View RSS Feed

acpnc

The Shopping Mall Turns 60 (and Prepares to Retire)

Rate this Entry
Citation Envoyé par acpnc Voir le message
Rien n'est permanent dans ce bas-monde, tout se transforme et évolue. Les mentalités changent, les besoins aussi, les modes passent et l'ancien fait place au plus contemporain. On a essayé plusieurs formules de centres d'achats et maintenant on arrive plus près de l'idée d'un véritable centre où tout se concentre, converge. Bien sûr l'automobile est encore omniprésente dans l'équation et c'est le maillon qui fait encore problème, puisqu'il faut l'accommoder et qu'elle nécessite de grandes surfaces.

La plupart des plus gros centres, les régionaux, auront de la difficulté à se libérer de l'automobile car ils s'adressent à une clientèle largement dispersée, c'est leur raison d'être. Cependant les plus petits, peuvent plus aisément se reconvertir en densifiant la population tout autour, qui leur garantit un minimum d'achalandage. En plus, plus on réussira à développer des moyens de transports efficaces et confortables, qui relieront les quartiers limitrophes aux centres d'achats, plus on se libérera du véhicule individuel et de ses inconvénients. En contre-partie cependant, il faudra développer un service de livraison pratique qui pourra compenser une partie des avantages de l'automobile.

Quand on regarde l'évolution des centres d'achats, on les voit, au départ dans les années soixantes, s'éloigner des centres-villes, tuer plus ou moins ces centres-villes devenus déserts, puis lentement jusqu'à aujourd'hui devenir eux-même de minis centres-villes, par de nouvelles constructions en hauteur sur les sites mêmes. Bien sûr le mouvement est lent et inégal, mais la tendance pointe déjà à l'horizon et c'est tant mieux. On sera allé à l'extrême, au tout à l'automobile, pour adopter au passage une formule mixte, qui deviendra éventuellement un centre des villes peut-être un peu plus éclaté que les anciens.

En fait, l'élément essentiel pour la transformation de cette formule devenue obsolète, est la densité. Plus il y aura de population dans un périmètre donné, plus le transport en commun sera justifié et on l'organisera autour des véritables besoins de la clientèle. Tout le monde y gagnera au change: moins d'immenses parkings transformés en ilots de chaleur, moins de routes et autoroutes, moins de pollution et de gaz à effet de serre et moins de pertes de temps dans les bouchons, les jours de grands magasinages. Nos villes et leurs habitants ne s'en porteront que mieux.

On aura vu l'effet pervers de la multiplication des centres d'achats et combien ils ont contribué à l'étalement urbain. Maintenant dans un esprit de développement plus durable, on refait le chemin inverse où le collectif fera une concurrence plus saine à l'individualisme. Il ne s'agit pas ici d'interdire, mais plutôt de favoriser un équilibre en réinventant nos modes de vie, nos habitations et nos relations commerciales, où l'automobile ne servira plus nécessairement de trait d'union. Une des conséquences positives de ce mouvement, bien qu'en parallèle: on voit de plus en plus de marchés publics locaux permanents et provisoires dans le coeur des municipalités. Ils sont populaires autant par la variété des produits qu'ils offrent, que leur ambiance festive et le rapport simple entre vendeurs et acheteurs.

En fait les tendances évoluent et les modes changent, mais l'homme demeure un être grégaire qui aime les rassemblements et les échanges. Le commerce a toujours été un moteur d'évolution social et il semble maintenant revenir tranquillement à ses principes de base, après une révolution qui aura fait son temps.
Tags: Aucun(e) Ajouter / Modifier les tags
Catégories
Uncategorized

Comments