvier 2007
    Localisation
    Montreal
    Messages
    3 698

    Par défaut

    Citation Envoyé par BiloMtl Voir le message
    Franchement j'aimerais bien voir les critères d'évaluation, Vancouver avant Montréal ?
    De wikipedia:
    The people index summarises the availability of a skilled workforce, the flexibility of the labour market, the quality of the business education and the skillset of the workforce. The business environment aggregates and values the regulation, tax rates, levels of corruption, economic freedom and how difficult in general it is to do business. To measure regulation an online questionnaire has been used. The market access index looks at the various equities and bonds available. The volume and value of trading but also the cluster effect of the number of different financial service companies at the location influence the index. The infrastructure index furthermost accounts to the price of real estate at the location. Other factors such as public transport have a minor impact. General competitiveness relies on more traditional economic factors as price level, quality of life and economic sentiment.
    http://en.wikipedia.org/wiki/Global_..._Centres_Index

    Le site officiel
    http://www.cityoflondon.gov.uk/Corpo...s+compiled.htm
    Socialist governments traditionally do make a financial mess. They always run out of other people's money. It's quite a characteristic of them. - Thatcher 1976.

    La granolerie c'est un arrondissement de Montréal! - Marie-France Bazzo au 98.5

  7. #7
    Date d'inscription
    août 2007
    Localisation
    Montréal
    Messages
    721

    Par défaut

    Je reste trés sceptique, juste avec la Caisse de Dépôt, Investissement PSP, Standard Life etc. je vois mal Vancouver en avant de Mtl. Je sais qu'il n'y a pas seulement la taille des actifs sous gestion qui compte mais quand même...

  8. #8
    Date d'inscription
    février 2007
    Localisation
    La Prairie
    Messages
    10 720

    Par défaut

    Citation Envoyé par BiloMtl Voir le message
    Je reste trés sceptique, juste avec la Caisse de Dépôt, Investissement PSP, Standard Life etc. je vois mal Vancouver en avant de Mtl. Je sais qu'il n'y a pas seulement la taille des actifs sous gestion qui compte mais quand même...
    Ce classement est bon. J'ai déjà lu d'autres articles qui disaient sensiblement la même chose! Montréal a perdu beaucoup de terrain face à ses rivales!
    Dernière modification par Habsfan ; 18/03/2010 à 09h58.
    Daddy Likes It Dirty!
    Veni, vidi, vici!
    Faith is belief in the absence of evidence.
    GO HABS GO

  9. #9
    Date d'inscription
    février 2007
    Localisation
    Montreal
    Messages
    168

    Par défaut

    I'm impressed that Shenzhen is in the rankings.. 40 years ago, this city simply didn't exist

  10. #10
    Date d'inscription
    septembre 2007
    Localisation
    Ottawa
    Messages
    706

    Par défaut

    Citation Envoyé par blue_dragon Voir le message
    I'm impressed that Shenzhen is in the rankings.. 40 years ago, this city simply didn't exist
    True enough, it was a fishing village (less than 3,000 people if I remember the start correctly). Now, it is an urban area of 10 millions.

    Mind you, it's disgustingly polluted and urban design is awful, but the towers keep popping up and the economy is going full speed (China's GDP to grow 9% this year). Between Shenzhen and Hong Kong (and to a smaller extent, Macau- the playground), this is one economically powerful region.
    And the HK government is now building a much-debated high-speed rail linking HK, Shenzhen and Guangzhou.

Discussions similaires

  1. Quartier de la Finance
    Par mtlurb dans le forum Projets oubliés et/ou en suspens
    Réponses: 24
    Dernier message: 15/11/2010, 16h22
  2. Finance: Montréal a le vent dans les voiles malgré la crise
    Par monctezuma dans le forum L'actualité - Current events
    Réponses: 6
    Dernier message: 16/10/2009, 17h00
  3. Prix des maisons: le marché reste vigoureux à Montréal
    Par ErickMontreal dans le forum L'actualité - Current events
    Réponses: 1
    Dernier message: 15/01/2008, 23h05
  4. Finance guys all have Montreal roots
    Par mtlurb dans le forum Hors Sujet - Off Topic
    Réponses: 0
    Dernier message: 29/10/2007, 23h45
  5. Le centre-ville de Montréal reste fort
    Par mtlurb dans le forum Discussions générales - General discussions
    Réponses: 11
    Dernier message: 29/10/2007, 16h04

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •